Christophe Regina (1980-2018)

Christophe Regina était maître de conférences en histoire moderne à l’université de Limoges-ESPE, il s’est éteint ce matin à l’âge de 38 ans.

Très tôt intéressé par l’histoire du genre, il a consacré sa thèse aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières et soutenue celle-ci à l’Université d’Aix-Marseille, sous la direction de Martine Lapied et la présidence d’Arlette Farge (thèse publiée en 2017 chez Garnier). Ses travaux ont porté sur les rapports des femmes à la violence au XVIIIe siècle, qu’elles en aient été actrices ou victimes, sur la criminalité, sur les liens entre littérature et droit, ainsi que sur les gens de justice et leur formation. Il a été le co-auteur, avec Philippe Gardy (CNRS-LAHIC), de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières (Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2009), ainsi que de nombreux ouvrages ayant trait à la violence (CNRS Éd., 2010), à la justice et à la manipulation. On lui doit également un essai sur La violence des femmes. Histoire d’un tabou social (Paris, Max Milo, 2011) et avec Lucien Faggion, un Dictionnaire de la méchanceté (Paris, Max Milo, 2013).

Colloque Les temporalités du politique, Lyon 3, 28 septembre 2018

Les temporalités du politique
Histoire de la philosophie et théorie politique
Université Jean Moulin Lyon 3, 28 septembre 2018
Salle 314, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

À partir de 9h45 : Accueil
10h00 : Philippe Martin (ISERL, Université Lyon 2) / Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – Ouverture de la journée
10h15 : Matthias Riedl (CEU Budapest) – Apocalyptic Platonism: Conceptions of Time, Cosmos, and Human Agency in the Radical Reformation
10h45 : Discussion
11h00 : Pause café
11h15 : Alexandre Escudier (CEVIPOF, Sciences Po Paris) – La “Sattelzeit” : un concept d’époque opératoire ?
11h45 : Discussion
12h00-13h30 : Pause déjeuner
13h30 : Thierry Gontier (Université Lyon 3) – De la restauration de l’eschatologie à la destruction de l’eschaton. Voegelin lecteur de Hobbes
14h00 : Discussion
14h15 : Ninon Grangé (Université Paris 8) – La “magie de l’espace” et le temps. Que nous apprend un silence de Carl Schmitt ?
14h45 : Discussion
15h00 : Therese Feiler (Oxford University) – “Between the Times… in an Empty Space”. The Pure Temporality of Politics in Dialectical Theology (1923-1933)
15h30 : Discussion
15h45: Pause café
16h00 : Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – The Politics of Crisis: From the Counter-Revolution to the Present
16h30 : Discussion
16h45 : Jean-Claude Monod (CNRS, Archives Husserl) – L’urgence et sa neutralisation : peut-on parler d’une lucidité apocalyptique ?
17h15 : Discussion
17h30 : Fin de la journée

Sous la direction de Philippe Audegean et de Luigi Delia, Le moment Beccaria, Naissance du droit pénal moderne (1764-1810), Oxford University, 2018

Jamais, dans aucune autre période de l’histoire, le problème pénal n’a été aussi débattu qu’au siècle des Lumières. Or, l’événement déclencheur de ces débats est la publication des Délits et des peines, le petit livre de Cesare Beccaria dont la première édition paraît à Livourne en 1764. On assiste, après cette date et durant un demi-siècle, à une profusion impressionnante de réactions et de prolongements directement liés à cet ouvrage. À tel point que, pour désigner cette période, on a pu parler d’un ‘moment Beccaria’.

Les recherches rassemblées dans ce volume explorent différents foyers thématiques et géographiques (Allemagne, Angleterre, France, Italie) de cette phase inédite et fondatrice de l’histoire européenne du droit de punir. Pourquoi cette soudaine publicité du problème pénal? Comment s’est-elle manifestée, par quels canaux, sous quelles formes théoriques et matérielles?

Comme le montre cet ouvrage, le droit pénal moderne est né d’un livre, mais aussi de ses interprétations: il est né des idées de Beccaria et des débats qu’elles ont provoqués. Ces deux sources se sont croisées et ne peuvent se comprendre l’une sans l’autre.

Throughout history, criminal law was never more discussed than during the Age of Enlightenment. The debates started after the publication of a small book by Cesare Beccaria, On Crimes and Punishments, in Livorno in 1764. For fifty years from that date, reactions and additions to the book proliferated so much that this period is called by some « the Beccaria moment ».

