Colloque “Amor mundi. L’exercice politique de la pensée. Hommage à Etienne Tassin”, 16-18 mai 2019, Paris 7

Amor mundi. L’exercice politique de la pensée Hommage à Étienne Tassin

16-18 mai 2019

Amphithéâtre Buffon, Université Paris Diderot – Paris 7

15 rue Hélène Brion, 75013 Paris

Le monde, selon Étienne Tassin (1955-2018), est le commun qui se tisse entre des acteurs et des actrices qui ne partagent aucune communauté préalable, mais qui fait naitre un réseau de relations accueillant la division et la conflictualité. Agir politiquement n’est pas se soucier de soi mais se soucier du monde, dans une perspective cosmo-politique, réactivée de nos jours comme « politique des étrangers non pas faite à leur intention mais en leur compagnie ». Corrélativement, « prendre soin du monde, Amor mundi », désigne aussi « la signification politique de l’activité de penser ».

Étienne Tassin était un professeur de philosophie politique ainsi qu’un philosophe globe-trotter. D’Haïti à Buenos Aires, de Bogota à Saint-Louis du Sénégal, il a initié de multiples entreprises intellectuelles dans un esprit d’amitié et de solidarité. Qui était Étienne ? Que nous donnent à penser l’œuvre qu’il laisse mais aussi sa façon d’être au monde ? Venu-e-s pour une part d’Outre-mer, d’Outre-Atlantique et d’Afrique, ceux et celles qui lui rendront hommage tenteront d’en témoigner.

Avec le soutien de l’Institut Humanités, Sciences et Sociétés, de la Fabrique du politique, du Bureau des Relations Internationales, du Département des Sciences Sociales et de l’École doctorale 382 de l’Université Paris Diderot, de Mines-Télécom, de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine (IHEAL) et du Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP)

 

Jeudi 16 mai Matin

9h00 : Accueil
9h15-9h45 : Introduction par Martine Leibovici 9h45-10h15 : Ouverture

Monique Chemillier-Gendreau, « Étienne Tassin et la question de l’universel »

Présidente : Martine Leibovici 10h15 : Pause

10h30-13h00 : Hannah Arendt : Comment faire monde commun
Projection de l’entretien d’Étienne Tassin avec Aurore Mréjen pour Les Archives du Présent (15 octobre 2016)

Discutant-e-s : Pascale Devette, Antonia Grunenberg, Wolfgang Heuer, Lucas Martin, Jacques Message, Joël Roman, Julia Smola

Présidente : Claudia Hilb 13h00-14h30 : Déjeuner (buffet sur place)

Après-midi14h30-16h00 : Phénoménologie et politique (1)

Martin Breaugh, « “Désir d’un monde divisé”. Étienne Tassin et le projet d’une critique vivante de la domination »

Blondin Cissé, « Réinventer le vivre-ensemble : des ressources africaines et arabo-islamiques » Luc Ngowet, « La tradition ré-enchantée et la recherche d’un modèle démocratique africain » Président : Laurent Fleury

16h00 : Pause
16h30-17h30 : Phénoménologie et politique (2)

Christophe David, « Les sens de la manifestation. Mise en situation d’Étienne Tassin dans le tournant politique de la phénoménologie (entre Maurice Merleau-Ponty et Jan Patočka, dans le sillage d’Hannah Arendt et aux côtés de Marc Richir) »

Anne Gléonec, « Autour du Maléfice de la vie à plusieurs. L’héritage merleau-pontien dans la pensée d’É. Tassin »

Présidente : Azadeh Kian

Vendredi 17 mai Matin

9h15 : Accueil
9h30-11h00 : Penser le présent

Michel Agier, « Le contemporain de l’anthropologue, le terrain du philosophe. Échanges suivis avec Étienne Tassin »

Sonia Dayan-Herzbrun, « D’une cosmopolitique comme polyfocalité » Numa Murard, « Un incomparable sentiment d’injustice »
Présidente : Claudia Girola

11h00 : Pause
11h15-12h45 : Croisements

Gérôme Truc, « Assumer la sociologie : se former aux sciences sociales en dialogue avec Étienne Tassin »

