Yala Kisukidi, “Feux noirs. Une philosophie des indépendances”, séminaire “Race et culture”, Paris 1, 1er avril 2022, 16-18h.

La prochaine séance du séminaire « Race et Culture : Questionnements philosophiques » aura lieu ce vendredi 1er avril 2022, de 16h à 18h.

Yala KISUKIDI (Université Paris 8) donnera une conférence intitulée “Feux noirs. Une philosophie des indépendances”.

Pour s’inscrire :  https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-eg267zv0

Le programme annuel et l’argumentaire sont disponible sur la page du séminaire :

https://philosophie.pantheonsorbonne.fr/evenements/race-et-culture-questionnements-philosophiques-2

Séminaire “Philosophie des migrations”, 19 novembre 2021, Campus Condorcet

La DEUXIèME SéANCE DU SéMINAIRE DE LECTURE « PHILOSOPHIE DES  
MIGRATIONS», organisé avec le soutien de l’ICMigrations, se tiendra le  
VENDREDI 19 NOVEMBRE, au Centre des Colloques du Campus Condorcet  
(Aubervilliers), de 10H30 à 12H30, en salle 3.06. Nous organiserons la  
séance sous format hybride afin de permettre aux personnes n’habitant  
pas la région parisienne d’assister aux discussions  
https://zoom.univ-paris1.fr/j/96091008696?pwd=eFlNQjNPNWcrdHZoYnF5bE1qUExrZz09
  
 Délibérer entre pairs: quelles frontières pour les principes de justice? 
 10h30-12h30, Centre des colloques Condorcet, salle 3.06
  
 Cette séance, animée par Pierre-Nicolas Baudot, s’organise autour  
d’une lecture de textes de NANCY FRASER ET DE RéJANE SéNAC, portant  
sur la définition des principes de justice. En partant des travaux de  
Nancy Fraser à ce sujet, nous proposons de réfléchir collectivement  
aux catégories définitionnelles en conflit dans le champ des  
migrations. Nous nous interrogeons notamment sur le concept de “PARITé  
DE PARTICIPATION” développée par Fraser et son application dans  
l’espace français par Réjane Sénac, à la fois en tant que proposition  
politique et en tant que “point de référence” permettant d’éclairer  
les processus de domination à l’oeuvre. 
  
 CETTE SéANCE SERA AINSI L’OCCASION DE DISCUTER DES DROITS à LA  
PARTICIPATION POLITIQUE DES NON-NATIONAUX. Le dossier de lecture, à 
lire en amont de la séance, se trouve dans le drive (où vous  
retrouverez également les chapitres et articles complets desquels nous  
avons tiré ces extraits), en suivant le  
lien:https://drive.google.com/drive/u/1/folders/1Wji2W48os5lO0_J9unBuRcbp_FHfzrhr
  
 /Pour retrouver ces informations (programme, accès, lien zoom, lien  
du drive, fonctionnement du séminaire, salle), vous pouvez visiter le  
site internet dédié au séminaire: https://philomigr.mystrikingly.com /

Séminaire “Spinoza à Paris 8”, Christophe Miqueu : “Spinoza, républicain moderne ?”, 18 novembre 2021

SÉMINAIRE “SPINOZA À PARIS 8”, 2021-2022
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021, 18H-20H
Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Maison de la Recherche, Salle
A2-201
Christophe MIQUEU : « Spinoza, républicain moderne ? »

Quand on étudie la philosophie politique de Spinoza, on a ordinairement
tendance à se focaliser prioritairement sur son rapport (et sa différence)
avec Hobbes. On satisfait ainsi à une histoire de la pensée politique très
articulée autour de la rupture qu’introduirait ce dernier dans la modernité
politique. On en oublie d’interroger d’autres grilles de lecture,
s’inscrivant dans un héritage plus long, et notamment la manière dont
Spinoza se positionne originalement par rapport à l’héritage républicain.
Dans le prolongement du livre Spinoza, Locke et l’idée de citoyenneté. Une
génération républicaine à l’aube des Lumières (Classiques Garnier, 2012),
nous reviendrons sur la manière dont Spinoza, dans un contexte républicain
lui-même singulier, comprend à nouveaux frais l’idée de citoyenneté
républicaine près d’un siècle avant Rousseau et contribue à en restaurer le
désir collectif. Nous nous attacherons ainsi à souligner la modernisation de
l’héritage républicain européen réalisée par sa philosophie politique, et
l’articulation nouvelle entre le principe individualiste hobbesien et les
schèmes classiques de la tradition républicaine qui apparaît comme le moteur
théorique d’un nouveau paradigme de la citoyenneté républicaine à l’aube des
Lumières. CM.

