Les limites du marché – La marchandisation de la nature et du corps, Journées d’études interdisciplinaires, Philosophie-Droit-Economie, Sorbonne, Amphi Turgot, 13-14 septembre 2018

Les limites du marché – La marchandisation de la nature et du corps, Journées d’études interdisciplinaires, Philosophie-Droit-Economie, Sorbonne, Amphi Turgot, 13-14 septembre 2018

JEUDI 13 SEPTEMBRE // THURSDAY, SEPTEMBER 13TH

9h00. Accueil des participants // Welcome coffee

9h30. Introduction

 

9h45-11h

Sorbonne, Turgot

Conférence d’ouverture // Opening conference

Présidence // Chair: Elodie Bertrand

 

Margaret Jane Radin, Professor, University of Toronto Faculty of Law ; Henry King Ransom Professor, emerita, University of Michigan Law School ; Wm. Benjamin Scott & Luna M. Scott Professor, emerita, Stanford Law School.

Reconsidering Commodification in Today’s Interconnected World

11h-11h30. Pause café // Coffee break

11h30-13h

Sorbonne, Turgot

 

Session 1. Qu’est-ce que la marchandisation ?

What does commodification mean?

Présidence // Chair: Christine Noiville

Harold Levrel, Professeur, Economie, AgroParisTech, CIRED, Antoine Missemer, Chargé de recherche, Economie, CNRS, CIRED & Jacob Smessaert, étudiant, Economie, CIRED. The Commodification of Nature: A Survey 

Marie-Angèle Hermitte, Directeur de recherche honoraire, Droit, CNRS et EHESS. Histoire et sens des transferts d’argent dans la biomédecine

Philippe Steiner, Professeur, Sociologie, Sorbonne Université, GEMASS. Les limites du marché : mais quel marché ?

13h-14h30. Déjeuner

14h30-16h30

Sorbonne, Turgot

Session 2a. Les modes de saisies de nouveaux biens par le marché

Different ways in which new goods are caught by the market

Présidence // Chair: Diane Roman

Carole Hermon, Professeure, Droit, Université Toulouse 1 Capitole, IEJUC & Matthieu Poumarède, Professeur, Droit, Université Toulouse 1 Capitole, IEJUC. Ce qu’on appelle marchandisation de la nature. Observations sur un biais sémantique

Stéphanie Hennette-Vauchez, Professeure, Droit, Université Paris Nanterre, CREDOF. La puissance des catégories juridiques du marché : émergence et contestations d’un new deal régulatoire en matière de bioéthique à l’échelle européenne 

Catherine Larrère, Professeure émérite, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Les deux sens de la bioéconomie 

14h30-16h30

Sorbonne, Halbwachs

Session 2b. Ce qui peut être acheté et ne peut l’être. Répartition, accès, problèmes. Le cas des ovocytes

What can and cannot be bought. Distribution, access, problems. The case of ovocytes

Présidence // Chair: Jennifer Merchant

Vida Panitch, Associate Professor, Philosophy, Ethics and Public Affairs, Carleton University. Liberalism, Commodification, and Justice

Sharon Bassan, Postdoctoral Research Associate, Values and Public Policy, Princeton University and the Woodrow Wilson School’s Office of Population Research. Donations for Sale – Rhetorical Methods in the Service of Compensated Egg Recruitment in Israel

Laurence Brunet, chercheuse, Droit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS & Marie-Xavière Catto, Maîtresse de conférences, Droit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Circulation des gamètes : la marchandisation est-elle inéluctable ?

16h30-17h. Pause café // Coffee break

 

17h-18h30

Sorbonne, Turgot

 

Session 3. Penser la nature sous le prisme du “capital naturel”, quelles                              

implications ?

Thinking nature with the lens of “natural capital”: what are the implications?

Présidence // Chair: Catherine Larrère

 

Isabelle Michallet, Maître de Conférences, Droit, Université Jean Moulin Lyon 3, Institut de Droit de l’Environnement. Nature et droit : vers un droit du capital naturel ? 

John O’Neill, Professor, Hallsworth Chair in Political Economy, University of Manchester. Life beyond capital

Valérie Boisvert, Professeure ordinaire, Economie, Université de Lausanne, IGD. La nature entre marchandisation et capitalisation. Une mise en perspective de l’économie de la biodiversité et de ses catégories 

VENDREDI 14 SEPTEMBRE // FRIDAY, SEPTEMBER 14TH

 

9h-11h

Sorbonne, Turgot

 

Session 4. Violence et consentement

Violence and consent

Présidence // Chair: Stéphanie Hennette-Vauchez

 

Andrés Saenz De Sicilia, Visiting lecturer, Philosophy, University of Roehampton. Violence and Commodification: On the Social Logic of Narco-Capitalism

Alicia-Dorothy Mornington, Maîtresse de Conférences, Civilisation Britannique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Consent, coercion & commodification: the case of organ sale

Hannah Carnegy-Arbuthnott, Post-doctoral fellow, Philosophy, Stanford University, McCoy Family Center for Ethics in Society. “I’m only in it for the money.” What is wrong with selling consent?

