Soutenance de thèse de Marc Goetzmann, “A l’ombre du Léviathan. Coutume et propriété comme “faisceau de droits” de Henry Sumner Maine à Elinor Ostrom”, Collège franco-britannique, Paris, 5 décembre 2019, 14h.

Marc Goetzmann soutiendra sa thèse en doctorat en philosophie de l’université Côte d’Azur le 5 décembre 2019 à 14h, au collège franco-britannique de la Cité universitaire (Paris).

La thèse est intitulée

A l’ombre du Léviathan. Coutume et propriété comme “faisceau de droits” de Henry Sumner Maine à Elinor Ostrom

Elle a été rédigée sous la direction de Pierre-Yves Quiviger (Université de Nice) et de Mélanie Plouviez (Université de Nice).

Composition du jury
Frédéric Audren, Directeur de recherches CNRS, Sciences Po Paris 
Stéphane Chauvier, Professeur, Sorbonne-Université
Myrian-Isabelle Ducrocq, Maître de Conférences HDR, Université Paris-Nanterre
Bruno Karsenti, Directeur d’études, EHESS
Mélanie Plouviez, Maître de Conférences, Université Côte d’AzurPierre-Yves Quiviger, Professeur, Université Côte d’Azur

Résumé de la thèse
À l’ombre du Léviathan. Coutume et propriété comme « faisceau de droits » de Henry Sumner Maine à Elinor Ostrom

Ce travail souligne les liens directs ou indirects de filiation entre l’étude contemporaine des « communs » par Elinor Ostrom et ses collègues et celle des « communautés de village » par certains penseurs de la fin du XIXe siècle. En particulier, ces deux corpus contestent explicitement le recours à la figure du « Léviathan » comme souverain, producteur du droit et protecteur de la propriété individuelle. Il s’agit de montrer, à travers les œuvres de Henry Sumner Maine et John Stuart Mill, que le problème de la gestion de l’Inde coloniale vient alimenter les débats européens de l’époque sur un ensemble de questions, telles que celle de l’alternative entre propriété individuelle et collective, de la codification juridique, ou de la nature de la souveraineté. Le paradigme philosophique et juridique hérité de Hobbes, Bentham et Austin se voit ainsi contesté, face à l’existence des « communautés » de village aux régimes de propriété complexes et régulées par des systèmes coutumiers indépendants de tout « souverain ». La coutume apparaît dans ces communautés comme un ensemble de règles ayant pour fonction de permettre la gestion collective de ressources, ce que confirme et précise l’étude des communs par Elinor Ostrom. C’est aussi dans ce cadre que l’on peut situer l’origine d’une certaine acception de la propriété comme « faisceau de droits ». Nous proposons une forme de généalogie de cette expression, afin de montrer que, dans le contexte du XIXe comme dans celui, plus récent, de l’étude des communs, elle ne désigne pas un ensemble fragmenté de droits, mais bien plutôt une structure spécifique marquée par une conception patrimoniale de la propriété qui se distingue de l’idée de propriété comme maîtrise absolue de l’individu sur les choses. Ces comparaisons contribuent aussi à une compréhension élargie des problèmes de coopération, en soulignant le rôle que la coutume peut jouer dans leur résolution.

In the Shadow of the Leviathan. Customary law and property as a « bundle of rights » from Henry Sumner Maine to Elinor Ostrom

This work highlights the direct or indirect links between the contemporary study of « commons » by Elinor Ostrom and her colleagues and that of « village communities » by some late 19th century thinkers. In particular, these two corpuses explicitly challenge the use of the figure of the Leviathan as sovereign, source of the law and protector of individual property. The works of Henry Sumner Maine and John Stuart Mill show that the problem of managing colonial India fueled debates that interested their European contemporaries on questions such as the alternative between individual and collective property, the problem of legal codification, or the nature of sovereignty. The philosophical and legal paradigm inherited from Hobbes, Bentham and Austin is thus challenged in the face of the existence of these « village communities » and their complex structures of ownership, regulated by customary systems independent from any « sovereign ». Custom then appears in these communities as a set of rules designed to allow the collective management of resources, which is confirmed and clarified by Elinor Ostrom’s study of the commons. It is also in this context that the origin of the idea of property as a « bundle of rights » can be found. We show that, in the 19th century as in the more recent studies on the commons, this idea does not refer to a fragmented set of rights, but rather to a specific structure, that encapsulates a patrimonial conception of property, to be distinguished from the idea of property as the absolute dominion of individuals over things. These parallels also offer valuable insights on problems of collective action and cooperation, by highlighting the role customary law plays in solving them.

