Soutenance de la thèse d’Aurélien Allard, “Le mérite : Signification, possibilité et valeur”, Paris 8, 9 avril 2019

Mardi 9 avril à 13h, dans la salle de conférence du bâtiment Pouchet, 59-61 rue Pouchet, Paris.

La thèse est intitulée « Le mérite : Signification, possibilité, et valeur. »

Composition du jury :

  • Michel Forsé, CNRS
  • Bertrand Guillarme, Université Paris 8 (Directeur de thèse)
  • Anthony Lantian, Université Paris 10
  • Catherine Larrère, Université Paris 1
  • Véronique Munoz-Dardé, UCL et UC Berkeley
  • Pascal Wagner-Egger, Université de Fribourg

Résumé : L’idée de mérite possède un statut à part dans les sociétés contemporaines. Comme l’égalité ou la liberté, le mérite est plébiscité au sein des populations de divers pays occidentaux. Cependant, à l’inverse d’un certain nombre d’autres principes moraux, il existe un très fort scepticisme vis-à-vis de cette idée au sein de la littérature philosophique. Nous défendons ici que ce scepticisme est injustifié, et que la popularité du mérite correspond au fait qu’il s’agit bien d’un principe moral incontournable. La spécificité de cette thèse repose en partie sur l’usage d’expériences psychologiques visant à étudier la perception populaire de problèmes philosophiques fondamentaux. Ce recours à des méthodes empiriques est justifié par l’idée que toute théorie morale doit être une mise en cohérence des intuitions populaires. Cet ancrage profond du mérite dans la moralité ordinaire constitue selon nous une justification majeure de la valeur du mérite. De surcroît, nous mettons en avant trois autres justifications. Le mérite joue aussi un rôle instrumental pour la promotion du bien-être collectif, assure une concordance entre l’intérêt public et l’intérêt privé, et sert à constituer une communauté de valeurs. Cette quadruple justification nous permet de mettre en avant la nécessité d’inscrire le mérite au sein d’une théorie pluraliste de la justice sociale.

Soutenance de thèse de Daphné Le Roux, “La marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel du mariage catholique”, Nanterre, 7 décembre 2018

“La Marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel de mariage catholique”

La soutenance aura lieu le vendredi 7 décembre 2018 à 14h00.
À l’Université Paris Nanterre,
Au Bâtiment René Ginouvès, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE)
en Salle 308.

Composition du jury :

Monsieur Vincent Descombes, Rapporteur, Directeur d’études, EHESS

Monsieur Frédéric Fruteau de Laclos, Examinateur, Maître de conférences, Université Paris 1

Madame Martine de Gaudemar, Directrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Laurence Hérault, Rapporteure, Professeure, Université d’Aix-Marseille

Monsieur Michael Houseman, Codirecteur, Directeur d’études, EPHE

Madame Judith Revel, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Martine Segalen, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Résumé de la thèse

Cette thèse poursuit un double objectif. D’une part, étudier les transformations contemporaines du rituel de mariage catholique en France à partir d’une observation ethnographique de l’ensemble des activités qui composent le rite – de la préparation à la célébration. D’autre part, évaluer la pertinence de la théorie foucaldienne des « techniques de soi » pour rendre compte de ces activités. Cette double dimension, ethnographique et théorique, constitue le fondement d’une « philosophie de terrain » dont on définit les enjeux méthodologiques. La première partie de ce travail est d’ordre épistémologique : elle présente et discute différentes manières d’appréhender la ritualité catholique contemporaine. La deuxième partie se concentre sur la préparation au mariage : on étudie alors les exercices mis en place par les prêtres et les animateurs laïcs de l’association Centres de préparation au mariage (CPM), et on souligne notamment la dimension réflexive de ces dispositifs qui condu
it les fiancés à adopter de nouveaux schèmes narratifs et de nouvelles techniques de communication pour s’engager dans leur vie de couple. La troisième partie est centrée sur la célébration de l’union : on montre alors que, dans le contexte du catholicisme contemporain, l’effectivité de ce rite ne se comprend pleinement que si on l’envisage à l’aune de la préparation qui le conditionne. Deux enjeux généraux émergent de ce travail. D’une part, on présente les apports de la théorie de la subjectivation à l’analyse rituelle. D’autre part, les observations ethnographiques permettent d’approfondir de façon critique la théorie foucaldienne.

