Journée d’études « Vers une cartographie des marges : autour de l’oeuvre de Kimberlé W. Crenshawé, 9 janvier 2019, Paris 1

Journée d’étudesVers une cartographie des marges : Autour de l’œuvre de Kimberlé W. Crenshaw

Université Paris 1 Panthéon-SorbonneMercredi, le 9 janvier 20199h-18h30Salle de Formation de la BIS17, rue de la Sorbonne75005 Paris, France

Avec le soutien de l’École Doctorale de Philosophie de Paris 1 (ED 280) et de l’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Organisation : Marta Dell’Aquila et Eraldo Souza dos Santos (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

À l’occasion de la venue de Kimberlé Crenshaw à l’Université Paris 1 en tant que professeure invitée, une journée d’études portant sur son œuvre aura lieu le 9 janvier 2019. Il s’agira de tracer une généalogie de la théorie de l’intersectionnalité tout en analysant l’influence que celle-ci a exercé sur la recherche en sciences humaines et sociales lors des dernières décennies.  

Programme  

Matinée

Sous la présidence de Sandra Laugier(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

9h : Accueil des participant.e.s

9h15 : Introduction de Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30 : Kimberlé Crenshaw (Columbia Law School/UCLA) – Intersectionality at 30: Reflection, Recovery, Rearticulation

10h30: Marta Dell’Aquila (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Complicating Intersectionality with Decolonial Perspectives

11h15 : Pause11h30 : Nira Yuval-Davis (University of East London) – Dialogical epistemology. Situated intersectionality and transversal politics

12h15 : Baptiste Cornardeau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Intersectionality and the Role of Language in Perspectival Thought

13h : Déjeuner

Après-midi

Sous la présidence d’Alexandrine Guyard-Nedelec(Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

14h30 : Kalpana Wilson (Birbeck College, University of London) – Individualising intersectionality – the toolkit politics of neoliberal development and its contestations

15h15 : Eraldo Santos (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Racial Justice and the Ethics of Public Policy

16h : Pause16h15 : Magali Cecchet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – Intersectionality in Dialogue with Ecofeminism: Fighting Environmental Injustices

17h :  Elsa Dorlin (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) – TBA

18h : Remarques conclusives

« La globalisation du droit administratif », Journée d’études AFDA, Nanterre, 7 décembre 2018

La globalisation du droit administratif

Journée d’études de l’AFDA

vendredi 7 décembre 2018


Programme

9h00 : Accueil des participants

9h15 : Discours d’accueil

Approche générale

Sous la présidence de Sabine Boussard, Professeur à l’Université Paris Nanterre

9h30 : Droit global, globalisation du droit et droit administratif. Quelques remarques terminologiques préalables
Clémentine Bories, Maître de conférences à l’Université Paris Nanterre

10h : Le droit administratif global : brève analyse critique d’un courant de pensée
Isabelle Boucobza, Professeur à l’Université Paris Nanterre

Débats et pause

11 h : La régulation du numérique : un modèle de globalisation ?
Arnaud Sée, Professeur à l’Université Paris Nanterre

11 h30 : Le droit International des investissements, vecteur de globalisation du droit administratif ?
Arnaud de Nanteuil, Professeur à l’Université Paris-Est Créteil

Débats et déjeuner

Approche sectorielle

Sous la présidence de Laurence Folliot-Lalliot, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h : Le tribunal arbitral du sport, juge administratif global ?
Franck Latty, Professeur à l’Université Paris Nanterre

14h 30 : Du standard international à la norme technique nationale : l’exemple du Codex alimentarius
Marie Crespy-De Coninck, Maître de conférences à l’Université de Nantes

Débats

15h30 : Les collectivités territoriales, acteurs de la globalisation du droit administratif ?
Maxence Chambon, Maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise

16h00 : La circulation des concepts juridiques dans la globalisation du droit administratif : l’exemple de la redevabilité
Mickaël Lavaine, Maître de conférences à l’Université de Brest

Débats

Inscription obligatoire pour le colloque et le déjeuner auprès de M. Laurent Lasnier : llasnierATParisnanterre.fr

Date limite d’inscription : 23 novembre 2018 – Nombre de places limité pour le déjeuner

Journée d’études « Le temps social. Approches philosophiques et sociologiques », Besançon, 15 et 16 novembre 2018


Journée d’études organisée par le Département de Philosophie, l’UFR SLHS de l’Université de Franche-Comté et le Laboratoire Logiques de l’Agir avec le soutien du Projet Chrysalide 2018 « Approches sociologiques et philosophiques du temps social ».

Responsable et contact : Laurent Perreau (laurent.perreauATuniv-fcomte.fr)

Date et lieu : Jeudi 15 (14h-17h30) et vendredi 16 novembre 2018 (9h-16h), Université de Franche-Comté, UFR SLHS, Grand Salon, entrée par le 18 rue Chifflet (1er étage), Besançon.