Soutenance de thèse de Théophile Lavault, “La fabrique de l’étranger intérieur. Généalogie d’une gouvernementalité coloniale”, Paris 1, 29 novembre 2019

Le vendredi 29 novembre, Théophile Lavault, soutiendra sa thèse de doctorat en philosophie menée sous la direction de Judith Revel et intitulée:

La fabrique de l’étranger intérieur. Généalogie d’une gouvernementalité coloniale

La soutenance se déroulera à 9h30 en salle 216 du centre Panthéon (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 12 place du Panthéon, 75005, RER Luxembourg, M° Odéon / M° Cluny-La-Sorbonne).

Le jury sera composé de : 

  • Magali BESSONE, professeure de philosophie, ISJPS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
  • Guillaume le BLANC, professeur de philosophie, LCSP, Université Paris-Diderot (rapporteur),
  • Vanessa CODACCIONI, maîtresse de conférences HDR en science politique, CRESSPA-CSU, Université Paris 8 (rapportrice),
  • Frédéric GROS, professeur de philosophie, CEVIPOF, Institut d’études politiques de Paris,
  • Judith REVEL, professeure de philosophie, SOPHIAPOL, Université Paris-Nanterre.

Résumé

Cette thèse vise à constituer la généalogie d’appareils coloniaux de capture et de gouvernement de l’altérité depuis la conquête de l’Algérie jusqu’aux formes contemporaines de contrôle de l’immigration. On y suit les conditions d’élaboration et de réagencements successifs du pouvoir militaro-pastoral exercé par les « officiers sociaux » de l’armée coloniale en Algérie, au Maroc, mais aussi en métropole. Ce travail s’inscrit dans une volonté de poursuivre sur d’autres terrains le projet foucaldien d’une histoire des gouvernementalités. Sont interrogés les mécanismes à l’œuvre dans la fabrique d’une figure inhérente à la construction de notre modernité politique : celle de l’étranger intérieur. Une figure qui, par son historicité propre, invite à penser, au-delà de la frontière du national et de l’étranger, les modes de sujétion des « populations autres ». De « l’indigène » au « musulman », du « Français musulman d’Algérie » au « travailleur immigré », tout un foyer d’énonciation de l’altérité se laisse voir dans les archives et permet de tracer la généalogie coloniale d’un pouvoir qui vise, au-delà de la normalisation des corps et des comportements, à transformer les psychés des sujets gouvernés, à élaborer une psychopolitique.

Abstract

Indeavouring to provide with a genealogy of colonial occupation and government apparatuses towards alterity, this work is set up on a historical continuum that runs from the French conquest of Algeria to contemporary forms of immigration control, where are best shown originating conditions and succesive adjustments of militaro-pastoral power exerted by the « social officers » of the colonial army in Algeria, Marocco and still further in the metropolis. It is willingly pursuing on grounded fields the projects of a governmentality history by Michel Foucault, questioning the mecanisms at work within the impersonation of a character inherent to our political modernity : the interior alien. Through its singular historicity, this character helps us to think about « alter-populations’ » modes of subjection, beyond the limits of national versus stranger. From the « indigen » to the « muslim », from the « French muslim from Algeria » to the « immigrated worker », a whole cluster of enunciation can be found into archives. This in turn helps to trace back a colonial genealogy of power that cannot be reduced to the sheer normalisation of bodies and behaviors, because it aims at transforming the mindsets of the governed people, which we might describe as a « psychopolitical » power.

