Deuxième séance du séminaire « Racisme et histoire », John J. Clegg, 13 décembre 2018, Nanterre

La deuxième séance du séminaire « Racisme et histoire », le jeudi 13 décembre de 17h à 19h, accueillera John J. Clegg, Harper Schmidt Fellow and Collegiate Assistant Professor in the Social Sciences à l’Université de Chicago. 

John J. Clegg présentera ses recherches récentes sur le « salaire du Blanc ». Il s’agira à la fois de retracer la trajectoire du concept forgé par W. E. B. Du Bois et d’étudier les évolutions effectives des salaires dans le Sud états-unien avant et après l’émancipation des esclaves. 

Présentation et discussion en anglais.

La séance aura lieu en salle Séminaire 2 du bâtiment Max Weber, Université Paris Nanterre. 

Premier workshop du projet ALDRA, invité : Jean-Yves Girard, « Les limites de l’intelligence artificielle », faculté de droit, Nice, 5 décembre 2018

Pour son premier workshop, le projet ALDRAI (Administrative Law, Distant Reading, Artificial Intelligence) reçoit Jean-Yves Girard (mathématicien, logicien, directeur de recherches émérite du CNRS, Marseille) le 5 décembre 2018, salle des conseils de la faculté de droit de Nice, campus Trotabas, 11h-15h, autour des limites de l’intelligence artificielle.

Séminaire « Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui », EHESS

Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui

  – Pierre Charbonnier, chargé de
  recherche au CNRS ( IMM-LIER )
  – Ferhat Taylan, chercheur
  postdoctoral à l’Université de Liège ( Hors EHESS )

1er et 3e mercredis du mois de 15 h à 18 h (EHESS, salle 6, 105 bd
Raspail 75006 Paris), *du 16 janvier 2019 au 19 juin 2019

Les travaux de Karl Polanyi – notamment son ouvrage majeur *La Grande
Transformation *(1944) – présentent un cadre historique et critique d’une
grande actualité pour saisir les mutations des rapports entre la société,
ses institutions et les milieux naturels. D’une part, insérés dans le
marché autorégulateur, la terre et le travail sont soumis à une nouvelle
rationalité qui affecte leurs fonctions socialisatrices traditionnelles.
D’autre part, l’institutionnalisation de ce marché autorégulateur se fait
lui-même au nom des lois de la nature, tout en détachant les sociétés des
matérialités reléguées à l’ajustement spontané des prix. D’un tel
découplage de l’économie et la société, de cette « nouvelle intégration de
l’homme et de la nature tentée avec si peu de succès », découle une «
transformation du milieu humain en désert ».

Le séminaire a comme objectif de questionner l’actualité de ces
perspectives selon deux axes. Il s’agira d’abord d’un effort de compréhension
des thèses de Polanyi par un travail de mise en perspective des concepts
(l’amélioration, désencastrement, naturalisation et dépolitisation du
marché, marchandisation de la nature, protections de la société, etc.) et
des auteurs (Owen, Ricardo, Bentham, etc.) qu’il aborde. Ensuite, il
s’agira de prolonger les perspectives polanyiennes dans la période post
1945 : l’économicisation de la nature, l’avènement d’une écologie insérée
dans le marché autorégulateur, mais aussi d’un droit de l’environnement,
les contrastes entre sociétés industrialisées et « primitives » ainsi que
l’intégration des secondes dans le marché global, sont autant de domaines
dans lesquels les travaux de Polanyi s’avèrent pertinents.

En somme, il s’agira autant de saisir la grande transformation évoquée par
Polanyi du point de vue de l’écologie politique que de saisir la
transformation qu’il a provoqué dans les sciences sociales (économie,
anthropologie, sociologie ou droit). L’hypothèse de ce séminaire sera
qu’une *seconde* grande transformation est en cours, qui impose la terre
comme nouvel acteur politique bouleversant les relations entre l’économie,
le droit, l’État.

