Tumultes, n°49, La radicalité démocratique, octobre 2017

Tumultes, 49, La radicalité démocratique, octobre 2017

Sommaire

Temps de l’utopie 

Abécédaire des devenirs archipelagiens. Manifeste de l’Archipel des devenirs

Temps de la démocratie, temps de l’utopie Antoine Chollet

Expérience démocratique et temporalités de l’utopie Yohan Dubigeon

Walter Benjamin : l’utopie au présent Nicolas Poirier

Démocratie radicale 

Capacité politique du nombre ? Réflexions sur un postulat utopique de la démocratie radicale Martin Breaugh

Démocratie radicale et reproblématisation stratégique.
En finir avec la magie viriliste, pas avec l’horizon utopique, dans un pragmatisme libertaire Philipp Corcuff

Utopies anti-autoritaires et projet démocratique en contexte musulman Sonia Dayan-Herzbrun

Sur une aporie de la démocratie. Ou : qui est vraiment prêt à laisser le « peuple » gouverner ? Albert Ogien

Perspectives historiques 

Démocratie médiévale. Assemblées d’habitants, commun et utopie Francis Dupuis-Déri

Utopie, démocratie totale et souveraineté populaire. Du Code de la Nature de Morelly à la Conjuration des Égaux (1755-1797) Stéphanie Roza

Les idées ne sont jamais coupables si elles sont justes. Mort et utopie dans l’Espagne de 1936 Christophe David

COLLOQUE INTERNATIONAL « JOHN STUART MILL et la RÉVOLUTION » – 25 et 26 mai 2018

APPEL À COMMUNICATIONS 

COLLOQUE INTERNATIONAL JOHN STUART MILL et la RÉVOLUTION – 25 et 26 mai 2018 – UNIVERSITÉ PARIS I – PANTHÉON-SORBONNE

Organisatrices: Aurélie Knüfer (Université Paul Valéry – Montpellier); Ludmilla Lorrain (Université Paris 1 – Panthéon/Sorbonne).

De la Révolution française au printemps des peuples de 1848, John Stuart Mill a beaucoup écrit sur les révolutions. Il est en ce sens un témoin précieux des bouleversements politiques de son siècle. Ainsi, bien que l’idée de révolution ne fasse à aucun moment l’objet d’un traitement systématique, la référence au phénomène révolutionnaire, du point de vue historique aussi bien que théorique, est omniprésente dans son œuvre, se rencontrant dans une diversité de textes de nature et d’intention différentes. Marque caractéristique de son époque, la révolution constitue en outre un matériau privilégié pour la constitution d’une philosophie de l’histoire. Pourtant, ces textes restent aujourd’hui encore très peu étudiés. L’objectif de ce colloque est donc d’engager une réflexion sur le statut de la révolution dans la pensée de Mill.

Mill sur la révolution, témoin ou acteur politique ?
Premièrement, il nous semble essentiel d’éclairer la portée de ses écrits du point de vuehistorique et politique. En ce sens, nous souhaiterions interroger le rôle du philosophe commentant la révolution. Il s’agira ainsi de se demander si Mill nous offre un point de vue original sur cette réalité, produisant au fil de ses écrits une véritable pensée de la révolution, ou bien si, au contraire, ses textes ne sont à comprendre que comme autant d’interventions ponctuelles, liées aux événements politiques, soutenant ou condamnant, au gré des circonstances, telle révolution mais pas telle autre. C’est donc plus largement le rôle de l’intellectuel dans les bouleversements politiques de son temps que nous souhaiterions interroger. La question de la visée des textes de Mill doit ainsi être posée. En effet, s’il est certain qu’il est un témoin précieux des révolutions, certains textes constituent néanmoins de véritables interventions théoriques, dont l’objet n’est plus seulement de commenter les révolutions, mais d’aider à les provoquer – le cas le plus évident étant celui des « Quelques mots sur la non-intervention » –, ou, au contraire, de les empêcher.

Utilité ou danger des révolutions ?

Ce faisant, les textes de Mill portant sur la révolution font état d’une ambivalence très nette, la question de son utilité apparaissant bien plus complexe à décider qu’on ne pourrait le croire au premier abord. C’est cette ambivalence que nous voudrions, dans un second temps, questionner. Dans ses écrits sur la révolution, Mill témoigne d’une attention profonde aux conditions dans lesquelles se produisent les révolutions, mettant en évidence qu’elles peuvent aussi bien générer le goût de la liberté chez un peuple, que conduire aux pires violences. Et cette ambivalence semble d’autant plus difficile à cerner que Mill affirme qu’une révolution, bien que produisant inévitablement des maux terribles à court terme, peut dans le même temps être le véhicule des plus grands bienfaits à long terme. Aussi peut-on se demander s’il existe un calcul permettant de décider à l’avance si une révolution est souhaitable ou non, si elle sera civilisatrice ou si, à l’inverse, si elle conduira le plus sûrement un peuple à retomber dans la « barbarie ».

En outre, si l’usage de la violence en politique est récusé de façon presque systématique, il apparaît parfois comme le seul moyen de faire accéder un peuple aux institutions libres. C’est ainsi que Mill souligne, dans un texte du 10 avril 1831 publié dans The Examiner, « The prospect of France »1, que si la révolution est naturelle et nécessaire pour le peuple français, elle serait la pire des solutions pour les Britanniques. De la même manière, les mouvements de révoltes dans les colonies font l’objet de jugements divergents – la lutte irlandaise étant soutenue par Mill quand les révoltes indiennes ne sauraient être vues comme les prémisses d’une émancipation à venir. D’une situation à l’autre, d’un peuple à l’autre, le recours à la violence politique n’a donc pas le même statut. Dès lors, de cette multiplicité de positions, est-il possible de dégager des critères permettant de décider qu’une révolution est nécessaire ?