Soutenance de thèse de Bertrand Cochard, “Guy Debord et la philosophie”, Nice, 22 novembre 2019.

Bertrand Cochard soutiendra sa thèse intitulée

Guy Debord et la philosophie

le 22 novembre 2019 à partir de 14h à la faculté de lettres de Nice, salle de conférences de la Bibliothèque Henri Bosco (Campus Carlone, 98 bd Edouard Herriot, 06000 Nice)

Jury : Franck Fischbach (Strasbourg, rapporteur), Vincent Kaufmann (St. Gall, rapporteur), Judith Revel (Nanterre, présidente).

Directeurs : Pierre-Yves Quiviger (Nice) et Arnaud Milanese (ENS Lyon).

Résumé : À la fin des années 1950, Guy Debord entreprend de confronter ses thèses et intuitions, initialement construites au sein des avant-gardes artistiques, avec la philosophie allemande. Il étudie Hegel et Marx, découvre le marxisme « hétérodoxe » (Korsch, Lukács, Pannekoek), discute les théoriciens et commentateurs de son temps (Hyppolite, Lefebvre, Goldmann), et importe certains concepts issus de cette tradition (totalité, aliénation, marchandise, etc.) au sein de sa propre pensée. Quelles ont été les conséquences de ce « tournant » philosophique ? Comment l’étude de ce tournant peut-elle permettre de mettre en question la réduction de l’auteur de La société du spectacle à un sociologue critique de « la société de consommation » ? L’objectif de ce travail, comportant trois parties – Esthétique (I), Philosophie critique (II), Philosophie du temps et de l’histoire (III) – est de faire émerger la singularité de Debord dans le champ philosophique, en plaçant notamment la question du temps au cœur de cette singularité.

Soutenance de la thèse de Fred Ménager, Théorie critique et sécularisation”, EHESS, 19 novembre 2019

“Théorie critique et sécularisation”

Thèse en Etudes Politiques mention philosophie politique

Mardi 19 novembre à 9 heures dans les locaux de L’EHESS sis au 54 Boulevard Raspail 75007 Paris en salle AS1_08. 

 
Le jury sera composé de : Pierre Bouretz, professeur, EHESS, (directeur) ; Danielle Cohen-Levinas, professeure, Université Paris-Sorbonne, ENS (rapportrice) ; Vincent Delecroix, professeur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (rapporteur) ; Johann Michel, professeur, Université de Poitiers; Barbara Carnevali, maîtresse de conférences, EHESS; Marc de Launay, chercheur, CNRS, Nicolas Poirier, chercheur, Université Paris X Nanterre. 

Présentation de la thèse : 

