“Cartésianisme et droit. Comment les neveux de Descartes ont-ils rebâti son logis provisoire ?”, journée organisée par Delphine Antoine-Mahut et Benjamin Joly, 26-27 novembre 2021, ENS Lyon.

Vendredi 26 novembre 2021

Salle des Conseils – ENS de Lyon, site Monod

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Introduction et présentation des journées d’études

Thème 1 : Neveux ou faux-frères ? Droit et héritage cartésien immédiat

14h-14h30 D. Antoine-Mahut (ENS de Lyon) et B. Joly (magistrat) : Définitions initiales : « cartésianisme »/« droit »

14h30-15h15 D. Gilles (Université de Sherbrooke) : « Jean Domat, foi et droit à l’aune du cartésianisme »

15h15-16h D. Antoine-Mahut (ENS de Lyon) : « L’esprit de la loi. Le retour de Descartes sur la balance de la justice chez Malebranche »

16h-16h45 Y. Le Guillou (Bibliothèque nationale de France) : « La culture par ses livres d’un juriste contemporain de Descartes : Julien Brodeau ».

16h45-17h Pause
17h-18h Table ronde
18h Clôture

Samedi 27 novembre 2021

Amphithéâtre Descartes – ENS de Lyon, site Descartes

Thème 2 : Le cas d’Aguesseau, pratiques et pensée du cartésianisme juridique

10h00-10h30 I. Brancourt (CNRS) : « Le chancelier d’Aguesseau. : le personnage et l’œuvre en leur contexte. Introduction modestement historique à un grand esprit ».

10h30-11h15 B. Joly (magistrat) : « D’Aguesseau, métaphysicien de la Justice et magistrat cartésien, l’héritier réservataire de la fortune juridique du cartésianisme ? »

11h15-11h30 Pause
11h30-12h30 Table ronde
12h30 Clôture

Thème 3 : Les gestes cartésiens des philosophes du droit

14h-14h45 B. Joly (magistrat) : « Voltaire et la raison du procès : l’affaire Calas, un
geste cartésien qui s’ignore ou une mise à mort opportuniste de l’ancien monde juridique agonisant ? »

14h45-15h30 C. Volpilhac-Auger (ENS de Lyon) « L’expérience du droit selon Montesquieu : « un pays où la raison voulait habiter sans la philosophie » ?

15h30-16h30 Pause
16h30-16h30 Table ronde
17h30 Conclusion


Dans ce passage du Discours de la Méthode, Descartes cantonne le droit au rôle philosophiquement subalterne, même si aux conséquences pratiques essentielles, de pilier d’une morale par provision quadripartite. Le droit est une des pièces principales de ce logis provisoire d’où Descartes va rebâtir la philosophie. C’est en effet la toute première maxime de cette morale que de respecter le droit établi (« obéir aux lois et coutumes de mon pays ») : elle lui assure ainsi une discrète et sûre tranquillité, indispensable à son entreprise philosophique. Mais force est de constater qu’il n’a jamais révisé le statut intellectuellement provisoire et asservi assigné par lui à ce champ du savoir, qu’il n’a jamais rénové la bâtisse de fortune qui l’accueillait. Car on sait que Descartes n’a quasiment rien dit de cette discipline, bien que fils d’un magistrat du parlement de Bretagne et formé à l’université de Poitiers, où il avait obtenu en 1616 sa licence en droit civil et canoniquet.
C’est donc à ses « neveux » que reviendra la tâche de réformer les quelques pièces du logis provisoire que constitue le droit en en modifiant éventuellement, more cartesiano, les fondements, la méthode ou le fond.

Journée d’étude autour de Ian Maclean, 10 décembre 2021, Paris

Journée du 10 décembre 2021 : Lectures de…

Interprétation et signification à la Renaissance. Le cas du droit (trad. V. Hayaert, Genève, Droz, 2016 ; 1re éd. en anglais, Cambridge, CUP, 1992) de Ian Maclean

Matin : Site Panthéon, salle 214 (12 place du Panthéon 75005 Paris)

09h00 – Accueil des participants

09h15 – « Propos introductif » et présidence de la matinée, Xavier Prévost, professeur d’histoire du droit (université de Bordeaux), membre junior de l’Institut universitaire de France

09h30 – « Arbitratu : la naissance juridique des langues à la Renaissance », Marie-Luce Demonet, professeure émérite de littérature française (université de Tours)

10h00 – « Statut du sens littéral dans Interpretation and Meaning in the Renaissance », Stefan Goltzberg, chercheur qualifié FNRS en philosophie du droit (université libre de Bruxelles)

