Rencontre autour des numéros 34 et 35 de la revue Tracés, 7 décembre 2018, Librairie La Petite Egypte

La revue Tracés a le plaisir de vous convier à la librairie La Petite Egypte (35 Rue des Petits Carreaux, Paris 2ème) vendredi 7 décembre à 19h pour une rencontre sur le thème :


« Ce que produit la modernité : l’individu et la structure. Autour des numéros 34 (« La singularité ») et 35 (« Infrastructures ») de la revue Tracés« 


Avec Julie Gobert, Samuel Hayat, François Jarrige, Yaël Kreplak, Stefan Le Courant, Franck Leibovici, Judith Lyon-Caen, Clément Marquet, Francesca Musiani, Camille Paloque-Bergès, Federico Tarragoni.


Les deux numéros de 2018 de la revue Tracés ont abordé la question de la condition moderne, à partir de deux angles apparemment opposés. D’un côté, le n° 34 s’est concentré sur la question de la singularité comme valeur clé des sociétés modernes, à la fois idéal de réalisation de soi et mécanisme de transformation du capitalisme et des modes de gouvernement. Il réunit des études sur l’art, les pratiques de consommation, le militantisme, le droit, l’écriture, à travers une série de cas où se déploie et s’éprouve la singularité des individus. Le n° 35 s’est quant à lui efforcé de penser la question des infrastructures modernes, pour penser comment des dispositifs technopolitiques (conçus comme) pérennes induisent et produisent des structures sociales. Les contributions du numéro, portant sur l’eau, le pétrole, les prisons, les données numériques, le nucléaires, explorent les conditions et les formes de contraintes contenues dans les infrastructures de la modernité politique et technique. Au cours de cette rencontre, qui prendra la forme d’un échange entre les coordinateurs/trices des numéros, des auteurs/trices et le public, on essaiera de comprendre comment s’articulent ces deux pôles de l’expérience de la modernité, l’individu et la structure, généralement pensés de manière séparée.


En ligne, en accès ouvert, l’intégralité des articles du n°34 sur « la singularité » et du n°35 sur « les infrastructures ». La revue existe aussi en version papier

L’entrée est libre et la rencontre sera suivie d’un verre.

Colloque « De la démocratie sanitaire à la démocratie en santé. Vers la construction d’une handicratie », 3 décembre 2018, MSHS-Sud-Est, Nice

Dans le cadre de l’axe 2 de la MSHS-Sud-Est, un colloque est proposé le lundi 3 décembre 2018, en salle plate à la MSHS.

La démocratie sanitaire est une démarche associant l’ensemble des acteurs du système de santé dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de santé, dans un esprit de dialogue et de concertation.

Faire vivre la démocratie sanitaire nécessite de développer la concertation et le débat public, d’améliorer la participation des acteurs de santé et de promouvoir les droits individuels et collectifs des usagers.

Ce Colloque intitulé « handicratie » est organisé par Mai-Anh NGO, Ingénieur de recherche au GREDEG et Valérie Siranyan Professeure de droit de la santé à l’Université Claude Bernard (Lyon 1).

Il traitera spécifiquement du patient en situation de handicap dont une session complète sera consacrée à la santé connectée.

Entrée libre mais inscription obligatoire auprès de Catherine Chevance : Catherine.chevanceATunice.fr.

Retrouvez toutes les informations sur le lien : http://unice.fr/laboratoires/gredeg/contenus-riches/agenda/conferences-et-workshops/handicratie

Atelier de lecture « Théories féministes et études de genre », séance du 12 décembre 2018, Montpellier

La prochaine séance de l’atelier de lecture « Théories féministes et études de genre » aura lieu le 12 décembre prochain, de 18h15 à 20h15, en salle 002 (Kouros), sur le site Saint Charles 2, à l’Université Paul-Valéry (Montpellier). 

La séance sera consacrée au Manifeste cyborg de Donna Haraway (Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exil, 2007). 