La Théorie critique n’est pas un ensemble figé d’auteurs rassemblés dans une école mais elle se déploie plutôt comme un style de pensée. Parmi les particularités de ce style de pensée, la référence constante à des concepts issus de la théologie et du vocabulaire religieux est à la fois indéniablement connue des meilleurs commentateurs comme Martin Jay, mais reste faiblement considérée ou expliquée de manière systématique. Ce travail ambitionne de fournir à la fois une cartographie et une généalogie de l’utilisation de ces concepts en étudiant donc cet aspect sous des dehors génétiques afin d’en expliquer les sources et sous des dehors structurels afin d’expliquer l’apport fonctionnel dans l’économie générale de la Théorie critique. Un autre aspect réside dans la nécessaire confrontation de cette signification interne à la Théorie critique à la querelle de la sécularisation qui a traversé la vie philosophique allemande depuis 
1922 et la publication de la Théologie politique de Schmitt. A cette fin nous avons étudié un corpus qui s’étend des fondateurs de ce qu’il est convenu d’appeler l’Ecole de Francfort aux représentants ultérieurs qui ont été regroupés sous le vocable de tournant communicationnel, mais aussi à des auteurs proches qui partagent ce rapport à la sécularisation du théologique comme Bloch ou Kracauer. L’étude porte sur les concepts eux-mêmes et n’obéit pas à une logique historique ou à une logique de classification par auteurs. Une approche centrée sur les grands mouvements et modifications des concepts a été privilégié. La coupure paradigmatique a cependant été intégrée puisqu’elle recoupe à la fois un tournant historique, méthodologique et conceptuel. Les postions des différents auteurs ont été comparées entre elles et leur signification mises en rapport à la fois avec le structures théologiques sous-jacentes, en particulier autour
 de la notion de messianisme juif, mais aussi avec les lignes de force des discussions autour du Théorème de sécularisation. Cet usage de concepts théologiques sécularisés permet de considérer que le paradigme communicationnel se pose aussi comme une réponse à certaines difficultés nées de l’usage antérieur des concepts théologiques sécularisés et s’inscrit dans le passage d’une théorie de la domination à une théorie de la démocratie. Cette transformation amène un glissement de la théologie sécularisée vers une philosophie politique de la religion. En outre, Nous en sommes venus à constater que la Théorie critique redéfinit le champ épistémique de la querelle de la sécularisation en proposant une alternative au débat Löwith-Blumenberg. Cette position constitue au-delà des métamorphoses de la Théorie critique un ferment d’unité, annonçant un modèle de conception de la sécularisation complexifié. Ce dernier appelle désormais une 
modélisation systématique afin de rendre compte de l’aporie entre persistance de la puissance de la pensée religieuse hétéronome et déclin de l’emprise de cette dernière sur l’organisation politique et juridique des sociétés devenues autonomes. 

Soutenance de thèse de Paul Guilibert, “Terre et capital. Penser la destruction de la nature à l’âge des catastrophes globales”, 16 octobre 2019, Nanterre

Paul Guilibert, “Terre et capital. Penser la destruction de la nature à l’âge des catastrophes globales”


Elle se déroulera le : 

Mercredi 16 octobre 2019 à 9h

Université Paris Nanterre – 200, avenue de la République
Salle René Rémond B015 – Bâtiment B. Pierre Grappin
Venir à Paris Nanterre – Consulter le plan du campus

Les membres du jury sont : 

– M. Christophe Bonneuil, Directeur de recherche, CNRS, rapporteur- M. Pierre Charbonnier, Chargé de recherche, CNRS, examinateur- M. Stéphane Haber, Professeur, Université Paris Nanterre, directeur- Mme Émilie Hache, Maitresse de conférence, Université Paris Nanterre, examinatrice- M. Razmig Keucheyan, Professeur, Université Bordeaux Montaigne, rapporteur- Mme Catherine Larrère, Professeure émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, examinatrice.

Résumé 

Que change « l’intrusion de Gaïa » à la pensée socialiste et en particulier au marxisme ? Peut-on maintenir la critique du capitalisme et le projet révolutionnaire « au temps des catastrophes » ? Ce travail défend que la destruction contemporaine de la nature impose un triple chantier à la philosophie héritée du marxisme. En premier lieu, le capitalisme doit être repensé à partir de son histoire environnementalede longue durée. Il apparaitra alors comme un système qui évolue et se transforme en fonction des natures qu’il s’approprie. En deuxième lieu, penser la destruction de la nature suppose une ontologie naturaliste sur laquelle fonder une critique des pratiques sociales destructrices et à partir de laquelle il est possible d’imaginer de nouvelles relations naturelles. En troisième lieu, nous assistons à l’intervention spontanée d’une multiplicité d’êtres non humains dans nos histoires sociales. Cette puissance d’agir des « natures historiques » modifie le sol de nos expériences politiques et recompose notre cosmopolitique révolutionnaire. À condition d’être repensé à partir de l’expérience de la destruction de la nature, le matérialisme historique peut fournir les ressorts nécessaires à la formulation d’un programme d’émancipation sociale adapté à l’âge des catastrophes globales. 

Mots-clés : capitalisme, nature, histoire environnementale, cosmopolitique, marxisme, catastrophe, destruction.

