Colloque Les temporalités du politique, Lyon 3, 28 septembre 2018

Les temporalités du politique
Histoire de la philosophie et théorie politique
Université Jean Moulin Lyon 3, 28 septembre 2018
Salle 314, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

À partir de 9h45 : Accueil
10h00 : Philippe Martin (ISERL, Université Lyon 2) / Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – Ouverture de la journée
10h15 : Matthias Riedl (CEU Budapest) – Apocalyptic Platonism: Conceptions of Time, Cosmos, and Human Agency in the Radical Reformation
10h45 : Discussion
11h00 : Pause café
11h15 : Alexandre Escudier (CEVIPOF, Sciences Po Paris) – La “Sattelzeit” : un concept d’époque opératoire ?
11h45 : Discussion
12h00-13h30 : Pause déjeuner
13h30 : Thierry Gontier (Université Lyon 3) – De la restauration de l’eschatologie à la destruction de l’eschaton. Voegelin lecteur de Hobbes
14h00 : Discussion
14h15 : Ninon Grangé (Université Paris 8) – La “magie de l’espace” et le temps. Que nous apprend un silence de Carl Schmitt ?
14h45 : Discussion
15h00 : Therese Feiler (Oxford University) – “Between the Times… in an Empty Space”. The Pure Temporality of Politics in Dialectical Theology (1923-1933)
15h30 : Discussion
15h45: Pause café
16h00 : Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – The Politics of Crisis: From the Counter-Revolution to the Present
16h30 : Discussion
16h45 : Jean-Claude Monod (CNRS, Archives Husserl) – L’urgence et sa neutralisation : peut-on parler d’une lucidité apocalyptique ?
17h15 : Discussion
17h30 : Fin de la journée

Sous la direction de Philippe Audegean et de Luigi Delia, Le moment Beccaria, Naissance du droit pénal moderne (1764-1810), Oxford University, 2018

Jamais, dans aucune autre période de l’histoire, le problème pénal n’a été aussi débattu qu’au siècle des Lumières. Or, l’événement déclencheur de ces débats est la publication des Délits et des peines, le petit livre de Cesare Beccaria dont la première édition paraît à Livourne en 1764. On assiste, après cette date et durant un demi-siècle, à une profusion impressionnante de réactions et de prolongements directement liés à cet ouvrage. À tel point que, pour désigner cette période, on a pu parler d’un ‘moment Beccaria’.

Les recherches rassemblées dans ce volume explorent différents foyers thématiques et géographiques (Allemagne, Angleterre, France, Italie) de cette phase inédite et fondatrice de l’histoire européenne du droit de punir. Pourquoi cette soudaine publicité du problème pénal? Comment s’est-elle manifestée, par quels canaux, sous quelles formes théoriques et matérielles?

Comme le montre cet ouvrage, le droit pénal moderne est né d’un livre, mais aussi de ses interprétations: il est né des idées de Beccaria et des débats qu’elles ont provoqués. Ces deux sources se sont croisées et ne peuvent se comprendre l’une sans l’autre.

Throughout history, criminal law was never more discussed than during the Age of Enlightenment. The debates started after the publication of a small book by Cesare Beccaria, On Crimes and Punishments, in Livorno in 1764. For fifty years from that date, reactions and additions to the book proliferated so much that this period is called by some « the Beccaria moment ».

The contributions in this volume explore different thematic and geographical areas (Germany, England, France, Italy) to explore that innovative and foundational moment in the European history of criminal law. Why was the criminal problem suddenly publicised? How did those interrogations manifest? Which theoretical and material forms did they take? 

This volume shows that modern criminal law originates in a book, and also in its interpretations –  in Beccaria’s ideas and the debates they started. Those two sources interacted and now cannot be understood separately.

Colloque « Le temps des pratiques : Pierre Bourdieu », 26-27 septembre 2018, Besançon

Le temps des pratiques : Pierre Bourdieu

Journée d’études organisée par le Laboratoire Logiques de l’agir avec le soutien du Projet Chrysalide 2018 « Approches sociologiques et philosophiques du temps social ».

Responsable et contact : Laurent Perreau (laurent.perreau AT univ-fcomte.fr)

Date et lieu : Mercredi 26 et Jeudi 27 septembre 2018, Université de Franche-Comté, UFR SLHS, Grand Salon, entrée par le 18 rue Chifflet (1er étage), 25000 Besançon

Présentation : 
La question du temps est récurrente dans l’œuvre de Bourdieu. Elle apparaît dès la thèse de philosophie, inachevée, qui portait sur les « structures temporelles de l’expérience affective chez Husserl ». Les enquêtes ethnologiques et sociologiques de Travail et travailleurs en Algérie (1963) développent nombre d’analyses relatives à la temporalité des pratiques. L’esquisse d’une théorie de la pratique (1972), Le sens pratique (1980), les Méditations pascaliennes (1997) lui consacrent des chapitres entiers. Homo academicus (1984) et Les règles de l’art (1992) montrent encore que la prise en compte des pratiques temporelles est déterminante pour comprendre les logiques qui animent les champs académiques et littéraires.Dans les Méditations pascaliennes, Bourdieu soutenait plus précisément l’idée que « la pratique n’est pas dans le temps, mais [qu’]elle fait le temps ». L’un des enjeux de sa sociologie des pratiques serait ainsi de restaurer, contre le point de vue scolastique, « le point de vue de l’agent agissant, de la pratique comme “temporalisation” ». La journée d’études « Pierre Bourdieu. Le temps des pratiques », organisée par le Laboratoire des Logiques de l’Agir le jeudi 27 septembre 2018 à Besançon, s’attachera à développer les implications de cette thèse, tout à la fois dans l’œuvre de Bourdieu et au-delà de celle-ci. Quelles sont ses conséquences pour la sociologie des pratiques et pour la théorie sociologique de la pratique ? Quelle rupture opère-t-elle par rapport aux philosophies classiques du temps ? En quoi renouvelle-t-elle l’idée d’un temps social distinct du temps physique ou du temps vécu ?