« La globalisation du droit administratif », Journée d’études AFDA, Nanterre, 7 décembre 2018

La globalisation du droit administratif

Journée d’études de l’AFDA

vendredi 7 décembre 2018


Programme

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Discours d’accueil

Approche générale

Sous la présidence de Sabine Boussard, Professeur à l’Université Paris Nanterre

9h30 : Droit global, globalisation du droit et droit administratif. Quelques remarques terminologiques préalables
Clémentine Bories, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre

10h : Le droit administratif global : brève analyse critique d’un courant de pensée
Isabelle Boucobza, Professeur à l’Université Paris Nanterre

Débats et pause

11 h : La régulation du numérique : un modèle de globalisation ?
Arnaud Sée, Professeur à l’Université Paris Nanterre

11 h30 : Le droit International des investissements, vecteur de globalisation du droit administratif ?
Arnaud de Nanteuil, Professeur à l’Université Paris-Est Créteil

Débats et déjeuner

Approche sectorielle

Sous la présidence de Laurence Folliot-Lalliot, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h : Le tribunal arbitral du sport, juge administratif global ?
Franck Latty, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h 30 : Du standard international à la norme technique nationale : l’exemple du Codex alimentarius
Marie Crespy-De Coninck, Maître de conférences à l’Université de Nantes

Débats

15h30 : Les collectivités territoriales, acteurs de la globalisation du droit administratif ?
Maxence Chambon, Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise

16h00 : La circulation des concepts juridiques dans la globalisation du droit administratif : l’exemple de la redevabilité
Mickaël Lavaine, Maître de conférences à l’Université de Brest

Débats

Inscription obligatoire pour le colloque et le déjeuner auprès de M. Laurent Lasnier : llasnierATParisnanterre.fr

Date limite d’inscription : 23 novembre 2018 – Nombre de places limité pour le déjeuner

Séminaire « Esthétique environnementale et citoyenneté », Miriam Meissner, « Socio-aesthetic patterns for de-growth ? A formal approach to eco-politics », 30 novembre 2018, Sorbonne, 18h30-20h30

2ème séance du séminaire de recherche en philosophie & esthétique « Esthétique environnementale et citoyenneté » (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, École des arts de la Sorbonne, Nordic Summer University, European Humanities University / J. Althusius Institute, Lituanie, Aarhus University, Danemark). 

Vendredi 30 novembre 2018 de 18h30 à 20h30

Miriam Meissner, assistant professor, Université de la Haye, Pays-Bas, études culturelles visuelles 

« Socio-aesthetic patterns for de-growth? A formal approach to eco-politics »

Environmental scientists increasingly highlight the need for industrialized societies to implement a drastic transformation towards de-growth economic systems in order to counteract resource depletion and environmental degradation. A transformation towards de-growth would not only require fundamental institutional and policy changes, but it also demands a shift in cultural values and lifestyles. 

This lecture starts from the idea that, to realize ‘de-growth’, it is crucial to link this term to innovative concepts of wellbeing and hedonism. Current research studies human history and environmental social movements (e.g. voluntary simplicity) to provide ideas for alternative forms of wellbeing. This presentation suggests that there is an additional pathway towards the innovation de-growth-oriented forms of hedonism. Drawing on Caroline Levine’s theory of forms, I argue that the social and aesthetic ‘organizing patterns’ for a de-growth society can also be found in current cultural practices that are not explicitly about de-growth. Via examples of ‘lifestyle minimalism’, I show how both anti-consumerist and post-work ideals are proliferating in contemporary popular culture. Further, I argue that the analysis of forms can provide insights into the socio-aesthetic patterns that currently prevent these ideals from becoming collectivized and politicized for a de-growth agenda.  

Miriam Meissner is Assistant Professor in Urban Studies at the Department of Literature and Art, Maastricht University. Her research explores the interrelation between cities, creativity, political economy and the environment. In particular, it examines how urban art, media and cultural practices re-mediate and politicize global risks of finance and ecology. Miriam’s book publications include Narrating the Global Financial Crisis: Urban Imaginaries and the Politics of Myth (Palgrave, 2017) as well as the co-edited volumes The Routledge Companion to Urban Imaginaries (2018) and Global Garbage: Urban Imaginaries of Waste, Excess and Abandonment (Routledge, 2016). 