Une « science » des révolutions ?
C’est pourquoi nous aimerions finalement poser la question d’une possible « science desrévolutions ». Intimement convaincu des risques liés au processus révolutionnaire, Mill a très tôt tenté de bâtir les outils conceptuels devant permettre de prévenir la violence politique, qu’elle se déploie dans l’espace théorique, comme justification du recours à la violence, ou dans la pratique même. L’enjeu était donc pour lui de faire en sorte que les réformes sociales s’accomplisse, la plupart du temps, sans la médiation de la violence révolutionnaire. Tel était d’ailleurs un des objets de l’éthologie qu’il entendait fonder dans le Système de logique (livre VI). La science des caractères individuels et collectifs qu’il entend bâtir peut être lue comme un outil garantissant la possibilité d’une transformation sociale sans usage de la violence, tout en permettant d’endiguer le problème de la contagion révolutionnaire. S’il nous semble que l’abandon de cette science tient à l’importance croissante qu’a pris aux yeux de Mill le principe de liberté, nous pouvons néanmoins interroger ce que cela nous dit de sa pensée de la révolution, comme phénomène imprévisible. Peut-être existe-t-il une part irréductible de la nature humaine, et particulièrement des collectifs, ne pouvant faire l’objet d’une théorisation. Il y aurait donc chez lui une réflexion sur la spontanéité des événements révolutionnaires, dont la prévention et la maîtrise ne sauraient être souhaitables.

En outre, l’abandon de cette science, ayant vocation à expliquer ce qui précède et ce qui suit une révolution, ne conduit pas à la disparition de l’étude du phénomène révolutionnaire, mais à un changement de perspective sur lui. En ce sens, il ne s’agit plus tant de la prévoir que d’être en mesure de lire ce dont elle est le signe. Nous voudrions ainsi interroger la réflexion de Mill depuis le point de vue d’une philosophie de l’histoire, qui lit la révolution comme un processus historique nous renseignant sur l’état d’avancement d’un peuple. Cela devrait ouvrir, en outre, un travail sur la bataille qu’a mené Mill contre l’explication des échecs de certains peuples à mener à bien leur révolution à l’aide d’arguments déterministes et racialistes.

Calendrier de l’appel à communication :

Les propositions de communications (résumé de 2500 signes), en français ou en anglais, sont à adresser par mail à aurelie.knufer(at)gmail.com et ludmilla.lorrain(at)gmail.com avant le 31 octobre 2017. Elles devront mentionner adresse, discipline principale et affiliations.

Les réponses aux propositions seront envoyées au plus tard le 30 novembre 2017

Convegno Internazionale franco-italiano (II) – Montaigne : Penser en temps de guerres de religions

Convegno Internazionale franco-italiano (II)

Montaigne : Penser en temps de guerres de religions

Scuola Normale Superiore di Pisa

9-10 novembre 2017

Palazzo della Carovana – Sala degli Stemmi

Comitato organizzatore: Nicola Panichi, Thierry Gontier, Emiliano Ferrari

Convegno Internazionale franco-italiano organizzato da NICOLA PANICHI, THIERRY GONTIER ed EMILIANO FERRARI con il sostegno della SCUOLA NORMALE SUPERIORE DI PISA, l’Institut de Recherches Philosophiques dell’UNIVERSITÉ JEAN MOULIN LYON 3, il Laboratoire d’Excellence Consitution de la modernité: raison, politique, religion dell’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE LYON e L’ATELIER MONTAIGNE.

Giovedì 9 novembre

09.15 –  Saluti delle Autorità

Lectio magistralis di Michele Ciliberto (SNS Pisa, Accademia dei Lincei, INSR di Firenze): Machiavelli et “l’arte della Guerra”

– Presiede Nicola Panichi

10.00 Simonetta Bassi (Università di Firenze) Fanatismo e intolleranza nelle opere francesi di Giordano Bruno

10.30 Véronique Ferrer (Université Paris Nanterre) “Sainement et gaiement vivre” au temps des guerres de religion: la leçon humaniste de Montaigne

11.15 Marco Sgattoni (SNS Pisa) “…haereticum haberi, quisquis a nobis dissentit”. Letture e lettori di Sébastien Castellion

11.45 Emiliano Ferrari (Université Lyon 3) Ragione, fede e libertà di pensiero in Montaigne e La Mothe Le Vayer

12.30 – Dibattito e sospensione dei lavori

– Presiede Thierry Gontier

14.45 Renzo Ragghianti (SNS Pisa) Montaigne e il particulare come comprensione del proprio tempo, tra mos italicus e mos gallicus

15.15 Frank Lestringant (Université Paris 4) Montaigne anti-protestant, ou l’ouverture à autrui

15.45 Rosanna Gorris (Università di Verona) “J’essaye de soustraire ce coing, à toute tempeste publique, comme je fay un autre coing en mon ame” (II, 15):  Montaigne et les guerres de religion, une réflexion éclatée

16.00 Dibattito e chiusura della prima giornata

Venerdì 10 novembre

– Presiede Rosanna Gorris

9.30 Jean Balsamo (Université de Reims) La polémique anti-protestante dans les derniers Essais (1588-1595)

10.00 Alexandre Tarrête (Université Paris 4) Penser la neutralité en temps de guerres civiles 

10.30 Thierry Gontier (Université Lyon 3) Apprendre des guerres de religion

11.15 Dibattito e conclusione

Revue française d’histoire des idées politiques, 2017/1, n°45, Luther et la politique

Revue française d’histoire des idées politiques, 2017/1, n°45, Luther et la politique, sous la direction de Céline Borello et Pierre-Yves Quiviger