Programme du mercredi 26 septembre :
18h00-20h00 : Jean-Louis Fabiani (EHESS/CNRS, CESPRA (UMR 8036) : L’hystérésis, le temps et l’histoire

Programme du jeudi 27 septembre :

Présidence : Arnaud Macé (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir)
10h00 : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir) : Introduction 
10h15-11h15: Bruno Ambroise (Université Paris I/CNRS, ISJPS (UMR 8103)) : Rapport au temps et vision scolastique
11h15-12h15 : Claude Gautier (ENS Lyon, Triangle (UMR 5206) : Le temps de la production et le temps de la reproduction: quelques hypothèses de lecture

12h15-14h00 : Pause déjeuner

Présidence : Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir)
14h-15h : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir) : Le sujet du temps : Husserl, Sartre, Bourdieu
15h-16h : Cécile Lavergne (Université de Lille, laboratoire STL) : Penser l’hypothèse d’une impuissance temporelle avec Pierre Bourdieu
16h-16h15 : Pause

Présidence : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir) 
16h15-17h15 : Vincent Bourdeau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir) : La dialectique de la dévaluation et du rattrapage: temps social et sens du placement chez Bourdieu
17h15-17h30 : Discussion générale et clôture

Pierre-Yves Quiviger, Penser la pratique juridique – Essais de philosophie du droit appliquée, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Puisqu’il y a du droit et puisqu’il y a de la philosophie, la philosophie du droit ne doit être ni un point de vue philosophique sur le droit qui ferait l’impasse sur la spécificité du vocabulaire et du raisonnement juridique ni une théorisation générale du droit qui ferait l’économie de la méthode philosophique ; elle est la rencontre du droit et de la philosophie, qui se nourrissent l’un l’autre. La philosophie du droit comme « droit et philosophie », comme un discours relevant autant du droit que de la philosophie – c’est ainsi qu’est ici pensée la pratique juridique. Les pratiques et les savoirs constitués du droit sont plus que le point de départ de ce travail, ils en sont aussi en un sens le point d’arrivée, au nom d’une conviction : la philosophie du droit est utile au droit.
Les articles réunis dans ce volume s’inscrivent donc dans un champ disciplinaire (ou transdisciplinaire) spécifique qu’on peut nommer philosophie du droit appliquée et dont l’introduction générale présente les hypothèses méthodologiques centrales.

Sous la direction de Isabelle Aubert et de Jean-François Kervégan, Dialogues avec Jürgen Habermas, CNRS Editions, 2018.

Sous la direction de Isabelle Aubert et de Jean-François Kervégan, Dialogues avec Jürgen Habermas, CNRS Editions, 2018.

Jürgen Habermas, représentant majeur de l’École de Francfort, est devenu un auteur classique mais son oeuvre complexe et multiforme, composée d’une cinquantaine d’ouvrages et d’un millier d’articles, continue d’être mal identifiée. Comment saisir la diversité de ses intérêts, des théories de l’action et du langage à la morale et au droit ? C’est aussi un acteur, qui intervient régulièrement dans la presse et les débats publics. Comment articuler ces prises de position avec ses travaux proprement théoriques ?
Dialogues avec Jürgen Habermas, issu d’un colloque international, offre un panorama complet du parcours intellectuel de Habermas, depuis ses premiers écrits jusqu’aux plus récents. L’espace public, l’agir communicationnel, la modernité, la démocratie, l’autonomie, les intérêts de connaissance, etc. sont ici discutés. Plus largement, c’est l’actualité même de sa pensée qui est soulignée et interrogée à propos de thèmes qui font débat : les effets du droit sur la société, la compréhension que l’on peut avoir des crises du capitalisme, ou encore le rapport complexe de la modernité aux religions.
Cet ouvrage comprend deux textes inédits du philosophe, un texte d’ouverture sur l’Europe et un texte de clôture où il répond aux intervenants.

Séminaire NoSoPhi, 2018-2019

SÉMINAIRE NoSoPhi
‘Normes, Sociétés, Philosophies’
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne
UMR 8103 – CNRS Paris 1 Panthéon Sorbonne

Organisé par Philippe Crignon et Yann Schmitt

PROGRAMME 2018-2019

4 octobre 2018, 16h – 18h. Chrysostomos Mantzavinos (University of Athens)
Normativity. A Naturalistic Approach
Répondant : Christian Walter (Fondation Maison des sciences de l’homme)
Salle 11 Centre Panthéon

18 octobre 2018. Jonathan Wolff (Oxford University)
Beyond Poverty
Répondante : Alicia-Dorothy Mornington  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

22 novembre 2018 : Lubomira Radoilska (University of Kent)
Responsibility for Reason-Giving
Répondant : Emmanuel Picavet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

13 décembre 2018. Emanuela Ceva (Université de Pavie)
What is the opposite of political corruption ? A public accountability-based
view
Répondant : François Boucher (Université de Montréal)

24 janvier 2019 François Boucher (Université de Montréal)
Cosmopolitisme, colonialisme et migration
Répondant : Yann Schmitt (CPGE)

14 février 2018. Marcos Nobre (Université de Campinas)
Hegel et la Théorie Critique : vers une nouvelle lecture de la
Phénoménologie de l’esprit
Répondant : Jean-François Kervegan (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14 mars 2019. Alice Le Goff (Université Paris Descartes)
Honneur et normes sociales
Répondante : Elodie Djordjevic (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11 avril 2019. Claude Gautier (ENS Lyon)
Entre expérience et pratique : quelques hypothèses de lecture de Dewey et
Bourdieu
Répondante :  Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

6 juin Jean-Fabien Spitz (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Devoirs parfaits/devoirs imparfaits, justice commutative/justice
distributive. Questions sur la pertinence de ces deux distinctions
Répondant : Philippe Crignon (SPH – Université de Bordeaux)

AAC, Qu’est-ce que l’histoire des idées ?, Noesis, 32, 2019

NOESIS n°32 (2019)

Qu’est-ce que l’Histoire des idées ?

L’Histoire des idées n’est guère institutionnellement reconnue en France, contrairement à ce qui se passe dans d’autres traditions académiques, italienne, germanique, et anglo-saxonne notamment. Au XVIIIesiècle, Giambattista Vico dans sa Scienza nuova (1744) appelait de ses vœux une nouvelle science de l’histoire qui serait notamment une « histoire des idées humaines ». Au siècle suivant, Benedetto Croce en Italie, Wilhelm Dilthey, Max Weber ou Georg Simmel en Allemagne, pratiquaient l’histoire des idées via le dialogue entre l’histoire, la sociologie et la philosophie. Au XXesiècle, le philosophe américain Arthur Lovejoy installait la discipline dans le paysage académique à la fois par ses travaux et par la création en 1940 du Journal of the History of Ideas.
Que l’histoire des idées, n’ait pas, en tant que telle, de visibilité académique en France ne signifie pas pour autant qu’elle n’y est pas pratiquée. La questionde l’histoire des idées est fortement présente dans le champ de l’histoire sous la forme de l’histoire culturelle, de l’histoire des mentalités ou des représentations, sans parler de toutes les disciplines qui la rencontrent inévitablement, comme l’histoire des sciences, de la philosophie, du droit, ou de l’art. Si bien qu’elle est à la fois nulle part et partout, sans unité ni périmètre défini. Est-elle une préoccupation diachronique partagée par différentes disciplines mais déclinée différemment selon les champs, ou une méta-discipline transcendant les partages disciplinaires ? Existe-t-il des propositions unificatrices satisfaisantes comme celles que propose en Allemagne l’Histoire des concepts de Reinhardt Koselleck (Begriffsgeschichte) ou celle de l’École de Cambridge autour des travaux de J. G. A. Pocock et Quentin Skinner qui étudient l’histoire des concepts dans le contexte des actes de langage et les considèrent dans leur force illocutoire ?
L’histoire des idées a fait l’objet de plusieurs types de critiques. On lui a reproché de postuler une histoire autonomedes idées, alors que celles-ci n’existent qu’en fonction de l’histoire des contextes socio-historiques (Mannheim, Idéologie et utopie, 1927). On l’a accusé de détacher les idées de l’action : « ce à quoi je réagis, écrit Foucault dans L’Archéologie du savoir, est cette rupture qui existe entre l’histoire sociale et l’histoire des idées. Les historiens des sociétés sont censées décrire la manière dont les agents agissent sans penser, et les historiens des idées la manière dont les gens pensent sans agir ». A ces accusations d’idéalisme s’ajoute celle, très différente, d’historicisme. Si, ainsi que l’écrit Paul Veyne « l’histoire des idées commence vraiment quand on historicise l’idée de vérité » (Les grecs croyaient-ils à leurs mythes ?), ne conduit-elle pas au réductionnisme et au relativisme ?