Christophe MIQUEU est Professeur des Universités en philosophie politique à
l’Université de Bordeaux (INSPE d’Aquitaine), membre du laboratoire SPH (EA
4574), et membre associé du CEVIPOF. Il travaille sur l’histoire et
l’actualité de la pensée républicaine et est notamment l’auteur de Spinoza,
Locke et l’idée de citoyenneté. Une génération républicaine à l’aube des
Lumières (Classiques Garnier, 2012)

Séminaire “Construire, transmettre et déplacer les instruments de l’Etat dans la modernité politique”, EHESS/Paris 1, 2021-22

Construire, transmettre et déplacer les instruments de l’Etat dans la modernité politique

Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’Ecole de droit de la Sorbonne-Université Paris 1
Fanny Cosandey, directrice d’études à l’EHESS

1er, 3e, 5e jeudis du mois, de 17 à 19 h, du 19 novembre 2021 au 6 mai 2022

Salle A-4-47 (4e étage, salle 447), 54 bd Raspail 75006 Paris

Dans le prolongement de l’année précédente, le séminaire s’attachera à la construction, la transmission et le déplacement des savoirs dits d’Etat, qui accompagnent l’exercice du pouvoir monarchique. Nous nous interrogerons sur les lieux de production et les conditions de mise en œuvre de ce savoir, mais aussi sur les outils de l’administration, afin de mieux cerner l’instauration des cadres dans lesquels prend place une modernité politique qui ne s’émancipe jamais complètement des anciennes sources de légitimité. Le séminaire interrogera ainsi la tension entre la perspective finaliste héritée de la période médiévale et la postérité du moment Machiavel qui permet de penser pour elles-mêmes les techniques de gouvernement. Entre tradition et transformations des instruments de pouvoir, les cadres institutionnels contribuent à déplacer les structures, visibles et invisibles, d’appréhension du système social. Située donc principalement dans la période des XVIe-XVIIIe siècles, dans un dialogue constant entre historiens et juristes, la modernité interrogée supposera donc, au moins pour porter des interrogations en creux et tendre le miroir de comparaisons, d’ouvrir les questionnements à d’autres temps et d’autres champs de la recherche.

18 novembre : Fanny Cosandey, « Entre théorie et pratique politique : l’impensé du féminin ».

2 décembre :  Manuela Albertone, « Représentation et modernité dans la pensée physiocratique ».

16 décembre : Pierre Bonin, « Penser l’Etat dans le Dictionnaire de Trévoux ».

6 janvier :     Laurence Devillairs, « Modernité politique : détruire ou conserver ? Machiavel et Hobbes ».

20 janvier :   Timothy Collier, « Enseignement théorique, productions scientifiques et expériences pratiques dans la formation à l’Ecole coloniale ».

3 février :      Alain Guery, « Mettre de l’ordre dans les finances : moyens administratifs et idéologie monarchique sous l’Ancien Régime ».

17 février : Anne Dobigny-Reverso, « Fabrication et circulation des savoirs des notaires royaux : de l’ignorance à la documentation professionnelle ».

3 mars :        Paul Chauvin-Hameau, « L’adaptation des savoirs de l’État, l’exemple de la théorie de la guerre juste ».

17 mars :       Eric Viguier, « L’absolutisme au XVIIIe siècle : entre dogmatisme et reformulation ».

31 mars :       Annamaria Monti, « Les savoirs du juge, l’exemple du duché de Milan sous l’Ancien Régime ».

7 avril :         Wouter Drewé, « La responsabilité d’une universitas pour les délits de ses dirigeants ».

21 avril :        Pierre Bonin, « Nature et contre-nature : le modèle sadien, un anti-Etat ? ».

Séminaire NoSoPhi, 2021-2022

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris1)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

Séminaire NoSoPhi

Automne 2021- Année civile 2022

Organisation : Isabelle Aubert, Magali Bessone, Pierre-Yves Quiviger

(ISJPS, CPCS, NoSoPhi)

Le séminaire se tiendra le jeudi de 14h à 16h en format hybride (pour les présents dans la salle de la BIS). L’inscription aux séances est obligatoire.

