Offre de post-doctorat en philosophie politique et/ou théorie politique, Paris 1, UMR 8103

Dans le cadre du projet européen Horizon 2020 NoVaMigra, « Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis », l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne recrute au sein de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103) une chercheuse ou un chercheur postdoctoral.e en philosophie politique et/ ou en théorie politique à partir du 1er septembre 2018 pour une durée d’un an.

Voir ci-dessous et en pièce jointe l’annonce de poste.

Les personnes intéressées enverront leur dossier d’ici le 20 juin 2018.

One-year post-doctoral position

The institution: Paris 1 Panthéon-Sorbonne University

The laboratory: UMR 8103 – ISJPS : Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne

A post-doctoral position in philosophy and political theory.

Duration : September 1st, 2018 – August 31st, 2019

The postdoctoral fellow will work within the project Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis (NoVaMigra), funded by the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

With a combination of social scientific analysis, as well as legal and philosophical normative reconstruction and theory, NoVaMigra has three main objectives :

– to provide a precise and comprehensive understanding of core values and norms in Europe ;

– explain how they motivate political, administrative and societal agents with regard to migration and the integration of migrants and refugees into European societies,

– and consider, if and why, this has changed with and since the refugee crisis 2015.

This will lead to better normative and efficiency assessments of migration/integration policies and measures, and to a clearer grasp of reasons for their endorsement or resistance to them.

For more information : http://novamigra.eu/

Keywords : Global and transnational governance, international law, human rights, Migration, EU charter of fundamental rights, Human rights.

Job description

The postdoctoral fellow will contribute to different workpackages. She /he shall

– provide a philosophical and legal understanding of the content of the EU Charter ;

– analyse the emergence of populist discourses in the French political scene since the Refugee Crisis ;

– review the theoretical models of cosmopolitanism and assess the European vision(s) of cosmopolitanism.

She / he will participate to NoVaMigra meetings and events when necessary.

Location : Institut des Sciences Juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Contract type : Full time

Start : September 1st, 2018

Monthly salary : 2 900 € gross

Requirements

– Suitable candidates will have a PhD degree in political philosophy or political theory with a specialization in normative and legal issues.

– A capacity to work in a multidisciplinary team.

– Experience or interest in working on media analysis will be considered as an asset.

– Good skills in written and spoken English and French are expected.

Application

Candidates should send a set of application documents in English or French that will include:

– a CV with a complete list of publications and a summary of the PhD dissertation

– a letter of motivation

– names and contact information of two academic referees.

Ninon Grangé, Frédéric Ramel (éds.), Le droit international selon Hans Kelsen, Presses de l’ENS Lyon, 2018

Ninon Grangé, Frédéric Ramel (éds.), Le droit international selon Hans Kelsen, Presses de l’ENS Lyon, 2018

À l’heure où la Cour pénale internationale se voit critiquée par nombre de ses détracteurs, cet ouvrage propose une analyse de la judiciarisation internationale au prisme de l’un de ses initiateurs : Hans Kelsen. Le théoricien du normativisme a réfléchi sur le droit international, notamment lors de son exil aux États-Unis. Il ne cessera de promouvoir une Organisation des Nations unies dont le pivot serait une juridiction. Tout en permettant de mieux saisir la trajectoire intellectuelle du juriste viennois outre-Atlantique, les études rassemblées ici soulignent les tensions inhérentes à l’établissement des premiers tribunaux militaires après la Seconde Guerre mondiale, qu’elles concernent la reconnaissance d’un individu justiciable ou bien l’application du principe de non-rétroactivité. Fondé notamment sur la présentation et la traduction de textes consacrés à la responsabilité et à la poursuite des criminels de guerre, cet ouvrage rentre en résonance avec les dilemmes contemporains qui entourent l’établissement d’une justice pénale internationale.

Valéry Pratt, Nuremberg, les droits de l’homme, le cosmopolitisme, Le bord de l’eau, 2018

Valéry Pratt, Nuremberg, les droits de l’homme, le cosmopolitisme – Pour une philosophie du droit international, Le bord de l’eau, 2018

S’appuyant sur une lecture minutieuse des minutes du Procès international de Nuremberg, l’auteur montre à la lumière des débats menés devant le prétoire et autour du procès (Kelsen, notamment) comment le choc de la Seconde Guerre mondiale et l’atrocité des crimes nazis (sans que la spécificité de la Shoah soit pour autant prise en compte) ont forcé les nations victorieuses (en proie à l’accusation de « justice des vainqueurs ») à remodeler la structure juridique des relations internationales. A ce mouvement négatif de répression, il a fallu adjoindre un moment positif de construction : comment légitimer les droits de l’homme dans leur caractère universalisable pour en faire des droits fondamentaux des citoyens du monde ? Une telle perspective force à réfléchir avec Habermas – dont le livre présente la pensée la plus actuelle sur ces questions et dont les traductions des textes discutés paraissent parallèlement – aux conditions d’une constitutionnalisation du droit international et à la possibilité de la transnationalisation de la démocratie au cœur de laquelle se pose la question de la solidarité mondiale.