*Calendrier des séances*

16 janvier

*Pierre Charbonnier* (Philosophie, CNRS-EHESS), « D’une transformation à
l’autre. Terre, marché et société »

6 février

*Antonin Pottier* (Economie, EHESS), « Le désencastrement de l’économie :
comment Polanyi nous aide à penser la dégradation écologique »

20 février

*Sara Aguiton* (Histoire des sciences, CNRS-EHESS), « Mise en risque, mise
en finance : mutations de l’assurance et de la finance autour des risques
climatiques »

20 mars

*Julien Vincent* (Histoire, Paris I), « La terre comme facteur de
production : l’exemple de la Nouvelle Zélande »

3 avril

*Michele Spano* (Histoire, droit, EHESS), « L’institution de la terre.
Quelques réflexions de droit privé »

17 avril

*Edouard Delruelle* (Philosophie, Univ. Liège), « Nancy Fraser: une
critique post-polanyienne du capitalisme »

15 mai

*Dominique Pestre* (Histoire des sciences, EHESS), « Comment
l’environnement a été géré depuis 50 ans. Anatomie d’un échec»

5 juin

*Ferhat Taylan* (Philosophie, Univ. Liège), « Une typologie des
détachements modernes à l’égard de la terre »

Atelier de lecture « Théories féministes et études de genre », séance du 12 décembre 2018, Montpellier

La prochaine séance de l’atelier de lecture « Théories féministes et études de genre » aura lieu le 12 décembre prochain, de 18h15 à 20h15, en salle 002 (Kouros), sur le site Saint Charles 2, à l’Université Paul-Valéry (Montpellier). 

La séance sera consacrée au Manifeste cyborg de Donna Haraway (Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais, Paris, Exil, 2007). 

Séminaire « Esthétique environnementale et citoyenneté », Miriam Meissner, « Socio-aesthetic patterns for de-growth ? A formal approach to eco-politics », 30 novembre 2018, Sorbonne, 18h30-20h30

2ème séance du séminaire de recherche en philosophie & esthétique « Esthétique environnementale et citoyenneté » (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, École des arts de la Sorbonne, Nordic Summer University, European Humanities University / J. Althusius Institute, Lituanie, Aarhus University, Danemark). 

Vendredi 30 novembre 2018 de 18h30 à 20h30

Miriam Meissner, assistant professor, Université de la Haye, Pays-Bas, études culturelles visuelles 

« Socio-aesthetic patterns for de-growth? A formal approach to eco-politics »

Environmental scientists increasingly highlight the need for industrialized societies to implement a drastic transformation towards de-growth economic systems in order to counteract resource depletion and environmental degradation. A transformation towards de-growth would not only require fundamental institutional and policy changes, but it also demands a shift in cultural values and lifestyles. 

This lecture starts from the idea that, to realize ‘de-growth’, it is crucial to link this term to innovative concepts of wellbeing and hedonism. Current research studies human history and environmental social movements (e.g. voluntary simplicity) to provide ideas for alternative forms of wellbeing. This presentation suggests that there is an additional pathway towards the innovation de-growth-oriented forms of hedonism. Drawing on Caroline Levine’s theory of forms, I argue that the social and aesthetic ‘organizing patterns’ for a de-growth society can also be found in current cultural practices that are not explicitly about de-growth. Via examples of ‘lifestyle minimalism’, I show how both anti-consumerist and post-work ideals are proliferating in contemporary popular culture. Further, I argue that the analysis of forms can provide insights into the socio-aesthetic patterns that currently prevent these ideals from becoming collectivized and politicized for a de-growth agenda.  

Miriam Meissner is Assistant Professor in Urban Studies at the Department of Literature and Art, Maastricht University. Her research explores the interrelation between cities, creativity, political economy and the environment. In particular, it examines how urban art, media and cultural practices re-mediate and politicize global risks of finance and ecology. Miriam’s book publications include Narrating the Global Financial Crisis: Urban Imaginaries and the Politics of Myth (Palgrave, 2017) as well as the co-edited volumes The Routledge Companion to Urban Imaginaries (2018) and Global Garbage: Urban Imaginaries of Waste, Excess and Abandonment (Routledge, 2016). 

