Revue française d’histoire des idées politiques, 48, novembre 2018, « Langues et nations au XIXème siècle »

Le dernier numéro de la Revue française d’histoire des idées politiques vient de sortir. Il est consacré au thème « Langues et nations au XIXème siècle ».

Après la fin de l’Ancien Régime et l’effondrement prémonitoire des Empires centraux se met en place, tout au long du XIXe siècle, ce qui sera la matrice de l’Europe moderne. La pierre angulaire de ce processus est la revendication d’une langue nationale de la part des peuples. Les contributions réunies dans ce volume étudient comment les langues européennes ont été tantôt l’élément unificateur d’un même Etat, tantôt la frontière invisible mais hautement sensible entre Etats voisins et nations.

Contributeurs : Jean-Luc Chappey, Tristan Coignard, Luca Mannori, Daniel Baric, Ute Weinmann, Guillaume Bacot, Caroula Argyriadis-Kervegan, François Monnier, Julien Le Mauff.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=61301&no_revue=908&razSqlClone=1

Stéphane Dufoix et Christian Laval (eds.), Bourdieu et les disciplines, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2018

Le champ des sciences sociales semble toujours menacé par sa fragmentation en « spécialités » disciplinaires irréductibles, souvent incapables de se détacher de la façon dont elles ont construit leur objet prorpre et leurs méthodes. L’un des souhaits les plus constants de Pierre Bourdieu a été de surmonter ces divisions, d’une part en rappelant l’historicité de leur constitution, et d’autre part en appelant de ses vœux une science sociale plus unifiée. C’est en restitutant l’histoire des disciplines savantes, mais aussi en leur empruntant nombre de leurs concepts et analyses, que Bourdieu a tenté de les faire travailler ensemble à la connaissance du monde social.

Cet effort ne s’est jamais confondu avec une illusoire communion des savants de bonne volonté, la sociologie ne s’accordant ainsi nullement avec les conceptions dominantes de la philosophie, de l’économie ou de la psychologie. Chaque discipline, en son sein, est également travaillé par la spécialisation. Bourdieu a voulu surmonter les divisions internes à la sociologie en travaillant à son unité. Loin d’être un donné, l’unité des sciences sociales est un enjeu, et donc un combat permanent.

Cet ouvrage, qui résulte en partie de deux années de séminaire consacrées à Pierre Bourdieu au sein du laboratoire Sophiapol et d’une journée d’étude, propose un parcours dans la relation qu’entretenait Bourdieu avec différentes disciplines comme avec certaines sous-disciplines de la sociologie.

Johann Michel, Le devoir de mémoire, PUF, QSJ, 2018

Chapitre premier – Une notion plurivoque
I – Le temps long du « souviens-toi »
II – Le paradigme du 11 Novembre : l’hommage aux morts pour la France
III – Le référentiel de la Shoah : la reconnaissance des victimes innocentes
IV – L’élargissement du devoir de mémoire : la traite et l’esclavage colonial

Chapitre II – Une injonction officielle
I – La judiciarisation du devoir de mémoire : le procès Barbie
II – La politisation du devoir de mémoire : Mitterrand, Chirac et la rafle du Vélodrome d’hiver
III – La légalisation du devoir de mémoire : esclavage et colonisation
IV – L’internationalisation du devoir de mémoire : l’Europe et les Journées internationales du souvenir

Chapitre III – Un impératif controversé
I – Les lois dites « mémorielles » et les mobilisations historiennes
II – Le devoir de mémoire à l’épreuve de l’expertise : les commissions Accoyer et Kaspi
III – Devoir de mémoire, travail de mémoire, devoir d’histoire
IV – Le devoir de mémoire et le droit à l’oubli

Jean-Marc Weller, Fabriquer des actes d’Etat, Economica, 2018

Cet ouvrage porte sur une des modalités emblématiques de la capacité d’intervention publique : la production d’« actes d’État », c’est-à-dire de décisions administratives (notification, arrêté, jugement, permis, certificat, etc.) qui, sitôt qu’elles sont prises, sont dotées d’une autorité qui nous obligent. L’enquête ethnographique que ce livre propose dans plusieurs administrations (Justice, Agriculture, Sécurité Sociale) invite à s’intéresser aux modalités concrètes par lesquelles l’État peut agir. La réponse semble connue : au-delà de prendre des décisions légitimées par le droit, il produit des écrits. 
Mais comment les documents, sans lesquels ces décisions n’existeraient pas, sont-ils confectionnés ? Et par quels mystères ces papiers se couvrent-ils d’une force qui fait que c’est bien, à travers eux, l’État qui agit ? Pour répondre à ces questions, il faut ouvrir la porte des bureaux, arpenter leurs linéaires, en feuilleter les dossiers, en suivre la paperasserie, et entrer ainsi dans l’épaisseur des activités d’écriture, des opérations de calcul, des manipulations informatiques qui nous éclairent sur l’importance de l’organisation documentaire, la diversité des agencements bureaucratiques possibles, l’intelligence et les contradictions du travail qui s’y accomplit. 

