Servir le Prince, servir la République en temps de guerre civile dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles

Colloque international organisé par Jérémie Foa, Matthieu Gellard et Bertrand Haan

29-31 mars 2018

Salles des Actes de Sorbonne Université
46, rue Saint-Jacques / 75 005 PARIS

En raison du plan Vigipirate, l’assistance au colloque est soumise à inscription (contact : Bertrand.Haan@paris-sorbonne.fr)

Avec le soutien du Labex EHNE (Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe), de l’Institut universitaire de France, du Conseil scientifique de Sorbonne-Université, du Centre Roland Mousnier (Sorbonne Université/CNRS) et de l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université/CNRS)

Invoqué en toute circonstance, le service touche au cœur des comportements, des relations et des cultures politiques d’Ancien Régime en Europe. Loin de se limiter à un élément de discours ou à une rhétorique superficielle, il incarne et modèle les liens unissant l’ensemble des sujets aux pouvoirs et leur rapport à l’autorité, à titre collectif comme individuel.
Loin d’être une construction décidée du sommet, le service est le fruit d’interactions à tous les échelons des sociétés anciennes. Dans les strates supérieures, conseillers du roi, ambassadeurs, militaires, magistrats, officiers ou gouverneurs ont en commun de se définir avant tout comme des « serviteurs » plus que par leur fonction précise, au-delà des différentes charges qu’ils peuvent occuper, avec une grande fluidité. Ces hommes sont la chair et le sang du pouvoir, dont ils assurent le fonctionnement au quotidien, qu’ils incarnent auprès des sujets ou des princes européens et qu’ils perpétuent par-delà les princes eux-mêmes. Le service n’est toutefois pas seulement le propre des nobles et des officiers. Il caractérise tout autant les clercs, les communautés d’habitants, les municipalités et les partis politico-religieux que les particuliers, qui invoquent aussi leur attachement indéfectible à un prince, à une République, à une Église, à une ville ou à toute communauté ou pouvoir, quelle que soit l’échelle envisagée. Il convient par conséquent d’insister sur la communauté de ce lien, insuffisamment soulignée par l’historiographie.
S’il implique une hiérarchie, le service se fonde sur une réciprocité. Il revient au sujet de satisfaire et d’assister les détenteurs du pouvoir, dont on attend en contrepartie de reconnaître et d’accréditer le service rendu et d’accorder une juste récompense. S’il s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement, voire le sacrifice, et la défense du bien commun, le service demande à être confirmé en acte. Ainsi est-il un fondement de la fidélité au roi mais doit-il être profitable à chacun. L’utilité et le bénéfice mutuels sont volontiers invoqués. Le lien de dépendance créé par le service relève plus de l’interaction que de la sujétion : elle ouvre la porte à la négociation.
Au-delà de ces rapports vécus sur un mode personnel et même charnel avec les dirigeants, le service met en jeu des imaginaires politiques et des convictions religieuses. La revendication du service exprime une vision du bien commun, qu’il s’agisse d’une culture humaniste du service de la république, d’idéaux civiques tendant à l’affirmation de l’autonomie urbaine ou de la défense d’une participation des clercs ou des nobles au gouvernement. Alors que nombre d’États s’affirment au cours de la première modernité comme des entités autonomes, le service rendu à la personne du dirigeant et celui dû la république ou à l’État peuvent tendre à se dissocier, voire à entrer en conflit. La rupture provoquée par Luther est sans doute la plus spectaculaire en tant qu’elle instaure un nouveau hiatus possible entre l’obéissance à l’autorité politique d’une part et obéissance aux commandements divins et appartenance à des Églises d’autre part – elle est d’autant plus frappante que le service possède une éminente dimension théologique et ecclésiologique.
Ce sont les moments de confrontation entre différentes obligations de service que cette rencontre se propose d’envisager : les guerres civiles et les guerres de Religion des XVIe et XVIIe siècles, à l’occasion desquelles le service est mis à l’épreuve. Car c’est d’abord de ces contextes troublés que le service se construit et se révèle. Au cœur des conflits, la dimension contractuelle du service est souvent mise à rude épreuve et les liens de fidélité des individus et des croyants sont mis en concurrence, et se révèle la pluralité, souvent contradictoire, des normes et des imaginaires qui régissent les comportements des femmes et des hommes de l’époque moderne.
Ce colloque international souhaite continuer à interroger les différentes configurations du service en contexte de conflit ouvert, politique ou religieux. Il a pour ambition d’embrasser tout le spectre social, d’envisager autant les groupes sociaux que les trajectoires individuelles, de rendre compte des différentes facettes du service et de ses évolutions, et de mener cette enquête à l’échelle européenne, dans une perspective comparative.