The contributions in this volume explore different thematic and geographical areas (Germany, England, France, Italy) to explore that innovative and foundational moment in the European history of criminal law. Why was the criminal problem suddenly publicised? How did those interrogations manifest? Which theoretical and material forms did they take? 

This volume shows that modern criminal law originates in a book, and also in its interpretations –  in Beccaria’s ideas and the debates they started. Those two sources interacted and now cannot be understood separately.

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017), Ecole de droit de Sciences pon Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Table ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer (Dalloz, 2017)
Ecole de droit de Sciences po
Jeudi 21 juin de 14h30 à 16h15

Dans le cadre de la Semaine doctorale intensive organisée par Sciences Po et l’Université de Paris-Nanterre, la SFPJ organise une table-ronde autour de l’ouvrage de V. Forray et S. Pimont, Décrire le droit… et le transformer. Essai sur la décriture du droit, Paris, Dalloz, 2017.

Prendront part à cette table-ronde:

– Mathieu Carpentier, Professeur à l’Université Toulouse 1 Capitole

– Véronique Champeil-Desplats, Professeur à l’Université Paris-Nanterre

– Jean-Yves Chérot, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille

– Vincent Forray, Professeur à l’Université McGill

– Sébastien Pimont, Professeur à Sciences Po

Elle aura lieu dans les locaux de l’Ecole de droit de Sciences Po, 13, rue de l’Université, 75007 Paris, Amphithéâtre Erignac

Offre de post-doctorat en philosophie politique et/ou théorie politique, Paris 1, UMR 8103

Dans le cadre du projet européen Horizon 2020 NoVaMigra, « Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis », l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne recrute au sein de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103) une chercheuse ou un chercheur postdoctoral.e en philosophie politique et/ ou en théorie politique à partir du 1er septembre 2018 pour une durée d’un an.

Voir ci-dessous et en pièce jointe l’annonce de poste.

Les personnes intéressées enverront leur dossier d’ici le 20 juin 2018.

One-year post-doctoral position

The institution: Paris 1 Panthéon-Sorbonne University

The laboratory: UMR 8103 – ISJPS : Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne

A post-doctoral position in philosophy and political theory.

Duration : September 1st, 2018 – August 31st, 2019

The postdoctoral fellow will work within the project Norms and Values in the European Migration and Refugee Crisis (NoVaMigra), funded by the European Union’s Research and Innovation Programme Horizon 2020.

With a combination of social scientific analysis, as well as legal and philosophical normative reconstruction and theory, NoVaMigra has three main objectives :

– to provide a precise and comprehensive understanding of core values and norms in Europe ;

– explain how they motivate political, administrative and societal agents with regard to migration and the integration of migrants and refugees into European societies,

– and consider, if and why, this has changed with and since the refugee crisis 2015.

This will lead to better normative and efficiency assessments of migration/integration policies and measures, and to a clearer grasp of reasons for their endorsement or resistance to them.

For more information : http://novamigra.eu/

Keywords : Global and transnational governance, international law, human rights, Migration, EU charter of fundamental rights, Human rights.

Job description

The postdoctoral fellow will contribute to different workpackages. She /he shall

– provide a philosophical and legal understanding of the content of the EU Charter ;

– analyse the emergence of populist discourses in the French political scene since the Refugee Crisis ;

– review the theoretical models of cosmopolitanism and assess the European vision(s) of cosmopolitanism.

She / he will participate to NoVaMigra meetings and events when necessary.

Location : Institut des Sciences Juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

Contract type : Full time

Start : September 1st, 2018

Monthly salary : 2 900 € gross

Requirements

– Suitable candidates will have a PhD degree in political philosophy or political theory with a specialization in normative and legal issues.

– A capacity to work in a multidisciplinary team.

– Experience or interest in working on media analysis will be considered as an asset.

– Good skills in written and spoken English and French are expected.

Application

Candidates should send a set of application documents in English or French that will include:

– a CV with a complete list of publications and a summary of the PhD dissertation

– a letter of motivation

– names and contact information of two academic referees.

Article inédit : François Monnier (EPHE, PSL), « Charles Vialart (1592 ? – 1644) »

Certainement, Charles Vialart, Charles de Saint-Paul en religion, a-t-il plus d’intérêt à nos yeux qu’à ceux de ses contemporains. Jusqu’à présent, l’homme a assez peu attiré l’attention des historiens(1). Il serait assez bien né et a fait une belle carrière religieuse, non sans bénéficier de solides appuis, notamment ceux du Père Josep et de Richelieu.