Abstract

What does “Gaia’s intrusion’’ change to socialist thought and in particular to Marxism? Can we maintain the critique of capitalism and the revolutionary project “in times of disasters’’? This work defends that the contemporary destruction of nature imposes a triple task on the philosophy inherited from Marxism. First, capitalism must be rethought on the basis of its long-term environmental history. It will then appear as a system that evolves and transforms itself according to the natures it appropriates. Secondly, thinking about the destruction of nature implies a naturalistic ontology on which one can base a critique of destructive social practices and from which it is possible to imagine new natural relationships. Third, we are witnessing the spontaneous intervention of a multiplicity of non-human beings in our social histories. This agency of “historical natures’’ changes the soil of our political experiences and recomposes our revolutionary cosmopolitics. Provided that it is rethought on the basis of the experience of the destruction of nature, historical materialism can provide the necessary impetus for the formulation of a social emancipation programme adapted to the age of global disasters.

Keywords : capitalism, nature, environmental history, cosmopolitics, marxism, disaster, destruction.

Soutenance de la thèse d’Aurélien Allard, “Le mérite : Signification, possibilité et valeur”, Paris 8, 9 avril 2019

Mardi 9 avril à 13h, dans la salle de conférence du bâtiment Pouchet, 59-61 rue Pouchet, Paris.

La thèse est intitulée « Le mérite : Signification, possibilité, et valeur. »

Composition du jury :

  • Michel Forsé, CNRS
  • Bertrand Guillarme, Université Paris 8 (Directeur de thèse)
  • Anthony Lantian, Université Paris 10
  • Catherine Larrère, Université Paris 1
  • Véronique Munoz-Dardé, UCL et UC Berkeley
  • Pascal Wagner-Egger, Université de Fribourg

Résumé : L’idée de mérite possède un statut à part dans les sociétés contemporaines. Comme l’égalité ou la liberté, le mérite est plébiscité au sein des populations de divers pays occidentaux. Cependant, à l’inverse d’un certain nombre d’autres principes moraux, il existe un très fort scepticisme vis-à-vis de cette idée au sein de la littérature philosophique. Nous défendons ici que ce scepticisme est injustifié, et que la popularité du mérite correspond au fait qu’il s’agit bien d’un principe moral incontournable. La spécificité de cette thèse repose en partie sur l’usage d’expériences psychologiques visant à étudier la perception populaire de problèmes philosophiques fondamentaux. Ce recours à des méthodes empiriques est justifié par l’idée que toute théorie morale doit être une mise en cohérence des intuitions populaires. Cet ancrage profond du mérite dans la moralité ordinaire constitue selon nous une justification majeure de la valeur du mérite. De surcroît, nous mettons en avant trois autres justifications. Le mérite joue aussi un rôle instrumental pour la promotion du bien-être collectif, assure une concordance entre l’intérêt public et l’intérêt privé, et sert à constituer une communauté de valeurs. Cette quadruple justification nous permet de mettre en avant la nécessité d’inscrire le mérite au sein d’une théorie pluraliste de la justice sociale.

Soutenance de thèse de Daphné Le Roux, “La marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel du mariage catholique”, Nanterre, 7 décembre 2018

“La Marche nuptiale. Subjectivation et technique de soi dans le rituel de mariage catholique”

La soutenance aura lieu le vendredi 7 décembre 2018 à 14h00.
À l’Université Paris Nanterre,
Au Bâtiment René Ginouvès, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE)
en Salle 308.