Présentation : Dans l’histoire de la philosophie, la réflexion sur la nature du temps a souvent été conduite en privilégiant deux approches majeures. Une première approche considère la réalité physique, matérielle ou cosmologique du temps : de Platon à Einstein en passant par Galilée et Newton, le temps appartient à l’ordre naturel des choses, il est objectif, mesuré et devient lui-même mesure de toute chose. Une autre approche consiste à faire droit au point de vue de la conscience individuelle : de Saint Augustin à Bergson en passant par Kant, Husserl ou encore Heidegger, c’est alors l’expérience subjective du temps qu’il s’agit de penser.
Or ces approches présentent l’inconvénient de négliger la dimension proprement sociale du rapport au temps, quand celle-ci n’est pas tout simplement niée. S’efforcer de penser la dimension sociale du temps, c’est donc envisager une troisième approche, où le temps n’est pas une donnée naturelle, ni un pur vécu, mais le produit complexe d’un ensemble de relations, d’interactions et d’institutions. Une première ligne d’investigation, d’ordre ontologique, s’attache ainsi à montrer que le temps est un produit de la vie sociale : il est constitué par ce que les agents font, par les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres. Mais il faut aussi, en retour, envisager une autre ligne d’investigation, où il s’agit de montrer comment les contextes sociaux, les relations sociales sont eux-mêmes produits, transformés, par le temps. En ce sens, le temps social ne se confond pas avec l’histoire, il est irréductible aux rythmes sociaux : il s’agit de comprendre comment des conceptions du temps, des pratiques, des constructions ou des dispositifs temporels déterminent la vie sociale et comment celle-ci, en retour, peut user du temps.
Sous cette perspective, la journée d’études « Le temps social. Approches philosophiques et sociologiques » cherchera à faire droit à la diversité des approches philosophiques et sociologiques du temps social. Il s’agira, en particulier, d’interroger les limites de la philosophie traditionnelle et de montrer quels peuvent être les apports et les bénéfices des analyses et de la réflexion sociologiques. 

Programme du jeudi 15 novembre : 

–    14h00-15h00 : Pascal Ducournau (Université de Franche-Comté, LASA) :
Vérité de l’ADN ou géno-mythologie ? Les temps de l’origine à l’heure de la « génomique récréative »

–    15h00-16h00 : Matthieu Amat (Université de Lausanne) :
Un autre temps qualitatif : rythmes et tempos de la vie sociale chez Simmel

–    16h00-16h15 : Pause

–    16h15-17h15 : Thomas Hirsch (EHESS) : 
Durkheim : socialiser le temps, refonder le progrès

Programme du vendredi 16 novembre : 

–    9h00-10h00 : François Athané (EHESS, LIER) : 
Le temps des dons

–    10h00-11h00 : Claire Pagès (Université de Tours, ICD) :
Le temps comme processus de civilisation et symbole social. Réflexions sur la sociologie du temps de Norbert Elias

–    11h00-11h15 : Pause

–    11h15-12h15 : Christophe Bouton (Université Bordeaux Montaigne, SPE) :
Les normes sociales du temps

12h15-14h00 : Pause déjeuner 

–    14h00-15h00 : Laurent Perreau (Université de Franche-Comté, Logiques de l’agir) :
Modernité et accélération sociale : Harmut Rosa

–    15h00-16h00 : Virginie Vinel (Université de Franche-Comté, LASA) :
Temporalités biographiques et autonomie : la hiérarchisation des dépendances

Journée ouverte à tous, dans la limite des places disponibles. Pas d’inscription requise.

Mobilisations par la vulnérabilité – Perspectives féministes sur l’agir et le résister, Montpellier, 4 octobre 2018

Journée d’étude jeunes chercheur.e.s

Mobilisations par la vulnérabilité

Perspectives féministes sur l’agir et le résister

Université Paul-Valéry Montpellier – Site Saint-Charles – salle des colloques 2

Jeudi 4 octobre 2018

Organisation : Aurélie Knüfer (CRISES) et Valeriya Voskresenskaya (CRISES)

avec le soutien de l’ED 58 et du CRISES E.A. 4424

9h30 Accueil des participant.e.s et petit déjeuner

10h-11h Conférence d’ouverture par Estelle Ferrarese (Université de Picardie)

« La vulnérabilité face “au” politique. Dépasser les fausses antinomies »

Session 1 (11h-12h10)            Présidence : Claire Gallien (IRCL)

11h-11h25         Éloi Paradis-Deschênes(Université d’Ottawa)

« Résistance, mobilisation et vulnérabilité partagée : Butler et quelques pratiques alternatives d’émancipation »

11h25-11h50     Vanina  Mozziconacci(Université Paul-Valéry Montpellier, LIRDEF)

« Concevoir l’autonomie depuis une anthropologie de la vulnérabilité. Autonomie relationnelle féministe, care et éducation »

11h50-12h10     Discussion

12h10-13h30 Déjeuner des participant.e.s

Session 2 (13h30-15h15)       Présidence : Aurélie Knüfer (CRISES)

13h30-13h55     Anne-Cécile Caseau(Université Paris 8, LEGS)

« Lever la voix : La vulnérabilité comme ressource d’une subjectivation politique ? »

13h55-14h20     Elsa Tyszler (Université Paris 8, CRESPPA)

« De la mise en vulnérabilité des femmes à la frontière maroco-espagnole. Politiques migratoires et résistances migrantes »

14h20-14h45     Anastasia-Athénaïs Porret(Université Paris Diderot 7, LCSP)

« Mise en vulnérabilité consciente et empowerment : Les conversions féminines à l’Islam en Europe »

14h45-15h15     Discussion

15h15-15h35 Pause café

Session 3 (15h35-17h20)       Présidence : Valeriya Voskresenskaya (CRISES)