Lieu

École des arts de la Sorbonne, Centre Saint Charles, 47 rue des Bergers, 75015 Paris, Salle 230

Séminaire « Société, Environnement, Santé », Dominique Bourg et Sophie Swaton, 22 novembre 2018, 17-19h, Créteil

4ème séance du séminaire de recherche en philosophie « Société, Environnement, Santé (SENS) » (Université Paris-Est Créteil/EA « Lettres Idées Savoir »/IUF), organisé par Ali Benmakhlouf et Patrick Savidan.

jeudi 22 novembre 2018, 17h-19h

Dominique BOURG (Professeur de philosophie à l’université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Les deux récits de l’anthropocène : réaffirmation tronquée de la modernité versus dépassement »
et
Sophie SWATON (Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Le revenu écologique de transition »

Lieu
Campus Centre
61, avenue du Général de Gaulle – 94000 Créteil
Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université
Bâtiment I1, salle 135

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques », Christian Lazzeri, « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques », Sorbonne, 28 novembre 2018, 17-19h

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques » organisé par Ludmilla Lorrain et Lyess Bouderbalaavec le soutien du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne

Première séance : Christian Lazzeri (Univ. Paris-Nanterre) : « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques. » Pauline Julien (Univ. Paris-Nanterre) répondante. La séance aura lieu au Centre Sorbonne en salle F610 de 17h à 19h.

Calendrier des séances 2018-2019

  • 28 novembre : Christian LAZZERI (Univ. Paris-Nanterre) “Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques.”

Réponse : Pauline Julien

  • 16 janvier : Benjamin BOURCIER (Univ. catholique de Lille) “Généalogie du cosmopolitisme politique: Cloots, Kant et Bentham”

Réponse : Pedro Lippmann

  • 13 février Pierre DARDOT (Univ. Paris-Nanterre) “Généalogie de la souveraineté”

Réponse : Pierre de Saint Phalle

  • 27 mars Pierre CRÉTOIS (Univ. Bordeaux-Montaigne) “D’une intuition porteuse de Rousseau au sujet du droit de propriété”

Réponse : Leonardo Moreira

  • 10 avril : Hourya BENTOUHAMI (Univ. Toulouse-Jean-Jaurès) “Désobéissance civile. Une généalogie ancrée dans l’Atlantique noire”

Répondant : Eraldo Souza Dos Santos

  • 29 mai : Christophe MIQUEU (Univ. Bordeaux-Montaigne) : titre à venir

Répondante : Mélanie Zappulla

  • 5 juin : Elsa DORLIN (Univ. Paris 8) : “Le pouvoir comme prédation”

Réponse : Ludmilla Lorrain / Lyess Bouderbala

Argumentaire 

            Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, nation, libertés civiles, crise de la représentation : au gré des crises politiques et de leur traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale dans le langage ordinaire. Or l’usage constant de ces notions, nous les rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence : comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel usage, et par conséquent susceptibles de désigner tout type de réalité. En un mot, la mobilisation constante de ces concepts produit une illusion d’an­historicité.  

            Prenant le contre pieds de cet écueil, ce séminaire met au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Notre objectif est ainsi de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et pensée politique, suivant en cela l’hypothèse selon laquelle la compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol, l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement compréhensible sans une mise en perspective du contexte historique ayant accompagné à leur avènement. L’attention portera donc sur les processus, habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts – lesquels sont, le plus souvent, présentés comme des réalités réifiées. Notre objectif est donc de rendre visible les diverses tensions sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.

            Ce faisant, ce séminaire a pour dessein de travailler à une généalogie des concepts de la philosophie politique, permettant de retrouver le processus d’accumulation des différents sens qui les ont façonnés et rendus tels que le langage courant nous les donne à voir. Autant de strates de sens correspondant à autant de tensions historiques et de remaniements théoriques – des couches sédimentées, accumulées, supprimées ou réintroduites – dont il s’agira de retrouver la trace.

« Réglementer la liberté d’expression au nom du débat public », Colloque international organisé par l’Institut de Recherches Philosophiques de Lyon (IRPHhiL), 29-30 novembre 2018, Lyon 3

*Réglementer la liberté d’expression au nom du débat public*

Colloque international organisé par l’Institut de Recherche Philosophiques de Lyon (IRPhiL)

avec le soutien  du Centre Européen des Études Républicaines (CEDRE)

du programme Bourgeon Lyon 3 « Liberté d’expression et délibération
démocratique »

du programme COMOD « La liberté d’expression : généalogies, modèles,
institutions »

Université Lyon 3 Jean Moulin, Salle Caillemer

15 Quai Claude Bernard, Lyon 7ème (entrée par la place Ollier)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Jeudi 29 Novembre 2018*

11h00              Accueil

11h30-12h*      Introduction : la réglementation délibérative de la liberté
d’expression*

Présentation des programmes de recherche EgaLibEx
<https://droitphil.hypotheses.org/programmes/egalibex> (ANR, JCJC 2018) et
« Liberté d’expression
<https://droitphil.hypotheses.org/programmes/la-liberte-dexpression-genealogies-modeles-institutions>
»
(COMOD, 2018)