Programme ici

Article inédit : François Monnier (EPHE, PSL), « Charles Vialart (1592 ? – 1644) »

Certainement, Charles Vialart, Charles de Saint-Paul en religion, a-t-il plus d’intérêt à nos yeux qu’à ceux de ses contemporains. Jusqu’à présent, l’homme a assez peu attiré l’attention des historiens(1). Il serait assez bien né et a fait une belle carrière religieuse, non sans bénéficier de solides appuis, notamment ceux du Père Josep et de Richelieu.

Sa famille serait originaire d’Issoire en Auvergne. On trouve un Pons Vialart, juge en cette ville, qui fut le père de Jean de Vialart, avocat au Parlement de Paris, puis président à mortier à celui de Rouen en 1540. Antoine Vialart, l’un de ses fils, fut un religieux de l’ordre de Saint Benoît, abbé de Bernay, en Normandie, et prieur de Saint-Martin-des-Champs, avant d’être élevé à l’archevêché de Bourges, le 23 août 1572. Ce prélat, mort en 1576, aurait été le grand oncle de Charles Vialart. Michel Vialart, frère aîné de cet archevêque, aura été lieutenant civil au Châtelet de Paris en 1546, puis maître des requêtes en 1553, président au Parlement de Rouen en 1567 et président au Grand Conseil en 1572, avant d’être assassiné en 1576, tandis que ses meurtriers seront décapités2. Charles fut lui-même l’oncle de Félix Vialart, comte-évêque de Chalons, tandis que la branche aînée de la lignée finit avec Michel Vialart, conseiller au Parlement de Paris, décédé le 12 octobre 1703.

Poursuivre la lecture de l’article

Colloque « André Tosel, la raison au service de la pratique » (Paris 1, Nice, Besançon, Actuel Marx), Nice, MSHS, 3-5 avril 2018

Les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 avril 2018, le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la revue Actuel Marx et le Centre de Recherches en Histoire des Idées de l’Université de Nice co-organisent un colloque intitulé « André Tosel, la raison au service de la pratique », en hommage à André Tosel décédé le 14 mars 2017 à Nice.

Ce colloque a bénéficié de l’appui financier et logistique de la Commission Recherche de l’Université Côté d’Azur, de l’UFR LASH de l’université Nice Sophia-Antipolis, de la MSHS Sud-Est, de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du département de philosophie de l’Université de Liège, du laboratoire Logiques de l’agir de l’Université de Besançon, de l’Association des Amis de Spinoza, de la Fondation Gabriel Péri, d’Espaces Marx, de l’association Les amis de la liberté et du Cercle Condorcet 06.

André Tosel, décédé en mars 2017 était un philosophe engagé, attaché tout au long de son existence à faire vivre un marxisme critique puisant notamment dans le meilleur de la tradition italienne de ce courant de pensée ; il fut un des rares français à introduire et discuter les œuvres majeures d’A. Labriola et surtout d’A. Gramsci, ainsi par ailleurs que celles de Vico dont il fut un fin connaisseur. Il consacra sa thèse de doctorat d’état aux rapports entre religion, politique et philosophie chez Spinoza et contribua de façon décisive à de nouvelles lectures du philosophe en le mettant en miroir de Marx. Professeur de philosophie des universités de Besançon, Franche Comté, de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Nice Sophia-Antipolis, dans lesquelles il occupa de nombreuses fonctions de directions administratives et scientifiques, il était un homme de collectif attaché à faire vivre le savoir, s’engageant dans la vie universitaire et politique, contribuant également de manière décisive au lancement et à l’animation de la revue Actuel Marx. Passionné par l’évolution des pensées contemporaines, il intervenait régulièrement dans des débats d’actualité, sous la forme de contributions dans L’Humanité ou dans des ouvrages destinés à un public large, tout particulièrement dans la dernière période sur les questions de sécularisation, de laïcité et de religion. Ce colloque pluridisciplinaire entend lui rendre hommage et aborder les différentes facettes d’une œuvre majeure, traversant un demi-siècle de vie intellectuelle.