Jean-Fabien Spitz, Professeur émérite, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Peut-on se vendre soi même? Le contrat de servitude volontaire en perspective 

11h-11h30. Pause café // Coffee break

11h30-13h

Sorbonne, Turgot

Session 5. Arguments libéraux et commodification

 Liberal arguments and commodification

Présidence // Chair: John O’Neill

 

Emmanuel Picavet, Professeur, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Lien social, marché et valeurs individuelles dans la structure des débats sur la marchandisation 

Elodie Bertrand, Chargée de recherche, Economie, CNRS, ISJPS. Externalities of commodification: towards a new legal moralism ?

Roberto Fumagalli, Lecturer, Political Economy, King’s College London. Buyer Beware: Virtues in the Market as Contingent By-products of Markets

13h-14h30. Déjeuner

14h30-16h30

Sorbonne, Turgot

Session 6a. Donner et vendre, exclusifs ou complémentaires ?

Giving and selling, exclusive or complementary?

Présidence // Chair: Marie-Xavière Catto

Jennifer Merchant, Professeure, Département de langue, Université Panthéon-Assas, Law & Humanities/CERSA. The Question of Undue Inducements: Surrogacy and Ovocyte Donation, How Much is Too Much? 

Marlène Jouan, Maîtresse de conférences, Philosophie, Université Grenoble Alpes, PPL. Contract Pregnancy as a Contested Market: The Enshrining vs Subverting of Capitalist Valuation

Timo Jütten, Senior Lecturer, Philosophy, University of Essex, School of Philosophy and Art History. Internal Criticism without Corruption: The Case of Sex Work

 

14h30-16h30

Sorbonne, Halbwachs

 

Session 6b. L’accès pour les personnes privées à but lucratif : contrats et autorisations

Access for private for-profit persons: contracts and authorizations

Présidence // Chair: Marie-Angèle Hermitte

Arvind Thiruvallore Thattai, Professor, Law, Newcastle University, Newcastle Law School, & Aisling McMahon, Assistant Professor, Biolaw, Durham Law School, Durham University. Commodification, control, and the contractualisation of the human body

Fabien Girard, Maître de conférences, Droit, Université Grenoble Alpes, CRJ & Christine Noiville, Directrice de recherche, Droit, CNRS, ISJPS. Figures juridiques de la marchandisation des semences : leviers et résistances 

Anne-Laure Sagon, Doctorante, Droit, Université Jean Moulin Lyon 3, Equipe de Droit Public de Lyon. Aux confins du phénomène de marchandisation du corps : la conquête de l’embryon humain 

Jean Mercier-Ythier, Professeur, Economie, Université Panthéon-Assas, CRED. Large-scale communication, self-ownership and the body: A discussion from the practical case of blood donation

16h30-17h. Pause café // Coffee break

17h00-18h15

Sorbonne, Turgot

Conférence de clôture // Closing conference

Présidence // Chair: Alicia-Dorothy Mornington

 

Debra Satz, Marta Sutton Weeks Professor of Ethics in Society, Professor of Philosophy and, by courtesy, Political Science ; J. Frederick and Elisabeth Brewer Weintz University Fellow in Undergraduate Education ; Stanford University

Noxious Markets Beyond the Body

AAC, « Gagner la guerre ou gagner la paix ? », Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES), 5-6 décembre 2018, Caen

L’année 2018, qui voit la commémoration de la fin de la Première guerre mondiale, est marquée par plusieurs crises et tensions : gesticulations nucléaires, regain des nationalismes, défis lancés au droit international. Cependant certains auteurs estiments que nous vivonsactuellement l’une des périodes les plus pacifiques de l’histoire (S. Pinker ; A. Gat ; JJ. Roche ; J. Horgan). La France contemporaine est en paix depuis la fin de la guerre d’Algérie, mais le narratif politique de la guerre s’est imposé depuis 2015 à la suite des attentats terroristes perpétrés sur le territoire national. Comment penser cette situation paradoxale ? De nombreux travaux universitaires analysent

Les moyens de mesurer la guerre et la violence organisée sont nombreux. Certains recensent le nombre total de conflits de différents types (PRIO, UCDP, COW, etc), les dépenses militaires (SIPRI), le risque de perdre la vie dans des violences politiques organisées, etc. Àl’inverse, il n’existe pas beaucoup d’outils de mesure de la paix (à l’exception du Everyday Peace Indicators Project et du Kroc Institute’s Peace Accords Matrix). Les recherches concernant la paix ont ainsi davantage consisté en des travaux sur la violence que sur la paix elle-même… Cette dernière constituerait-elle pour les chercheurs un « non-évènement » (J.Mueller), au sens où elle n’est pas quantifiable ?

