Prix de la jeune recherche, SFPJ

La SFPJ remet tous les deux ans un Prix de la jeune recherche afin de récompenser un article rédigé par un jeune chercheur en philosophie du droit. La Société n’entend privilégier aucun thème, aucune méthode ni aucune école en particulier : peut être soumis tout travail s’inscrivant dans le vaste champ de la théorie et de la philosophie du droit.

L’article récompensé sera publié en ligne dans la revue Droit&Philosophie (www.droitphilosophie.com), et son auteur sera invité à en exposer les grandes lignes lors des deuxièmes Rencontres de la SFPJ qui se tiendront en septembre 2022.

L’article sera rédigé en français et ne devra pas excéder 60 000 caractères (espaces compris). Il sera envoyé à l’adresse suivante : prixsfpj@gmail.com avec en objet : « Prix de la SFPJ ». La date limite de soumission des articles est fixée au 31 mars 2022.

Peuvent candidater les doctorants ainsi que les docteurs ayant soutenu leur thèse depuis moins de 5 ans. Toutes les informations utiles sont disponibles sur le site internet de la SFPJ.

Méta-jusnaturalisme. Essai de typologie

Méta-jusnaturalisme. Essai de typologie

Résumé. – S’attachant à construire les fondements d’une approche méta-jusnaturaliste, l’article distingue neuf types de jusnaturalismes : moral, théologique, cosmologique, biologique, humaniste, mythologique, rationaliste, ethnologique et essentialiste.

Je ne cherche pas dans cet article à établir une thèse relevant du droit naturel. Je ne cherche pas non plus à commenter une ou plusieurs œuvres relevant de la tradition jusnaturaliste ni à retracer l’histoire des différentes théories du droit naturel – ou des théories réfutant l’existence ou la possibilité d’un droit naturel. Il s’agit uniquement de proposer les linéaments d’une approche méta-jusnaturaliste sous la forme d’une typologie des différentes manières d’être jusnaturaliste. L’objectif est de rendre ainsi plus clairs certains débats en philosophie du droit qui, parfois, reposent sur des malentendus élémentaires autour de l’acception des termes « droit naturel », « droit positif », « jusnaturalisme », « positivisme juridique » – les parties se retrouvant volontiers à combattre des chimères qui elles-mêmes répondent à des fantômes. Cet essai de typologie méta-jusnaturaliste vise à cartographier des positions théoriques possibles et ne s’accompagne d’aucune ambition doxographique ou historiographique : on ne trouvera donc dans cet article ni périodisation ni noms propres ni références à des ouvrages ou articles célèbres ou méconnus.

Premier type : jusnaturalisme moral. Je désigne par « jusnaturalisme moral » les théories du droit naturel qui voient dans la morale, dans la reconnaissance de certaines valeurs (la dignité humaine, par exemple, ou encore la justice) une réalité qui devrait s’imposer au droit positif. Autrement dit : pour ces conceptions, le droit positif cesse d’être pleinement du droit dès lors qu’il est contraire aux valeurs morales considérées. Ce type de jusnaturalisme conteste la légitimité de la légalité si la légalité discutée contredit la morale. Ces théories peuvent conduire au souhait de reconnaître juridiquement (par une Déclaration des droits et/ou par une inscription dans la Constitution) les valeurs morales concernées afin de diminuer l’éventualité d’un conflit normatif entre droit naturel et droit positif.

Deuxième type : jusnaturalisme théologique. Ce type de jusnaturalisme considère que le contenu du droit naturel se rencontre dans les propositions religieuses, issues d’une révélation, d’une tradition ou d’une approche rationnelle. Il revient à inscrire le jusnaturalisme dans le champ des sciences religieuses et de la théologie. Le modèle à suivre pour le droit positif ou le type d’évaluation que l’on peut proposer du droit positif dépend ici d’un corpus ou d’une méthode que la théologie et les sciences religieuses permettent d’expliciter.

Troisième type : jusnaturalisme cosmologique. Ce type de jusnaturalisme engage une conception de la manière dont le monde physique dans sa globalité est ordonné. En souhaitant que le droit soit conforme au cosmos ou à l’univers (les deux termes ne sont évidemment pas synonymes et aboutissent à des contenus normatifs distincts pour les deux jusnaturalismes cosmologiques qui en découlent), les défenseurs d’un tel jusnaturalisme s’appuient sur l’état des connaissances positives en sciences physiques et sont tributaires de l’évolution de cette discipline de l’antiquité à ses développements les plus contemporains.

