Peter Van Nuffelen, Penser la tolérance durant l’Antiquité tardive, Paris, Les éditions du cerf, 2018, 188 p.

La tolérance est une vertu cardinale dans les sociétés occidentales, et son histoire est souvent écrite comme un progrès linéaire jusqu’à son éclosion complète à l’époque moderne. Dans une telle perspective, des périodes antérieures comme l’Antiquité tardive apparaissent fortement comme des temps d’intolérance et de violence religieuse. Mais fait-on droit à des sociétés du passé en les étudiant à partir d’une conception moderne de la tolérance ? Ce livre montre comment, à partir de la pensée classique, l’Antiquité tardive développa des conceptions originales de la tolérance et de ses limites, qui étaient enracinées dans les idées antiques sur l’homme, la raison et la société. Il cherche ainsi à interroger notre propre conception de la tolérance qui, au lieu d’être l’aboutissement parfait d’une longue histoire, est aussi une conception spécifi que et historique – avec ses propres limites.
Professeur d’histoire ancienne à Gand (Belgique) depuis 2009, Peter Van Nuffelen enseigne l’histoire ancienne, tout en dirigeant des travaux portant sur le christianisme du Moyen Orient tardo-antique et médiéval. Historien et philosophe de formation, il combine des travaux d’érudition philologique et historique avec des interprétations de plus grande envergure, avec un intérêt particulier pour l’histoire des religions, la littérature et la philosophie, et l’histoire politique de l’Empire romain (Ier-VIIe siècles).

Lien éditeur ici.

Céline Borello, La république en chaire protestante, XVIIIe-XIXe siècles, PUR, 2017

Céline Borello, La république en chaire protestante, XVIIIe-XIXe siècles, PUR, 2017

Loin d’être un discours seulement religieux, le sermon permet aux orateurs protestants de délivrer un message sur la res publica, c’est-à-dire l’intérêt général, les fondements et principes de l’organisation de l’État, la souveraineté et enfin le bien public. Cet ouvrage examine la place de la prédication dans les protestantismes et cerne les moyens dont disposent les pasteurs pour acquérir l’éloquence nécessaire à cette prise de parole, dans la clandestinité comme dans la légitimité acquise avec la Révolution française, jusqu’à la décennie 1840-1850.

Table des matières

Préface de Patrick Cabanel

De l’éloquence de chaire protestante

  • La prédication protestante
  • Éloquence et protestantisme (XVIIIe-XIXe siècles)
  • Une enquête homilétique

Les fondements de la prédication sur la chose publique

  • Une parole de soumission, une prédication soumise
  • Une homilétique de revendications et de choix socio-politiques
  • L’histoire comme rhétorique républicaine

Les pratiques « républicaines » d’une homilétique protestante

  • Des signes d’adhésion aux autorités pour les fidèles
  • Agir pour le bien commun
  • Prêcher la république… hors de la chaire ?

Foucault, les Pères et le sexe, 1-3 février 2018, à l’occasion de la parution des Aveux de la chair de Michel Foucault

Foucault, les Pères et le sexe

A l’occasion de la parution des Aveux de la chair de Michel Foucault

Organisation : Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS/Université Paris 1), Bibliothèque nationale de France, laboratoire Histoire et sources du monde antique (UMR 5189/Université Lumière Lyon 2), Centre Michel-Foucault

1er et 2 février 2018 Auditorium Colbert 2 rue Vivienne, Paris 2e Entrée libre

3 février 2018 Amphithéâtre Turgot 17 rue de la Sorbonne, Paris 5e
Entrée sur inscription : Philo-Recherche@univ-paris1.fr

Si la place du christianisme dans l’œuvre de Michel Foucault a fait l’objet depuis une dizaine d’années d’une attention renouvelée, son intérêt singulier pour les Pères de l’Église du IIe au Ve siècle a rarement été exploré pour lui-même. À l’occasion de la parution du dernier volume inédit de l’histoire de la sexualité, Les Aveux de la chair, ce grand colloque international espère combler ce manque, en confrontant patrologues, philologues, historiens et théologiens à l’œuvre du philosophe.