Alors que Platon estimait que les hommes font la guerre afin d’obtenir la paix, l’idéed’obtenir la paix, en passant par la guerre, persiste de nos jours, ce qui tend à souligner unlien direct entre la guerre et la paix. Ces dernières sont constitutives l’une de l’autre, dans leurmobilisation économique, sociologique, idéologique, technologique et politique. Terme polysémique, la paix a longtemps été définie négativement comme la simple absence de guerre (J. Galtung), de violences armées entre unités politiques, ou comme le moment où les « armes se taisent » (R. Aron). L’école réaliste en Relations internationales n’y verrait ainsi qu’une sorte de trêve entre deux guerres, autorisée par l’équilibre des puissances. Ces définitions sont sans doute trop vastes et vagues. Les relations internationales ne sont pas exclusivement des rapports de force. Pour les chercheurs en Peace studies, la violence n’est pas naturelle, elle est construite et manipulée, et de ce fait elle peut être éliminée (CP. David). La paix serait atteinte par l’établissement de l’harmonie. Elle serait donc une « tranquillité de l’ordre » intérieur et social et synonyme pour ainsi dire de concorde et de justice (saint Augustin). Il s’agit ainsi de désamorcer les risques de développement de situations conflictuelles et tout facteur de conflit afin de privilégier la coopération et la justice, dans la tradition du libéralisme en Relations internationales. L’épanouissement de cette paix sociale s’exprimerait alors et de ce fait dans les démocraties. Cette hypothèse, que certains font remonter à Kant (Projet de paix perpétuelle, 1795), reprise par Tocqueville (De la démocratie en Amérique, 1835), et défendue par Wilson (« un concert de paix inébranlable ne peut être atteint que par un partenariat de nations démocratiques») fut ensuite approfondie par de nombreux internationalistes libéraux contemporains (A. Moravscik, M. Doyle, B. Russett).

Délaissés en France depuis de nombreuses années, les études sur la paix constituent pourtant non seulement un champ de réflexion fondamental pour les sciences sociales mais aussi unepensée stratégique au sens propre. Tout penseur de la stratégie en effet se doit d’incorporercette dimension à sa réflexion. Inversement, les recherches sur la paix et la résolution desconflits requièrent une connaissance des facteurs de conflit. L’AEGES a donc choisi deconsacrer son colloque annuel à l’étude de la paix. Il s’agit d’identifier les principales menaces à la paix et les manières d’y répondre.

Les réponses à cette question ont changé au cours du temps. Pendant la Guerre Froide, le spectre de l’annihilation nucléaire a profondément structuré la perception des menaces et les politiques menées par les deux blocs. À l’issue de cette période « bipolaire », un narratif politique, rapidement devenu hégémonique, s’est construit pour qualifier le demi-siècle après la seconde guerre mondiale comme une « paix longue ». Ce discours a ainsi fait des « États faillis » et de l’internationalisation des guerres civiles le danger majeur pour l’ordre international en cette fin de siècle, créant un véritable programme de lecture des relations internationales. La menace ne proviendrait plus de la force des États mais de leur défaillance.Aujourd’hui, la force des États et leurs capacités militaires semblent redevenir une menace àlaquelle peut être associé le «terrorisme international», d’un côté, et les nouvelles technologies, de l’autre.

Mais au-delà de ces menaces sécuritaires classiques, il est important de noter que d’autres phénomènes ont pu émerger. Les migrations, le changement climatique, les pandémies figurent parmi les éléments qui peu à peu sont devenus de véritables menaces à la paix. Lecolloque de l’AEGES souhaite alors confronter les différentes perspectives et données sur les menaces à la paix et définir ainsi les stratégies pour contenir ces menaces.

La résurgence de la violence (F. Gros), ou la non-appropriation locale des outils de paix, nous invite également à penser les biais conceptuels et les limites des approches occidentales de la paix. Le colloque permettra d’explorer les implications théoriques, sociologiques, historiques, politiques et pratiques de ces biais.

Au cours de ces dernières années, les chercheurs du champ ont beaucoup écrit sur la façondont s’est consolidée la paix internationale, ainsi que sur les hypothèses qui sous-tendent lapratique de cette consolidation. Cependant, peu de réflexions ont porté sur l’évaluation des situations post-conflictuelles avec des approches non-occidentales et adaptées au contexte politique, historique et social des sociétés concernées. Nous invitons donc les participants à discuter l’approche dominante de la paix, de la réconciliation, pouvant s’exprimer dans les études de la paix.

Les contributions pourront également explorer les problématiques suivantes :
La paix est-elle conditionnée à la construction d’une « paix juste », à l’échelle globale » (Bobbio) ? L’« obsolescence » de la guerre (J. Mueller) ouvre-t-elle une nouvelle ère de paix? La guerre est-elle une expérience nécessaire à la réalisation de la paix ? Quelles « surprisestechniques » (R. Aron) pourraient rompre l’état de paix ? L’interdépendance économique etle commerce ouvrent-ils un monde de paix dans lequel la guerre serait dépassée ? Sommes- nous, comme à la veille de 1914, dans un procédé narratif affirmant que les guerres majeuresne peuvent plus avoir lieu parce qu’elles seraient alors irrationnelles, et le monde, devenutrop « interdépendant » ? La guerre interétatique entre voisins occidentaux est révolue, on peut le penser et vouloir le croire, mais la « désoccidentalisation » du monde et l’émergence de puissances régionales en charge du seul maintien de l’ordre régional dans une forme de « paix par la force », peut-elle efficacement fonctionner ?

