Sous la direction de Céline Jouin, La constitution matérielle de l’Europe, Pédone, 2019

“Après le « non » français et néerlandais aux référendums de 2005, l’échec du traité constitutionnel a laissé l’Union européenne sans constitution formelle. Mais le régime effectif de l’Europe excède largement son cadre formel. Il se caractérise par un ensemble de glissements institutionnels inscrits et non-inscrits dans les traités et par une division des pouvoirs, dont certains ont la propriété remarquable d’être en partie seulement visibles et institutionnellement légitimés.

Comment définir les rapports entre pouvoir de fait et pouvoir légitime au sein de l’Union Européenne ? Le concept de « constitution au sens matériel » forgé par le constitutionnaliste italien Costantino Mortati en 1940 est-il pertinent pour penser l’Europe ?

Les textes des juristes, des économistes et des philosophes réunis dans ce volume proposent une généalogie du concept de constitution matérielle, une réflexion sur ses usages ainsi qu’une enquête sur l’équilibre réel des pouvoirs en Europe et en particulier sur le rapport entre droit et économie.

Ont contribué à ce volume : Julien Barroche, Giacinto Bisogni, David Cayla, Catherine Colliot-Thélène, Marco Goldoni, Christian Joerges, Céline Jouin, Nicolas Levrat, Agustín José Menéndez, Xavier Francaire Renou, Marie Rota, Robert Salais, Mathilde Unger.”

Mondes sociaux, 19 avril 2019

Mondes Sociaux vient de mettre en ligne

  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Gérard Noiriel à propos de son ouvrage Une histoire populaire de la France. De la Guerre de cent ans à nos jours » (podcast) : https://sms.hypotheses.org/19152
  • Lucrecia Enríquez, « La independencia del Chile, une historia olvidada ». Au Chili, la date de l’Indépendance fait l’objet d’une lecture conservatrice et d’une lecture progressiste : https://sms.hypotheses.org/19196

Publiés le même jour

  • Guillaume Carbou, « Le romantisme de l’écologie politique ». Quand l’écologie est prise entre des courants divers et parfois contradictoires… https://sms.hypotheses.org/19227
  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Geneviève Azam et Maxime Combes à propos de l’ouvrage Chaos climatique partout ! Justice climatique nulle part ! » (podcast). La transition écologique, c’est pour quand ? https://sms.hypotheses.org/19259
  • Thibaud Deguilhem, « Comprendre le marché du travail à Bogota à partir de la qualité de l’emploi ». Comment mesurer la qualité de l’emploi ? Cette notion est-elle plus pertinente que les outils classiques ? https://sms.hypotheses.org/19242
  • Manon Bril, « Réapprendre à aimer l’obscurité ». La pollution lumineuse des villes nous ferait-elle regretter l’obscurité ? Ça se discute… https://sms.hypotheses.org/19218

“Why Private Property ?”, Raisons politiques, 73, 2019

Le dernier numéro de la revue Raisons Politiques (n° 73) a été coordonné par Eric Fabri, Maxime Lambrecht et Pierre Crétois. Il s’intitule “Why Private Property?”. Il est disponible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2019-1.htm?fbclid=IwAR2I4qACx6K5JERp_jCkGHQR69Hp36K7FfOZV2_vpq3poQP0H46DlI7w0m8
 
Sommaire : 
  • Pierre Cretois, Éric Fabri et Maxime Lambrecht, Introduction
  • Hillel Steiner, Good Fences Make Good Neighbours
  • Billy Chistmas, Hugo Grotius and Private Property
  • Jean-Fabien Spitz, Locke et l’appropriation privée. À quelles conditions le droit d’exclure peut-il être justifié ?
  • Karl Widerquist, The Pursuit of Accord: Toward a Theory of Justice with a Second-Best Approach to the Insider-Outsider Problem
  • Victor Mardellat, Contractualism and the Moral Limits of Private Property Rights
  • Gavin Kerr, Private Economic Liberty and the Idea of Quasi-Private Ownership
  • Round Table (Philippe Van Parijs, Jean-Fabien Spitz, Hillel Steiner, Karl Widerquist), “Why Private Property?”  

