Colloque « Les réceptions contemporaines de Simone de Beauvoir. France, Italie et Espagne 1968-2018 », Nice, 3-4 décembre 2018

Lundi 3 décembre 2018

9h00 – 19h30

09h00 : Accueil des participants

LES RÉCEPTIONS FRANÇAISES I

Modération : Odile GANNIER (UCA, CTEL)

09h15 : François MASCLANIS (ISG-PBM Toulouse / ISERAM)
Le Deuxième sexe. Représentations sociopolitiques des critiques de l’ouvrage de Simone de Beauvoir

09h45 : Tiphaine MARTIN (Université de Toulon, Babel)
Du texte à la représentation : réceptions de La Femme rompue

10h15 : Marine ROUCH (Université de Toulouse – Université de Lille)
Du côté des lectrices : réception et appropriation féministes de Simone de Beauvoir et de son œuvre en France (1949-1970)

10h45 : Discussion et pause

LES RÉCEPTIONS FRANÇAISES II

Modération : Tiphaine MARTIN (Université de Toulon, Babel)

11h30 : Marie-Claude HUBERT (ESPE Maxéville – Université de Lorraine)
Réception croisée du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir par la philosophe Geneviève Fraisse et Annie Ernaux

12h00 : Bérengère MORICHEAU-AIRAUD (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ALTER)
La manière dont Annie Ernaux parle de Simone de Beauvoir dans ses récits

12h30 : Discussion et pause déjeuner

CONFERENCE

Modération : Marie-Joseph BERTINI (UCA, LIRCES)

14h15 : Manon GARCIA (Université de Chicago) On ne naît pas soumise, on le devient

15h15 : Discussion et pause
OUVERTURE EN MÉDITERRANÉE

16h00 : Denis CHARBIT (Open University of Israel)
La réception de l’œuvre de Simone de Beauvoir en Israël : une exception française

16h30 : Discussion

LES RÉCEPTIONS ITALIENNES

Modération : Francesca SENSINI (UCA, CMMC)16h45 : Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS)

Du Deuxième sexe à Rivolta femminile. L’analyse d’un événement imprévu17h15 : Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC)

Vita domestica e pratiche alimentari : Simone de Beauvoir e Rossana Campo17h45 : Discussion et pause
19h30 : Dîner en ville

Mardi 4 décembre 2018

9h00 – 13h30

LES RÉCEPTIONS ESPAGNOLES

Modération : Sara Calderon (UCA, LIRCES)

09h00 : Beatriz ONANDIA RUIZ (Université du Pays Basque)
Traductions et féminisme : el Segundo Sexo de Simone de Beauvoir en Espagne et son influence dans la littérature féministe espagnole contemporaine

09h30 : Gloria NIELFA (Universidad Complutense de Madrid)
La recepción de la obra de Simone de Beauvoir en España : una mirada histórica hasta la actualidad

10h00 : Discussion et pause

LES RÉCEPTIONS INATTENDUES ET CONTROVERSÉES

Modération : Magali GUARESI (UCA, CMMC) et Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC)

10h45 : Eve GIANONCELLI (Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis)
« Nous ne sommes pas beauvoiriennes mais… ». Les intellectuelles (anti)féministes conservatrices entre rejet et appropriation de la figure, de la pensée et de l’héritage de Simone de Beauvoir

11h15: Maria Chiara MATTESINI (Istituto Luigi Sturzo di Roma)
La libertà come scelta. L’eredità di Simone de Beauvoir nell’elaborazione cattolica del femminismo

11h45 : Discussion et pause

OUVERTURE OUTRE-ATLANTIQUE

Modération : Barbara MEAZZI (UCA, CMMC)

12h00 : Constance BORDE & Sheila MALOVANY- CHEVALLIER
« Deuxième ou Second Sexe ? » Les aléas de la traduction et de la réception duDeuxième Sexe aux États-Unis