Quatrième type : jusnaturalisme biologique. J’appelle « jusnaturalisme biologique » la démarche qui repose sur une conception de la « nature » entendue comme réalité observable dans le monde sauvage, les espèces animales non-humaines ou l’éthologie et cherchant à valoriser des données propres à la physiologie, la génétique, la médecine. Ce type de jusnaturalisme, dont la forme naïve est plus répandue que la forme savante, se rencontre par exemple quand on voit contester une évolution législative – comme l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe – en s’appuyant sur le fait que l’homosexualité serait « contre nature » (parce qu’on ne la rencontrerait pas en dehors de l’espèce humaine – c’est du reste faux) ou condamné à la stérilité (ce qui est pourtant aussi le cas pour de nombreux couples hétérosexuels, du fait de leur âge par exemple).

Cinquième type : jusnaturalisme humaniste. Le « jusnaturalisme humaniste » s’appuie sur une définition de la nature humaine pour élaborer le contenu du droit naturel. Il peut s’appuyer sur différents « propres de l’homme » (liberté, rationalité, etc.) ou sur l’état des connaissances scientifiques en matière de fonctionnement de l’esprit humain (sciences cognitives) pour dessiner un modèle du droit qui permettrait de juger la conformité du droit positif à l’humanité et, partant, selon cette approche, au droit naturel.

Sixième type : jusnaturalisme mythologique. Ce type de jusnaturalisme élabore un récit des origines de la société et renvoie généralement à un « état de nature » dans lequel il découvre un socle anthropologique aux liens de droit. Le mythe ainsi construit permet de valoriser un droit antérieur aux systèmes de droit positif vus comme phénomènes culturels en leur opposant une nature virginale, vue comme authentique. Il s’agit alors, dans l’horizon de ce type de jusnaturalisme, de prendre conscience de la nécessité de réactiver ce mythe pour mesurer si les formes contemporaines du droit restent fidèles aux idéaux propres à ce récit.

Septième type : jusnaturalisme rationaliste. Je désigne par « jusnaturalisme rationaliste » les approches qui ont en commun d’évaluer le droit positif en le soumettant à des standards de rationalité pure ou abstraite comme la logique, les mathématiques ou des modèles d’équilibre. Ce type de jusnaturalisme conduit à affirmer que le droit positif doit respecter certaines contraintes formelles pour être pleinement du droit – par exemple, le principe de non-contradiction ou bien encore l’existence d’un débiteur si une créance est reconnue.

Huitième type : jusnaturalisme ethnologique. Ce type de jusnaturalisme se nourrit de la connaissance des rites, des coutumes, des pratiques codifiées propres à des sociétés, des peuples, des groupes qui n’ont pas développé un système juridique au sein d’une structure étatique et administrative. L’observation rigoureuse de ces régulations extra- ou pré-juridiques de la vie sociale ou communautaire, leur compilation et leur comparaison, permet l’élaboration de modèles critiques à opposer au droit positif.

Neuvième type : jusnaturalisme essentialiste. J’appelle « jusnaturalisme essentialiste » le type de théorie du droit naturel qui se structure autour d’une définition de la nature du droit, entendue comme un invariant, une essence de la juridicité. Ce type de jusnaturalisme cherche à découvrir l’essence du droit par une induction à partir du droit positif existant (ou ayant existé, via une histoire des formes de la juridicité). Cette induction aboutit à la construction d’une « nature du droit » qui, ensuite, est comparée au droit positif et permet d’évaluer celui-ci. Sur le plan ontologique, une telle démarche conduit à considérer que n’est pas véritablement du droit un élément du droit positif qui n’est pas conforme à la définition du droit dégagée par le jusnaturalisme essentialiste.

Trois remarques pour finir. Premièrement, on peut observer des formes mixtes de ces différents types. L’une des plus évidentes est celle qui conjugue les jusnaturalismes humaniste, moral et mythologique. Dans ce type mixte, la description de l’état de nature débouche sur une conception du droit comme devant être conforme à une humanité définie par le respect de certaines valeurs morales. Deuxièmement, la typologie aurait pu se construire autour d’une ligne de démarcation : celle de l’immanence ou de la transcendance du droit naturel par rapport au droit positif. Mais la répartition serait déséquilibrée autour de cette ligne : les jusnaturalismes de type immanent (le seul neuvième type) et les jusnaturalismes transcendants (les huit autres) se distribuant de manière inéquitable. Troisièmement, certains de ces types de jusnaturalisme sont, plus que les autres, susceptibles de faire vaciller la summa divisio entre positivisme juridique et jusnaturalisme parce qu’ils présentent des points communs avec certains types de positivismes juridiques – c’est le cas des trois derniers types.