Ce dossier de Noesisentend réfléchir sur la nature, les fonctions et la valeur de l’Histoire des idées selon plusieurs perspectives qui s’inscriront principalement dans les 4 axes suivants :
– Approche généalogique. D’un point de vue historique et conceptuel, il s’agira d’étudier l’apparition de l’Histoire des idées, les étapes de sa constitution, ainsi que ses inscriptions institutionnelles.
– Perspective comparatiste. Que recouvre les expressions d’History of Ideas, de Storia Intellectuale, de Geistgeschichte, etc.
– Études monographiques de théoriciens de l’Histoire des idées
– Analyses critiques des objets, des méthodes de l’histoire des idées et de sa place dans le champ du savoir.

Soumission des articles

Les articles, rédigées en français, doivent comprendre :
· Le titre de l’article
· L’article de 25000 signes (espaces compris) + ou – 20%
· Son résumé (700 signes, espaces compris, maximum)
· Le nom de l’auteur ou des auteurs
· Une présentation succincte de l’auteur ou des auteurs (100 mots maximum)

Elles seront envoyées au format .pdf à Carole Talon-Hugon : Carole.TALON-HUGON AT unice.fr
Les propositions feront l’objet d’une double lecture à l’aveugle par le comité de rédaction de la revue Noesis.

Date limite d’envoi des articles : 30 novembre 2018
Les réponses seront communiquées le 20 décembre 2018

English version

What is the History of Ideas?

The History of Ideasdoesn’t have a real institutional presence in France, unlike in other academic traditions, especially in Italian, German and Anglo-Saxon cultures. In the 18th Century, Giambattista Vico in his Scienza nuova (1744) advocated a new kind of history: “a History of Human Ideas”. A century later, Benedetto Croce in Italy, and Wilhelm Dilthey, Max Weber and Georg Simmel in Germany, used the History of ideas, by the means of the dialogue between history, sociology and philosophy. In the 20thcentury, the American philosopher Arthur Lovejoy established the discipline within the academic landscape, both through his own works and by the creation, in 1940, of the Journal of the History of Ideas.
AlthoughThe History of Ideasdoesn’t enjoy great visibility and recognition in France, its tenets do appear in the field of Cultural history, or History of mentalities, not to mention the most obviously related fields such as History of science, of philosophy, of law, of art, etc..
Indeed, it seems that the History of Ideas is both everywhere and nowhere, existing across multiple fields of thought without any clearly defined unity or established parameters. Is it a diachronic interest shared by multiple disciplines but viewed through different discipline-specific senses? Or is it a kind of meta-discipline that transcends those disciplines?
Can there be any one satisfactory unifying proposal for the History of ideas, like Reinhardt Koselleck’s Begriffsgeschichtein Germany, or the Intellectual history of the Cambridge School (J. G. A. Pocock, Quentin Skinner, etc.) which studies the history of the concepts in the speech acts context, considering them in their illocutionary force?
The concept of History of ideas has had its share of negative critiques. In his 1927 work Idéologie et utopie, Mannheim rejected the notion of an autonomoushistory of ideas, asserting rather that ideas are only ever reflections of their socio-historical contexts. Later, Michel Foucault, in L’Archéologie du savoir, reproached the concept of a history of ideas for supposedly separating thoughts from action. To these accusations of idealism is added a very different one: the reproach of historicism. If, as Paul Veyne put it “the history of ideas really begins when the idea of truth is historicized” (Les Grecs croyaient-ils à leurs mythes ?), doesn’t it drive to reductionism and relativism?

This special issue of Noesis proposes a reflection upon the nature, the functions and the value of the History of ideas, from a number of different perspectives such as:
– a genealogical approach studying the first appearance of the notion of a History of ideas, the steps in its formation and its institutional places, from an historical and conceptual point of view,

– a comparative approach examining the meaning and the implications of such expressions as History of Ideas, Storia Intellectuale, Geistgeschichte, etc.
– monographic studies about theoreticians of the notion of the History of ideas.
– a critical analysis of the methods and objectives of the History of ideas and of its place in the field of knowledge.

Italian version

Che cos’è la storia delle idee?

In Francia la storia delle idee gode di uno scarso riconoscimento istituzionale, a differenza di quanto accade in altre tradizioni accademiche, ad esempio in Italia, in Germania e nei paesi anglosassoni. Già nel Settecento Giambattista Vico auspicava nella Scienza nuovala nascita di una scienza della storia che fosse anche una “storia dell’idee umane”. Nei secoli successivi Wilhelm Dilthey, Max Weber o Georg Simmel in Germania, come anche Benedetto Croce in Italia, praticavano la storia delle idee facendo dialogare la storia, la sociologia e la filosofia. Nel Novecento il filosofo americano Arthur Lovejoy insediava la disciplina nel panorama accademico sia con i suoi lavori che con la creazione nel 1940 del Journal of the History of Ideas.
Che la storia delle idee in quanto tale non abbia visibilità accademica in Francia non significa però che essa non vi sia praticata. La questionedella storia delle idee è fortemente presente nell’area della storia – ad esempio nella storia culturale, nella storia delle mentalità o delle rappresentazioni, senza parlare di tutte quelle discipline che inevitabilmente la incontrano, come la storia delle scienze, della filosofia, del diritto o dell’arte. In questo senso si può dire che la storia nelle idee è ovunque e in nessun luogo, non avendo né unità né perimetro chiaramente definiti. Si tratta forse di una preoccupazione diacronica condivisa da più discipline ma diversamente declinata secondo i vari campi, o piuttosto una meta-disciplina che trascende le divisioni disciplinari? Esistono forse delle proposizioni unificanti soddisfacenti come quelle che propone in Germania la storia dei concetti di Reinhardt Koselleck (Begriffsgeschichte)o quelle della scuola di Cambridge intorno ai lavori di J. G. A. Pocock e Quentin Skinnerche studiano la storia dei concetti nel contesto degli atti di linguaggio, considerandoli nella loro forza illocutoria?
La storia delle idee è stata oggetto di vari tipi di critiche. Le è stato rimproverato di postulare l’esistenza di una storia autonoma delle idee, mentre queste dipendono dai contesti socio-storici (Mannheim, Ideologia e utopia, 1927). È stata accusata di staccare le idee dall’azione: “ciò a cui reagisco – scrive Michel Foucault nell’Archeologia del sapere– è quella rottura che esiste tra la storia sociale e la storia delle idee. Si presume che gli storici delle società descrivano la maniera in cui gli agenti agiscono senza pensare, e gli storici delle idee la maniera in cui la gente pensa senza agire.” A tali accuse di idealismo si aggiunge quella, molto diversa, di storicismo. Se, come scrive Paul Veyne, “la storia delle idee inizia davvero quando si storicizza l’idea di verità” (I greci hanno creduto ai loro miti?), essa non conduce forse al riduzionismo e al relativismo?
Questo fascicolo di “Noesis” intende riflettere sulla natura, le funzioni e il valore della storia delle idee, principalmente entro quattro prospettive:
1) Approccio genealogico. Da un punto di vista storico e concettuale, si tratterà di studiare la nascita della storia delle idee, le fasi della sua costituzione, nonché le sue iscrizioni istituzionali.
2) Prospettiva comparatistica. Cosa indicano le espressioniHistory of Ideas, storia intellettuale, Geistgeschichte,ecc.?
3) Studi monografici su teorici della storia delle idee.
4) Analisi critiche degli oggetti e dei metodi della storia delle idee e della sua collocazione nell’ambito del sapere.