Proposition de panels :

Définir et représenter la paix : Comment instituer l’état de paix ?

o Typologie de la paix
o Valeurs de la paix
o Les perspectives non occidentales – ou mondiales – de la paix sont peuétudiées. Les participants peuvent explorer d’autres conceptualisations de lapaix dans diverses régions du monde.

o La paix dans la pop culture. La culture populaire (télévision, séries, films, littérature, bandes dessinées, jeux vidéo, etc) peut-elle être une sourcepour appréhender ce qu’est la paix ? Quels discours et pratiques de la paixsont-ils représentés dans la culture populaire ?

o Histoire conceptuelle de la paix

Les géographies de la paix :
o Peut-on maintenir une paix occidentale protégée par des murs contre les

réfugiés, les migrants ; compter sur une politique de retrait, d’absence

d’interventions et de non implication ?
o Le changement climatique redéfinit-il des zones de paix et de guerre ?

Les armes de la paix: Ce panel cherche à faire émerger les pratiques innovantes de construction de la paix.

o La paix par la diplomatie : Prévention ; Négociation ; Médiation ; Réconciliation (Afrique du Sud, Rwanda, Colombie). Les communications de ce panel peuvent explorer les meilleures pratiques (ou les plus)innovantes, issues d’analyses empiriques. Elles peuvent également discuter de la préparation des négociations entre les différents acteurs d’un conflit (combattants, forces armées, police, diplomates, activistes…).

o La paix par le droit : développement des organisations internationales, juridicisation et judiciarisation des conflits (affirmation du jus ad bellum, du jus in bello ou de la justice pénale internationale) ; l’action de l’Union européenne et de ses Etats membres
o La paix par les armes : Résolution des conflits ; Maintien de la paix.

Comment une intervention extérieure peut-elle être « pacifiante » ? Les limites et les échecs de la prévention et de la résolution des conflits : comment élaborer de nouvelles stratégies ? La « paix nucléaire » : le nucléaire accentue-t-il l’état de nature et l’état de guerre, ou participe-t-ilde la pacification des relations internationales, en freinant l’usage de laforce ? La prolifération est-elle un danger pour la paix ?

o La paix par la coopération : Sécurité collective (OTAN, UE, UA, etc) ; Alliances ; Coopération locale et transfrontalière ; Diplomatie environnementale

o La paix par l’intégration

– Les acteurs de la paix
o Implication de la société civile. Les réseaux sociaux peuvent-ils jouer un

rôle actif (pour ou contre) dans les négociations de paix ?
o Rôle des acteurs non étatiques (ONG, acteurs religieux, UE, etc)o Rôle des femmes
o Rôle des diplomates
o Rôle et action des armées
o etc

– Les causes de la paix

o Interdépendance économique
o Dimensions culturelles, anthropologiques et sciences cognitives
o Théorie des RI
o Approches philosophiques et éthiques
o Communauté de sécurité. Dans la tradition fonctionnaliste, les intégrations régionales sont un moyen d’endiguer la violence.
o Constructions de normes ou régimes juridiques (droits de l’homme, droit international humanitaire, droit international pénal)
o Régimes politiques
o Développement durable

– Idées d’ateliers :
o Comment enseigner la paix ?

o Discussions entre chercheurs, praticiens et organisations pacifistes.

Les propositions (communications ou panel constitué) sous forme d’un titre, d’un résumé de 350 mots maximum, et d’une courte biographie, devront parvenir au plustard le 5 septembre 2018 à l’adresse électronique suivante : colloqueaeges2018 AT gmail.com

Les meilleures communications pourront faire l’objet d’une publication.

Comité d’organisation et scientifique: Grey Anderson, Grégory Daho, Thibault Delamare, Julian Fernandez, Thomas Hippler, Jean Vincent Holeindre, Sonia Le Gouriellec, Valentina Volpe.

Calendrier :

Date limite d’envoi des propositions de communication: 5 septembre 2018Sélection de communications retenues : 30 septembre 2018
Date limite d’envoi des communications : 12 novembre 2018
Colloque: 5-6 décembre 2018

Marie Garrau, Politiques de la vulnérabilité, CNRS Editions, 2018

Marie Garrau, Politiques de la vulnérabilité, CNRS Editions, 2018

En une vingtaine d’années, la notion de vulnérabilité est devenue omniprésente dans le débat public et les discours politiques. On ne compte plus le nombre de références aux groupes, populations ou personnes dites « vulnérables ». Mais en quoi consiste cette vulnérabilité à laquelle il est fait référence ? Et quelles en sont les implications morales et politiques ? C’est à ces questions que ce livre
est consacré.
Penser la vulnérabilité exige de naviguer entre plusieurs écueils. Il faut à la fois reconnaître qu’elle constitue une structure d’existence commune, à ce titre universellement partagée, sans toutefois omettre de prendre en compte ses variations différentielles et sa distribution inégalitaire, soit le fait que certaines personnes sont rendues particulièrement vulnérables par certains types d’organisation sociale. Aussi faut-il appréhender la vulnérabilité à partir d’une double perspective, philosophique et sociologique. Il sera alors possible de définir une politique de la vulnérabilité, visant la reconnaissance de notre fragilité commune et la lutte contre les processus sociaux qui induisent son intensification.