Lieu

École des arts de la Sorbonne, Centre Saint Charles, 47 rue des Bergers, 75015 Paris, Salle 230

Séminaire « Société, Environnement, Santé », Dominique Bourg et Sophie Swaton, 22 novembre 2018, 17-19h, Créteil

4ème séance du séminaire de recherche en philosophie « Société, Environnement, Santé (SENS) » (Université Paris-Est Créteil/EA « Lettres Idées Savoir »/IUF), organisé par Ali Benmakhlouf et Patrick Savidan.

jeudi 22 novembre 2018, 17h-19h

Dominique BOURG (Professeur de philosophie à l’université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Les deux récits de l’anthropocène : réaffirmation tronquée de la modernité versus dépassement »
et
Sophie SWATON (Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, Institut de géographie et de durabilité) : « Le revenu écologique de transition »

Lieu
Campus Centre
61, avenue du Général de Gaulle – 94000 Créteil
Métro : ligne 8, arrêt Créteil-Université
Bâtiment I1, salle 135

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques », Christian Lazzeri, « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques », Sorbonne, 28 novembre 2018, 17-19h

Séminaire « Pour une généalogie des concepts politiques » organisé par Ludmilla Lorrain et Lyess Bouderbalaavec le soutien du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne

Première séance : Christian Lazzeri (Univ. Paris-Nanterre) : « Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques. » Pauline Julien (Univ. Paris-Nanterre) répondante. La séance aura lieu au Centre Sorbonne en salle F610 de 17h à 19h.

Calendrier des séances 2018-2019

  • 28 novembre : Christian LAZZERI (Univ. Paris-Nanterre) “Histoire des conceptions de l’estime sociale comme « art de gouverner » chez les auteurs classiques.”

Réponse : Pauline Julien

  • 16 janvier : Benjamin BOURCIER (Univ. catholique de Lille) “Généalogie du cosmopolitisme politique: Cloots, Kant et Bentham”

Réponse : Pedro Lippmann

  • 13 février Pierre DARDOT (Univ. Paris-Nanterre) “Généalogie de la souveraineté”

Réponse : Pierre de Saint Phalle

  • 27 mars Pierre CRÉTOIS (Univ. Bordeaux-Montaigne) “D’une intuition porteuse de Rousseau au sujet du droit de propriété”

Réponse : Leonardo Moreira

  • 10 avril : Hourya BENTOUHAMI (Univ. Toulouse-Jean-Jaurès) “Désobéissance civile. Une généalogie ancrée dans l’Atlantique noire”

Répondant : Eraldo Souza Dos Santos

  • 29 mai : Christophe MIQUEU (Univ. Bordeaux-Montaigne) : titre à venir

Répondante : Mélanie Zappulla

  • 5 juin : Elsa DORLIN (Univ. Paris 8) : “Le pouvoir comme prédation”

Réponse : Ludmilla Lorrain / Lyess Bouderbala

Argumentaire 

            Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, nation, libertés civiles, crise de la représentation : au gré des crises politiques et de leur traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale dans le langage ordinaire. Or l’usage constant de ces notions, nous les rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence : comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel usage, et par conséquent susceptibles de désigner tout type de réalité. En un mot, la mobilisation constante de ces concepts produit une illusion d’an­historicité.  

            Prenant le contre pieds de cet écueil, ce séminaire met au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Notre objectif est ainsi de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et pensée politique, suivant en cela l’hypothèse selon laquelle la compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol, l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement compréhensible sans une mise en perspective du contexte historique ayant accompagné à leur avènement. L’attention portera donc sur les processus, habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts – lesquels sont, le plus souvent, présentés comme des réalités réifiées. Notre objectif est donc de rendre visible les diverses tensions sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.