Manuel Cervera-Marzal, « L’intelligence philosophique de la politique. Étienne Tassin et la sociologie »

Valentine Le Borgne de Boisriou, « Pour une philosophie de terrain. Éprouver la pensée du politique »

Président : Federico Tarragoni 12h45 : Déjeuner (buffet sur place)

Après-midi

14h30-15h15 : Échos de Colombie. Subjectivation, violence, amitiéLaura Quintana, Diego Paredes et Anders Fjeld
Président : Fabrice Flipo

15h15-16h00 : Échos de Haïti
Michèle Duvivier Pierre-Louis, « Voyager avec Étienne Tassin » Stéphane Douailler, « Le théâtre d’Étienne Tassin »
Président : Rémi Zanni

16h00-16h30 : Échos d’Argentine. La diagonale des conflits

Eduardo Rinesi
avec Valentine de Boisriou, Claudia Girola, Michèle Leclerc-Olive, Martine Leibovici, Lucas Martin, Denis Merklen, Numa Murard et Julia Smola

16h30 : Pause

16h45-17h30 : Archipel des devenirs : explorations utopiques

Alice Carabédian, Manuel Cervera-Marzal, Sara El Daccache, Malcom Ferdinand, Anders Fjeld, Arthur Guichoux, Vincent Jarry, Camille Louis, Juan Pablo Yañez, Mohammad Vaferi et Pauline Vermeren

17h30-18h00 : La jungle et la ville
Miriam Bovi, Andrea Caldas, Camille Louis et Guilia Montineri Présidente : Pauline Vermeren

Samedi 18 mai

Matin
La vie à plusieurs

10h00-11h00
Jean Waddimir Gustinvil, « Le cosmopolitisme, l’amitié à l’épreuve de l’hospitalité haïtienne » Odonel Pierre-Louis, « L’amitié par-delà les frontières. Et si Étienne Tassin nous était conté » Présidente : Valérie Löwit

11h00-11h50
Georges Navet, « Les devisements du monde »

Patrice Vermeren, « “Qui je suis ne peut que paraître, aux autres comme à moi- même” : Tassin en Amérique (du Sud) »

Présidente : Anne Kupiec 11h50 : Pause

12h00-12h30

Malcom Ferdinand, « De l’herboristerie doctorale à la jungle du monde : la pensée tassinienne de l’écologie »

Président : Numa Murard
12h30 : Clôture par Marie Cuillerai et Guillaume Le Blanc

“Personnages, écritures, sources : nouvelles directions en théorie du droit”, Séance de travail, Paris 2, 17 mai 2019

Le vendredi 17 mai 2019 de 16h à 19h l’institut Michel Villey organise, en collaboration avec la SFPJ, une séance de travail intitulée

Personnages, écritures, sources : nouvelles directions en théorie du droit

avec la participation de Denis Baranger (Paris 2), Vincent Forray (McGill University), Sébastien Pimont (Sciences Po) et Mikhaïl Xifaras (Sciences Po).

La séance aura lieu dans la bibliothèque de l’Institut Villey, 1 rue d’ilm, 75005 Paris, 5eme étage.

 

Colloque international, “Migration et cosmopolitisme européen : une évaluation critique”, Centre Panthéon, Salle 6, Paris 1, 27-28 mai 2019

Migration et cosmopolitisme européen: une évaluation critique”
 
 Ce colloque est coorganisé par Paris 1 et l’Université de Leuven et fait partie du projet H2020 NoVaMigra,”Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis”.
 