12h45 : Table ronde : Constance BORDE & Sheila MALOVANY-CHEVALLIER, Tiphaine MARTIN, Xavière GAUTHIER et organisatrices

13h30 : ClôtureC

Organisation

Marie-Joseph BERTINI (UCA, LIRCES), Odile GANNIER (UCA, CTEL), Magali GUARESI (UCA, CMMC), Barbara MEAZZI (UCA, CMMC), Maria Grazia SCRIMIERI (UCA, CMMC), Francesca Irene SENSINI (UCA, CMMC)

Revue française d’histoire des idées politiques, 48, novembre 2018, « Langues et nations au XIXème siècle »

Le dernier numéro de la Revue française d’histoire des idées politiques vient de sortir. Il est consacré au thème « Langues et nations au XIXème siècle ».

Après la fin de l’Ancien Régime et l’effondrement prémonitoire des Empires centraux se met en place, tout au long du XIXe siècle, ce qui sera la matrice de l’Europe moderne. La pierre angulaire de ce processus est la revendication d’une langue nationale de la part des peuples. Les contributions réunies dans ce volume étudient comment les langues européennes ont été tantôt l’élément unificateur d’un même Etat, tantôt la frontière invisible mais hautement sensible entre Etats voisins et nations.

Contributeurs : Jean-Luc Chappey, Tristan Coignard, Luca Mannori, Daniel Baric, Ute Weinmann, Guillaume Bacot, Caroula Argyriadis-Kervegan, François Monnier, Julien Le Mauff.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=61301&no_revue=908&razSqlClone=1

Florence Burgat, « Etre le bien d’un autre. Remarques sur la condition animale dans le droit », Centre Universitaire Méditerranéen, 4 décembre 2018, Nice

Le cycle de conférences de philosophie du Centre Universitaire Méditerranéen (65 promenade des anglais), « Réfléchir pour aujourd’hui », en partenariat avec la Société azuréenne de philosophie, accueille le mardi 4 décembre 2018 à 18h, Florence Burgat [directeur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), détachée aux Archives Husserl (ENS-CNRS)], pour une conférence intitulée :

« Être le bien d’un autre. Remarques sur la condition animale dans le droit ».

Présentation de la conférence :

Être le bien d’un autre, c’est être la chose sur laquelle le propriétaire a le droit de vie et de mort. Tel est le régime auquel les animaux sont soumis dans le droit. Nous présenterons l’évolution des textes pour tenter de saisir au plus près ce qu’est la condition animale dans le droit, une condition bien étrange, à l’heure où la qualité de sensibilité définit les animaux dans le Code civil.é

Premier workshop du projet ALDRA, invité : Jean-Yves Girard, « Les limites de l’intelligence artificielle », faculté de droit, Nice, 5 décembre 2018

Pour son premier workshop, le projet ALDRAI (Administrative Law, Distant Reading, Artificial Intelligence) reçoit Jean-Yves Girard (mathématicien, logicien, directeur de recherches émérite du CNRS, Marseille) le 5 décembre 2018, salle des conseils de la faculté de droit de Nice, campus Trotabas, 11h-15h, autour des limites de l’intelligence artificielle.

Soutenance de thèse de Mona Gérardin-Laverge, « Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes. », 14 décembre 2018, Paris 1.

Soutenance de thèse de Mona Gerardin-Laverge :

« Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes »

La soutenance aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 à 9h30.
Centre Panthéon
12, place du Panthéon
75005 Paris
Salle 6 (aile Soufflot, 2e étage).