Composition du jury :

Monsieur Vincent Descombes, Rapporteur, Directeur d’études, EHESS

Monsieur Frédéric Fruteau de Laclos, Examinateur, Maître de conférences, Université Paris 1

Madame Martine de Gaudemar, Directrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Laurence Hérault, Rapporteure, Professeure, Université d’Aix-Marseille

Monsieur Michael Houseman, Codirecteur, Directeur d’études, EPHE

Madame Judith Revel, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Madame Martine Segalen, Examinatrice, Professeure, Université Paris Nanterre

Résumé de la thèse

Cette thèse poursuit un double objectif. D’une part, étudier les transformations contemporaines du rituel de mariage catholique en France à partir d’une observation ethnographique de l’ensemble des activités qui composent le rite – de la préparation à la célébration. D’autre part, évaluer la pertinence de la théorie foucaldienne des « techniques de soi » pour rendre compte de ces activités. Cette double dimension, ethnographique et théorique, constitue le fondement d’une « philosophie de terrain » dont on définit les enjeux méthodologiques. La première partie de ce travail est d’ordre épistémologique : elle présente et discute différentes manières d’appréhender la ritualité catholique contemporaine. La deuxième partie se concentre sur la préparation au mariage : on étudie alors les exercices mis en place par les prêtres et les animateurs laïcs de l’association Centres de préparation au mariage (CPM), et on souligne notamment la dimension réflexive de ces dispositifs qui condu
it les fiancés à adopter de nouveaux schèmes narratifs et de nouvelles techniques de communication pour s’engager dans leur vie de couple. La troisième partie est centrée sur la célébration de l’union : on montre alors que, dans le contexte du catholicisme contemporain, l’effectivité de ce rite ne se comprend pleinement que si on l’envisage à l’aune de la préparation qui le conditionne. Deux enjeux généraux émergent de ce travail. D’une part, on présente les apports de la théorie de la subjectivation à l’analyse rituelle. D’autre part, les observations ethnographiques permettent d’approfondir de façon critique la théorie foucaldienne.

Abstract

This thesis has a twofold objective. On the one hand, to examine the contemporary transformations of the Catholic wedding ritual in France based on an ethnographic observation of all the activities that comprise the rite — from preparation to celebration. On the other hand, to evaluate the relevance of Foucault’s ‘‘technologies of the self’’ to reflect these activities. This dual dimension, ethnographic and theoretical, constitutes the basis of a ‘‘field philosophy’’ whose methodological issues are defined. The first part of this work is of an epistemological nature: it presents and discusses different ways of understanding contemporary Catholic rituality. The second part focuses on marriage preparation: we then explore the exercises set up by priests and lay animators of the association Centres de préparation au mariage (CPM). In particular, the reflective dimension of these devices (dispositifs) is highlighted, leading to the adoption of new narrative patterns and new commu
nication techniques to engage in their couple’s life. The third part focuses on the celebration of union: it is then shown that, in the context of contemporary Catholicism, the effectiveness of this rite can only be fully understood if it is considered in the light of the preparation that conditions it. Two general issues emerge from this work. On the one hand, the contributions of subjectification theory to ritual analysis are presented. On the other hand, ethnographic observations allow us to critically deepen Foucault’s theory.

Soutenance de thèse de Mona Gérardin-Laverge, “Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes.”, 14 décembre 2018, Paris 1.

Soutenance de thèse de Mona Gerardin-Laverge :

« Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes »

La soutenance aura lieu le vendredi 14 décembre 2018 à 9h30.
Centre Panthéon
12, place du Panthéon
75005 Paris
Salle 6 (aile Soufflot, 2e étage).


Composition du jury :

Sandra Laugier, Directrice de thèse
Professeure de Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Bruno Ambroise
Chargé de recherche au CNRS, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UMR 8103)

Nancy Bauer
Professor of Philosophy, Tufts University

Judith Butler
Professor of Comparative Literature and Critical Theory, University of California, Berkeley

Luca Greco
Professeur de Sociolinguistique, Université de Lorraine (Metz)

Paola Marrati
Professor of Philosophy, Johns Hopkins University

Judith Revel
Professeure de Philosophie, Université Paris Nanterre

Résumé :