 

Jacopo Domenicucci (ed.), Trusting Institutions, Rosenberg et Seller, 2019

Are you rational if you trust your bank? Does the healthcare system deserve your trust? How should a state earn citizens’ trust? In which sense do certain institutions need public trust in order to function properly? Is there a basic notion of trust common to both interpersonal and institutional dealings? How should we understand the so-called ‘crisis of trust in institutions’? In Trusting Institutions, analytic philosophers address these and similar questions, which have been of central concern for social scientists for a while and are now increasingly at the centre stage in public debate. Careful conceptual scrutiny should clarify what it is to trust institutions and how this can be rational.

En accès libre : https://journals.openedition.org/estetica/3395 

Bruno Cautrès, Anne Muxel, eds., Histoire d’une révolution électorale (2015-2018), Classiques Garnier,

 Il s’agit de la seule enquête réalisée en France par des chercheurs, des universitaires et des consultants politiques sur une période continue de 4 ans.

L’élection présidentielle de 2017 constitue un moment inédit de l’histoire de la Ve République. Un candidat, jeune et lancé dans la course sans le soutien d’une formation politique classique, en dehors du clivage gauche-droite, gagne l’élection. Du jamais vu ! C’est cette révolution électorale que l’ouvrage raconte. En analysant à la loupe les votes et les opinions des Français sur une période de près de quatre ans (2015-2018) le livre examine la solidité du « nouveau monde » appelé de ses vœux par Emmanuel Macron. Que reste-t-il de cette dynamique électorale alors que se profilent les élections européennes et, en 2020, les élections municipales ? Que pouvait-on présager du mouvement social inédit des Gilets Jaunes qui secoue la France aujourd’hui ?
 

Thomas Skorucak, Le courage des gouvernés. Michel Foucault et Hannah Arendt, CNRS Editions, 2019

 

Présentation sur le site de l’éditeur :
“En ces temps marqués par la grande désillusion des citoyens face au politique, alors même que l’action collective est plus que jamais nécessaire, n’est-il pas urgent de réactualiser la notion de courage ? Mais comment penser ce courage loin de l’image d’une posture héroïque, apanage exclusif des puissants et des natures exceptionnelles, représentation à laquelle nous l’avons trop souvent cantonné ?
Ce courage des citoyens, cette vertu des gouvernés, Thomas Skorucak la met en scène dans des procès emblématiques où s’affrontent l’autorité et la vérité. Procès de Socrate et Galilée où le vrai s’est progressivement imposé comme source unique de l’autorité. Procès des criminels nazis où est patente la difficulté à s’affirmer face au pouvoir de sujétion de la vérité et à la démultiplication des régimes d’obéissance.
Comment dès lors élaborer une forme de courage qui serait une élaboration quotidienne et patiente de soi par soi, résistante à l’emprise du pouvoir sur notre conduite ? La question n’a rien de rhétorique. Michel Foucault et Hannah Arendt ouvrent la voie, revenant tous deux à l’Antiquité et à la figure tutélaire de Socrate. Ils permettent de penser un courage sans référence à aucune transcendance, comme fidélité à soi-même, ou comme stylistique de l’existence.
Une tentative de désassujettissement, dont l’actualité n’est pas à démontrer.”

Dernières publications de Mondes sociaux

Mondes Sociaux vient de publier

  • Fabrice Flückiger, « Choisir sa religion en Suisse au XVIe siècle ». Le débat et le vote, plutôt que la répression, ont-ils permis de réguler les questions religieuses au moment de l’émergence du protestantisme ? https://sms.hypotheses.org/18933

 Mis en ligne le même jour

  • Claire Bidart, Michel Grossetti, « Les temporalités entrecroisées des réseaux sociaux ». Désormais très étudiés, les réseaux sociaux sont rarement abordés sous l’angle des rythmes sociaux, des manières de vivre et de pratiquer le temps. https://sms.hypotheses.org/18937
  • Audrey Murillo, « Les stratégies des lycéens face aux fiches de renseignements scolaires ». Les enseignants demandent souvent de remplir des fiches de renseignement. Comment les élèves vivent-ils ce moment ? Disent-ils la ‘vérité’ ? https://sms.hypotheses.org/18929
  • Manon Bril, « Et la lumière fut… mais à quel prix » (vidéo). La production et l’acheminement de l’électricité nécessitent des infrastructures lourdes et contestées, des moyens financiers importants et la coordination de nombreux pays. https://sms.hypotheses.org/18926

Jus Politicum, “La jurisprudence du Conseil constitutionnel et les différentes branches du droit : regards critiques”, 2019

Jus Politicum, vol. X, Paris, Dalloz, février 2019, 354 p.