Jean-Marc Weller est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (UPEM-CNRS-INRA-ESIEE). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles.

Ninon Grangé, L’urgence et l’effroi. L’état d’exception, la guerre et les temps politiques, Lyon, ENS Editions, 2018.

Ninon Grangé aborde l’état d’exception sous l’angle philosophique. L’ouvrage se consacre à une analyse diachronique en se référant à des textes d’histoire du droit et aux généalogies qui ont pu être proposées, et à une analyse synchronique qui s’appuie sur des sources philosophiques, sociologiques et politistes. La réduction et la suppression des libertés ne sont que la partie émergée de l’état d’exception tel qu’il a été récemment mis en place dans différents pays. Dans son appréhension philosophique, il révèle des aspects du politique qui, dans le temps ordinaire que l’on croit linéaire, sont invisibles.
L’ouvrage dessine une trame historique qui ramène l’état d’exception à son origine, l’état de siège qui, étonnamment, ne distingue plus guerre civile et guerre extérieure. Grâce à cet indice d’une ambivalence imprégnant d’emblée l’état d’exception, sont analysées différentes instrumentalisations : l’amalgame avec la guerre civile, l’idée de dictature, le non-droit. Ce livre se propose de montrer que le politique est toujours une manière d’imposer une temporalité contre d’autres temporalités, à la fois dévoilées et recouvertes par l’état d’exception.

Publication sur OpenEdition Books

EAN (Édition imprimée) : 9791036200496

Pierre-Yves Quiviger, Penser la pratique juridique – Essais de philosophie du droit appliquée, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2008

Puisqu’il y a du droit et puisqu’il y a de la philosophie, la philosophie du droit ne doit être ni un point de vue philosophique sur le droit qui ferait l’impasse sur la spécificité du vocabulaire et du raisonnement juridique ni une théorisation générale du droit qui ferait l’économie de la méthode philosophique ; elle est la rencontre du droit et de la philosophie, qui se nourrissent l’un l’autre. La philosophie du droit comme « droit et philosophie », comme un discours relevant autant du droit que de la philosophie – c’est ainsi qu’est ici pensée la pratique juridique. Les pratiques et les savoirs constitués du droit sont plus que le point de départ de ce travail, ils en sont aussi en un sens le point d’arrivée, au nom d’une conviction : la philosophie du droit est utile au droit.
Les articles réunis dans ce volume s’inscrivent donc dans un champ disciplinaire (ou transdisciplinaire) spécifique qu’on peut nommer philosophie du droit appliquée et dont l’introduction générale présente les hypothèses méthodologiques centrales.

Sous la direction de Isabelle Aubert et de Jean-François Kervégan, Dialogues avec Jürgen Habermas, CNRS Editions, 2018.

Sous la direction de Isabelle Aubert et de Jean-François Kervégan, Dialogues avec Jürgen Habermas, CNRS Editions, 2018.

Jürgen Habermas, représentant majeur de l’École de Francfort, est devenu un auteur classique mais son oeuvre complexe et multiforme, composée d’une cinquantaine d’ouvrages et d’un millier d’articles, continue d’être mal identifiée. Comment saisir la diversité de ses intérêts, des théories de l’action et du langage à la morale et au droit ? C’est aussi un acteur, qui intervient régulièrement dans la presse et les débats publics. Comment articuler ces prises de position avec ses travaux proprement théoriques ?
Dialogues avec Jürgen Habermas, issu d’un colloque international, offre un panorama complet du parcours intellectuel de Habermas, depuis ses premiers écrits jusqu’aux plus récents. L’espace public, l’agir communicationnel, la modernité, la démocratie, l’autonomie, les intérêts de connaissance, etc. sont ici discutés. Plus largement, c’est l’actualité même de sa pensée qui est soulignée et interrogée à propos de thèmes qui font débat : les effets du droit sur la société, la compréhension que l’on peut avoir des crises du capitalisme, ou encore le rapport complexe de la modernité aux religions.
Cet ouvrage comprend deux textes inédits du philosophe, un texte d’ouverture sur l’Europe et un texte de clôture où il répond aux intervenants.

Marie Durand, Résister. Lettres de la Tour de Constance, préface de Céline Borello, Ampelos, 2018

Marie Durand, Résister. Lettres de la Tour de Constance, préface de Céline Borello, Ampelos, 2018

Emprisonnée parce que protestante dans une France toute catholique, Marie Durand refusa d’abjurer et passa 38 ans dans une prison sinistre et malsaine. On lui attribue la consigne « Résister », gravée dans la pierre du puits, qui 200 ans plus tard et par l’intermédiaire d’une autre protestante, deviendra le mot d’ordre des opposants à la collaboration avec le nazisme.