Cergy, Colloque international « Des Miroirs aux Princes aux princes dans le miroir » De l’éducation religieuse des monarques à la laïcisation du pouvoir en Europe du Moyen-âge à nos jours,

Colloque international
« Des Miroirs aux Princes aux princes dans le miroir »
De l’éducation religieuse des monarques à la laïcisation du pouvoir en Europe du Moyen-âge à nos jours

JEUDI 27 SEPTEMBRE – APRES-MIDI (14h30-18h30)
14h30-15h : Accueil des participants – café
15h : Introduction : Valérie Ménès-Redorat (Maître de conférences en histoire du droit, université de Cergy-Pontoise), « Histoire et genre des Miroirs »

Les Miroirs aux Princes du Moyen Age à la Renaissance :
Vraie ou fausse rupture du genre ?
Présidente de séance : Valérie MENES-REDORAT
15h30-16h : Camille BATAILLE, (Docteure en histoire médiévale, université de Cergy-Pontoise) : « Les révélations de Brigitte de Suède »
16h-16h30 : Olivier BERTRAND (Professeur de linguistique historique et lexicographie médiévale, université de Cergy-Pontoise), « Traducteurs des Miroirs de Charles V »
16h30-17h : Valérie TOUREILLE, (Professeur d’Histoire du Moyen Âge, université de Cergy-Pontoise), « Le livre de policie de Christine de Pizan »
17h-17h30 : Discussion – café
17h30-18h : Xavier GENDRE (Doctorant en histoire moderne et en philosophie politique, universités de Fribourg (CH) et Paris Descartes-Sorbonne), « Les miroirs des princes au reflet des idées politiques de leur temps (XVIe-XVIIe siècles) »
18h-18h30 : Renaud MALAVIALLE (Maître de conférences en civilisation espagnole, Sorbonne université), « Identité et altérité dans le De rege et regis institutione de Juan de Mariana : une laïcisation jésuitique de la formation du prince ? »
18h-18h30 : Questions

VENDREDI 28 SEPTEMBRE – MATIN (9h30-12h30)
Quand les Miroirs deviennent le reflet du prince (XVII-XVIIIe siècles) :
Traités d’éducation ou de propagande politique ?
Présidente de séance : Catherine MARSHALL
9h30-10h : Pascale MORMICHE (PRAG en histoire moderne, université de Cergy-Pontoise), « Comment transposer l’institution du prince à l’usage de Gustave de Suède (1756) dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ? »
10h-10h30 : Marie-Bénédicte RAHON-DOS SANTOS (Doctorante en histoire du droit, Paris Descartes), « Jean Doujat et son ouvrage Éloge des personnes illustres de l’Ancien Testament pour donner quelque teinture à l’histoire sacrée, à l’usage de Monseigneur le duc de Bourgogne (1688) »
10h30-11h : Discussion – café
11h-11h30 : Ryan Patrick HANLEY (Professeur de sciences politiques, Marquette University, USA), « Fénelon et le genre des Miroirs aux Princes »
11h30-12h : Blaise BACHOFEN (Maitre de conférences en philosophie du droit, université de Cergy-Pontoise), « Le ‘Législateur’ selon Rousseau : le Prince à l’envers ? »
12h-12h20 : Questions
12h30-14h : Déjeuner sur la passerelle

VENDREDI 28 SEPTEMBRE – APRES MIDI (14h- 17h)
Permanence ou disparition des Miroirs aux Princes (XIX-XXIe siècles) :
Comment éduquer le prince contemporain ?
Présidente de séance : Catherine MARSHALL
14h-14h30 : Kondylenia BELITSOU, (Docteure en histoire, université Paris Diderot) « Charles Rollin (1661-1741) : De l’éducation des Princes aux élites du XIXe siècle »
14h30-15h : Guillaume BACOT (Professeur de droit public, université de Cergy-Pontoise), « L’enquête sur la monarchie, miroir sans tain. Du reflet idéal à la réalité positive »
15h30-16h : Eduardo NOLLA (Professeur de sciences politiques, Fundación Ortega y Gasset – Gregorio Marañón, Madrid, Espagne), « Educating prince Algorithm »
16h-16h30 : Questions
16h30 : Discours de clôture : Bernard BOURDIN (Professeur en philosophie politique, Institut Catholique de Paris), « La question de la sécularisation de l’éducation des princes »
A partir de 17h : Cocktail de clôture – discussion

Appel à communication, Colloque international, Controverses sur les Lumières (1945-2019), Rouen, les 23-24-25 avril 2019

Appel à communication / Call for papers

Colloque international / International Conference

 Controverses sur les Lumières (1945-2019)

Controversies about Enlightenment (1945-2019)

 Rouen, les 23-24-25 avril 2019

Avec le soutien de l’ERIAC (EA 4705), du GRHis (EA 3831), du CEDRE (PSL), de l’IRCL (UMR 5186), du SPH (EA 4574), de l’ISP (UMR 7220)

Conférenciers/Keynote Speakers: Catherine Larrère (Paris I, Fondation de l’écologie), Daniel Roche (Collège de France)

