Jeremy Waldron, L’État de droit et la mesure de la propriété, trad. et présentation de Jean-Fabien Spitz, Hermann, 2022.

Quel est le sens de l’État de droit (le rule of law en anglais) ? Le fait d’assujettir les droits de propriété à des limitations résultant de réglementations environnementales ou sociales qui en restreignent l’usage constitue-t-il une violation de ce principe ? Le rôle de l’État de droit est-il de protéger la propriété possédée par les individus contre l’intrusion de telles réglementations ? Ou bien doit-on considérer que les législations environnementales et sociales sont aussi du droit et que l’État de droit doit les protéger au même titre et au même degré que les droits de propriété tout en les mettant en balance avec ces derniers ? C’est à ces questions que Jeremy Waldron tente de répondre dans ce cycle de conférences en opposant une conception substantielle qui exige la suprématie d’un droit « non fait » sur la volonté politique, à une conception qui comprend ce principe de l’État de droit en termes de garanties procédurales.

Jeremy Waldron est professeur de droit et de philosophie à l’École de Droit de New York University. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels God Locke and Equality
(2002) et The Dignity of Legislation (1999).

Sébastien Carré, La théorie politique contemporaine : Courants, auteurs, débats, Armand Colin, 2021.

La Théorie politique contemporaine : Courants, auteurs, débats dans la collection U aux éditions Armand Colin.

Présentation par l’auteur :

Après une agonie longue de plus d’un siècle, la théorie politique a connu au début des années 1970 un renouveau majeur, lui permettant d’occuper une place centrale au sein de la science politique contemporaine.
Cet ouvrage a pour ambition de rendre compte de cette vitalité retrouvée, en dressant le premier panorama en langue française des théories politiques développées dans le monde occidental depuis cinquante ans. Après l’analyse des doctrines libérales et libertariennes, il examine successivement leurs critiques économiques (socialistes et libérales-égalitaristes), morales (conservatrices, communautariennes et multiculturalistes) et politiques (républicaines, démocratiques et anarchistes), puis envisage deux nouveaux fronts de la critique anti-libérale respectivement occupés par les théories écologistes et féministes.
En s’appuyant sur les grands auteurs qui ont théorisé ces différents courants, et en inscrivant leurs pensées dans les débats actuels, ce manuel offre un état des lieux raisonné des réflexions récentes sur les principes qui structurent la vie en commun et les fins qui orientent l’action publique.

Table des matières

I. Liberté, neutralité et propriété : les théories contemporaines du libéralisme
1.  Les théories libérales
2. Les théories libertariennes
II. Egalité et justice sociale : les critiques économiques du libéralisme
3. Les théories socialistes
4. Les théories libérales égalitaristes
III.Traditions, communautés et cultures : les critiques morales du libéralisme
5. Les théories conservatrices 
6. Les théories communautariennes
7. Les théories multiculturalistes
IV.  République, démocratie et pouvoir : les critiques politiques du libéralisme
8. Les théories républicaines
9. Les théories contemporaines de la démocratie
10. Les théories critiques du pouvoir
V.  Nature et genre : les nouveaux fronts de la critique anti-libérale
11. Les théories écologistes
12. Les théories féministes

Ludivine Damay, Vincent Jacquet (dir.), Les transformations de la légitimité démocratique: idéaux, revendications et perceptions, Éditions Academia-Eme, 2021

Ludivine Damay, Vincent Jacquet (dir.), Les transformations de la légitimité démocratique: idéaux, revendications et perceptions, Éditions Academia-Eme, 2021.


Qui est le plus à même de prendre des décisions politiques ? Quel doit être le rôle des élus, des experts et du peuple en démocratie ? À quels acteurs, processus et niveaux de pouvoir les citoyens font-ils davantage confiance ? Au cœur de ces interrogations se niche le concept de légitimité qui mérite d’autant plus d’être questionné que nos démocraties sont sous tensions. Cet ouvrage collectif de sciences politiques et sociales ambitionne d’aider à comprendre l’actualité de nos démocraties.

Table des matières

Introduction — Ludivine Damay, Vincent Jacquet
1.Juger la démocratie à ses résultats? — Juliette Roussin

2.Pluraliser les sources de légitimité ? Trois défis — Pierre-Étienne Vandamme

3.Qu’est-ce qu’une délibération impartiale ? Le cas de l’obstruction parlementaire — Mathias El Berhoumi, John Pitseys

4.Comment les gouvernants justifient leur légitimité — Vincent Jacquet, Nathalie Schiffino

5.Les partis populistes en quête de légitimité : Analyse des discours du Parti du Travail de Belgique et du Parti Populaire — Benjamin Biard, Jehan Bottin, François Debras

6.Du 15M à Podemos : des légitimités en tension autour de la représentation — Héloïse Nez