ARGUMENTAIRE 

“Le cosmopolitisme repose sur l’idée que la condition politique des êtres humains ne dépend pas de leur appartenance culturelle et nationale, mais reflète leur statut moral en qualité de personnes. Dans les années 1990 et 2000, d’aucuns ont pensé que l’UE et la culture politique européenne annonçaient une politique cosmopolitique supranationale ou, du moins, offraient un exemple de cosmopolitisme en voie d’élaboration. Cependant, les fortes réactions de populisme et de xénophobie auxquelles a donné lieu l’afflux des migrants économiques et de demandeurs d’asile durant la dernière décennie ont conduit à douter de la réalité d’une telle vision de l’UE et de son rôle d’avant-garde pour une ère postnationale. La crise des réfugiés de 2015 a également contribué à réactiver des valeurs contraires au cosmopolitisme (telles que la souveraineté nationale, l’intégrité culturelle) et à élever des doutes sur la capacité de l’UE à pouvoir réaliser les exigences d’un ordre cosmopolitique (solidarité, protection de la dignité humaine, ouverture à la diversité, tolérance).

Ce colloque s’appuiera sur des approches variées de philosophies sociale, politique et juridique pour examiner si, comment et jusqu’à quel point la réponse de l’UE aux mouvements globaux de migration actuels reflète des valeurs et des exigences cosmopolitiques. Le colloque cherchera également à dégager des pistes pour un modèle d’Europe cosmopolitique dans une ère marquée par des flux migratoires globaux. Les contributions vont porter sur les thèmes suivants: justice et mobilité, partage des responsabilités au sein de l’UE, cosmopolitisme et hospitalité, migration et valeurs européennes, redéfinition de la solidarité, intégration à l’échelle locale.”

Migration et cosmopolitisme européen: 

Une évaluation critique

27-28 mai 2019, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Panthéon (12, rue du Panthéon), salle 06

Organisation :

Isabelle Aubert (Paris 1/ISJPS/NoVaMigra), 

François Boucher (Paris 1/ISJPS/NoVaMigra), 

Eszter Kollar (KU Leuven/CESPP), and

Sophie Guérard de Latour (Paris 1/ISJPS/NoVaMigra)

Programme

Lundi le 27 mai

9:00 – 9:15 Arrivée et café

9:15- 9:30

Emmanuel Picavet (U. Paris 1)

Mot de bienvenue et d’introduction

9:30 – 10:30

Andrea Sangiovanni (European University Institute)

Why is EU Freedom of Movement Worth Preserving?

Pause

10:50 – 12:20 La mobilité: une question de justice?

Eszter Kollar (KU Leuven)

Temporary labour migration and the joint demands of social and global justice

Tamara Caraus (U. of Bucharest)

Roma un/free mobility in the EU: a cosmopolitan exception?

Cristian Fernandez (Malmö U.)

Cosmopolitanism at the Crossroads: Sweden after the 2015 “Refugee Crisis”

Déjeuner

14:00 – 15:30 Le partage des responsabilités au sein de l’UE

Jos Philips (Utrecht U.)

The EU’s moral responsibilities towards refugees: human rights, partiality towards one’s own citizens, and fair shares.

François Boucher (U. Paris 1)

On the fair allocation of responsibilities to protect refugees in the EU

Eleonora Milazzo (European University Institute)

Solidarity as Co-responsibility. EU member States and the Pursuit of Justice in the Field of Refugee Protection

Pause

15:50 – 16:50 L’hospitalité: un défi pour le cosmopolitisme?

Fabienne Brugère (U. Paris Lumières)

L’hospitalité peut-elle être cosmopolitique? De Kant à Seyla Benhabib

Audran Aulanier (École des Hautes Études en Sciences Sociales)

Hospitalité et cosmopolitisme : une impossible réconciliation ?

Pause

17:00 – 18:00 

Andreas Niederberger (U. Duisburg-Essen)

Is Migration a Challenge for Cosmopolitan Political Philosophy?

Mardi le 28 mai

9:00 – 10:00

June Edmunds (U. of Sussex)

Precarious Bodies: The ‘Veiled’ Muslim Woman in European Human Rights

Pause

10:20 – 11:50 La migration: un test pour les valeurs européennes?

Marcus Düwell (Utrecht U.)