1517 marque symboliquement la première diffusion des thèses de Luther, et reste un moment fondateur, même si la Réforme s’est élaborée sur une période plus longue et par strates successives, grâce à l’action d’autres réformateurs. Si l’on retient avant tout de Luther son œuvre en matière de pensée religieuse, son rôle et son influence politique, juridique, philosophique sont elles aussi impressionnantes et méritent d’être interrogées, à l’occasion du 500e anniversaire des célèbres 95 thèses.

https://www.cairn.info/revue-francaise-d-histoire-des-idees-politiques-2017-1.htm

Éthique, politique, religions. 2017 – 1 Les transformations du concept de guerre (1910-1930)

Éthique, politique, religions. 2017 – 1 Les transformations du concept de guerre (1910-1930), n° 10 – II. Techniques, stratégies, culture

Éthique, politique, religions est une revue semestrielle de l’Institut de recherches philosophiques de Lyon (université Lyon 3), centrée sur l’étude philosophique des sociétés contemporaines et de leur généalogie.

Théoriser en féministe. Philosophie, épistémologie, politique

Théoriser en féministe. Philosophie, épistémologie, politique

Feminist Theorizing. Philosophy, Epistemology, Politics

L’objectif de ce colloque est d’explorer les spécificités de l’« impureté » du théoriser féministe, toujours en commerce avec son dehors, ainsi que ses manifestations au sein des modèles épistémologiques dans les différentes disciplines. On abordera plus particulièrement la philosophie et la science politique. Les contributions pourront aussi bien porter sur un travail d’élaboration de concepts nécessaires à une recherche empirique prenant le genre en considération que sur la reprise et l’amendement d’un modèle théorique ou d’une méthodologie héritée dans une perspective féministe. Elles pourront également développer une réflexion sur les spécificités du rapport féministe à la théorie dans les champs de la philosophie ou de la science politique. Le colloque est pluridisciplinaire ; toute proposition est la bienvenue dans la mesure où elle porte non pas directement et seulement sur un terrain et des résultats empiriques, mais sur un travail de théorisation ou sur la théorisation.

Comité scientifique / comité d’organisation : Pauline Clochec (doctorante en philosophie, ENS de Lyon) ; Delphine Frasch (masterante en philosophie, ENS de Lyon) ; Margot Giacinti (doctorante en science politique, ENS de Lyon/IEP de Lyon) ; Vanina Mozziconacci (docteure en philosophie, ENS de Lyon/LabEx COMOD) ; Léa Védie (doctorante en philosophie, ENS de Lyon).

 Modalités de soumission :

Les intitulés et les résumés des propositions de communication (en français ou en anglais) seront envoyés dans un document anonyme (format .doc ou .odt), joint à un e-mail dans lequel seront précisées les coordonnées et une courte biographie de l’auteur·e. Le document anonymisé doit comporter 1) un résumé de 3000 signes maximum 2) 3 à 5 mots-clefs 3) l’indication de l’axe dans lequel s’inscrit la proposition. Enfin, le document doit avoir pour nom theoriserenfeministe.doc (ou theoriserenfeministe.odt).

Les propositions sont à envoyer à theoriefeministe@gmail.com au plus tard pour le 31 décembre 2017.

Les réponses aux auteur·e·s seront envoyées le 15 février 2018 au plus tard.

 Lieux : ENS de Lyon, IEP de Lyon, ISH de Lyon.

 Date : 25-27 avril 2018.

Contact : theoriefeministe@gmail.com et theoriserenfeministe.wordpress.com

 Argumentaire :

Le féminisme, d’une part comme pensée critique, et d’autre part comme mouvement collectif visant une transformation sociale, semble pris dans une double tension dès lors qu’on cherche à déterminer son rapport à la théorie. Premièrement, la théorie renvoie à l’abstraction (au sens d’une opération qui isole et généralise), et cette dernière semble difficilement compatible avec l’ancrage du féminisme dans l’expérience ordinaire des femmes. Cette attention au quotidien, qui vise notamment à ne pas occulter les différences – entre femmes et hommes, entre femmes – apparaît précisément comme un frein à la « pulsion de généralité » qui a pour conséquence des universalisations abusives. Si la théorie procède par abstraction, ne risque-t-elle pas d’occulter les diverses manières dont le sexisme s’articule concrètement aux autres rapports d’oppression : hétéronormativité, cissexisme, racisme, validisme, classisme ? L’ancrage dans l’expérience permet de rendre visible et de valoriser des vécus et des savoirs concrets qui ont été niés et relégués dans la « cave ontologique » (Clark, 1976), au profit d’une « masculinité abstraite » (Hartsock, 1983 ; Smith, 1974) ou d’un « masculin neutre » (Mosconi, 1992). Deuxièmement, en tant qu’elle est d’ordre spéculatif, la théorie entre en tension avec la pratique militante et la visée transformatrice des conditions sociales de l’action qui caractérisent la lutte féministe. Un décalage, voire un divorce, pourrait ainsi advenir entre les « intellectuel·le·s » du féminisme (Delphy, 1981) – notamment à travers l’institutionnalisation des études de genre — et les militant·e·s « de terrain ».

Ces tensions, loin de constituer un obstacle définitif et de conduire à un rejet massif de la théorie par les féministes, ont au contraire été l’occasion d’une réflexion critique portant sur ce qu’il s’agit d’entendre par « théoriser ». Que cela soit à travers un travail de nomination et de (re)catégorisation pour enrichir les ressources épistémiques nécessaires à la compréhension de l’injustice de genre (Fricker, 2007), à travers une critique de la logique totalisante du « système » au profit d’une théorisation ouverte et exploratoire (Le Dœuff, 1989), ou encore à travers une reprise de la notion de praxis visant à revendiquer à la fois la vertu épistémique de la pratique et la nécessité d’un travail des idées pour nourrir une action efficace (hooks, 1984), la reconnaissance d’un nécessaire double ancrage empirique de la théorie féministe est en jeu. Le soin mis à rendre visible l’invisible et à entendre les voix différentes peut conduire à « perdre ses concepts [et à] retrouver l’expérience » (Laugier, 2010) mais également à évaluer la théorie au regard de ses conséquences pratiques et de ses effets émancipateurs.