Bernard Cassegrain, Autorité et anarchie, Hermann, 2018

Bernard Cassegrain, Autorité et anarchie, coll. L’avocat du diable, Hermann, 2018

Autorité et anarchisme sont-ils compatibles ? L’autorité politique est
communément perçue comme constituant une entrave à l’autonomie et la
liberté des individus. Pourtant, la plupart des théories politiques
contemporaines tiennent pour acquise la légitimité de certaines autorités,
en particulier celle de l’État. Seul l’anarchisme rejette de manière
radicale cette idée. En prenant au sérieux les arguments anarchistes, ce
livre développe une analyse approfondie du concept d’autorité. L’auteur
montre, contre l’anarchisme, que l’autorité peut parfois être justifiée,
mais, avec lui, qu’elle doit l’être sans sacrifier à l’obéissance aveugle.
Il en propose ainsi une justification exigeante, car respectueuse de
l’autonomie individuelle. Elle invite à évaluer sans complaisance nos
institutions politiques.

Bertrand Cassegrain est docteur en science politique de l’Université de
Genève.

Soutenance de thèse de Quentin Mardi, Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée, Paris 1, 20 septembre 2018

M. Quentin CARDI soutiendra sa thèse de Doctorat en philosophie, dirigée par E. Picavet, le mercredi 20 septembre 2018 à 14h30 au centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle 56.

Le travail est intitulé: « Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée. Une étude de l’appropriation du numérique par le politique dans le cadre des processus de participation citoyenne ».

Le jury comprend, outre le directeur de thèse:
Mme Cécile Blatrix (AgroParisTech),
M. Loïc Blondiaux (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
M. André Lacroix (université de Sherbrooke, Canada),
Mme Stéphanie Wojcik (université Paris-Est Créteil)

COLLOQUE DROIT INTERNATIONAL ET REPARATIONS/INTERNATIONAL LAW AND REPARATIONS, EHESS, 26-27 juin 2018

COLLOQUE DROIT INTERNATIONAL ET REPARATIONS/INTERNATIONAL LAW AND REPARATIONS

 EHESS, 105 BD RASPAIL, SALLE 8.

Ce colloque est organisé dans le cadre de l’ANR REPAIRS (coordinatrice Myriam Cottias, Directrice de recherche CNRS), Réparations, compensations et indemnités au titre de l’esclavage (Europe – Amériques – Afrique) 19e-21esiècles

https://repairs.hypotheses.org

Mardi 26 juin 2018

13h30 Accueil

14h-17h30 : Première session : Le temps des réparations

14h-14h45

Philippe Kalfayan, Juriste et Chercheur en Droit International Public

CRDH/Paris II Panthéon-Assas

Réparations et temps écoulé

14h45-15h30 

Isabelle Delpla, Professeure de philosophie

Université Lyon 3 Jean Moulin/IrPhil

Questions de principes : réparations ou retour vers le passé?

Pause

15h45-16h30

Daniel Butt, Associate Professor in Political Theory

Department of Politics and International Relations, University of Oxford
Fellow and Tutor in Politics, Balliol College, Oxford

Radical Reparations: Addressing the Enduring Effects of Historical Injustice

16h30-17h30 : Discussion

Discutantes : Julie Saada, Professeure de philosophie, Sciences Po Paris/Magali Bessone, Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS.

Mercredi 27 juin 2018

9h00-12h30 : Deuxième session : les réparations entre cas empiriques et réponses symboliques

9h00-9h45

Mark Osiel, Professor of Law, Aliber Family Chair

College of Law, University of Iowa

The Relation Between Material and Symbolic Reparations: the case of Israel/Palestine

9h45-10h30

Nicole Immler, Associate Professor of History and Cultural Studies

University of Humanistic Studies, Utrecht

The decolonisation-war at court: legal frames and their unintended effects. The Rawagede case

Pause

10h45-11h30

Frédéric Mégret, Professeur de droit

Faculté de droit, Université McGill

The Ambiguities of Reparation Claims by States on Behalf of their Nationals: the Herrero, Comfort women, and the Holocaust.

11h30-12h15 

Sandrine Lefranc, Directrice de recherche en science politique

Université Paris Nanterre, Institut des Sciences Sociales du politique

Faire de la justice une « réparation ». Mobilisations autour de la justice transitionnelle.

Déjeuner 12h15-13h45

13h45-14h30

Emmanuel Decaux (F), Professeur émérite et membre du Comité des disparitions forcées

Université Panthéon-Assas Paris II

La pratique récente des juridictions internationales et des organes quasi-juridictionnels en matière de réparation des violations des droits de l’homme.

14h30-16h : Discussion

Discutantes : Annie Fitte-Duval, Maîtresse de conférences en droit, Université de Pau/Magali Bessone, professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

——-

Organisation : Magali Bessone, Annie Fitte-Duval.