Pierre-Yves Quiviger, ISJPS (UMR 8103), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Raison publique

Raison publique lance, sur la plate-forme Ulule, une campagne de financement participatif pour financer la remise en ligne de tous les articles publiés sur son site depuis son lancement en 2009. Ces articles ont été perdus suite à un crash inattendu de sa base de données… Pour une restauration professionnelle et rapide de ces articles (dont les fichiers texte ont été heureusement précieusement archivés), l’équipe a besoin de votre soutien! Merci d’avance et merci aussi de partager cet appel autour de vous !

Pour soutenir la revue en ligne, retrouvez-nous sur la plateforme Ulule : https://fr.ulule.com/raison-publique-revue/

Raison publique is launching a Ulule fundraising campaign to put back online all the articles published on its website since its launch in 2009. These articles have been lost following an unexpected crash of its database… For a professional and fast restoration of these articles, the team needs your support! Thank you for helping and for sharing this call around you : :https://fr.ulule.com/raison-publique-revue/

Bibliothèque de la Sorbonne

Message de la Bibliothèque de la Sorbonne

Dans l’objectif de favoriser la continuité pédagogique et la continuité des recherches pendant la durée de la pandémie de covid19 et de pallier les conséquences de la fermeture des bibliothèques universitaires depuis le 16 mars dernier, les équipes de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) se mobilisent pour donner aux membres de la communauté universitaire un accès gracieux à la riche collection électronique qu’elle offre, notamment dans ses disciplines d’excellence : l’histoire, la géographie, les littératures, la philosophie, les sciences de l’Antiquité.

À titre exceptionnel et dérogatoire, nous proposons une inscription gratuite de 6 semaines, du 24 mars au 8 mai. Cette gratuité est valable pour les étudiants et enseignants-chercheurs pouvant bénéficier d’une accréditation à la BIS (étudiants à partir du Master, enseignants et chercheurs).
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique20<http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique20> ]*
Celles et ceux qui ne relèvent pas du périmètre actuel de l’interuniversitaire (Paris 1 Panthéon Sorbonne, Sorbonne Université, Université de Paris, Sorbonne nouvelle) sont ainsi exonérés des frais d’inscription qui sont habituellement à payer.

Comment en bénéficier :
1.    Préinscrivez-vous en ligne : [ https://catalogue.biu.sorbonne.fr/selfreg*frf<https://catalogue.biu.sorbonne.fr/selfreg*frf> ] et notez l’identifiant provisoire qui vous est attribué.
2.    Envoyez un mél à inscription@bis-sorbonne.fr<mailto:inscription@bis-sorbonne.fr> portant en objet « Demande d’inscription dérogatoire à la BIS » ID XXXXXXX. Joignez un justificatif de votre appartenance universitaire (carte professionnelle ou d’étudiant, certificat de scolarité).
Nos équipes s’efforceront de valider votre inscription en 24 heures, du lundi au vendredi.
Votre demande d’inscription vaut acceptation du règlement de la BIS, notamment en ce qui concerne l’accès à distance aux ressources électroniques.
http://www.biu.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique26<http://www.biu.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique26> ]

*Peuvent s’inscrire à la bibliothèque de la Sorbonne :
– les étudiants de Paris 2 et des autres universités à partir du niveau M1 dans nos disciplines <http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/IMG/pdf/disciplines.pdf>,
– les étudiants des grands établissements (École nationale des chartes, ENS, EPHE, EHESS, INALCO, Institut national du Patrimoine, École du Louvre, Sciences Po) à partir du niveau Master 1 dans nos disciplines <http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/IMG/pdf/disciplines.pdf>,
– les doctorants de toutes les disciplines et de toutes les structures publiques françaises de recherche et d’enseignement supérieur,
– les docteurs de toutes les disciplines pendant les 4 années suivant l’année de soutenance et les docteurs de LSHS <http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/IMG/pdf/communique_extension_droits_docteurslshs.pdf>, quelle que soit la date d’obtention de leur diplôme,
– les enseignants et les chercheurs de toutes les disciplines et de toutes les structures publiques françaises de recherche et d’enseignement supérieur,
– les doctorants, enseignants et chercheurs des universités étrangères.