Comité d’organisation/Organizing committee: Pierre Crétois (Université Bordeaux III, SPH), Jean-Numa Ducange (Université de Rouen, GRHis), Emmanuel Faye (Université Rouen Normandie, ERIAC), Christopher Hamel (Université Rouen Normandie, ERIAC / CEDRE), Christophe Miqueu (ESPE Université Bordeaux II, SPH), Nicolas Rialland (Université Rouen Normandie, ERIAC), Stéphanie Roza (IRCL, CNRS-Université Montpellier III), Franck Salaün (IRCL, CNRS-Montpellier III), Jean-Pierre Schandeler (IRCL, CNRS-Montpellier III), Arnault Skornicki (Paris X Nanterre)

Comité scientifique/Scientific committee : Bertrand Binoche (Paris I), Luigi Delia (Université de Genève), Dan Edelstein (Pennsylvania University), Girolamo Imbruglia (Università Napoli l’Orientale), Margaret Jacob (UCLA), Antoine Lilti (EHESS), Jean Mondot (Bordeaux III), Cécile Révauger (Bordeaux III), Daniel Roche (Collège de France), Céline Spector (Université Paris IV)

[Version française / English version below]

Brandies comme un étendard ou accusées d’être la cause de tous les maux, les Lumières exacerbent les passions. Pour beaucoup synonymes d’émancipation, de combat pour la démocratie et les droits de l’Homme, elles se trouvent en même temps, depuis leur émergence, sous le feu de critiques nourries. La période contemporaine ne fait pas exception à la règle.

Depuis le XVIIIesiècle jusqu’à nos jours, elles sont la cible d’objections plus ou moins radicales de la part des conservateurs : les critiques contre-révolutionnaires se perpétuent. Une des questions que l’on peut se poser à cet égard est de savoir si la critique conservatrice a fondamentalement évolué depuis ses premières formulations.

Mais dès l’après-guerre, les Lumières ont également été attaquées comme la matrice de la bonne conscience bourgeoise, qui recouvre de grands principes formels la réalité d’un Occident exploiteur et prédateur ; comme promouvant le triomphe d’une raison technicienne qui inverse le rapport des moyens et des fins (École de Francfort) ; ou encore, comme le faux-semblant humaniste de la société disciplinaire et du raffinement inédit des techniques de domination (Foucault).

Plus récemment, des mises en cause profondes sont venues des mondes académique, intellectuel et/ou militant centrant leurs analyses sur les problèmes de domination raciale et/ou sexuelle :  ainsi, la raison « impériale raciste », « blanche » ou « mâle » est supposée à l’œuvre dans les principes politiques, les mouvements ou partis, les textes se réclamant plus ou moins explicitement du projet humaniste et émancipateur formulé originellement par certains penseurs et acteurs des Lumières, puis de la Révolution française au XVIIIesiècle. Un tel projet se trouve assimilé à un dessein foncièrement impérialiste, néocolonial et oppresseur. Le plus souvent, la référence précise aux Lumières a même disparu de ces critiques aux yeux desquelles l’universalisme, le progressisme et le rationalisme auraient essentiellement cautionné la colonisation et l’esclavage, en étant le masque et l’alibi de la domination du monde blanc sur le reste du monde.

Cette critique radicale des Lumières peut être caractérisée comme anti-humaniste au sens où elle s’appuie sur une contestation de l’existence d’une nature humaine. L’homme universel de l’humanisme serait, en réalité, une construction occidentale moderne. Mais il existe aussi des critiques d’inspiration libérale du projet des Lumières, certaines demeurant dans le paradigme humaniste, comme  sous la plume d’Alain Renaut, (Un humanisme de la diversité : essai sur la décolonisation des identités, 2009) par exemple, d’autres cherchant au contraire à pointer les menaces que le modèle de l’émancipation rationnelle ferait peser sur la diversité de croyances et de pratiques assimilées à des formes d’hétéronomie, ainsi que sur l’indépassable pluralisme axiologique caractérisant les sociétés contemporaines (Galston, « Deux concepts du libéralisme », 1995, trad. 2009; Berlin, « Deux concepts de la liberté », 1958, trad. 1988).

Cet état de fait contemporain a quelque chose de paradoxal ; il relève à certains égards d’un renversement de perspective, dans la mesure où l’héritage des Lumières a souvent été revendiqué par des courants se réclamant de l’émancipation collective et de la lutte contre les dominations de tous ordres, et ce depuis la Révolution française.

D’autres critiques sont plus nuancées, tentant de faire le tri entre un « bon » héritage du XVIIIesiècle à conserver, et un « mauvais » dont il conviendrait de se débarrasser (par ex. Dufour, 2007 ou Le Devedec, 2015). Et dans la perspective inverse, « l’esprit des Lumières » comme essence de notre modernité, voire de tout projet de libération collective, continue d’être revendiqué par une pléiade d’auteurs, de Habermas à Todorov en passant par Sternhell. Dans tous les cas, on peut se demander jusqu’à quel point les Lumières elles-mêmes, leurs différentes expressions historiques, au premier rang desquelles la Déclaration des droits de l’Homme, ou même les concepts censés les représenter (universalisme, progressisme) sont bien définis et dans quel(s) sens ils sont mobilisés.

Les termes du débat et les interprétations semblent à présent tellement embrouillés que la question du droit d’inventaire, qui émerge dès 1789 avec l’éclatement de la Révolution française, se pose avec une acuité nouvelle. Toutefois, comme c’est le cas depuis 1789, le droit d’inventaire est inséparablement une affaire théorique et pratique, scientifique et politique.

Face aux difficultés et aux enjeux de la politique contemporaine, certains choisissent donc de défendre l’héritage des Lumières comme socle de valeurs essentielles pour le genre humain (cf. Les Anti-Lumières, Z. Sternhell, 2010;  Pour les Lumières, R. Darnton, 2002) ou comme défense d’un recours à l’examen rationnel (Lévy et Renou), voire comme seul support possible des émancipations encore à venir ; mais il leur faut affronter un certain nombre de problèmes, et notamment celui du dévoiement impérialiste de l’idéologie républicaine française aux XIXeet XXesiècles. D’autres, à l’inverse, rejettent cet héritage : encore leur faut-il identifier avec rigueur leur cible, les Lumières, et montrer le lien consubstantiel de ces dernières avec les dévoiements évoqués. D’autres encore prolongent la perspective conservatrice : il leur incombe néanmoins de parvenir à montrer la pertinence de leurs arguments, dans un monde qui semble par certains aspects s’éloigner toujours un peu plus des traditions dont ils se revendiquent.

Devant un tel champ de bataille, enfin, certains se demandent s’il ne vaudrait pas mieux tourner la page une fois pour toutes et passer à autre chose. Autre chose, mais quoi ? Cette question paraît d’autant plus urgente que les innombrables références aux Lumières paraissent supposer des réalités distinctes et incompatibles. Est-il temps d’en finir avec les Lumières ?

Cet appel s’adresse en particulier aux philosophes, historien·n·e·s, sociologues, politistes, et à l’ensemble des chercheuses et chercheurs intéressé·e·s par ces enjeux.