10h30 – Pause

11h00 – « Jean Calvin a-t-il lu le De interpretatione et significatione de Joannes Leanus ? Le juriste exégète de la Bible à la Renaissance : le cas Calvin », Max Engammare, historien, directeur de la Librairie Droz

11h30 – « Contre l’épistémologie de Michel Foucault et les paradigmes de Kuhn : l’enquête historicophilologique de Ian Maclean au plus près de l’herméneutique juridique de la Renaissance et de ses cadres de pensée », Valérie Hayaert, Research Fellow en histoire de la justice (université de Warwick)

Après-midi : Site Sorbonne, Galerie Dumas, salle D 632 (14 rue Cujas 75005 Paris)

Sous la présidence de Nader Hakim, professeur d’histoire du droit (université de Bordeaux), secrétaire général de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

14h00 – « Des juristes et du droit. Interprétation et signification à la Renaissance », Géraldine Cazals, professeure d’histoire du droit (université de Bordeaux)

14h30 – « Interprétation du droit et figures du juriste savant à la Renaissance : la contribution de Ian Maclean », Quentin Epron, maître de conférences en droit public (université Paris II Panthéon-Assas)

15h00 – Pause

15h30 – « Lecture historienne de Ian Maclean », Jean-Marie Le Gall, professeur d’histoire moderne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h00 – « Conclusions », Ian Maclean professeur émérite d’études de la Renaissance (université d’Oxford) et professeur d’histoire à titre honoraire (université de St Andrews) 

Journée d’études “Politiques de la culture. La première “nouvelle gauche” anglaise (1956-1962), contextes et héritages intellectuels”, Paris 1, 22 octobre 2021

Politiques de la culture. La première ‘nouvelle gauche’ anglaise (1956-1962), contextes et héritages intellectuels“, organisée par Ostiane Lazrak et Delphine Frasch, avec le soutien du laboratoire Triangle (UMR 5206) et de l’Ecole Doctorale de Philosophie de l’université Paris-I Panthéon Sorbonne (ED 280). 

Elle aura lieu en présentiel le vendredi 22 octobre 2021, de 9h à 18h, dans la salle A701 du centre Broca de l’Université Paris-I Panthéon Sorbonne (21 rue Broca, Paris 5e). 

L’inscription est obligatoire, au lien suivant : https://framaforms.org/inscription-a-la-journee-detudes-politiques-de-la-culture-la-premiere-nouvelle-gauche-anglaise-1
Le nombre de places est malheureusement limité à 45.
Il sera demandé aux personnes souhaitant participer à cette journée de respecter les gestes barrières (port du masque, distanciation physique, lavage de mains).

Session 1 (9h15-11h) – Contexte historique et portée intellectuelle
Kelvin Knight (London Metropolitan University) : “The First New Left. A History From Above and Beyond”
Madeleine J. Davis (Queen Mary University) : “Interpreting the early British New Left: encounters in history and directions in scholarship”

Session 2 (11h15-13h) – New Left et histoires par en bas
Dennis Dworkin (University of Nevada) : “Stuart Hall, E. P. Thompson and the Cultural Politics of the New Left.”
Sophie Scott Brown (University of East Anglia) : “The Poet and the Organiser: The Politics of the People’s Historian in the First British New Left”

Session 3 (14h15-16h) – Critiques morales du stalinisme et éthiques marxistes
Delphine Frasch (ENS de Lyon) : “Critique culturelle et humanisme socialiste”
Ostiane Lazrak (université Paris-I Panthéon Sorbonne) : “Vers une éthique marxiste. Alasdair MacIntyre dans la première New Left”

Session 4 (16h15-18h) – Marxismes culturels : le berceau des cultural studies
Zacharias Zoubir (université Paris 10 Nanterre) : “Culture, rapports de classe et moralités. Ce que Stuart Hall doit aux réflexions d’E. P. Thompson de la période 1958–1961”
Marie Lucas (ENS de Lyon) : “La catégorie de subalterne, de Gramsci à Hobsbawm aux Subaltern Studies”

Journée d’initiation à la recherche, “La marchandisation”, 14 mars 2020, Paris 1

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le samedi 14 mars de 9h30 à 12h30, à la Maison des sciences économiques, dans la salle de conférence du 6e étage.

« La marchandisation »

Présidence : Claire Pignol (Phare, Paris 1)

Laurent Jaffro (Phare, Paris 1 & IUF) : Faut-il concevoir les limites de la marchandisation en termes de normes ou bien de valeurs ?
Marie-Xavière Catto (ISJPS, Paris 1) : Circuler sans marché. Les éléments et produits du corps humain.
Elodie Bertrand (ISJPS, Paris 1) : Le ventre et le marché. Échanger le corps des femmes.
Yann Schmitt (ISJPS, Paris 1) : La valeur du corps : choix ou marchandisation ?