Colloque international « Dictature, Raison d’Etat, Etat d’exception : ruptures et continuités, théories et applications », Ecole française de Rome, 31 mai-1er juin 2018

Dictature, Raison d’Etat, Etat d’exception : ruptures et continuités, théories et applications, Ecole Française de Rome

Atelier « Droit et politique », Labex TEPSIS

« Terrains du droit », PRI de l’EHESS

EHESS, PSL

Centre Georges Simmel

Ecole française de Rome

Collège International de Philosophie

On assiste, depuis quelques années, à une explosion des discours autour de l’état d’exception et de l’exceptionnalité, qui vont bien au-delà des événements tragiques qui, depuis le 11 septembre jusqu’aux derniers attentats qui ont touchés l’Europe, ont donné lieu à l’application de pouvoirs exceptionnels. Mais en même temps, on ne peut manquer de relever un certain malaise conceptuel à l’égard des notions d’état d’exception ou, plus largement, à l’égard du « jargon de l’exceptionnalité » (Huysmans), contre lesquels se sont multipliés les critiques théoriques et politiques dans le champ universitaire.

Il est certainement bien délicat de chercher à arrêter une définition satisfaisante de l’état d’exception, qu’il s’agisse d’ailleurs d’une définition descriptive ou analytique acceptable. Néanmoins, à l’ombre de l’héritage romain de la dictature, l’idée d’une forme d’intemporalité de l’état d’exception semble également souvent admise, sous la forme au moins d’un problème se posant à toutes les époques et pour tous les régimes : quelle est la forme légitime que peuvent prendre les pouvoirs exceptionnels en situation exceptionnelle ?

Plutôt que de chercher à statuer directement sur la valeur théorique d’une notion telle que celle d’état d’exception, ce colloque se propose de repartir d’une enquête  historique et philosophique autour de l’exceptionnalité : il s’agira de développer un examen des pouvoirs de crise (normes, institutions et théories) tels qu’ils sont attestés dans la documentation depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, en examinant également la manière dont les discours autour de l’exceptionnalité se sont produits et transmis. Par le biais d’un tel décentrement historique et philosophique, ce colloque entend jeter un nouveau regard sur la signification de « l’état d’exception » à l’époque contemporaine.

Ce colloque, accueilli par l’Ecole Française de Rome, fait suite à un premier colloque, organisé à l’Institut d’Etudes Avancées, qui s’est tenu les 16 et 17 octobre 2017.

Jeudi 31 mai

9h00-9h30 Accueil et Introduction de Yann Rivière (EHESS, PSL)

 De l’époque médiévale à la Révolution : l’exception et la construction de l’Etat moderne

Président de séance : Thomas Berns (Université Libre de Bruxelles)

 9h30-10h00 Michelle Bubenicek (Ecole nationale des chartes, PSL) :

La lèse-majesté, l’exception judiciaire et la construction de l’Etat, à la fin du Moyen Age (France-Etat bourguignon, XIVe-XVe s.)

10h00-10h30 Vittorio Morfino (Università degli Studi di Milano Bicocca/CIPh) :

Occasione versus eccezione. La posizione di Machiavelli

Discussion

Pause

11h15-11h45 Angela De Benedictis (Université de Bologne) :

Sotto pena di ribellione. La violenza della legge negli ordinamenti di polizia in età moderna (XVI-XVIII secolo) 

11h45-12h15 Marie Goupy (Collège International de Philosophie / ICP) :

La dictature et la Loi Martiale : exception et nécessité sous la Révolution 

Discussion

 Du XIXe au XXe (1) : l’exceptionnalité, entre règle et exception

Présidente de séance : Marie Goupy (CIPh / ICP)

14h30-15h00 Rainer Maria Kiesow (EHESS) :

Autour de Carl Schmitt : Un cas exceptionnel entre loi et jugement

15h00-15h30 Mauro Ponzi (Università di Roma)

Walter Benjamin et l’état d’exception : Révolution et souveraineté

15h30-16h00 Thierry Gontier (Université Lyon, IRPhiL – LabEx COMOD) :

État d’exception et autoritarisme. Voegelin lecteur de Platon, Machiavel et Hobbes 

 Discussion

Pause

16h30-17h00 Juliette Cadiot (EHESS) :

Le mythe d’une quête de légalité. Les figures de l’Etat d’exception dans l’empire de Russie et en URSS (1864-1953) 

17h00-17h30 Marie-Anne Matard-Bonucci (Université Paris VIII Saint-Denis) :

État d’exception, État éthique et totalitarisme dans l’Italie fasciste

 

Vendredi 1er juin

Du XIXe au XXe (2) : le temps présent. Les formes de l’exception

Président de séance : Yann Rivière (EHESS, PSL)

 9h30-10h00 Augustin Simard (Université de Montréal) :

Législation déléguée, planification économique et état d’exception dans l’après-guerre

10h00-10h30 Carlos-Miguel Herrera (Université de Cergy-Pontoise, CPJP) :

Etat d’exception et doctrine de sécurité nationale: les dictatures militaires argentines et leurs conceptualisations juridico-politiques

 Discussion

Pause

11h15-11h45 Rafael Valim (Pontificia Universidad Catolica de Sao Paulo) :

Etat d’exception: la forme juridique du néolibéralisme 

11h45-12h15 Matthias Lemke (Hochschule des Bundes für öffentliche Verwaltung, Fachbereich Bundespolizei) :

Raconter l’exception. Comment les démocraties justifient la nécessité d’élargir leurs compétences.