15h35-16h         María Martínez (UNED)

« Habiter notre vulnérabilité comme modalité d’action (collective) autre »

16h-16h25         Selen Göbelez Dumas(EHESS-Marseille)

« Les corps accouchent : vulnérable et puissant »

16h25-16h50     Aurélia Léon (Université Lyon 2, Centre Max Weber)

« Autodéfense féministe : de la défense de soi à la construction de la cause »

16h50-17h20     Discussion

17h30-18h30 Conférence de clôture par Elsa Dorlin (Université Paris 8)

« Phénoménologie de la proie : Approche féministe des sensations et mouvements d’autodéfense »

Présentation

Loin d’être un phénomène unifié, la vulnérabilité prend des formes multiples et se différencie quant à ses causes et ses degrés, ou encore selon ses contextes. Cependant, on tend souvent à la réduire à une sorte de passivité fragile et impuissante, à une réceptivité inerte qui exclut tout agir, à un être-affecté dépourvu de toute puissance d’affecter. Le fait d’être vulnérable suffit-il pour ôter au sujet sa capacité d’agir ? La notion de vulnérabilité n’indique-t-elle pas une possibilité d’action qui émerge du fond même du pathos, et qui, dans la situation d’impuissance, se mobilise contre la dépossession et l’injustice ? Et agir, n’est-ce pas aussi en même temps « être vulnérable dans son audace » (E. Gilson, The Ethics of Vulnerability) – se mettre en risque, s’exposer ?

Judith Butler, dans le collectif Vulnerability in Resistance (2016), désigne comme une « tâche féministe » (p. 25) le dépassement de l’opposition binaire entre, d’une part, la vulnérabilité comprise comme passivité et faillibilité et, d’autre part, la capacité d’agir (agency) et de résister comme propriété du sujet invulnérable. Pour elle, cette tâche inclut l’inscription de la vulnérabilité dans le champ de l’action politique, et pose la question de « comment penser conjointement la vulnérabilité des femmes et les modes d’agir féministes »[1]. Dans une telle conjonction, la « vulnérabilité des femmes » n’entraîne point la détermination essentialiste du féminin par la passivité et la dépendance, mais elle permet plutôt de dénoncer la situation politique et sociétale des femmes (liée à la précarité, aux violences, à la victimation, à l’exclusion et à l’invisibilisation des femmes, etc.). La vulnérabilité n’est donc pas réservée aux femmes comme une sorte de propriété naturelle, mais elle relève de ce que Butler appelle la « distribution différentielle » de la vulnérabilité et rejoint ainsi la multiplicité des formes de vulnérabilité et de précarité portées par les mécanismes différenciés d’oppression et de dépossession.

Dans le cadre de cette journée d’étude, il s’agit de porter à la réflexion aussi bien les formes et les stratégies de la distribution différentielle de la vulnérabilité que les modalités d’agir et de résister en restant vulnérable, ainsi que les pratiques d’émancipation qui mettent en avant l’empowerment féminin. Du Girl Power à la Women’s March, de la sororité, des luttes de masse et les coalitions intersectionnelles à l’auto-défense et au self-care : autant de réponses à des vulnérabilités induites, inégalement distribuées, réponses qui ne consistent pas à nier la vulnérabilité, mais au contraire la mobilisent. En nous inspirant du projet butlérien, nous nous tournerons vers les théories et les recherches féministes, afin de mettre en question la prétendue incompatibilité de la vulnérabilité et de l’agir, de saisir et d’approfondir le potentiel de la vulnérabilité en tant que force mobilisante et condition inébranlable de la résistance et de l’action politique.

[1] J. BUTLER, “Vulnerability, Precarity, Coalition,”/« Vulnérabilité, précarité et coalition » (tr. J.-M. Landry et F. Boursiquo), in D. Gardey & C. Kraus (eds.), Politiques de coalition : Penser et se mobiliser avec Judith Butler/Politics of Coalition: Thinking Collective Action with Judith Butler, Zurich/Genève, Seismo, 2016, p. 250.

Les limites du marché – La marchandisation de la nature et du corps, Journées d’études interdisciplinaires, Philosophie-Droit-Economie, Sorbonne, Amphi Turgot, 13-14 septembre 2018

Les limites du marché – La marchandisation de la nature et du corps, Journées d’études interdisciplinaires, Philosophie-Droit-Economie, Sorbonne, Amphi Turgot, 13-14 septembre 2018

JEUDI 13 SEPTEMBRE // THURSDAY, SEPTEMBER 13TH

9h00. Accueil des participants // Welcome coffee

9h30. Introduction

 

9h45-11h

Sorbonne, Turgot

Conférence d’ouverture // Opening conference

Présidence // Chair: Elodie Bertrand

 

Margaret Jane Radin, Professor, University of Toronto Faculty of Law ; Henry King Ransom Professor, emerita, University of Michigan Law School ; Wm. Benjamin Scott & Luna M. Scott Professor, emerita, Stanford Law School.

Reconsidering Commodification in Today’s Interconnected World

11h-11h30. Pause café // Coffee break

11h30-13h

Sorbonne, Turgot

 

Session 1. Qu’est-ce que la marchandisation ?

What does commodification mean?