Human Dignity, Migration and European Values

Philippe Crignon (U. Paris 1)

Valeurs et conflits de valeurs en Europe face au phénomène migratoire

Olivier Chassaing (U. Paris-Nanterre)

L’accueil punitif

Déjeuner

13:30 – 15:00 Redéfinir la solidarité

Phil Cole (U. of the West England)

On the borders of solidarity: Europe and the Refugee Question”

Kerri Woods(U. of Leeds)

Refugees’ Stories: Empathy, Agency, Solidarity

Elzbieta M. Gozdziak and Izabella Main (Adam Mickiewicz U.)

From Solidarnosc to solidarities: Poland and the ‘migration crisis’

Pause

15:30– 16:30Migration et intégration à l’échelle locale

Guillaume le Blanc (U. Paris Est Créteil)

L’infrapolitique peut-elle être une cosmopolitique?

Benjamin Boudou (Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity)

Migration and Urban Cosmopolitanism in European Cities

Mondes sociaux, 19 avril 2019

Mondes Sociaux vient de mettre en ligne

  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Gérard Noiriel à propos de son ouvrage Une histoire populaire de la France. De la Guerre de cent ans à nos jours » (podcast) : https://sms.hypotheses.org/19152
  • Lucrecia Enríquez, « La independencia del Chile, une historia olvidada ». Au Chili, la date de l’Indépendance fait l’objet d’une lecture conservatrice et d’une lecture progressiste : https://sms.hypotheses.org/19196

Publiés le même jour

  • Guillaume Carbou, « Le romantisme de l’écologie politique ». Quand l’écologie est prise entre des courants divers et parfois contradictoires… https://sms.hypotheses.org/19227
  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Geneviève Azam et Maxime Combes à propos de l’ouvrage Chaos climatique partout ! Justice climatique nulle part ! » (podcast). La transition écologique, c’est pour quand ? https://sms.hypotheses.org/19259
  • Thibaud Deguilhem, « Comprendre le marché du travail à Bogota à partir de la qualité de l’emploi ». Comment mesurer la qualité de l’emploi ? Cette notion est-elle plus pertinente que les outils classiques ? https://sms.hypotheses.org/19242
  • Manon Bril, « Réapprendre à aimer l’obscurité ». La pollution lumineuse des villes nous ferait-elle regretter l’obscurité ? Ça se discute… https://sms.hypotheses.org/19218

Colloque international, “Quel travail pour une transition écologique solidaire ?”, UNESCO, 20-22 mai 2019

Présentation des organisateurs :

Du 20 au 22 mai 2019, un colloque international organisé par le Ceras
sur le thème « Quel travail pour une transition écologique solidaire ? »
aura lieu au siège de l’UNESCO à Paris.
 
L’urgence environnementale, l’accélération des transformations sociales et technologiques ébranlent le travail. Comment assurer à chacun un travail digne, tout en préservant notre maison commune ? Cette interrogation centrale nous a menés à étudier de nombreux thèmes : double peine des travailleurs exploités en milieu pollué, nouvelles économies solidaires, responsabilité sociale et environnementale des entreprises, émergence du travail robotisé, travail du care, rôle des religions…
Le Centre de recherche et d’action sociales (Ceras), en partenariat avec l’Organisation internationale du travail (OIT), a coordonné un travail de recherche-action sur l’avenir du travail dans la transition écologique, au croisement des intuitions du travail décent et vert porté par l’OIT et de l’écologie intégrale promue par le pape François dans Laudato si’. Convaincus que la crise est aussi une opportunité de réinventer un travail plus digne et soutenable, nous avons désiré considérer les réalités vécues et les solutions portées par les travailleurs du monde entier.
C’est pourquoi représentants d’associations, syndicats, ONGs, mouvements d’Église, cadres et entrepreneurs, universitaires se sont associés à notre réflexion. Durant le colloque, la restitution des fruits de notre travail sera discutée par David Graeber (London School of Economics), Vandana Shiva (activiste indienne), Gaël Giraud (CNRS), Gilles Vermot-Desroches (Schneider Electric), Cécile Renouard (Campus de la transition), Mgr Jorge Lugones (Pastorale sociale en Argentine), Pierre-Michel Menger (Collège de France), Daniel Le Guillou (Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée), Éloi Laurent (OFCE)…
Conférences plénières et ateliers en petits groupes permettront de discuter constats et propositions, à partir de l’expérience des partenaires : Secours catholique, Territoire Zéro Chômeurs, CCFD-Terre Solidaire, CFTC, Ressources humaines sans frontières, Ibero-American Union of Workers, Indian Social Institute, Mouvement des cadres chrétiens, et bien d’autres… Le colloque s’achèvera par la présentation d’un manifeste du travail souhaitable.