Composition du jury :

Sandra Laugier, Directrice de thèse
Professeure de Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Bruno Ambroise
Chargé de recherche au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 8103)

Nancy Bauer
Professor of Philosophy, Tufts University

Judith Butler
Professor of Comparative Literature and Critical Theory, University of California, Berkeley

Luca Greco
Professeur de Sociolinguistique, Université de Lorraine (Metz)

Paola Marrati
Professor of Philosophy, Johns Hopkins University

Judith Revel
Professeure de Philosophie, Université Paris Nanterre

Résumé :

Comment penser la construction et la déconstruction du genre dans le langage ? Je montre que la philosophie du langage ordinaire — et notamment la théorie austinienne des actes de parole — peut soutenir une approche constructiviste et éclairer le rôle du langage dans la construction sociale du genre. La naturalisation du genre repose à la fois sur une représentation du langage — comme simple reflet du réel et comme « capacité » inégalement partagée — et sur des pratiques linguistiques ordinaires et scientifiques. Penser cela implique de dépasser la stricte dichotomie de l’idéologique et du matériel, pour analyser ensemble la construction et la représentation du genre dans des pratiques discursives et non-discursives. La théorie butlerienne de la « performativité du genre » permet de penser à la fois la construction du genre et sa contingence, sa possible déconstruction. Mais quel est notre pouvoir transformateur ? Si montrer qu’un phénomène n’est pas naturel ne suffit pas à le détruire, analyser sa force ne nous réduit-il pas à l’impuissance ? Pour répondre à ces questions, j’étudie des pratiques discursives de lutte. Je montre le pouvoir transformateur de pratiques de subversions et d’actes de parole insurrectionnels, qui font usage de la performativité du langage pour transformer les conditions sociales encadrant l’efficacité des discours. Je montre que ces pratiques déconstruisent le genre et produisent des collectifs de lutte, pour insister sur ce qu’une approche radicalement constructiviste du genre ouvre comme possibles pour le féminisme et l’action collective.


Summary

Language is a place of struggle
Performativity of ordinary language in the construction of gender and feminist struggles

            How is gender constructed and deconstructed in ordinary practices of language? First of all, I demonstrate that ordinary language philosophy – and more specifically the austinian theory of speech acts – can lay the ground for a constructivist approach and help to understand the role of language in the social construction of gender. I show that gender is naturalized both by our representation of language itself – as a mere reflect of reality and as an unequally shared “capacity” – and by ordinary and scientific practices of language. Understanding this idea involves going beyond the dichotomy of ideological and material, in order to analyze construction and representation of gender together in both discursive and non-discursive practices. Butler’s theory of gender performativity makes it possible to understand both construction and deconstruction, or the contingency of gender. But does not highlighting the strength of this construction lead to deny our power and agency? To answer this question, I study feminist discursive practices. I highlight transformative power of subversions and insurrectional speech acts. I analyze discursive practices of denaturalization that challenge both social and discursive orders, and practices that use language performativity to change the social conditions that give power to speech acts. These practices deconstruct gender and produce political and collective subjects: a radical constructivist approach to gender thus opens rich perspectives for feminism and collective activism.

Séminaire « Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui », EHESS

Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui

  – Pierre Charbonnier, chargé de
  recherche au CNRS ( IMM-LIER )
  – Ferhat Taylan, chercheur
  postdoctoral à l’Université de Liège ( Hors EHESS )

1er et 3e mercredis du mois de 15 h à 18 h (EHESS, salle 6, 105 bd
Raspail 75006 Paris), *du 16 janvier 2019 au 19 juin 2019

Les travaux de Karl Polanyi – notamment son ouvrage majeur *La Grande
Transformation *(1944) – présentent un cadre historique et critique d’une
grande actualité pour saisir les mutations des rapports entre la société,
ses institutions et les milieux naturels. D’une part, insérés dans le
marché autorégulateur, la terre et le travail sont soumis à une nouvelle
rationalité qui affecte leurs fonctions socialisatrices traditionnelles.
D’autre part, l’institutionnalisation de ce marché autorégulateur se fait
lui-même au nom des lois de la nature, tout en détachant les sociétés des
matérialités reléguées à l’ajustement spontané des prix. D’un tel
découplage de l’économie et la société, de cette « nouvelle intégration de
l’homme et de la nature tentée avec si peu de succès », découle une «
transformation du milieu humain en désert ».