L’objectif de ce colloque est d’explorer les spécificités de cette « impureté » (Varikas, 2006) du théoriser féministe, toujours en commerce avec son dehors, ainsi que ses manifestations au sein des modèles épistémologiques des différentes disciplines, en abordant plus particulièrement la philosophie et la science politique. Les contributions pourront aussi bien porter sur un travail d’élaboration de concepts nécessaires à une recherche empirique prenant le genre en considération que sur la reprise et l’amendement d’un modèle théorique ou d’une méthodologie héritée dans une perspective féministe ; elles pourront également développer une réflexion sur les spécificités du rapport féministe à la théorie dans les champs de la philosophie ou de la science politique. Le colloque est pluridisciplinaire ; toute proposition est la bienvenue dans la mesure où elle porte non pas directement et seulement sur un terrain et des résultats empiriques, mais sur un travail de théorisation ou sur la théorisation. Si « faire du terrain en féministe » (Clair, 2016) engage une série de questionnements, il en va de même lorsqu’il s’agit de théoriser – ces questionnements pourront être développés selon les quatre axes suivants.

  1. Épistémologies

Ce premier axe porte sur la manière dont les approches féministes, depuis des disciplines particulières (philosophie, science politique, sociologie, histoire, mais aussi physique et biologie) comme depuis l’échelle interdisciplinaire, contribuent à renouveler des questions épistémologiques classiques, allant jusqu’à redéfinir les frontières respectives de l’épistémologie, de la théorie sociale et de l’éthique (Fricker, 2007). Qu’est-ce que produire de la théorie ? Peut-on distinguer et/ou évaluer différentes manières de le faire ? Quels rapports existent et/ou doivent exister entre la théorisation, les positions qu’occupent les théoricien·ne·s dans la réalité qu’elles ou ils prennent pour objet, les expériences qu’elles ou ils possèdent de cette réalité ?

L’un des nœuds autour desquels ces réflexions s’articulent est le concept de standpoint (Puig de la Bellacasa, 2012). Ses tenant·e·s élaborent un discours à la fois descriptif – avec la thèse dite des « savoirs situés » (Haraway, 1988) – et prescriptif – avec la thèse dite du « privilège épistémique » (Hartsock, 1983). Ce discours a été contesté tant par les défenseur·e·s d’une objectivité pensée sur le mode de la neutralité, que par les avocat·e·s d’une rupture « postmoderne » avec toute forme d’objectivité (Hekman, 1997), ou encore par des féministes intersectionnelles (Spelman, 1988) – suscitant des controverses particulièrement fécondes (Harding, 2009).

  1. Philosophie

La théorie est le domaine privilégié de la philosophie, qui s’est jusqu’alors (du moins en France) relativement peu emparé du féminisme. Dans la mesure où le féminisme inspire à la philosophie à la fois des objets nouveaux et de nouvelles méthodes, ce colloque interrogera la philosophie féministe non seulement sur ses contenus, mais également sur ses pratiques : on ne peut pas faire de la philosophie féministe sans faire de la philosophie en féministe.

Il s’agit d’abord de se demander ce que la philosophie peut apporter au féminisme. Comment certains concepts philosophiques (substance, identité, altérité, etc.) peuvent-ils être utilisés par les théoricien·ne·s afin de décrire et comprendre certains enjeux féministes ? Mais la question est également de savoir comment, dans un mouvement inverse, le féminisme fournit à la philosophie une grille de lecture qui lui permet de se remettre elle-même en question. Comment est-elle contrainte, au contact de la critique féministe, de repenser ses méthodes, ses pratiques quotidiennes, et les rapports qu’elle entretient avec les autres disciplines ainsi qu’avec les mouvements militants (Addelson, 1994) ? Enfin, l’idée même d’une philosophie féministe pose la question des rapports complexes du féminisme à l’idée de rationalité. Comment peut-elle se situer, prise qu’elle est entre la critique du caractère androcentré du concept de raison tel que développé dans la tradition philosophique (Alcoff, 1995), et la défense d’une science émancipatrice nécessaire à la réfutation des croyances sexistes (Le Dœuff, 1998) ?

III. Science politique

À la différence des théories du point de vue (standpoint theory) ou de la sociologie des sciences, la science politique semble, plutôt que de proposer une nouvelle méthodologie d’analyse, se distinguer par l’adoption d’un « positionnement politique » (Jensen et Lépinard, 2009). Cette posture se traduit par l’appréhension des rapports sociaux de sexe comme des rapports de pouvoir et défie les distinctions fondatrices du politique, que sont les séparations entre le personnel et le politique, entre la famille et la cité ou entre la société civile et de l’État.

