Parlement(s) et cours souveraines, en France et en Europe, sous l’Ancien Régime

Autour de d’Aguesseau, magistrature et idées politiques au XVIIIème siècle

Around chancellor d’Aguesseau, magistracy and politics culture in the Eighteenth Century

Séminaire du Groupe de travail « Parlement(s) et cours souveraines » de l’IHRIM-ENS-Lyon

An IHRIM-ENS-Lyon international seminar

Organisé par Isabelle Brancourt en partenariat avec le Labex CoMod (Université de Lyon) et en association avec l’Institut d’histoire du droit (Paris II-Panthéon-Assas)

Organised by Isabelle Brancourt (IHRIM-CNRS)

A partnership with LabEx CoMod (Lyon University) and association with the Legal history Institute of Paris II University.

Lieu de tenue des séances :

Institut d’histoire du droit, Centre Sainte-Barbe,

4 rue Valette, 75005 Paris

bâtiment C, 3e étage, salle Collinet

Vendredi 09 mars 2018 (à partir de 16h30) :

Reprise du séminaire. Ouverture d’Olivier Descamps (Professeur d’histoire du droit, directeur de l’IHD). Bilan des productions historiographiques de juin 2016 à mars 2018, par Isabelle Brancourt

La Grand Robe parisienne et les arts, à travers l’exemple de Jean René de Longueil, président de Maisons, par Béatrice Vivien, déléguée à la Conservation et au Patrimoine de Maisons-Laffitte.

Vendredi 13 avril 2018 (à partir de 16h30) : « Année » d’Aguesseau

            Quel « événement » ? Pourquoi célébrer le 350e anniversaire de la naissance du chancelier d’Aguesseau à l’heure du numérique et du transhumanisme ? Comment le célébrer ?

            Table ronde animée par Isabelle Brancourt

Vendredi 15 juin 2018 (à partir de 16h30) :

            Développement des principes fondamentaux de la monarchie française dans les dernières années du XVIIIe siècle ou Testament politique de la Grande Robe, par Élina Lemaire, Maître de conférences en droit public à l’Université de Bourgogne

Pour mémoire : Mardi 27 novembre, journée d’étude pour le 350e anniversaire de la naissance de d’Aguesseau, sous le haut patronage de Mme la Ministre et Garde des sceaux Nicole Belloubet, Place Vendôme, Ministère de la Justice.

Sébastien Malaprade, Des châteaux en Espagne. Gouvernement des finances et mobilité sociale au XVIIe siècle, Limoges, Pulim, 2018.

Sébastien Malaprade, Des châteaux en Espagne. Gouvernement des finances et mobilité sociale au XVIIe siècle, Limoges, Pulim, 2018.

Jusqu’à quel point était-il possible de s’enrichir et de s’élever socialement au XVIIe siècle en Espagne ? Sous l’Ancien Régime, l’ascension sociale demeurait problématique, surtout pour les hommes nouveaux impatients de constituer un lignage nobiliaire. En brûlant les étapes d’un processus réclamant du temps, ils faisaient des usages et des conceptions alors prégnantes de la mobilité.

Ce livre analyse les ambitions, les stratégies, les réussites et les déconvenues de Rodrigo Jurado y Moya, fils d’un laboureur andalou qui amassa l’une des plus belles fortunes d’Espagne dans la première partie du règne de Philippe IV, avant d’être l’objet d’une visite judiciaire. Accusé de corruption, il fut dépouillé des hautes charges qu’il exerçait au sein de l’appareil financier de la monarchie et mourut en 1650, couvert d’ignominie. À partir du cas Rodrigo Jurado y Moya, l’ouvrage mobilise un très vaste corpus documentaire sur sa famille, sa parenté, ses relations, ses activités d’officier, ses rêves seigneuriaux. Les potentialités de la micro-histoire permettent de dévoiler les modalités méconnues de la participation des juristes au gouvernement des finances. À rebours de l’image convenue d’une société espagnole asphyxiée par la «crise», la recherche démontre l’inventivité et les intérêts partagés des experts de l’acrobatie financière et fiscale. Grâce à leurs savoirs, leurs compétences, leurs ressources, ces hommes forts du siècle de Vélasquez maintiennent à flot la monarchie hispanique comme le démontre cette enquête au cœur de son système financier.

