Colloque « Critical Race Theory », 17-18 janvier 2019, Paris 1

Colloque international
Critical Race Theory

Organisé par Isabelle Aubert et Magali Bessone
ISJPS-CPCS/NoSoPhi, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17 et 18 janvier 2019
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Panthéon, Salle 216

Jeudi 17 janvier

9h-9h30 Accueil des participants. Mot d’introduction des organisatrices.

Pour un concept « critique » de race
Présidente de séance : Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
9h30-10h40    Charles Mills (City University of New York) : « Racial Justice »
Pause
11h-11h50      Yala Kisukidi (Université Paris VIII) : « Race et hospitalité »
11h50-12h40 Magali Bessone (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Supprimer le mot ‘race’ de la Constitution? »

La méthode de la Critical Race Theory
Président de séance : Jean-François Kervégan (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
14h-15h10      Jean-François Gaudreault Desbiens (Université de Montréal): « Le narrativisme comme legs juridique marquant de la Critical Race Theory ? »
Pause café
15h30-16h20  Julie Saada (Sciences Po): « Récits et contre-récits dans le droit »
16h20-17h10  Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Une ligne marxienne dans la Critical Race Theory? »

Vendredi 18 janvier

La Critical Race Theory, un mouvement critique du droit proprement américain ?
Président de séance : Daniel Sabbagh (Sciences Po)
9h30-10h40    Kimberlé W. Crenshaw (Columbia University / University of California, Los Angeles): « Mapping the margins »
Pause
11h-11h50      Mathias Möschel (Central European University, Budapest) : « Réception et pertinence de la Critical Race Theory en Europe »
11h50-12h40 Ary Gordien (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) : « Are Anti-Discrimination Policies the closest French equivalent to Critical Race Theory? »

Quelle place pour l’intersectionnalité ?
Présidente de séance : Marie-Xavière Catto (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
14h-15h10      Maria Drakopoulou (University of Kent) : « Travelling Feminisms: some reflections on questions of jurisprudence, difference and legal tradition »
Pause
15h30-16h20 Stéphanie Hennette-Vauchez (Université Paris Nanterre) : « Affaire Baby Loup, laïcité à la française ou discrimination intersectionnelle ? »
16h20-17h10 Hourya Bentouhami (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Intersectionnalité, un outil de lutte contre les discriminations ? »

Colloque « Langage et critique social. Nouveaux regards sur le pouvoir des mots », 20-21 décembre 2018, Paris 1

Colloque  

Langage et critique sociale 

Nouveaux regards sur le pouvoir des mots

 Organisé par Audrey Benoit et Katia Genel 

(Centre d’Histoire des Philosophies Modernes de la Sorbonne)

Jeudi 20 Décembre – Vendredi 21 Décembre 2018

Jeudi 20 décembre 

Amphithéâtre de la Bibliothèque Sainte-Barbe, 4 rue Valette 75005 Paris 

9h30 : accueil des participant.e.s

10h : ouverture du colloque (Isabelle Aubert, Audrey Benoit, Katia Genel)

Langage, identités, littérature

Présidence: Isabelle Aubert                                                                                                 

  • 10h30 : Éléonore Le Jallé (Université de Lille) 

Les transclasses et le langage dans les romans de Dickens 

  • 11h15 : Jean Tain (École Normale Supérieure, Paris) 

Le modèle linguistique de la « constellation » et la critique de l’identité selon Adorno

  • 12h :   Katia Genel (Université Paris 1, Centre Marc Bloch) 

Comment dire ce qui ne va pas. Langage et pathologie sociale 

Langage et idéologie

Présidence : Audrey Benoit

·      14h30 : Elsa Dorlin (Université Paris 8) 

Se taire : l’idéologie et les silences

·      15h15 : Pascale Gillot (Université de Tours) 

Théorie du discours et théorie de l’idéologie, de Louis Althusser à Michel Pêcheux 

·      16h :   Frédéric Porcher (Université de Strasbourg) 

Critique du langage et critique de l’idéologie : les traces de Nietzsche et de Marx dans La Dialectique de la raison 