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et les différentes branches du droit : Regards critiques

Volume coordonné par O. Beaud, Ph. Conte et P. Wachsmann

L’expression de Louis Favoreu, la « constitutionnalisation des branches du droit », désigne le fait que l’utilisation, par le Conseil constitutionnel, d’un bloc de constitutionnalité composite a imprimé aux différentes branches du droit français des transformations souvent considérables. L’entrée en vigueur de la question prioritaire de constitutionnalité a encore amplifié le phénomène. De ces transformations, le droit pénal ou le droit des sociétés ne sont pas davantage exempts que le droit administratif ou le droit financier.

L’ambition du colloque « La jurisprudence du Conseil constitutionnel et les différentes branches du droit : regards critiques » organisé par l’Institut Michel Villey, l’Institut de criminologie et de droit pénal et l’Institut de recherches Carré de Malberg, qui s’est tenu à l’Université Paris II Panthéon-Assas en mai 2017 et dont les actes sont ici publiés, était d’envisager, sous un angle critique, l’impact de la jurisprudence du Conseil constitutionnel sur les différentes branches du droit. Sont ici assemblées des contributions de spécialistes de ces matières, qui dressent un bilan de l’intervention du Conseil constitutionnel dans leur champ d’études.

L’ensemble de ces études fait ressortir un contraste saisissant entre les capacités d’une institution essentiellement composée de non-juristes et le caractère très technique des questions à résoudre, du point de vue constitutionnel, dans un grand nombre de matières connaissant des traditions et des équilibres établis préalablement. Au lieu de dessiner l’image d’un Conseil constitutionnel qui serait le prophète inspiré des grands principes juridiques, cet ouvrage offre plutôt celle d’un éléphant dans un magasin de porcelaines, tant les concepts du droit, parfois multiséculaires, sont malmenés par la jurisprudence constitutionnelle. Ainsi, au rebours du discours trop souvent lénifiant d’une partie des universitaires, faisant écho à l’auto-célébration du Conseil constitutionnel, le présent ouvrage propose un bilan critique de son œuvre.

Sommaire du volume

Olivier Beaud, Philippe Conte, Patrick Wachsmann : Préface

Dominique Fenouillet : La jurisprudence du Conseil constitutionnel en droit civil des personnes. Promotion ou déformation ?

François Chénedé : Quelle « constitutionnalisation » pour le droit civil des contrats ?

Bénédicte Girard : La responsabilité civile dans la jurisprudence du Conseil constitutionnel

François-Xavier Lucas : Le droit des affaires à l’épreuve de la jurisprudence du Conseil constitutionnel

Philippe Conte : La matière pénale revue par le Conseil constitutionnel (Hommage tout en nuances à la science infuse des omniscients)

Denis Baranger : Comprendre le « bloc de constitutionnalité »

Agnès Roblot-Troizier : Le Conseil constitutionnel et les sources du droit constitutionnel

Olivier Beaud : Le Conseil constitutionnel sur la souveraineté et ses approximations

Andrea Hamann : Sur un « sentiment » de souveraineté

Bruno Daugeron : Le Conseil constitutionnel a-t-il une théorie de la représentation ?

Patrick Wachsmann : Le Conseil constitutionnel et le principe de séparation des autorités administrative et judiciaire

Emmanuel de Crouy-Chanel : La portée conférée par le Conseil aux décisions qu’il rend en matière fiscale

Véronique Champeil-Desplats : L’autonomisation relative des références à la sécurité dans les décisions du Conseil constitutionnel

La gazette des archives, “Le goût des archives à l’ère numérique”, 253, 2019

PRÉSENTATION


En 1989, Arlette Farge publie Le goût de l’archive. Elle y décrit ce que tout·e historien·ne a pu vivre : une relation intime aux sources primaires – que l’on s’approprie physiquement et intellectuellement –, qui s’inscrit dans un espace particulier, la salle de lecture. Cette relation intime conditionne pour partie l’interprétation de nos sources et le récit du passé que nous en tirons.