Le séminaire a comme objectif de questionner l’actualité de ces
perspectives selon deux axes. Il s’agira d’abord d’un effort de compréhension
des thèses de Polanyi par un travail de mise en perspective des concepts
(l’amélioration, désencastrement, naturalisation et dépolitisation du
marché, marchandisation de la nature, protections de la société, etc.) et
des auteurs (Owen, Ricardo, Bentham, etc.) qu’il aborde. Ensuite, il
s’agira de prolonger les perspectives polanyiennes dans la période post
1945 : l’économicisation de la nature, l’avènement d’une écologie insérée
dans le marché autorégulateur, mais aussi d’un droit de l’environnement,
les contrastes entre sociétés industrialisées et « primitives » ainsi que
l’intégration des secondes dans le marché global, sont autant de domaines
dans lesquels les travaux de Polanyi s’avèrent pertinents.

En somme, il s’agira autant de saisir la grande transformation évoquée par
Polanyi du point de vue de l’écologie politique que de saisir la
transformation qu’il a provoqué dans les sciences sociales (économie,
anthropologie, sociologie ou droit). L’hypothèse de ce séminaire sera
qu’une *seconde* grande transformation est en cours, qui impose la terre
comme nouvel acteur politique bouleversant les relations entre l’économie,
le droit, l’État.

*Calendrier des séances*

16 janvier

*Pierre Charbonnier* (Philosophie, CNRS-EHESS), « D’une transformation à
l’autre. Terre, marché et société »

6 février

*Antonin Pottier* (Economie, EHESS), « Le désencastrement de l’économie :
comment Polanyi nous aide à penser la dégradation écologique »

20 février

*Sara Aguiton* (Histoire des sciences, CNRS-EHESS), « Mise en risque, mise
en finance : mutations de l’assurance et de la finance autour des risques
climatiques »

20 mars

*Julien Vincent* (Histoire, Paris I), « La terre comme facteur de
production : l’exemple de la Nouvelle Zélande »

3 avril

*Michele Spano* (Histoire, droit, EHESS), « L’institution de la terre.
Quelques réflexions de droit privé »

17 avril

*Edouard Delruelle* (Philosophie, Univ. Liège), « Nancy Fraser: une
critique post-polanyienne du capitalisme »

15 mai

*Dominique Pestre* (Histoire des sciences, EHESS), « Comment
l’environnement a été géré depuis 50 ans. Anatomie d’un échec»

5 juin

*Ferhat Taylan* (Philosophie, Univ. Liège), « Une typologie des
détachements modernes à l’égard de la terre »

Soutenance d’HDR de Christophe Miqueu, « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanisme français, entre ordre et révolution », 6 décembre 2018, Paris 1

Christophe Miqueu soutiendra son Habilitation à diriger les recherches le jeudi 6 décembre 2018 à 14h00 à l’Université Paris 1 (Salle Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 14 rue Cujas, 75005 Paris).

Le dossier s’intitule « De la république éducative à la république sociale », et le manuscrit inédit a pour titre « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanismes français, entre ordre et révolution ».

Le jury est composé de Laurent BOVE, Professeur émérite à l’Université de Picardie Jules Verne, Chantal JAQUET, Professeure à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante), Didier MOREAU, Professeur à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Nicolas SEMBEL, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille (ESPE), Anne SIMONIN, Directrice de recherche au CNRS (CESPRA-EHESS), Elena THEODOROPOULOU, Professeure à l’Université d’Egée.

Rencontre autour des numéros 34 et 35 de la revue Tracés, 7 décembre 2018, Librairie La Petite Egypte

La revue Tracés a le plaisir de vous convier à la librairie La Petite Egypte (35 Rue des Petits Carreaux, Paris 2ème) vendredi 7 décembre à 19h pour une rencontre sur le thème :


« Ce que produit la modernité : l’individu et la structure. Autour des numéros 34 (« La singularité ») et 35 (« Infrastructures ») de la revue Tracés« 


Avec Julie Gobert, Samuel Hayat, François Jarrige, Yaël Kreplak, Stefan Le Courant, Franck Leibovici, Judith Lyon-Caen, Clément Marquet, Francesca Musiani, Camille Paloque-Bergès, Federico Tarragoni.