Vendredi 21 décembre 

Centre Panthéon – salle 216, 12 place du Panthéon, 75005 Paris 

9h00 : accueil des participant.e.s

La prise de parole, entre traduction et production

Présidence : Éléonore Le Jallé

·      9h30 : Orazio Irrera (Université Paris 8) 

  La prise de parole et les scènes de la politique

·      10h15 : Philippe Sabot (Université de Lille) 

   Poïétique et politique de la traduction 

·      11h :   Guillaume Le Blanc (Université Paris Est Créteil) 

   Entendre pour mieux voir. Eléments d’une théorie de l’audibilité sociale 

Le pouvoir des mots

Présidence : Katia Genel

·      13h30 : Magali Bessone (Université Paris 1) 

               Les mots ou les maux de la race 

·      14h15 : Bruno Ambroise (CNRS, Université Paris 1) 

Pouvoirs et empêchements de l’insulte : réflexions austiniennes sur les conditions de l’insulte efficace 

·      15h :   Audrey Benoit (Université Paris 1) 

La production discursive de la réalité sociale : penser les pratiques de signification à partir d’Althusser et de Butler 

Journée d’études « Vers une cartographie des marges : autour de l’oeuvre de Kimberlé W. Crenshawé, 9 janvier 2019, Paris 1

Journée d’étudesVers une cartographie des marges : Autour de l’œuvre de Kimberlé W. Crenshaw

Université Paris 1 Panthéon-SorbonneMercredi, le 9 janvier 20199h-18h30Salle de Formation de la BIS17, rue de la Sorbonne75005 Paris, France

Avec le soutien de l’École Doctorale de Philosophie de Paris 1 (ED 280) et de l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Organisation : Marta Dell’Aquila et Eraldo Souza dos Santos (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

À l’occasion de la venue de Kimberlé Crenshaw à l’Université Paris 1 en tant que professeure invitée, une journée d’études portant sur son œuvre aura lieu le 9 janvier 2019. Il s’agira de tracer une généalogie de la théorie de l’intersectionnalité tout en analysant l’influence que celle-ci a exercé sur la recherche en sciences humaines et sociales lors des dernières décennies.  

Programme  

Matinée

Sous la présidence de Sandra Laugier(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

9h : Accueil des participant.e.s

9h15 : Introduction de Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30 : Kimberlé Crenshaw (Columbia Law School/UCLA) – Intersectionality at 30: Reflection, Recovery, Rearticulation

10h30: Marta Dell’Aquila (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Complicating Intersectionality with Decolonial Perspectives

11h15 : Pause11h30 : Nira Yuval-Davis (University of East London) – Dialogical epistemology. Situated intersectionality and transversal politics

12h15 : Baptiste Cornardeau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Intersectionality and the Role of Language in Perspectival Thought

13h : Déjeuner

Après-midi

Sous la présidence d’Alexandrine Guyard-Nedelec(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

14h30 : Kalpana Wilson (Birbeck College, University of London) – Individualising intersectionality – the toolkit politics of neoliberal development and its contestations

15h15 : Eraldo Santos (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Racial Justice and the Ethics of Public Policy

16h : Pause16h15 : Magali Cecchet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Intersectionality in Dialogue with Ecofeminism: Fighting Environmental Injustices

17h :  Elsa Dorlin (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – TBA

18h : Remarques conclusives

Colloque « The Human Measure Legacy, Conflicts and Perspectives of Humanism », Rome 9-11 janvier 2019

The Human Measure Legacy, Conflicts, and Perspectives of Humanism
INTERNATIONAL CONFERENCE – ROME, 9-11 JANUARY 2019
LUMSA – Aula Traglia. Borgo Sant’Angelo 13, ROME
umanesimo(at)lumsa.it
CONFERENCE PROGRAMME
WEDNESDAY, 9 JANUARY
15-18.30 / 3pm-6.30pm
The Human Measure within the Conflict of 20th and 21st-Century HumanismsChair: Stefano Biancu, Università LUMSA
The Human Measure and the (Impossible?) Legacy of Humanism: an IntroductionStefano Biancu, Università LUMSA

Philosophical Foundations of a Future HumanismVittorio Hösle, Notre Dame University (USA)