Sa correspondance, variée en termes de destinataires et de sujets, décrit le rude quotidien des prisonnières, les réseaux français et étrangers pour les aider et les préoccupations de Marie Durand pour sa nièce exilée en Suisse.

Céline Borello qui présente et annote ces lettres est professeure d’histoire moderne à l’université du Mans. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur l’histoire des protestants et l’analyse des discours théologiques et politiques protestants des XVIIIe et XIXsiècles.

Gérard Bras et Chantal Jaquet (dir.), La fabrique des transclasses, PUF, 2018

Gérard Bras et Chantal Jaquet (dir.), La fabrique des transclasses, PUF, 2018.

Historiens, philosophes, sociologues ou psychanalystes, hommes d’arts et de métiers, les auteurs de ce livre sont pour la plupart des transclasses, produits d’une histoire singulière et collective. Ils prennent ouvertement la parole et croisent leur approche pour rendre visible une réalité parfois idéalisée mais très souvent méconnue : celle du passage d’une classe à une autre. Ni fierté outrancière, ni honte coupable : ils veulent avant tout comprendre l’origine et la nature d’un tel changement social et s’interroger sur la fabrique d’une manière d’être et de vivre l’entre-deux.

À travers des récits en première personne et l’examen de figures et de configurations historiques, présentes et passées, ils analysent la force des affects à l’œuvre, les mutations de l’identité et les questions soulevées par la condition de transclasses. Ils font ainsi le pari que les mouvements au sein de la société ne sont pas réductibles à des données statistiques, que l’intime a une portée politique et peut être audible et utile à tous, transclasse ou non.

Matthieu Amat, Le relativisme philosophique de Georg Simmel. Une idée de la culture, Honoré Champion, 2018.

Matthieu Amat, Le relativisme philosophique de Georg Simmel. Une idée de la culture, Honoré Champion, 2018.

Philosophe de la culture et non seulement essayiste et critique de la modernité, Georg Simmel a voulu proposer une idée de la culture en temps de crise, susceptible de servir d’horizon pour une « vie moderne » fragmentée et déchirée entre processus d’objectivation et dissolution des formes. Cette entreprise a un nom : « relativisme », ou plutôt « relationnisme » – une « philosophie dans son concept cosmique », mais sans l’artifice du système. Le relationnisme s’installe d’emblée dans le concret de la vie sociohistorique, il commence par le milieu : la relation. Après avoir interrogé la valeur et l’« esprit objectif » des produits de la culture, il analyse les conditions de leur appropriation par la vie individuelle et sociale. Si la discordance entre subjectivités et objectivités peut être surmontée, ce sera au moyen d’une nouvelle description, relationniste, des formes de l’individualité. En reconstruisant ce programme philosophique, ce livre redonne à Simmel sa place dans la tradition allemande et parmi les grands auteurs de son temps.

Agrégé et docteur en philosophie, Matthieu Amat poursuit actuellement ses recherches et ses enseignements à l’Université de Lausanne.

Marie Garrau, Politiques de la vulnérabilité, CNRS Editions, 2018

Marie Garrau, Politiques de la vulnérabilité, CNRS Editions, 2018

En une vingtaine d’années, la notion de vulnérabilité est devenue omniprésente dans le débat public et les discours politiques. On ne compte plus le nombre de références aux groupes, populations ou personnes dites « vulnérables ». Mais en quoi consiste cette vulnérabilité à laquelle il est fait référence ? Et quelles en sont les implications morales et politiques ? C’est à ces questions que ce livre
est consacré.
Penser la vulnérabilité exige de naviguer entre plusieurs écueils. Il faut à la fois reconnaître qu’elle constitue une structure d’existence commune, à ce titre universellement partagée, sans toutefois omettre de prendre en compte ses variations différentielles et sa distribution inégalitaire, soit le fait que certaines personnes sont rendues particulièrement vulnérables par certains types d’organisation sociale. Aussi faut-il appréhender la vulnérabilité à partir d’une double perspective, philosophique et sociologique. Il sera alors possible de définir une politique de la vulnérabilité, visant la reconnaissance de notre fragilité commune et la lutte contre les processus sociaux qui induisent son intensification.

Bernard Cassegrain, Autorité et anarchie, Hermann, 2018

Bernard Cassegrain, Autorité et anarchie, coll. L’avocat du diable, Hermann, 2018

Autorité et anarchisme sont-ils compatibles ? L’autorité politique est
communément perçue comme constituant une entrave à l’autonomie et la
liberté des individus. Pourtant, la plupart des théories politiques
contemporaines tiennent pour acquise la légitimité de certaines autorités,
en particulier celle de l’État. Seul l’anarchisme rejette de manière
radicale cette idée. En prenant au sérieux les arguments anarchistes, ce
livre développe une analyse approfondie du concept d’autorité. L’auteur
montre, contre l’anarchisme, que l’autorité peut parfois être justifiée,
mais, avec lui, qu’elle doit l’être sans sacrifier à l’obéissance aveugle.
Il en propose ainsi une justification exigeante, car respectueuse de
l’autonomie individuelle. Elle invite à évaluer sans complaisance nos
institutions politiques.