Société française pour la philosophie et la théorie juridiques et politiques (SFPJ), campagne d’adhésions

La Société française pour la philosophie et la théorie juridiques et politiques (SFPJ) lance une campagne d’adhésions pour l’année universitaire 2019-2020. 

L’adhésion et le règlement de la cotisation peuvent être effectués directement en ligne, à l’adresse suivante: https://www.philosophiejuridique.com/adherer
L’adhésion à la SFPJ entraîne, sans frais supplémentaires, l’adhésion automatique à l’Association internationale pour la philosophie du droit (IVR), dont la SFPJ est une section nationale. Elle ouvre droit à une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66% du montant de la cotisation.

Marx et l’antiquité, Montpellier, 20 mars 2019, 18h30

Journées de l’Antiquité en Languedoc-Roussillon Printemps 2019

ARELAM-CNARELA

Mercredi 20 mars à 18h30, Auditorium du site Saint-Charles 2 de L’Université Paul Valéry (Montpellier, rue Pierre-Serre tram 1 Albert 1er)

 

Mythes et auteurs de l’Antiquité dans Le Capital de Marx : humour, imaginaire, analyse et engagements

 

Conférence de Serge Ressiguier, agrégé de lettres classiques et spécialiste de Marx ; avec des lectures du Groupe de Théâtre Antique (GTA) de l’U.P.V.

 

Organisation : ARELAM et Département de langues anciennes de l’UPV. Contact : ressiguierserge@wanadoo.fr. Entrée libre.

AAC, Colloque international “De la réserve intégrale à la nature ordinaire. Les figures changeantes de la protection de la nature (XIXème-XXIème siècles)”

Colloque international

Appel à communication 

De la réserve intégrale à la nature ordinaire

Les figures changeantes de la protection de la nature (xixe – xxie s.)

11 et 12 décembre 2019

Paris – La Défense (Ministère de l’Écologie – Tour Séquoia)

Organisé par l’Association pour lHistoire de la Protection de la Nature et de lEnvironnement

L’objectif central de ce colloque sera de caractériser les différentes conceptions et manifestations des rapports entre les sociétés humaines et leurs environnements, telles qu’elles se manifestent et se révèlent dans la protection de la nature. Il s’agira d’en retracer les origines et les fondements, leur influence sur le gouvernement des choses, leur portée sociétale, leurs effets espérés et inattendus et leurs remaniements du xixe siècle à nos jours. 

Le second objectif du colloque consiste à proposer aux acteurs du temps présent une mise en perspective historicisée, comparée et contextualisée pour:

–      interroger les successions supposées de paradigmes de protection de la nature ;

–       réfléchir aux modes de gestion et à la gouvernance des espaces naturels protégés, de la faune, de la flore et des écosystèmes ;

–       examiner, au-delà des espaces protégés, la question de la gestion de la nature dite « ordinaire » ;

–       éclairer les évolutions en cours, repérer et/ou anticiper les tendances à moyen et long terme et mieux percevoir leurs ressorts ;

–       mieux comprendre les tensions sociétales induites par les politiques de protection ainsi que la diversité des situations locales ou nationales.

Dans cette double perspective, le colloque souhaite toucher un public volontairement diversifié. La sélection des communications, réalisée par le comité scientifique, ne se limitera pas aux seuls universitaires afin que ceux-ci puissent dialoguer avec des acteurs opérationnels. 

Sur le même principe, si ce colloque donnera lieu à la publication d’un ouvrage collectif académique, réunissant sous l’égide du comité scientifique tout ou partie des communications, plusieurs travaux issus des communications et des échanges seront également adaptés pour être diffusés auprès d’un public plus large par le biais de revues, magazines spécialisés et plates-formes numériques.

Appel à communication complet: 

http://www.ahpne.fr/spip.php?article406

Modalités de soumission

Les propositions de communication devront être adressées sous forme d’un fichier PDF avant le 24 février 2019 à remi.beau.legoff@gmail.com ; remi.luglia@unicaen.fr ; aline-treillard@hotmail.fr.

Elles comprendront :

  • Un résumé d’une page, comprenant le titre, la problématique, les grands axes de la démonstration envisagée, l’indication du corpus documentaire et bibliographique sur lequel la proposition se fonde.
  • Une bio-bibliographie succincte (une demi-page) comprenant les principales publications de l’intervenant, ainsi que ses coordonnées, notamment institutionnelles.