The human measure in context of contemporary Christianhumanism (1891-1948)Giuseppe Tognon, Università LUMSA
Communications:L’humaine mesure ou l’institution des registres catégoriels de l’humainet du non humain – Stéphane Cormier, Université de BordeauxHeidegger e l’umanesimo: una questione ancora aperta? – Alberto Anelli, Università LUMSA

THURSDAY, 10 JANUARY9-13 / 9am-1pm
The Human Measure: the Human Being and the Animal
Chair: Calogero Caltagirone, Università LUMSA
A monkey called Homo sapiens
Giorgio Manzi, Sapienza-Università di Roma
On the fatal nature of man: “animale irrequieto e impazientissimo”
Massimo Marassi, Università Cattolica del Sacro Cuore
Man, machine, animal
Philippe Nouzille, Pontificio Ateneo Sant’Anselmo
Communications:Il « corpo soggettivo”: risonanze biraniane nel pensiero di Michel Henry – Gaetano Iaia, Fondazione “Centro per la Vita”, Pozzuoli (NA)L’animale e l’impersonale: Simone Weil – Francesca Simeoni, Università LUMSA / Institut Catholique de Paris

15-18.30 / 3pm-6.30pmThe Human Measure: Body, Technology and Environment
Chair: Maria Rosa Antognazza, King’s College London
La bioéconomie et les nouvelles frontières du corps humainCéline Lafontaine, Université de Montreal

Le mesure humaine dans le post-humanisme et le trans-humanismeThierry Magnin, Université Catholique de Lyon

Communications:Debunking Fake Humanities. Critical Reasoning, Desire and NeuroEthics – Fabrizia Abbate, Università del MoliseDistance and Grammar in the Digital and Analog Worlds – Taylor Knight, Institut Catholique de ParisPersonalized Medicine and complexio. “What is Human?” as a Medical Question – Chiara Beneduce, Università Campus Bio-Medico di RomaHumanities and Humanism: in Dialogue with Martha Nussbaum – Kamila Drapało, Australian Catholic University / Università LUMSA

FRIDAY, 11 JANUARY9-13 / 9am-1pmThe Human Measure in the Face of the Denial of the Human
Chair: Pierre Vercauteren, Université Catholique de Louvain, President of the Scientific Board of FIUC-IFCU
Human Measure in the Face of Radical Evil: Reflections on Transitional JusticeFrank Haldemann, Geneva Academy of International Humanitarian Law and Human Rights
Une éthique de l’immigration à la recherche de la mesure humaineWalter Lesch, Université Catholique de Louvain

Facing the inhuman: the return of the natural law in the 20th Century
Riccardo Saccenti, Università di Bergamo
Communications:Servir l’humanité. La mesure de la vie selon Edith Stein – Elodie Boublil, Universität zu KölnPersona e relazione nel pensiero del giovane Rawls – Roberto Luppi, Università LUMSAUtopia, Retrotopia, Protopia and the Building of the Civilization of Love – Riccardo Lufrani, Università LUMSA

Congrès du GIS Humanités, 17-19 décembre 2018, Lyon

Le Congrès du GIS Humanités, organisé par HiSoMA, le CIHAM et l’IHRIM, se tiendra à Lyon les 17, 18 et 19 décembre prochains, successivement à l’université Lyon 2, à l’ENS de Lyon et à l’université Lyon 3.

Le thème en est « Étudier les Humanités aujourd’hui. Nouveaux enjeux et nouvelles méthodes »

Deuxième séance du séminaire « Racisme et histoire », John J. Clegg, 13 décembre 2018, Nanterre

La deuxième séance du séminaire « Racisme et histoire », le jeudi 13 décembre de 17h à 19h, accueillera John J. Clegg, Harper Schmidt Fellow and Collegiate Assistant Professor in the Social Sciences à l’Université de Chicago. 

John J. Clegg présentera ses recherches récentes sur le « salaire du Blanc ». Il s’agira à la fois de retracer la trajectoire du concept forgé par W. E. B. Du Bois et d’étudier les évolutions effectives des salaires dans le Sud états-unien avant et après l’émancipation des esclaves. 