Lien éditeur ici.

Colloque « Europe. Que faire ? », 8-9 mars 2018, EHESS, Paris

Colloque « Europe. Que faire ? »

Jeudi 8 et vendredi 9 mars 2018

 École des hautes études en sciences sociales, Paris

Argument

Ce colloque prolonge le travail réalisé pour le numéro à paraître sous le titre « Europe » de la revue philosophique Noèsis (n°30-31, Printemps 2017-Automne 2018) du Centre de recherches en histoires des idées de l’Université Nice Sophia Antipolis.

Le choix du thème de l’Europe résulte du constat de l’accumulation des crises européennes. Dites « des réfugié-e-s », « constitutionnelle », « grecque », « des dettes souveraines », « de la zone Euro », « ukrainienne », « sécuritaire », ou encore « Brexit », leur violence et leur imbrication sont telles qu’elles paraissent relever d’une crise de l’Europe en tant que telle, et requérir, pour leur compréhension et leur surmontement, un examen global. La forme de ce constat n’est pas nouvelle : en 1935 déjà, dans La crise de l’humanité européenne et la philosophie, Husserl thématisait « la crise de l’humanité européenne », faisant aussi remarquer la récurrence « du thème […] de la crise européenne ». Précisément, la récurrence de cette récurrence ne prouve-t-elle pas l’ancienneté et la radicalité de la crise actuelle de l’Europe, l’ancienneté de son irrésolution aussi et donc la nécessité, pour la surmonter, de répéter, différemment, la tentative de la comprendre ? Les titres du numéro et du colloque – Europe et Europe. Que faire ? – signifient la proposition, pour cela, de procéder avec la simplicité adéquate à la radicalité supposée de la crise, en demandant ce qu’il faut comprendre sous le nom d’Europe. Il s’agit d’élaborer collectivement un concept d’Europe, dont nous savons au moins : que, loin de sa formulation par Husserl comme « téléologie historique des buts infinis de la raison », il intègre l’incompréhension européenne de la situation européenne ; qu’il requiert donc, pour son élaboration, les perspectives des extériorités de l’Europe et une autre méthode, notamment l’association de la philosophie et des sciences sociales ; et qu’il est censé constituer, non seulement une connaissance nouvelle, mais aussi une norme de l’action et tendre à son effectuation. La question « Qu’est-ce que l’Europe ? » se développe en la question « Que faire ? », qui signifie à la fois : « Que faire en Europe ? » et « Que faire, en Europe et hors d’Europe, de l’Europe ? ». Elle engage réflexivement le problème de la responsabilité du champ scientifique et des conditions de sa mobilisation.

Programme

Jeudi 8 mars 2018

Université Paris Sciences et Lettres, Salle du conseil, 60 rue Mazarine.

 9h00-9h30. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.

9h30-10h00. « Introduction »

Salim Abdelmadjid

Postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains.

 Session I – Ouvrir l’Europe.

Modération : Natalie Depraz

Professeure de philosophie à l’Université de Rouen.

10h00-11h00. « L’Europe, une culture juridique ou une construction juridique ? »

Jean-Louis Halpérin

Professeur de droit à l’École normale supérieure de Paris.

11h00-12h00. « Le multiculturalisme dans une culture européenne »

Caroline Anthérieu-Yagbasan

Docteure en esthétique, chercheure associée au CEPERC (CNRS), professeure de lettres classiques dans le secondaire (Aix-en-Provence).

 12h00-13h00. « Présentation de l’Atlas des migrants en Europe de Migreurop »

Emmanuel Blanchard, maître de conférences en science politique à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, pour Migreurop.