Charles Girard, Université Jean Moulin Lyon 3 ; Christopher Hamel,
Université de Rouen ; Clotilde Nouët, Université de Lyon ; Mathilde Unger,
Université de Strasbourg

12h-13h30      *Liberté d’expression et débat public : état des lieux
juridique*

           Modératrice : Mathilde Philip-Gay, Université Jean Moulin Lyon 3

Guy Haarscher, Université Libre de Bruxelles : « Réflexions sur
la liberté d’expression, le blasphème et les propos racistes : la Cour
suprême des Etats-Unis, modèle ou repoussoir pour l’Europe ? »

Gwénaële Calvès, Université de Cergy-Pontoise : « Réglementer la
liberté d’expression pour favoriser le débat public : un bref retour sur la
théorie de l’effet dissuasif (*chilling effet*) ».

15h–16h30      *Liberté d’expression et débat public : état des lieux
philosophique*

           Modératrice : Isabelle Delpla, Université Jean Moulin Lyon 3

Charles Girard, Université Jean Moulin Lyon 3 : « Liberté
d’expression et délibération publique dans les théories de
l’autogouvernement »

Clotilde Nouët, Université de Lyon : « De la liberté de parole au
droit à la politique dans les théories de l’espace public »

17h-18h30      *Liberté d’expression et débat public : état des lieux
historique *

                       Modératrice : Clotilde Nouët, Université de Lyon

Christopher Hamel, Université de Rouen : « “*Nor is it to the
common people less than a reproach*” : les effets de la censure sur les
gens du commun dans *Areopagitica* de Milton ».

François Quastana, Université de Lille 2 : « De l’exaltation
d’une liberté d’expression « indéfinie » à la difficulté de penser la
répression légale de ses abus (1788-1793) »

*Vendredi 30 Novembre *

10h-12h15 : *Réglementer au nom de l’égalité, réglementer au nom de la
vérité*

Modérateur : Stéphane Madelrieux, Université Jean Moulin Lyon 3

Raphaëlle Théry, Université Paris 2 Assas : « Liberté
d’expression et égalité d’expression : discours majoritaires et
minoritaires ».

Lia Epperson, American University / Collegium de Lyon : « Freedom
of Expression in US Education : Speech, Equality, and Diversity on
University Campuses »

Thomas Hochmann, Université de Reims : « Fausses informations et
liberté d’expression ».

14h-15h30 : *La réglementation des médias numériques : objectifs et
instruments*

       Modérateur : Christopher Hamel, Université de Rouen

Romain Badouard, Université de Paris 2 Assas : « Gouvernance
d’internet et liberté d’expression : les nouveaux chemins de la censure ».

Tarlach McGonagle, Universiteit van Amsterdam : « Re-thinking
freedom of expression and media pluralism in the digital age ».

16h00-17h30 : *La réglementation de la liberté d’expression et la société
civile*

Modératrice : Mathilde Unger, Université de Strasbourg

Félix Tréguer, ISCC-CNRS et *Quadrature du Net*, « Conjurer la
féodalisation de l’espace public numérique »

Pierre-Arnaud Perrouty, *Ligue des droits de l’homme
Belgique *: « Liberté
d’expression : l’enfer et les bonnes intentions »

17h30-18h00 : *Discussion générale et conclusions*

Modératrice : Mathilde Unger, Université de Strasbourg

*Organisation* :

Charles Girard, Université Jean Moulin Lyon 3 (charles.girardATuniv-lyon3.fr)
Christopher Hamel, Université de Rouen (christopher.hamelATuniv-rouen.fr)
Clotilde Nouët, Université de Lyon (clotilde.nouetATuniv-lyon3.fr)
Mathilde Unger, Université de Strasbourg (m.ungerATunistra.fr)


Séminaire « La liberté d’expression », Lyon 3, Lia Epperson, « Neutrality or Inequity ? Competing Constitutional Principles of Expression in the US », 22 novembre 2018

Lia Epperson, professeure de droit, Collegium de Lyon/ American University, Washington College of Law

Neutrality or Inequity ? Competing Constitutional Principles of Expression in the US

Lyon 3, Salle de la Rotonde, 18 rue Chevreul, Lyon 7eme, 6eme étage

Jeudi 22 novembre 2018, 16h-18h

Séminaire Philobio, Virginie Maris, « Les sciences de la nature après la mort de la nature. La place des humains dans l’écologie scientifique », IHPST, 19 novembre 2018, 14h30

La prochaine séance du séminaire Philbio aura lieu lundi 19 novembre à 14h30 dans la salle de conférence de l’IHPST (2ème étage).