Présentation et discussion en anglais.

La séance aura lieu en salle Séminaire 2 du bâtiment Max Weber, Université Paris Nanterre. 

Conférence d’Oscar Horta, « Les enjeux éthiques et scientifiques de la souffrance des animaux sauvages », 12 décembre 2018, Sorbonne

Oscar Horta, professeur
de philosophie morale à l’université de Santiago de Compostela, conférence sur les
enjeux éthiques et scientifiques de la souffrance des animaux sauvages.

La conférence, en anglais, aura lieu le *mercredi 12 décembre à 18h à la
Sorbonne, *54 rue Saint-Jacques, 75005 Paris, en salle des Actes*.*

Pour s’inscrire à l’événement et pouvoir entrer dans le bâtiment, merci de
communiquer les noms et prénoms des participants en envoyant un email à
antonin.broiATgmail.com avant le 6 décembre.

Selon l’opinion commune, la vie des animaux sauvages est globalement bonne.
Pourtant, les recherches scientifiques montrent que la plupart des animaux
sauvages ont des vies brèves et difficiles, si bien qu’il est probable que
leurs vies contiennent en tout plus de souffrance que de plaisir. Si nous
rejetons le spécisme, cela nous donnerait de bonnes raisons d’essayer de
leur venir en aide.
De fait, nous intervenons déjà de manière significative dans la nature. Le
problème de la souffrance des animaux sauvages vient donc enrichir la
question des objectifs qui devraient présider à ces interventions dans la
nature. Un nouveau champ de recherche scientifique, la *welfare biology*,
est en train d’émerger pour améliorer notre connaissance des conditions de
vie des animaux et aider à la prise de décision dans ce domaine. Dans cette
conférence, Oscar Horta défendra le développement de ce champ de recherche,
et répondra aux critiques, notamment environnementalistes et
anthropocentristes, à l’encontre de ce mouvement.

Soutenance de thèse de Daphné Le Roux, « La marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel du mariage catholique », Nanterre, 7 décembre 2018

« La Marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel de mariage catholique »

La soutenance aura lieu le vendredi 7 décembre 2018 à 14h00.
À l’Université Paris Nanterre,
Au Bâtiment René Ginouvès, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE)
en Salle 308.

Composition du jury :

Monsieur Vincent Descombes, Rapporteur, Directeur d’études, EHESS

Monsieur Frédéric Fruteau de Laclos, Examinateur, Maître de conférences, Université Paris 1

Madame Martine de Gaudemar, Directrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Laurence Hérault, Rapporteure, Professeure, Université d’Aix-Marseille

Monsieur Michael Houseman, Codirecteur, Directeur d’études, EPHE

Madame Judith Revel, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Martine Segalen, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Résumé de la thèse

Cette thèse poursuit un double objectif. D’une part, étudier les transformations contemporaines du rituel de mariage catholique en France à partir d’une observation ethnographique de l’ensemble des activités qui composent le rite – de la préparation à la célébration. D’autre part, évaluer la pertinence de la théorie foucaldienne des « techniques de soi » pour rendre compte de ces activités. Cette double dimension, ethnographique et théorique, constitue le fondement d’une « philosophie de terrain » dont on définit les enjeux méthodologiques. La première partie de ce travail est d’ordre épistémologique : elle présente et discute différentes manières d’appréhender la ritualité catholique contemporaine. La deuxième partie se concentre sur la préparation au mariage : on étudie alors les exercices mis en place par les prêtres et les animateurs laïcs de l’association Centres de préparation au mariage (CPM), et on souligne notamment la dimension réflexive de ces dispositifs qui condu
it les fiancés à adopter de nouveaux schèmes narratifs et de nouvelles techniques de communication pour s’engager dans leur vie de couple. La troisième partie est centrée sur la célébration de l’union : on montre alors que, dans le contexte du catholicisme contemporain, l’effectivité de ce rite ne se comprend pleinement que si on l’envisage à l’aune de la préparation qui le conditionne. Deux enjeux généraux émergent de ce travail. D’une part, on présente les apports de la théorie de la subjectivation à l’analyse rituelle. D’autre part, les observations ethnographiques permettent d’approfondir de façon critique la théorie foucaldienne.

