AAC, PHILIPPA FOOT ET LA PHILOSOPHIE MORALE CONTEMPORAINE//PHILIPPA FOOT AND CONTEMPORARY MORAL PHILOSOPHY

PHILIPPA FOOT ET LA PHILOSOPHIE MORALE CONTEMPORAINE//PHILIPPA FOOT AND CONTEMPORARY MORAL PHILOSOPHY

English version below

Depuis la publication de son premier article en 1952, « The Philosopher’s Defence of Morality », jusqu’à la parution de son unique ouvrage, Natural Goodness, en 2001 et de son ultime article « Rationality and Goodness » en 2004, Philippa Foot (1920-2010) fut pendant cinquante ans au cœur des discussions qui ont occupé la philosophie morale contemporaine de tradition dite « analytique ». Amie et collègue de figures intellectuelles aussi importantes qu’Elizabeth Anscombe, Iris Murdoch et Mary Midgley, son nom est surtout associé dans le paysage francophone à l’invention en 1967 du désormais célèbre « dilemme du tramway ». Cependant, Philippa Foot est aussi connue pour s’être opposée tout au long de sa carrière, et de façon tout à fait singulière, d’une part au subjectivisme dominant en métaéthique – qu’il s’agisse de l’émotivisme, du prescriptivisme ou de l’expressivisme – et, d’autre part, au conséquentialisme qui prévaut encore aujourd’hui en éthique normative. Elle est enfin
, bien qu’elle s’en soit défendue à la fin de sa vie, l’une des inspiratrices majeures de l’éthique contemporaine dite des vertus et du renouveau d’une forme de naturalisme d’après lequel il serait rationnel pour un être humain d’agir moralement.

Ce numéro spécial de la revue Klésis (http://www.revue-klesis.org/) sur Philippa Foot a pour objectif de réunir des articles inédits en français et en anglais sur l’œuvre de cette auteure, ainsi que sur les travaux qu’elle a suscités dans le champ de la philosophie morale contemporaine (John McDowell, Warren Quinn, Rosalind Hursthouse, Michael Thompson, Candace Vogler). Nous sommes notamment intéressés par des articles qui ne se cantonnent pas aux dernières positions que Philippa Foot a pu défendre dans Natural Goodness. Les articles proposés pourront traiter et mettre en lien plusieurs aspects de son travail en philosophie morale, par exemple : sa lecture et son usage des différents auteurs de la tradition (Platon, Aristote, Thomas d’Aquin, Hume, Kant, Nietzsche, Moore, Wittgenstein), les débats qu’elle a entretenus avec ses contemporains (William Frankena, Richard Mervin Hare, Samuel Scheffler, Simon Blackburn, Bernard Williams), son usage métaéthique et normatif du vocabul
aire des vertus et des vices, ou encore les questions d’éthique appliquée que sa philosophie met plus ou moins explicitement en jeu (avortement, euthanasie, morale sexuelle, question animale). Ces propositions ne sont bien sûr pas exhaustives.

Les contributions ne doivent pas excéder 45 000 signes (espaces compris) et doivent être envoyées en fichier joint (format .doc ou .odt) au plus tard le 31 mars 2019 à l’adresse suivante :

vinboyer[at]hotmail[point]fr

Les auteur·e·s intéressé·e·s doivent soumettre le sujet de leur contribution, sous la forme d’un résumé d’un paragraphe environ, à la même adresse et au plus tard le 31 juillet 2018. Les articles en anglais seront acceptés à la condition qu’ils soient rédigés par un·e auteur·e anglophone. Les articles proposés feront l’objet d’une expertise en double aveugle.

English version

Since her first paper was published in 1952, “The Philosopher’s Defence of Morality”, until the publication of her only book in 2001, Natural Goodness, and of her ultimate paper, “Rationality and Goodness”, in 2004, Philippa Foot (1920-2010) has been during fifty years at the center of discussions that have occupied contemporary moral philosophy. Friend and colleague of prominent intellectual figures such as Elizabeth Anscombe, Iris Murdoch and Mary Midgley, she is particularly well-known for having invented in 1967 the famous “Trolley Problem”. Foot is also known for her opposition throughout her career to metaethical subjectivism – whether in its emotivism, prescriptivism or expressivism guise – and to consequentialism in normative ethics. She has today a major influence on the so-called “virtue ethics” – even though she took her distance with this label – and on the recent renewal of a kind of ethical naturalism according to which it is rational for a human being to act mo
rally.

The special issue on Philippa Foot to be published by the journal Klesis (http://www.revue-klesis.org/) aims at gathering original articles in French and in English on this author and on the debates set off by her work in the field of contemporary moral philosophy (John McDowell, Warren Quinn, Rosalind Hursthouse, Michael Thompson, Candace Vogler). We are particularly interested in papers which do not restrict themselves to Foot’s last positions as they are supported in Natural Goodness. Authors’ contributions may address various aspects of Foot’s moral philosophy, for instance: her reading and use of the classics (Plato, Aristotle, Aquinas, Hume, Kant, Nietzsche, Moore, Wittgenstein), the arguments she had with her contemporaries (William Frankena, Richard Mervin Hare, Samuel Scheffler, Simon Blackburn, Bernard Williams), her metaethical and normative use of the virtues and vices vocabulary, the applied ethical questions which her moral naturalism more or less explicitly inv
olves (abortion, euthanasia, sexual ethics, the animal question). This short list is of course not exhaustive.

Submitted papers should not exceed 45 000 characters (spaces included) and must be sent (in .doc or .odt) before March 31, 2019 to the following email address:

vinboyer[at]hotmail[dot]fr

Authors wishing to submit a paper should first submit a title and an abstract to the same email address before July 31, 2018. Papers in English are accepted, provided that they are written by a native speaker. Klesis uses a double-blind review procedure.