 Virginie Maris (CNRS/CEFE) : « Les sciences de la nature après la mort de la nature – la place des humains dans l’écologie scientifique« 

Résumé : L’écologie scientifique a longtemps considéré les activités humaines comme une variable exogène à son système d’étude, qu’elles soient purement ignorées ou considérées comme un facteur de perturbation. L’évidence du caractère global de l’influence humaine sur le fonctionnement de la biosphère invite à réviser en profondeur ce parti-pris et à développer une écologie globale ou systémique, qui ne soit pas tributaire d’une idéalisation des systèmes écologiques comme indépendants des activités humaines. Je discuterai cet appel pour une « écologie anthropocénique » et j’en montrerai les limites. Je décrirai dans un premier temps « ce que fait » l’Anthropocène à la distinction traditionnelle entre sciences de l’homme et sciences de la nature. Je présenterai ensuite certaines formes exemplaires de cette nouvelle écologie. Enfin, je défendrai la pertinence et la nécessité de conserver une distinction théorique entre les processus naturels et les activités humaines en écologie, en particulier pour les dimensions de l’écologie directement mobilisées par les sciences de la conservation.

Colloque Marx 2018 Deux siècles d’actualité, Ecole normale supérieure et MSH Paris Nord, 29 novembre-1er décembre 2018

Colloque
MARX 2018

Deux siècles d’actualité

Jeudi 29 novembre

À l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris Ve

9h30

Ouverture du colloque

Avec des représentants des structures partenaires

10h-12h30

Marx et la France

Présidence : Sylvie Aprile (Paris X) — Introduction

Jean-Numa Ducange (Univ. Rouen)

Comment et pourquoi Marx fut introduit en France

Serge Wolikow (Univ. Bourgogne)

Les communistes et Marx : réflexions sur la longue durée

Isabelle Gouarné (CNRS)

Comment le rationalisme français utilisa Marx

Isabelle Garo (Lycée Chaptal)

Marx et les communes, de la France à la Russie

12H30-14H30

 — DÉJEUNER

14h30-17h

Reproduction(s) du capitalisme : 

problématiques féministes et écologistes

Présidence : Yohann Douet (Paris X) et Alix Bouffard (Univ. Strasbourg) 

— Introduction

Paul Guillibert (Paris X)

Crise écologique et reproduction sociale : Marx et le «néo-populisme»

Razmig Keucheyan (Univ. Bordeaux)

Les «besoins radicaux» entre reproduction et révolution

Saliha Boussedra (Univ. Strasbourg)

La réception du concept marxien de «reproduction» par les féministes matérialistes

Aurore Koechlin (Paris I)

Féminisme et reproduction du capital : débats théoriques et enjeux stratégiques

18h-19h

Table ronde : Editer, lire, faire lire Marx

Animée par Gilles Candar (Société d’études jaurésiennes)

Avec Alice de Charentenay (séminaire Lectures de Marx, ENS), Jean Quétier (Univ. Strasbourg, GEME), Julien Hage (Paris X), Richard Lagache (Éditions sociales)

**

Vendredi 30 novembre

À l’Ecole normale supérieure, 45 rue d’Ulm, Paris Ve

10h-12h30

Théories de l’exploitation

Présidence : Jean-Numa Ducange (Univ. Rouen) 

— Introduction

Jacques Bidet (Paris X)

Exploitation : ce que Marx a vu sans voir

Jules Falquet (Paris VII)

De Marx à Guillaumin, exploitation de la force de travail ou appropriation des corps «machines-à-force-de-travail» ?