Abstract

This thesis has a twofold objective. On the one hand, to examine the contemporary transformations of the Catholic wedding ritual in France based on an ethnographic observation of all the activities that comprise the rite — from preparation to celebration. On the other hand, to evaluate the relevance of Foucault’s ‘‘technologies of the self’’ to reflect these activities. This dual dimension, ethnographic and theoretical, constitutes the basis of a ‘‘field philosophy’’ whose methodological issues are defined. The first part of this work is of an epistemological nature: it presents and discusses different ways of understanding contemporary Catholic rituality. The second part focuses on marriage preparation: we then explore the exercises set up by priests and lay animators of the association Centres de préparation au mariage (CPM). In particular, the reflective dimension of these devices (dispositifs) is highlighted, leading to the adoption of new narrative patterns and new commu
nication techniques to engage in their couple’s life. The third part focuses on the celebration of union: it is then shown that, in the context of contemporary Catholicism, the effectiveness of this rite can only be fully understood if it is considered in the light of the preparation that conditions it. Two general issues emerge from this work. On the one hand, the contributions of subjectification theory to ritual analysis are presented. On the other hand, ethnographic observations allow us to critically deepen Foucault’s theory.

Colloque « Les réceptions contemporaines de Simone de Beauvoir. France, Italie et Espagne 1968-2018 », Nice, 3-4 décembre 2018

Lundi 3 décembre 2018

9h00 – 19h30

09h00 : Accueil des participants

LES RÉCEPTIONS FRANÇAISES I

Modération : Odile GANNIER (UCA, CTEL)

09h15 : François MASCLANIS (ISG-PBM Toulouse / ISERAM)
Le Deuxième sexe. Représentations sociopolitiques des critiques de l’ouvrage de Simone de Beauvoir

09h45 : Tiphaine MARTIN (Université de Toulon, Babel)
Du texte à la représentation : réceptions de La Femme rompue

10h15 : Marine ROUCH (Université de Toulouse – Université de Lille)
Du côté des lectrices : réception et appropriation féministes de Simone de Beauvoir et de son œuvre en France (1949-1970)

10h45 : Discussion et pause

LES RÉCEPTIONS FRANÇAISES II

Modération : Tiphaine MARTIN (Université de Toulon, Babel)

11h30 : Marie-Claude HUBERT (ESPE Maxéville – Université de Lorraine)
Réception croisée du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir par la philosophe Geneviève Fraisse et Annie Ernaux

12h00 : Bérengère MORICHEAU-AIRAUD (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ALTER)
La manière dont Annie Ernaux parle de Simone de Beauvoir dans ses récits

12h30 : Discussion et pause déjeuner

CONFERENCE

Modération : Marie-Joseph BERTINI (UCA, LIRCES)

14h15 : Manon GARCIA (Université de Chicago) On ne naît pas soumise, on le devient

15h15 : Discussion et pause
OUVERTURE EN MÉDITERRANÉE

16h00 : Denis CHARBIT (Open University of Israel)
La réception de l’œuvre de Simone de Beauvoir en Israël : une exception française

16h30 : Discussion

LES RÉCEPTIONS ITALIENNES

Modération : Francesca SENSINI (UCA, CMMC)16h45 : Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS)

Du Deuxième sexe à Rivolta femminile. L’analyse d’un événement imprévu17h15 : Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC)

Vita domestica e pratiche alimentari : Simone de Beauvoir e Rossana Campo17h45 : Discussion et pause
19h30 : Dîner en ville

Mardi 4 décembre 2018

9h00 – 13h30

LES RÉCEPTIONS ESPAGNOLES

Modération : Sara Calderon (UCA, LIRCES)

09h00 : Beatriz ONANDIA RUIZ (Université du Pays Basque)
Traductions et féminisme : el Segundo Sexo de Simone de Beauvoir en Espagne et son influence dans la littérature féministe espagnole contemporaine

09h30 : Gloria NIELFA (Universidad Complutense de Madrid)
La recepción de la obra de Simone de Beauvoir en España : una mirada histórica hasta la actualidad