Discussion

Epilogue : L’exception et/dans le temps

Président de séance : Thomas Berns (Université Libre de Bruxelles)

14h30-15h00 Ninon Grangé (Université Paris VIII-Saint-Denis) :

Le temps contre l’histoire : pouvoir et impuissance de l’état d’exception 

15h00-15h30 Paolo Napoli (EHESS) :

Tra il penale e l’amministrativo: l’eccezione discreta della pedofilia. Un’attualità di lunga durata

15h30-16h00 Yann Rivière (EHESS, PSL) :

Le sénatus-consulte ultime et la doctrine contemporaine

Discussion

Colloque international « John Stuart Mill et la révolution », Paris 1, 25-26 mai 2018

Colloque international « John Stuart Mill et la révolution », Paris 1, Centre Panthéon, 25-26 mai 2018

*Vendredi 25 mai 2018 – Salle 419 A*

*09h-09h30 : Accueil des participant-e-s*

*09h30 : Mot d’introduction des organisatrices*

*Première session : MILL, TÉMOIN ET ANALYSTE DES RÉVOLUTIONS*

*14h15-17h30*

*Présidente de séance*– Emmanuelle de Champs (Université de Cergy-Pontoise)

9h45 -*Amirpasha Tavakkoli *(EHESS): Analyse des correspondances de Mill sur
la Révolution française.

*10h45-11h – Pause café*

11h -*Don Habibi (*University of North Carolina Wilmington) : « J.S. Mill on
History and Revolutions »

12h – *Georgios Varouxakis* (Queen Mary, University of London) : « “The
Revolution…is not English”: What did Mill think he learnt from observing
France for half a century? »

*13h – 14h15 – Repas*

*Deuxième session : RÉVOLUTION ET SOCIALISME*

*09h45-13h *

*Présidente de séance *– Ludmilla Lorrain (Université Paris 1
Panthéon/Sorbonne)

*14h15 – Philippe Légé *(Université de Picardie Jules Vernes) : « Mill,
Marx et la transformation des rapports de production ».

15h15 – *Marc Goetzmann *(Université de Nice Sophia Antipolis) : « La
question des droits de propriété comme critère d’évaluation du geste
révolutionnaire chez John Stuart Mill »

*16h15-16h30 – Pause café*

16h30- *Helen McCabe (*University of Nottingham) : « From *La Marseillaise*
to *The Red Flag*: John Stuart Mill on Revolution, Socialism and Reform »

*Samedi 26 mai 2018 – Salle 419 A*

*09h – 09h30 : accueil des participant-e-s*

*Troisième session : L’APPEL À LA RÉVOLUTION : PERFORMATIVITÉ DU DISCOURS PHILOSOPHIQUE ET TRANSFORMATION SOCIALE*

*9h30 – 12h30*

*Présidente de séance*– Audrey Benoit (Université Lille iii).

9h30 -*Gustavo Hessmann Dalaqua* (University of São Paulo*)*: « Mill’s
revolutionary feminism and the performativity of political representation »

10h30 – *Nicolas Nayfeld *(Université Paris 1 Panthéon/Sorbonne): « Liberté
d’expression et révolution : Mill et l’appel à la révolution »

*11h30-11h45 – Pause café*

11h45 – *Steven Le Breton (*Université de Nantes): « La religion de
l’humanité selon Mill : utopie ou révolution probable du religieux ? »

*12h45-14h : Repas*

*Quatrième session : MILL, CONSERVATISME ET CONTRE-RÉVOLUTION *

*14h – 17h30*

*Président-e de séance *: Aurélie Knüfer (Université Paul Valéry,
Montpellier).

14h – *Peter Niesen (*Professur à Universität Hamburg*) *: Mill’s anti-
revolutionary radicalism ».

15h -*Vincent Guillin* (Université du Québec à Montréal) : « J.S. Mill et
“l’école  réactionnaire” : figures et fonctions du conservatisme dans le
libéralisme millien »

*16h-16h15 – Pause café*

16h15 – *Olivia Leboyer (*Sciences po Paris) : « Quel usage du qualificatif
« aristocratique » : John Stuart Mill et François Guizot. »

*17h15 – Mot de conclusion des organisatrices*

Colloque international « Herman Heller, Franz L. Neumann, Otto Kirchheimer : trois pensées réformatrices du droit », Paris 1, 13-14 juin 2018

Colloque international 

HERMANN HELLER, FRANZ L. NEUMANN, OTTO KIRCHHEIMER :  TROIS PENSÉES RÉFORMATRICES DU DROIT

13 et 14 juin 2018 

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Centre Panthéon, Salle 6

Organisation : Isabelle Aubert (Paris 1) et Céline Jouin (Caen) en collaboration avec l’Institut Michel Villey

PROGRAMME

Mercredi 13 juin

10h-10h30 Accueil des participants et mot d’introduction d’Isabelle Aubert et de Céline Jouin

Hermann Heller

Présidence : Olivier Beaud (Université Paris II Assas)

10h30-11h30 Marcus Llanque (Université d’Augsburg, Allemagne), Hermann Heller: In Search of a Left Republicanism.

11h30-12h30 Olivier Jouanjan (Université Paris II Assas), Théorie de l’Etat et droit constitutionnel chez Hermann Heller.

Présidence : Marie Goupy (Institut Catholique de Paris)

14h-15h Renaud Baumert (Université Cergy-Pontoise), Hermann Heller face au fascisme.

15h-16h Nathalie Le Bouëdec (Université de Bourgogne), De l’État de droit à l’État de droit social : critique et transformation de l’État de droit chez Hermann Heller.

Franz L. Neumann

Présidence : Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h15-17h15  William Scheuerman (Indiana University, Etats-Unis), Democracy’s Crisis: What a Forgotten Frankfurter Can Teach Us.