Barbara Gomes (Paris X)

Plateformes numériques de travail : le nouveau visage de l’exploitation

Alexis Cukier (Paris X)

Marx, l’exploitation et le droit du travail : contradictions, postérité et actualité

12H30-14H30 — DÉJEUNER

14h-17h30

Les classes sociales aujourd’hui :

luttes, alliances, hégémonie

Présidence : Antony Burlaud (Paris I) et Antoine de Cabanes (Espaces Marx/Transform !, Univ. Catholique de Louvain)   — Introduction

Sophie Béroud (Lyon II)

Rapports de classe et conflits du travail dans la France des années 1990-2010

Yann Le Lann (Lille III)

Marchandisation du travail et subjectivation politique. Retour sur les usages du concept de classe depuis la crise de 2008

Stefano Palombarini (Paris VIII)

Les compromis de classe, fondement et produit de l’action politique

Gérard Duménil (CNRS)

Cadres et capitalistes dans le capitalisme managérial néolibéral

Alexis Spire (CNRS)

Comment penser les classes sociales à l’échelle de l’Europe ?

**

Samedi 1er décembre

À la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord,

20, avenue George Sand, Saint-Denis

10H-12H30

Lire Le Capital

Présidence : G. Fondu (Univ. Rennes) 

— Introduction

Michael Krätke (Lancaster University)

Le Capital de Marx, un ouvrage inachevé et inachevable ?

Frédéric Monferrand (Paris X)

Domination abstraite ? Sur quelques ambiguïtés d’un concept critique

Catherine Colliot-Thélène (Univ. Rennes)

La critique de la propriété privée dans Le Capital : de la communauté au commun?

André Orléan (CNRS/ EHESS)

Pour une approche marxiste de l’institution monétaire

12H30-14H30

— DÉJEUNER

14h30-17hH00

Crise et communs

Présidence : Corinne Vercher-Chaptal (Paris VIII) 

— Introduction

Marcello Musto (York University, Toronto)

The Late Marx on Commune Ownership and Socialist Revolution

Laurent Baronian (Paris XIII)

Les crises et le commun financier chez Marx

Benjamin Coriat (Paris XIII)

Marx, la propriété, les communs et nous

Cédric Durand (Paris XIII)

Le capitalisme intellectuel monopoliste

AAC, « Assistance, protection et contrôle social dans les Etats de Savoie et les Etats voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires (Moyen âge, âge baroque, temps modernes, histoire contemporaine) », 28 et 29 novembre 2019, Nice

Appel à communications – Call for papers

L’étude des sources juridiques et judiciaires a toujours été essentielle pour l’histoire sociale ; celle qui a pris forme durant les années 60 du XXe siècle n’aurait pu exister sans elles. Pour autant, cette histoire sociale a débuté par une « histoire par le haut » : les études consacrées aux sources juridiques ont commencé par aborder le droit tel qu’il était produit par les institutions publiques et les acteurs juridictionnels. Mais cela a également permis d’inaugurer une nouvelle approche de la source juridique de la part de l’histoire sociale : non seulement ces sources peuvent être utilisées pour éclairer des éléments oubliés d’histoire sociale, mais leur approche, dans une perspective sociologique ou anthropologique, peut améliorer notre compréhension des constructions normatives et des pratiques judiciaires.

Ainsi, une lecture du droit tel qu’il est appliqué aux individus et tel qu’ils le ressentent offre d’importantes opportunités : elle peut d’abord fournir un complément à ce que peuvent apporter d’autres sources historiques, mais nous éclairer également sur le contexte sociopolitique et les éléments d’expérience sociale qui produisent des sources juridiques dans toute leur diversité.

Ce colloque a ainsi pour objectif d’explorer la manière dont des sources juridiques peuvent être utilisées dans une perspective analytique d’histoire sociale. La thématique choisie concerne le domaine dans lequel le droit est le plus proche de besoins des individus : celui de l’assistance, de la protection et du contrôle social. Cette problématique centrale de l’histoire sociale n’a jamais été abordée dans les États de Savoie : l’historiographie de l’assistance, de la protection et du contrôle social y est quasiment inexistante, en tous cas envisagée à partir de sources juridiques et judiciaires. Or, l’assistance, la protection et le contrôle social sont des enjeux humains, sociétaux, politiques, économiques, juridiques voire juridictionnels de premier ordre et posent, dans une perspective d’histoire sociale, de multiples questions :

Celle d’abord des personnes assistées, en situation de faiblesse de précarité, ou de vulnérabilité et de leurs besoins : les pauvres (mendiants, vagabonds, familles pauvres, familles nombreuses), les malades ou victimes d’accidents (contaminés contagieux, victimes d’épidémies, déments, infirmes, victimes de guerre, blessés), les vieillards, les femmes (veuves, filles-mères, prostituées), les enfants (enfants abandonnés, orphelins), les étrangers (migrants, réfugiés, déplacés, voyageurs, pèlerins), les prisonniers, chômeurs, naufragés…

Cette même diversité se retrouve lorsqu’on s’intéresse aux dispositifs d’assistance, qu’il s’agisse des moyens (aumônes, assurances privées, assurances sociales, mutuelles) ou des structures (hôpitaux, hospices, asiles, lazarets, sanatoria, ateliers de charité, xenodochia).