10h00 : Discussion et pause

LES RÉCEPTIONS INATTENDUES ET CONTROVERSÉES

Modération : Magali GUARESI (UCA, CMMC) et Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC)

10h45 : Eve GIANONCELLI (Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis)
« Nous ne sommes pas beauvoiriennes mais… ». Les intellectuelles (anti)féministes conservatrices entre rejet et appropriation de la figure, de la pensée et de l’héritage de Simone de Beauvoir

11h15: Maria Chiara MATTESINI (Istituto Luigi Sturzo di Roma)
La libertà come scelta. L’eredità di Simone de Beauvoir nell’elaborazione cattolica del femminismo

11h45 : Discussion et pause

OUVERTURE OUTRE-ATLANTIQUE

Modération : Barbara MEAZZI (UCA, CMMC)

12h00 : Constance BORDE & Sheila MALOVANY- CHEVALLIER
« Deuxième ou Second Sexe ? » Les aléas de la traduction et de la réception duDeuxième Sexe aux États-Unis

12h45 : Table ronde : Constance BORDE & Sheila MALOVANY-CHEVALLIER, Tiphaine MARTIN, Xavière GAUTHIER et organisatrices

13h30 : ClôtureC

Organisation

Marie-Joseph BERTINI (UCA, LIRCES), Odile GANNIER (UCA, CTEL), Magali GUARESI (UCA, CMMC), Barbara MEAZZI (UCA, CMMC), Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC), Francesca Irene SENSINI (UCA, CMMC)

Revue française d’histoire des idées politiques, 48, novembre 2018, « Langues et nations au XIXème siècle »

Le dernier numéro de la Revue française d’histoire des idées politiques vient de sortir. Il est consacré au thème « Langues et nations au XIXème siècle ».

Après la fin de l’Ancien Régime et l’effondrement prémonitoire des Empires centraux se met en place, tout au long du XIXe siècle, ce qui sera la matrice de l’Europe moderne. La pierre angulaire de ce processus est la revendication d’une langue nationale de la part des peuples. Les contributions réunies dans ce volume étudient comment les langues européennes ont été tantôt l’élément unificateur d’un même Etat, tantôt la frontière invisible mais hautement sensible entre Etats voisins et nations.

Contributeurs : Jean-Luc Chappey, Tristan Coignard, Luca Mannori, Daniel Baric, Ute Weinmann, Guillaume Bacot, Caroula Argyriadis-Kervegan, François Monnier, Julien Le Mauff.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=61301&no_revue=908&razSqlClone=1

Florence Burgat, « Etre le bien d’un autre. Remarques sur la condition animale dans le droit », Centre Universitaire Méditerranéen, 4 décembre 2018, Nice

Le cycle de conférences de philosophie du Centre Universitaire Méditerranéen (65 promenade des anglais), « Réfléchir pour aujourd’hui », en partenariat avec la Société azuréenne de philosophie, accueille le mardi 4 décembre 2018 à 18h, Florence Burgat [directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), détachée aux Archives Husserl (ENS-CNRS)], pour une conférence intitulée :

« Être le bien d’un autre. Remarques sur la condition animale dans le droit ».

Présentation de la conférence :

Être le bien d’un autre, c’est être la chose sur laquelle le propriétaire a le droit de vie et de mort. Tel est le régime auquel les animaux sont soumis dans le droit. Nous présenterons l’évolution des textes pour tenter de saisir au plus près ce qu’est la condition animale dans le droit, une condition bien étrange, à l’heure où la qualité de sensibilité définit les animaux dans le Code civil.é

Premier workshop du projet ALDRA, invité : Jean-Yves Girard, « Les limites de l’intelligence artificielle », faculté de droit, Nice, 5 décembre 2018

Pour son premier workshop, le projet ALDRAI (Administrative Law, Distant Reading, Artificial Intelligence) reçoit Jean-Yves Girard (mathématicien, logicien, directeur de recherches émérite du CNRS, Marseille) le 5 décembre 2018, salle des conseils de la faculté de droit de Nice, campus Trotabas, 11h-15h, autour des limites de l’intelligence artificielle.