Jeudi 14 juin

Franz L. Neumann et Otto Kirchheimer

Présidence : Céline Jouin (Université Caen-Normandie)

9h00-10h Andreas Niederberger (Université de Duisburg-Essen, Allemagne), Otto Kirchheimer and Franz L. Neumann on Law’s Resilience.

Présidence Jean-François Kervégan (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h15-11h15 Augustin Simard (Université de Montréal, Canada), « La force d’inertie des formes juridiques… », Otto Kirchheimer et la critique du droit.

12h15-13h15 Mathias Lemke (Université de Lübeck, Allemagne), L’état d’exception chez Heller, Kirchheimer, Neumann.

ARGUMENTAIRE

L’Allemagne de la République de Weimar et de l’après Seconde Guerre mondiale est le lieu d’une production théorique importante de la part de juristes de gauche dont l’objectif est de réformer le droit à des fins sociales et plus démocratiques. Cette manifestation scientifique s’intéressera à trois figures majeures : à Hermann Heller et – à ceux qui sont en partie héritiers de sa pensée – Franz Leopold Neumann et Otto Kirchheimer. Du fait de circonstances historiques et personnelles, les voix de ces auteurs ont été moins entendues en leur temps que celles d’autres juristes dans le champ juridique ; pourtant elles restent marquantes à bien des égards pour leurs théories de l’Etat de droit, leurs pensées constitutionnelles, leurs réflexions sur la fonction de la justice, leurs réflexions sur les droits sociaux. Sur le plan biographique, Heller meurt prématurément dans les années trente et Neumann et Kirchheimer passent la deuxième partie de leur vie en exil. D’un point de vue théorique, ces juristes de gauche ont toujours été au centre de débats importants ; mais la politique du national-socialisme n’a pas laissé de place aux adversaires de Carl Schmitt, et après-guerre, la notoriété de Hans Kelsen se fera au détriment aussi bien de Heller que des juristes de l’école de Francfort.

L’objectif des journées est de dégager l’actualité de ces pensées, que l’on qualifiera provisoirement de « critiques du droit » s’inspirant de Marx (les théoriciens critiques) ou au contraire s’en détachant (Heller), et dont la visée est d’orienter les développements du droit en direction d’une démocratie sociale et d’un Etat de droit plus assuré.

Colloque « Les équivoques de l’institution : normes, individu et pouvoir », Institut Michel Villey, 31 mai-1er juin 2018

Les jeudi 31 mai et vendredi 1er juin 2018

l’Institut Michel Villey organise un colloque intitulé :

Les équivoques de l’institution : normes, individu et pouvoir

Université Panthéon-Assas – Salle des Conseils

(12, Place du Panthéon – 75005 Paris. Aile Soufflot, 2e étage)

Organisation : Olivier Beaud, Élodie Djordjevic, Sabina Tortorella, Mathilde Unger

 

Le colloque est ouvert à tous, mais en raison des consignes de sécurité, une inscription préalable auprès de : inst.mvilley at u-paris2.fr est obligatoire.

Tantôt objet de défiance, tantôt perçue comme protectrice, tantôt encore conçue comme appareil surplombant et coercitif, tantôt pensée comme possible instrument de libération par la constitution de collectif qu’elle permet, l’institution se signale par son équivocité.

Ce colloque se veut l’occasion donnée à juristes et philosophes de penser l’ambivalence de l’institution sur le triple plan de la manière dont on conçoit son rapport à l’individu, son caractère oppressif ou émancipateur et la normativité qui lui est liée.

JEUDI 31 MAI 2018

Matinée (9h30-13h) : Penser l’institution

Présidence : Denis Baranger (Université Panthéon-Assas)

  • Élodie DJORDJEVIC (Université Panthéon-Assas), Sabina TORTORELLA (Université Panthéon-Assas) et Mathilde UNGER(Université de Strasbourg)
    Ouverture et présentation du colloque
  • Vincent DESCOMBES (EHESS)
    L’institution au sens large
  • Jeanne-Marie ROUX (Université Saint-Louis, Bruxelles – Marie Curie COFUND)
    L’institution ouverte. Sur la conception merleau-pontienne de la normativité
  • Jérôme COUILLEROT (Université Panthéon-Assas)
    L’institution comme phénomène social et politique. Une présentation du concept de « réversibilité » chez Claude Lefort

Après-midi (14h30-18h) : Pouvoir et normativité institutionnelle

Présidence : Céline Roynier (Université de Cergy-Pontoise)

  • Paolo NAPOLI (EHESS)
    Au-delà de l’institution-personne
  • Jean-François KERVÉGAN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    Les droits comme institutions
  • Pierre-Yves NÉRON (Université catholique de Lille)
    La conception institutionnelle de la corruption : fonctions et implications
  • Cécile LAVERGNE (Université de Namur)
    Institution et violence dans la philosophie sociale d’Axel Honneth

VENDREDI 1er JUIN 2018

Matinée (9h30-13h) : Le droit à l’épreuve de l’institution

Présidence : François Saint-Bonnet (Université Panthéon-Assas)

  • Thibault GUILLUY (Université Panthéon-Assas)
    L’institution est-il un concept juridique ? Le cas des pratiques institutionnelles
  • Olivier BEAUD (Université Panthéon-Assas)
    Y a-t-il une théorie de l’institutionnalisation chez Jellinek ?
  • Philippe RAYNAUD (Université Panthéon-Assas)
    John Stuart Mill et la question des institutions de la liberté
  • Mélanie PLOUVIEZ (Université de Nice Sophia-Antipolis)
    L’institution chez Émile Durkheim