7 octobre 

Cyril Hédoin (Université de Reims, REGARDS et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), « A Social Contract Without Persons? Revisionary Psychological Reductionism and Contractualism »

Répondant : Emmanuel Picavet

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-hdla9gdf

Pour s’inscrire en présentiel : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-1a7onbs2

21 octobre (séance zoom)

Amy Allen (Penn State University), « Dripping with Blood and Dirt from Head to Toe: Marx’s Genealogy of Capitalism in Capital, volume 1 »

Répondante : Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-jwcx06db

25 novembre

Vida Panitch (Carleton University), « Decommodification as Exploitation »

Répondante : Cléo Salion-Girault (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-5cisaem8

Pour s’inscrire en présentiel : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-iln4avw9

9 décembre

Pierre-Yves Quiviger (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), « Métajusnaturalisme »

Répondant: Nicolas Nayfeld (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-7iy3voug

Pour s’inscrire en présentiel :  https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-xfjoiejq

13 janvier (séance zoom)

William Scheuerman (Indiana University), « Politically Motivated Property Damage »

Répondant : Pedro Lippmann

17 mars

Mathilde Unger (Université de Strasbourg, CEIE), « Responsabilité et injustices sociales :  une mise en perspective historique des thèses d’I. M. Young »

Répondant : Simon Fouquet (Université Côte d’Azur, CRHI)

14 avril

Monika Betzler (Université de Münich), « Ending a Romantic Partnership: Towards an Ethics of Divorce »

Répondante : Marie Bastin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

19 mai

Thomas Berns (Université Libre de Bruxelles, Centre Perelman), « L’hypothèse du droit post-souverain » 

Répondante : Juliette Monvoisin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Séminaire “Marx : Travaux en cours”, Nanterre et Paris 1

Séminaire sur Marx, coorganisé par l’université Paris Nanterre et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Alix Bouffard- CRePhAC, Franck Fischbach – Hiphimo, Lena Ganz et Emmanuel Renault – Sophiapol). Le séminaire Marx : travaux en cours s’organise pour cette deuxième année autour d’un focus sur la question écologique. 

Le séminaire a lieu en présentiel et toutes les séances se déroulent les vendredis de 16h à 18h.

Pour toute autre information, vous pouvez consulter les carnets du séminaire, régulièrement mis à jour (https://marxupnp1.hypotheses.org/) et rejoindre la page facebook (https://www.facebook.com/seminairemarx.nanterreparis1). Vous pouvez également écrire à l’adresse suivante : seminairemarxnanterreparis1@gmail.com.

Semestre 1 | Université Paris Nanterre (salle M114, Bâtiment Ephémère 1, 1er étage droite)

24 Septembre, Frédéric Monferrand, L’organicisme de Marx *

12 novembre, Kolja Lindner, Comment Marx s’est débarrassé du Matérialisme Historique

19 novembre, Paul Guillibert, Marx et le travail du vivant *

17 décembre, Ariane Mintz, Préhistoire et progrès : Adorno lecteur de Marx

Semestre 2 | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (salle à déterminer)

28 janvier, Daria Saburova, De l’histoire humaine de la nature à l’histoire naturelle de l’homme. Marx, Engels et la théorie de l’évolution *

18 février, Louis Delcourt, Les dimensions politiques de l’idée de « science » chez Marx

25 mars, Cannelle Gignoux, Du concept de nature à l’écologie dans les Grundrisse *

15 avril, Jean Quétier, Marx théoricien du Parti

13 mai, Timothée Haug, Le naturalisme de Marx est-il écologique ? *

10 juin, Jean-François Albin, Théories de l’impérialisme : fondements dans l’oeuvre de Marx et développements au sein de la Deuxième Internationale

Séminaire “Race et culture : Questionnements philosophiques”

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

Séminaire

« Race et Culture : Questionnements philosophiques »

 Programme

Automne 2021 – année civile 2022

Organisation : Magali Bessone (ISJPS), Sophie Guérard de Latour (Triangle), Jamila Mascat (Utrecht Univ.)

En 2021-2022, les séances se tiendront le vendredi de 16h à 18h pour l’essentiel en zoom.

Le séminaire est co-organisé avec l’ENS de Lyon et Utrecht University.

22 octobre : Delphine Abadie (Université Cheikh Anta Diop), L’Afrique du discernement : Achille Mbembe sur et avec Fanon

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-vod6p220

26 novembre : Norman Ajari (Villanova University), La Théorie Critique de la Race comme ennemie publique et le moment pessimiste de la pensée noire

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-i8z9g87m

17 décembre : Soumaya Mestiri (Université de Tunis), Y a-t-il une identité intersectionnelle ?