Inscriptions (obligatoires) et programme détaillé sur : www.travailecologieparis2019.com 

Emmanuel Salanskis, “La révolution darwinienne en philosophie ou le moment intellectuel de la fin du 19e siècle”, Nancy, 24 avril 2019

Emmanuel Salanskis (Université de Strasbourg)

La révolution darwinienne en philosophie, ou le moment intellectuel de la fin du 19e siècle

Résumé : “Dans une conférence de 1909 intitulée « L’influence du darwinisme sur la philosophie », le philosophe américain John Dewey déclarait que « l’“Origine des espèces a introduit un mode de pensée qui était destiné à transformer la logique de la connaissance, et donc le traitement de la morale, de la politique et de la religion ». Cinquante ans après la publication de L’Origine des espèces, Dewey suggérait donc que la révolution scientifique provoquée par Darwin avait aussi causé une transformation profonde du champ philosophique. Ce jugement peut sembler exagéré à un lecteur contemporain : on pourrait objecter que les deux écoles philosophiques majeures qui se sont constituées au XXe siècle, la philosophie analytique et la phénoménologie, ont globalement traité la théorie de l’évolution comme dénuée de pertinence philosophique (comme Suzanne Cunningham l’a montré dans Philosophy and the Darwinian Legacy). Le propos de ma conférence sera néanmoins d’analyser un moment intellectuel antérieur à cette exclusion : celui de la deuxième moitié du XIXe siècle, au cours de laquelle Darwin a été pris au sérieux par une constellation de philosophes, en particulier en Allemagne. Je montrerai que Nietzsche se situe au carrefour de ces réceptions allemandes et qu’il peut être lu comme un grand interprète de ce moment. Pour ce faire, je présenterai brièvement ses réflexions en matière de théorie de l’évolution de la connaissance, d’histoire évolutionniste de la morale et de « physiologie de l’art ».”

Cette conférence aura lieu à 18 heures à Nancy, sur le Campus Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Lorraine, place Godefroy de Bouillon, bâtiment G, salle G04, rez-de-chaussée.

Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Cette conférence pourra être suivie en direct sur internet.

Colloque international, “Doctrines autoritaires et totalitaires du droit constitutionnel”, org. Olivier Beaud et Olivier Jouanjan, Paris 2, Salle des conseils, 10 mai 2019

Présentation des organisateurs :

Plutôt qu’une étude comparée des régimes autoritaires ou totalitaires, de leurs institutions, de leurs systèmes respectifs de domination, ce colloque vise à analyser, dans une perspective comparative, les doctrines du droit constitutionnel qui ont pu être élaborées afin de rendre compte de ces régimes dans la littérature juridique contemporaine de chacun de ces systèmes politiques.

Il s’agit donc d’étudier les discours juridiques produits en vue d’expliquer la constitution politique de plusieurs États que l’on peut caractériser comme étant autoritaires ou totalitaires. Ces discours sont d’origine essentiellement académique ou, le cas échéant, émanant de juristes praticiens (juges notamment) participant au travail doctrinal sur le droit constitutionnel. La question générale est : comment se construisent les discours d’une telle doctrine constitutionnelle, sur la base de quels concepts fondamentaux, en quoi rompt-elle avec une éventuelle tradition juridique plus ou moins fortement établie, quelles sont les approches méthodologiques mobilisées (notamment : le positivisme est-il la méthode privilégiée par ces doctrines ?), quelle est la cohérence interne du dis- cours, jusqu’à quel point une doctrine peut-elle être critique du régime, jusqu’à quel point pratique-t-on un « art d’écrire » au sens de Leo Strauss, quels sont les débats doctrinaux ?