 Les résumés devront compter entre 800 et 1000 mots. La date limite de soumission est le 15 novembre 2018. Les personnes ayant soumis une proposition seront averties des résultats de la sélection dans le courant du mois de janvier 2018.

Axes:

1 / Un tableau du champ de bataille contemporain : où en est-on de la controverse à propos des Lumières ? Quels arguments sont mobilisés et quel est leur degré d’originalité ? Réception, réactivations : quels enjeux intellectuels et politiques dans le monde contemporain ?

– Lumières et révolutions : quels héritages dans les révoltes et révolutions contemporaines ? Quels refus d’un tel héritage ?

– Lumières, colonialisme et esclavage : un bilan rétrospectif

– Lumières et religions dans le monde contemporain

– Le républicanisme contemporain face au républicanisme des Lumières : critiques et controverses

2/ Enjeux historiographiques : quelle image des Lumières lit-on dans les différentes prises de position contemporaines ? Quelle est la part des Lumières historiques ? Des Lumières reconstruites voire fantasmées, qui occultent bien souvent les conflits et divisions internes du « siècle éclairé » ?

– Ambiguïté et polysémie de la notion de république, des Lumières à nos jours

– Lumières et traditions intellectuelles : marxisme, libéralisme, socialisme, républicanisme, écologie politique, anti-totalitarisme.

– Lumières, Aufklärung, Enlightenment, Illuminismo: quelles réceptions pour les spécificités nationales et les circulations intellectuelles ?

– Enjeux théoriques et idéologiques des découpages chronologiques

3/ Les Lumières sans la Révolution française ? : la question de l’héritage des Lumières a longtemps été incompréhensible sans prendre en compte le fait que pour la quasi-totalité des auteurs, les Lumières étaient envisagées comme la matrice philosophico-politique de la Révolution. Qu’en est-il aujourd’hui et avec quelles conséquences ?

4 / Les études postcoloniales et les Lumières : une incompatibilité radicale ?

5/ Sciences humaines : quelle image, quels usages des Lumières (référence, matrice méthodologique et/ou conceptuelle) ?

Langues de communication: français, anglais

Contact : hamel_christopherATyahoo.fr

[English Version]

Since the XVIIIthcentury, the Enlightenment has been the subject of a vast and raging debate. For some, it deals with emancipation, the fight for democracy and natural or human rights. But it is also violently contested by others on many grounds, and the contemporary period is no exception in this regard.

From early on in the XVIIIthcentury to nowadays, more or less radical arguments have been made against the Enlightenment by conservative thinkers: anti-revolutionary critics are still many and vociferous. One of the many questions we can raise is whether or not the conservative critics have really evolved since their first formulations?

But right after the Second World War, the Enlightenment was criticized as the main way for the bourgeois middle-class to ease its conscience. The Enlightenment is said to have concealed with great formal principles the true reality of the Western World’s exploitations and predations, or to have promoted a technical reason reversing means and end (Francfort School), or to have covered with a humanistic pretence a punishment society filled with sophisticated new domination techniques (Foucault).

Focusing on the racial and/or sexual domination issues, the academic, intellectual and/or activist worlds have more recently radically challenged the heritage of the Enlightenment. The “imperial and racist”, “white” or “male” reason is supposed to be at work in the political principles, movements or parties or in the texts that claim to draw – more or less explicitly – from the humanistic and emancipatory project that was originally defended by some thinkers and protagonists of the Enlightenment and taken up by the French Revolution during the XVIIIth century. Such a project is then interpreted as part of an imperialistic, neocolonial and oppressive plan. These criticisms often lack any precise account of, or reference to, the Enlightenment, because they hold that the very core of the movement was the domination of white people of the whole world and that universalism, progressism and rationalism were only a moral support for slavery and colonization.

This radical critique of the Enlightenment can be characterized as anti-humanistic in the sense that it contests the very the existence of human nature. The universal man of humanism would, in fact, be a modern Western construct. But there are also liberal-inspired critics of the Enlightenment project. Some of them remain in the humanist paradigm, such as the critique of Alain Renaut (2009). Others seek instead to point out to what extent the model of rational emancipation could be a threat to the the diversity of beliefs and practices assimilated to forms of heteronomy, as well as to the unsurpassed value pluralism characterizing contemporary societies (Galston, 1995, Berlin, 1958).

This contemporary situation is somehow paradoxical; in some respects, it is a reversal of perspective, since the legacy of the Enlightenment has often been claimed by currents aspiring to collective emancipation and struggling against domination of all kinds.

Other critics are more nuanced, trying to sort out a “good” legacy of the XVIIIthcentury that should be kept, and a “bad” one that should be discarded (e.g. Dufour, 2007 or Le Devedec, 2015). And in the opposite perspective, “the spirit of the Enlightenment” as the essence of our modernity, even of any project of collective liberation, continues to be claimed by a host of authors, from Habermas to Todorov via Sternhell. In any case, one may wonder to what extent the Enlightenment itself, its different historical expressions, first and foremost the Declaration of the Rights of Man and the Citizen, or even the concepts supposed to represent them (universalism, progressivism) are well defined and in which sense they are mobilized.

The terms of the debate seem now so confused that the question of a new reappraisal of the Enlightenment arises again. However, as it has been since 1789, this reappraisal is inseparably a theoretical, practical, scientific and a political issue. Faced with the difficulties and challenges of contemporary politics, some choose to defend the legacy of the Enlightenment as a base of essential values for humanity (like Todorov, Sternhell, Darnton). Some others regard the Enlightenment as a model for rational analysis (Lévy and Renou) or even as the best support for the emancipation struggles still to come. Even so, they must face the tricky problem of the imperialist perversion of the French republican ideology in the XIXthand XXthcenturies. On the other hand, some (conservative or not) reject this legacy in attempting to identify their target and to disclose the consubstantial relationship between the Enlightenment and the above-mentioned perversions.

Facing this battlefield, lastly, some wonder if it would be better to put the Enlightenment behind us and to move on to something else. Something else, certainly, but what else exactly? Is it time to get over with the Enlightenment?

This call for papers is particularly addressed to philosophers, historians, sociologists, political scientists, and to all researchers who are interested in these issues.

Paper proposals should count between 800 and 1000 words and will be sent before November, 15 2018. Paper proposals will be examined by the scientific committee. Notifications of acceptance will be sent during January 2019.

 Themes and issues: 

1 / Mapping the contemporary ideological battlefield: topicality of the controversies on the Enlightenment. What kind of arguments are used and are they fundamentally original? What are the intellectual and political relevant issues for contemporary reception and reactivation?

– the Enlightenment and revolution: what are the legacies for contemporary revolts and revolutions? Why can such a legacy be approved or refused?

– Links between the Enlightenment, colonialism and slavery.