ORGANISATEURS : 

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences en histoire contemporaine à Normandie Université Rouen, codirecteur de la revue Actuel Marx, directeur adjoint du GRHIS (EA 3831)
Chantal Jaquet, Professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (EA 1451)
Mélanie Plouviez, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Nice Sophia-Antipolis, directrice-adjointe du CRHI (EA 4318)

PROGRAMME :

Mardi 3 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

13h30-14h30

Accueil des participants et ouvertures

14h30-15h15

Conférence inaugurale
Jean Robelin (Professeur émérite de philosophie, UCA)
Finitude et raison limitée: une unité sous-jacente de la pensée d’André Tosel

 15h15 – 18h30 : PREMIÈRE SESSION – HISTOIRE DES MARXISMES

Présidence Philippe Büttgen
(Directeur de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h15-16h

Isabelle Garo (Professeure de philosophie en CPGE, Lycée Chaptal, Paris)
Relire Marx à l’âge du néolibéralisme

16h-16h45

Luc Vincenti (Professeur de philosophie, Université Montpellier III)
Marx, Tosel et le travail humain

16h45-17h

Pause

17h-17h45

Stéphane Haber (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre)
Comment faut-il aujourd’hui utiliser les catégories de la théorie politique ? A partir d’une remarque d’André Tosel

17h45-18h30

Jean-Numa Ducange (Maître de conférences en histoire contemporaine, Normandie Université Rouen)
L’histoire du marxisme, de Labriola aux milles marxismes : les regards d’A. Tosel

Mercredi 4 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

9h30 – 12h45 : SECONDE SESSION – PHILOSOPHIE ITALIENNE, LECTURE DE VICO & GRAMSCI

Présidence Grégory Cormann
(Président du Département de philosophie de l’Université de Liège)

9h30-10h15

Paolo Heritier (Professeur de droit, Université de Turin, Italie)
L’interprétation de Vico par André Tosel

10h15-11h

Romain Descendre (Professeur d’études italiennes et d’histoire de la pensée politique, ENS de Lyon)
De Tosel à Gramsci : lecture des travaux de Tosel sur le théoricien communiste italien

11h-11h15

Pause

11h15-12h

Yann Lelann (Maître de conférences en sociologie, Université Lille 3)
Comment utiliser Gramsci pour analyser les conflits de classes de la France du XXIe siècle ?

13h30 – 17h : TROISIÈME SESSION – PHILOSOPHIE SOCIALE ET POLITIQUE CONTEMPORAINE

Présidence Mélanie Plouviez
(Directrice-adjointe du CRHI)

13h30-14h15

Marie-Claire Caloz-Tschopp (Professeur de théorie politique, Université de Lausanne, Genève, Louvain, Collège International de philosophie)
Qu’avons-nous appris avec André Tosel ?

14h15-15h

Magali Bessone (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Les identités collectives et la « metis du metissage » chez André Tosel

15h-15h15

Pause

15h15-16h

Antoine Janvier (Maître de conférences en philosophie à l’Université de Liège)
Pour une philosophie matérialiste et critique de l’éducation. Réflexions à partir d’André Tosel

16h-16h45

Céline Borello (Professeure d’histoire moderne, Université du Maine, Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme) et Pierre-Yves Quiviger (Professeur de philosophie, UCA)
André Tosel et la question de la laïcité – points de vue historique, juridique, philosophique

17h : QUATRIÈME SESSION – TÉMOIGNAGES
& PRÉSENTATION DU PROJET DE SALLE ANDRÉ TOSEL À LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE BOSCO

Jeudi 5 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

9h – 13h : CINQUIÈME SESSION – ANDRÉ TOSEL ET SPINOZA

Présidence

9h-9h45

Henri Laux (Professeur de philosophie)
André Tosel et le désir de la philosophie. Une lecture du Traité théologico-politiquedans Spinoza ou le crépuscule de la servitude

9h45-10h30

Pierre-François Moreau (Professeur de philosophie moderne, École normale supérieure de Lyon)
Autour Du Matérialisme de Spinoza

10h30-11h15

Chantal Jaquet (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Le rationalisme de la finitude positive selon André Tosel dans Spinoza ou l’autre (in)finitude

11h15-11h30

Pause

11h30-12h15

Laurent Bove (Professeur de philosophie, Université de Picardie Jules Verne, Président de l’Association des amis de Spinoza)
La méta-laïcité de Spinoza selon André Tosel

12h15-13h

Christian Lazzeri (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre)
Spinoza et Marx selon Tosel

LIEU :

Amphithéâtre 31 de la Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
3 Avenue Francois Mitterrand, 06300 Nice

« Egalité/inégalités. Enjeux théoriques et politiques », avec Stéphane Beaud et Boris Vallaud, dans le cadre du séminaire « Les savants et les politiques » (Centre européen des études républicaines), 29 mars 2018, EHESS

Olivier Christin et l’équipe du CEDRE (Centre européen des études
républicaines) ont le plaisir de vous annoncer la deuxième séance du
séminaire

« Les savants et les politiques »

qui aura lieu le jeudi 29 mars 2018 à 20h00 à l’EHESS, Salle Lombard (96 Bd Raspail, Paris 6e) sur le thème

« Egalité/inégalités. Enjeux théoriques et politiques« ,

avec Stéphane Beaud et Boris Vallaud.