7.100 000 ans de déchets nucléaires : le défi de la légitimité démocratique à long terme — Céline Parotte

8.La légitimité et les préférences des citoyens dans un monde multiniveau — Claire Dupuy, Virginie Van Ingelgom

9.Comment étudier la légitimité des groupes d’intérêt ? — Samuel Defacqz

10.Convergences et incompatibilités dans les préférences des citoyens quant à l’organisation de la démocratie en France — Camille Bedock, Jean-Benoît Pilet

11.Les enjeux politiques des légitimités ordinaires — Helene Hatzfeld

12.Tirés au sort, mais non retenus : Une analyse de la légitimé du panel citoyen « Make your Brussels Mobility » par le prisme de ses (non)participants — Sophie Devillers, Julien Vrydagh, Didier Caluwaerts, Min Reuchamps

Conclusion: Démocratie et légitimité — Jérôme Jamin, Nathalie Schiffino

Jean-Marie Carbasse, Itinéraires d’histoire du droit et de la culture juridique. Recueil d’articles.

Ce volume comporte quarante articles rédigés entre 1985 et aujourd’hui. Ils concernent l’histoire des sources du droit, l’histoire du droit public et de la pensée politique, l’enseignement du droit et la place de l’histoire du droit dans cet
enseignement. Deux études plus récentes, en partie inédites, portent sur l’histoire de la culture des juristes.

Bulletin de souscription.

La représentation avant le gouvernement représentatif sous la direction de Samuel Hayat, Corinne Péneau et Yves Sintomer

Ce livre souligne le rôle joué par la représentation symbolique dans les pratiques politiques et il éclaire, à partir d’une large palette d’exemples, les pratiques parlementaires médiévales et modernes. Il étudie les différentes manières de représenter le peuple par des procédures inscrites dans la loi ou, au contraire, apparues lors de périodes de révoltes. Ces contributions d’historiens et de politistes spécialistes de la représentation politique au sein d’espaces variés (France, Aragon, Saint-Empire, Suède, péninsule italienne, Chine, etc.) aux époques médiévale et moderne invitent à mieux évaluer, par contraste, la signification de la démocratie représentative contemporaine.

Avec le soutien de la COMUE Paris-Est et du programme CLAIMS (ANR/DFG).

Samuel Hayat est chargé de recherche CNRS au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS). Au croisement de l’histoire des idées, de la sociologie historique et de la théorie politique, il travaille sur la représentation politique et sur les révolutions et les mouvements ouvriers du XIXe siècle.

Corinne Péneau est maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC). Ses travaux portent sur la Suède médiévale, l’élection des rois et la question de la représentation au Moyen Âge.

Yves Sintomer est professeur de science politique à l’université Paris 8 – Saint-Denis, membre du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA) et Associate Member au Nuffield College (Oxford). Il travaille actuellement à une théorie de la représentation politique et de la démocratie dans une perspective globale et non occidentalo-centrée.

Pour plus d’informations (introduction, table des matières..), vous pouvez consulter la notice de l’ouvrage sur la page dédiée de l’éditeur.

“John Stuart Mill et la révolution”, Revue philosophique de la France et de l’étranger, numéro 2020/23 (tome 145).

numéro 2020/3 (Tome 145) de la Revue philosophique de la France et de l’étranger

Intitulé John Stuart Mill et la révolution, il réunit les articles suivants : 
– Aurélie Knüfer et Ludmilla Lorrain, “John Stuart Mill et la révolution” ; 
– Steven Le Breton, “Religion de l’Humanité et révolution séculière chez John Stuart Mill” ;
– Philippe Légé, “Mill, Marx et la transformation des rapports de production” ; 
– Helen McCable, “John Stuart Mill on “legitimate socialism” and the 1848 revolutions in Paris” ; 
– Audrey Benoit, “The Subjection of women : la révolution épistémologique de Mill”. 

“La démocratie entre substance et procédure”, revue Philosophiques, numéro coordonné par Magali Bessone et Didier Mineur


Dossier ” La démocratie entre substance et procédure ” dans la revue Philosophiques, coordonné par Magali Bessone et Didier Mineur.

Le numéro est en accès libre à l’adresse suivante :
https://www.erudit.org/fr/revues/philoso/2019-v46-n1-philoso04752/

La démocratie peut-elle n’être qu’un ensemble de règles qui ne présuppose
aucun engagement éthique particulier, ou bien a-t-elle vocation à
promouvoir des valeurs morales déterminées ? Le gouvernement du plus grand
nombre n’est-il justifié que par le souci de l’équité procédurale ou bien
est-il censé produire des décisions intrinsèquement bonnes ou sages ? Les
procédures démocratiques ne sont-elles qu’un cadre de coexistence pour les
cultures dans leur diversité, ou bien mettent-elles elles-mêmes en œuvre
une tradition particulière ? Ce dossier cherche à déterminer le rapport
qu’entretiennent les procédures démocratiques avec les notions
substantielles de vérité, de justice ou encore de mœurs et de culture.