Call for papers – Philosophy of Religion in a Pluralistic World

CALL FOR PAPERS

The European Society for Philosophy of Religion

http://www.philosophy-of-religion.org/

Philosophy of Religion in a Pluralistic World

Charles University, Prague 28-31 August 2018

CONFERENCE DESCRIPTION

Few parts of the inhabited world are unaffected by religious diversity. This has often been regarded as a philosophically, sociologically, and politically challenging fact, rather than as something to be celebrated. Within the philosophy of religion, in particular, religious diversity has typically been regarded as standing in need of a theoretical explanation that will defuse the challenge it seems to present to prevailing belief systems. This conference invites exploration of philosophical responses to religious diversity, and investigation of the epistemological, metaphysical, and socio-political questions that it raises.

Sub-theme 1: Philosophical Responses to Religious Diversity

In the last several decades it has become common-place to regard inclusivism, exclusivism and pluralism as the main forms of response to religious diversity. Is it time to move beyond these familiar categories, or are they still theoretically useful today? Within the philosophy of religion, one widely influential form of religious pluralism – Hickean pluralism, which posits a single noumenal Reality lying behind all the world’s major religious traditions – has dominated the discussion since the 1990s. However, it faces serious philosophical problems and other forms of pluralist theory have been developed which seek to avoid these. How might religious pluralism, as a theoretical response to religious diversity, best be articulated?  What is the relation between it, as a philosophical response, and other approaches to religious diversity?

Sub-theme 2: Epistemological Challenges of Religious Diversity

The fact that the world contains a  number of diverse systems of religious belief and practice raises epistemological issues that fall centrally within the range of concerns covered by the philosophy of religion. What are the implications of religious diversity for the ways we might think about the truth, reasonableness, or justification of religious claims? To what extent ought religious diversity undermine confidence in all religious belief systems? Does persistent disagreement about core religious claims among adherents of different religious traditions suggest that none of them are justified in their beliefs? Does diversity fatally erode the view that any religious claims are true? To what extent, if any, does religious diversity undermine claims made on the basis of religious experience? Might the phenomenon of cognitive penetration feature in an explanation of religious diversity? Does reflection on religious diversity suggest that philosophical approaches that do not f
ocus on traditional epistemological notions like ‘truth’ and ‘justification’ are more salient in the religious domain?

Sub-theme 3: The Metaphysics of Religious Diversity

Religious diversity challenges philosophers of religion, and scholars in cognate disciplines, to explore different conceptions of the divine. How might philosophy of religion have to change in response to this challenge? Do the diverse religions of the world exhibit any common features in their ways of conceiving the Ultimate? Does the diverse religious experience of humankind point to an underlying Reality beyond all particular religious conceptions, as John Hick has claimed? How might the various conceptions of the divine that are advanced by different religious traditions be related to such an underlying Reality? Does a religious pluralist need to posit such a Reality to make sense of the idea that all major world religions are equally capable of putting their adherents on the path to the religious goal, however that is conceived? Is the distinction between personal and impersonal conceptions of the Ultimate the most fundamental one, or might other categorical distinctions
be equally important to consider, such as causal and acausal, transcendent and non-transcendent?

Sub-theme 4: The Socio-theoretic Implications of Religious Diversity

How should the facts of religious diversity in different parts of the world impact philosophical reflection on the relation of religion and politics, religion and law, religion and the state, and the relation of religious organisations to each other? How are understandings of concepts such as freedom of religion, secularisation, and religious neutrality, affected by the way we think about religious diversity? How might theological or religious ethics assimilate the facts of diversity? How might doctrinal perspectives on religious diversity be fruitfully combined with sociological ones? To what extent does reasonable pluralism (as advocated by Rawls and Habermas) still offer an adequate response to the current societal challenges of religious diversity?

INVITED SPEAKERS

Scott Appleby (University of Notre Dame)

Mikel Burley (University of Leeds)

Tomáš Halík (Charles University, Prague)

Victoria Harrison (University of Macau/traveling from Britain)

Roger Pouivet (Universite de Lorraine)

Alister E. McGrath (University of Oxford)

Marianne Moyaert (VU University Amsterdam)
Ivana Noble (Charles University, Prague)

Christian Polke (University of Goettingen)
Mikael Stenmark (University of Uppsala)

Philipp Stoellger (University of Heidelberg)

Willie van der Merwe (Vrije Universiteit Amsterdam)

Call for Short Papers

Scholarly short papers (with a reading time of 20 minutes) are invited on the above topics connected to the conference theme. Please submit a title and short abstract (max. 15 lines) – indicating to which of the four sections the proposed paper is most relevant – along with information about your scholarly affiliation/position by email to espr2018 (at) ff.cuni.cz.

Deadline for submissions is April 25th 2018

By the end of April 2018, you will receive notification about whether your paper has been included in the conference (if you need an earlier decision in order to be able to apply for funding, please state that clearly as you submit your abstract and submit the abstract as early as possible). Inquiries can be directed to espr2018(at)ff.cuni.cz.

Appel à contributions, « Qu’est-ce que l’histoire des idées ? », Noesis, 2018

NOESIS 

Qu’est-ce que l’Histoire des idées ?

L’Histoire des idées n’est guère institutionnellement reconnue en France, contrairement à ce qui se passe dans d’autres traditions académiques, italienne, germanique, et anglo-saxonnes notamment. Au XVIIIesiècle, Giambattista Vico dans sa Scienza nuova (1744) appelait de ses vœux une nouvelle science de l’histoire qui serait notamment une « histoire des idées humaines ». Au siècle suivant, Benedetto Croce en Italie, Wilhelm Dilthey, Max Weber ou Georg Simmel en Allemagne, pratiquaient l’histoire des idées via le dialogue entre l’histoire, la sociologue et la philosophie. Au XXesiècle, le philosophe américain Arthur Lovejoy installait la discipline dans le paysage académique à la fois par ses travaux et par la création en 1940 du Journal of the History of Ideas.