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017), Ecole de droit de Sciences pon Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017)
Ecole de droit de Sciences po
Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Dans le cadre de la Semaine doctorale intensive organisée par Sciences Po et l’Université de Paris-Nanterre, la SFPJ organise une table-ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer. Essai sur la décriture du droit, Paris, Dalloz, 2017.

Prendront part à cette table-ronde:

– Mathieu Carpentier, Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole

– Véronique Champeil-Desplats, Professeur à l’Université Paris-Nanterre

– Jean-Yves Chérot, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

– Vincent Forray, Professeur à l’Université McGill

– Sébastien Pimont, Professeur à Sciences Po

Elle aura lieu dans les locaux de l’Ecole de droit de Sciences Po, 13, rue de l’Université, 75007 Paris, Amphithéâtre Erignac

AAC : Histoire, langues et textométrie

Le Pôle Informatique de Recherche et d’Enseignement en Histoire (PIREH
— Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), organise du 17 au 19 janvier
2019 un colloque international sur les rapports entre Histoire,
langues et textométrie.

Toutes les  contributions traitant de l’usage en histoire des
différentes méthodes d’analyse statistique ou informatique des textes,
qu’elles soient quantitatives ou qualitatives (textométrie,
linguistique computationelle, text mining, etc. – voir l’appel à
communication ci-dessous), sont les bienvenues.

L’échéance pour soumettre une proposition de communication, en
français ou en anglais, est fixée au 22 juin 2018 ; elle peut-être
déposée sur la plate-forme https://histlangtexto.sciencesconf.org/ (la
création d’un compte se fait via le menu « Connexion »).

APPEL À COMMUNICATIONS

(English version:
https://histlangtexto.sciencesconf.org/?forward-action=index&forward-controller=index&lang=en)

Les méthodes d’analyse statistiques de textes (lexicométrie,
textométrie, linguistique computationnelle, text mining, etc.)
connaissent aujourd’hui d’importants développements dans tous les
champs scientifiques et dans la société en général. Ces méthodes
peuvent en effet répondre aux questions et aux intérêts d’acteurs
multiples (entreprises privées, acteurs de la gestion publique, des
milieux du renseignement, data-journalism, etc.). Elles prennent
également une place croissante dans les sciences humaines et sociales,
et notamment chez les chercheurs et chercheuses qui se réclament des
humanités numériques. Ceci a donné lieu à de nombreux colloques, à des
rencontres scientifiques régulières, telles que les JADT, et à
plusieurs synthèses récentes (Léon & Loiseau 2016, Jenset &
McGillivray 2017).

La position des historien·nes peut paraître paradoxale : leur travail
repose en grande partie sur des textes utilisés comme sources, et les
évolutions de l’historiographie moderne les ont conduits à accorder
une attention toujours plus grande aux discours et aux représentations
des acteurs du passé. La lexicométrie historique a à ce titre connu de
grands succès et bénéficié d’une excellente visibilité dès les années
1970, notamment au Centre de lexicologie politique de l’ENS
Fontenay/Saint-Cloud. Pourtant, malgré l’influence du linguistic turn
et le développement d’outils informatiques à la fois plus puissants et
plus accessibles, les usages de la textométrie en histoire se sont
révélés plus dispersés par la suite, malgré d’incontestables succès
(Genet 2011). La faible présence des historien·nes aux JADT est de ce
point de vue symptomatique.

On entrevoit aujourd’hui un renouveau de l’approche textométrique en
histoire, mais suivant une démarche différente, celle du text mining,
pensée comme une aide au dépouillement d’archives textuelles massives
issues de programmes de numérisation des sources (Projet Corpus de la
BnF par exemple – Moiraghi 2018).

L’objectif de ce colloque est de dresser un panorama des utilisations
actuelles des méthodes d’analyse statistique des textes en histoire,
quelle que soit la période et l’espace étudiés, à un moment où le
contexte intellectuel, social et technique invite ainsi à les
repenser. Plusieurs questions peuvent être posées pour mieux
comprendre leur place et leurs apports en histoire.

Axe 1 : L’historiographie du rapport entre langue et histoire

Depuis les débuts des relations entre histoire, linguistique et
statistique lexicale, les historiens n’ont jamais cessé de réfléchir
sur leurs pratiques (Robin 1973 ; Guilhaumou, Maldidier, Robin 1994 ;
Genet 2011 ; Léon 2015 ; Léon & Loiseau 2016), et de nombreuses
questions historiographiques restent ouvertes. S’interroger sur les
relations entre la discipline historique, la langue et le discours
implique ainsi de revenir sur les étapes fructueuses de cette histoire
comme les travaux du laboratoire de lexicologie politique de l’ENS
Fontenay/Saint-Cloud, ou ceux du laboratoire de statistiques
linguistiques de l’Université de Nice. Mais aussi de réfléchir aux
entreprises scientifiques et intellectuelles qui, bien qu’elles eurent
une grande importance épistémologique, n’ont pas toujours été
poursuivies avec la même intensité, telles que les recherches de
Michel Pêcheux et de Denise Maldidier. De même, il reste à interroger
les modalités des relations entre histoire, linguistique et
textométrie, à l’image par exemple des parcours d’historiens comme
Jacques Guilhaumou ou Régine Robin, qui se caractérisent par le
passage d’un recours à la statistique lexicale à des démarches plus
proches de l’histoire conceptuelle.