On la retrouve aussi lorsqu’on pense aux acteurs de l’assistance et de la protection, qu’il s’agisse d’acteurs privés (corporations, confréries de pénitents, associations de dévotion, entreprises, philanthropes, sociétés de secours mutuels, loges maçonniques) ou bien d’acteurs institutionnels (États, Communes, Départements, Provinces, Églises, congrégations religieuses, armée, monts de piété, caisses de crédit municipal).

La cadre chronologique est volontairement large, puisqu’il couvre la période du Moyen Âge, de l’Âge baroque, des Temps modernes et de l’histoire contemporaine.

Le Cadre géographique est celui des Anciens États de Savoie (dans leur acception la plus large) et des États limitrophes à titre de comparaison et afin de mettre en lumière la circulation des modèles et des pratiques.

Les langues du colloque étant l’italien, le français et l’anglais, la communication faite dans une langue fera l’objet d’un résumé d’une page dans au moins une des deux autres langues, et sera distribué au moment du colloque.

Les communications seront limitées à 20 minutes.

Les propositions de communication devront parvenir à l’adresse suivante :

marc.ortolani AT univ-cotedazur.fr

en mentionnant :
– les coordonnées de l’auteur (adresse mail, téléphone)
– le titre (même provisoire) de la communication
– un bref résumé (10 lignes maximum)
– une présentation de l’auteur (10 lignes maximum)
Délai de réponse à l’appel à communication : au plus tard le 1er mai 2019

page2image23552

Audrey Benoit, « Le féminisme peut-il être universaliste ? », Séminaire « Libérer et dominer », Montpellier, 20 novembre 2018

Séminaire « Libérer et dominer : la philosophie européenne, le monde et l’Empire ».

Audrey Benoit (chercheuse associée au Centre d’Histoire des Philosophies Modernes de la Sorbonne), le 20 novembre prochain, de 16h00 à 18h00, en salle des Caryatides – 003 (Université Paul-Valéry, Montpellier, site Saint-Charles 2). 


Son intervention aura pour titre : « Le féminisme peut-il être universaliste? Impérialisme politique et empire des concepts ». 


Argumentaire :

  C’est au nom du caractère paradoxalement lacunaire de l’universalisme des droits de l’homme et du citoyen que les féministes revendiquent, historiquement, l’extension aux femmes du suffrage universel masculin. Mais que faire de l’universalisme, lorsqu’il devient l’instrument de l’exclusion, par une culture majoritaire, de femmes appartenant à des groupes minoritaires ? Le potentiel impérialiste de l’universalisme sera abordé au travers du pouvoir des mots de produire la réalité sociale de la domination politique. Si le concept de sexe, en produisant la naturalité de son objet, est l’un des ressorts de l’ « hétérosexisme », qu’en est-il du contenu du concept de femme dont partent les mouvements féministes ? 

Paul Oslington, « Christian theology and the formation of economics as a discipline in 18th and early 19th century Britain », Paris 1, 18 janvier 2019, 17-19h.

Les Après-midi de Philosophie et Economie

Séminaire de PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Economiques, Université Paris 1)

Jeudi 18 janvier, 17h-19h

Maison des Sciences Economiques (Salle 116)

Paul Oslington

( Professor of Economics and Dean of Business, Alphacrucis  
College, Sydney)

présentera une communication intitulée :

“CHRISTIAN THEOLOGY AND THE FORMATION OF ECONOMICS AS A  
DISCIPLINE IN 18TH AND EARLY 19TH CENTURY BRITAIN
 

Christian theology shaped political economy as a discipline, and facilitated its rise to cultural dominance across the English speaking world. This paper outlines these theological influences (especially the British tradition of scientific natural theology of Bacon and Newton, and the moderate Calvinism of the ScottishEnlightenment). It connects doctrines such as divine providence and the future hope to economists’ belief inthe co-ordinating and beneficent powers of markets. It then discusses changes in the religious context in the mid-19th century that eroded the religious significance of economics and allowed the secularization of economics by the late 19th century in Britain and the early 20th century in America.