Que l’histoire des idées, n’ait pas, en tant que telle, de visibilité académique en France ne signifie pas pour autant qu’elle n’y est pas pratiquée. La questionde l’histoire des idées est fortement présente dans le champ de l’histoire sous la forme de histoire culturelle, de l’histoire des mentalités ou des représentations, sans parler de toutes les disciplines qui la rencontrent inévitablement, comme l’histoire des sciences, de la philosophie, du droit, ou de l’art. Si bien qu’elle est à la fois nulle part et partout, sans unité ni périmètre défini. Est-elle une préoccupation diachronique partagée par différentes disciplines mais déclinée différemment selon les champs, ou une méta-discipline transcendant les partages disciplinaires ? Existe-t-il des propositions unifiantes satisfaisantes comme celles que propose en Allemagne l’Histoire des concepts de Reinhardt Koselleck (Begriffsgeschichte) ou celle de l’École de Cambridge autour des travaux de J. G. A. Pocock et Quentin Skinner qui étudient l’histoire des concepts dans le contexte des actes de langage et les considèrent dans leur force illocutoire ?

L’histoire des idées a fait l’objet de plusieurs types de critiques. On lui a reproché de postuler une histoire autonomedes idées, alors que celles-ci n’existent qu’en fonction de l’histoire des contextes socio-historiques (Mannheim, Idéologie et utopie, 1927). On l’a accusé de détacher les idées de l’action : « ce à quoi je réagis, écrit Foucault dans L’Archéologie du savoir, est cette rupture qui existe entre l’histoire sociale et l’histoire des idées. Les historiens des sociétés sont censées décrire la manière dont les agents agissent sans penser, et les historiens des idées la manière dont les gens pensent sans agir ». A ces accusations d’idéalisme s’ajoute celle, très différente, d’historicisme. Si, ainsi que l’écrit Paul Veyne « l’histoire des idées commence vraiment quand on historicise l’idée de vérité » (Les grecs croyaient-ils à leurs mythes ?), ne conduit-elle pas au réductionnisme et au relativisme ?

Ce dossier de Noesisentend réfléchir sur la nature, les fonctions et la valeur de l’Histoire des idées selon plusieurs perspectives qui s’inscriront principalement dans les 4 axes suivants :

– Approche généalogique. D’un point de vue historique et conceptuel, il s’agira d’étudier l’apparition de l’Histoire des idées, les étapes de sa constitution, ainsi que ses inscriptions institutionnelles.

– Perspective comparatiste. Que recouvre les expressions d’History of Ideas, de Storia Intellectuale, de Geistgeschichte, etc.

– Études monographiques de théoriciens de l’Histoire des idées

– Analyses critiques des objets, des méthodes de l’histoire des idées et de sa place dans le champ du savoir.

Soumission des articles

 Les articles, rédigées en français, doivent comprendre :

  • Le titre de l’article
  • L’article de 25000 signes (espaces compris) + ou – 20%
  • Son résumé (700 signes, espaces compris, maximum)
  • Le nom de l’auteur ou des auteurs
  • une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)

Elles seront envoyées au format pdf à Carole Talon-Hugon  : Carole.talon-hugon (at ) unice.fr

Les propositions feront l’objet d’une double lecture à l’aveugle par le comité de rédaction de la revue Noesis.

 Date limite d’envoi des articles : 30 juin 2018

Les réponses seront communiquées le 15 juillet 2018

 

 

Michael Stolleis, Introduction à l’histoire du droit public en Allemagne, XVIe-XXIe siècle, Classiques Garnier, 2018

Michael Stolleis, Introduction à l’histoire du droit public en Allemagne, XVIe-XXIe siècle, Classiques Garnier, 2018

 

 

Cet ouvrage offre une synthèse actualisée de l’œuvre monumentale de l’Histoire du droit public en Allemagne (4 vol., 1998-2012), du même auteur. Ancrée dans l’histoire politique et constitutionnelle, il présente un panorama critique de la scène intellectuelle allemande.

Didier Ottaviani, La naissance de la science politique. Autour de Marsile de Padoue, Classiques Garnier, 2018

Didier Ottaviani, La naissance de la science politique. Autour de Marsile de Padoue, Classiques Garnier, 2018

 

 

 

Durant le Moyen Âge, la politique ne pouvait prétendre en propre au titre de science, mais, au xive siècle, Marsile de Padoue l’extrait des arts pratiques. En produisant un véritable discours de la méthode inspiré par la médecine, il rend ainsi possible la naissance de la science politique.

Colloque international « Enjeux philosophiques du droit coutumier », 14-16 mai 2018, Nice

Colloque International

« Enjeux philosophiques du droit coutumier »

14-16 mai 2018

Organisé par le Centre de Recherche en Histoire des Idées (Département de Philosophie de l’Université de Nice, Membre de l’Université Côté d’Azur)
En partenariat avec l’axe « Histoire des idées, des sciences et des pratiques » de la MSH Sud-Est, le Centre de Théorie et Analyse du Droit et le LAPCOS

Présentation

Ce colloque entend rassembler un large éventail de contributions, toutes centrées autour des questions proprement philosophiques que le droit coutumier pose. Loin de considérer l’expression de « droit coutumier » comme une évidence, il s’agira de relever et, autant que possible, de résoudre les tensions que crée la juxtaposition de deux formes de régulation du social aussi proches que lointaines : le droit et la coutume.