Table des matières

Magali Bessone et Didier Mineur. Introduction, pp. 3-9.

Didier Mineur. Qu’ont en commun des citoyens en désaccord sur la justice ?
Une conception procédurale de la raison publique, pp. 9-29.

Florent Guénard. L’égalité politique et les limites de la démocratie
procédurale , pp. 29-45.

Juliette Roussin. Deux conditions de la légitimité démocratique , pp. 45-67.

Charles Girard. Pourquoi confronter les raisons ? Sur les justifications de
la délibération démocratique , pp. 67-95.

Ophélie Desmons. Le républicanisme, une solution de rechange au libéralisme
politique ? , pp. 95-119.

Vincent Valentin. Les nouvelles configurations de l’ordre public. La
neutralité, entre cosmopolitisme et républicanisme , pp. 119-137.


Sophie Guérard de Latour. Le procéduralisme est-il bon pour le
multiculturalisme ? , pp. 137-155.

Renan Larue, Le végétarisme des Lumières, Classiques Garnier, 2019

Présentation de l’éditeur :

Le végétarisme et le véganisme sont en général perçus comme des régimes ou modes de vie apparus en France très récemment. Ces phénomènes seraient en outre étrangers à notre tradition, juge-t-on d’ordinaire. Cet ouvrage montre que le végétarisme a en réalité été envisagé, prôné et même défendu par un nombre important d’écrivains et de savants français du XVIIIe siècle : Rousseau, Bernardin de Saint-Pierre ou Condorcet, par exemple, mais aussi Maupertuis, Sade et Voltaire. Grâce à eux, le siècle des Lumières constitue une étape importante de la longue histoire du végétarisme occidental. Cette étape a été longtemps ignorée. Elle ne peut plus l’être désormais.

Arianna Béatrice Fabbricatore (dir.), La danse théâtrale en Europe : identités, altérités, frontières, Hermann, 2019

La danse théâtrale en Europe: identités, altérités, frontières,
Arianna Béatrice Fabbricatore (dir.),
Paris, Hermann, 2019.
Ouvrage publié avec le soutien de Sorbonne Université (Labex OBVIL, Priteps)
 
Présentation de l’éditeur :
Peut-on penser une histoire européenne de la danse ? Quel rôle la danse a-t-elle joué dans la construction des identités nationales en Europe ? Comment a-t-on représenté la figure de l’étranger ? Par quels indices peut-on identifier les figures de l’altérité ? Quelle a été  l’influence des discours sur les corps des danseurs européens ? En dépassant les frontières réelles et symboliques, disciplinaires et géographiques, cet ouvrage met en lumière, de façon inédite, l’identité fragmentaire de l’Europe en interrogeant la richesse de ses pratiques chorégraphiques entre 1687 et 1914. Page après page, il met à jour le processus de construction des stéréotypes en soulignant les déformations du réel provenant des discours nationalistes du spectateur, du critique, voire de l’historien. Il montre ainsi un nouveau visage de l’Europe, vue à travers le prisme singulier de la danse et de sa culture.
 
Avec les contributions de : Marie-Françoise Bouchon, Michel Briand, Elena Cervellati, Françoise Dartois-Lapeyre, Emmanuelle Delattre-Destemberg, Bénédicte Jarrasse, Hélène Marquié, Bianca Maurmayr, Marina Nordera, Edward Nye, Flavia Pappacena, Béatrice Pfister, Benjamin Pintiaux, Bertrand Porot, Kathrin Stocker, Giulia Taddeo, Nika Tomasevic, Hanna Walsdorf. Préface de José Sasportes.

Sous la direction de Céline Jouin, La constitution matérielle de l’Europe, Pédone, 2019

“Après le « non » français et néerlandais aux référendums de 2005, l’échec du traité constitutionnel a laissé l’Union européenne sans constitution formelle. Mais le régime effectif de l’Europe excède largement son cadre formel. Il se caractérise par un ensemble de glissements institutionnels inscrits et non-inscrits dans les traités et par une division des pouvoirs, dont certains ont la propriété remarquable d’être en partie seulement visibles et institutionnellement légitimés.

Comment définir les rapports entre pouvoir de fait et pouvoir légitime au sein de l’Union Européenne ? Le concept de « constitution au sens matériel » forgé par le constitutionnaliste italien Costantino Mortati en 1940 est-il pertinent pour penser l’Europe ?

Les textes des juristes, des économistes et des philosophes réunis dans ce volume proposent une généalogie du concept de constitution matérielle, une réflexion sur ses usages ainsi qu’une enquête sur l’équilibre réel des pouvoirs en Europe et en particulier sur le rapport entre droit et économie.