École des hautes études en sciences sociales, Salle 8, 105 boulevard Raspail.

Session II – Europe et monde.

14h30-15h00. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.

Modération : Rémy Bazenguissa-Ganga

Directeur d’études en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains.

15h00-16h00. « L’Europe de Husserl »

Natalie Depraz

Professeure de philosophie à l’Université de Rouen.

16h00-17h00. « Universalisme et impérialisme à la lumière de la réception de la philosophie européenne dans l’école de Kyoto. Un universalisme non-impérialiste est-il pensable ? »

Samuel Marie

Doctorant en philosophie à l’Université Jean-Moulin Lyon III.

17h00-17h20. Pause.

17h20-18h20. « Défendre des principes, promouvoir des valeurs »

Philippe Crignon

Agrégé et docteur en philosophie, chercheur associé au SPH – Université de Bordeaux Montaigne, chargé de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

18h20-19h20. « Une autre politique des flux pour une autre Europe »

Quentin Badaire

Doctorant en philosophie à l’université Paris Sciences et Lettres et à l’École Normale Supérieure de Paris (UMR 8547, « Archives Husserl »).

Vendredi 9 mars 2018

École des hautes études en sciences sociales, amphithéâtre Furet, 105 boulevard Raspail.

Session III – Politique de l’Europe.

 13h30-14h00. Accueil des intervenant-e-s et des participant-e-s.

Modération : Frédéric Keck

Chargé de recherche en anthropologie au CNRS, directeur du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

14h00-15h00. « Faut-il refonder le projet européen ? »

Céline Spector

Professeure de philosophie à Sorbonne Université.

15h00-16h00. « Le rôle des intellectuels en Europe »

Gisèle Sapiro

Directrice d’études en sociologie à l’EHESS, directrice de recherche au CNRS.

16h00-16h20. Pause.

16h20-17h20. « Attention, spatialités en cours ! (L’Europe, ce sont les Européens.) »

Jacques Lévy

Professeur de géographie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.

17h20-18h20. « Partir de ce que nous sommes, unir les Européens par l’action commune. »

Wassim Hassaneen

Doctorant en études politiques à l’École des hautes études en sciences sociales.

18h20-18h40. Pause.

18h40-19h40. « L’Europe à l’échelle pertinente »

Gilles Gressani et Pierre Ramond pour le Groupe d’études géopolitiques de l’École normale supérieure de Paris.

19h40-20h40. « Que faire ? »

Salim Abdelmadjid

Postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, Institut des mondes africains.

Organisation 

Salim Abdelmadjid, postdoctorant en philosophie à l’École des hautes études en sciences sociales, à l’Institut des mondes africains, grâce à : l’École des hautes études en sciences sociales, l’Institut des mondes africains (UMR8171), le Centre de recherches en histoire des idées (EA4318) de l’Université Nice Sophia Antipolis, l’École doctorale de philosophie « Histoire, représentation, création » (ED487) de l’Université Jean Moulin Lyon III, l’Université Paris Sciences et Lettres.

Journée d’études « Un droit de fraternité. Société et socialisme dans le néokantisme de Marbourg autour de Hermann Cohen », 8 mars 2018, Maison Henrich Heine

Un droit de fraternité
Société et socialisme dans le néokantisme de Marbourg
autour de Hermann Cohen

Journée d’étude organisée par Myriam Bienenstock (Université François-Rabelais, Tours) et Norbert Waszek (EA 1577, Université Paris VIII)
avec le soutien de l’EA 1577 de l’Université Paris VIII et de la Maison Heinrich Heine

jeudi 8 mars 2018, 10h00-17h00
suivie à 19h00 d’une conférence de Vincent Peillon

à la Maison Henrich Heine, Cité Internationale, Paris 14ème

10h00 – 10h15 accueil par Norbert Waszek

Présidente de séance : Myriam Bienenstock

10h15 – 11h15 Reinhard Brandt, Université de Marbourg: „Das Sich-Emporarbeiten des Bürgers im Rahmen von Kants Aufklärungsidee“