Présidence // Chair: Christine Noiville

Harold Levrel, Professeur, Economie, AgroParisTech, CIRED, Antoine Missemer, Chargé de recherche, Economie, CNRS, CIRED & Jacob Smessaert, étudiant, Economie, CIRED. The Commodification of Nature: A Survey 

Marie-Angèle Hermitte, Directeur de recherche honoraire, Droit, CNRS et EHESS. Histoire et sens des transferts d’argent dans la biomédecine

Philippe Steiner, Professeur, Sociologie, Sorbonne Université, GEMASS. Les limites du marché : mais quel marché ?

13h-14h30. Déjeuner

14h30-16h30

Sorbonne, Turgot

Session 2a. Les modes de saisies de nouveaux biens par le marché

Different ways in which new goods are caught by the market

Présidence // Chair: Diane Roman

Carole Hermon, Professeure, Droit, Université Toulouse 1 Capitole, IEJUC & Matthieu Poumarède, Professeur, Droit, Université Toulouse 1 Capitole, IEJUC. Ce qu’on appelle marchandisation de la nature. Observations sur un biais sémantique

Stéphanie Hennette-Vauchez, Professeure, Droit, Université Paris Nanterre, CREDOF. La puissance des catégories juridiques du marché : émergence et contestations d’un new deal régulatoire en matière de bioéthique à l’échelle européenne 

Catherine Larrère, Professeure émérite, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Les deux sens de la bioéconomie 

14h30-16h30

Sorbonne, Halbwachs

Session 2b. Ce qui peut être acheté et ne peut l’être. Répartition, accès, problèmes. Le cas des ovocytes

What can and cannot be bought. Distribution, access, problems. The case of ovocytes

Présidence // Chair: Jennifer Merchant

Vida Panitch, Associate Professor, Philosophy, Ethics and Public Affairs, Carleton University. Liberalism, Commodification, and Justice

Sharon Bassan, Postdoctoral Research Associate, Values and Public Policy, Princeton University and the Woodrow Wilson School’s Office of Population Research. Donations for Sale – Rhetorical Methods in the Service of Compensated Egg Recruitment in Israel

Laurence Brunet, chercheuse, Droit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS & Marie-Xavière Catto, Maîtresse de conférences, Droit, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Circulation des gamètes : la marchandisation est-elle inéluctable ?

16h30-17h. Pause café // Coffee break

 

17h-18h30

Sorbonne, Turgot

 

Session 3. Penser la nature sous le prisme du “capital naturel”, quelles                              

implications ?

Thinking nature with the lens of “natural capital”: what are the implications?

Présidence // Chair: Catherine Larrère

 

Isabelle Michallet, Maître de Conférences, Droit, Université Jean Moulin Lyon 3, Institut de Droit de l’Environnement. Nature et droit : vers un droit du capital naturel ? 

John O’Neill, Professor, Hallsworth Chair in Political Economy, University of Manchester. Life beyond capital

Valérie Boisvert, Professeure ordinaire, Economie, Université de Lausanne, IGD. La nature entre marchandisation et capitalisation. Une mise en perspective de l’économie de la biodiversité et de ses catégories 

VENDREDI 14 SEPTEMBRE // FRIDAY, SEPTEMBER 14TH

 

9h-11h

Sorbonne, Turgot

 

Session 4. Violence et consentement

Violence and consent

Présidence // Chair: Stéphanie Hennette-Vauchez

 

Andrés Saenz De Sicilia, Visiting lecturer, Philosophy, University of Roehampton. Violence and Commodification: On the Social Logic of Narco-Capitalism

Alicia-Dorothy Mornington, Maîtresse de Conférences, Civilisation Britannique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Consent, coercion & commodification: the case of organ sale

Hannah Carnegy-Arbuthnott, Post-doctoral fellow, Philosophy, Stanford University, McCoy Family Center for Ethics in Society. “I’m only in it for the money.” What is wrong with selling consent?

Jean-Fabien Spitz, Professeur émérite, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Peut-on se vendre soi même? Le contrat de servitude volontaire en perspective 

11h-11h30. Pause café // Coffee break

11h30-13h

Sorbonne, Turgot

Session 5. Arguments libéraux et commodification

 Liberal arguments and commodification

Présidence // Chair: John O’Neill

 

Emmanuel Picavet, Professeur, Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS. Lien social, marché et valeurs individuelles dans la structure des débats sur la marchandisation 

Elodie Bertrand, Chargée de recherche, Economie, CNRS, ISJPS. Externalities of commodification: towards a new legal moralism ?

Roberto Fumagalli, Lecturer, Political Economy, King’s College London. Buyer Beware: Virtues in the Market as Contingent By-products of Markets

13h-14h30. Déjeuner

14h30-16h30

Sorbonne, Turgot

Session 6a. Donner et vendre, exclusifs ou complémentaires ?

Giving and selling, exclusive or complementary?

Présidence // Chair: Marie-Xavière Catto

Jennifer Merchant, Professeure, Département de langue, Université Panthéon-Assas, Law & Humanities/CERSA. The Question of Undue Inducements: Surrogacy and Ovocyte Donation, How Much is Too Much? 