Ont contribué à ce volume : Julien Barroche, Giacinto Bisogni, David Cayla, Catherine Colliot-Thélène, Marco Goldoni, Christian Joerges, Céline Jouin, Nicolas Levrat, Agustín José Menéndez, Xavier Francaire Renou, Marie Rota, Robert Salais, Mathilde Unger.”

Mondes sociaux, 19 avril 2019

Mondes Sociaux vient de mettre en ligne

  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Gérard Noiriel à propos de son ouvrage Une histoire populaire de la France. De la Guerre de cent ans à nos jours » (podcast) : https://sms.hypotheses.org/19152
  • Lucrecia Enríquez, « La independencia del Chile, une historia olvidada ». Au Chili, la date de l’Indépendance fait l’objet d’une lecture conservatrice et d’une lecture progressiste : https://sms.hypotheses.org/19196

Publiés le même jour

  • Guillaume Carbou, « Le romantisme de l’écologie politique ». Quand l’écologie est prise entre des courants divers et parfois contradictoires… https://sms.hypotheses.org/19227
  • Jacques Rochefort, « Rencontre avec Geneviève Azam et Maxime Combes à propos de l’ouvrage Chaos climatique partout ! Justice climatique nulle part ! » (podcast). La transition écologique, c’est pour quand ? https://sms.hypotheses.org/19259
  • Thibaud Deguilhem, « Comprendre le marché du travail à Bogota à partir de la qualité de l’emploi ». Comment mesurer la qualité de l’emploi ? Cette notion est-elle plus pertinente que les outils classiques ? https://sms.hypotheses.org/19242
  • Manon Bril, « Réapprendre à aimer l’obscurité ». La pollution lumineuse des villes nous ferait-elle regretter l’obscurité ? Ça se discute… https://sms.hypotheses.org/19218

“Why Private Property ?”, Raisons politiques, 73, 2019

Le dernier numéro de la revue Raisons Politiques (n° 73) a été coordonné par Eric Fabri, Maxime Lambrecht et Pierre Crétois. Il s’intitule “Why Private Property?”. Il est disponible sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2019-1.htm?fbclid=IwAR2I4qACx6K5JERp_jCkGHQR69Hp36K7FfOZV2_vpq3poQP0H46DlI7w0m8
 
Sommaire : 
  • Pierre Cretois, Éric Fabri et Maxime Lambrecht, Introduction
  • Hillel Steiner, Good Fences Make Good Neighbours
  • Billy Chistmas, Hugo Grotius and Private Property
  • Jean-Fabien Spitz, Locke et l’appropriation privée. À quelles conditions le droit d’exclure peut-il être justifié ?
  • Karl Widerquist, The Pursuit of Accord: Toward a Theory of Justice with a Second-Best Approach to the Insider-Outsider Problem
  • Victor Mardellat, Contractualism and the Moral Limits of Private Property Rights
  • Gavin Kerr, Private Economic Liberty and the Idea of Quasi-Private Ownership
  • Round Table (Philippe Van Parijs, Jean-Fabien Spitz, Hillel Steiner, Karl Widerquist), “Why Private Property?”  

 

Jacopo Domenicucci (ed.), Trusting Institutions, Rosenberg et Seller, 2019

Are you rational if you trust your bank? Does the healthcare system deserve your trust? How should a state earn citizens’ trust? In which sense do certain institutions need public trust in order to function properly? Is there a basic notion of trust common to both interpersonal and institutional dealings? How should we understand the so-called ‘crisis of trust in institutions’? In Trusting Institutions, analytic philosophers address these and similar questions, which have been of central concern for social scientists for a while and are now increasingly at the centre stage in public debate. Careful conceptual scrutiny should clarify what it is to trust institutions and how this can be rational.

En accès libre : https://journals.openedition.org/estetica/3395 

Bruno Cautrès, Anne Muxel, eds., Histoire d’une révolution électorale (2015-2018), Classiques Garnier,

 Il s’agit de la seule enquête réalisée en France par des chercheurs, des universitaires et des consultants politiques sur une période continue de 4 ans.

L’élection présidentielle de 2017 constitue un moment inédit de l’histoire de la Ve République. Un candidat, jeune et lancé dans la course sans le soutien d’une formation politique classique, en dehors du clivage gauche-droite, gagne l’élection. Du jamais vu ! C’est cette révolution électorale que l’ouvrage raconte. En analysant à la loupe les votes et les opinions des Français sur une période de près de quatre ans (2015-2018) le livre examine la solidité du « nouveau monde » appelé de ses vœux par Emmanuel Macron. Que reste-t-il de cette dynamique électorale alors que se profilent les élections européennes et, en 2020, les élections municipales ? Que pouvait-on présager du mouvement social inédit des Gilets Jaunes qui secoue la France aujourd’hui ?