Les deux numéros de 2018 de la revue Tracés ont abordé la question de la condition moderne, à partir de deux angles apparemment opposés. D’un côté, le n° 34 s’est concentré sur la question de la singularité comme valeur clé des sociétés modernes, à la fois idéal de réalisation de soi et mécanisme de transformation du capitalisme et des modes de gouvernement. Il réunit des études sur l’art, les pratiques de consommation, le militantisme, le droit, l’écriture, à travers une série de cas où se déploie et s’éprouve la singularité des individus. Le n° 35 s’est quant à lui efforcé de penser la question des infrastructures modernes, pour penser comment des dispositifs technopolitiques (conçus comme) pérennes induisent et produisent des structures sociales. Les contributions du numéro, portant sur l’eau, le pétrole, les prisons, les données numériques, le nucléaires, explorent les conditions et les formes de contraintes contenues dans les infrastructures de la modernité politique et technique. Au cours de cette rencontre, qui prendra la forme d’un échange entre les coordinateurs/trices des numéros, des auteurs/trices et le public, on essaiera de comprendre comment s’articulent ces deux pôles de l’expérience de la modernité, l’individu et la structure, généralement pensés de manière séparée.


En ligne, en accès ouvert, l’intégralité des articles du n°34 sur « la singularité » et du n°35 sur « les infrastructures ». La revue existe aussi en version papier

L’entrée est libre et la rencontre sera suivie d’un verre.

Colloque « De la démocratie sanitaire à la démocratie en santé. Vers la construction d’une handicratie », 3 décembre 2018, MSHS-Sud-Est, Nice

Dans le cadre de l’axe 2 de la MSHS-Sud-Est, un colloque est proposé le lundi 3 décembre 2018, en salle plate à la MSHS.

La démocratie sanitaire est une démarche associant l’ensemble des acteurs du système de santé dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de santé, dans un esprit de dialogue et de concertation.

Faire vivre la démocratie sanitaire nécessite de développer la concertation et le débat public, d’améliorer la participation des acteurs de santé et de promouvoir les droits individuels et collectifs des usagers.

Ce Colloque intitulé « handicratie » est organisé par Mai-Anh NGO, Ingénieur de recherche au GREDEG et Valérie Siranyan Professeure de droit de la santé à l’Université Claude Bernard (Lyon 1).

Il traitera spécifiquement du patient en situation de handicap dont une session complète sera consacrée à la santé connectée.

Entrée libre mais inscription obligatoire auprès de Catherine Chevance : Catherine.chevanceATunice.fr.

Retrouvez toutes les informations sur le lien : http://unice.fr/laboratoires/gredeg/contenus-riches/agenda/conferences-et-workshops/handicratie

Atelier de lecture « Théories féministes et études de genre », séance du 12 décembre 2018, Montpellier

La prochaine séance de l’atelier de lecture « Théories féministes et études de genre » aura lieu le 12 décembre prochain, de 18h15 à 20h15, en salle 002 (Kouros), sur le site Saint Charles 2, à l’Université Paul-Valéry (Montpellier). 

La séance sera consacrée au Manifeste cyborg de Donna Haraway (Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exil, 2007). 