Heure : 9h30-12h30 
Lieu : Salle de conférence (6e étage), Maison des sciences économiques, 106-112, boulevard de l’Hôpital, Paris 13 (métro Campo-Formio)

Organisation : Laurent Jaffro (UFR de philosophie) et Claire Pignol (École d’économie de La Sorbonne)

Journée d’hommage à Nicolas Tertulian, EHESS, 8 janvier 2020.

Journée d’hommage à Nicolas Tertulian, organisée par Michèle Cohen-Halimi et Pierre Rush.

Mercredi 8 janvier 2020 à l’EHESS (salle 13). 


13h30 – Ouverture de Michèle Cohen-Halimi  

13h45 – Pierre Rusch : Advocatus diaboli : les stratégies apologétiques de Nicolas Tertulian

14h30 – Michel Wieviorka : Le marxisme aujourd’hui : une place pour Georg Lukács

 15h – 15h30 : Discussion et pause

 15h30 : Vincent Chanson : Dialectique de la modernité : marxisme, philosophie, visions du monde

16h : Emmanuel Faye : Verteufelung. Une discussion sur Heidegger

16h30 : Projection par Marc Sagnol d’un entretien filmé avec Nicolas Tertulian

 17h : Discussion et pause

 17h30 : Table ronde : Vincent Charbonnier, Michèle Cohen-Halimi, Frédéric Monferrand, Pierre Rusch, Marc Sagnol, Jean Loup Thébaud(EHESS, 105 Bd Raspail 75006 Paris, salle 13)

Journée d’études “Continuité et crise de l’Etat”, Lyon 3, 20 septembre 2019

Les temporalités du politique (II) Continuité et crise de l’État

Journée d’étude en philosophie politique de l’IRPHIL

Université Jean Moulin Lyon 3, 20 septembre 2019 Salle de la Rotonde, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon

de 9h45 : Accueil

Thierry Gontier (IRPHIL, Lyon 3) / Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – Ouverture de la journée

François Saint-Bonnet (Université Paris 2) – L’état d’exception peut-il être dit permanent ?

Discussion

Alexandre Escudier (CEVIPOF, Sciences Po Paris) – Les compositions temporelles de l’Etat-nation démocratique : une forme politique mixte

Ninon Grangé (Université Paris 8) – De l’accélération à la temporisation : Fabius Cunctator ou la redéfinition de la prudence en temps de crise

Discussion

Bruno Godefroy (IRPHIL, Université Lyon 3) – Le problème de la continuité chez Ernst Kantorowicz

Discussion Pause café

Pierre-Alain Drien (IRPHIL, Université Lyon 3) – Léo Strauss et la pensée contractualiste de Hobbes : rupture, continuité et fondation de la société civile

Discussion

Marie Goupy (ICP) – La formation des concepts de dictature révolutionnaire et de dictature contre-révolutionnaire au XIXe siècle : la crise radicale et le spectre de la répétition

Discussion
Fin de la journée

Organisation et contact

Bruno Godefroy : bruno.godefroyATfau.de

Journée d’étude, “De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques, Droit et littératures policières”, Bordeaux, 5 juillet 2019

De l’assassinat considéré comme un des arts juridiques, 
Droit et littératures policières

Journée du 5 juillet 2019

9 h 30

Sous la présidence de Didier Truchet, professeur émérite de droit public de l’Université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Laetitia Guerlain, maître de conférences en histoire du droit à l’Université de Bordeaux, Introduction : droit et littératures policières XIXe-XXe siècles.

Yann-Arzel Durelle-Marc, maître de conférences en histoire du droit à l’Université Paris 13, « Polar romain » et droit sous la plume de Steven Saylor : Les mystères de Rome, 1997-2018.

Suzanne Bray, professeur de littérature et civilisation britannique à l’Institut catholique de Lille, Le juriste en tant que détective dans les romans policiers historiques de C.J. Sansom.

Laurence Devillairs, doyen de la faculté de philosophie à l’Institut catholique de Paris, La fascination du méchant.

Frédéric F. Martin, professeur d’histoire du droit à l’Université de Nantes, L’amorale du droit chez James Ellroy et Jim Thompson.

Delphine Cingal, maître de conférences en anglais juridique à l’Université Panthéon-Assas (Paris II), Une certaine justice de P.D. James : une justice (in)certaine ?

14 h 30

Sous la présidence de Guillaume Richard, professeur d’histoire du droit à l’Université Paris Descartes.

Christine Baron, professeur de littérature comparée à l’Université de Poitiers, L’univers policier chez Borges, une utopie du sens.

Nicolas Mathey, professeur de droit privé à l’Université Paris Descartes, L’article 353 du Code pénal et autres romans de Tanguy Viel : un finistère policier.