Sa famille serait originaire d’Issoire en Auvergne. On trouve un Pons Vialart, juge en cette ville, qui fut le père de Jean de Vialart, avocat au Parlement de Paris, puis président à mortier à celui de Rouen en 1540. Antoine Vialart, l’un de ses fils, fut un religieux de l’ordre de Saint Benoît, abbé de Bernay, en Normandie, et prieur de Saint-Martin-des-Champs, avant d’être élevé à l’archevêché de Bourges, le 23 août 1572. Ce prélat, mort en 1576, aurait été le grand oncle de Charles Vialart. Michel Vialart, frère aîné de cet archevêque, aura été lieutenant civil au Châtelet de Paris en 1546, puis maître des requêtes en 1553, président au Parlement de Rouen en 1567 et président au Grand Conseil en 1572, avant d’être assassiné en 1576, tandis que ses meurtriers seront décapités2. Charles fut lui-même l’oncle de Félix Vialart, comte-évêque de Chalons, tandis que la branche aînée de la lignée finit avec Michel Vialart, conseiller au Parlement de Paris, décédé le 12 octobre 1703.

Poursuivre la lecture de l’article

Jean Salem (1952-2018)

.

Le philosophie Jean Salem, né le 16 novembre 1952 à Alger est mort à Rueil Malmaison le 13 janvier 2018.

Outre d’importants travaux en histoire de la philosophie ancienne (Démocrite, Lucrèce), des recherches sur la littérature et la philosophie, des publications en esthétique et en logique, ainsi que des responsabilités institutionnelles comme la direction pendant plusieurs années du Centre d’Histoire des Systèmes de Pensée Moderne de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne où il était Professeur, on lui doit de nombreux publications dans le champ de la philosophie politique et de l’histoire de la pensée politique, en lien avec le marxisme. On peut citer : Une lecture frivole des Ecritures : L’Essence du christianisme de Feuerbach, Encre Marine, 2003 ; Lénine et la Révolution, Encre Marine, 2006 ; Figures de Sieyès : droit, histoire, philosophie (codir. avec Vincent Denis et Pierre-Yves Quiviger), Publications de la Sorbonne, 2008 ; Elections, pièges à cons ? Que reste-t-il de la démocratie ?, Flammarion, 2012 ; Résistances : entretiens avec Aymeric Monville, Delga, 2015.

Etienne Tassin (1955-2018)

Le philosophe Etienne Tassin, professeur de philosophie politique à l’université Paris VII, est mort à Paris le 8 janvier 2018.

Parmi ses nombreuses publications, on peut noter :

-Philosophie, Phénoménologie, Politique : Jan Patocka (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Merleau-Ponty, Phénoménologie et expériences (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Le Trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique, Paris, Payot, (coll. « Critique de la politique »), 1999.
Un Monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits, Paris, Le Seuil, (coll. « La couleur des idées »), 2003.
Critique de la politique. Autour de Miguel Abensour (éd. avec Anne Kupiec). Paris, Sens & Tonka, 2006.
Hannah Arendt. Crises de l’État-nation, pensées alternatives, (éd. avec Martine Leibovici, Anne Kupiec et Géraldine Muhlmann), Paris, Sens & Tonka, 2008.
Le maléfice de la vie à plusieurs. La politique est-elle vouée à l’échec ?, Paris, Bayard, septembre 2012.

Robert Damien (1949-2017)

Le philosophe Robert Damien est mort le 26 octobre 2017.

Nous reproduisons le texte que ses collègues et amis de l’université de Nanterre, Stéphane Haber et Christian Lazzeri, lui ont consacré.

Robert Damien (1949-2017)

Nous avons la grande tristesse de vous faire part du décès de Robert Damien, qui fut une grande personnalité de notre université.

Né en 1949, étudiant à Lyon jusqu’à sa réussite au concours de l’agrégation, il enseigna la philosophie au lycée avant de rejoindre l’Université de Franche-Comté, comme maître de conférences puis comme professeur. Il arriva à l’Université de Nanterre en 2006 et y prit sa retraite en 2013. Membre actif du « Sophiapol », très présent dans son Département, dirigeant de nombreuses thèses, il a également occupé les fonctions d’Administrateur provisoire de l’UFR « Phillia » et de directeur de l’École Doctorale « Connaissance, Langage, Modélisation ».

Son travail philosophique, très personnel, s’enracine dans une réflexion sur les tensions indépassables qui habitent le monde démocratique : tensions entre décision et connaissance, entre immanence et autorité.