            Ce faisant, ce séminaire a pour dessein de travailler à une généalogie des concepts de la philosophie politique, permettant de retrouver le processus d’accumulation des différents sens qui les ont façonnés et rendus tels que le langage courant nous les donne à voir. Autant de strates de sens correspondant à autant de tensions historiques et de remaniements théoriques – des couches sédimentées, accumulées, supprimées ou réintroduites – dont il s’agira de retrouver la trace.

Séminaire « La liberté d’expression », Lyon 3, Lia Epperson, « Neutrality or Inequity ? Competing Constitutional Principles of Expression in the US », 22 novembre 2018

Lia Epperson, professeure de droit, Collegium de Lyon/ American University, Washington College of Law

Neutrality or Inequity ? Competing Constitutional Principles of Expression in the US

Lyon 3, Salle de la Rotonde, 18 rue Chevreul, Lyon 7eme, 6eme étage

Jeudi 22 novembre 2018, 16h-18h

Séminaire Philobio, Virginie Maris, « Les sciences de la nature après la mort de la nature. La place des humains dans l’écologie scientifique », IHPST, 19 novembre 2018, 14h30

La prochaine séance du séminaire Philbio aura lieu lundi 19 novembre à 14h30 dans la salle de conférence de l’IHPST (2ème étage).

 Virginie Maris (CNRS/CEFE) : « Les sciences de la nature après la mort de la nature – la place des humains dans l’écologie scientifique« 

Résumé : L’écologie scientifique a longtemps considéré les activités humaines comme une variable exogène à son système d’étude, qu’elles soient purement ignorées ou considérées comme un facteur de perturbation. L’évidence du caractère global de l’influence humaine sur le fonctionnement de la biosphère invite à réviser en profondeur ce parti-pris et à développer une écologie globale ou systémique, qui ne soit pas tributaire d’une idéalisation des systèmes écologiques comme indépendants des activités humaines. Je discuterai cet appel pour une « écologie anthropocénique » et j’en montrerai les limites. Je décrirai dans un premier temps « ce que fait » l’Anthropocène à la distinction traditionnelle entre sciences de l’homme et sciences de la nature. Je présenterai ensuite certaines formes exemplaires de cette nouvelle écologie. Enfin, je défendrai la pertinence et la nécessité de conserver une distinction théorique entre les processus naturels et les activités humaines en écologie, en particulier pour les dimensions de l’écologie directement mobilisées par les sciences de la conservation.

Audrey Benoit, « Le féminisme peut-il être universaliste ? », Séminaire « Libérer et dominer », Montpellier, 20 novembre 2018

Séminaire « Libérer et dominer : la philosophie européenne, le monde et l’Empire ».

Audrey Benoit (chercheuse associée au Centre d’Histoire des Philosophies Modernes de la Sorbonne), le 20 novembre prochain, de 16h00 à 18h00, en salle des Caryatides – 003 (Université Paul-Valéry, Montpellier, site Saint-Charles 2). 


Son intervention aura pour titre : « Le féminisme peut-il être universaliste? Impérialisme politique et empire des concepts ». 


Argumentaire :

  C’est au nom du caractère paradoxalement lacunaire de l’universalisme des droits de l’homme et du citoyen que les féministes revendiquent, historiquement, l’extension aux femmes du suffrage universel masculin. Mais que faire de l’universalisme, lorsqu’il devient l’instrument de l’exclusion, par une culture majoritaire, de femmes appartenant à des groupes minoritaires ? Le potentiel impérialiste de l’universalisme sera abordé au travers du pouvoir des mots de produire la réalité sociale de la domination politique. Si le concept de sexe, en produisant la naturalité de son objet, est l’un des ressorts de l’ « hétérosexisme », qu’en est-il du contenu du concept de femme dont partent les mouvements féministes ? 

Paul Oslington, « Christian theology and the formation of economics as a discipline in 18th and early 19th century Britain », Paris 1, 18 janvier 2019, 17-19h.