Comité d’organisation : Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Laurence Le Bras, Bernard Meunier, François Nida, Arianna Sforzini
Comité scientifique : Philippe Büttgen, Philippe Chevallier, Agustín Colombo, Frédéric Gros, Bernard Meunier, Judith Revel, Philippe Sabot, Michel Senellart, Arianna Sforzini

Jeudi 1er février

Auditorium Colbert 18h > 19h30

18h Introduction Laurence Engel, BnF

Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Véronique Chankowski, Université Lumière Lyon 2

18h30 Conférence inaugurale
Paul Veyne, Collège de France

Frédéric Gros, Sciences Po

Vendredi 2 février

Auditorium Colbert 9h30 > 17h30

9h30 « Michel Foucault à la Bibliothèque nationale de France » Laurence Le Bras, BnF

1/ LE TOURNANT CHRÉTIEN Modérateur : Michel Senellart, ENS de Lyon

9h45 « L’Antiquité chrétienne dans l’œuvre de Michel Foucault » Agustín Colombo, Boston College, Arianna Sforzini, BnF

10h30-10h45 Pause

10h45 « L’intériorité de la conscience et l’extériorité des aveux : le sujet chrétien selon Michel Foucault » Johannes Zachhuber, Trinity College, Oxford

11h30 « Aucun de mes mouvements ne t’est caché. Modification de la sagesse antique dans le monachisme chrétien » Frédérique Ildefonse, CNRS

12h15-14h15 Déjeuner

2/ UNE LECTURE SINGULIÈRE DES PÈRES
Modérateur : Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14h15 « Le Tertullien de Foucault : quelle cohérence et quelle pertinence philologique et historique ? » Paul Mattei, Université Lumière Lyon 2, Istituto Patristico « Augustinianum », Rome

15h « Pastorat, conversion, aveu : limites d’un paradigme » Michel Senellart, ENS de Lyon

15h45-16h00 Pause

16h « Les aveux du roi David : l’interprétation chrétienne ancienne, et son interprétation par Foucault » Sébastien Morlet, Université Paris Sorbonne

16h45 « Foucault et les évolutions de la parrêsia chrétienne » Bernard Meunier, CNRS

_______

Samedi 3 février

Amphithéâtre Turgot 9h30 > 17h15

3/ AUGUSTIN, FINALEMENT Modératrice : Arianna Sforzini, BnF

9h30 « Contextualizing Foucault’s Augustine » Elizabeth A. Clark, Duke University, Durham

10h45 « Lectures foucaldiennes de saint Augustin. Entre histoire et historiographie » Michel-Yves Perrin, EPHE

11h30 « L’insurrection du sexe. Foucault lecteur de saint Augustin » Laurent Lavaud, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

12h15-14h15 Déjeuner

4/ OUVERTURES
Modérateur : Daniele Lorenzini, Université Saint-Louis, Bruxelles

14h15 « Réflexions sur la question de la folie dans le christianisme ancien à la lumière des travaux de Foucault » Jean Reynard, CNRS

15h « Les pratiques de la chair. Théologie morale, relations maritales et subjectivité » Julie Mazaleigue-Labaste, CNRS

15h45-16h00 Pause

16h « Foucault and Theological Practices: A Personal Review » James Bernauer, Boston College

16h45 Conclusion
Philippe Büttgen, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