L’accent porte ainsi sur les discours de la « science du droit », de sorte que, outre l’analyse institutionnelle des régimes, l’approche sociographique des acteurs ou le recours aux programmes constitutionnels des partis et élites politiques ne sont utilisés que dans la seule mesure où ceux-ci éclairent l’étude des discours doctrinaux.

Les contributions porteront au premier chef sur les discours de justi cationet de légitimation de ces régimes, le discours des adversaires de la démocratie libérale. Le but du colloque est en effet de tenter de comprendre différenteslogiques constructives de discours aboutissant à « justifier l’injustifiable », àlégitimer des régimes essentiellement répressifs. C’est pourquoi les doctrines critiques de ces régimes devraient être essentiellement examinées, en tant que de besoin, dans la mesure où elles permettent de comprendre davantage les discours de légitimation.

Sans prétention à l’exhaustivité, un point important de la comparaison entre- prise consistera à mettre en parallèle les doctrines autoritaires et totalitaires des régimes fascistes et « para »fascistes jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, des régimes socialistes et de plusieurs régimes récents ou contemporains.

Matinée

• de 9h à 12h45 •
Sous la présidence de Lucien Jaume (Directeur de recherches émérite, CNRS)

Ouverture du colloque

Olivier Jouanjan (Professeur à l’Université Panthéon-Assas)Penser un droit constitutionnel autoritaire ou totalitaire ?

Bernardo Sordi (Professeur à l’Université de Florence)Droit constitutionnel et droit administratif sous le fascisme

Oscar Ferreira (Maître de conférences à l’Université de Bourgogne)
La doctrine constitutionnelle éclectique des cathédocrates sous l’Estado Novo portugais

Louis Terracol (Doctorant contractuel à l’Université Panthéon-Assas)
La doctrine constitutionnelle de Vichy : penser la légalité et la légitimité autour de l’autorité

Après-midi

• de 14h30 à 18h15 •
Sous la présidence de Bernardo Sordi (Professeur à l’Université de Florence)

Carlos Miguel Herrera (Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise)Débats doctrinaux et politiques sur le constitutionnalisme péroniste (1946-1955)

Olivier Jouanjan (Professeur à l’Université Panthéon-Assas)
Dialectique de la concrétude : Principes d’une « science marxiste-léniniste du droit constitutionnel » en RDA

Mirjam Künkler (Professeur au Swedish Collegium for Advanced Study, Uppsala) Between Authoritarianism and Pragmatism: The Constitutional Theory of the Islamic Republic of Iran

Gabor Halmai (Professeur à l’Institut Universitaire Européen de Florence)Illiberal Constitutional Theories in Hungary

Olivier Beaud (Professeur à l’Université Panthéon-Assas) Conclusions

Bernardo Sordi, “La belle époque du droit administratif italien : Vittorio Emanuele Orlando et Santi Romano”, Paris, 9 mai 2019

L’Institut Michel Villey accueille Bernardo Sordi (Professeur à l’université de Florence) pour une conférence intitulée

La belle époque du droit administratif italien : Vittorio Emanuele Orlando et Santi Romano

Bibliothèque de l’Institut Michel Villey, 1 rue d’Ulm, 75005 Paris, 5eme étage

Jeudi 9 mai 2019, 18-20h

Journée d’études “Althusser/Marx”, Poitiers, 17 mai 2019

Journée d’étude “Althusser/Marx” organisée par
l’Equipe d’accueil Métaphysique Allemande et Philosophie Pratique (MAPP, EA 2626, Poitiers)
 
Vendredi 17 mai à Poitiers
 
Hôtel Fumé, salle des Actes, 8 rue René Descartes, de 9h à 17h :
 
Matinée :  
– 9h Accueil
– Jean-Baptiste Vuillerod (Université Paris Nanterre) : “Sujet individu chez Louis Althusser
 
– Discussion
 
Après-midi :
 
– 13h30 Alexis Cukier (Université de Poitiers) : “Au sujet des relectures récentes de l’interpellation althussérienne
 
– Discussion
 
Entrée libre, sans réservation.