Date de réponse du comité scientifique : 30 avril 2019. 

Langues : français et anglais acceptés.

Le colloque sera accueilli les 11 et 12 décembre 2019 par le Comité d’histoire du ministère de la Transition écologique et solidaire (Paris, La Défense).

Informations pratiques

Repas, transport et hébergement : Les repas seront pris en charge par les organisateurs. Les frais de transport et d’hébergement seront à la charge de l’institution des intervenants, sauf demande circonstanciée exceptionnelle formulée auprès du Comité d’organisation.

Frais de participation : Aucun frais de participation n’est demandé aux intervenants. L’entrée du colloque sera libre et gratuite pour tous les participants, sous réserve d’une inscription préalable pour des raisons de sécurité.

Contact : le comité d’organisation.

Comité d’organisation

–       Beau Rémi, Docteur en philosophie et chercheur associé à l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (ISJPS, UMR 8103) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

–       Luglia Rémi, Agrégé et docteur en Histoire. Membre associé du Pôle rural de la Maison de la recherche en sciences humaines (MRSH) et du laboratoire HisTeMé (Histoire, Territoires & Mémoires ; ex-Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, EA 7455) de l’université de Caen Normandie.

–       Treillard Aline, ATER droit public, IUT2, Département Carrières Juridiques, Université Grenoble-Alpes, Doctorante en droit de l’environnement, OMIJ-CRIDEAU, Université de Limoges.

Un comité de pilotage réunit les partenaires de l’AHPNE afin de contribuer à l’organisation du colloque.

Comité scientifique

Arpin Isabelle, sociologue, Université Grenoble Alpes, Irstea, UR LESSEM.

Devictor Vincent, chargé de recherche en écologie au CNRS, Institut des Sciences de l’Évolution. UMR 5554

Jolivet Simon, MCF en droit public, Institut de droit public (IDP) – EA 2623, Université de Poitiers.

Larrère Catherine, Professeure émérite de philosophie à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Maris Virginie, Chargée de recherche en philosophie au CNRS, CEFE (Centre d’écologie fonctionnelle & évolutive), UMR 5175.

Martin Gilles, Professeur émérite de droit à l’université Nice Côte d’Azur et membre du GREDEG (Groupe de Recherche en Droit, Économie, Gestion), UMR 7321, CNRS.

Mathis Charles-François, MCF en histoire contemporaine, Centre d’études des mondes moderne et contemporain, EA 2958, université Bordeaux-Montaigne.

Micoud André, sociologue, directeur de recherche honoraire du CNRS (Centre Max Weber).

Piccioni Luigi, Professore aggregato di Storia Économica, Dipartimento di Économia Statistica e Finanza « Giovanni Anania », Università della Calabria.

Sajaloli Bertrand, MCF en géographie, CEDETE (EA 1210), université d’Orléans ; président du Groupe d’Histoire des Zones Humides.

Sarrazin François, Professeur en écologie de Sorbonne Universités et membre du CESCO (Centre d’Écologie et des Sciences de la Conservation), UMR 7204 MNHN-CNRS-SU.

Trespeuch-Berthelot Anna, MCF en histoire contemporaine, HisTeMé (Histoire, Territoires & Mémoires ; ex-Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, EA 7455) de l’université de Caen Normandie.

Christophe Regina (1980-2018)

Christophe Regina était maître de conférences en histoire moderne à l’université de Limoges-ESPE, il s’est éteint ce matin à l’âge de 38 ans.

Très tôt intéressé par l’histoire du genre, il a consacré sa thèse aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières et soutenue celle-ci à l’Université d’Aix-Marseille, sous la direction de Martine Lapied et la présidence d’Arlette Farge (thèse publiée en 2017 chez Garnier). Ses travaux ont porté sur les rapports des femmes à la violence au XVIIIe siècle, qu’elles en aient été actrices ou victimes, sur la criminalité, sur les liens entre littérature et droit, ainsi que sur les gens de justice et leur formation. Il a été le co-auteur, avec Philippe Gardy (CNRS-LAHIC), de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières (Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009), ainsi que de nombreux ouvrages ayant trait à la violence (CNRS Éd., 2010), à la justice et à la manipulation. On lui doit également un essai sur La violence des femmes. Histoire d’un tabou social (Paris, Max Milo, 2011) et avec Lucien Faggion, un Dictionnaire de la méchanceté (Paris, Max Milo, 2013).