Lundi 14 mai

12h45 : accueil des participants et introduction

The ontology of customary law / L’ontologie du droit coutumier

13h30 – Christoph Kletzer (Professor, King’s College) : The Germ of Law

14h – Corrado Roversi (Lecturer in Legal Philosophy, University of Bologna, School of Law) : the Ontology of Custom

Discussion

14h15 – Piero Mattei-Gentili (PhD Student, University of Girona) : A Behavioral Account for the Opinio Iuris in Customary Law.

14h45 – Olimpia Loddo (Postdoctoral fellow, University of Cagliari) : In defense of the opinio juris

15h15 – discussion puis pause

Customary law, property, space / Droit coutumier, propriété, espace

15h45 – Pierre Thévenin (Post-doctorant, ERC de l’École de Droit de Sciences- Po) : Ex iure factum oritur? A genealogy of customs as « normative facts ».

16h15 – Eva Weiler (PhD candidate, Duisburg-Essen) : Custom, pluralism, legitimacy and property

16h45 – discussion puis pause
17h15 – Marc Goetzmann (PhD candidate, University of Nice Sophia Antipolis) :

Customary law, anarchic orders and property rights

17h45 – Marie Mellac (MCF, Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages CNRS) : régimes juridiques et structuration de l’espace

18h15 – discussion et fin de la journée 20h – dîner du colloque

Mardi 15 mai

Custom, « below » customary law ? / La coutume, « en-deçà » du droit coutumier ?

9h30 – Jean-Pierre Jacob (Professeur honoraire, Institut International des Hautes Études et du Développement de Genève) : « La loi du bas, approche anthropologique de la coutume et des coutumes foncières

10h – Jean-Louis Halpérin (PR de droit à l’ENS-Ulm, directeur du CTAD) : droit coutumier et droit oral, une impossible équation ?

10h30 – Ugo Bellagamba (MCF, ERMES) : L’incertitude de la coutume : approches anthropologique et juridique

11h – discussion puis pause
11h30 – Samuel Benisty (MCF de droit, Université Paris Est) : coutume et norme sociale

12h – Patricia Rrapi (MCF, Université de Nanterre) : l’élément psychologique de la coutume dans la littérature

12h30 : discussion puis déjeuner

The realms of customary law / Les domaines du droit coutumier

14h – Jana Novakova (PhD candidate in Legal Theory (Masaryk University in Brno) : Constitutional conventions: binding sources of law or just unenforceable political practice?

14h30 – Lorenzo Gradoni (Professor, Senior Research Fellow, Max Planck Institute in Luxembourg) : Un-procedural customary law

15h – pause

15h15 – Eleonora Bottini (MCF, Paris 1) : Constitutional customary law and sanction : an antinomy ?

15h45 – Émilie Rebsomen (Doctorante en Droit International Public, Université Aix-Marseille): L’incarnation de la coutume internationale en droit des migrations : des règles non autonomes liées au changement social

16h15 – discussion

Understanding custom through its history / Comprendre la coutumeau regard de son histoire (1)

16h45 – Robert Carvais (DR CNRS au CTAD) : Pourquoi les architectes ont-ils adopté seulement la coutume comme savoir régulateur de leur profession à l’époque moderne ?

17h15 – Cornelis in ‘t Veld (PhD candidate, Vrije Universiteit Brussel) : Conservatism among Merchants: the Influence of the French Revolution on the Ideas about Mercantile Customary Law in the Netherlands

17h45 – Arnaud Paturet (DR CNRS au CTAD) : la place de la coutume dans le droit romain

18h15 – discussion puis fin de la journée Mercredi 16 mai

Custom, the Law and the State / La coutume, le droit, l’État

9h– Valentina Fusari (Adjunct Professor in Population, Development and Migration – University of Pavia) et Nicola Camilleri (PhD, Independent Researcher) : Ruling With(out) the Customary Law, the Case of Eritrea

9h30 – Emmanuel Pannier (Chargé de recherches IRD-MNHN) : Foncier et irrigation dans les zones montagneuses du nord du Vietnam : diversité des régimes de régulation sociale entre le juridique et le coutumier

10h – Catherine Baroin (Equipe Archéologie Préhistorique de l’UMR 7041 du CNRS, Nanterre) : Un droit coutumier consigné par écrit, face au droit étatique : le cas des Rwa de Tanzanie

10h30 – discussion puis pause

11h – Manon Altwegg-Boussac (Prof., ULCO) : La coutume constitutionnelle selon les cultures juridiques : variation de sens et de représentations

Réflexions sur le droit coutumier kanak / Studies on kanak customary law

11h30 – Oona Le Meur (Doctorante, École de droit ScPo) : Coutume, droit et changement social en Nouvelle-Calédonie

12h – pause

12h15 – Étienne Cornut (MCF droit privé, Université de Nouvelle Calédonie) : La fabrique du droit coutumier kanak. Aux sources d’un droit de l’endroit coutumier

12h45 – Pierre-Yves Le Meur (Directeur de recherche IRD Nouvelle Calédonie) : Preuves et épreuves, la construction du foncier coutumier en Nouvelle- Calédonie

13h15 – discussion puis déjeuner

Understanding custom through its history / Comprendre la coutume au regard de son histoire (2)

14h30 – Naveen Kanalu (PhD candidate, University of California) : Before « custom » : Roman Jurisprudence and British ideas of Instituted Laws in Colonial India.