“Why Private Property ?”, Raisons politiques, 73, 2019

Le dernier numéro de la revue Raisons Politiques (n° 73) a été coordonné par Eric Fabri, Maxime Lambrecht et Pierre Crétois. Il s’intitule “Why Private Property?”. Il est disponible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2019-1.htm?fbclid=IwAR2I4qACx6K5JERp_jCkGHQR69Hp36K7FfOZV2_vpq3poQP0H46DlI7w0m8
 
Sommaire : 
  • Pierre Cretois, Éric Fabri et Maxime Lambrecht, Introduction
  • Hillel Steiner, Good Fences Make Good Neighbours
  • Billy Chistmas, Hugo Grotius and Private Property
  • Jean-Fabien Spitz, Locke et l’appropriation privée. À quelles conditions le droit d’exclure peut-il être justifié ?
  • Karl Widerquist, The Pursuit of Accord: Toward a Theory of Justice with a Second-Best Approach to the Insider-Outsider Problem
  • Victor Mardellat, Contractualism and the Moral Limits of Private Property Rights
  • Gavin Kerr, Private Economic Liberty and the Idea of Quasi-Private Ownership
  • Round Table (Philippe Van Parijs, Jean-Fabien Spitz, Hillel Steiner, Karl Widerquist), “Why Private Property?”  

 

Atelier “Les inégalités au croisement de la philosophie et des sciences sociales”, 19 avril 2019, EHESS

La cinquième séance de l’atelier « Les inégalités au croisement de la philosophie et des sciences sociales » aura lieu vendredi 19 avril de 15h à 18h à l’EHESS (54 Boulevard Raspail, salle A06_51).

Deux interventions sur l’accueil et l’hospitalité sont au programme. Selon l’organisation du séminaire la première intervention sera plus sociologique, basée sur un terrain, la seconde plus théorique.

Simone Di Cecco (Urmis – Paris Diderot/ICM) : “Faut-il défendre le droit d’asile? Le système d’accueil italien comme outil de contrôle et discipline des migrant.e.s”

Alors que l’actuel gouvernement italien (de façon analogue à celui français) restreint progressivement le droit d’asile, la gauche institutionnel, le monde associatif et une partie des mouvements sociaux s’engagent dans la défense du système d’accueil et des centres d’hébergement pour demandeurs-ses d’asile. A partir de l’étude des programmes de bénévolat réservés à ces migrant.e.s, il s’agira d’analyser les différentes formes de contrôle et discipline qui prennent place dans les centres d’hébergement, ainsi que les injonctions et les relations de pouvoir qui se tissent dans ce type de logements contraints et tout au long de la demande d’asile. Une telle démarche permettra enfin d’avancer l’hypothèse selon laquelle la raison humanitaire qui régit les politiques d’asile n’est pas extérieure aux rapports sociaux racistes, mais indissociablement imbriquée à ces derniers.

Audran Aulanier (CEMS/EHESS) : “Pour une politique de l’hospitalité – réflexions à partir de Waldenfels, en repartant de Kant et Derrida”

   La phénoménologie de l’étranger de Bernhard Waldenfels ne traite pas directement de l’hospitalité. Pourtant, à travers ses écrits, Waldenfels montre que nous sommes toujours en train de répondre à l’étranger (das Fremde) dans son sens le plus large. Par là, il promeut une ouverture aux « chocs d’étrangeté » et à leur caractère transformateur.
A partir d’une présentation de ces concepts de réponse et d’ouverture, j’interrogerai la possibilité de les transformer en politique de l’hospitalité, en confrontant Waldenfels à Kant et Derrida notamment.