Arnaud Coutant, maître de conférences en droit public à l’Université de Reims, Le droit dans l’adaptation cinématographique d’un roman policier, Sueurs froidesd’Alfred Hitchcock.

Pierre Brunet, professeur de droit public à l’École de droit de la Sorbonne, Université Paris 1, Le polar comme laboratoire d’analyse réaliste du droit, dans les Dortmunder de Donald Westlake.

Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’École de droit de la Sorbonne, Université Paris 1, Crime social et règlement enfreint : pluralisme des règles, inter-normativité, et doxa de l’analyse de genre dans Gaudy night de Dorothy L. Sayers (1935).

Journée d’études “Quel(s) concept(s) de nature(s) pour la théorie critique ?”, Nanterre, 14 juin 2019.

Quel(s) concept(s) de nature(s) pour la théorie critique ?

Université Paris Nanterre

14 juin 2019, 13h à 16h30, dans la salle de séminaire 1 du bâtiment Max Weber.

Organisation/: Agnès Grivaux et Jean-Baptiste Vuillerod

Programme :

*Présidence de la première table ronde : Agnès Grivaux

13h-14h30*

Thierry Hoquet : « La nature sauvage : retour sur un concept problématique »

Andrea Angelini : « Entre philosophie critique et philosophie biologique
: l’enjeu du naturalisme à travers Foucault et Canguilhem »

*14h30-15h : Pause*

*Présidence de la seconde table ronde : Lucie Wezel*

*15h-16h30*

Jean-Baptiste Vuillerod : « L’ontologie de la vie du jeune Hegel :
quelles perspectives pour l’écologie politique ? »

Stéphane Haber : « Frankenstein & sons. Du travail aliéné à la
destruction de la nature »

Le programme est également disponible sur le site du Sophiapol :
https://sophiapol.parisnanterre.fr/quel-s-concept-s-de-nature-s-pour-la-theorie-critique–914419.kjsp?RH=1542984392677

Journées d’études internationales, “Le présent de l’Historik. Autour de l’oeuvre de Reinhart Koselleck”, EHESS, 13-14 juin 2019.

Journées d’étude internationales
“Le présent de l’Historik. Autour de l’œuvre de Reinhart Koselleck”


Organisées par Goran Gaber (LIER- FYT), Bruno Godefroy (Université Lyon III), Bruno Quélennec (LIER-FYT/SIRICE).
Avec le soutien financier du LIER-FYT, de l’EHESS, de l’Institut Historique Allemand et de la FMSH.

Le point de départ de ces deux journées d’étude est l’hypothèse suivante : toute “théorie des temps historiques” (Historik) est également un diagnostic du présent, de la situation politique contemporaine. Or, cette hypothèse n’a pas souvent été prise en compte dans le cas de l’œuvre même de Reinhart Koselleck. En effet, si les réappropriations très diverses dont font l’objet ses concepts sont la preuve de leur incontestable puissance théorique, elles semblent également être le produit d’un double processus de “décontextualisation” historique et de “neutralisation” politique. L’historicisation de l’Historik que souhaitent initier ces deux journées aura donc un objectif double. Il s’agira d’une part de retrouver le sens complet de la théorie des temps historiques de Koselleck dans son contexte d’élaboration, en tant qu’elle est également un diagnostic de son présent. Ce faisant, on pourra d’autre part mieux comprendre et évaluer la fonction et la valeur de cette théorie aujourd’hui : quels sont les buts recherchés et les effets, conscients ou non, de ses usages contemporains ?

Programme
NB: exposés et échanges se dérouleront en anglais.

Jeudi 13 juin – 105 boulevard Raspail – Salle 5

10h30-11h : Accueil et présentation (B. Quélennec, B. Godefroy, G. Gaber)

SESSION 1 (Modération : Julia Christ, LIER-FYT)

11h-11h50: Goran Gaber (LIER-FYT): “Reinhart Koselleck’s Kritik und Krise: from critique of modernity to the modernity of critique”
11h50-12h40 Clotilde Nouët (Lyon III): “Koselleck read by Habermas”

SESSION 2 (Modération : Bruno Godefroy)

14h15-15h05 : Benjamin Pinhas (Université Paris-Sorbonne, Groupe de recherche sur la culture de Weimar): “From structural history (Strukturgeschichte) to history of concepts (Begriffsgeschichte)? Reinhart Koselleck’s conception of history in the context of the historiography of the early Federal Republic of Germany”
15h05-15h55 : Timo Pankakoski (University of Helsinki): “From Historical Structures to Temporal Layers: Hans Freyer and Conceptual History”

15h55-16h15 : Pause café

SESSION 3 (Modération : Goran Gaber)

16h15-17h05 : Wolf Feuerhahn (CNRS-Centre Alexandre Koyré): “‘Progress and historicism offer a Janus face’. Reinhart Koselleck’s battlefields”.
17h05-17H55 : Alexandre Escudier (FNSP, CEVIPOF): “La modernité politique selon Koselleck : une matrice interprétative et ses insuffisances”.