15h – Luke Mason (Senior Lecturer, Saint-Mary’s University) : The legal constitution of custom : What the history of the idea of labour law teaches us about how lawyers should understand custom-like practices

15h30 – ‘Ada Acovitsioti-Humeau, Anthropologue (ASER du Centre-Var) et Philippe Hameau, Anthropologue (LAPCOS, Université Côte d’Azur) : Propriété des terres, statuts des espaces et limites des territoires : accords et conflits, exemples provençaux de l’Ancien Régime à nos jours

16h – discussion finale puis conclusion du colloque

Journées d’études « Féminismes, natures, dominations », 19-20 avril 2018, Paris 1-Paris Nanterre

Journées d’études « Féminismes, natures, dominations »

 19-20 avril 2018

Université Paris I Sorbonne, Université Paris Nanterre

Organisé par Katia Genel (CHPMS/Centre Marc Bloch), Jean-Baptiste Vuillerod (Sophiapol) et Lucie Wezel (IREPH)

Avec le soutien du programme de politique scientifique  « Faire droit à la différence ? » de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, coordonné par Isabelle Aubert

Jeudi 19 avril (Paris 1, Amphithéâtre Sainte Barbe)

Réinventer la nature : généalogies et concepts

 10h : accueil des participant.e.s

10h15-10h30 : Ouverture par Sandra Laugier et Mots introductifs par Isabelle Aubert

Présidence : Isabelle Aubert

10h30-11h : Veronica Ciantelli (EHESS) : « Le rapport femme/nature dans l’hypothèse matriarcale : enjeux, risques et conséquences »

11h-11h30 : Jean-Baptiste Vuillerod (Paris Nanterre) : « Nature et féminité dans la philosophie de Hegel »

11h30-12h : discussion

12h-14 h : pause déjeuner

Présidence : Jean-Baptiste Vuillerod

14h-14h30 : Mona Gérardin-Laverge (Paris 1) : « Dénaturaliser ne suffit pas : critique de la “nature” et perspectives de lutte »

14h30-15h : Paul Guillibert (Paris Nanterre) : « Domination de la nature et culture patriarcale : l’idéologie des modernes selon Theodor W. Adorno, Max Horkheimer et Carolyn Merchant »

15h15-15h45 : Estelle Ferrarese (Univ. Picardie Jules Vernes) : « Pour une théorie générale de l’appropriation ? Le travail reproductif vu depuis la Théorie critique »

15h45-16h45 : discussion

Vendredi 20 avril (Université Paris Nanterre, Bât. B, Salle des conférences)

Les théories critiques et le féminisme

 9h45 : accueil des participants

Présidence : Emmanuel Renault

10h15-10h45 : Lucie Wezel (Paris Nanterre) : « Nature mutilée, nature remémorée : archi-histoire des femmes dans la Dialectique de la raison d’Adorno et Horkheimer »

10h45-11h15 : Salima Naït Ahmed (Univ. Picardie Jules Vernes) : « De la “dénaturalisation” à la “renaturalisation” des femmes chez Adorno »

11h30-12h : Clotilde Nouët (Paris 1) : « Le “fétichisme du sexe” : patriarcat, capitalisme et critique de la valeur »

12h-12h45 : discussion

12h45-14h15 : pause déjeuner

Présidence : Aurélia Peyrical

14h15-14h45 : Audrey Benoit (Univ. Lille/Paris 1) : « Le sexe, matière à penser »

14h45-15h15 : Katia Genel (Paris 1/Centre Marc Bloch) : « Une lecture féministe d’Arendt ? »

15h30-16h : Thomas Crespo (ENS Lyon) : « Contester la domination masculine en réformant les sciences : réflexions féministes pour une biologie sans “nature” »

16h-16h45 : discussion

Servir le Prince, servir la République en temps de guerre civile dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles

Colloque international organisé par Jérémie Foa, Matthieu Gellard et Bertrand Haan

29-31 mars 2018

Salles des Actes de Sorbonne Université
46, rue Saint-Jacques / 75 005 PARIS

En raison du plan Vigipirate, l’assistance au colloque est soumise à inscription (contact : Bertrand.Haan@paris-sorbonne.fr)

Avec le soutien du Labex EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe), de l’Institut universitaire de France, du Conseil scientifique de Sorbonne-Université, du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université/CNRS) et de l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS)

Invoqué en toute circonstance, le service touche au cœur des comportements, des relations et des cultures politiques d’Ancien Régime en Europe. Loin de se limiter à un élément de discours ou à une rhétorique superficielle, il incarne et modèle les liens unissant l’ensemble des sujets aux pouvoirs et leur rapport à l’autorité, à titre collectif comme individuel.
Loin d’être une construction décidée du sommet, le service est le fruit d’interactions à tous les échelons des sociétés anciennes. Dans les strates supérieures, conseillers du roi, ambassadeurs, militaires, magistrats, officiers ou gouverneurs ont en commun de se définir avant tout comme des « serviteurs » plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité. Ces hommes sont la chair et le sang du pouvoir, dont ils assurent le fonctionnement au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et qu’ils perpétuent par-delà les princes eux-mêmes. Le service n’est toutefois pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités et les partis politico-religieux que les particuliers, qui invoquent aussi leur attachement indéfectible à un prince, à une République, à une Église, à une ville ou à toute communauté ou pouvoir, quelle que soit l’échelle envisagée. Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister les détenteurs du pouvoir, dont on attend en contrepartie de reconnaître et d’accréditer le service rendu et d’accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, le service demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit-il être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance créé par le service relève plus de l’interaction que de la sujétion : elle ouvre la porte à la négociation.
Au-delà de ces rapports vécus sur un mode personnel et même charnel avec les dirigeants, le service met en jeu des imaginaires politiques et des convictions religieuses. La revendication du service exprime une vision du bien commun, qu’il s’agisse d’une culture humaniste du service de la république, d’idéaux civiques tendant à l’affirmation de l’autonomie urbaine ou de la défense d’une participation des clercs ou des nobles au gouvernement. Alors que nombre d’États s’affirment au cours de la première modernité comme des entités autonomes, le service rendu à la personne du dirigeant et celui dû la république ou à l’État peuvent tendre à se dissocier, voire à entrer en conflit. La rupture provoquée par Luther est sans doute la plus spectaculaire en tant qu’elle instaure un nouveau hiatus possible entre l’obéissance à l’autorité politique d’une part et obéissance aux commandements divins et appartenance à des Églises d’autre part – elle est d’autant plus frappante que le service possède une éminente dimension théologique et ecclésiologique.
Ce sont les moments de confrontation entre différentes obligations de service que cette rencontre se propose d’envisager : les guerres civiles et les guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles, à l’occasion desquelles le service est mis à l’épreuve. Car c’est d’abord de ces contextes troublés que le service se construit et se révèle. Au cœur des conflits, la dimension contractuelle du service est souvent mise à rude épreuve et les liens de fidélité des individus et des croyants sont mis en concurrence, et se révèle la pluralité, souvent contradictoire, des normes et des imaginaires qui régissent les comportements des femmes et des hommes de l’époque moderne.
Ce colloque international souhaite continuer à interroger les différentes configurations du service en contexte de conflit ouvert, politique ou religieux. Il a pour ambition d’embrasser tout le spectre social, d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles, de rendre compte des différentes facettes du service et de ses évolutions, et de mener cette enquête à l’échelle européenne, dans une perspective comparative.