_______

Présentation des intervenants

Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France
Philippe Büttgen, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Véronique Chankowski, professeure d’histoire égéenne et économie antique à l’Université Lumière Lyon 2, directrice du laboratoire HiSoMA (UMR 5189)
Paul Veyne, professeur honoraire au Collège de France
Frédéric Gros, professeur de pensée politique à Sciences Po
Laurence Le Bras, chargée de collections au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France Agustín Colombo, lecturer au Romance Languages and Literatures Department du Boston College
Arianna Sforzini, chercheuse invitée au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France Johannes Zachhuber, professeur de théologie historique et systématique à Trinity College, Université d’Oxford Frédérique Ildefonse, directrice de recherches au CNRS, Centre Jean Pépin (UMR 8230)
Paul Mattei, professeur émérite de langue et littérature latines à l’Université Lumière Lyon 2 et professeur invité à l’Istituto Patristico « Augustinianum », Université du Latran, Rome
Sébastien Morlet, maître de conférences en langue et littérature grecque (HDR) à l’Université de Paris-Sorbonne Bernard Meunier, chargé de recherche au CNRS, Institut des Sources Chrétiennes, Laboratoire HiSoMA (UMR 5189) Michel Senellart, professeur de philosophie à l’ENS de Lyon
Elizabeth A. Clark, professeure émérite de religion à la Duke University, Durham
Michel-Yves Perrin, directeur d’études, section des Sciences Religieuses, à l’École pratique des hautes études Laurent Lavaud, maître de conférences en philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Jean Reynard, ingénieur de recherche au CNRS, Institut des Sources Chrétiennes, Laboratoire HiSoMA (UMR 5189) Julie Mazaleigue-Labaste, chargée de recherche CNRS à l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
James Bernauer, S.J., Kraft Family professeur de philosophie à Boston College

Jean Salem (1952-2018)

.

Le philosophie Jean Salem, né le 16 novembre 1952 à Alger est mort à Rueil Malmaison le 13 janvier 2018.

Outre d’importants travaux en histoire de la philosophie ancienne (Démocrite, Lucrèce), des recherches sur la littérature et la philosophie, des publications en esthétique et en logique, ainsi que des responsabilités institutionnelles comme la direction pendant plusieurs années du Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne où il était Professeur, on lui doit de nombreux publications dans le champ de la philosophie politique et de l’histoire de la pensée politique, en lien avec le marxisme. On peut citer : Une lecture frivole des Ecritures : L’Essence du christianisme de Feuerbach, Encre Marine, 2003 ; Lénine et la Révolution, Encre Marine, 2006 ; Figures de Sieyès : droit, histoire, philosophie (codir. avec Vincent Denis et Pierre-Yves Quiviger), Publications de la Sorbonne, 2008 ; Elections, pièges à cons ? Que reste-t-il de la démocratie ?, Flammarion, 2012 ; Résistances : entretiens avec Aymeric Monville, Delga, 2015.

Séminaire du Laboratoire Logiques de l’agir, Besançon

Laboratoire Logiques de l’agir (EA 2274), Département de philosophie, UFR SLHS, Université de Besançon

Séminaires 2017-2018

GRAND SALON (E14) – 18h-20h – 18 rue Chifflet, Besançon

2e semestre

 Mercredi 17 janvier  – « Pratiques contemporaines »

Antoine Janvier (Université de Liège) : « Matérialisme et révolution chez Célestin Freinet »

Mercredi 24 janvier –  « Pratiques collectives au xixe siècle »

Dominique Soucy (Logiques de l’agir, UBFC) : « Enjeux coloniaux et franc-maçonnerie à Cuba au XIXe siècle », à propos de son livre Enjeux coloniaux et franc-maçonnerie à Cuba au XIXe siècle (Presses Universitaires de Bordeaux, 2016).