Après-midi (14h30-17h30) : Pratiques de l’institution

Présidence : Olivier Beaud (Université Panthéon-Assas)

  • Tristan POUTHIER (Université d’Orléans)
    La construction d’un ordre intérieur : naissance de l’institution carcérale sous la monarchie constitutionnelle
  • Julie SAADA (Sciences Po Paris)
    Face à la violence : institutions, société civile et responsabilité
  • François SAINT-BONNET (Université Panthéon-Assas)
    Les institutions aux yeux des citoyens

Julien Pasteur, Les héritiers contrariés, Les Belles Lettres, 2018

Julien Pasteur, Les héritiers contrariés – Essai sur le spirituel républicain au XIXe siècle, Les Belles Lettres, 2018

Aux lendemains de 1789, ce n’est pas seulement l’ordre politique qui fut bouleversé, mais la situationmême de l’esprit humain. Douloureusement tiraillé entre un Ancien-Régime évanescent qu’il n’aime plus, et une démocratie encore inchoative qui le séduit mais l’inquiète, le XIXème siècle est de part en part traversé par le sentiment d’un vide spirituel inédit. De Fourier à Michelet, de Pierre Leroux à Péguy, sans oublier les montagnes paginées de Zola ou d’Hugo, une même fièvre religieuseinnerve les textes de ces graphomanes-prophètes apparemment endogène au républicanisme français. Tous concèdent qu’au solipsisme délétère des égoïsmes  – « le chaos est un célibat », dit Hugo – doit se substituer l’invention d’une nouvelle matrice des héritages. L’idée qu’un gouvernement des esprits puisse non pas détruire, mais donner sa pleine mesure à la promesse moderne de l’autonomie, est aujourd’hui paradoxalement inaudible et obsédante. Littéralement, elle nous double. Syntagme cantonné à sa seule puissance d’évocation lyrique, le spirituel républicain n’en a pas moins constitué une des réponses majeures au proverbial désenchantement des modernes. Heureux émancipés ou mélancoliques vitupérants, nous sommes les héritiers contrariés de ce sacré républicain dont les spectres continuent de nous hanter. Ce livre voudrait en retracer l’histoire.

Rousseau, Affaires de Corse, édition de C. Litwin et J. Swenson, Vrin, 2018

 

Jean-Jacques Rousseau, Affaires de Corse, édition de C. Litwin et J. Swenson, Vrin, 2018

 

On a jusqu’ici édité sous le titre apocryphe Projet de constitution pour la Corse trois manuscrits rédigés en 1765 par Rousseau, après que le capitaine Buttafoco l’eut invité à tracer le « plan du sisteme politique » de la Corse. Ces manuscrits ne sont pas une œuvre de Rousseau mais des pièces successives et inachevées d’un dossier dans lequel il conservait sa documentation sous l’intitulé Affaires de Corse. Il n’y propose pas de constitution et se défend de faire œuvre de législateur, mais juge utile et urgent de conseiller la jeune nation en proposant un « plan de gouvernement » et en combattant les préjugés propagés par la noblesse qui voulait rétablir les privilèges héréditaires, faire de l’appât du gain le moteur de l’économie, multiplier les échanges commerciaux avec les grandes nations d’Europe.

Pour Rousseau, la révolution corse et l’heureuse situation de l’île rendent possible une autre voie politique qui s’appuie sur la puissance de la démocratie. Comprise à la fois comme art du gouvernement, règle de l’économie et mode de vie désirable, la démocratie permettra de former la jeune nation pour le gouvernement. En cela, la puissance de la démocratie n’accomplit-elle pas l’œuvre d’un législateur ? En tout cas, ces propositions inédites confèrent à ces textes, bien qu’inachevés, une place à part et décisive dans la pensée politique de Rousseau.
Sous le titre Affaires de Corse, ce volume présente, associée à la correspondance avec Buttafoco, une édition critique des manuscrits dans lesquels Rousseau a travaillé à un « plan de gouvernement bon pour la Corse ». L’introduction, l’annotation et le commentaire de ces textes en renouvellent l’interprétation en restant constamment attentifs à leur genèse et au contexte historique de leur rédaction.

Ce volume, œuvre collective du Groupe Jean-Jacques Rousseau, s’inscrit dans la suite de ceux déjà consacrés au Discours sur l’économie politique (2001), aux Lettres écrites de la Montagne (2005), aux Principes du droit de la guerre, aux Écrits sur la paix perpétuelle (2008) et au Contract social (Manuscrit de Genève) (2012).