– The Enlightenment and religions in the contemporary world

– Contemporary republicanism versus republicanism of the Enlightenment: criticisms and controversies

2/ Historiographical issues: What sort of representation of Enlightenment can be seen in the various contemporary stances? Where does the historical Enlightenment lie? Does this rearranged or fantasical Enlightenment cover up the internal conflicts and divisions of the enlightened century?

– Ambiguity and polysemy of the concept of republic from Enlightenment to nowadays

– Enlightenment and intellectual traditions: marxism, liberalism, socialism, republicanism, political ecology, anti-totalitarianism

Lumières, Aufklärung, Enlightenment, Illuminismo: what are the various national specificities and how do they interact?

– Theoretical and ideological issues derived from the chronological delimitation.

3 / The Enlightenment without the French Revolution?: the question of the legacy of the Enlightenment has long been incomprehensible without taking into account the fact that for almost all authors, the Enlightenment was considered as the philosophical-political matrix of the Revolution. What is still the case today and with what consequences?

4 / Postcolonial studies and the Enlightenment: a radical incompatibility?

5/ Human sciences: what are the images and uses of the Enlightenment (references, methodological or conceptual paradigm)?

Languages of communication: French and English

Contact : hamel_christopherATyahoo.fr 

Mai 68 à Nice, 14 septembre – 28 septembre 2018, UFR LASH, Université de Nice

Mai 68 à Nice, 14 septembre – 28 septembre 2018

Que s’est-il passé en mai 68 à Nice ? L’université est récemment implantée, la région est peu ouvrière. Qu’en fut-il des événements dans les Alpes-Maritimes, de leurs origines, de leur déroulement et de leurs conséquences ?…
 
Vendredi 14 septembre à 15h conférence : « Mai 68 : événement majeur du XXe siècle ? » par Yvan Gastaut
Jeudi 20 septembre à 16h projection du film : « Le Redoutable » de Michel Hazanavicius
Mardi 25 septembre à 16h table ronde : « Mai 68 à Nice : paroles de témoins’ avec Alain Tassel, Étienne Brunet, Chantal Kircher, Patrick Raynal, Jean Emelina, Robert Charvin, Michel Bottin
– Du 15 au 28 septembre – Exposition  « Mai 68 à Nice et dans les Alpes-Maritimes » à la BU Henri Bosco, Faculté des  Lettres, Arts et Sciences Humaines.
http://unice.fr/faculte-des-lettres-arts-sciences-humaines/contenus-riches/agenda/mai-68-a-nice-et-dans-les-alpes-maritimes

Colloque international, La Ligue des droits de l’homme depuis la Seconde Guerre mondiale. Penser et agir pour les droits de l’homme, 11-12 décembre 2018, La Contemporaine, Université Paris Nanterre

COLLOQUE INTERNATIONAL

La Ligue des droits de l’homme depuis la Seconde Guerre mondiale.

Penser et agir pour les droits de l’homme

11-12 décembre 2018

Université Paris Nanterre

Colloque organisé par La contemporaine, avec le Labex les passés dans le présent

PROGRAMME

11 décembre 2018

La Ligue des droits de l’homme et la République

 Matinée

Gilles Manceron (Groupe Mémoires, histoires, archives de la LDH), La LDH après 1940. Repères chronologiques et questions historiographiques

Thomas Morel (La contemporaine), Le fonds de la Ligue des droits de l’homme à La contemporaine

Principes et engagements.

Catherine Wihtol de Wenden (Sciences Po Paris, CERI), La revueAprès-demain

Ellen Crabtree (Durham University), Madeleine Rebérioux and the LDH: the person and the politics

Maxime Launay (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Le Comité droits et liberté dans l’institution militaire (DLIM)

Après-midi

Cultures et pratiques.

Judith Bonnin (Université Paris 7 Diderot), Défendre les droits de l’homme dans le monde au Parti socialiste et à la Ligue des droits de l’homme dans les années 1970

Anthony Pregnolato (Université Paris Nanterre), La Ligue des droits de l’homme et les violences des forces de l’ordre

Toute l’humanité ?

Max Likin (Université de Puget Sound),La LDH et l’altérité après 1945

Alice Conklin (Université d’Etat de l’Ohio), La LDH, le colonialisme et la décolonisation

 12 décembre 2018

La LDH et la solidarité internationale

 Matinée

L‘universalisme en question

Alexandre Boza (Sciences Po Paris, Centre d’histoire), La LDH et le débat sur la Déclaration universelle des droits de l’homme

Monique Milia Marie Luce (Université des Antilles), Contre la répression et pour l’information : le soutien de la LDH aux Antillais pendant les années 1960-1970

Réseaux internationaux

Christopher Treiblmayr/Wolfgang Schmale (Université de Vienne), Du centre à la périphérie ? Les relations d’après-guerre entre la LDH, la Fédération internationale des droits de l’homme et la Ligue autrichienne des droits de l’homme

Stilyan Deyanov (Université de Vienne), Les ligues des droits de l’homme et du citoyen bulgares et roumaines après 1945 –Analyse comparative

 Après midi

Pour les droits des peuples

Johannes Heuman (EHESS/ Uppsala University) French Human Rights Activism and the Rise of Arab Nationalism, 1944 – 1970

Thomas Maineult (Sciences Po Paris, Centre d’histoire), La LDH et la défense de la cause palestinienne (années 1960 – 1980)

Combats pour les libertés

Irène Gimenez (ISP Lyon/ LARHRA), Défendre les prisonnier.e.s politiques antifranquistes au nom des droits de l’homme (années 1960 – 70)

Caroline Moine (Université Versailles – Saint-Quentin), La LDH et les mobilisations européennes pour la défense des droits de l’homme au Chili après 1973

Emmanuel Naquet (Sciences Po Paris, Centre d’histoire), Synthèse

Lieux :

Université Paris Nanterre

11 décembre : Bât. Pierre Grappin (salle des conférences)

12 décembre : Bâtiment Max Weber (amphithéâtre)

Renseignements :

www.lacontemporaine.fr

anne.joly AT lacontemporaine.fr

Colloque international, Une solidarité européenne est-elle encore possible ?, 2-3 octobre 2018, Sorbonne, Amphi Liard

Colloque international, Une solidarité européenne est-elle encore possible ?, 2 et 3 octobre 2018, Sorbonne, Amphithéâtre Liard

Mardi 2 octobre 

Les multiples visages de la solidarité européenne

8h30 – Accueil

9h00 – Ouverture du colloque

9h15 – Introduction

  • Jean-Louis Bourlanges, député des Hauts de seine, ancien député européen.

9h30 –L’Union européenne : de la convergence à la solidarité ?

  • Karine Abderemane, maitre de conférences en droit public, Université de Tours.
  • Xavier Ragot, directeur de recherche au CNRS, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (Sciences Po).
  • Jean-Louis Bourlanges, député des Hauts de seine, ancien député européen.