Soutenance de thèse de Mona Gérardin-Laverge, « Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes. », 14 décembre 2018, Paris 1.

Soutenance de thèse de Mona Gerardin-Laverge :

« Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes »

La soutenance aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 à 9h30.
Centre Panthéon
12, place du Panthéon
75005 Paris
Salle 6 (aile Soufflot, 2e étage).


Composition du jury :

Sandra Laugier, Directrice de thèse
Professeure de Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Bruno Ambroise
Chargé de recherche au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 8103)

Nancy Bauer
Professor of Philosophy, Tufts University

Judith Butler
Professor of Comparative Literature and Critical Theory, University of California, Berkeley

Luca Greco
Professeur de Sociolinguistique, Université de Lorraine (Metz)

Paola Marrati
Professor of Philosophy, Johns Hopkins University

Judith Revel
Professeure de Philosophie, Université Paris Nanterre

Résumé :

Comment penser la construction et la déconstruction du genre dans le langage ? Je montre que la philosophie du langage ordinaire — et notamment la théorie austinienne des actes de parole — peut soutenir une approche constructiviste et éclairer le rôle du langage dans la construction sociale du genre. La naturalisation du genre repose à la fois sur une représentation du langage — comme simple reflet du réel et comme « capacité » inégalement partagée — et sur des pratiques linguistiques ordinaires et scientifiques. Penser cela implique de dépasser la stricte dichotomie de l’idéologique et du matériel, pour analyser ensemble la construction et la représentation du genre dans des pratiques discursives et non-discursives. La théorie butlerienne de la « performativité du genre » permet de penser à la fois la construction du genre et sa contingence, sa possible déconstruction. Mais quel est notre pouvoir transformateur ? Si montrer qu’un phénomène n’est pas naturel ne suffit pas à le détruire, analyser sa force ne nous réduit-il pas à l’impuissance ? Pour répondre à ces questions, j’étudie des pratiques discursives de lutte. Je montre le pouvoir transformateur de pratiques de subversions et d’actes de parole insurrectionnels, qui font usage de la performativité du langage pour transformer les conditions sociales encadrant l’efficacité des discours. Je montre que ces pratiques déconstruisent le genre et produisent des collectifs de lutte, pour insister sur ce qu’une approche radicalement constructiviste du genre ouvre comme possibles pour le féminisme et l’action collective.


Summary

Language is a place of struggle
Performativity of ordinary language in the construction of gender and feminist struggles

            How is gender constructed and deconstructed in ordinary practices of language? First of all, I demonstrate that ordinary language philosophy – and more specifically the austinian theory of speech acts – can lay the ground for a constructivist approach and help to understand the role of language in the social construction of gender. I show that gender is naturalized both by our representation of language itself – as a mere reflect of reality and as an unequally shared “capacity” – and by ordinary and scientific practices of language. Understanding this idea involves going beyond the dichotomy of ideological and material, in order to analyze construction and representation of gender together in both discursive and non-discursive practices. Butler’s theory of gender performativity makes it possible to understand both construction and deconstruction, or the contingency of gender. But does not highlighting the strength of this construction lead to deny our power and agency? To answer this question, I study feminist discursive practices. I highlight transformative power of subversions and insurrectional speech acts. I analyze discursive practices of denaturalization that challenge both social and discursive orders, and practices that use language performativity to change the social conditions that give power to speech acts. These practices deconstruct gender and produce political and collective subjects: a radical constructivist approach to gender thus opens rich perspectives for feminism and collective activism.