Les Après-midi de Philosophie et Economie

Séminaire de PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Economiques, Université Paris 1)

Jeudi 18 janvier, 17h-19h

Maison des Sciences Economiques (Salle 116)

Paul Oslington

( Professor of Economics and Dean of Business, Alphacrucis  
College, Sydney)

présentera une communication intitulée :

“CHRISTIAN THEOLOGY AND THE FORMATION OF ECONOMICS AS A  
DISCIPLINE IN 18TH AND EARLY 19TH CENTURY BRITAIN
 

Christian theology shaped political economy as a discipline, and facilitated its rise to cultural dominance across the English speaking world. This paper outlines these theological influences (especially the British tradition of scientific natural theology of Bacon and Newton, and the moderate Calvinism of the ScottishEnlightenment). It connects doctrines such as divine providence and the future hope to economists’ belief inthe co-ordinating and beneficent powers of markets. It then discusses changes in the religious context in the mid-19th century that eroded the religious significance of economics and allowed the secularization of economics by the late 19th century in Britain and the early 20th century in America.

Stefania Ferrando, « La liberté par les marges, féminisme et socialisme », Logiques de l’agir, 7 novembre 2018, Besançon

Huitième séance des séminaires du semestre d’automne 2018 du laboratoire Logiques de l’Agir. Elle aura lieu le mercredi 7 novembre à 18h00 à l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté en salle E14 (Grand Salon), entrée par le 18 rue Chifflet, 25000 Besançon.

Stefania Ferrando, UBFC et EHESS-LIER (ANR Remous), présentera une conférence intitulée :

La liberté par les marges, féminisme et socialisme

Résumé

L’articulation entre nature et société est l’un des enjeux politiques et théoriques majeurs des mouvements féministes depuis deux siècles. Par l’introduction du concept de « genre », la plupart des débats théoriques actuels semblent procéder à une déliaison ces deux pôles, au profit d’opérations de « dénaturalisation » dévoilant le caractère social et historique, voire même arbitraire, de ce que l’on considère comme naturel. Plus que tout autre lieu critique alors, le féminisme semblerait réaffirmer l’opposition entre nature et société, en en faisant son levier d’émancipation.

On peut toutefois poser la question de savoir si la liberté et l’égalité des femmes obligent à se tenir à une telle opposition ou si celle-ci ne constitue pas au contraire une entrave à la compréhension de l’histoire du féminisme ainsi que de la portée de ses projets – passés ou actuels – d’émancipation.

On reviendra ainsi à l’un des premiers mouvements féministes européens – les femmes saint-simoniennes de la revue La femme libre – afin de montrer d’autres manières de poser la question de la nature au sein du féminisme. Il ne s’agit pas par-là de retrouver la nature sous la forme d’identités genrées et sexuelles, mais de comprendre comment la matérialité des corps et des expériences peut compter dans l’élaboration d’un projet féministe, socialiste et démocratique de société. En recherchant des formes d’organisation capables de faire vivre et de développer la liberté des femmes, les saint-simoniennes sont en effet amenées à concevoir un rapport entre nature et société qui questionne et transforme le savoir de la société, la physiologie et le socialisme. A partir de cette généalogie et en dialogue avec les travaux de Geneviève Fraisse, Joan Scott et Silvia Federici, on cherchera ainsi à comprendre comment un tel questionnement a donné lieu à une conception inouïe des pratiques de liberté.

« Théories féministes et études de genre », Montpellier, 19 novembre 2018, 18h15-20h15

La prochaine séance de l’atelier de lecture « Théories féministes et études de genre » aura lieu le 19 novembre prochain, de 18h15 à 20h15, en salle 001, sur le site Saint Charles 1, à l’Université Paul-Valéry. Après une présentation de l’oeuvre de Saba Mahmood par Claire Gallien (MCF, Université Paul-Valéry), seront étudiés des textes de Saba Mahmood, extraits de Politique de la piété (trad. Nadia Marzouki, La Découverte, 2009)et de « Raison religieuse et affect laïc, un clivage incommensurable? » (in Talal Asad, Wendy Brown, Judith Butler », La critique est elle laïque? Blasphème, offense et liberté d’expression, Lyon, PUL, 2016).