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-ccrxbmu2

11 février 2022 : Matthieu Renault (Université Paris 8), Freud en Noirs et Blancs : Richard Wright et la naissance de la Black Psychoanalysis

11 mars : Frédéric Fruteau de Laclos (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Peaux noires, philosophies blanches

1er avril : Yala Kisukidi (Université Paris 8), Feux noirs. Une philosophie des indépendances

13 mai : Alain Policar (Sciences Po Paris), Comment peut-on être décolonialiste ?

24 juin : Mame Fatou Niang (Carnegie Mellon University), Pour un universalisme de notre temps

Présentiel à Utrecht

Séminaire “Histoire des idées politiques : nouveaux objets, nouvelles approches”

La première séance aura lieu le mercredi 29 septembre, 16h30-19h :

 Catherine König-Pralong (directrice d’étude à l’EHESS, CAK) pour son livre La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019. Son intervention sera discutée par Myriam Paris (CURAPP-ESS) et Ariane Revel (LIS).

Présentation des organisateurs :

Arnault Skornicki, Isabelle Gouarné et Mathieu Hauchecorne 

Histoire des idées politiques:

nouveaux objets, nouvelles approches

Le monde académique français a vu s’épanouir, ces dernières années, une série d’initiatives pour constituer un espace de discussion scientifique autour de « l’histoire sociale des idées politiques ». Ce nouveau séminaire de recherche s’inscrit dans la continuité de ces efforts collectifs et souhaite creuser trois sillons afin de prolonger le renouvellement des pratiques en histoire intellectuelle. 

ζ   Relancer le dialogue de l’histoire des idées avec les sciences sociales, mais aussi avec les études littéraires et la philosophie, dans leur diversité disciplinaire (histoire, sociologie, science politique, anthropologie…) et méthodologique (archives, entretiens, analyse de trajectoire, analyse du discours, prosopographie, lexicométrie, intertextualité…).

ζ   Consolider un collectif interdisciplinaire de chercheur·se·s en l’inscrivant dans la durée, afin de poursuivre la rénovation et l’institutionnalisation d’un domaine encore trop éclaté en France.

ζ   Développer l’importation et la discussion de courants internationaux (école de Cambridge, Begriffsgeschichtecultural studiessocial history of political theory…) qui ont d’ores et déjà amplement nourri la réviviscence de l’histoire des idées politiques en France.

 Ce séminaire est ouvert à toutes et tous. Les séances auront lieu tous les deux mois. Il est organisé par Isabelle Gouarné (CURAPP-ESS, CNRS/Université de Picardie Jules Verne), Mathieu Hauchecorne (CRESPPA-LabToP, CNRS/Université Paris 8, IUF) et Arnault Skornicki (ISP, CNRS/Université Paris Nanterre).

Lieu (sauf la séance 2) : au Campus Condorcet Bâtiment Nord, salle 2.001, 14 Cour des humanités, Aubervilliers, métro Front Populaire ou RER Stade de France

Contacts :

isabelle_gouarne@hotmail.com

mathieu.hauchecorne@univ-paris8.fr

askornicki@parisnanterre.fr

Programme 2021-2022

Séance 1

Mercredi 29 septembre, 16h30-19h

Catherine König-Pralong (CAK) pour son livre La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.

Discussion : Myriam Paris (CURAPP-ESS), Ariane Revel (LIS).

Séance 2 organisée avec le LIPHA à l’Université Gustave-Eiffel “Idéologies politiques des savoirs”

Vendredi 26 novembre, 14h30-17h, Université Gustave Eiffel, bâtiment Copernic, salle 0B120 http://www.u-pem.fr/universite/presentation/plans-dacces/copernic/

Sébastien Lemerle (CRESPPA) pour son livre Le cerveau reptilien. Sur la popularité d’une erreur scientifique, Paris, CNRS Éditions, 2021.

Discussion : Yves Palau (LIPHA), Arnault Skornicki (ISP), David Smadja (LIPHA).

Séance 3

Jeudi 24 février 16h-18h30

Michel Dobry, « Idées et crises politiques » (titre provisoire)

Discussion : Isabelle Gouarné (CURAPP-ESS) et Arnault Skornicki (ISP)

Séance 4

Mardi 12 avril, 10h-12h30

Rafaël Cos (CERAPS) pour son livreLes programmes du Parti socialiste. Sociologie politique d’une entreprise programmatique (1995-2012), Paris, Dalloz-Sirey, 2019

Karim Fertikh (SAGE) pour son livre L’invention de la social-démocratie allemande. Une histoire sociale du programme de Bad Godesberg, Paris, Éditions de la MSH, 2020.