17h55-18h30 : Discussion générale, bilan de la première journée

Vendredi 14 juin – 105 boulevard Raspail – Salle 7

9h40-10h : Accueil Café

SESSION 4 (Modération : Florence Hulak, Paris VIII & LIER-FYT)

10h-10h50 : Francesco Callegaro (Universidad nacional San Martin de Buenos Aires & LIER-FYT): “The collective subject of history. On the philosophico-political legacy of Koselleck’s Historik”.
10h50-11h40 : Falko Schmieder (Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin): “Reinhart Koselleck’s chrono-political crisis theory. Actuality and limits”.
11h40-12h30 : Niklas Olsen (University of Copenhagen): “Past and Present Uses and Interpretations of Reinhart Koselleck “

12h30-13h : Discussion finale.

“Histoire des concepts politiques : quelle méthodologie ?”, journées d’études en histoire de la philosophie politique, 24-25 mai 2019, Sorbonne

Journées d’Études en histoire de la philosophie politique

“Histoire des concepts politiques : quelle méthodologie ?”, vendredi 24 et samedi 25 mai.

Sorbonne : en salle Lalande le 24 mai (accès par le 17 rue de La
Sorbonne, escalier C, 1er étage), et en salle Picard (accès par le 17 rue
de La Sorbonne, escalier C, 3e étage).

Programme des Journées :

*Jour 1 – Vendredi 24 mai*

09h00 – Accueil des participant.e.s

09h15 – Mots d’introduction

*Session 1 – Ces concepts qui nous embarrassent*

*09h30-12h45*

09h30-10h30 : Aurélie Knüfer, Univ. Paul Valéry

*Que faire du concept de « femme » dans l’histoire de la philosophie ? Le
cas de la critique de Rousseau par Mary Wollstonecraft*

*10h30 – 10h45 – Pause café*

10h45-11h45 : Ludmilla Lorrain, Univ. Paris 1

*Peut-on faire un usage non idéologique de la notion de démocratie ?*

11h45-12h45 : Chiara Musolino, Univ. Paris 1

*Méthodes d’enquête pour l’histoire des concepts politiques. Le cas de
l’utopie*

*12h45-14h15 – Déjeuner*

*Session 2 – Des écarts entre le concept et le réel*

*14h15 – 16h15*

14h15-15h15 : Lyess Bouderbala, Univ. Paris 1

*Sur un cas de guerre aux appellations multiples à l’âge classique*

15h15-16h15 Julien Barroche, INALCO

*Les études européennes en proie à la fonctionnalisation des concepts*

*16h15-16h30 – Pause café*

*Session 3 – Concepts, notions et système philosophique*

*16h30 – 18h30*

16h30-17h30 Mélanie Zappulla, Univ. Paris 1

*L’*ingenium* d’un peuple selon Spinoza : l’unité dynamique du sujet
politique*

17h30-18h30 Pierre Brossard, Univ. Paris 1

*La notion de « spontané » dans la philosophie d’Auguste Comte*

*Jour 2 – Samedi 25 mai*

09h00-09h15 – Accueil des participant.e.s

*Session 4** – Pensée** et contexte*

*09h-11h*

09h15-10h15 : Stergios Stefanou, Univ. Paris 1

*Passions et lien civil au XVIIIe siècle*

10h15-11h15 : Éric Marquer, Univ. Paris 1

*Les limites de l’intention : contexte d’élaboration et contexte de
réception*

*11h15-11h30 – Pause café*

*Session 5 – Faire l’histoire philosophique de catégories
extra-philosophique ?*

*11h15-13h15*

11h30-12h30 :  Thibault Polge, Univ. Paris 1

*Entre transsexualisme, intersexuation, homosexualité : la genèse
psychiatrique du genre*

12h30-13h30 : Julie Mazaleigue-Labaste, CNRS/Univ. Paris 1

*Comment (ne pas) faire (que) l’histoire politique d’un concept
psychiatrique ? Retour sur un projet d’histoire de la sexualité à partir de
celle du concept de « perversion sexuelle »*

*13h30 – 15h – Déjeuner*


15h-17h – Table ronde : *Quelle méthodologie pour l’histoire des
concepts politiques ?*

Bertrand Binoche, Univ. Paris 1

*Pour une philologie philosophique *

Alexandre Escudier, SciencesPo/Cevipof

Constitution/ *Verfassung*, les mots ou les choses ? Par-delà la
« Begriffsgeschichte »

Arnault Skornicki, Univ. Paris Nanterre

*La conversation, un modèle pour l’histoire des concepts ?*

17h-18h – Discussion générale

Argumentaire :

Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, nation, libertés civiles,
représentation, résistance : au gré des crises politiques et de leur
traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale
dans le langage ordinaire. Or l’usage constant de ces notions, nous les
rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence :
comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette
familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une
seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont
réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel
usage, et par conséquent susceptibles de désigner tout type de réalité. En
un mot, la mobilisation constante de ces concepts produit une illusion
d’an­historicité.