En tant que « science de l’État », la science politique ne s’est saisi que tardivement du genre. Ce que Catherine Achin et Laure Bereni qualifient de « résistance disciplinaire » (Achin et Bereni, 2013) s’explique en partie par l’autonomisation tardive de la science politique comme discipline à part entière et de l’objet historique de celle-ci, l’étude du gouvernement, dont l’ambition est de former les agents de l’État et de créer une science de l’administration. Dans un tel cadre, les rapports de pouvoir, de classe, de race ou de genre, sont largement mis à la marge, inhibés par des savoirs construits par et pour des hommes, selon une logique androcentrée. À partir des années 1970, l’inclusion progressive de la variable genre dans la discipline a pour effet de constituer les femmes en véritables sujets politiques, redéfinissant l’objet même de la science politique (Pisier et Varikas, 2004). Il s’agit ainsi de se questionner sur les conséquences théoriques induites par un tel changement, à la fois sur le plan de l’étude des institutions, de l’histoire des mobilisations politiques et dans l’analyse des politiques publiques. Comment le genre permet-il de repenser les catégories d’analyses théoriques de la science politique et de transformer le politique lui-même ? Engendre-t-il une véritable approche féministe en science politique, ou bien reste-t-il réduit à un outil théorique utilisé par les chercheur·e·s dont le positionnement politique est féministe ?

  1. Théorie et pratique

En tant qu’elle est indissociable d’un mouvement social, la théorisation féministe est structurée par une interdépendance entre théorie et pratique militantes. Une telle interdépendance pose doublement la question de l’articulation entre théorie et pratique dans la théorisation féministe.

En premier lieu se pose la question des effets qu’a sur la théorie la visée d’effets pratiques. Il semble que cette visée pratique doive structurer la pensée féministe à la fois dans sa forme – avec l’exigence d’une clarté nécessaire à une large diffusion (hooks, 1984) – et dans son contenu – avec la prise pour objet de ce qui est aussi un adversaire pratique, un système hétéropatriarcal dont la théorie devrait manifester le possible dépassement (Butler, 2004). Cette première question se précise en celle du rapport à l’activisme que la théorie doit et/ou peut assumer : la théorie doit-elle « éclairer » la pratique ? L’exprimer comme porte-parole ? Le peut-elle sans la trahir ou se poser dans une position dominante vis-à-vis du terrain militant ? L’armer en lui offrant les conditions d’une prise de conscience élargie ?

En second lieu se pose la question des effets en retour de la pratique sur la théorie : comment la théorie peut-elle intégrer l’intelligence et les résolutions de problèmes inhérentes à la pratique militante ? La pratique – celle de l’activisme mais aussi de la mise en place de formes d’existence en rupture avec l’hétéropatriarcat – pourrait offrir non pas seulement un terrain empirique pour la réflexion théorique mais plus encore exiger une transformation des théories féministes (Johnston se référant à Ti-Grace Atkinson, 1973).

La réflexion sur cette articulation entre théorie et pratique à même la théorisation féministe a pour objet de prévenir un double risque : celui d’un théoricisme perdant tout effet pratique (Alcoff, 1988) et celui de l’isolement de la théorie, par sa forme et ses lieux académiques d’exercice. Dans la perspective de cette réflexion, ce colloque donnera la parole à la fois à des théoricien·ne·s et à des militant·e·s.

Liste des références bibliographiques

ACHIN, C. & BERENI, L. (2013) « Comment le genre vint à la science politique » In Dictionnaire. Genre et science politique. Concepts, objets, problèmes. Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), p. 13-42.

ADDELSON, K.P. (1994) « Feminist Philosophy and the Women’s Movement », Hypatia, Vol.9, n°3, p.216-224.

ALCOFF, L. (1988) « Cultural Feminism versus Post-Structuralism. The Identity Crisis in Feminist Theory », Signs, Vol.16, n°3, p.405-436.

ALCOFF, L. (1995) « Is the Feminist Critique of Reason Rational? », Philosophical topics, Vol.23, n°2, p.1-26.

BUTLER, J. (2004) Undoing Gender, New York, Routledge.

CLAIR, I. (2016) « Faire du terrain en féministe », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 213, n°3, p. 66-83.

CLARK, L. (1976) « The Rights of Women: The Theory and Practice of Ideology of Male Supremacy. » In W. R. Shea & J. King-Farlow (dir.), Contemporary Issues in Political Philosophy, New York, Science History Publications, p.49-65.

DELPHY, C. (1981) « Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles », Nouvelles Questions Féministes, no 2, p. 58‑74.

FRICKER, M. (2007) Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Press.

HARAWAY, D. (1988) « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, Vol. 14, n°3, p.575-599.

HARDING, S. (2009) « Standpoint Theories: Productively Controversial », Hypatia, Vol. 24, n°4, p.192-200.

HARTSOCK, N. (1983) « The Feminist Standpoint: Developing the Ground for a specifically Feminist Historical Materialism » In S.G. Harding & M.B. Hintikka (dir.), Discovering Reality: Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology, and Philosophy of Science, Dordrecht & Boston, D. Reidel, p. 283-310.

HEKMAN, S. (1997) « Truth and Method. Feminist Standpoint Theory Revisited », Signs, Vol.22, n°2, p.341-365.

HOOKS, B. (1984) Feminist Theory: From Margin to Center, Boston, South End Press.

JENSON J. & LÉPINARD, É. (2009) « Penser le genre en science politique. Vers une typologie des usages du concept », Revue française de science politique, Vol. 59, p. 183-201.

JOHNSTON, J. (1973) Lesbian Nation. The Feminist Solution, New York, Touchstone.

LAUGIER S. (2010) « L’éthique du care en trois subversions », Multitudes, n° 42, p. 112‑125.

LE DŒUFF, M. (1989) L’Étude et le Rouet, Paris, Seuil.

LE DŒUFF, M. (1998) Le sexe du savoir, Paris, Aubier.

LOVENDUSKI, J. (2015) Gendering Politics, Feminising Political Science, Colchester, ECPR Press.

MOSCONI, N. (1992) « Les ambiguïtés de la mixité scolaire » In C.Baudoux & C. Zaidman (dir.), Égalité entre les sexe : mixité et démocratie, Paris, L’Harmattan, p. 63‑75.