Marlène Jouan, Maîtresse de conférences, Philosophie, Université Grenoble Alpes, PPL. Contract Pregnancy as a Contested Market: The Enshrining vs Subverting of Capitalist Valuation

Timo Jütten, Senior Lecturer, Philosophy, University of Essex, School of Philosophy and Art History. Internal Criticism without Corruption: The Case of Sex Work

 

14h30-16h30

Sorbonne, Halbwachs

 

Session 6b. L’accès pour les personnes privées à but lucratif : contrats et autorisations

Access for private for-profit persons: contracts and authorizations

Présidence // Chair: Marie-Angèle Hermitte

Arvind Thiruvallore Thattai, Professor, Law, Newcastle University, Newcastle Law School, & Aisling McMahon, Assistant Professor, Biolaw, Durham Law School, Durham University. Commodification, control, and the contractualisation of the human body

Fabien Girard, Maître de conférences, Droit, Université Grenoble Alpes, CRJ & Christine Noiville, Directrice de recherche, Droit, CNRS, ISJPS. Figures juridiques de la marchandisation des semences : leviers et résistances 

Anne-Laure Sagon, Doctorante, Droit, Université Jean Moulin Lyon 3, Equipe de Droit Public de Lyon. Aux confins du phénomène de marchandisation du corps : la conquête de l’embryon humain 

Jean Mercier-Ythier, Professeur, Economie, Université Panthéon-Assas, CRED. Large-scale communication, self-ownership and the body: A discussion from the practical case of blood donation

16h30-17h. Pause café // Coffee break

17h00-18h15

Sorbonne, Turgot

Conférence de clôture // Closing conference

Présidence // Chair: Alicia-Dorothy Mornington

 

Debra Satz, Marta Sutton Weeks Professor of Ethics in Society, Professor of Philosophy and, by courtesy, Political Science ; J. Frederick and Elisabeth Brewer Weintz University Fellow in Undergraduate Education ; Stanford University

Noxious Markets Beyond the Body

Anthropologie comparée des monothéismes, Journée d’études du séminaire Anthropologie comparée de la croyance, EPHE, 19 juin 2018

Anthropologie comparée des monothéismes

Journée d’études du séminaire Anthropologie comparée de la croyance
organisé par F. Fruteau de Laclos (Paris 1, CHPMS) et C. Grellard (EPHE, LEM)

Mardi 19 juin 2018
10h-16h
EPHE
54 boulevard Raspail
75006 Paris
Salle 01

10h-11h : Bruno Karsenti (EHESS, LIER), « Religion et politique, une distinction historique moderne »

11h-12h : Mohamed Amer Meziane (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS), « Le monothéisme. Trajectoires d’un concept »

Buffet, Salle 03

13h30-14h30 : Daphné Le Roux (Université Paris Nanterre, Sophiapol), « La croyance appartient-elle à l’expérience catholique ? Discussion des modèles philosophiques de la croyance à partir d’une étude de terrain »

14h30-15h30 : Alfred Adler (EPHE), « Spinoza et les rites »

15h30-16h : Discussion générale et conclusions

Quelle éco-logie (techno-)politique ? Penser au-delà de Simondon, 25 mai 2018

Quelle éco-logie (techno-)politique ?

Penser au-delà de Simondon

Centre international des études simondoniennes

Vendredi 25 mai 2018 (9h-18h)

Maison des Sciences de l’homme Paris-Nord

20 avenue George Sand, 93210 La Plaine St-Denis

Salle 414 (salle de conférences)

Métro ligne 12 terminus Aubervilliers/Front populaire

Argument : le nécessaire – et déjà en cours – tournant écologique de la
pensée politique ne saurait s’accomplir pleinement sans, dans le même
temps, relever le défi qui lui donnerait toute sa portée, c’est-à-dire le
défi de se proposer comme ce qui permettrait de surmonter le fondamental
divorce contemporain entre les « philosophies politiques »
post-rousseauistes du contrat social et les « économies politiques »
post-marxistes du soupçon.  À cette fin, c’est le concept même d’écologie
politique qu’il convient de revisiter, et l’héritage simondonien de la
pensée du « milieu » peut ici explorer deux voies, qui structureront la
journée tout en se pluralisant elles-mêmes à travers chacun des
intervenants. Une première grande voie table sur la philosophie de la
technique, telle qu’elle peut s’inspirer de la technophilie savante et
anti-techniciste de Simondon, pour venir reconstruire l’éco-logie
politique en tant que philosophie politique réconciliée avec l’économie
politique. Une seconde grande voie table sur la critique des impensés
fondamentaux de Simondon pour proposer une pensée plus globale qui serait
aussi une écologie en un sens nouveau et plus large, dont l’éco-logie
politique et la philosophie de la technique seraient des subdivisions.

Matinée :

9h15-9h30 : accueil

9h30 : Jean-Hugues Barthélémy (directeur du CIDES) :

Présentation générale de la journée

9h40 :Yuk Hui (post-doctorant, Université Leuphana de Lüneburg/CIDES) :

« Vers une politique de l’allagmatique »
+ Discussion

*10h30 :* Andrea Bardin (Lecturer in Politics, Oxford Brookes
University/CIDES) :

« The Banality of Materialism : Automatism and Historicity »

*+ Discussion*

*11h20 : *pause-café

*11h30 : *Andrew Feenberg (Professeur, Université Simon Fraser de
Vancouver) :

« La concrétisation de l’internet » (*version anglaise disponible*)

*+ Discussion*

*12h20* : pause-déjeuner

*Après-midi:*

*14h00 : *Erich Hörl (Professeur, Université Leuphana de Lüneburg/CIDES) :