Colloque Les temporalités du politique, Lyon 3, 28 septembre 2018

Les temporalités du politique
Histoire de la philosophie et théorie politique
Université Jean Moulin Lyon 3, 28 septembre 2018
Salle 314, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

À partir de 9h45 : Accueil
10h00 : Philippe Martin (ISERL, Université Lyon 2) / Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – Ouverture de la journée
10h15 : Matthias Riedl (CEU Budapest) – Apocalyptic Platonism: Conceptions of Time, Cosmos, and Human Agency in the Radical Reformation
10h45 : Discussion
11h00 : Pause café
11h15 : Alexandre Escudier (CEVIPOF, Sciences Po Paris) – La “Sattelzeit” : un concept d’époque opératoire ?
11h45 : Discussion
12h00-13h30 : Pause déjeuner
13h30 : Thierry Gontier (Université Lyon 3) – De la restauration de l’eschatologie à la destruction de l’eschaton. Voegelin lecteur de Hobbes
14h00 : Discussion
14h15 : Ninon Grangé (Université Paris 8) – La “magie de l’espace” et le temps. Que nous apprend un silence de Carl Schmitt ?
14h45 : Discussion
15h00 : Therese Feiler (Oxford University) – “Between the Times… in an Empty Space”. The Pure Temporality of Politics in Dialectical Theology (1923-1933)
15h30 : Discussion
15h45: Pause café
16h00 : Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – The Politics of Crisis: From the Counter-Revolution to the Present
16h30 : Discussion
16h45 : Jean-Claude Monod (CNRS, Archives Husserl) – L’urgence et sa neutralisation : peut-on parler d’une lucidité apocalyptique ?
17h15 : Discussion
17h30 : Fin de la journée

Sous la direction de Philippe Audegean et de Luigi Delia, Le moment Beccaria, Naissance du droit pénal moderne (1764-1810), Oxford University, 2018

Jamais, dans aucune autre période de l’histoire, le problème pénal n’a été aussi débattu qu’au siècle des Lumières. Or, l’événement déclencheur de ces débats est la publication des Délits et des peines, le petit livre de Cesare Beccaria dont la première édition paraît à Livourne en 1764. On assiste, après cette date et durant un demi-siècle, à une profusion impressionnante de réactions et de prolongements directement liés à cet ouvrage. À tel point que, pour désigner cette période, on a pu parler d’un ‘moment Beccaria’.

Les recherches rassemblées dans ce volume explorent différents foyers thématiques et géographiques (Allemagne, Angleterre, France, Italie) de cette phase inédite et fondatrice de l’histoire européenne du droit de punir. Pourquoi cette soudaine publicité du problème pénal? Comment s’est-elle manifestée, par quels canaux, sous quelles formes théoriques et matérielles?

Comme le montre cet ouvrage, le droit pénal moderne est né d’un livre, mais aussi de ses interprétations: il est né des idées de Beccaria et des débats qu’elles ont provoqués. Ces deux sources se sont croisées et ne peuvent se comprendre l’une sans l’autre.

Throughout history, criminal law was never more discussed than during the Age of Enlightenment. The debates started after the publication of a small book by Cesare Beccaria, On Crimes and Punishments, in Livorno in 1764. For fifty years from that date, reactions and additions to the book proliferated so much that this period is called by some “the Beccaria moment”.

The contributions in this volume explore different thematic and geographical areas (Germany, England, France, Italy) to explore that innovative and foundational moment in the European history of criminal law. Why was the criminal problem suddenly publicised? How did those interrogations manifest? Which theoretical and material forms did they take? 

This volume shows that modern criminal law originates in a book, and also in its interpretations –  in Beccaria’s ideas and the debates they started. Those two sources interacted and now cannot be understood separately.

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017), Ecole de droit de Sciences pon Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017)
Ecole de droit de Sciences po
Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Dans le cadre de la Semaine doctorale intensive organisée par Sciences Po et l’Université de Paris-Nanterre, la SFPJ organise une table-ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer. Essai sur la décriture du droit, Paris, Dalloz, 2017.