11h15 – 11h30 pause-café

11h30 – 12h30 Carlos Herrera, Université Cergy Pontoise : « Socialisme néokantien et socialisme religieux : De Marbourg à Weimar »

12h30 – 14h30 pause-déjeuner

Président de séance : Norbert Waszek

14h30 – 15h30 Heiner Klemme, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg: « „Naturrecht mit wechselndem Inhalt?“ Rudolf Stammler und das (neu)kantische Rechtsverständnis »

15h30 – 16h00 pause-café

16h00 – 17h00 Myriam Bienenstock, Université de Tours : « La Question des travailleurs dans le néokantisme de Marbourg »

19h00 Vincent Peillon, ancien ministre de l’Éducation nationale, député européen, agrégé et docteur en philosophie : « Solidarité et fraternité dans le débat français au tournant du siècle »

Président de séance : Emmanuel Picavet, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Rencontre autour de l’ouvrage de Frederick Schauer, Penser en juriste, Dalloz, 2018, Paris, 8 mars 2018

En co-partenariat

SFPJ/ISJPS Paris Panthéon Sorbonne/

CTAD Paris Nanterre/Institut Michel Villey Paris Panthéon Assas

Jeudi 8 mars 2018

14h00-16h30, Centre Panthéon AMPHI III

Autour de l’ouvrage de Frederick Schauer,

traduit et présenté par Stefan Goltzberg,

Penser en juriste.

Une nouvelle introduction au raisonnement juridique

Dalloz, Rivage du droit

Sous la Présidence de Véronique Champeil-Desplats, professeure à l’Université Paris-Nanterre, présidente de la SFPJ

Avec la participation de :

Denis Baranger, professeur  à l’Université de Paris Panthéon-Assas

Pascale Deumier, professeure à l’Université de Lyon III

Stefan Goltzberg, chercheur FNRS, Université Libre de Bruxelles

Frederick Schauer, Professeur de droit à l’Université de Virginie (précédemment à Harvard)

Cet ouvrage est une introduction au raisonnement juridique. Mais il est beaucoup plus que cela : c’est également un livre d’introduction générale au droit et de philosophie du droit, qui s’appuie sur de nombreux auteurs parmi lesquels on trouvera des juges, des philosophes ou des psychologues expérimentaux. L’ouvrage familiarisera le lecteur francophone à la démarche anglo-saxonne et au style analytique. Rigueur et clarté sont associés pour répondre aux questions suivantes : quelle est la spécificité du raisonnement juridique ? Le juriste argumente-t-il différemment du médecin ou du plombier ? Comment fonctionne le précédent judiciaire ? Comment utiliser un obiter dictum ? Quels sont les usages et les limites de l’analogie en droit ? Qu’est-ce, au juste, que le formalisme ? Que peut-on retenir du courant réaliste américain ? Qu’est-ce qu’une autorité ? Comment décortiquer une décision de justice ? Comment évolue le droit de common law ? Que peut faire le juge lorsque la réponse qui se dégage des sources du droit est tout simplement mauvaise ?

FREDERICK SCHAUER is David and Mary Harrison Distinguished Professor of Law at the University of Virginia, and previously was Frank Stanton Professor of the First Amendment at Harvard University. A Fellow of the American Academy of Arts and Sciences and recipient of a Guggenheim Fellowship, Schauer is the author of The Law of Obscenity (BNA, 1976), Free Speech: A Philosophical Enquiry (Cambridge, 1982), Playing By the Rules: A Philosophical Examination of Rule-Based Decision-Making in Law and in Life (Oxford, 1991), Profiles, Probabilities, and Stereotypes (Harvard, 2003), Thinking Like a Lawyer: A New Introduction to Legal Reasoning (Harvard, 2009), and The Force of Law (Harvard, 2015). The editor of Karl Llewellyn, The Theory of Rules (Chicago, 2011), and a founding editor of Legal Theory, he has chaired the Section on Constitutional Law of the Association of American Law Schools and the Committee on Philosophy and Law of the American Philosophical Association. In 2005 he wrote the Foreword to the Harvard Law Review’s Supreme Court issue, and has written widely on freedom of speech, constitutional interpretation, evidence, legal reasoning, and the philosophy of law.