Abstract

This thesis has a twofold objective. On the one hand, to examine the contemporary transformations of the Catholic wedding ritual in France based on an ethnographic observation of all the activities that comprise the rite — from preparation to celebration. On the other hand, to evaluate the relevance of Foucault’s ‘‘technologies of the self’’ to reflect these activities. This dual dimension, ethnographic and theoretical, constitutes the basis of a ‘‘field philosophy’’ whose methodological issues are defined. The first part of this work is of an epistemological nature: it presents and discusses different ways of understanding contemporary Catholic rituality. The second part focuses on marriage preparation: we then explore the exercises set up by priests and lay animators of the association Centres de préparation au mariage (CPM). In particular, the reflective dimension of these devices (dispositifs) is highlighted, leading to the adoption of new narrative patterns and new commu
nication techniques to engage in their couple’s life. The third part focuses on the celebration of union: it is then shown that, in the context of contemporary Catholicism, the effectiveness of this rite can only be fully understood if it is considered in the light of the preparation that conditions it. Two general issues emerge from this work. On the one hand, the contributions of subjectification theory to ritual analysis are presented. On the other hand, ethnographic observations allow us to critically deepen Foucault’s theory.

Soutenance de thèse de Mona Gérardin-Laverge, “Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes.”, 14 décembre 2018, Paris 1.

Soutenance de thèse de Mona Gerardin-Laverge :

« Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes »

La soutenance aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 à 9h30.
Centre Panthéon
12, place du Panthéon
75005 Paris
Salle 6 (aile Soufflot, 2e étage).


Composition du jury :

Sandra Laugier, Directrice de thèse
Professeure de Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Bruno Ambroise
Chargé de recherche au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 8103)

Nancy Bauer
Professor of Philosophy, Tufts University

Judith Butler
Professor of Comparative Literature and Critical Theory, University of California, Berkeley

Luca Greco
Professeur de Sociolinguistique, Université de Lorraine (Metz)

Paola Marrati
Professor of Philosophy, Johns Hopkins University

Judith Revel
Professeure de Philosophie, Université Paris Nanterre

Résumé :

Comment penser la construction et la déconstruction du genre dans le langage ? Je montre que la philosophie du langage ordinaire — et notamment la théorie austinienne des actes de parole — peut soutenir une approche constructiviste et éclairer le rôle du langage dans la construction sociale du genre. La naturalisation du genre repose à la fois sur une représentation du langage — comme simple reflet du réel et comme « capacité » inégalement partagée — et sur des pratiques linguistiques ordinaires et scientifiques. Penser cela implique de dépasser la stricte dichotomie de l’idéologique et du matériel, pour analyser ensemble la construction et la représentation du genre dans des pratiques discursives et non-discursives. La théorie butlerienne de la « performativité du genre » permet de penser à la fois la construction du genre et sa contingence, sa possible déconstruction. Mais quel est notre pouvoir transformateur ? Si montrer qu’un phénomène n’est pas naturel ne suffit pas à le détruire, analyser sa force ne nous réduit-il pas à l’impuissance ? Pour répondre à ces questions, j’étudie des pratiques discursives de lutte. Je montre le pouvoir transformateur de pratiques de subversions et d’actes de parole insurrectionnels, qui font usage de la performativité du langage pour transformer les conditions sociales encadrant l’efficacité des discours. Je montre que ces pratiques déconstruisent le genre et produisent des collectifs de lutte, pour insister sur ce qu’une approche radicalement constructiviste du genre ouvre comme possibles pour le féminisme et l’action collective.


Summary

Language is a place of struggle
Performativity of ordinary language in the construction of gender and feminist struggles

            How is gender constructed and deconstructed in ordinary practices of language? First of all, I demonstrate that ordinary language philosophy – and more specifically the austinian theory of speech acts – can lay the ground for a constructivist approach and help to understand the role of language in the social construction of gender. I show that gender is naturalized both by our representation of language itself – as a mere reflect of reality and as an unequally shared “capacity” – and by ordinary and scientific practices of language. Understanding this idea involves going beyond the dichotomy of ideological and material, in order to analyze construction and representation of gender together in both discursive and non-discursive practices. Butler’s theory of gender performativity makes it possible to understand both construction and deconstruction, or the contingency of gender. But does not highlighting the strength of this construction lead to deny our power and agency? To answer this question, I study feminist discursive practices. I highlight transformative power of subversions and insurrectional speech acts. I analyze discursive practices of denaturalization that challenge both social and discursive orders, and practices that use language performativity to change the social conditions that give power to speech acts. These practices deconstruct gender and produce political and collective subjects: a radical constructivist approach to gender thus opens rich perspectives for feminism and collective activism.

Soutenance d’HDR de Christophe Miqueu, “La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanisme français, entre ordre et révolution”, 6 décembre 2018, Paris 1

Christophe Miqueu soutiendra son Habilitation à diriger les recherches le jeudi 6 décembre 2018 à 14h00 à l’Université Paris 1 (Salle Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 14 rue Cujas, 75005 Paris).

Le dossier s’intitule « De la république éducative à la république sociale », et le manuscrit inédit a pour titre « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanismes français, entre ordre et révolution ».