Programme ici

Article inédit : François Monnier (EPHE, PSL), « Charles Vialart (1592 ? – 1644) »

Certainement, Charles Vialart, Charles de Saint-Paul en religion, a-t-il plus d’intérêt à nos yeux qu’à ceux de ses contemporains. Jusqu’à présent, l’homme a assez peu attiré l’attention des historiens(1). Il serait assez bien né et a fait une belle carrière religieuse, non sans bénéficier de solides appuis, notamment ceux du Père Josep et de Richelieu.

Sa famille serait originaire d’Issoire en Auvergne. On trouve un Pons Vialart, juge en cette ville, qui fut le père de Jean de Vialart, avocat au Parlement de Paris, puis président à mortier à celui de Rouen en 1540. Antoine Vialart, l’un de ses fils, fut un religieux de l’ordre de Saint Benoît, abbé de Bernay, en Normandie, et prieur de Saint-Martin-des-Champs, avant d’être élevé à l’archevêché de Bourges, le 23 août 1572. Ce prélat, mort en 1576, aurait été le grand oncle de Charles Vialart. Michel Vialart, frère aîné de cet archevêque, aura été lieutenant civil au Châtelet de Paris en 1546, puis maître des requêtes en 1553, président au Parlement de Rouen en 1567 et président au Grand Conseil en 1572, avant d’être assassiné en 1576, tandis que ses meurtriers seront décapités2. Charles fut lui-même l’oncle de Félix Vialart, comte-évêque de Chalons, tandis que la branche aînée de la lignée finit avec Michel Vialart, conseiller au Parlement de Paris, décédé le 12 octobre 1703.

Poursuivre la lecture de l’article

Colloque « André Tosel, la raison au service de la pratique » (Paris 1, Nice, Besançon, Actuel Marx), Nice, MSHS, 3-5 avril 2018

Les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 avril 2018, le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la revue Actuel Marx et le Centre de Recherches en Histoire des Idées de l’Université de Nice co-organisent un colloque intitulé « André Tosel, la raison au service de la pratique », en hommage à André Tosel décédé le 14 mars 2017 à Nice.

Ce colloque a bénéficié de l’appui financier et logistique de la Commission Recherche de l’Université Côté d’Azur, de l’UFR LASH de l’université Nice Sophia-Antipolis, de la MSHS Sud-Est, de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du département de philosophie de l’Université de Liège, du laboratoire Logiques de l’agir de l’Université de Besançon, de l’Association des Amis de Spinoza, de la Fondation Gabriel Péri, d’Espaces Marx, de l’association Les amis de la liberté et du Cercle Condorcet 06.

André Tosel, décédé en mars 2017 était un philosophe engagé, attaché tout au long de son existence à faire vivre un marxisme critique puisant notamment dans le meilleur de la tradition italienne de ce courant de pensée ; il fut un des rares français à introduire et discuter les œuvres majeures d’A. Labriola et surtout d’A. Gramsci, ainsi par ailleurs que celles de Vico dont il fut un fin connaisseur. Il consacra sa thèse de doctorat d’état aux rapports entre religion, politique et philosophie chez Spinoza et contribua de façon décisive à de nouvelles lectures du philosophe en le mettant en miroir de Marx. Professeur de philosophie des universités de Besançon, Franche Comté, de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Nice Sophia-Antipolis, dans lesquelles il occupa de nombreuses fonctions de directions administratives et scientifiques, il était un homme de collectif attaché à faire vivre le savoir, s’engageant dans la vie universitaire et politique, contribuant également de manière décisive au lancement et à l’animation de la revue Actuel Marx. Passionné par l’évolution des pensées contemporaines, il intervenait régulièrement dans des débats d’actualité, sous la forme de contributions dans L’Humanité ou dans des ouvrages destinés à un public large, tout particulièrement dans la dernière période sur les questions de sécularisation, de laïcité et de religion. Ce colloque pluridisciplinaire entend lui rendre hommage et aborder les différentes facettes d’une œuvre majeure, traversant un demi-siècle de vie intellectuelle.