Jacques Guilhaumou, Cognition et ordre social chez Sieyès, Kimé, 2018

Jacques Guilhaumou, Cognition et ordre social chez Sieyès – Penser les possibles, Kimé, 2018

Au sein d’une aventure sieyèsienne pour une part collective, tout particulièrement en matière de publication des manuscrits de Sieyès, Jacques Guilhaumou s’efforce dans le présent ouvrage, après avoir publié une biographie intellectuelle sur Sieyès (Sieyès et l’ordre de la langue, 2002) de circonscrire ce à quoi nous « fait penser », dans l’ordre des possibles, l’invention néologique de « sociologie » par Sieyès au sein de  ses manuscrits, et de quel esprit social et politique elle relève. Mais il convient de situer la pensée de Sieyès dans son  contexte historique et épistémologique, d’autant plus qu’elle se trouve prise dans une conjoncture historique particulièrement propice au travail de l’esprit politique. Mais il est tout aussi important de considérer l’environnement  d’un ensemble de notions caractérisant l’ordre social et politique dans l’usage du terme « sociologie », donc de décrire ce qu’il en est chez Sieyès de la montée en généralité en matière d’ordre, sous forme d’exposition d’un système. La présente étude discursive a donc comme spécificité de caractériser un appareil mental que Sieyès partage avec ses contemporains comme il est montré dans l’introduction. D’un point de vue cognitif, l’accent est mis ici sur la question de l’esprit (politique) située à mi-chemin des mœurs et des institutions. Historiquement l’avènement de l’esprit politique, sur la base d’un nouvel outillage mental en matière d’observation sociale, se formule au cours du « moment nominaliste » des années 1770-1780, période pré-révolutionnaire où l’accent est mis sur l’individu.

Dans la première partie de cet ouvrage, l’objectif vise à développer un point de vue ne prenant pas l’apparition du néologisme de « sociologie » comme un objet donné, mais le situant dans un jeu identitaire d’énoncés qui confère une place centrale au fait discursif et à sa capacité à ouvrir des possibles. De manière générale, un tel nominalisme impose, à l’encontre du réalisme, de ne pas multiplier les entités susceptibles de nous situer au fondement de la représentation du monde, donc nous incite à privilégier les identités individuelles au plan ontologique, quitte à les complexifier ultérieurement dans l’ordre des identités collectives, ici « l’ordre social », par l’apport d’une théorie du langage et de la connaissance. C’est l’enquête métaphysique, menée par Sieyès au cours de sa jeunesse au titre de son rôle initial de « spectateur philosophe » confronté à de nouvelles modalités de l’ordre social, qui relève  d’un contexte nominaliste par son insistance sur la métaphysique du moi en tant que fondement ontologique de l’intelligibilité des nouvelles institutions mises en place par le législateur, donc en partie de son fait, pendant la Révolution française. Ainsi le « moment nominaliste » s’inscrit dans une « première Révolution française », qui pose le fondement ontologique de la conception sieyèsienne de l’ordre politique développée durant la décennie révolutionnaire. Ici l’observation sociale prend une tournure à ce point spécifique que Sieyès peut alors proposer, dans ses manuscrits, d’en traduire la nouveauté épistémologique sous le néologisme de « sociologie ». L’objectif du présent ouvrage consiste donc bien dans la mise en évidence de la provenance de la « sociologie » à l’horizon de l’articulation entre l’ordre social et l’ordre politique.

En se focalisant sur l’individu empirique et son représentant, le législateur, Sieyès met en place un travail de l’esprit politiquequi explicite à la fois sa conception de la métaphysique politiqueet sa vision de l’ordre politiquejusque dans le fait même de la gouvernance. Ainsi, après avoir posé les fondements métaphysiques de sa pensée dans les années 1770, Sieyès est confronté à une part de réel toujours plus prégnante, tant sur le terrain sociologique de l’observation nouvelle des rapports sociaux au cours des années 1780 que dans l’espace du gouvernement des individus mis en place au cours des années 1790. Il déploie une étonnante imagination créatrice en matière de théorisation de l’ordre social et politique. Il est rendu compte de ce travail créateur dans la seconde partie de l’ouvrage, au travers de la description d’une logique d’ordre.  La figure intellectuelle de Sieyès renvoie ainsi, entre « sociologie » et « science sociale », à une présence remarquable dans une généalogie des formes d’émergence et des modes de désignation propres aux sciences sociales.

Colloque « Approches phénoménologiques du genre et de la race : penser les oppressions et les résistances », Paris 1, 14-15 juin 2018, Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne

Approches phénoménologiques du genre et de la race : penser les oppressions et les résistances

Programme

JEUDI 14 JUIN (17 rue de la Sorbonne, Salle Cavaillès)

9h00 : Accueil des participant.e.s

9h15 : Introduction générale du colloque, Marie Garrau (Université Paris 1, ISJPS), Mickaëlle Provost (Université Paris 1, ISJPS)

Session 1 – 9h30-12h30 La phénoménologie comme outil d’analyse de l’oppression. 

Présidence : Magali Bessone (Université Paris 1, ISJPS)

9h30-10h15 : Manon Garcia (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Edmond J. Safra Centre Postdoctoral Fellow, Harvard University): « La phénoménologie comme outil pour une analyse bottom-updu pouvoir »

10h15-11h : Marie Garrau (Université Paris 1, ISJPS): « De l’expérience vécue à l’analyse des structures de pouvoir : réflexions sur l’autonomie de l’approche phénoménologique à partir d’Iris Marion Young » 

Pause

11h15-12h : Nancy Bauer (Tufts University): « #metoo : ‘Epistemic Injustice’ and the Sexual Harassment Tipping-Point »

12h-12h45 : Elsa Dorlin (Université Paris 8 –LabTop-CRESSPA): « Bad care : expérience vécue de la domination et souci de soi ». 

Pause déjeuner

Session 2 – 14h30-17h : Politiques du visible et de l’invisible. 