« The Environmentalitarian Situation: Reflections on the
Becoming-Environmental of Thinking, Power, and Capital »

*+ Discussion *

*14h50 : *Ludovic Duhem (responsable de la recherche à l’ESAD
Orléans/CIDES) :

« Machine et nature : vers une techno-écologie » (*version anglaise
disponible*)

*+ Discussion*

*15h40* : pause-café

*15h50 : *Taïla Picchi (doctorante, Universités de Pise et Florence) :

« La rêverie de l’intellect général »

*+ Discussion*

*16h40 : *Jean-Hugues Barthélémy (chercheur associé HDR Université
Paris-Nanterre/CIDES):

« Écologie du sens, techno-*éco*-logie politique et refondation hors
l’éthique du droit : un programme post-simondonien » (*version anglaise
disponible*)

*+ Discussion*

*17h30* : Vincent Bontems (ingénieur-chercheur au Larsim – CEA/CIDES) :

Conclusion générale de la journée

Journées d’études « Féminismes, natures, dominations », 19-20 avril 2018, Paris 1-Paris Nanterre

Journées d’études « Féminismes, natures, dominations »

 19-20 avril 2018

Université Paris I Sorbonne, Université Paris Nanterre

Organisé par Katia Genel (CHPMS/Centre Marc Bloch), Jean-Baptiste Vuillerod (Sophiapol) et Lucie Wezel (IREPH)

Avec le soutien du programme de politique scientifique  « Faire droit à la différence ? » de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, coordonné par Isabelle Aubert

Jeudi 19 avril (Paris 1, Amphithéâtre Sainte Barbe)

Réinventer la nature : généalogies et concepts

 10h : accueil des participant.e.s

10h15-10h30 : Ouverture par Sandra Laugier et Mots introductifs par Isabelle Aubert

Présidence : Isabelle Aubert

10h30-11h : Veronica Ciantelli (EHESS) : « Le rapport femme/nature dans l’hypothèse matriarcale : enjeux, risques et conséquences »

11h-11h30 : Jean-Baptiste Vuillerod (Paris Nanterre) : « Nature et féminité dans la philosophie de Hegel »

11h30-12h : discussion

12h-14 h : pause déjeuner

Présidence : Jean-Baptiste Vuillerod

14h-14h30 : Mona Gérardin-Laverge (Paris 1) : « Dénaturaliser ne suffit pas : critique de la “nature” et perspectives de lutte »

14h30-15h : Paul Guillibert (Paris Nanterre) : « Domination de la nature et culture patriarcale : l’idéologie des modernes selon Theodor W. Adorno, Max Horkheimer et Carolyn Merchant »

15h15-15h45 : Estelle Ferrarese (Univ. Picardie Jules Vernes) : « Pour une théorie générale de l’appropriation ? Le travail reproductif vu depuis la Théorie critique »

15h45-16h45 : discussion

Vendredi 20 avril (Université Paris Nanterre, Bât. B, Salle des conférences)

Les théories critiques et le féminisme

 9h45 : accueil des participants

Présidence : Emmanuel Renault

10h15-10h45 : Lucie Wezel (Paris Nanterre) : « Nature mutilée, nature remémorée : archi-histoire des femmes dans la Dialectique de la raison d’Adorno et Horkheimer »

10h45-11h15 : Salima Naït Ahmed (Univ. Picardie Jules Vernes) : « De la “dénaturalisation” à la “renaturalisation” des femmes chez Adorno »

11h30-12h : Clotilde Nouët (Paris 1) : « Le “fétichisme du sexe” : patriarcat, capitalisme et critique de la valeur »

12h-12h45 : discussion

12h45-14h15 : pause déjeuner

Présidence : Aurélia Peyrical

14h15-14h45 : Audrey Benoit (Univ. Lille/Paris 1) : « Le sexe, matière à penser »

14h45-15h15 : Katia Genel (Paris 1/Centre Marc Bloch) : « Une lecture féministe d’Arendt ? »

15h30-16h : Thomas Crespo (ENS Lyon) : « Contester la domination masculine en réformant les sciences : réflexions féministes pour une biologie sans “nature” »

16h-16h45 : discussion

Lectures de… Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique (Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman, 16 mars 2018, Paris 1, salle IV

Lectures de…

Le sens des lois, histoire de l’interprétation et de la raison juridique

(Bruylant, 3e éd. 2011), de Benoît Frydman

Journée du 16 mars 2018

Université Panthéon-Assas – Salle IV

12, place du Panthéon – Paris Ve

 9h30-12h00

Sous la présidence de Didier Truchet, professeur émérite de l’Université Panthéon-Assas (Paris II), président de la Société pour l’histoire des Facultés de droit.

Aldo Schiavone, professeur émérite, Projet ERC Scriptores Iuris RomaniLes juristes romains entre interprétation des lois et raison du ius.

Xavier Prévost, professeur à l’Université de Bordeaux, Remarques sur une absente : la Renaissance dans Le sens des lois.

Frédéric Audren, directeur de recherche au CNRS (CEE-Ecole de droit de Science po), Une histoire pragmatique de la raison juridique est-elle possible ?

Frédéric F. Martin, professeur à l’Université de Nantes, Benoît Frydman, Le Sens des lois et l’histoire de la raison (juridique).

Pierre-Yves Quiviger, professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, Histoire de l’interprétation et de la raison juridique, histoire des idées politiques et histoire du droit.