Séminaire « Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui », EHESS

Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui

  – Pierre Charbonnier, chargé de
  recherche au CNRS ( IMM-LIER )
  – Ferhat Taylan, chercheur
  postdoctoral à l’Université de Liège ( Hors EHESS )

1er et 3e mercredis du mois de 15 h à 18 h (EHESS, salle 6, 105 bd
Raspail 75006 Paris), *du 16 janvier 2019 au 19 juin 2019

Les travaux de Karl Polanyi – notamment son ouvrage majeur *La Grande
Transformation *(1944) – présentent un cadre historique et critique d’une
grande actualité pour saisir les mutations des rapports entre la société,
ses institutions et les milieux naturels. D’une part, insérés dans le
marché autorégulateur, la terre et le travail sont soumis à une nouvelle
rationalité qui affecte leurs fonctions socialisatrices traditionnelles.
D’autre part, l’institutionnalisation de ce marché autorégulateur se fait
lui-même au nom des lois de la nature, tout en détachant les sociétés des
matérialités reléguées à l’ajustement spontané des prix. D’un tel
découplage de l’économie et la société, de cette « nouvelle intégration de
l’homme et de la nature tentée avec si peu de succès », découle une «
transformation du milieu humain en désert ».

Le séminaire a comme objectif de questionner l’actualité de ces
perspectives selon deux axes. Il s’agira d’abord d’un effort de compréhension
des thèses de Polanyi par un travail de mise en perspective des concepts
(l’amélioration, désencastrement, naturalisation et dépolitisation du
marché, marchandisation de la nature, protections de la société, etc.) et
des auteurs (Owen, Ricardo, Bentham, etc.) qu’il aborde. Ensuite, il
s’agira de prolonger les perspectives polanyiennes dans la période post
1945 : l’économicisation de la nature, l’avènement d’une écologie insérée
dans le marché autorégulateur, mais aussi d’un droit de l’environnement,
les contrastes entre sociétés industrialisées et « primitives » ainsi que
l’intégration des secondes dans le marché global, sont autant de domaines
dans lesquels les travaux de Polanyi s’avèrent pertinents.

En somme, il s’agira autant de saisir la grande transformation évoquée par
Polanyi du point de vue de l’écologie politique que de saisir la
transformation qu’il a provoqué dans les sciences sociales (économie,
anthropologie, sociologie ou droit). L’hypothèse de ce séminaire sera
qu’une *seconde* grande transformation est en cours, qui impose la terre
comme nouvel acteur politique bouleversant les relations entre l’économie,
le droit, l’État.

*Calendrier des séances*

16 janvier

*Pierre Charbonnier* (Philosophie, CNRS-EHESS), « D’une transformation à
l’autre. Terre, marché et société »

6 février

*Antonin Pottier* (Economie, EHESS), « Le désencastrement de l’économie :
comment Polanyi nous aide à penser la dégradation écologique »

20 février

*Sara Aguiton* (Histoire des sciences, CNRS-EHESS), « Mise en risque, mise
en finance : mutations de l’assurance et de la finance autour des risques
climatiques »

20 mars

*Julien Vincent* (Histoire, Paris I), « La terre comme facteur de
production : l’exemple de la Nouvelle Zélande »

3 avril

*Michele Spano* (Histoire, droit, EHESS), « L’institution de la terre.
Quelques réflexions de droit privé »

17 avril

*Edouard Delruelle* (Philosophie, Univ. Liège), « Nancy Fraser: une
critique post-polanyienne du capitalisme »

15 mai

*Dominique Pestre* (Histoire des sciences, EHESS), « Comment
l’environnement a été géré depuis 50 ans. Anatomie d’un échec»

5 juin

*Ferhat Taylan* (Philosophie, Univ. Liège), « Une typologie des
détachements modernes à l’égard de la terre »

Soutenance d’HDR de Christophe Miqueu, « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanisme français, entre ordre et révolution », 6 décembre 2018, Paris 1

Christophe Miqueu soutiendra son Habilitation à diriger les recherches le jeudi 6 décembre 2018 à 14h00 à l’Université Paris 1 (Salle Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 14 rue Cujas, 75005 Paris).

Le dossier s’intitule « De la république éducative à la république sociale », et le manuscrit inédit a pour titre « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanismes français, entre ordre et révolution ».

Le jury est composé de Laurent BOVE, Professeur émérite à l’Université de Picardie Jules Verne, Chantal JAQUET, Professeure à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante), Didier MOREAU, Professeur à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Nicolas SEMBEL, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille (ESPE), Anne SIMONIN, Directrice de recherche au CNRS (CESPRA-EHESS), Elena THEODOROPOULOU, Professeure à l’Université d’Egée.