Présidence : Mickaëlle Provost (Université Paris 1, ISJPS)

14h30-15h15 : Hourya Benthouami (Université Toulouse 2 Le Mirail): « Se tenir à l’arrière de soi : la phénoménologie de la honte chez F. Fanon et S. de Beauvoir »

15h15-16h : Eraldo Santos (Université Paris 1, ISJPS): « ‘Les gens ne voient que mon environnement, eux-mêmes, ou des fantasmes de leur imagination’ : Réflexions sur Homme Invisible de Ralph Ellison. »

Pause

16h15-17h : Magali Bessone (Université Paris 1, ISJPS): « Voir, faire voir, apprendre à voir : quand la race ne se voit pas. »

VENDREDI 15 JUIN (17 rue de la Sorbonne, Salle Perroy)

9h-9h15 : accueil des participant.e.s

Session 3 – 9h15-12h30 : La méthode phénoménologique transformée par l’analyse du sexisme et du racisme. 

Présidence : Jocelyn Benoist (Université Paris 1, ISJPS)

9h15-10h : Marion Bernard (Archives Husserl): « Phénoménologie descriptive, phénoménologie critique ? ».

10h-10h45 : Matthieu Renault (Université Paris 8, LabTop-CRESSPA): « Double conscience et condition raciale : Hegel ou Husserl »

Pause

11h-11h45 : Camille Froidevaux-Metterie (Université de Reims) : « Penser le corps vécu des femmes : féminisme et génitalité »  

11h45-12h30 : Alexandre Féron (Université Paris 1, CHSPM): « Du Deuxième sexeau Saint-Genet : repenser l’aliénation et l’oppression »

Pause déjeuner

Session 4 – 14h-17h15 : Phénoménologies des résistances : agentivité et éthiques de soi. 

Présidence : Marie Garrau (Université Paris 1, ISJPS)

14h-14h45 : Lewis Gordon (University of Connecticut): « Seductive Fallacies and Forms of Invisibility : a Phenomenological Portrait of Dehumanization in Euromodernity »

14h45-15h30 : Mickaëlle Provost (Université Paris 1, ISJPS) : « Percevoir l’insupportable : penser une phénoménologie des résistances » 

Pause

15h45-16h30 : Linda Martín Alcoff (City University of New York): « Norming sexual practices »

16h30-17h15 : Mona Gérardin-Laverge (Université Paris 1, ISJPS): « Pratiques discursives de luttes : de la critique vécue à la transformation de soi »

AAC, Hobbes-Bentham : International Political Theory and Political Economy in Perspective

Worshop en histoire de la philosophie et histoire des idées politiques « Hobbes-Bentham: International Political Theory and Political Economy in Perspective » dans le cadre du congrès MANCEPT

Argumentaire :

Thomas Hobbes (1588-1679) and Jeremy Bentham (1748-1832) are usually portrayed as two central philosophers of the British modern political and legal thought. Since David Armitage’s Foundations of Modern International Thought, they also appear as leading figures in the making of the modern international political thought. In this new intellectual history, the couple “Hobbes-Bentham” not only delimits chronologically the formation period of the modern international political thought (1629-1832), but refers to their special role as major theorists in conducting central developments to the later international thought as they are strongly associated to the development of modern capitalism and liberalism.

The aim of this workshop is to query the formation of the modern international political thought between Hobbes and Bentham on basis of the following idea: What sort of relations, developments, connections, continuities and ruptures take place in the fields of political economy and international theory in the time period that stretches between intellectually active periods of Thomas Hobbes (from 1629 onwards) and Jeremy Bentham (1832)? We ask, for example, what sort of relations can we see between the conceptualizations of property rights and free markets? Is there a continuity on the conceptualization of sovereign state, war, colonization and expansion? How far do the thinkers of this period develop their critic against empire? How do they think about economic interactions and interdependence in the aftermath of the birth of the Westphalian world?

This workshop aims to clarify, explicit and answer to these and several other fundamental questions concerning the relations between political economy and international theory in the given time period in the domains of history of philosophy, history of political thought, history of economic and international thought. Here is a non-exhaustive list of themes that present some of the questions and concepts desired for this workshop:

_ political economy, wealth, commerce

_ property rights, land, market regulation, taxes

_ colonies, conquest, expansion

_ borders, foreigners, outsiders

_ critics of empire, British empire

_ international theory, laws of nations, international law

_ theories of sovereignty, state theory, state as moral person

_ war, peace

_ international treaties and politics

_ interactions, interdependence between States

_ diplomacy and international politics

Each paper will attribute 50 minutes. The format will be 35 minutes presentation for each paper followed by 15 minutes of questions and discussion.

Papers proposal of maximum 1000 words should be sent by June 10th, 2018.

The organizers of the workshop cannot provide any financial support for speakers.

This Workshop is part of the 14th Annual Congress of Political Theory and Political Philosophy organized at Manchester from 11th to 13th September at the Arthur Lewis Building, University of Manchester (For more information, see: http://www.mancept.com/mancept-workshops/ ).

ORGANIZERS:

Benjamin Bourcier, Assistant Professor in Philosophy, Université Catholique de Lille (France).