PISIER, É. & VARIKAS, E. (2004) « De l’invisibilité du genre dans la théorie politique », In C. Bard, C. Baudelot & J. Mossuz-Lavau (dir.) Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Paris, Éditions de la Martinière, p.64-79.

PUIG DE LA BELLACASA, M. (2012) Politiques féministes et construction des savoirs, Paris, L’Harmattan.

SPELMAN, E. (1988), Inessential Woman. Problems of Exclusion in Feminist Thought, Boston, Beacon Press.

VARIKAS, E. (2006) Penser le sexe et le genre, Paris, Presses universitaires de France.

Juliette Grange, Les Néoconservateurs, Agora Pocket, 2017, 336 p.

Juliette Grange, Les Néoconservateurs, Agora Pocket, 2017, 336 p.

Ce livre s’attache à décrire une variété particulière et peu identifiée d’extrémisme de droite dans sa version française récente. Le néoconservatisme est un puissant mouvement politique qui a d’abord mené une guerre des idées aux États-Unis, et a ensuite essaimé en Europe, en particulier en France depuis une quinzaine d’années.

L’enquête exhaustive de Juliette Grange propose d’identifier un mouvement politique antidémocratique et antirépublicain qui s’exprime dans des Think Tanks, des activités de lobbying et des groupes confessionnels. Ce mouvement a pour principale caractéristique d’affirmer ensemble le néolibéralisme et le retour aux valeurs morales et religieuses. L’État étant chargé d’imposer à la société l’un et l’autre, et à lui-même la mise en œuvre des valeurs du marché.

L’ouvrage montre comment le néoconservatisme a émergé de manière discrète, par une guerre des idées dans le champ intellectuel (philosophie et sciences humaines), puis s’est popularisé dans les réseaux sociaux, les blogs et la presse.

David Pantoja Moran, La asamblea nacional francesa de 1789-1791 y la invención de la constitución

David Pantoja Moran, La asamblea nacional francesa de 1789-1791 y la invención de la constitución, Instituto de investigaciones jurídicas, Mexico, 2017, 207 pages.

El trabajo da cuenta del magno acontecimiento de la historia política francesa que empezó por ser una reunión de los Estados Generales a la antigua usanza feudal y que, por voluntad de sus integrantes, se convirtiera en una Asamblea Nacional y en un verdadero Congreso Constituyente que le diera a Francia su primera Constitución.

Se centra en los debates y discusiones habidos en el seno de aquel prolongado foro, pues de ellos se desprenden los principios y valores que son sustento del constitucionalismo moderno. Ese documento fundamental es, entre otras virtudes, una gran aportación pedagógica, ya que no es una mera ordenación de reglas y disposiciones, sino que se acompañaron a tales normas los fundamentos que las sustentaban y legitimaban; es decir, contiene una amplia y fundada teoría del Estado.

Lien éditeur ici

 

Enjeux philosophiques du droit coutumier

Le CRHI ouvre un appel à communications pour le colloque international « Enjeux philosophiques du droit coutumier »qui se tiendra du 14 au 16 mai 2018 à l’Université de Nice.

Colloque international : « Enjeux philosophiques du droit coutumier »

Date-limite de l’appel : 15 novembre 2017

Présentation du colloque :

Ce colloque entend rassembler un large éventail de contributions, toutes centrées autour des questions proprement philosophiques que le droit coutumier pose. Loin de considérer l’expression de « droit coutumier » comme une évidence, il s’agira de relever et, autant que possible, de résoudre les tensions que crée la juxtaposition de deux formes de régulation du social aussi proches que lointaines : le droit et la coutume.

Ontologie du droit coutumier

L’expression même de droit coutumier nous impose, avant toute réflexion, la remarque préliminaire suivante :  parler d’un droit coutumier implique immédiatement de distinguer un genre (le droit), d’une espèce (le droit dit coutumier). Le droit coutumier apparaît donc comme une forme spécifique du droit et partage en cela les traits génériques propre à l’ensemble des catégories du juridique.

Néanmoins, qualifier un droit de coutumier, ce n’est pas comme parler du droit des contrats, ou du droit pénal. Il ne s’agit pas de l’une des sous-espèces du droit, et il peut lui-même accéder au titre de genre. On remarquera aussi que l’expression de « droit coutumier » semble isoler une source particulière du droit parmi les quatre sources « traditionnelles », que sont la législation, la doctrine et la jurisprudence. En effet, il semblerait étrange de parler de « droit législatif », de « droit doctrinal » et même de « droit jurisprudentiel ».

Il s’agit alors d’interroger l’ambiguïté qui se cache derrière ce qualificatif de « coutumier » : a-t-il pour fonction de désigner une manifestation parmi d’autres du juridique, ou bien désigne-t-il une forme à part du juridique, qui possèderait ses propres caractéristiques et qui ne serait pas totalement réductible au droit ?

Principes du droit coutumier

La réponse à ces questions dépend très certainement d’une exploration aussi empirique que théorique du mode de fonctionnement spécifique au droit coutumier. Savoir s’il n’est qu’une forme parmi d’autres du juridique ou s’il s’en distingue suffisamment pour être son propre genre impose de déterminer les principes de ce droit coutumier. Si ce droit est dit coutumier, c’est évidemment parce que la coutume y occupe une place privilégiée en tant que source du droit. Comprendre la différence spécifique du droit coutumier, c’est donc s’efforcer de comprendre comment la place de la coutume conditionne la nature même de ce droit.