Le jury est composé de Laurent BOVE, Professeur émérite à l’Université de Picardie Jules Verne, Chantal JAQUET, Professeure à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante), Didier MOREAU, Professeur à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Nicolas SEMBEL, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille (ESPE), Anne SIMONIN, Directrice de recherche au CNRS (CESPRA-EHESS), Elena THEODOROPOULOU, Professeure à l’Université d’Egée.

Soutenance de thèse de Quentin Mardi, Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée, Paris 1, 20 septembre 2018

M. Quentin CARDI soutiendra sa thèse de Doctorat en philosophie, dirigée par E. Picavet, le mercredi 20 septembre 2018 à 14h30 au centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle 56.

Le travail est intitulé: « Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée. Une étude de l’appropriation du numérique par le politique dans le cadre des processus de participation citoyenne ».

Le jury comprend, outre le directeur de thèse:
Mme Cécile Blatrix (AgroParisTech),
M. Loïc Blondiaux (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
M. André Lacroix (université de Sherbrooke, Canada),
Mme Stéphanie Wojcik (université Paris-Est Créteil)

Soutenance de thèse, Alexandre Ferron, Le moment marxiste de la phénoménologie française (Sartre, Merleau-Ponty, Tran Duc Thao), Paris 1, 9 décembre 2017

Alexandre Ferron, Le moment marxiste de la phénoménologie française (Sartre, Merleau-Ponty, Tran Duc Thao)

Le samedi 9 décembre 2017 à 14h,
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
Salle Duroselle (Galerie J. B. Dumas), 14 rue Cujas, 75005 Paris

Le jury sera composé de :

Monsieur Renaud Barbaras, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
Monsieur Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Monsieur Étienne Bimbenet, professeur à l’université Bordeaux Montaigne
Madame Florence Caeymaex, maître de recherches F.R.S.-FNRS, université de Liège
Monsieur Franck Fischbach, professeur à l’université de Strasbourg

Résumé :

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1960, les représentants les plus importants du courant phénoménologique en France, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty et Trần Đức Thảo, estiment non seulement qu’il est nécessaire de se confronter au marxisme, mais également que l’articulation entre phénoménologie et marxisme constitue l’un des enjeux essentiels de la philosophie dans le monde contemporain. L’objet de notre recherche est de comprendre la spécificité du travail philosophique que chacun de ces auteurs opère sur ces deux courants en apparence si opposés afin de rendre possible leur synthèse. Ce travail montre notamment comment le projet initial de 1944 est progressivement mis en question et reconfiguré au contact des évolutions historiques et politiques, des débats philosophiques et du développement des sciences humaines. Nous entendons ainsi restituer les enjeux et inventions conceptuelles de ce qui restera l’un des moments les plus féconds et originaux de la philosophie française contemporaine.

Soutenance de thèse, Clotilde Nouët, L’hétéronomie du discours. Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, 11 décembre 2017, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Soutenance de thèse

Madame Clotilde Nouët soutiendra sa thèse de Doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée :

L’hétéronomie du discours.
Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas

Le lundi 11 décembre 2017 à partir de 9h, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en salle Duroselle, devant un jury composé de :

Mme Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, Professeure émérite à l’Université de Rennes 1

Mme Rahel JAEGGI, Professeure à l’Université Humboldt de Berlin, directrice

M. Jean-François KERVÉGAN, Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur

M. Emmanuel RENAULT, Professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre

M. Martin SAAR, Professeur à l’Université de Leipzig

Résumé

Nous proposons dans cette thèse une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, qui vise à interroger la conception du discours sur laquelle elle se fonde. De ses premiers textes sur « l’espace public » à la théorie politique et du droit qu’élabore Droit et démocratie, Habermas approfondit l’intuition selon laquelle c’est à travers une certaine pratique du discours argumenté que se forment les espaces de communication, de délibération, et de décision, sans la vitalité desquels la démocratie ne saurait être « radicale ». Il convient dès lors de reconstruire cette théorie du discours qui sous-tend sa pensée politique, aux différents niveaux où elle est opératoire : la pratique du langage ordinaire qui est la nôtre lorsque nous communiquons dans la vie de tous les jours ; celle que nous mettons en œuvre en tant que sujets politiques lorsque nous revendiquons des droits dans l’espace public ; celle enfin qui nous permet d’argumenter selon un point de vue moral lorsqu’il s’agit de déterminer les principes de justice. Nous défendons la thèse selon laquelle les normes fondamentales du discours, qu’Habermas établit à un niveau quasi transcendantal, doivent être reconduites à une hétéronomie qui est celle des conditions matérielles du discours. La philosophie sociale d’inspiration matérialiste qu’Horkheimer s’emploie à construire dans les années 1930 ouvre la voie d’une telle analyse. Nous reconstituons à cet effet le débat interne à l’École de Francfort sur la question de savoir comment le matérialisme critique de Marx doit être interprété.