Discussion : Frédéric Sawicki (CESSP)

Séance 5: Table ronde sur l’édition des textes politiques

Mardi 7 juin, 10h-12h30

Jérémie Barthas (IRHIS) pour son projet d’une nouvelle édition de Machiavel

Marie Scot (Science Po-Centre d’histoire) pour son travail d’édition des Œuvres complètes d’Élie Halévy, Paris, Les Belles Lettres, 2019-2021.

Séminaire “Droit, migration et épistémologie : discussions critiques”, Sciences Po.

L’Ecole de droit de Sciences Po organise un séminaire qui aura lieu cet automne sur le thème “Droit, migration et épistémologie : discussions critiques“. Il s’agit d’ouvrir un regard interdisciplinaire sur les relations entre le droit et les migrations. On trouvera en suivant le lien ci-dessus le descriptif général du séminaire comprenant le programme (également ci-après) et en pièce jointe le descriptif de la première séance, “Nommer les migrations”, qui aura lieu le lundi 13 septembre de 18h à 19h30.

Le séminaire sera tenu en format hybride à Sciences Po et par Zoom. Les places en salle sont limitées et l’inscription (obligatoire sous les deux formats) se fait par séance.
Pour s’inscrire à la séance 1 : https://forms.gle/he5B2cfk25i3whuu8

Droit, migration et épistémologie : discussions critiques

Automne 2021

Ce séminaire vise à identifier et réfléchir aux défis épistémologiques que posent les études juridiques critiques sur les migrations. Ces défis s’articulent autour de deux aspects au moins. D’une part, dans le domaine des migrations, les approches critiques doivent s’efforcer de révéler les mécanismes d’inclusion et d’exclusion ou de violence vis-à-vis des personnes concernées. D’autre part, la façon dont les chercheur·es produisent du savoir et le savoir ainsi produit peuvent en soi constituer une forme de violence ou d’injustice épistémiques. À l’inverse, questionner nos approches épistémologiques doit permettre de résister à ces formes de violence ou de les corriger. Ce questionnement est primordial pour la construction d’approches critiques des relations entre le droit et les migrations. Le séminaire propose d’explorer ces deux aspects de l’épistémologie du droit des migrations en engageant la discussion avec des disciplines connexes telles que la sociologie, l’anthropologie et la philosophie. 

Bien que le séminaire se concentre sur l’étude des migrations, la mobilisation de connaissances juridiques détachées de cet objet d’étude est pertinente pour la discussion. Il n’est ainsi pas requis de posséder des connaissances approfondies sur le sujet pour y contribuer. De même, si nous focalisons le questionnement sur les relations entre le droit et les migrations, nous considérons que le point de vue de chercheur·es non-juristes pourra venir éclairer cette relation. Les échanges se tiendront en français et en anglais, mais la langue principale des présentations pourra varier en fonction des intervenant·es. Des précisions seront transmises pour chaque séance (lectures, langue, intervenant·es).

Le séminaire aura lieu en personne à Sciences Po. L’inscription est gratuite mais obligatoire et les places en salle sont limitées. Lors de l’inscription, l’option sera donnée de participer au séminaire par visioconférence. Nous vous remercions de vous engager à vous présenter si vous indiquez une participation en présentiel.

Calendrier prévisionnel :

Lundi 13 septembre 18h-19h30 1. Nommer les migrations : quels enjeux ?
Vendredi 22 octobre 14h-15h302. Migrations, discours et imaginaires juridiques
Vendredi 12 novembre 14h-15h303. Borders’ Margins: Feminist Epistemologies
Vendredi 10 décembre 14h-15h304. ‘Deathnography’: Tracing Migrating Subjects After Death

Achille MBEMBE, “La communauté terrestre. Réflexions sur l’ultime utopie”, séminaire “Race et Culture”, 2 juillet 2021, en ligne.

La prochaine séance du séminaire « Race et Culture : Questionnements philosophiques » aura lieu le vendredi 2 juillet 2021, de 16h à 18h, en ligne.

Achille MBEMBÉ (Université du Witwatersrand) donnera une conférence intitulée : « La communauté terrestre. Réflexions sur l’ultime utopie ».

Claude Gautier (ENS-Lyon) sera son répondant.