ORGANISATEURS : 

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences en histoire contemporaine à Normandie Université Rouen, codirecteur de la revue Actuel Marx, directeur adjoint du GRHIS (EA 3831)
Chantal Jaquet, Professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (EA 1451)
Mélanie Plouviez, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia-Antipolis, directrice-adjointe du CRHI (EA 4318)

PROGRAMME :

Mardi 3 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

13h30-14h30

Accueil des participants et ouvertures

14h30-15h15

Conférence inaugurale
Jean Robelin (Professeur émérite de philosophie, UCA)
Finitude et raison limitée: une unité sous-jacente de la pensée d’André Tosel

 15h15 – 18h30 : PREMIÈRE SESSION – HISTOIRE DES MARXISMES

Présidence Philippe Büttgen
(Directeur de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h15-16h

Isabelle Garo (Professeure de philosophie en CPGE, Lycée Chaptal, Paris)
Relire Marx à l’âge du néolibéralisme

16h-16h45

Luc Vincenti (Professeur de philosophie, Université Montpellier III)
Marx, Tosel et le travail humain

16h45-17h

Pause

17h-17h45

Stéphane Haber (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre)
Comment faut-il aujourd’hui utiliser les catégories de la théorie politique ? A partir d’une remarque d’André Tosel

17h45-18h30

Jean-Numa Ducange (Maître de conférences en histoire contemporaine, Normandie Université Rouen)
L’histoire du marxisme, de Labriola aux milles marxismes : les regards d’A. Tosel

Mercredi 4 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

9h30 – 12h45 : SECONDE SESSION – PHILOSOPHIE ITALIENNE, LECTURE DE VICO & GRAMSCI

Présidence Grégory Cormann
(Président du Département de philosophie de l’Université de Liège)

9h30-10h15

Paolo Heritier (Professeur de droit, Université de Turin, Italie)
L’interprétation de Vico par André Tosel

10h15-11h

Romain Descendre (Professeur d’études italiennes et d’histoire de la pensée politique, ENS de Lyon)
De Tosel à Gramsci : lecture des travaux de Tosel sur le théoricien communiste italien

11h-11h15

Pause

11h15-12h

Yann Lelann (Maître de conférences en sociologie, Université Lille 3)
Comment utiliser Gramsci pour analyser les conflits de classes de la France du XXIe siècle ?

13h30 – 17h : TROISIÈME SESSION – PHILOSOPHIE SOCIALE ET POLITIQUE CONTEMPORAINE

Présidence Mélanie Plouviez
(Directrice-adjointe du CRHI)

13h30-14h15

Marie-Claire Caloz-Tschopp (Professeur de théorie politique, Université de Lausanne, Genève, Louvain, Collège International de philosophie)
Qu’avons-nous appris avec André Tosel ?

14h15-15h

Magali Bessone (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Les identités collectives et la « metis du metissage » chez André Tosel

15h-15h15

Pause

15h15-16h

Antoine Janvier (Maître de conférences en philosophie à l’Université de Liège)
Pour une philosophie matérialiste et critique de l’éducation. Réflexions à partir d’André Tosel

16h-16h45

Céline Borello (Professeure d’histoire moderne, Université du Maine, Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme) et Pierre-Yves Quiviger (Professeur de philosophie, UCA)
André Tosel et la question de la laïcité – points de vue historique, juridique, philosophique

17h : QUATRIÈME SESSION – TÉMOIGNAGES
& PRÉSENTATION DU PROJET DE SALLE ANDRÉ TOSEL À LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE BOSCO

Jeudi 5 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

9h – 13h : CINQUIÈME SESSION – ANDRÉ TOSEL ET SPINOZA

Présidence

9h-9h45

Henri Laux (Professeur de philosophie)
André Tosel et le désir de la philosophie. Une lecture du Traité théologico-politiquedans Spinoza ou le crépuscule de la servitude

9h45-10h30

Pierre-François Moreau (Professeur de philosophie moderne, École normale supérieure de Lyon)
Autour Du Matérialisme de Spinoza

10h30-11h15

Chantal Jaquet (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le rationalisme de la finitude positive selon André Tosel dans Spinoza ou l’autre (in)finitude

11h15-11h30

Pause

11h30-12h15

Laurent Bove (Professeur de philosophie, Université de Picardie Jules Verne, Président de l’Association des amis de Spinoza)
La méta-laïcité de Spinoza selon André Tosel

12h15-13h

Christian Lazzeri (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre)
Spinoza et Marx selon Tosel

LIEU :

Amphithéâtre 31 de la Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
3 Avenue Francois Mitterrand, 06300 Nice

« Egalité/inégalités. Enjeux théoriques et politiques », avec Stéphane Beaud et Boris Vallaud, dans le cadre du séminaire « Les savants et les politiques » (Centre européen des études républicaines), 29 mars 2018, EHESS

Olivier Christin et l’équipe du CEDRE (Centre européen des études
républicaines) ont le plaisir de vous annoncer la deuxième séance du
séminaire

« Les savants et les politiques »

qui aura lieu le jeudi 29 mars 2018 à 20h00 à l’EHESS, Salle Lombard (96 Bd Raspail, Paris 6e) sur le thème

« Egalité/inégalités. Enjeux théoriques et politiques« ,

avec Stéphane Beaud et Boris Vallaud.

Lectures de… Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique (Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman, 16 mars 2018, Paris 1, salle IV

Lectures de…

Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique

(Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman

Journée du 16 mars 2018

Université Panthéon-Assas – Salle IV

12, place du Panthéon – Paris Ve

 9h30-12h00

Sous la présidence de Didier Truchet, professeur émérite de l’Université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Aldo Schiavone, professeur émérite, Projet ERC Scriptores Iuris RomaniLes juristes romains entre interprétation des lois et raison du ius.

Xavier Prévost, professeur à l’Université de Bordeaux, Remarques sur une absente : la Renaissance dans Le sens des lois.

Frédéric Audren, directeur de recherche au CNRS (CEE-Ecole de droit de Science po), Une histoire pragmatique de la raison juridique est-elle possible ?

Frédéric F. Martin, professeur à l’Université de Nantes, Benoît Frydman, Le Sens des lois et l’histoire de la raison (juridique).

Pierre-Yves Quiviger, professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, Histoire de l’interprétation et de la raison juridique, histoire des idées politiques et histoire du droit.