Le droit face aux discours faux, Journée d’études, iRPhiL, Lyon, 2 mars 2018

Le droit face aux discours faux

Vendredi 2 mars 2018

Université Jean Moulin Lyon 3, 18 rue Chevreul, Lyon 69007

Salle de la Rotonde

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme bourgeon « Liberté d’expression et délibération démocratique » (IRPhiL, Lyon 3) en partenariat avec le groupe DroitPhiL et l’Ecole doctorale de philosophie (ED 487) .

9h45  Ouverture de la journée

Réglementer la liberté d’expression au nom de la vérité ?

10h00-10h40    Charles Girard, Université Lyon 3 Jean Moulin

Liberté d’expression et droit à l’information

10h40-11h20    Thomas Hochmann, Université de Reims

La protection des discours faux en droit comparé

11h20-11h40    Pause

11h40-12h20    Gwénaële Calvès, Université de Cergy-Pontoise

La loi peut-elle interdire de mentir ? Le cas United States v. Alvarez (Cour suprême des États-Unis, 28 juin 2012)

12h20-13h00    Raphaëlle Théry, Université Paris Assas

Erreur, censure et liberté. Remarques à partir de Mill

Le droit face aux fausses nouvelles

15h00-15h40    Juliette Roussin, Collège de France

Les fausses nouvelles entre mensonge et fiction

15h40-16h20    Romain Badouard, Université de Cergy-Pontoise

La régulation des « Fake news » sur Facebook : acteurs, dispositifs et légitimité

16h20-16h40    Pause

16h40-17h20    Etienne Brown, Université de Montréal

Désinformation, fausses nouvelles et liberté d’expression

17h20-18h00    Discussion générale et conclusion

Organisation : Charles Girard (Université Lyon 3) ; Juliette Roussin (Collège de France)

Participation : sur inscription, dans les limites des places disponibles

Journée d’études Marx à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, 1er mars 2018, CRHI et Société française de philosophie, MSHS-Sud-Est, Nice

Le CRHI organise, avec le concours de la Société Française de Philosophie et de l’association les Amis de la liberté, le jeudi 1er mars 2018, une journée dédiée à la mémoire d’André Tosel, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Marx.
– 9h30: Jean Robelin: « Marx et l’avenir du capitalisme »
– 10h30: Gérard Jorland: « Transformation et dialectique chez Marx »
– 11h30: Edouard Delruelle: « Théorie de l’exploitation ou de la destruction: Marx, Polanyi, Fraser »
– 14h : Etienne Balibar: « Moments politiques dans le Capital de Marx »
– 15h: Sarah Barnaud-Meyer: « En quel sens l’économie est-elle politique? »
– 16h: Pierre-Yves Quiviger: « Marx et le monde du droit »
Cette journée se déroulera dans la salle plate (amphi 031 rez-de-chaussée) de la MSHS Sud-Est (Pôle universitaire St Jean d’Angély, 24 avenue des diables bleus, 06357 Nice cedex 4, Tél 04 89 88 14 3).

Séminaire des jeunes chercheurs et chercheuses du CRHI, Bertrand Cochard et Marc Goetzmann, Nice, 19 février 2018

Séminaire des jeunes chercheurs et chercheuses du Centre de Recherches en Histoire des Idées

Lundi 19/02 de 17h à 19h, en salle E308.

Campus Carlone, Université de Nice Sophia Antipolis, 98 boulevard Edouard Herriot, 06000 Nice

Bertrand Cochard, « Guy Debord et Karl Korsch »

Marc Goetzmann, « Des droits de propriété sans Léviathan? Limites et efficacité du droit coutumier ».