Axe 2 : Les renouvellements méthodologiques liés aux corpus

Sous-axe 2.1 : Vers des sources et objets linguistiques renouvelés
pour la textométrie ?

En France, la lexicométrie historique s’est originellement attachée à
l’étude de la littérature politique et syndicale. Si cette tradition
demeure vivace (Mayaffre 2010) et touche parfois le grand public
(Alduy 2017 ; Souchard, Wanich & Cuminal 1998), on peut se demander
quels sont les autres types de sources soumis aujourd’hui par les
historien·nes à cette approche. Certaines « langues » présentent de
forts particularismes – celles des chartes, des câbles diplomatiques,
ou encore du droit par exemple. D’autres sources se caractérisent par
des conditions d’énonciation particulières (oralité, écrits de
l’intime et du for privé, textes littéraires…). Quels sont alors les
problématiques et les protocoles d’analyses les plus pertinents ?

La langue peut elle-même devenir objet d’histoire, en particulier
lorsqu’elle fonctionne comme le vecteur d’un pouvoir. C’est par
exemple ce qu’a montré Serge Lusignan en histoire sociolinguistique
(Lusignan 2004 et 2012), dans une perspective plus qualitative. Les
enjeux langagiers de la domination sont également au cœur d’approches
historiographiques comme l’histoire du genre ou les postcolonial
studies. On peut alors s’interroger sur la place des méthodes
textométriques dans ces démarches et sur leur capacité à saisir les
stratégies discursives et les faits de discours qui sont au cœur de
leur analyse.

De nombreux champs de la discipline historique ont parallèlement été
renouvélés par le « tournant documentaire » (archival turn – voir par
exemple Chastang 2008 pour l’histoire médiévale ou Guyotjeannin 1995),
consistant à considérer la source, l’archive, comme un objet construit
dont l’étude des conditions de production et de conservation complète
ou enrichit l’interprétation du contenu. Dans cette perspective, la
lexicométrie perd-elle de son utilité ou peut-elle être réinvestie
d’autres missions centrées sur le document lui-même, sur ses aspects
formels, sa genèse ou son devenir ?

Sous-axe 2.2 : Les données textuelles à l’ère du big data et leurs
relations aux historiens

L’outillage statistique de la lexicométrie suppose de disposer d’un
corpus de textes non seulement représentatif mais aussi relativement
important pour produire des résultats significatifs. Au-delà des
débats sur la taille idéale d’un corpus lexicométrique en histoire, on
peut se demander comment varier les échelles d’analyse en articulant
des méthodes complémentaires (fouille de textes sur de gros corpus vs.
analyse ciblée d’un lexique). La question prend d’autant plus
d’importance que se multiplient les sources numérisées ou nativement
numériques, tels que les écrits du Web. Comment les historiens
peuvent-ils s’approprier ces gisements de données textuelles, et que
peuvent-ils apporter, forts de leur expérience critique des sources,
sur leur constitution et leur utilisation ? L’actualité des
publications montre que ces transformations touchent toutes les
périodes historiques et des objets variés, (Mayaffre 2010, Perreaux
2014, par exemple) et bouleversent la géographie de la recherche
(Putnam 2016). Nous voudrions lors de ce colloque poursuivre et
approfondir ce questionnement.

Axe 3 : Les développements de l’outillage statistique

Sous-axe 3.1 : La temporalité

Éviter l’anachronisme dans le sens des mots lorsque l’on étudie un
corpus de manière diachronique est un souci ancien pour les historiens
(Prost 1988). Les recherches dans ce domaine semblent aujourd’hui
reprendre un intérêt nouveau notamment en ce qui concerne la
visualisation de la temporalité (Ratinaud & Marchand 2014). Si on
laisse parler les mots, la lexicométrie peut aider à dégager un temps
lexical, des cycles utiles au travail de l’historien (Salem 1988). Il
existe des méthodes statistiques (AFC, topic modeling…) permettant
de percevoir des phénomènes de substitutions lexicales, mais les
transformations sémantiques sont encore assez peu abordées en
histoire. Existe t-il des moyens pour percevoir des évolutions
sémantiques ? Peut-on retracer des influences sémantiques dans le
temps ? Comment faire avec des données temporelles discontinues,
parfois très espacées dans le temps ? Ces questions relèvent
naturellement de la démarche de l’historien, qui travaille par
définition sur la temporalité, mais elles prennent une importance
particulière dans le domaine des écritures numériques qui, bien
souvent, sont structurées de manière chronologique (Facebook, Twitter,
etc.)