Mercredi 31 janvier –  « Epistémologie des pratiques »

Jean Baccelli (Munich Center for Mathematical Philosophy) : « Croire, Parier, Agir »

 Mercredi 7 février –  « Pratiques contemporaines »

Fabrice Flipo (Professeur d’épistémologie, de philosophie sociale et politique, Télécom EM / LCSP Université Paris 7 Diderot) : « Écosocialisme, écocommunisme : politique et vérité »

Mercredi 28 février – « Pratiques collectives au xixe siècle »

François Athané (SND, Paris Sorbonne & LIER, EHESS) : « Mauss, la nation, les communautés »

Mercredi 7 mars – « Epistémologie des pratiques »

Gauvain Lecomte (IHPST, Université Paris 1) : « Le problème des données déjà connues est-il un vrai problème ? »

 Mercredi 14 mars – « Pratiques collectives au xixe siècle »

Julien Pasteur (Logiques de l’agir, UBFC) : « La république et le gouvernement des esprits : archéologie d’une querelle » À propos de son ouvrage Généalogie du spirituel républicain (Paris, Les Belles Lettres / Essais, 2018)

Mercredi 21 mars – « Epistémologie des pratiques »

Baptiste Morizot (CEPERC, Aix-Marseille Université) : « Diplomatie avec les vivants : l’hypothèse d’un middle ground » À propos de son ouvrage Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant (Marseille, Wildproject, 2016)

Mercredi 28 mars – « Pratiques collectives au xixe siècle »

Stefania Ferrando (LIER, EHESS & UBFC) : « L’unification sociale par les marges : la différence comme pratique de la liberté »

Mercredi 4 avril – « Pratiques contemporaines »

Fabio Bruschi (Université Catholique de Louvain) : « Science et pensée révolutionnaire. Sur la conception althussérienne des modes d’exposition du Capital »

Mercredi 25 avril – « Pratiques contemporaines »

Thierry Martin (Logiques de l’agir, UBFC) : Valedictory Lecture

 

Raphaël Cahen, Friedrich Gentz 1764-1832. Penseur post-Lumières et acteur du nouvel ordre européen, De Gruyter/Oldenbourg, 2017.

Raphaël Cahen, Friedrich Gentz 1764-1832. Penseur post-Lumières et acteur du nouvel ordre européen, De Gruyter/Oldenbourg, 2017.

Cette étude sur Friedrich Gentz, l’une des personnalités les plus brillantes de l’histoire européenne, reconsidère l’image conventionnelle du »secrétaire de l’Europe ». Basée sur un grand nombre de sources inédites de la collection Herterich à Cologne et d’archives européennes, elle met en lumière les réseaux internationaux de Friedrich Gentz ainsi que les nuances, les contradictions et les continuités de son œuvre et de sa pensée.

Républiques et idée républicaine au temps des monarchies

Colloque de l’Association des Historiens modernistes des universités françaises

Vendredi 26 janvier 2018

Sorbonne, amphi Milne-Edwards

 

9h Ouverture de la journée par le président de l’AHMUF, Lucien Bély

9h15 Jean-Louis Fournel, Université Paris 8 : « Une république en guerre : Florence de 1494 à 1530 »

9h45 Thomas Maissen, Institut historique allemand de Paris : « Républiques et républicanismes à l’époque moderne : traditions, modifications, bouleversements »

10h15  Discussion / Pause

10h45 Olivier Christin, Université de Neuchâtel, EPHE : « Le Républicanisme de la vertu en figures : Decius, Marcus Curtius, Scaevola et les dévoués romains »

11h15 Christopher Hamel, Université de Rouen : « Penser l’idée républicaine avant la République dans la France du XVIIIe siècle. Quelques considérations historiographiques »

11h45 Discussion

12h15 Déjeuner

14h Christophe Miqueu, ESPE Bordeaux : « Spinoza, la République hollandaise et l’idée républicaine au temps des monarchies »

14h30 Marion Brétéché, Université d’Orléans : « La presse politique francophone en contexte républicain (Provinces-Unies, XVIIe-XVIIIe siècle) »

15h Géraud Poumarède, Université Montaigne Bordeaux : « Venise, une république qui se voulait reine (XVIe-XVIIIe siècle) »

15h30 Discussion / Pause

16h Céline Borello, Université du Mans : « Protestants français et idée républicaine : entre mythe, calomnie et réalités au XVIIIe siècle »

16h30 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours : « Pascal Paoli un Corse des Lumières et l’idée de République de 1755 à 1807 »

17h Discussion

Crystal Cordell Paris, Pourquoi encore le féminisme ?, PUG, 2017.