Rémy Libchaber, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Une interprétation du droit sans droit de l’interprétation.

14h00-16h30

 Sous la présidence d’Olivier Beaud, professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II).

Nader Hakim, professeur à l’Université de Bordeaux, L’exégète est-il un auteur comme les autres ?

David Soldini, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Remarques au sujet du bilan critique du normativisme et de la crise du positivisme.

Hervé Ascensio, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, L’interprétation au coeur des mutations du droit international.

Jean-Yves Chérot, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, Le sens du Global Law.

Otto Pfersmann, directeur d’études à l’EHESS, La malédiction

Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier (éds.), Désir d’utopie. Politique et émancipation avec Miguel Abensour, L’Harmattan, collection « Philosophie en commun », 2018

Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier (éds.), Désir d’utopie. Politique et émancipation avec Miguel Abensour, L’Harmattan, collection « Philosophie en commun », 2018

Sommaire

Introduction : Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier : Pourquoi lire Miguel Abensour ?

Ch. 1 : Entretien avec Miguel Abensour : L’utopie et la lutte des hommes

Partie I. Une philosophie de l’ailleurs

Ch. 2 : Patrice Vermeren : Saint-Just contre Saint-Just ? Miguel Abensour, la Révolution comme énigme et le paradoxe de son héros

Ch. 3 : Géraldine Muhlmann : Raison et « religion » selon Adorno et Horkheimer

Ch. 4 : Étienne Tassin : Le moment utopique : News from nowhere/News from now here

Ch. 5 : Gilles Moutot : « Faire du lieu de nulle part son séjour » : Miguel Abensour, Theodor W. Adorno, Carlo Ginzburg

Partie II. La démarche abensourienne

Ch. 6 : Manuel Cervera-Marzal : Utopianiser la démocratie, démocratiser l’utopie. Le projet philosophique de Miguel Abensour

Ch. 7 : Michael Löwy : La voix d’airain. À partir de Miguel Abensour : affinités électives d’Auguste Blanqui et Walter Benjamin

Ch. 8 : Anne Kupiec : Charles Nodier, auteur politique ? Une démarche abensourienne

Ch. 9: Monique Boireau-Rouillé: Penser le politique avec Miguel Abensour

Partie III. Institution et démocratie insurgeante

Ch. 10 : Sophie Wahnich : Démocratie insurgeante et Révolution française.

Ch. 11 : Martine Leibovici : Les institutions, les lois, la loi. Un bout de chemin avec Claude Lefort

Ch. 12 : Marie Goupy : De la difficile réversibilité de la notion d’état d’exception : les limites d’une pensée de « l’état d’exception par le bas »

Ch. 13 : Martin Breaugh : Le chef contre la division ?

Partie IV. Héroïsme et politique

Ch. 14 : Gilles Labelle : Blanqui, les astres et le « héros nouveau »

Ch. 15 : Nicolas Poirier : Héroïsme et singularité : Abensour, Adorno, Arendt, Canetti

Ch. 16 : Jordi Riba : La démocratie, hors-la-loi

Partie V. Pour une philosophie politique critique

Ch. 17: Warren Breckman: Les jeunes hégéliens comme moment machiavélien. Pour repenser la singularité de Karl Marx

Ch. 18 : Antoine Chollet : Penser la politique sans ordre

Ch. 19 : Patrick Cingolani : Les ouvriers, la classe – retour sur le moment E.-P. Thompson

Parlement(s) et cours souveraines, en France et en Europe, sous l’Ancien Régime

Autour de d’Aguesseau, magistrature et idées politiques au XVIIIème siècle

Around chancellor d’Aguesseau, magistracy and politics culture in the Eighteenth Century

Séminaire du Groupe de travail « Parlement(s) et cours souveraines » de l’IHRIM-ENS-Lyon

An IHRIM-ENS-Lyon international seminar

Organisé par Isabelle Brancourt en partenariat avec le Labex CoMod (Université de Lyon) et en association avec l’Institut d’histoire du droit (Paris II-Panthéon-Assas)

Organised by Isabelle Brancourt (IHRIM-CNRS)

A partnership with LabEx CoMod (Lyon University) and association with the Legal history Institute of Paris II University.

Lieu de tenue des séances :

Institut d’histoire du droit, Centre Sainte-Barbe,

4 rue Valette, 75005 Paris

bâtiment C, 3e étage, salle Collinet

Vendredi 09 mars 2018 (à partir de 16h30) :

Reprise du séminaire. Ouverture d’Olivier Descamps (Professeur d’histoire du droit, directeur de l’IHD). Bilan des productions historiographiques de juin 2016 à mars 2018, par Isabelle Brancourt

La Grand Robe parisienne et les arts, à travers l’exemple de Jean René de Longueil, président de Maisons, par Béatrice Vivien, déléguée à la Conservation et au Patrimoine de Maisons-Laffitte.

Vendredi 13 avril 2018 (à partir de 16h30) : « Année » d’Aguesseau

            Quel « événement » ? Pourquoi célébrer le 350e anniversaire de la naissance du chancelier d’Aguesseau à l’heure du numérique et du transhumanisme ? Comment le célébrer ?

            Table ronde animée par Isabelle Brancourt

Vendredi 15 juin 2018 (à partir de 16h30) :

            Développement des principes fondamentaux de la monarchie française dans les dernières années du XVIIIe siècle ou Testament politique de la Grande Robe, par Élina Lemaire, Maître de conférences en droit public à l’Université de Bourgogne

Pour mémoire : Mardi 27 novembre, journée d’étude pour le 350e anniversaire de la naissance de d’Aguesseau, sous le haut patronage de Mme la Ministre et Garde des sceaux Nicole Belloubet, Place Vendôme, Ministère de la Justice.