Lectures de… Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique (Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman, 16 mars 2018, Paris 1, salle IV

Lectures de…

Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique

(Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman

Journée du 16 mars 2018

Université Panthéon-Assas – Salle IV

12, place du Panthéon – Paris Ve

 9h30-12h00

Sous la présidence de Didier Truchet, professeur émérite de l’Université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Aldo Schiavone, professeur émérite, Projet ERC Scriptores Iuris RomaniLes juristes romains entre interprétation des lois et raison du ius.

Xavier Prévost, professeur à l’Université de Bordeaux, Remarques sur une absente : la Renaissance dans Le sens des lois.

Frédéric Audren, directeur de recherche au CNRS (CEE-Ecole de droit de Science po), Une histoire pragmatique de la raison juridique est-elle possible ?

Frédéric F. Martin, professeur à l’Université de Nantes, Benoît Frydman, Le Sens des lois et l’histoire de la raison (juridique).

Pierre-Yves Quiviger, professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, Histoire de l’interprétation et de la raison juridique, histoire des idées politiques et histoire du droit.

Rémy Libchaber, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Une interprétation du droit sans droit de l’interprétation.

14h00-16h30

 Sous la présidence d’Olivier Beaud, professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II).

Nader Hakim, professeur à l’Université de Bordeaux, L’exégète est-il un auteur comme les autres ?

David Soldini, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Remarques au sujet du bilan critique du normativisme et de la crise du positivisme.

Hervé Ascensio, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, L’interprétation au coeur des mutations du droit international.

Jean-Yves Chérot, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, Le sens du Global Law.

Otto Pfersmann, directeur d’études à l’EHESS, La malédiction

Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier (éds.), Désir d’utopie. Politique et émancipation avec Miguel Abensour, L’Harmattan, collection « Philosophie en commun », 2018

Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier (éds.), Désir d’utopie. Politique et émancipation avec Miguel Abensour, L’Harmattan, collection « Philosophie en commun », 2018

Sommaire

Introduction : Manuel Cervera-Marzal et Nicolas Poirier : Pourquoi lire Miguel Abensour ?

Ch. 1 : Entretien avec Miguel Abensour : L’utopie et la lutte des hommes

Partie I. Une philosophie de l’ailleurs

Ch. 2 : Patrice Vermeren : Saint-Just contre Saint-Just ? Miguel Abensour, la Révolution comme énigme et le paradoxe de son héros

Ch. 3 : Géraldine Muhlmann : Raison et « religion » selon Adorno et Horkheimer

Ch. 4 : Étienne Tassin : Le moment utopique : News from nowhere/News from now here

Ch. 5 : Gilles Moutot : « Faire du lieu de nulle part son séjour » : Miguel Abensour, Theodor W. Adorno, Carlo Ginzburg

Partie II. La démarche abensourienne

Ch. 6 : Manuel Cervera-Marzal : Utopianiser la démocratie, démocratiser l’utopie. Le projet philosophique de Miguel Abensour

Ch. 7 : Michael Löwy : La voix d’airain. À partir de Miguel Abensour : affinités électives d’Auguste Blanqui et Walter Benjamin

Ch. 8 : Anne Kupiec : Charles Nodier, auteur politique ? Une démarche abensourienne

Ch. 9: Monique Boireau-Rouillé: Penser le politique avec Miguel Abensour

Partie III. Institution et démocratie insurgeante

Ch. 10 : Sophie Wahnich : Démocratie insurgeante et Révolution française.

Ch. 11 : Martine Leibovici : Les institutions, les lois, la loi. Un bout de chemin avec Claude Lefort

Ch. 12 : Marie Goupy : De la difficile réversibilité de la notion d’état d’exception : les limites d’une pensée de « l’état d’exception par le bas »

Ch. 13 : Martin Breaugh : Le chef contre la division ?

Partie IV. Héroïsme et politique

Ch. 14 : Gilles Labelle : Blanqui, les astres et le « héros nouveau »

Ch. 15 : Nicolas Poirier : Héroïsme et singularité : Abensour, Adorno, Arendt, Canetti

Ch. 16 : Jordi Riba : La démocratie, hors-la-loi

Partie V. Pour une philosophie politique critique

Ch. 17: Warren Breckman: Les jeunes hégéliens comme moment machiavélien. Pour repenser la singularité de Karl Marx

Ch. 18 : Antoine Chollet : Penser la politique sans ordre

Ch. 19 : Patrick Cingolani : Les ouvriers, la classe – retour sur le moment E.-P. Thompson