Crystal Cordell Paris, Pourquoi encore le féminisme ?, PUG, 2017.

Techniques de procréation médicalement assistées, gestation pour autrui, intersexualité… Autant de problématiques de nos sociétés contemporaines qui soulèvent la question du libre choix, de la liberté individuelle, et du féminisme.
Peut-on tout se permettre au nom de la liberté individuelle ? En quoi consiste la liberté des individus ? Jusqu’où va-t-elle ? Et comment se négocie sa réalisation vis-à-vis d’autres valeurs ? Qu’en est-il en particulier des femmes, face à des questions qui abordent la maîtrise de leur propre corps ?

Dans un contexte secoué par les scandales fabriqués sur la théorie du genre et les prises de position moralisatrices, l’auteur s’attache à éclairer philosophiquement ces questions en s’appuyant sur de nombreux exemples. Elle fait voler en éclat le traditionnel débat entre conservatistes et progressistes, et ouvre une nouvelle voie en repositionnant le débat autour de la question du choix et de l’éthique du choix.
Pourquoi, encore, aujourd’hui, poser la question du féminisme ?

Etienne Tassin (1955-2018)

Le philosophe Etienne Tassin, professeur de philosophie politique à l’université Paris VII, est mort à Paris le 8 janvier 2018.

Parmi ses nombreuses publications, on peut noter :

-Philosophie, Phénoménologie, Politique : Jan Patocka (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Merleau-Ponty, Phénoménologie et expériences (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Le Trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique, Paris, Payot, (coll. « Critique de la politique »), 1999.
Un Monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits, Paris, Le Seuil, (coll. « La couleur des idées »), 2003.
Critique de la politique. Autour de Miguel Abensour (éd. avec Anne Kupiec). Paris, Sens & Tonka, 2006.
Hannah Arendt. Crises de l’État-nation, pensées alternatives, (éd. avec Martine Leibovici, Anne Kupiec et Géraldine Muhlmann), Paris, Sens & Tonka, 2008.
Le maléfice de la vie à plusieurs. La politique est-elle vouée à l’échec ?, Paris, Bayard, septembre 2012.

Rencontre autour du livre de Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine, Collège international de philosophie, 13 janvier 2018

Le Collège international de philosophie organise le samedi 13 janvier une rencontre autour du livre de

Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine (Seuil).

Lieu : Bibliothèque Marguerite Audoux, 10 rue Portefoin, 75003 Paris
De 10 à 13h.
Organisateur : Christophe Béal (CIPh)
Intervenants : Didier Fassin (Princeton, EHESS), Raphaëlle Théry (EHESS), Luigi Delia (CIPH, Genève).

Présentation:
Qu’est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? C’est autour de ces trois questions majeures que s’articule le dernier ouvrage de Didier Fassin qui renouvelle profondément la réflexion sur le système pénal en articulant une généalogie de la pénalité moderne et une approche ethnographique qui permet de comprendre les justifications et les interprétations de l’acte punitif ainsi que sa dimension sociale. L’auteur entend porter un diagnostic sur le « moment punitif » que traversent les sociétés occidentales et qui se caractérise par un décalage manifeste entre les principes rationnels sur lesquels s’est constituée la pénalité moderne et la réalité de la justice pénale. Les phénomènes étudiés par Didier Fassin au cours de ses enquêtes antérieures tendent à montrer que le sens de la peine n’est pas celui que les doctrines philosophiques ou juridiques lui attribuent communément. Le système pénal présente en effet une composante passionnelle et pulsionnelle qui échappe à la rationalité, une « part maudite » dont se nourrit la rhétorique populiste et qui est la source de nombreuses injustices.