Le séminaire est ouvert à tous, après inscription préalable à l’adresse suivante :

https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-culture-srhkh06d

Le programme annuel et l’argument du séminaire sont disponibles sur la page web du séminaire : https://nosophi.hypotheses.org/vie-scientifique/seminaire-race-et-culture-questionnements-philosophiques

Séminaire “Actualité de Deleuze et Guattari (V)”, “Histoire universelle et genèse du capitalisme”, Collège international de philosophie

Le séminaire du Collège International de Philosophie “Actualité de 
Deleuze et Guattari (V)” entre dans sa 
cinquième année et voit aborder la thématique : “Histoire 
universelle et genèse du capitalisme” 
(https://www.ciph.org/spip.php?page=activite-detail&idevt=1115).

La quatrième séance aura lieu jeudi 3 juin, de 18H30 à 20H30 sur Zoom à 
l’adresse suivante : https://us02web.zoom.us/j/83453250537 . Elle 
aura pour thème : “Théorie de l’État archaïque (Urstaat) : entre 
appareil de capture et mode de production asiatique”. Il sera question de la relation complexe des deux philosophes au structuralisme lévi-straussien, ainsi que des mécanismes internes aux 
sociétés primitives qui préparent leur “surcodage” par l’Etat despotique 
archaïque.

Pour rappel (concernant les séances passées et futures) :

-la première séance qui portait sur le concept d'”histoire universelle” 
chez Deleuze & Guattari  s’est déroulée le 6 mai dernier et a donné lieu 
à une discussion sur ce thème ainsi que sur le 
dépassement de la distinction nature/culture chez les deux philosophes.

-la deuxième séance a reçu Jean-Paul Demoule, 
professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris-1 
Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de 
France, qui a délivré un exposé sur le thème  “La révolution 
néolithique : fallait-il inventer l’agriculture ?”. Elle s’est déroulée le 20 
mai dernier. Elle a, là encore, donné lieu à des échanges sur 
les origines (écologiques, sociales) de l’État (et de la ville), 
l’hypothèse d’un matriarcat préhistorique, et la question des inégalités 
(de richesses et de pouvoir) dans les sociétés du néolithique.

-la troisième séance a eu lieu le jeudi 27 mai de 18H30 à 20H30 et a porté 
sur l’hypothèse d’un “tournant spatial” entre _L’Anti-Œdipe _et _Mille 
Plateaux _(les deux tomes de _Capitalisme et schizophrénie_), hypothèse 
selon laquelle on passerait d’une histoire universelle (singulière, 
ironique et autocritique) organisée autour du schéma évolutionniste 
“Sauvages, Barbares, Civilisés” (qui donne son titre au chap. 3 du 
premier volume), à la “géophilosophie” des processus machiniques (pris 
dans leurs devenirs et modes de coexistence), telle qu’exposée dans le 
plateau 13 : “7000 av. J.C. Appareil de capture” (du second volume). 
Lors de cette séance, il aura également été question du rapport de la philosophie deleuzo-guattarienne à l’anthropologie anarchiste de Clastres, à la lumière des travaux récents 
de Viveiros de Castro.

-la cinquième séance aura lieu le jeudi 10 juin de 18H30 à 20H30 et 
portera sur “La monnaie en Grèce ancienne : un demi-siècle après 
Deleuze/Guattari et Foucault”, avec François de 
Callataÿ, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, 
chaire d’Histoire monétaire et financière du monde grec.

-la sixième séance aura lieu le jeudi 17 juin de 18H30 à 20H30 et 
portera sur “Le premier âge du capitalisme (1415-1763)”, avec Alain Bihr, professeur honoraire de sociologie à 
l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Parlement(s) et cours souveraines, en France et en Europe sous l’Ancien Régime

Institut d’histoire du droit (Paris II-Panthéon-Assas) UMR 7184

Organisé par Isabelle Brancourt (IHD), Frédéric Gabriel (IHRIM-CNRS)

Soutenu par le Labex CoMod (Université de Lyon)
Prochaine séance vendredi prochain (2 avril)  à 16h30 :https://u-paris2-fr.zoom.us/j/92165055906?pwd=bXdjaUdFMzFxcGdFbllXa3ptZndXUT09

Raphaël Fournier : « Un érudit au service de l’État de justice : les livres et les plaidoyers de Jérôme Bignon. »

Répondants : Quentin Epron (Université de Paris 2 – Panthéon-Assas) et Marco Penzi (EHESS)

Séminaire d’histoire des idées, “Féminiser l’histoire de la philosophie”, 15 mars 2011

hème de la séance:  Féminiser l’histoire de la philosophie.