Séminaire d’histoire de la philosophie politique, Magali Bessone, « Histoire politique ou histoire épidémique : quels usages de la généalogie pour la critique du concept de race ? », Sorbonne, 21 février 2018

Séminaire d’histoire de la philosophie politique, « Pour une généalogie des concepts politiques »
Mercredi 21 février, de 16h30 à 18h30, en salle Halbwachs à la Sorbonne (accès par le 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage).
Magali BESSONE, (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) :
« Histoire politique ou histoire épistémique : quels usages de la généalogie pour la critique du concept de race? »

Répondant.e.s: Fatima Khemilat (Sciences Po Aix), Léo Fabius (professeur en Lycée)

Séminaire Le socialisme et le communisme aujourd’hui, Estelle Ferrarese, « Féminisme et socialisme », Nanterre, 23 février 2018

Séminaire Le socialisme et le communisme aujourd’hui 

Organisation : Pierre Sauvêtre

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment D, Salle 201 b

Vendredi 23 Février 2018 (14H-16H) :

Estelle FERRARESE (Professeure de philosophie à l’Université de Picardie Jules Vernes, CURAPP) :

« Féminisme et socialisme »

Ouvrage à paraître :

Estelle Ferrarese, La fragilité du souci des autres. Adorno et le care, Lyon, Editions de l’ENS, 2018

« Réarmer la critique par le féminisme. Tel est le dessein de ce livre. Son objet est une réflexion sur les conditions sociales du souci des autres, sa problématique une défense d’une morale matérialiste et politique, toujours-déjà politique. Mais le souffle qui l’anime, la raison de son existence tient au projet de renouveler et d’acérer la théorie critique par le féminisme. L’auteure s’emploie à penser, à partir de la philosophie sociale de Theodor W. Adorno, et en l’interrogeant au moyen de certaines des idées défendues par les théories du care, les ressorts d’une fragilité sociale du souci des autres et du geste moral auquel il enjoint, et ses enjeux politiques. Elle montre que la forme de vie capitaliste, tendue par une indifférence généralisée, n’en produit pas moins une attention à autrui compartimentée, limitée à des tâches et à des domaines bien particuliers et impartie aux femmes »

Projection de l’ENA, miroir d’une nation, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 13 février 2018

Projection de L’ENA, Miroir d’une Nation, film réalisé par Gérald Caillat et produit par Pierre-Olivier Bardet sur un texte inédit de Pierre Legendre

mardi 13 février 2018 à 18h30, en présence de Pierre Legendre, à l’amphithéâtre IIA de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 133 rue Saint Jacques 75005 Paris

Gérard Bras, Les voies du peuple. Eléments d’une histoire conceptuelle, Editions Amsterdam, 2018.

Gérard Bras, Les voies du peuple. Eléments d’une histoire conceptuelle, Editions Amsterdam, 2018. Préface d’Etienne Balibar.

Dèmos, plèbe, populace ou multitude – le mot « peuple » est polysémique. Terme essentiel de la politique moderne, il constitue pourtant aussi un point aveugle de la philosophie politique. D’un côté, on le soupçonne d’être le vecteur d’une démagogie nationaliste, voire raciste ; d’un autre, on l’a vu réapparaître avec le « printemps arabe » et les mouvements d’occupation des places.
Ce livre veut prendre au sérieux le nom du peuple et en faire un objet théorique. Il prend le parti de l’histoire conceptuelle afin de rendre sensibles son usage et ses sens, dans les discours théoriques comme politiques.
À travers trois grandes séquences – la Révolution française, la France gaulliste de la résistance puis de la guerre d’Algérie et, pour finir, les perspectives qu’offre la philosophie contemporaine – et l’étude minutieuse des écrits de philosophes et d’historiens tels que Rousseau, Hegel, Michelet, Laclau ou Rancière, il restitue sa complexité pour éclairer ses usages les plus délétères et renouer avec ses potentialités émancipatrices.