Dans sa thèse pour le doctorat d’État, centrée sur Gabriel Naudé (1600-1653), il étudiait la manière dont la culture européenne avait réagi au double choc induit par la diffusion de l’imprimerie et par l’élargissement du monde consécutif aux Grandes découvertes : d’une part en associant pensée et curiosité voyageuse, d’autre part en réfléchissant à la centralité du dispositif bibliothécaire, seul apte désormais à assumer la prolifération des connaissances et des discours. Dans les deux cas, ce qui s’invente, c’est, montrait Robert, la visée d’une totalisation qui se sait imparfaite, inachevée, aventureuse, mais ne renonce pas pour autant à l’enthousiasme du partage de l’intelligence.

Sur ce socle, Robert Damien a proposé une généalogie de deux figures essentielles de la modernité culturelle, celle de l’auteur (La grâce de l’auteur, essai sur la représentation d’une institution publique, l’exemple de la bibliothèque publique, Encre marine, 2001) et celle du conseiller du Prince (Le conseiller du Prince, de Machiavel à nos jours, genèse d’une matrice démocratique, PUF, 2003). Plus récemment, Éloge de l’autorité, généalogie d’une (dé)raison politique (A. Colin, 2013), ouvrage majeur, se présente comme une méditation polyphonique sur le statut du Chef, source à la fois de stimulations nécessaires et de risques permanents. Directeur ou codirecteur de nombreuses publications collectives, Robert n’avait pas cependant négligé ses auteurs favoris, notamment Machiavel et Proudhon (dont il a proposé en 2013, avec Edward Castelton, une édition de Qu’est-ce que la propriété ? au Livre de poche).

Celles et ceux qui l’ont connu se souviendront de l’impression de force et de solidité qui émanait de sa personne. Sa passion pour le rugby (il fut joueur et entraîneur), en plus de nourrir sa réflexion philosophique sur la constitution du collectif, fut sans doute pour beaucoup dans ce mélange inimitable de bienveillance et d’exigence envers autrui qui le caractérisait.

Son œuvre a fait l’objet de journées d’étude (notamment, à Nanterre : Entre Autorité et Démocratie. Autour du livre de Robert Damien, Éloge de l’autorité, 28 septembre 2015), l’une d’elle ayant récemment donné lieu à une publication collective (Thomas Boccon-Gibod, Cristina Ion, Eric Mougenot, Robert Damien. Du lecteur à l’électeur. Bibliothèque, démocratie et autorité, Presses de l’ENSSIB, 2017).

S. Haber et C. Lazzeri

https://sophiapol.hypotheses.org/21581

Histoire des idées politiques

Champ d’études interdisciplinaire et transdisciplinaire par excellence, l’histoire des idées politiques mérite une plus grande visibilité, en particulier dans le champ académique francophone. Le carnet entend mener à bien deux missions : un travail de veille, par la recension de l’ensemble des activités (publications, colloques, etc.) relevant du champ de l’histoire des idées politiques, afin que les chercheurs se connaissent et se reconnaissent entre eux ; un travail d’édition souple et rapide de la recherche en train de se faire, afin de permettre la publication de working papers, de sources difficiles d’accès, de notes de lecture, d’éléments de cours ou de tout autre document.

Pour mener à bien cette double mission, un comité de rédaction pluridisciplinaire a été constitué, comportant une historienne spécialiste d’histoire religieuse, Céline Borello (PU, Le Mans), une philosophe spécialiste de l’antiquité, Marie-Laurence Desclos (PU, Grenoble), un spécialiste de droit public, Eric Desmons (PU, Paris 13), un historien du droit, François Monnier (DE, EPHE) et un philosophe du droit, Pierre-Yves Quiviger (PU, Nice). Ces collègues issus de plusieurs disciplines sont impliqués dans de nombreux réseaux de recherche, sociétés savantes et listes de diffusion et souhaitent faire naître un intérêt pour le projet dans une partie importante de la communauté scientifique en histoire, en droit, en sciences politiques et en philosophie. Le projet bénéficie du soutien du Centre de Recherches en Histoire des Idées (CRHI, EA 4318, dir. Philippe Audegean, Nice), du soutien de la Revue française d’histoire des idées politiques (rédacteur en chef : Eric Desmons) et de celui de la Chaire d’histoire du droit public de la fin de l’Ancien régime à nos jours (EPHE, titulaire François Monnier).