Lectures: chapitre 1 de Michel-Rolph Trouillot, Silencing the Past: Power and
the Production of History, Beacon Press, 1995/2015, pp. 1-30.

Sarah Hutton, “Context and Fortuna in the history of women philosophers : a
diachronic perspective”, in: S. Thorgeirsdottir and R. E. Hagengruber (eds.),
Methodological Reflections on Women’s Contribution and Influence in the
History of Philosophy, Springer, 2020, pp. 29-42.

Presentations par Lisa Shapiro, Simon Frazer University, Canada: Making a
philosophical narrative inclusive: Can philosophy learn from history? (en
anglais)

Anne-Lise Rey : Intégrer les femmes dans l’histoire de la philosophie : une
mise en pratique  (en français)

Pour recevoir les textes, ainsi que le lien zoom, merci de contacter les
organisateurs.

Contact : Stefanie Buchenau –stefaniebuchenauAThotmail.fr ; Niels F. May –
nmayATdhi-paris.fr ; Christian Berner – christianberner05ATgmail.com

Voici le lien vers le programme du séminaire:
https://mondes-allemands.univ-paris8.fr/?2019-2020-cercle-de-lecture-lesekreis

Atelier de lecture “Crise écologique et justice climatique”, 17 novembre 2020

Première séance en ligne d’un atelier de lecture à propos de la crise écologique et de la justice climatique. Cette première séance portera sur le problème posé par l’extractivisme et aura lieu le mardi 17 novembre prochain de 16h30 à 18h30. Bibliographie indicative pour cette séance sur la page web de l’atelier ( Crise écologique et justice climatique ).

Les séances de l’atelier commenceront par des courtes présentations d’environ 15 minutes et continueront par des discussions portant sur les interventions, les textes proposés à la lecture ainsi que les questions abordées par les intervenant.e.s et les textes. Les interventions et les discussions auront lieu le plus souvent en français. Mais, comme les textes proposés à la lecture, peuvent avoir lieu en d’autres langues également. Des propositions de textes à lire ainsi que d’interventions courtes sont bienvenues. Lors de la première séance, intervention de Karfa Sira Diallo.

Vous pourrez participer à la séance en utilisant le lien suivant: 
https://meet.jit.si/criseecologiqueetjusticeclimatique
En cas de difficultés techniques, le lien suivant:https://u-bordeaux-montaigne-fr.zoom.us/j/84882402071?pwd=Tk8rNkt3aUlNcTR2ekJBd28zTUhtZz09

Séminaire “Capacité(s) et vulnérabilité(s) du sujet de droit”

« Capacité(s) et vulnérabilité(s) du sujet de droit »

Séminaire organisé par Benoît Eyraud (Université Lyon 2), Fabrice Gzil (Espace éthique – CESP/Inserm/Paris Saclay) et Clotilde Nouët (Université Mohammed VI, Rabat)

Co-animé par : Arnaud Béal (École des psychologues praticiens), Jean-Philippe Cobbaut (Université Catholique de Lille / UCLouvain / Paris Saclay), Paul Véron (Université de Nantes) et Paul-Loup Weil-Dubuc (Espace éthique – CESP/Inserm/Paris Saclay)

Les séances auront lieu à l’Espace éthique Île-de-France (Hôpital Saint-Louis, Porte 9, 1 avenue Claude Vellefaux, 75010 Paris, cf. plan en pièce jointe) ou à défaut en visio-conférence.

www.espace-ethique.org/actualites/seminaire-capacites-et-vulnerabilites-du-sujet-de-droit

Merci de vous inscrire aux séances qui vous intéressent pour recevoir les documents préparatoires.

Programme des premières séances :

9 octobre 2020 (10h-12h)

Benoît Eyraud, Fabrice Gzil et Clotilde Nouët

Introduction du séminaire et problématisation des enjeux

Inscription : https://site.evenium.net/4b3gb8g4

9 novembre 2020 (10h-12h)

Gilles Raoul-Cormeil, Professeur de droit privé à l’Université de Bretagne Occidentale

« La convention internationale des Nations Unies sur les personnes handicapées : texte et contexte, réception et sanctions. Variations sur l’influence du droit international des majeurs vulnérables sur notre droit interne »

Inscription : https://site.evenium.net/0gx3b8g6 

11 décembre 2020 (10h-12h)

Julien Rabachou, Membre associé à Sciences Normes, Décision, Sorbonne/CNRS

« La constitution pénale de la personne »