Modération : Linda Benraïs, professeur affilié à l’ESSEC de Droit comparé et Médiation, Directeur de Programmes IRENE Gouvernance et Résolution des Conflits.

11h00 – Entre crises et tribulations, la solidarité intra-européenne est-elle
menacée ?

  • Stéphane Beemelmans, ancien Secrétaire d’État à la Défense en Allemagne.
  • Denis Simonneau, président d’Europanova.
  • Didier Georgakakis, professeur de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au Collège d’Europe – Chaire Jean Monnet.

14h00 – Solidarité, subsidiarité, justice sociale : quelles applications à l’échelle européenne ?

  • Julien Barroche, professeur à l’Inalco (Hautes études internationales) et à Sciences Po Paris.
  • Ulrike Guérot, directrice de l’European Democracy Lab.
  • Céline Spector, professeur de philosophie politique (Sorbonne Université).

Modération : Didier Georgakakis, professeur de science politique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au Collège d’Europe – Chaire Jean Monnet.

15h30 – Séparatisme, nationalisme, populisme : quels impacts sur la solidarité européenne ?

  • Sylvia Desazars de Montgailhard, maître de conférences à l’IEP de Paris et directrice de la campagne de développement de l’ESSEC.
  • Nathalie Duclos, professeur spécialiste de l’Ecosse, Université de Toulouse-Jean Jaurès.
  • Jacques Rupnik, directeur de recherches au Centre d’études et de recherches internationales (Sciences Po Paris).

17h00 – Conclusion

Mercredi 3 octobre

Les défis actuels de la solidarité européenne

 8h00 – Accueil

8h30 – Introduction

 8h45 – Une harmonisation sociale et fiscale constituerait-elle une solution
au manque de solidarité ?

  • Gaëtan Nicodème, Head of Unit, European Commission – DG Taxation and Customs Union.
  • Fréderic Allemand, coordinateur du département EIS au Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe.
  • Sofia Fernandes, chercheur senior en affaires économiques et sociales, Notre Europe.

Modération :Véronique Auger, journaliste, présentatrice de l’émission « Avenue de l’Europe » sur France 3.

10h00 – Solidarité dans l’adversité : une défense et une politique extérieure commune. 

  • Maxime Lefebvre, diplomate et professeur en question internationales à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’ESCP Europe.
  • Pierre Verluise, docteur en géopolitique (Paris 1), fondateur de diploweb.com, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique.
  • Jean-Yves Haine, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3).

11h30 – La gestion des migrations : un défi de long terme pour la solidarité intra-européenne.

  • Corinne Balleix, enseignante à Sciences Po Paris, précédemment chargée de mission sur la politique migratoire européenne au ministère des Affaires étrangères.
  • Matthieu Tardis, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI).
  • Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche au CNRS.

 12h45 – Conclusion

Avec le soutien de

L’école Doctorale V, « Concepts et langages », Lettres Sorbonne Université,
L’Unité de Recherche – FRE 3593 « Sciences, normes et décision »

Organisation
Joséphine Staron, doctorante en philosophie politique (Sorbonne Université).

Comité scientifique

Jean-Marc Ferry, titulaire de la Chaire de philosophie de l’Europe (Université de Nantes)

Céline Spector, professeur à l’UFR de philosophie (Sorbonne Université).

Pierre-Henri Tavoillot, maitre de conférence à l’UFR de philosophie, président du Collège de philosophie (Sorbonne Université).

 

Marie Durand, Résister. Lettres de la Tour de Constance, préface de Céline Borello, Ampelos, 2018

Marie Durand, Résister. Lettres de la Tour de Constance, préface de Céline Borello, Ampelos, 2018

Emprisonnée parce que protestante dans une France toute catholique, Marie Durand refusa d’abjurer et passa 38 ans dans une prison sinistre et malsaine. On lui attribue la consigne « Résister », gravée dans la pierre du puits, qui 200 ans plus tard et par l’intermédiaire d’une autre protestante, deviendra le mot d’ordre des opposants à la collaboration avec le nazisme.

Sa correspondance, variée en termes de destinataires et de sujets, décrit le rude quotidien des prisonnières, les réseaux français et étrangers pour les aider et les préoccupations de Marie Durand pour sa nièce exilée en Suisse.

Céline Borello qui présente et annote ces lettres est professeure d’histoire moderne à l’université du Mans. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur l’histoire des protestants et l’analyse des discours théologiques et politiques protestants des XVIIIe et XIXsiècles.

Gérard Bras et Chantal Jaquet (dir.), La fabrique des transclasses, PUF, 2018

Gérard Bras et Chantal Jaquet (dir.), La fabrique des transclasses, PUF, 2018.

Historiens, philosophes, sociologues ou psychanalystes, hommes d’arts et de métiers, les auteurs de ce livre sont pour la plupart des transclasses, produits d’une histoire singulière et collective. Ils prennent ouvertement la parole et croisent leur approche pour rendre visible une réalité parfois idéalisée mais très souvent méconnue : celle du passage d’une classe à une autre. Ni fierté outrancière, ni honte coupable : ils veulent avant tout comprendre l’origine et la nature d’un tel changement social et s’interroger sur la fabrique d’une manière d’être et de vivre l’entre-deux.

À travers des récits en première personne et l’examen de figures et de configurations historiques, présentes et passées, ils analysent la force des affects à l’œuvre, les mutations de l’identité et les questions soulevées par la condition de transclasses. Ils font ainsi le pari que les mouvements au sein de la société ne sont pas réductibles à des données statistiques, que l’intime a une portée politique et peut être audible et utile à tous, transclasse ou non.

Matthieu Amat, Le relativisme philosophique de Georg Simmel. Une idée de la culture, Honoré Champion, 2018.

Matthieu Amat, Le relativisme philosophique de Georg Simmel. Une idée de la culture, Honoré Champion, 2018.

Philosophe de la culture et non seulement essayiste et critique de la modernité, Georg Simmel a voulu proposer une idée de la culture en temps de crise, susceptible de servir d’horizon pour une « vie moderne » fragmentée et déchirée entre processus d’objectivation et dissolution des formes. Cette entreprise a un nom : « relativisme », ou plutôt « relationnisme » – une « philosophie dans son concept cosmique », mais sans l’artifice du système. Le relationnisme s’installe d’emblée dans le concret de la vie sociohistorique, il commence par le milieu : la relation. Après avoir interrogé la valeur et l’« esprit objectif » des produits de la culture, il analyse les conditions de leur appropriation par la vie individuelle et sociale. Si la discordance entre subjectivités et objectivités peut être surmontée, ce sera au moyen d’une nouvelle description, relationniste, des formes de l’individualité. En reconstruisant ce programme philosophique, ce livre redonne à Simmel sa place dans la tradition allemande et parmi les grands auteurs de son temps.

Agrégé et docteur en philosophie, Matthieu Amat poursuit actuellement ses recherches et ses enseignements à l’Université de Lausanne.