Prenant le contre pieds de cet écueil, le *Séminaire « Pour
une généalogie des concepts politiques »*, organisé avec le soutien du
Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne depuis 2016, met
au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie
politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Son
objectif est de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et
pensée politique, suivant en cela l’hypothèse selon laquelle la
compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que
déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la
philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol,
l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention
sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur
construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de
force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement
compréhensible sans une mise en perspective du contexte historique ayant
accompagné leur avènement. L’attention porte donc sur les processus,
habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts –
lesquels sont, le plus souvent, présentés comme des réalités réifiées.
L’objectif du séminaire est donc de rendre visible les diverses tensions
sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.

 Prolongeant ces réflexions, les *Journées d’études « Histoire
des concepts politiques : Quelle méthodologie ?» *cloront ces trois ans
de séminaire. Revenant sur les questions de méthode qui ont été soulevées
au cours des différentes séances, leur intérêt est multiple. Nous
voudrions, d’abord, rendre possible un dialogue entre les différent.e.s
intervenant.e.s et le public du séminaire rendu impossible par la
dispersion temporelle des discussions. En outre, là où le séminaire entend
retracer l’histoire et la généalogie des concepts politiques, ces journées
études visent davantage à interroger non pas principalement l’histoire de
tel ou tel concept politique, mais de se demander *comment *l’historien.ne ou
le ou la philosophe politique entreprennent un tel projet. La diversité des
méthodes est à cet égard d’une grande richesse. De l’Histoire des Idées
politiques au contextualisme de l’« école de Cambridge », de la Sociologie
de la connaissance aux méthodes généalogiques inspirées de Michel Foucault
et à la *Begriffsgeschichte *koselleckienne, les controverses
méthodologiques et disciplinaires abondent. Refusant néanmoins de nous
limiter au constat de différences supposément irréconciliables, et prêtant
une attention particulière à l’historicité de cette pratique intellectuelle
qui consiste à retracer la généalogie d’une idée ou d’un concept politique,
nous voudrions à l’occasion de ces journées engager une réflexion plus
large sur l’avenir de l’histoire des concepts politiques en France.

Journée d’études, “Gouverner par la loi. Les comités de l’Assemblée nationale : du Législatif à l’Exécutif (1789-1795)”, 13 juin 2019, Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

Présentation :

De la Constituante à la Convention, l’Assemblée nationale s’est dotée de comités formés de députés. Initialement créés pour préparer le travail parlementaire, un grand nombre de ces comités constituent pourtant aussi, de fait, des « doublons » des ministères éponymes. L’hégémonie du pouvoir législatif et la méfiance à l’encontre de l’Exécutif entraînent une forte asymétrie dans la balance des pouvoirs et des empiètements systématiques du Législatif sur le terrain de l’Exécutif.

Si l’on refuse de réduire à un simple oxymore l’expression de « comité de gouvernement », comment définir cette forme d’action politique parallèle de l’action ministérielle et a priori anticonstitutionnelle ? Les fonctions exécutives reconnues, officiellement ou tacitement, aux comités dès la Constituante participent-elles d’une mutation ou d’une dérive de la pratique institutionnelle ? Cette journée d’étude propose de revisiter l’axiome de la « séparation des pouvoirs » à partir de l’analyse des fonctions exécutives exercées par les comités des Assemblées révolutionnaires.

Programme :

9 h 30 – 10 h 00 : Introduction par Virginie Martin, université Paris 1 – IHMC, Céline Parcé et CécileRobin, Archives nationales

Session 1

Présidée par Pierre Serna, université Paris 1 – IHMC/IHRF

10 h 00 – 10 h 30 : Rafe Blaufarb (Florida State University)
“The Military Lays Open the Civil, and the Civil Betrays the Military Anarchy.¨
“La tranquillité publique” and Separation of Powers, 1789-1790

10 h 30 – 11 h 00 : Olivier Aranda (université Paris 1 – IHMC/IHRF)
Les comités de Marine de la Législative et de la Convention au cœur des rapports entre pouvoir exécutif et législatif.