Inscription : https://site.evenium.net/ukhcb8g7

22 janvier 2021 (10h-12h)

Marlène Jouan, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université de Grenoble

« Modèle relationnel versus modèle individualiste de l’autonomie : un examen critique du modèle social du handicap »

Inscription : https://site.evenium.net/tx1pb8g8

5 février 2021 (10h-12h)

Laurent Jaffro, Professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

« Quelle éthique pour des personnes faiblement autonomes ? »

Inscription : https://site.evenium.net/a8hhb8g9Argument

L’article 12 de la CIDPH (Convention internationale de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées) a suscité, depuis 2006, une controverse internationale. Dans son commentaire de l’article, le comité des droits chargé du suivi de la Convention, en enjoignant les États à supprimer les dispositifs de protection fondés sur la restriction de la capacité juridique et de la liberté de décision, appelle en effet à remplacer les mesures légales de prise de décision substitutive par des dispositifs d’accompagnement ou d’assistance à la prise de décision et à l’exercice des droits. Il justifie alors ce changement de paradigme en invoquant un principe posé comme étant un noyau des droits humains : l’égale reconnaissance, pour tous les sujets humains, de leur capacité juridique. Or, si les exceptions permettant de défaire la présomption de capacité portent atteinte aux libertés fondamentales d’un sujet, ce sont aussi elles qui permettent sa protection par le droit. Toute la difficulté est de déterminer comment protéger l’individu sans céder au paternalisme.

Dans ce débat, la portée de la « présomption légale de capacité » s’avère centrale. Au sens le plus général du terme, la capacité à faire quelque chose est synonyme d’aptitude ou d’habileté : elle désigne une propriété propre au sujet, que l’on oppose, en tant qu’elle est une faculté interne, à la série des obstacles extérieurs susceptibles d’en entraver la réalisation. La capacité renvoie ainsi à la sphère d’une puissance de fonctionner individuelle, et c’est sous cet aspect qu’elle est pensée comme un attribut du sujet autonome, à savoir l’individu capable de penser par lui-même, de délibérer, et de décider en son nom propre. On peut se demander si ce modèle individualiste de la capacité est satisfaisant pour penser le passage d’un système de protection fondé sur la délégation ou la représentation de l’individu incapable, à un dispositif fondé sur l’assistance et l’accompagnement. 

Ce séminaire transdisciplinaire se propose d’envisager cette difficulté en croisant les perspectives du droit, de la philosophie, et des sciences sociales, à partir des trois axes suivants : 

1)     Le premier axe est à l’articulation de l’histoire et la philosophie du droit et porte sur la genèse de la présomption légale et générale de capacité : comment cette présomption s’est-elle historiquement constituée ? Quel rôle a joué la constitution d’un principe général de « majorité civile » ? Comment les exceptions (enfance, handicaps, statut marital, nationalité, statut pénal…) ont-elles été justifiées ? On s’intéressera particulièrement aux liens entre la présomption de capacité d’une part, et d’autre part, les dispositions juridiques relatives aux engagements et à la responsabilité ainsi qu’à l’imputabilité. 

2)     Le second axe est à l’articulation de la philosophie morale, politique, et du droit : sur quelle anthropologie de la personne les figures du sujet de droit s’appuient-elles ? La notion juridique de « capacité » renvoie simultanément à une construction juridique et à un ensemble d’aptitudes réelles. Si le sujet de droit est déterminé à partir de son aptitude à faire valoir lui-même ses droits, les compétences qui sont présumées être les siennes, notamment la mise en œuvre de facultés mentales « non altérées », sont-elles normativement déterminées ? Comment comprendre l’articulation de la fiction juridique qu’est la personne à ces déterminations concrètes ? 

3)     Le troisième axe est plus prospectif : comment la mise en tension radicale proposée par la Convention entre, d’une part, un modèle individualiste de l’autonomie se fondant sur le consentement, l’expression de préférences et la prise de décision, et d’autre part, un modèle relationnel prenant en compte les conditions sociales de l’autonomie, peut-elle se traduire au niveau institutionnel ? Autrement dit, comment une vision de l’exercice des droits « en première personne » s’articule-t-elle avec une vision « relationnelle » de ce même exercice ? 

Alors que le droit fait de plus en plus référence à l’idée normative d’autonomie, on constate paradoxalement que les pratiques sociales de recours aux mesures de contraintes légales s’intensifient. Les tensions entre le principe moral d’autonomie et la prise en charge des handicaps et des vulnérabilités invitent à interroger notre conception du sujet de droit moderne.