Séminaire Fictions et économies

Séminaire Fictions et économies

mardi 23 janvier 2018

Paolo TORTONESE (PU, Paris 3)

La main visible : Balzac, l’intérêt et l’amour-propre

Répondant : Boris LYON-CAEN (MCF, Paris 4)

mardi 13 février 2018

Chantal JAQUET (PU, Paris 1)

Usages de la littérature dans la pensée des transclasses

Répondante : Marion CHOTTIN (CR, ENS Lyon)

mardi 27 mars 2018

Hélène PIGNOT (MCF, Paris 1)

Price and prejudice ? Enquête sur la réception des romans de Sarah Fielding en France (1745-1845)

Répondante : Marie-Laure MASSEI-CHAMAYOU (MCF, Paris 1)

mardi 15 mai 2018
Séverine DENIEUL (Doctorante, Paris 10, PRAG, IUT de Poitiers)

Casanova et l’économie des passions

Guillaume SIMIAND (Docteur, Paris 4, PRAG, Paris 1)

Casanova et Ange Goudar, deux économistes aventuriers

mardi 29 mai 2018

Julie FERRAND (MCF, IUT de Roanne, Université de Saint-Étienne)

La communauté des biens dans l’œuvre de Mably: utopie ou projet sociétal ?

Répondante : Claire PIGNOL (MCF, Paris 1)


mardi 5 juin 2018

Élise PAVY-GUILBERT (MCF, Bordeaux-Montaigne)

La langue comme monnaie

Répondants : Anne-Marie MERCIER-FAIVRE (PU, Lyon 1/IHRIM),

Gilles SIOUFFI (PU, Paris 4)

Ouvert à tous

Séances de 18H30 à 20H30

Salle Cavaillès, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17 rue de la Sorbonne (escalier C, 1er étage)

Séminaire coordonné par :

Marion CHOTTIN (marion.chottin(at)ens-lyon.fr)

Claire PIGNOL (claire.pignol(at)univ-paris1.fr)

Élise SULTAN (amsoline(at)hotmail.com)

Déchiffrer l’Occident ? Regards croisés de Pic de la Mirandole et de Pierre Legendre. À propos des 900 conclusions et de la 901ème, Cécile Moiroud, Delphine Viellard, Pierre Legendre, 17 janvier 2018, Lycée Henri IV, Paris

Déchiffrer l’Occident ? Regards croisés de Pic de la Mirandole et de Pierre Legendre. À propos des 900 conclusions et de la 901ème
Dans cette conférence à deux voix, Cécile Moiroud (juriste et maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne) et Delphine Viellard (agrégée de lettres modernes, traductrice des 900 conclusions de Pic de La Mirandole aux éditions Belles Lettres, 2017) dresseront, en présence de Pierre Legendre, auteur de La 901e conclusion (Fayard, 1998), la pensée de l’homme occidental, « moaudederne », entre philosophie et droit.
Mercredi 17 janvier 2018, de 18h30 à 20h au lycée Henri-IV (salle des Médailles), Paris 5ème

Séminaire Transferts culturels, 12 janvier 2018, L’élaboration transnationale du système universitaire turc, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris

La prochaine séance du séminaire « Transferts culturels » aura lieu le
vendredi 12 janvier de 9h30 à 12h30 au 29 rue d’Ulm, 75005 PARIS,  salle
A.Djebar

L’ELABORATION TRANSNATIONALE DU SYSTEME UNIVERSITAIRE
TURC

Feza Günergun (Istanbul) :

Transferring knowledge for the building of
modern Turkey. A survey of students sent to French universities prior to
World War II

For many centuries, Turkey witnessed the transmission of scientific or
technical knowledge from Eastern and Western cultures. During the early
centuries (14th-17th c.) of the Ottoman rule, madrasa students eager to
improve their knowledge would travel to the Middle East and Central Asia and
study with renowned Islamic scholars. Travels made within areas of similar
cultural background were rather intense. As for the technical knowledge
(i.e.gun casting, shipbuilding) needed by the military, this was procured
from technicians and labour force recruited or hired mainly from European
countries where different cultures and creeds prevailed. Initially
non-MuslimOttoman subjects, supported by their families, left for Europe to
study sciences (mostly medicine) from 17th century on. The Ottoman
governmentwould send “students” who were graduates of Ottoman
educationalinstitutions to European universities and military institutions
after the 1830’s. Although these early trainees and those sent in the
following years contributed to teach modern sciences in Ottoman
institutions,their efforts would fall short due to various reasons.