11 h 00 – 11 h 15 : Discussion

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

11 h 30 – 12 h 00 : Jean d’Andlau (université Lille 3 – IRHis)
Le comité de législation : d’un organe législatif à un « comité de gouvernement ».

12 h 00 – 12 h 30 : Malik Mellah (université Paris 1 – IHMC/IHRF)
Le travail des Comité(s) et Commission(s) d’agriculture : une approche par la politique de l’animal domestique.

12 h 30 – 13 h 00 : Discussion

13 h 00 – 14 h 00 : Pause

Session 2

Présidée par Dominique Margairaz, université Paris 1 – IDHE.S

14 h – 14 h 30 : Anne Conchon, université Paris 1 – IDHE.S
Les comités révolutionnaires et la politique des transports : logiques fonctionnelles et gestion administrative

14 h 30 – 15 h : Benoît Carré (université Lille 3 – IRHis)
Le comité des pensions de l’Assemblée nationale constituante : contrôler les dépenses, distribuer les récompenses, quand la souveraineté financière échappe à l’Exécutif.

15 h – 15 h 15 : Discussion

15 h 15 – 15 h 30 : Pause

15 h 30 – 16 h : Louis Pons (université Paris 1 – IDHE.S)
Comment remédier à la « disette de numéraire » sans « avilir » la monnaie ? Le comité des monnaies et le comité des assignats et monnaies face à la pénurie des petites espèces (1790 – 1792).

16 h – 16 h 30 : Francis Fitzsleiber (université Paris 1 – IDHE.S)
« Ni l’un ni l’autre de ces conseils ne peut créer en son sein aucun comité permanent » : le Corps législatif et la gestion des finances sous le Directoire.

16 h 30 – 17 h : Discussion

Journée d’études “Beccaria. Le sens de l’abolition”, 10 mai 2019, Institut culturel italien, Paris

Beccaria. Le sens de l’abolition

Vendredi 10 mai 2019

Institut culturel italien (50 rue de Varenne – 75007 Paris)

14h30-18h

Présentation :

Dans Des délits et des peines, en 1764, Beccaria consacre un long chapitre à la peine de mort, qu’il condamne comme une peine injuste, inutile et nuisible. Mais quel est le sens de ce geste pionnier et précurseur ? Pour le comprendre, on part généralement des premiers chapitres de l’ouvrage, pour suivre le mouvement de déduction qui conduit Beccaria aux pages célèbres du chapitre 28. On peut cependant partir au contraire de ce chapitre, puis suivre le mouvement des analyses présentées dans les pages suivantes. Tel sera le projet de cette demi-journée. À partir d’une relecture du chapitre 28, cinq spécialistes de Beccaria nous inviteront à découvrir des chapitres moins connus des Délits et des peines. Car abolir la peine de mort ne suffit pas : à côté de la réduction de la violence des peines infligées en réponse aux infractions, il faut aussi redéfinir les infractions, en réduire le nombre, les prévenir plutôt que les punir. Abolir la sévérité pénale sur le plan des peines (comment punir), sur le plan des qualifications (que punir), sur le plan du rôle attribué au droit pénal (comment prévenir).

 

Programme

 Gianni Francioni (Università di Pavia), « Iuse potestas » (sul § XXVIII, « Della pena di morte »)

 Philippe Audegean (Université Côte d’Azur), « Aux sources de l’arithmétique criminelle : pitié et amour de soi » (sur le § XXX, « Procès et prescription »)

Dario Ippolito (Università Roma Tre), « Morale sexuelle et droit pénal » (sur le § XXXI, « Délits difficiles à prouver »)

Luigi Delia (Université de Genève/Collège international de philosophie), « Un délit qui ne semble pas pouvoir admettre de peine » (sur le § XXXII, « Suicide »)

 Giulia Maria Labriola (Università Suor Orsola Benincasa di Napoli), « Prévenir et punir » (sur le § XLI, « Comment on prévient les délits »)

Workshop “La réalité des normes / Die Wirklichkeit der Normativität”, 23-24 mai 2019, Paris

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

UMR 8103 ISJPS

LIA CRNR
 
23 et 24 mai 2019
Workshop « La réalité des normes / Die Wirklichkeit der Normativität » 
9, rue Malher

75004 Paris
Salle 106, 1er sous-sol

Jeudi 23 mai 2019
 
9h Sandra Laugier (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Un réalisme moral ordinaire
 
10h  Jens Rometsch (Bonn) :
Quelle norme pour la pensée ?
 
11h Ronan de Calan (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
La folie et les normes, retour sur un débat
 
14h Marie Gren (ISJPS, UMR 8103) :
Le changement de paradigme constitutionnel : le droit à l’épreuve de la réalité
 
15h Werner Gephart (Käte Hamburger Kolleg “Recht als Kultur”) :
Faut-il un « nouveau réalisme » des normes ?
 