Mikko Jakonen, Associate Professor, Senior Lecturer in Cultural Policy, University of Jyväskylä (Finland)

Email :

benjamin.bourcier at univ-catholille.fr

mikko.p.jakonen at jyu.fi

Geneviève Fraisse, « Comment penser ? Concepts et historicité », mardi 15 mai 2018, 18h, Centre universitaire méditerranéen, Nice

Dans le cadre des Rencontres philosophiques du CUM, la Société azuréenne de philosophie accueille

Geneviève Fraisse, directrice de recherches émérite au CNRS, historienne de la pensée féministe et philosophe, pour une conférence intitulée

« Comment penser ? Concepts et historicité »

le 15 mai 2018 à 18h au Centre Universitaire Méditerranéen, 16 promenade des Anglais, 06000 Nice

Séminaire « Critique de l’ontologie sociale » coordonné par Jocelyn Benoist et Ronan de Calan, 19 mai 2018

Séminaire « Critique de l’ontologie sociale »
coordonné par Jocelyn Benoist et Ronan de Calan

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8103 ISJPS
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)
Composante  « Expérience & Connaissance » (EXeCO),

Samedi 19 mai 2018, 10h-17h
Centre Sorbonne, escalier C, 1er étage, Salle Halbwachs

La réalité du social
Depuis John Searle au moins, la philosophie n’en finit plus d’essayer de « construire la réalité sociale ». Ce désir opiniâtre de construction n’est pas sans éveiller un soupçon : comme s’il y avait un doute sur la réalité du social, qu’il faille si obstinément le construire. On s’interrogera donc sur la nature et les enjeux d’une telle « réalité ». En quoi serait-elle particulièrement problématique ? Quel type de « réalité » faut-il prêter au social, s’il y a lieu de raisonner dans ces termes ? Quelle est l’adresse – ou : quelles sont les adresses multiples – de la « réalité sociale », si ce concept a un sens ?

10h : Jocelyn Benoist (Paris 1) : Au-delà de la construction : la revendication

11h : Magali Bessone (Paris 1) : Les races, quelle réalité ? 

14h : Nicolas Duvoux (Paris 8) : A quelles conditions peut-on parler d’inégalités sociales ?

15h : Frédéric Monferrand (Paris 10) : Une ontologie sociale marxiste est-elle possible ? Réflexions à partir de Lukacs

16h : Ronan de Calan (Paris 1) : Qu’est-ce que l’économie « réelle » ?

Quelle éco-logie (techno-)politique ? Penser au-delà de Simondon, 25 mai 2018

Quelle éco-logie (techno-)politique ?

Penser au-delà de Simondon

Centre international des études simondoniennes

Vendredi 25 mai 2018 (9h-18h)

Maison des Sciences de l’homme Paris-Nord

20 avenue George Sand, 93210 La Plaine St-Denis

Salle 414 (salle de conférences)

Métro ligne 12 terminus Aubervilliers/Front populaire

Argument : le nécessaire – et déjà en cours – tournant écologique de la
pensée politique ne saurait s’accomplir pleinement sans, dans le même
temps, relever le défi qui lui donnerait toute sa portée, c’est-à-dire le
défi de se proposer comme ce qui permettrait de surmonter le fondamental
divorce contemporain entre les « philosophies politiques »
post-rousseauistes du contrat social et les « économies politiques »
post-marxistes du soupçon.  À cette fin, c’est le concept même d’écologie
politique qu’il convient de revisiter, et l’héritage simondonien de la
pensée du « milieu » peut ici explorer deux voies, qui structureront la
journée tout en se pluralisant elles-mêmes à travers chacun des
intervenants. Une première grande voie table sur la philosophie de la
technique, telle qu’elle peut s’inspirer de la technophilie savante et
anti-techniciste de Simondon, pour venir reconstruire l’éco-logie
politique en tant que philosophie politique réconciliée avec l’économie
politique. Une seconde grande voie table sur la critique des impensés
fondamentaux de Simondon pour proposer une pensée plus globale qui serait
aussi une écologie en un sens nouveau et plus large, dont l’éco-logie
politique et la philosophie de la technique seraient des subdivisions.

Matinée :

9h15-9h30 : accueil

9h30 : Jean-Hugues Barthélémy (directeur du CIDES) :

Présentation générale de la journée

9h40 :Yuk Hui (post-doctorant, Université Leuphana de Lüneburg/CIDES) :

« Vers une politique de l’allagmatique »
+ Discussion

*10h30 :* Andrea Bardin (Lecturer in Politics, Oxford Brookes
University/CIDES) :

« The Banality of Materialism : Automatism and Historicity »

*+ Discussion*

*11h20 : *pause-café

*11h30 : *Andrew Feenberg (Professeur, Université Simon Fraser de
Vancouver) :

« La concrétisation de l’internet » (*version anglaise disponible*)

*+ Discussion*

*12h20* : pause-déjeuner

*Après-midi:*

*14h00 : *Erich Hörl (Professeur, Université Leuphana de Lüneburg/CIDES) :

« The Environmentalitarian Situation: Reflections on the
Becoming-Environmental of Thinking, Power, and Capital »

*+ Discussion *

*14h50 : *Ludovic Duhem (responsable de la recherche à l’ESAD
Orléans/CIDES) :

« Machine et nature : vers une techno-écologie » (*version anglaise
disponible*)

*+ Discussion*

*15h40* : pause-café

*15h50 : *Taïla Picchi (doctorante, Universités de Pise et Florence) :

« La rêverie de l’intellect général »

*+ Discussion*

*16h40 : *Jean-Hugues Barthélémy (chercheur associé HDR Université
Paris-Nanterre/CIDES):

« Écologie du sens, techno-*éco*-logie politique et refondation hors
l’éthique du droit : un programme post-simondonien » (*version anglaise
disponible*)

*+ Discussion*

*17h30* : Vincent Bontems (ingénieur-chercheur au Larsim – CEA/CIDES) :

Conclusion générale de la journée