The foundation of the Turkish Republic in 1923 and the following
modernisation program initiated by Mustafa Kemal Atatürk was deeply
West-oriented. The modern educational institutions to be created or
reformed,the new industrial plants to be set throughout the country needed
large number of well- trained staff. Following Atatürk’s instructions,
thedecision of sending students to Europe was already decided in 1923 at the
Izmir Economy Congress and included in the Government’s Program pronounced
in the same year. Most of the students were sent to France and Germany to
study arts, sciences, and engineering. The high school graduates who would
pass the “The Examination for Europe” (Avrupa imtihanı) organised
acrossAnatolian towns, were awarded with scholarship and directly sent to
Europe where they would first learn the language of the country they were to
study. The first group left in 1925. A law instated in 1929 would build
foreign education on a solid ground and more students were sent in the
1930s.With the outbreak of WWII in 1939, all Turkish students were called
back and returned to Turkey. Some went back to Germany and studied under war
conditions, some preferred to leave for the United States where they were
mostly trained in Engineering. A number of them conducted PhD studies,
allowing for their initiation to scientific research. The latter would later
be instrumental in establishing the “research culture” in Turkey.

The present paper aims to give a survey of Turkish students who studied in
France between 1923-1950 in arts (painting, sculpture and music), social
sciences (history, philosophy, literature, geography, psychology, sociology,
art history), mathematical and natural sciences (mathematics, physics,
astronomy, chemistry, geology, zoology). A smaller number of students
studiedalso engineering (mining, telecommunication, forestry, agriculture,
aeronautics). A good number of them studied at Sorbonne in Paris, but many
others were scatted in provincial universities such as Lyon, Dijon, Nancy,
Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Bordeaux, Caen, and Lille. During their
studies over 4 to 5 years, they also became acquainted with European way of
life. When back to Turkey, they were not only instrumental in translating
French textbooks into Turkish, teaching updated scientific knowledge,
introducing new techniques but also carried on to cherish the culture of
their student years.

Conférence au Centre Universitaire Méditerranéen, Laurent Jaffro, Cyberconfiance : les interactions sur Internet entre crédulité et sécularisation, 9 janvier 2018, 18h

Le CRHI est heureux de vous annoncer que le cycle de conférences de philosophie du Centre Universitaire Méditerranéen, « Réfléchir pour aujourd’hui », en partenariat avec la Société azuréenne de philosophie, accueille le mardi 9 janvier 2018  à 18h, Laurent JAFFRO (Professeur de philosophie morale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre senior de l’Institut universitaire de France), pour une conférence intitulée : « Cyberconfiance : les interactions sur internet entre crédulité et sécurisation ».

Rencontres philosophiques du CUM – Réfléchir pour aujourd’hui

Laurent JAFFRO

« Cyberconfiance : les interactions sur internet entre crédulité et sécurisation »

Mardi 9 janvier 2018 à 18h

Centre Universitaire Méditerranéen (CUM)
65 Promenade des Anglais 06000 Nice

Présentation de la conférence :

Qu’est-ce que la confiance ? Comment sait-on, en pratique, si elle est l’attitude appropriée ? Ces questions ont été posées depuis longtemps par les diverses disciplines qui s’intéressent aux interactions sociales en général. Depuis deux décennies, ces mêmes questions concernent les interactions dites «en ligne» et des usages divers de l’internet (commerce en ligne, réseaux sociaux, etc.), de l’informatique et des réseaux. La confiance n’est ni la crédulité ni la sécurisation. Qu’est-elle alors ?