« La globalisation du droit administratif », Journée d’études AFDA, Nanterre, 7 décembre 2018

La globalisation du droit administratif

Journée d’études de l’AFDA

vendredi 7 décembre 2018


Programme

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Discours d’accueil

Approche générale

Sous la présidence de Sabine Boussard, Professeur à l’Université Paris Nanterre

9h30 : Droit global, globalisation du droit et droit administratif. Quelques remarques terminologiques préalables
Clémentine Bories, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre

10h : Le droit administratif global : brève analyse critique d’un courant de pensée
Isabelle Boucobza, Professeur à l’Université Paris Nanterre

Débats et pause

11 h : La régulation du numérique : un modèle de globalisation ?
Arnaud Sée, Professeur à l’Université Paris Nanterre

11 h30 : Le droit International des investissements, vecteur de globalisation du droit administratif ?
Arnaud de Nanteuil, Professeur à l’Université Paris-Est Créteil

Débats et déjeuner

Approche sectorielle

Sous la présidence de Laurence Folliot-Lalliot, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h : Le tribunal arbitral du sport, juge administratif global ?
Franck Latty, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h 30 : Du standard international à la norme technique nationale : l’exemple du Codex alimentarius
Marie Crespy-De Coninck, Maître de conférences à l’Université de Nantes

Débats

15h30 : Les collectivités territoriales, acteurs de la globalisation du droit administratif ?
Maxence Chambon, Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise

16h00 : La circulation des concepts juridiques dans la globalisation du droit administratif : l’exemple de la redevabilité
Mickaël Lavaine, Maître de conférences à l’Université de Brest

Débats

Inscription obligatoire pour le colloque et le déjeuner auprès de M. Laurent Lasnier : llasnierATParisnanterre.fr

Date limite d’inscription : 23 novembre 2018 – Nombre de places limité pour le déjeuner

Séminaire « Esthétique environnementale et citoyenneté », Miriam Meissner, « Socio-aesthetic patterns for de-growth ? A formal approach to eco-politics », 30 novembre 2018, Sorbonne, 18h30-20h30

2ème séance du séminaire de recherche en philosophie & esthétique « Esthétique environnementale et citoyenneté » (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, École des arts de la Sorbonne, Nordic Summer University, European Humanities University / J. Althusius Institute, Lituanie, Aarhus University, Danemark). 

Vendredi 30 novembre 2018 de 18h30 à 20h30

Miriam Meissner, assistant professor, Université de la Haye, Pays-Bas, études culturelles visuelles 

« Socio-aesthetic patterns for de-growth? A formal approach to eco-politics »

Environmental scientists increasingly highlight the need for industrialized societies to implement a drastic transformation towards de-growth economic systems in order to counteract resource depletion and environmental degradation. A transformation towards de-growth would not only require fundamental institutional and policy changes, but it also demands a shift in cultural values and lifestyles. 

This lecture starts from the idea that, to realize ‘de-growth’, it is crucial to link this term to innovative concepts of wellbeing and hedonism. Current research studies human history and environmental social movements (e.g. voluntary simplicity) to provide ideas for alternative forms of wellbeing. This presentation suggests that there is an additional pathway towards the innovation de-growth-oriented forms of hedonism. Drawing on Caroline Levine’s theory of forms, I argue that the social and aesthetic ‘organizing patterns’ for a de-growth society can also be found in current cultural practices that are not explicitly about de-growth. Via examples of ‘lifestyle minimalism’, I show how both anti-consumerist and post-work ideals are proliferating in contemporary popular culture. Further, I argue that the analysis of forms can provide insights into the socio-aesthetic patterns that currently prevent these ideals from becoming collectivized and politicized for a de-growth agenda.  

Miriam Meissner is Assistant Professor in Urban Studies at the Department of Literature and Art, Maastricht University. Her research explores the interrelation between cities, creativity, political economy and the environment. In particular, it examines how urban art, media and cultural practices re-mediate and politicize global risks of finance and ecology. Miriam’s book publications include Narrating the Global Financial Crisis: Urban Imaginaries and the Politics of Myth (Palgrave, 2017) as well as the co-edited volumes The Routledge Companion to Urban Imaginaries (2018) and Global Garbage: Urban Imaginaries of Waste, Excess and Abandonment (Routledge, 2016). 