Il faudra donc s’interroger sur la façon dont la place centrale accordée à la coutume détermine l’existence d’institutions spécifiques et de critères à part entière de l’établissement de ce que sont les droits des individus. Comme les Commentaries de Blackstone l’explicitent, tout système de droit, dès l’instant qu’il comporte un élément coutumier, doit établir les principes spatio-temporels et logiques de la preuve de la coutume. La Common Law anglo-saxonne et ses principes spécifiques ne doivent cependant pas éclipser derrière eux toute tentative de saisir ce que peuvent être les principes et les spécificités du droit coutumier, et l’on restera particulièrement attentifs à la façon dont le droit coutumier prend sa place dans des contextes pluralistes, où plusieurs droits coutumiers peuvent se retrouver en concurrence. Dans ces conditions, l’interaction entre droit et coutume prend la forme d’un conflit normatif plutôt que celle d’un « droit coutumier » unifié.

Explorer les limites et le caractère fictionnel des procédures relatives à la coutume de la Common Law peut servir de point de départ pour redéployer les potentialités du droit coutumier, et en interroger les fondements. Notamment, il serait intéressant d’étudier les formes diverses que prend le droit coutumier à une époque où le modèle de la Common Law s’impose à différentes échelles et dans différents domaines, notamment dans le droit international, et où le droit coutumier se déploie dans des contextes de pluralisme juridique au sein de régions décolonisées. Les enjeux spécifiques rencontrés dans ces contextes ne peuvent que permettre d’interroger les limites et la plasticité du droit coutumier. Les changements d’échelles et de domaines touchent-ils à l’essence du droit coutumier, si tant est qu’il en ait une ? Révèlent-elles au contraire une certaine nature du droit coutumier, au-delà de ses incarnations spécifiques ? Il s’agira entre autres de saisir l’efficace spécifique du droit coutumier, et notamment de déterminer si le droit coutumier repose sur les mêmes formes de contraintes que le droit, et s’il dispose de modes d’institutions et d’application spécifiques. La question de la place de la sanction est par exemple essentielle.

Un droit sans coutume ?

Dans le prolongement de ces réflexions, il est nécessaire de noter que dans tout droit dit coutumier, la coutume est réduite à n’être qu’une source du droit, et en tant que telle se voit privée d’être une forme de normativité indépendante. N’est coutume que la coutume reconnue comme telle, selon les processus requis et au nom des institutions et des critères que le droit définit. Dans ce cas, la coutume n’est qu’une des sources possibles du droit, en concurrence avec d’autres, et cette dernière n’a d’existence juridique que secondaire.

C’est la raison pour laquelle John Austin a pu si facilement disqualifier l’autonomie de la coutume, argumentant avec Hobbes contre l’école historique que la nature même du droit empêche la coutume d’avoir un efficace propre en dehors de la reconnaissance directe ou indirecte, explicite ou tacite, du souverain. L’une des ambitions principales de ce colloque serait justement d’évaluer la justesse de l’affirmation austinienne, ce qui pourrait permettre de fournir une réponse à la question de la priorité du substantif ou du qualificatif dans l’expression « droit coutumier ». En sous-bassement se trouve la question même de l’autonomie de la coutume comme forme de régulation sociale.

Les enjeux de la codification

Pour ce faire, nous pourrions être amenés à considérer ce qui disparaît et ce qui reste de la coutume dans le droit coutumier, afin de comprendre réellement la nature de ce dernier. Cela ne peut que nous conduire à nous interroger sur le thème spécifique de la codification de la coutume, acte fondateur du droit coutumier. Cette codification n’est jamais, de fait, un acte neutre, et il serait des plus pertinent de mettre en lumière, sous les angles les plus divers possibles, toutes les tensions qui entourent cette codification, cristallisant des équilibres de pouvoir ou des luttes socio-économiques. Un axe d’étude intéressant, déjà beaucoup évoqué en sciences sociales mais rarement en philosophie, serait celui des interactions entre le droit formel et coutume dans les pays décolonisés.

La codification du droit est d’ailleurs l’un de ces moments où savoirs et pouvoirs se rencontrent avec le plus d’intensité. L’école historique du droit a affirmé avec force la nécessité d’entourer l’étude du droit de celle des humanités, que l’on peut élargir aujourd’hui à l’ensemble des sciences humaines et sociales, de l’anthropologie à l’économie, en passant par la sociologie. On s’interrogera donc sur la place que ces disciplines peuvent occuper dans la codification et l’établissement de la coutume, sur la légitimité et sur les méthodes de leur approche.

Ouvertures artistiques

Les autres domaines du savoir et de la création ne sauraient être expulsés de la réflexion que nous souhaitons mettre en place. On pourra se demander notamment si la littérature et les autres arts sont en mesure de produire des discours réflexifs sur la nature du droit coutumier, à l’image de l’ouvrage d’Ismaël Kadaré, Avril Brisé. Une perspective artistique peut en effet dégager d’autres enjeux propres au droit coutumier et aux sociétés qu’il régule. Parmi ces enjeux, ont trouve en particulier la question de l’articulation entre « tradition » et « modernité », et de la place qu’y trouve l’individu. La façon dont le droit coutumier des peuples se confronte à l’évolution des sociétés mondialisées est naturellement un thème commun à de nombreux artistes et auteurs, que leur regard soit nostalgique, esthétisant, ou critique.

Aspects empiriques : droits coutumiers et sciences humaines et sociales

Enfin, la question se pose évidemment de la place à donner à l’étude d’exemples spécifiques. Il est évident qu’ils devront être centraux dans l’étude de l’objet que constitue le droit coutumier, mais qu’aucune réflexion ne peut cependant se limiter à proposer des monographies de droits coutumiers différents. Il sera particulièrement intéressant d’adopter une démarche comparatiste, rapprochant notamment la façon dont certaines catégories du droit coutumier, comme par exemple le droit de propriété, cristallisent tous les questionnements évoqués ci-dessus, et comment différentes catégories de droit permettent de les reformuler.