Rémy Libchaber, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Une interprétation du droit sans droit de l’interprétation.

14h00-16h30

 Sous la présidence d’Olivier Beaud, professeur à l’Université Panthéon-Assas (Paris II).

Nader Hakim, professeur à l’Université de Bordeaux, L’exégète est-il un auteur comme les autres ?

David Soldini, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Remarques au sujet du bilan critique du normativisme et de la crise du positivisme.

Hervé Ascensio, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, L’interprétation au coeur des mutations du droit international.

Jean-Yves Chérot, professeur à l’Université d’Aix-Marseille, Le sens du Global Law.

Otto Pfersmann, directeur d’études à l’EHESS, La malédiction

Journée d’études « Un droit de fraternité. Société et socialisme dans le néokantisme de Marbourg autour de Hermann Cohen », 8 mars 2018, Maison Henrich Heine

Un droit de fraternité
Société et socialisme dans le néokantisme de Marbourg
autour de Hermann Cohen

Journée d’étude organisée par Myriam Bienenstock (Université François-Rabelais, Tours) et Norbert Waszek (EA 1577, Université Paris VIII)
avec le soutien de l’EA 1577 de l’Université Paris VIII et de la Maison Heinrich Heine

jeudi 8 mars 2018, 10h00-17h00
suivie à 19h00 d’une conférence de Vincent Peillon

à la Maison Henrich Heine, Cité Internationale, Paris 14ème

10h00 – 10h15 accueil par Norbert Waszek

Présidente de séance : Myriam Bienenstock

10h15 – 11h15 Reinhard Brandt, Université de Marbourg: „Das Sich-Emporarbeiten des Bürgers im Rahmen von Kants Aufklärungsidee“

11h15 – 11h30 pause-café

11h30 – 12h30 Carlos Herrera, Université Cergy Pontoise : « Socialisme néokantien et socialisme religieux : De Marbourg à Weimar »

12h30 – 14h30 pause-déjeuner

Président de séance : Norbert Waszek

14h30 – 15h30 Heiner Klemme, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg: « „Naturrecht mit wechselndem Inhalt?“ Rudolf Stammler und das (neu)kantische Rechtsverständnis »

15h30 – 16h00 pause-café

16h00 – 17h00 Myriam Bienenstock, Université de Tours : « La Question des travailleurs dans le néokantisme de Marbourg »

19h00 Vincent Peillon, ancien ministre de l’Éducation nationale, député européen, agrégé et docteur en philosophie : « Solidarité et fraternité dans le débat français au tournant du siècle »

Président de séance : Emmanuel Picavet, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Le droit face aux discours faux, Journée d’études, iRPhiL, Lyon, 2 mars 2018

Le droit face aux discours faux

Vendredi 2 mars 2018

Université Jean Moulin Lyon 3, 18 rue Chevreul, Lyon 69007

Salle de la Rotonde

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme bourgeon « Liberté d’expression et délibération démocratique » (IRPhiL, Lyon 3) en partenariat avec le groupe DroitPhiL et l’Ecole doctorale de philosophie (ED 487) .

9h45  Ouverture de la journée

Réglementer la liberté d’expression au nom de la vérité ?

10h00-10h40    Charles Girard, Université Lyon 3 Jean Moulin

Liberté d’expression et droit à l’information

10h40-11h20    Thomas Hochmann, Université de Reims

La protection des discours faux en droit comparé

11h20-11h40    Pause

11h40-12h20    Gwénaële Calvès, Université de Cergy-Pontoise

La loi peut-elle interdire de mentir ? Le cas United States v. Alvarez (Cour suprême des États-Unis, 28 juin 2012)

12h20-13h00    Raphaëlle Théry, Université Paris Assas

Erreur, censure et liberté. Remarques à partir de Mill

Le droit face aux fausses nouvelles

15h00-15h40    Juliette Roussin, Collège de France

Les fausses nouvelles entre mensonge et fiction

15h40-16h20    Romain Badouard, Université de Cergy-Pontoise

La régulation des « Fake news » sur Facebook : acteurs, dispositifs et légitimité

16h20-16h40    Pause

16h40-17h20    Etienne Brown, Université de Montréal

Désinformation, fausses nouvelles et liberté d’expression

17h20-18h00    Discussion générale et conclusion

Organisation : Charles Girard (Université Lyon 3) ; Juliette Roussin (Collège de France)

Participation : sur inscription, dans les limites des places disponibles

Journée d’études Marx à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, 1er mars 2018, CRHI et Société française de philosophie, MSHS-Sud-Est, Nice

Le CRHI organise, avec le concours de la Société Française de Philosophie et de l’association les Amis de la liberté, le jeudi 1er mars 2018, une journée dédiée à la mémoire d’André Tosel, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Marx.
– 9h30: Jean Robelin: « Marx et l’avenir du capitalisme »
– 10h30: Gérard Jorland: « Transformation et dialectique chez Marx »
– 11h30: Edouard Delruelle: « Théorie de l’exploitation ou de la destruction: Marx, Polanyi, Fraser »
– 14h : Etienne Balibar: « Moments politiques dans le Capital de Marx »
– 15h: Sarah Barnaud-Meyer: « En quel sens l’économie est-elle politique? »
– 16h: Pierre-Yves Quiviger: « Marx et le monde du droit »
Cette journée se déroulera dans la salle plate (amphi 031 rez-de-chaussée) de la MSHS Sud-Est (Pôle universitaire St Jean d’Angély, 24 avenue des diables bleus, 06357 Nice cedex 4, Tél 04 89 88 14 3).