Sous-axe 3.2 : De nouveaux algorithmes pour la textométrie

Depuis l’ouvrage de Lebart et Salem (Lebart & Salem 1994), les outils
statistiques se sont à la fois stabilisés et développés, et avec eux
les protocoles d’analyse mis en œuvre dans les différents logiciels
offerts en accès libre (autour de R par exemple, voir Bécue Bertaut
2018) ou via des plateformes Web. Les nouvelles méthodes que l’on voit
naître permettent d’investir autrement des corpus, comme c’est le cas
pour Linkage (http://linkage.fr) qui se propose d’introduire le texte
dans les méthodes de classifications de réseaux sociaux. On pourrait
également citer l’utilisation des topic models (Barron et alii, 2018)
ou le développement récent d’algorithmes de deep learning reposant sur
une approche par vecteur de mots (Embedding Layer, Word2Vec, GloVe).
Les travaux utilisant ces méthodes (par exemple Levy & Goldberg 2014)
laissent entrevoir de forts potentiels pour la description rapide des
contenus des documents et leur comparaison. Comment les historiens
peuvent-ils se les approprier ?

Sous-axe 3.3 : Approches informatiques plus qualitatives

L’outillage informatique utile à une démarche linguistique dans les
sciences humaines et sociales n’est pas que statistique, comme en
témoigne par exemple le logiciel Nooj, qui permet une formalisation
fine des langues naturelles. Une telle approche présente un intérêt
pour la connaissance de l’état d’une langue, mais elle permet aussi de
l’aborder dans sa diachronie.

Plus largement, se pose la question des approches qualitatives qui
doivent trouver toute leur place dans ce colloque. L’enjeu est bien de
profiter de la richesse et de la complémentarité des approches
qualitative et quantitative de la langue (Paveau 2012), et ainsi
d’aborder le plus largement possible les rapports entre langue et
histoire. Les contributions illustrant le bénéfice de l’utilisation de
ces différentes méthodes seront les bienvenues.

MODALITÉS DE PARTICIPATION

Deux types de communication (en français ou en anglais) sont acceptées :
des communications de 20 min proposées sous la forme d’un résumé de
5000 signes
des posters (au format A1) proposés sous la forme d’un résumé de 2500 signes
La date limite pour les dépôts des propositions est fixée au 22 juin
2018 ; le dépôt se fait sur le site
https://histlangtexto.sciencesconf.org/. Les communications retenues
seront annoncées le 13 juillet après examen par le comité
scientifique. Une version préliminaire du texte prononcé lors de la
conférence sera attendue pour le 15 octobre. Les communications
retenues seront destinées à être publiées dans un ouvrage collectif.
Un financement pour le transport des intervenants pourra être proposé
en fonction des candidatures reçues.

Atelier « La théorie du droit pour les non-théoriciens », Ecole de droit de Sciences po, Mercredi 20 juin de 9h30 à 13h

Atelier « La théorie du droit pour les non-théoriciens »
Ecole de droit de Sciences po
Mercredi 20 juin de 9h30 à 13h

Dans le cadre de la Semaine doctorale intensive organisée par Sciences Po et l’Université de Paris-Nanterre, la SFPJ organise un atelier intitulé: « La théorie du droit pour les non-théoriciens ».

Cet atelier sera dirigé par Emmanuel Jeuland (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Y participeront notamment:

– Mathieu Carpentier, Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole

– Jean-Yves Chérot, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

– Julien Jeanneney, Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

– Frédéric F. Martin, Professeur à l’Université de Nantes

Il aura lieu dans les locaux de l’Ecole de droit de Sciences Po, 13, rue de l’Université, 75007 Paris, Salle J210

Séminaire Conflictualité et société, Jean-Vincent Holeindre, « La ruse et la force, une autre histoire de la stratégie », Université de Lille, 6 juin, 17h.

La onzième séance du séminaire « Conflictualité et société » (org. : Edouard Jolly, Stéphane Zygart, Philippe Sabot) aura lieu mercredi 6 juin à 17h :
Jean-Vincent Holeindre (IRSEM / Paris 2)
 « La ruse et la force, une autre histoire de la stratégie« 

Le séminaire se tient à l’université de Lille – site du Pont-de-Bois, dans les locaux de l’UMR « Savoirs, textes, langage », salle de Séminaire (B1. 663).

Anthropologie comparée des monothéismes, Journée d’études du séminaire Anthropologie comparée de la croyance, EPHE, 19 juin 2018

Anthropologie comparée des monothéismes

Journée d’études du séminaire Anthropologie comparée de la croyance
organisé par F. Fruteau de Laclos (Paris 1, CHPMS) et C. Grellard (EPHE, LEM)

Mardi 19 juin 2018
10h-16h
EPHE
54 boulevard Raspail
75006 Paris
Salle 01

10h-11h : Bruno Karsenti (EHESS, LIER), « Religion et politique, une distinction historique moderne »

11h-12h : Mohamed Amer Meziane (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), « Le monothéisme. Trajectoires d’un concept »

Buffet, Salle 03

13h30-14h30 : Daphné Le Roux (Université Paris Nanterre, Sophiapol), « La croyance appartient-elle à l’expérience catholique ? Discussion des modèles philosophiques de la croyance à partir d’une étude de terrain »

14h30-15h30 : Alfred Adler (EPHE), « Spinoza et les rites »

15h30-16h : Discussion générale et conclusions