Aujourd’hui, la mise en données des sources primaires bouleverse cette relation intime : nous consultons des corpus en ligne, et nos séjours en centres d’archives sont transformés par de nouveaux usages, à l’exemple de l’appareil photo.

Ce numéro de La Gazette des archives est la première capture d’un projet qui questionne l’évolution de ce lien au document d’archives. Archivistes et historien·nes s’interrogent : à l’ère numérique, les archives ont-elles toujours le même goût ?


Ce numéro a été conjointement coordonné par Frédéric Clavert, professeur assistant en histoire contemporaine (université du Luxembourg), et Caroline Muller, maîtresse de conférences en histoire contemporaine (université Rennes 2).
 
SOMMAIRE
 
* Introduction, par Frédéric CLAVERT et Caroline MULLER
* La fabrique de l’archive : le rituel de la collecte des archives, par Céline GUYON
* La salle de lecture, hors du temps et de l’espace ?, par Julien BENEDETTI
* Le numérique : beaucoup de gestes pour un meilleur partage ?, par Dominique NAUD
* Les jeunes historiens rêvent-ils d’archives numériques ?, par Sébastien POUBLANC
* De la source à l’image : y a-t-il une philologie numérique ?, par Julie GIOVACCHINI
* Faire de l’histoire, un casque sur les oreilles : le goût de l’archive radiophonique, par Céline LORIOU
* Le goût des photographies anciennes en ligne : de la mise en bouche à l’indigestion, par Louis BALDASSERONI et Damien PETERMANN
* De la Wayback Machine à la bibliothèque : les différentes saveurs des archives du Web, par Valérie SCHAFER
* Le goût de l’API, par Frédéric CLAVERT
* Les archives au goût du jour ?, par Véronique SERVAT
 

Jérôme Ravat, Ethique et polémiques. Les désaccords moraux dans la sphère publique, CNRS Editions, 2019.

Euthanasie, gestation pour autrui, excision, prostitution, légalisation du cannabis, peine de mort, corrida, consommation de viande, immigration, fiscalité… Qu’ils prennent l’aspect de discordes ponctuelles ou de polémiques récurrentes, qu’ils donnent lieu à des délibérations policées ou à des explosions de violence, les désaccords moraux ne cessent d’irriguer, d’enflammer et de fissurer la sphère publique. En éveillant la stupéfaction ou l’indignation, ils entraînent dans leur sillage des collisions au sein d’un espace commun, d’intenses clivages entre des individus ou des groupes qui se perçoivent tour à tour comme des contradicteurs, des adversaires ou des ennemis.

Mais quelles sont donc les sources des désaccords moraux ? Quelles sont les formes et les forces qui les animent ? Quels sont les cheminements qui mènent à leur éclosion, leur extension ou leur extinction ? Et comment remédier aux fractures qu’ils provoquent, sans pour autant imposer des dogmes (absolutisme) ni renoncer au discours critique (relativisme) ?

Telles sont les questions auxquelles ce livre s’efforcera de répondre. Il s’agira ici de conduire une enquête qui s’appuiera tout particulièrement sur la philosophie pragmatiste, les sciences cognitives et les sciences sociales. L’enjeu, dès lors, consistera à équilibrer deux exigences : d’une part, encadrer les désaccords morauxafin d’éviter l’infinie prolifération des conflits, et d’autre part, promouvoir leur expression publique dans une perspective résolument pluraliste.

(Présentation de l’auteur)

Revue française d’histoire des idées politiques, 48, novembre 2018, “Langues et nations au XIXème siècle”

Le dernier numéro de la Revue française d’histoire des idées politiques vient de sortir. Il est consacré au thème “Langues et nations au XIXème siècle”.

Après la fin de l’Ancien Régime et l’effondrement prémonitoire des Empires centraux se met en place, tout au long du XIXe siècle, ce qui sera la matrice de l’Europe moderne. La pierre angulaire de ce processus est la revendication d’une langue nationale de la part des peuples. Les contributions réunies dans ce volume étudient comment les langues européennes ont été tantôt l’élément unificateur d’un même Etat, tantôt la frontière invisible mais hautement sensible entre Etats voisins et nations.