Programme du séminaire sur le lien suivant : https://enseignements-2018.ehess.fr/2018/ue/2932/
Evénement facebook ici : https://www.facebook.com/events/738055659924191/

“Les impensés du droit administratif”, Journée d’études en l’honneur de Jacques Caillosse, Centre Panthéon, Paris, 27 mai 2019

9h00 – Accueil et ouverture
Michel Borgetto, Professeur de droit public à l’Université Paris II Panthéon- Assas, directeur du CERSA & Christophe Pierucci, Maître de conférences en droit public l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon- Sorbonne)

9h30 – Témoignage
Karl-Henri Voizard, Maître de conférences en droit public à l’université de Toulouse, INU Jean-François Champollion

Les territoires impensés du droit

Présidence : Sabino Cassese, Juge émérite de la Cour constitutionnelle italienne Professeur à la School of government auprès de la LUISS de Rome

9h45 La surdétermination économique du droit administratif selon Jacques Caillosse
Jacques Chevallier, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas, CERSA-CNRS

Le Conseil d’Etat hors le Conseil d’Etat
Pascale Gonod, Professeur de droit public à l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)

Les fins et les moyens
Benoît Plessix, Professeur de droit public à l’université Paris II Panthéon-Assas

11h00 – « Regards interdisciplinaires »
Table-ronde animée par Sabino Cassese
Olivier Beaud, Professeur de droit public à l’université Paris II Panthéon-Assas
Grégoire Bigot, Professeur d’histoire du droit à l’université de Nantes
Patrice Duran, Professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Paris Saclay
Christian Vigouroux, Président de section au Conseil d’Etat

Les impensés du droit des territoires

Présidence : Jacques Moreau, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas

14h00 Paris, impensé du droit administratif des territoires
Jeanne Chauvel, Post-doctorante en science politique à Sciences Po Rennes & Olivier Renaudie, Professeur de droit public à l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)

Les “ratés” de l’aménagement des territoires
Agathe Van Lang, Professeur de droit public à l’université de Nantes

15h00 – « Territorialisation du droit »
Table-ronde  animée par Jacques Moreau
Olivia Bui Xuan, Professeure de droit public à l’université d’Evry-Val d’Essonne
Laurence Lemouzy, Directrice scientifique de l’Institut de la Gouvernance Territoriale et de la Décentralisation et de la revue « Pouvoirs Locaux », Docteur en sciences politiques
Jean-Arnaud Mazères, Professeur émérite de droit public de l’université de Toulouse I Capitole

16h30 Pour ne pas conclure : ce que le droit administratif nous apprend sur le droit
Jacques Caillosse, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas, CERSA-CNRS

Entrée libre sous réserve d’inscription obligatoire – contact : rafaele.pedersenATuniv-paris1.fr / florence.nukATcnrs.fr / 01.42.34.58.84

“Philosophie et économie : vers un nouvel ordre européen ?”, Séminaire Dialogues autour de Kojève, Paris 1, 12 avril 2019

La troisième séance du séminaire «Pratiques extra-philosophiques de la philosophie. Dialogues autour d’A. Kojève», intitulée Philosophie et économie : vers un nouvel ordre européen ?, aura lieu le 12 avril 2019 de 17h à 19h dans la salle de lecture de NoSoPhi (Centre Sorbonne, escalier K, 2e étage, salle G 615 bis).

Invitées : Teresa Pullano (Université de Bâle) et Elodie Djordjevic (Université Paris 2 Panthéon-Assas).

Consulter le lien suivant pour prendre connaissance du calendrier: https://kojevedialogues.wordpress.com/

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée, après inscription préalable à l’adresse suivante: dialogueskojeveATgmail.com

Claude Gautier, “Entre expérience et pratique : quelques hypothèses de lecture de Dewey et Bourdieu”, Séminaire NoSoPhi, Paris 1, 11 avril 2019

La prochaine séance du séminaire NoSoPhi aura lieu le jeudi 11 avril 2019, de 16h à 18h, en Sorbonne, salle D622.

Claude GAUTIER (ENS Lyon) donnera une conférence intitulée : « Entre expérience et pratique : quelques hypothèses de lecture de Dewey et Bourdieu».

Marie GARRAU (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) sera sa répondante.

Le séminaire est ouvert à tous après inscription préalable à l’adresse suivante : Philo-RechercheATuniv-paris1.fr

Le programme annuel du séminaire est disponible sur la page web du séminaire : http://nosophi.univ-paris1.fr/groupes/SeminaireNosophi.htm.