Lieu

École des arts de la Sorbonne, Centre Saint Charles, 47 rue des Bergers, 75015 Paris, Salle 230

Séminaire « Société, Environnement, Santé », Dominique Bourg et Sophie Swaton, 22 novembre 2018, 17-19h, Créteil

4ème séance du séminaire de recherche en philosophie « Société, Environnement, Santé (SENS) » (Université Paris-Est Créteil/EA « Lettres Idées Savoir »/IUF), organisé par Ali Benmakhlouf et Patrick Savidan.

jeudi 22 novembre 2018, 17h-19h

Dominique BOURG (Professeur de philosophie à l’université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Les deux récits de l’anthropocène : réaffirmation tronquée de la modernité versus dépassement »
et
Sophie SWATON (Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Le revenu écologique de transition »

Lieu
Campus Centre
61, avenue du Général de Gaulle – 94000 Créteil
Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université
Bâtiment I1, salle 135

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques », Christian Lazzeri, « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques », Sorbonne, 28 novembre 2018, 17-19h

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques » organisé par Ludmilla Lorrain et Lyess Bouderbalaavec le soutien du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne

Première séance : Christian Lazzeri (Univ. Paris-Nanterre) : « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques. » Pauline Julien (Univ. Paris-Nanterre) répondante. La séance aura lieu au Centre Sorbonne en salle F610 de 17h à 19h.

Calendrier des séances 2018-2019

  • 28 novembre : Christian LAZZERI (Univ. Paris-Nanterre) “Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques.”

Réponse : Pauline Julien

  • 16 janvier : Benjamin BOURCIER (Univ. catholique de Lille) “Généalogie du cosmopolitisme politique: Cloots, Kant et Bentham”

Réponse : Pedro Lippmann

  • 13 février Pierre DARDOT (Univ. Paris-Nanterre) “Généalogie de la souveraineté”

Réponse : Pierre de Saint Phalle

  • 27 mars Pierre CRÉTOIS (Univ. Bordeaux-Montaigne) “D’une intuition porteuse de Rousseau au sujet du droit de propriété”

Réponse : Leonardo Moreira

  • 10 avril : Hourya BENTOUHAMI (Univ. Toulouse-Jean-Jaurès) “Désobéissance civile. Une généalogie ancrée dans l’Atlantique noire”

Répondant : Eraldo Souza Dos Santos

  • 29 mai : Christophe MIQUEU (Univ. Bordeaux-Montaigne) : titre à venir

Répondante : Mélanie Zappulla

  • 5 juin : Elsa DORLIN (Univ. Paris 8) : “Le pouvoir comme prédation”

Réponse : Ludmilla Lorrain / Lyess Bouderbala

Argumentaire 

            Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, nation, libertés civiles, crise de la représentation : au gré des crises politiques et de leur traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale dans le langage ordinaire. Or l’usage constant de ces notions, nous les rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence : comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel usage, et par conséquent susceptibles de désigner tout type de réalité. En un mot, la mobilisation constante de ces concepts produit une illusion d’an­historicité.  

            Prenant le contre pieds de cet écueil, ce séminaire met au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Notre objectif est ainsi de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et pensée politique, suivant en cela l’hypothèse selon laquelle la compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol, l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement compréhensible sans une mise en perspective du contexte historique ayant accompagné à leur avènement. L’attention portera donc sur les processus, habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts – lesquels sont, le plus souvent, présentés comme des réalités réifiées. Notre objectif est donc de rendre visible les diverses tensions sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.

            Ce faisant, ce séminaire a pour dessein de travailler à une généalogie des concepts de la philosophie politique, permettant de retrouver le processus d’accumulation des différents sens qui les ont façonnés et rendus tels que le langage courant nous les donne à voir. Autant de strates de sens correspondant à autant de tensions historiques et de remaniements théoriques – des couches sédimentées, accumulées, supprimées ou réintroduites – dont il s’agira de retrouver la trace.