Contributeurs : Jean-Luc Chappey, Tristan Coignard, Luca Mannori, Daniel Baric, Ute Weinmann, Guillaume Bacot, Caroula Argyriadis-Kervegan, François Monnier, Julien Le Mauff.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=61301&no_revue=908&razSqlClone=1

Stéphane Dufoix et Christian Laval (eds.), Bourdieu et les disciplines, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Le champ des sciences sociales semble toujours menacé par sa fragmentation en “spécialités” disciplinaires irréductibles, souvent incapables de se détacher de la façon dont elles ont construit leur objet prorpre et leurs méthodes. L’un des souhaits les plus constants de Pierre Bourdieu a été de surmonter ces divisions, d’une part en rappelant l’historicité de leur constitution, et d’autre part en appelant de ses vœux une science sociale plus unifiée. C’est en restitutant l’histoire des disciplines savantes, mais aussi en leur empruntant nombre de leurs concepts et analyses, que Bourdieu a tenté de les faire travailler ensemble à la connaissance du monde social.

Cet effort ne s’est jamais confondu avec une illusoire communion des savants de bonne volonté, la sociologie ne s’accordant ainsi nullement avec les conceptions dominantes de la philosophie, de l’économie ou de la psychologie. Chaque discipline, en son sein, est également travaillé par la spécialisation. Bourdieu a voulu surmonter les divisions internes à la sociologie en travaillant à son unité. Loin d’être un donné, l’unité des sciences sociales est un enjeu, et donc un combat permanent.

Cet ouvrage, qui résulte en partie de deux années de séminaire consacrées à Pierre Bourdieu au sein du laboratoire Sophiapol et d’une journée d’étude, propose un parcours dans la relation qu’entretenait Bourdieu avec différentes disciplines comme avec certaines sous-disciplines de la sociologie.

Johann Michel, Le devoir de mémoire, PUF, QSJ, 2018

Chapitre premier – Une notion plurivoque
I – Le temps long du « souviens-toi »
II – Le paradigme du 11 Novembre : l’hommage aux morts pour la France
III – Le référentiel de la Shoah : la reconnaissance des victimes innocentes
IV – L’élargissement du devoir de mémoire : la traite et l’esclavage colonial

Chapitre II – Une injonction officielle
I – La judiciarisation du devoir de mémoire : le procès Barbie
II – La politisation du devoir de mémoire : Mitterrand, Chirac et la rafle du Vélodrome d’hiver
III – La légalisation du devoir de mémoire : esclavage et colonisation
IV – L’internationalisation du devoir de mémoire : l’Europe et les Journées internationales du souvenir

Chapitre III – Un impératif controversé
I – Les lois dites « mémorielles » et les mobilisations historiennes
II – Le devoir de mémoire à l’épreuve de l’expertise : les commissions Accoyer et Kaspi
III – Devoir de mémoire, travail de mémoire, devoir d’histoire
IV – Le devoir de mémoire et le droit à l’oubli

Jean-Marc Weller, Fabriquer des actes d’Etat, Economica, 2018

Cet ouvrage porte sur une des modalités emblématiques de la capacité d’intervention publique : la production d’« actes d’État », c’est-à-dire de décisions administratives (notification, arrêté, jugement, permis, certificat, etc.) qui, sitôt qu’elles sont prises, sont dotées d’une autorité qui nous obligent. L’enquête ethnographique que ce livre propose dans plusieurs administrations (Justice, Agriculture, Sécurité Sociale) invite à s’intéresser aux modalités concrètes par lesquelles l’État peut agir. La réponse semble connue : au-delà de prendre des décisions légitimées par le droit, il produit des écrits. 
Mais comment les documents, sans lesquels ces décisions n’existeraient pas, sont-ils confectionnés ? Et par quels mystères ces papiers se couvrent-ils d’une force qui fait que c’est bien, à travers eux, l’État qui agit ? Pour répondre à ces questions, il faut ouvrir la porte des bureaux, arpenter leurs linéaires, en feuilleter les dossiers, en suivre la paperasserie, et entrer ainsi dans l’épaisseur des activités d’écriture, des opérations de calcul, des manipulations informatiques qui nous éclairent sur l’importance de l’organisation documentaire, la diversité des agencements bureaucratiques possibles, l’intelligence et les contradictions du travail qui s’y accomplit. 

Jean-Marc Weller est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (UPEM-CNRS-INRA-ESIEE). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.