Tout exemple se doit d’être l’occasion d’une réflexion sur les thématiques évoquées ci-dessus, sans exclure d’autres thématiques. De plus, il n’est pas du tout requis de ne s’intéresser qu’aux enjeux contemporains du droit coutumier ou, au contraire, à ne développer que des points de vue historiques. L’actualité du droit coutumier est indubitable, de même que l’histoire de son évolution est essentielle à la compréhension des enjeux contemporains qu’il soulève. Les nombreuses interrogations soulevées par ce colloque permettront alors de restituer la profondeur historique du droit coutumier, sans oublier d’explorer la façon dont les sciences humaines et sociales dans toute leur diversité abordent le droit coutumier.

La liste suivante de questions, non-exhaustive, permet de lancer les pistes auxquelles les contributions devront s’efforcer de répondre :
L’expression de « droit coutumier » désigne-t-elle un mode de régulation sociale spécifique, entre le juridique et le coutumier ?
La coutume est-elle une source à part du droit ? La coutume peut-elle être considérée comme un en-deçà ou un au-delà du droit ?
Y-a-il une « forme » spécifique du droit coutumier malgré la diversité de ses manifestations ? Y a-t-il un modèle du droit coutumier, comme pourrait l’être le droit international ?
Quelles transformations la coutume subit-elle quand elle intègre le « droit coutumier » ?
Quels enjeux philosophiques la codification de la coutume dans le droit coutumier soulève-t-elle ? Quels sont les enjeux de l’existence du droit coutumier dans des cadres pluralistes/décolonisés ?
Quels sont les rapports du droit coutumier avec des standards à la fois moraux et juridiques comme le sont les droits de l’homme par exemple ?
Quelle est la place du droit coutumier au sein de la dynamique du changement social ?
Quelle place pour le thème de l’articulation entre droit et coutume dans les arts ? Y a-t-il un point de vue proprement artistique sur la question de la coutume ? Consiste-t-il à représenter, magnifier, ou critiquer la coutume ?
Quelles interactions et quels enjeux de pouvoir y a-t-il entre les sciences humaines et sociales et le droit autour de la question de la coutume ?
Quels liens le droit coutumier entretient-il avec les localités, leurs territoires, leurs histoires et leurs organisations sociales ?
Comment les différentes disciplines des sciences humaines et sociales permettent-elle de rendre compte de ces dynamiques, et de leur conflit avec le formalisme du droit ?

Contacts

Marc Goetzman : mgoetzman[at]unice[point]fr

Edoardo Frezet : edoardo[point]frezet[at]gmail[point]com

Calendrier

Réception des propositions : 15 novembre
Notification de décision du comité : 15 décembre
Liste finale des participants : février 2018
Transmission des articles : 15 avril
Soumission des propositions
Les propositions anonymisées sont à envoyer (sous format pdf) en copie simultanée à Marc Goetzmann et Edoardo Frezet (contacts ci-dessus).

Elles seront comprises entre 300 et 750 mots, et accompagnées d’une fiche de présentation incluant au minimum :
-nom et prénom de l’auteur.e
-titre de la proposition
-affiliation de l’auteur.e (département, université, laboratoire etc.)
-position occupée par l’auteur.e et possibilités de financement (voir ci-dessous)

Toutes ces informations sont essentielles pour garantir la diversité des intervenant.e.s, mais aussi pour déterminer de la façon la plus équitable la répartition de nos fonds.

 

Prise en charge des frais

L’hébergement (2 nuitées a priori) sera pris en charge.

Le transport ne sera pas systématiquement pris en charge, notamment si l’intervenant.e peut bénéficier de fonds propres de la part de son institution.

C’est pourquoi il est nécessaire de nous indiquer dans votre fiche de présentation si votre institution est en mesure de couvrir tout ou partie de vos frais de déplacement et autres pour le colloque, afin de conserver le maximum de fonds possibles pour élargir le cercle des intervenant.e.s, notamment pour les plus jeunes chercheurs, pour lesquels nous nous efforcerons de fournir une prise en charge plus large.

 

Histoire des idées politiques

Champ d’études interdisciplinaire et transdisciplinaire par excellence, l’histoire des idées politiques mérite une plus grande visibilité, en particulier dans le champ académique francophone. Le carnet entend mener à bien deux missions : un travail de veille, par la recension de l’ensemble des activités (publications, colloques, etc.) relevant du champ de l’histoire des idées politiques, afin que les chercheurs se connaissent et se reconnaissent entre eux ; un travail d’édition souple et rapide de la recherche en train de se faire, afin de permettre la publication de working papers, de sources difficiles d’accès, de notes de lecture, d’éléments de cours ou de tout autre document.

Pour mener à bien cette double mission, un comité de rédaction pluridisciplinaire a été constitué, comportant une historienne spécialiste d’histoire religieuse, Céline Borello (PU, Le Mans), une philosophe spécialiste de l’antiquité, Marie-Laurence Desclos (PU, Grenoble), un spécialiste de droit public, Eric Desmons (PU, Paris 13), un historien du droit, François Monnier (DE, EPHE) et un philosophe du droit, Pierre-Yves Quiviger (PU, Nice). Ces collègues issus de plusieurs disciplines sont impliqués dans de nombreux réseaux de recherche, sociétés savantes et listes de diffusion et souhaitent faire naître un intérêt pour le projet dans une partie importante de la communauté scientifique en histoire, en droit, en sciences politiques et en philosophie. Le projet bénéficie du soutien du Centre de Recherches en Histoire des Idées (CRHI, EA 4318, dir. Philippe Audegean, Nice), du soutien de la Revue française d’histoire des idées politiques (rédacteur en chef : Eric Desmons) et de celui de la Chaire d’histoire du droit public de la fin de l’Ancien régime à nos jours (EPHE, titulaire François Monnier).