16h Matteo Vagelli (UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Epistémologie historique et pensée des normes
 
17h Stephan Zimmermann (Bonn) :
Life Experience instead of Consciousness. On the Ontological Conceptualisation of the Social
 
Vendredi 24 mai 2019
 
9h Emmanuel Picavet (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-NoSoPhi) :
Autorité réelle et réalité de l’interprétation des normes
 
10h  Pauline Nadrigny (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Sound studies et constructivisme sensoriel
 
11h David Zapero (Bonn) :
Full-blooded Explanations
 
14h Isabelle Aubert (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-NoSoPhi) :
Les normes morales sont-elles construites ?
 
15h Pierre Fasula (UMR 8103 PhiCo-EXeCO)  :
Des raisons bien réelles
 
16h André Charrak (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO):
Les normes de la perception : sur les contrastes
 
17h Markus Gabriel (Bonn) :
La normativité du réel
 
Avec la participation de Wouter Goris et Alexandre Couture(Bonn)

Journée d’études “Althusser/Marx”, Poitiers, 17 mai 2019

Journée d’étude “Althusser/Marx” organisée par
l’Equipe d’accueil Métaphysique Allemande et Philosophie Pratique (MAPP, EA 2626, Poitiers)
 
Vendredi 17 mai à Poitiers
 
Hôtel Fumé, salle des Actes, 8 rue René Descartes, de 9h à 17h :
 
Matinée :  
– 9h Accueil
– Jean-Baptiste Vuillerod (Université Paris Nanterre) : “Sujet individu chez Louis Althusser
 
– Discussion
 
Après-midi :
 
– 13h30 Alexis Cukier (Université de Poitiers) : “Au sujet des relectures récentes de l’interpellation althussérienne
 
– Discussion
 
Entrée libre, sans réservation.

“Les impensés du droit administratif”, Journée d’études en l’honneur de Jacques Caillosse, Centre Panthéon, Paris, 27 mai 2019

9h00 – Accueil et ouverture
Michel Borgetto, Professeur de droit public à l’Université Paris II Panthéon- Assas, directeur du CERSA & Christophe Pierucci, Maître de conférences en droit public l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon- Sorbonne)

9h30 – Témoignage
Karl-Henri Voizard, Maître de conférences en droit public à l’université de Toulouse, INU Jean-François Champollion

Les territoires impensés du droit

Présidence : Sabino Cassese, Juge émérite de la Cour constitutionnelle italienne Professeur à la School of government auprès de la LUISS de Rome

9h45 La surdétermination économique du droit administratif selon Jacques Caillosse
Jacques Chevallier, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas, CERSA-CNRS

Le Conseil d’Etat hors le Conseil d’Etat
Pascale Gonod, Professeur de droit public à l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)

Les fins et les moyens
Benoît Plessix, Professeur de droit public à l’université Paris II Panthéon-Assas

11h00 – « Regards interdisciplinaires »
Table-ronde animée par Sabino Cassese
Olivier Beaud, Professeur de droit public à l’université Paris II Panthéon-Assas
Grégoire Bigot, Professeur d’histoire du droit à l’université de Nantes
Patrice Duran, Professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Paris Saclay
Christian Vigouroux, Président de section au Conseil d’Etat

Les impensés du droit des territoires

Présidence : Jacques Moreau, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas

14h00 Paris, impensé du droit administratif des territoires
Jeanne Chauvel, Post-doctorante en science politique à Sciences Po Rennes & Olivier Renaudie, Professeur de droit public à l’Ecole de droit de la Sorbonne, université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne)

Les “ratés” de l’aménagement des territoires
Agathe Van Lang, Professeur de droit public à l’université de Nantes

15h00 – « Territorialisation du droit »
Table-ronde  animée par Jacques Moreau
Olivia Bui Xuan, Professeure de droit public à l’université d’Evry-Val d’Essonne
Laurence Lemouzy, Directrice scientifique de l’Institut de la Gouvernance Territoriale et de la Décentralisation et de la revue « Pouvoirs Locaux », Docteur en sciences politiques
Jean-Arnaud Mazères, Professeur émérite de droit public de l’université de Toulouse I Capitole

16h30 Pour ne pas conclure : ce que le droit administratif nous apprend sur le droit
Jacques Caillosse, Professeur émérite de droit public de l’université Paris II Panthéon-Assas, CERSA-CNRS

Entrée libre sous réserve d’inscription obligatoire – contact : rafaele.pedersenATuniv-paris1.fr / florence.nukATcnrs.fr / 01.42.34.58.84