Conférence sur Les fondements de la démocratie et son avenir en Occident, avec Dominique Schnapper, Marcel Gauchet et Pierre Statius, 19 janvier 2018

Grande Conférence du GEMASS
Vendredi 19 janvier 2018 de 14h30 à 17h30
Sur le thème Les fondements de la démocratie et son avenir en Occident
avec
Dominique SCHNAPPER, sociologue : « De la démocratie en France 2017 »
Marcel GAUCHET, philosophe : « L’avènement de la démocratie IV 2017 »
Pierre STATIUS, philosophe : « Voyages en démocratie I 2017 »
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006
Salle des conférences D35 au rez de chaussée
Inscriptions nécessaires avant le 15 janvier 2018 auprès de alexandra.frenod(at)cnrs.fr

Journées d’études autour du livre de Bruno Karsenti, La question juive des modernes. ENS, 45 rue d’Ulm, Salle des actes, 11 décembre 2017, 14h-18h30

Journée d’étude/débat autour du livre de Bruno Karsenti, La question juive des modernes. Philosophie de l’émancipation.

La thèse du livre, selon laquelle le projet d’émancipation collective des
sociétés européennes modernes s’est intimement construit par rapport à la
question de l’émancipation de ce groupe particulier qui porte le nom juif,
sera débattue par Jean-Claude Milner, Danny Trom et Bruno Karsenti
lui-même, dans le but d’éclairer la situation actuelle où le projet
européen entretient un lien quelque peu brouillé avec l’idée de
l’émancipation des individus et des groupes qui le constitue et donc
doivent nécessairement y contribuer.

La journée aura lieu lundi le 11 décembre, 14-18.30, Ecole Normale
Supérieure, 45, rue d’Ulm, Salle des Actes.

Programme

14.00 : Ouverture et introduction par Julia Christ

14.30 : Jean-Claude Milner : La modernité : règle idéale ou contrainte
objective ?

15.45 : Pause

16.00 : Danny Trom : Les juifs, reste et avant-garde.

17.15 : Bruno Karsenti : Homme et citoyen: que suis-je?

La souveraineté en question – Origines, continuités et ruptures de l’histoire d’un concept – 12 et 13 décembre 2017 – ENS de Lyon

La souveraineté en question

Origines, continuités et ruptures de l’histoire d’un concept

12 et 13 décembre 2017 – ENS de Lyon

Ces journées d’étude sont organisées dans le cadre du séminaire du LabEx COMOD :

« Les modernités britanniques : origines, continuités, ruptures ».

La création d’instances supra-nationales (ONU, Union Européenne), le développement du droit international, la mondialisation de l’économie et les politiques de décentralisation sont autant d’événements qui conduisent les théoriciens (philosophes, juristes, politistes) à redéfinir les modalités d’exercice du pouvoir souverain. Loin d’être un concept désuet, la souveraineté fait débat. Ces deux journées d’étude se proposent de mettre en perspective dans une approche pluridisciplinaire les réflexions d’hier et d’aujourd’hui afin d’éclairer les discours contemporains sur la souveraineté. Si la souveraineté nous pose encore question c’est qu’elle est, dès l’origine, un concept éminemment problématique.

Axe 1 – La souveraineté : un concept problématique
Mardi 12 décembre, 9h30-12h30. Amphithéâtre Descartes

9h30-10h30. Arnaud Milanese [ENS-Lyon] : Locke et le problème de la souveraineté humaine.

10h30-11h30. Jean Terrel [Bordeaux-Montaigne] : Des Lettres persanes à L’esprit des lois, les usages du vocabulaire de la souveraineté chez Montesquieu.

11h30-12h30. Annie Lechenet [Lyon 1] : « Le grand objet du gouvernement est de modifier la souveraineté […] », James Madison, 24 octobre 1787.

Axe 2 – Souveraineté et pouvoir de décision
Mardi 12 décembre, 14h-17h. Amphithéâtre Descartes

14h-15h. Emmanuel Pasquier [CPGE Orléans] : Penser l’inter-souveraineté : deux modèles concurrents chez Hans Kelsen et Carl Schmitt.

15h-16h. Jauffrey Berthier [Bordeaux-Montaigne] : Souveraineté et gouvernement dans le Leviathan.

16h-17h. François Saint-Bonnet [Paris 2 Panthéon-Assas] : Celui qui décide de l’état d’exception est-il (vraiment) souverain ?

Axe 3 – Souveraineté et droits de l’homme
Mercredi 13 décembre, 9h30-12h30. Site Buisson, D8.008

09h30-10h30. Xavier Mathieu [Aston University] : Souveraineté, responsabilité, civilisation : la Responsabilité de Protéger en relations internationales.

10h30-11h30. Odile Tourneux [ENS-Lyon] : La « souveraineté individuelle » au tournant du XXIe siècle.

11h30-12h30. Bruno Bernardi [IHRIM] : Les droits de l’homme, entre droit naturel et droit politique ?

Vous retrouverez le programme en ligne sur le site du laboratoire Triangle-UMR 5206 : http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article7198