Prendront part à cette table-ronde:

– Mathieu Carpentier, Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole

– Véronique Champeil-Desplats, Professeur à l’Université Paris-Nanterre

– Jean-Yves Chérot, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

– Vincent Forray, Professeur à l’Université McGill

– Sébastien Pimont, Professeur à Sciences Po

Elle aura lieu dans les locaux de l’Ecole de droit de Sciences Po, 13, rue de l’Université, 75007 Paris, Amphithéâtre Erignac

Offre de post-doctorat en philosophie politique et/ou théorie politique, Paris 1, UMR 8103

Dans le cadre du projet européen Horizon 2020 NoVaMigra, “Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis”, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne recrute au sein de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103) une chercheuse ou un chercheur postdoctoral.e en philosophie politique et/ ou en théorie politique à partir du 1er septembre 2018 pour une durée d’un an.

Voir ci-dessous et en pièce jointe l’annonce de poste.

Les personnes intéressées enverront leur dossier d’ici le 20 juin 2018.

One-year post-doctoral position

The institution: Paris 1 Panthéon-Sorbonne University

The laboratory: UMR 8103 – ISJPS : Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne

A post-doctoral position in philosophy and political theory.

Duration : September 1st, 2018 – August 31st, 2019

The postdoctoral fellow will work within the project Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis (NoVaMigra), funded by the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

With a combination of social scientific analysis, as well as legal and philosophical normative reconstruction and theory, NoVaMigra has three main objectives :

– to provide a precise and comprehensive understanding of core values and norms in Europe ;

– explain how they motivate political, administrative and societal agents with regard to migration and the integration of migrants and refugees into European societies,

– and consider, if and why, this has changed with and since the refugee crisis 2015.

This will lead to better normative and efficiency assessments of migration/integration policies and measures, and to a clearer grasp of reasons for their endorsement or resistance to them.

For more information : http://novamigra.eu/

Keywords : Global and transnational governance, international law, human rights, Migration, EU charter of fundamental rights, Human rights.

Job description

The postdoctoral fellow will contribute to different workpackages. She /he shall

– provide a philosophical and legal understanding of the content of the EU Charter ;

– analyse the emergence of populist discourses in the French political scene since the Refugee Crisis ;

– review the theoretical models of cosmopolitanism and assess the European vision(s) of cosmopolitanism.

She / he will participate to NoVaMigra meetings and events when necessary.

Location : Institut des Sciences Juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Contract type : Full time

Start : September 1st, 2018

Monthly salary : 2 900 € gross

Requirements

– Suitable candidates will have a PhD degree in political philosophy or political theory with a specialization in normative and legal issues.

– A capacity to work in a multidisciplinary team.

– Experience or interest in working on media analysis will be considered as an asset.

– Good skills in written and spoken English and French are expected.

Application

Candidates should send a set of application documents in English or French that will include:

– a CV with a complete list of publications and a summary of the PhD dissertation

– a letter of motivation

– names and contact information of two academic referees.

Article inédit : François Monnier (EPHE, PSL), “Charles Vialart (1592 ? – 1644)”

Certainement, Charles Vialart, Charles de Saint-Paul en religion, a-t-il plus d’intérêt à nos yeux qu’à ceux de ses contemporains. Jusqu’à présent, l’homme a assez peu attiré l’attention des historiens(1). Il serait assez bien né et a fait une belle carrière religieuse, non sans bénéficier de solides appuis, notamment ceux du Père Josep et de Richelieu.

Sa famille serait originaire d’Issoire en Auvergne. On trouve un Pons Vialart, juge en cette ville, qui fut le père de Jean de Vialart, avocat au Parlement de Paris, puis président à mortier à celui de Rouen en 1540. Antoine Vialart, l’un de ses fils, fut un religieux de l’ordre de Saint Benoît, abbé de Bernay, en Normandie, et prieur de Saint-Martin-des-Champs, avant d’être élevé à l’archevêché de Bourges, le 23 août 1572. Ce prélat, mort en 1576, aurait été le grand oncle de Charles Vialart. Michel Vialart, frère aîné de cet archevêque, aura été lieutenant civil au Châtelet de Paris en 1546, puis maître des requêtes en 1553, président au Parlement de Rouen en 1567 et président au Grand Conseil en 1572, avant d’être assassiné en 1576, tandis que ses meurtriers seront décapités2. Charles fut lui-même l’oncle de Félix Vialart, comte-évêque de Chalons, tandis que la branche aînée de la lignée finit avec Michel Vialart, conseiller au Parlement de Paris, décédé le 12 octobre 1703.

Poursuivre la lecture de l’article