Catherine Colliot-Thélène, « Le « droit de l’humanité » chez Kant », Séminaire Raison(s) pratique(s), ISJPS, Paris 1, 15 novembre 2018, 17-19h

La prochaine séance du séminaire « Raison(s) pratique(s) » aura lieu le jeudi 15 novembre 2018, de 17h à 19h, dans la salle de lecture de NoSoPhi (Centre Sorbonne, escalier K, 2e étage, salle G 615 bis). 

Catherine COLLIOT-THÉLÈNE (Université de Rennes 1) donnera une conférence intitulée : « Le « droit de l’humanité » chez Kant ».

Le séminaire est ouvert à tous, après inscription préalable à l’adresse suivante : Philo-RechercheATuniv-paris1.fr

Séminaire « Nature et modernité politique », EHESS et Paris 1


Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’Ecole de droit de la Sorbonne-Université Paris 1

Fanny Cosandey, directrice d’études à l’EHESS

1er, 3e, 5e jeudis du mois, de 17 à 19 h, du 15 novembre 2018 au 16 mai 2019

salle A-4-47 (4e étage, salle 447), 54 bd Raspail 75006 Paris

contact : cosandey(at)ehess.fr, pierre.bonin(at)univ-paris1.fr

15 novembre Fanny Cosandey, « Nature et pensée politique au tournant des XVIeet XVIIe siècles »

29 novembre Wim Decock, « Droit naturel et dette dans la scolastique des temps modernes »

6 décembre   Pierre Bonin, « Nature du droit et droit naturel dans les dictionnaires juridiques modernes »

20 décembre Raphaël Morera, « La nature des Bourbons, gouvernement et environnement au XVIIe siècle »

17 janvier      Pierre Legal, « La naissance du droit de l’environnement à la période moderne »

31 janvier      Fanny Cosandey, « Domaine royal et ressources politiques »

7 février        Laurent Fontbaustier, « La protection de l’environnement, trublion des systèmes juridiques libéraux »

21 février      Pierre Brunet, « La personnification juridique des entités naturelles : entre rhétorique et pragmatisme politique »

21 mars         Fanny Cosandey, « Amour naturel et puissance maternelle »

4 avril           Jean-Luc Chappey, « Pour une histoire politique de l’enfant sauvage de l’Aveyron »

18 avril         Fanny Cosandey, « Transmissions monarchiques et contraintes démographiques »

16 mai           Pierre Bonin, « L’invention du droit naturel : enjeux de traduction des présocratiques »

Dans le prolongement des années précédentes, le séminaire va envisager la place centrale de la nature dans la modernité politique. En effet, le basculement des modes de pensée traditionnels jusqu’à ceux qui prévalent actuellement connait une étape où une nature de plus en plus désenchantée remplace Dieu comme cadre de référence extérieur à l’homme. Et c’est le travail sur la « nature de l’homme » (ses droits, sa conscience…) qui conduit à l’hégémonie du subjectivisme et, socialement, à l’affirmation de l’individu face aux groupes. La place, le rôle et l’utilisation de la nature sont donc la pierre de touche pour évaluer si la modernité se réduit finalement à une dynamique, à un processus de transition, ou si elle peut s’envisager comme un état stable, et en un sens idéal-typique, en ce qu’elle a intégré la transformation, le devenir, dans l’être des choses. C’est dans les mécanismes de substitution que se trouvent à gésir les réponses : comment l’instrumentalisation de contraintes, de réalités ou de lois « naturelles », physiques, et réductibles à la raison géométrique, permet-elle de déjouer l’autorité des anciens textes et de leurs clergés, et de saper les vieilles légitimités, tout en déplaçant suffisamment les configurations pour que les théories accompagnant les transformations sociales et morales ne finissent pas par les bloquer ? Principalement centrée sur la période des XVIe-XVIIIe siècle, dans un dialogue constant entre historiens et juristes, l’analyse ne se privera pas d’ouvrir vers d’autres champs de la recherche.