Comment penser la construction et la déconstruction du genre dans le langage ? Je montre que la philosophie du langage ordinaire — et notamment la théorie austinienne des actes de parole — peut soutenir une approche constructiviste et éclairer le rôle du langage dans la construction sociale du genre. La naturalisation du genre repose à la fois sur une représentation du langage — comme simple reflet du réel et comme « capacité » inégalement partagée — et sur des pratiques linguistiques ordinaires et scientifiques. Penser cela implique de dépasser la stricte dichotomie de l’idéologique et du matériel, pour analyser ensemble la construction et la représentation du genre dans des pratiques discursives et non-discursives. La théorie butlerienne de la « performativité du genre » permet de penser à la fois la construction du genre et sa contingence, sa possible déconstruction. Mais quel est notre pouvoir transformateur ? Si montrer qu’un phénomène n’est pas naturel ne suffit pas à le détruire, analyser sa force ne nous réduit-il pas à l’impuissance ? Pour répondre à ces questions, j’étudie des pratiques discursives de lutte. Je montre le pouvoir transformateur de pratiques de subversions et d’actes de parole insurrectionnels, qui font usage de la performativité du langage pour transformer les conditions sociales encadrant l’efficacité des discours. Je montre que ces pratiques déconstruisent le genre et produisent des collectifs de lutte, pour insister sur ce qu’une approche radicalement constructiviste du genre ouvre comme possibles pour le féminisme et l’action collective.


Summary

Language is a place of struggle
Performativity of ordinary language in the construction of gender and feminist struggles

            How is gender constructed and deconstructed in ordinary practices of language? First of all, I demonstrate that ordinary language philosophy – and more specifically the austinian theory of speech acts – can lay the ground for a constructivist approach and help to understand the role of language in the social construction of gender. I show that gender is naturalized both by our representation of language itself – as a mere reflect of reality and as an unequally shared “capacity” – and by ordinary and scientific practices of language. Understanding this idea involves going beyond the dichotomy of ideological and material, in order to analyze construction and representation of gender together in both discursive and non-discursive practices. Butler’s theory of gender performativity makes it possible to understand both construction and deconstruction, or the contingency of gender. But does not highlighting the strength of this construction lead to deny our power and agency? To answer this question, I study feminist discursive practices. I highlight transformative power of subversions and insurrectional speech acts. I analyze discursive practices of denaturalization that challenge both social and discursive orders, and practices that use language performativity to change the social conditions that give power to speech acts. These practices deconstruct gender and produce political and collective subjects: a radical constructivist approach to gender thus opens rich perspectives for feminism and collective activism.

Soutenance d’HDR de Christophe Miqueu, “La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanisme français, entre ordre et révolution”, 6 décembre 2018, Paris 1

Christophe Miqueu soutiendra son Habilitation à diriger les recherches le jeudi 6 décembre 2018 à 14h00 à l’Université Paris 1 (Salle Duroselle, Galerie J.B. Dumas, 14 rue Cujas, 75005 Paris).

Le dossier s’intitule « De la république éducative à la république sociale », et le manuscrit inédit a pour titre « La laïcité d’émancipation. Etude sur les républicanismes français, entre ordre et révolution ».

Le jury est composé de Laurent BOVE, Professeur émérite à l’Université de Picardie Jules Verne, Chantal JAQUET, Professeure à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (garante), Didier MOREAU, Professeur à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Nicolas SEMBEL, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille (ESPE), Anne SIMONIN, Directrice de recherche au CNRS (CESPRA-EHESS), Elena THEODOROPOULOU, Professeure à l’Université d’Egée.

Soutenance de thèse de Quentin Mardi, Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée, Paris 1, 20 septembre 2018

M. Quentin CARDI soutiendra sa thèse de Doctorat en philosophie, dirigée par E. Picavet, le mercredi 20 septembre 2018 à 14h30 au centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle 56.

Le travail est intitulé: « Les normes de la démocratie à l’épreuve de la participation citoyenne numérique institutionnalisée. Une étude de l’appropriation du numérique par le politique dans le cadre des processus de participation citoyenne ».