Bertrand Cassegrain est docteur en science politique de l’Université de
Genève.

Ninon Grangé, Frédéric Ramel (éds.), Le droit international selon Hans Kelsen, Presses de l’ENS Lyon, 2018

Ninon Grangé, Frédéric Ramel (éds.), Le droit international selon Hans Kelsen, Presses de l’ENS Lyon, 2018

À l’heure où la Cour pénale internationale se voit critiquée par nombre de ses détracteurs, cet ouvrage propose une analyse de la judiciarisation internationale au prisme de l’un de ses initiateurs : Hans Kelsen. Le théoricien du normativisme a réfléchi sur le droit international, notamment lors de son exil aux États-Unis. Il ne cessera de promouvoir une Organisation des Nations unies dont le pivot serait une juridiction. Tout en permettant de mieux saisir la trajectoire intellectuelle du juriste viennois outre-Atlantique, les études rassemblées ici soulignent les tensions inhérentes à l’établissement des premiers tribunaux militaires après la Seconde Guerre mondiale, qu’elles concernent la reconnaissance d’un individu justiciable ou bien l’application du principe de non-rétroactivité. Fondé notamment sur la présentation et la traduction de textes consacrés à la responsabilité et à la poursuite des criminels de guerre, cet ouvrage rentre en résonance avec les dilemmes contemporains qui entourent l’établissement d’une justice pénale internationale.

Valéry Pratt, Nuremberg, les droits de l’homme, le cosmopolitisme, Le bord de l’eau, 2018

Valéry Pratt, Nuremberg, les droits de l’homme, le cosmopolitisme – Pour une philosophie du droit international, Le bord de l’eau, 2018

S’appuyant sur une lecture minutieuse des minutes du Procès international de Nuremberg, l’auteur montre à la lumière des débats menés devant le prétoire et autour du procès (Kelsen, notamment) comment le choc de la Seconde Guerre mondiale et l’atrocité des crimes nazis (sans que la spécificité de la Shoah soit pour autant prise en compte) ont forcé les nations victorieuses (en proie à l’accusation de « justice des vainqueurs ») à remodeler la structure juridique des relations internationales. A ce mouvement négatif de répression, il a fallu adjoindre un moment positif de construction : comment légitimer les droits de l’homme dans leur caractère universalisable pour en faire des droits fondamentaux des citoyens du monde ? Une telle perspective force à réfléchir avec Habermas – dont le livre présente la pensée la plus actuelle sur ces questions et dont les traductions des textes discutés paraissent parallèlement – aux conditions d’une constitutionnalisation du droit international et à la possibilité de la transnationalisation de la démocratie au cœur de laquelle se pose la question de la solidarité mondiale.

Julien Pasteur, Les héritiers contrariés, Les Belles Lettres, 2018

Julien Pasteur, Les héritiers contrariés – Essai sur le spirituel républicain au XIXe siècle, Les Belles Lettres, 2018

Aux lendemains de 1789, ce n’est pas seulement l’ordre politique qui fut bouleversé, mais la situationmême de l’esprit humain. Douloureusement tiraillé entre un Ancien-Régime évanescent qu’il n’aime plus, et une démocratie encore inchoative qui le séduit mais l’inquiète, le XIXème siècle est de part en part traversé par le sentiment d’un vide spirituel inédit. De Fourier à Michelet, de Pierre Leroux à Péguy, sans oublier les montagnes paginées de Zola ou d’Hugo, une même fièvre religieuseinnerve les textes de ces graphomanes-prophètes apparemment endogène au républicanisme français. Tous concèdent qu’au solipsisme délétère des égoïsmes  – « le chaos est un célibat », dit Hugo – doit se substituer l’invention d’une nouvelle matrice des héritages. L’idée qu’un gouvernement des esprits puisse non pas détruire, mais donner sa pleine mesure à la promesse moderne de l’autonomie, est aujourd’hui paradoxalement inaudible et obsédante. Littéralement, elle nous double. Syntagme cantonné à sa seule puissance d’évocation lyrique, le spirituel républicain n’en a pas moins constitué une des réponses majeures au proverbial désenchantement des modernes. Heureux émancipés ou mélancoliques vitupérants, nous sommes les héritiers contrariés de ce sacré républicain dont les spectres continuent de nous hanter. Ce livre voudrait en retracer l’histoire.