Le jury comprend, outre le directeur de thèse:
Mme Cécile Blatrix (AgroParisTech),
M. Loïc Blondiaux (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
M. André Lacroix (université de Sherbrooke, Canada),
Mme Stéphanie Wojcik (université Paris-Est Créteil)

Soutenance de thèse, Alexandre Ferron, Le moment marxiste de la phénoménologie française (Sartre, Merleau-Ponty, Tran Duc Thao), Paris 1, 9 décembre 2017

Alexandre Ferron, Le moment marxiste de la phénoménologie française (Sartre, Merleau-Ponty, Tran Duc Thao)

Le samedi 9 décembre 2017 à 14h,
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
Salle Duroselle (Galerie J. B. Dumas), 14 rue Cujas, 75005 Paris

Le jury sera composé de :

Monsieur Renaud Barbaras, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directeur de thèse)
Monsieur Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Monsieur Étienne Bimbenet, professeur à l’université Bordeaux Montaigne
Madame Florence Caeymaex, maître de recherches F.R.S.-FNRS, université de Liège
Monsieur Franck Fischbach, professeur à l’université de Strasbourg

Résumé :

Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1960, les représentants les plus importants du courant phénoménologique en France, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty et Trần Đức Thảo, estiment non seulement qu’il est nécessaire de se confronter au marxisme, mais également que l’articulation entre phénoménologie et marxisme constitue l’un des enjeux essentiels de la philosophie dans le monde contemporain. L’objet de notre recherche est de comprendre la spécificité du travail philosophique que chacun de ces auteurs opère sur ces deux courants en apparence si opposés afin de rendre possible leur synthèse. Ce travail montre notamment comment le projet initial de 1944 est progressivement mis en question et reconfiguré au contact des évolutions historiques et politiques, des débats philosophiques et du développement des sciences humaines. Nous entendons ainsi restituer les enjeux et inventions conceptuelles de ce qui restera l’un des moments les plus féconds et originaux de la philosophie française contemporaine.

Soutenance de thèse, Clotilde Nouët, L’hétéronomie du discours. Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, 11 décembre 2017, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Soutenance de thèse

Madame Clotilde Nouët soutiendra sa thèse de Doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée :

L’hétéronomie du discours.
Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas

Le lundi 11 décembre 2017 à partir de 9h, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en salle Duroselle, devant un jury composé de :

Mme Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, Professeure émérite à l’Université de Rennes 1

Mme Rahel JAEGGI, Professeure à l’Université Humboldt de Berlin, directrice

M. Jean-François KERVÉGAN, Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur

M. Emmanuel RENAULT, Professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre

M. Martin SAAR, Professeur à l’Université de Leipzig

Résumé

Nous proposons dans cette thèse une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, qui vise à interroger la conception du discours sur laquelle elle se fonde. De ses premiers textes sur « l’espace public » à la théorie politique et du droit qu’élabore Droit et démocratie, Habermas approfondit l’intuition selon laquelle c’est à travers une certaine pratique du discours argumenté que se forment les espaces de communication, de délibération, et de décision, sans la vitalité desquels la démocratie ne saurait être « radicale ». Il convient dès lors de reconstruire cette théorie du discours qui sous-tend sa pensée politique, aux différents niveaux où elle est opératoire : la pratique du langage ordinaire qui est la nôtre lorsque nous communiquons dans la vie de tous les jours ; celle que nous mettons en œuvre en tant que sujets politiques lorsque nous revendiquons des droits dans l’espace public ; celle enfin qui nous permet d’argumenter selon un point de vue moral lorsqu’il s’agit de déterminer les principes de justice. Nous défendons la thèse selon laquelle les normes fondamentales du discours, qu’Habermas établit à un niveau quasi transcendantal, doivent être reconduites à une hétéronomie qui est celle des conditions matérielles du discours. La philosophie sociale d’inspiration matérialiste qu’Horkheimer s’emploie à construire dans les années 1930 ouvre la voie d’une telle analyse. Nous reconstituons à cet effet le débat interne à l’École de Francfort sur la question de savoir comment le matérialisme critique de Marx doit être interprété.