Colloque “Souveraineté et néolibéralisme”, Grenoble, 5 octobre 2021

homas Boccon-Gibod, Martine Kaluszynski, Odile Tourneux et Eric Fabri ont le plaisir d’annoncer la tenue les 4 et 5 octobre 2021 du colloque “Souveraineté et néolibéralisme” à Grenoble. 

Ce colloque interdisciplinaire est organisé par la MSH-Alpes, dans le cadre de son axe Langages & Politiques, en partenariat avec l’IPhiG, l’UMR PACTE, l’UMR Triangle et avec le soutien de Grenoble INP – UGA.

Il a pour objet d’étudier les modalités du débat autour de la souveraineté dans ses rapports avec le néolibéralisme, ainsi que de fournir une plateforme d’échanges aux chercheuses et chercheurs travaillant sur le sujet depuis différentes perspectives inscrites dans le champ des sciences sociales. 

En pratique :
Ce colloque est proposé en format hybride, il peut donc être suivi soit en présentiel (Domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères), soit à distance en visioconférence (Zoom).

Gratuit sur inscription obligatoire (ouverture des inscriptions du 7/09/2021 au 30/09/2021)
Présentation, programme et inscriptions : https://souverainete-21.sciencesconf.org/

Colloque international “La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan”

Colloque international

La pensée et les normes. Hommage à Jean-François Kervégan

Organisé par Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
Élodie Djordjevic (Université Paris II Panthéon-Assas) et Gilles Marmasse
(Université de Poitiers), avec le soutien de l’Institut des sciences juridique et philosophique de la
Sorbonne (ISJPS), de l’Institut Michel Villey et du laboratoire de Métaphysique allemande et
Philosophie pratique (MAPP)

Programme complet :
http://institutvilley.com/?event=colloque-international-la-pensee-et-les-normes-hommage-a-jean-francois-kervegan

Le colloque se tiendra à distance, sur « Zoom ». L’inscription est
obligatoire :
https://evento.renater.fr/survey/colloque-international-la-pensee-et-les-normes-hommage-a-jean-francois-kervegan-l5c6djto

Certains des textes servant d’appui aux interventions sont disponibles sur
sollicitation auprès de Gilles Marmasse, en écrivant à l’adresse :
gilles.marmasse@univ-poitiers.fr

Programme

Jeudi 21 janvier 2021

Matinée – 9h-12h30

Présidence : Magali Bessone (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Ouverture (9h-9h30)

Mot des organisateurs
Allocution de Philippe Büttgen (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de
l’UFR 10, Philosophie)
Mot de Jean-François Kervégan (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Normes et critique (9h30-10h45)

Franck Fischbach (U. de Strasbourg) : Qu’est-ce que la vie éthique ? Un
essai d’analyse
Emmanuel Renault (U. Paris Nanterre) : Critique sociale et connaissance
Isabelle Aubert (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : La réalité morale est-elle
construite ?

Pause

Philosophie politique (11h-12h15)

Clotilde Nouët (U. Mohammed VI Polytechnique) : Démocratie et « vie éthique
» : la question du sujet politique
Sabina Tortorella (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : L’obligation politique
chez Hegel
Catherine Colliot-Thélène (U. de Rennes) : Le contractualisme contemporain
: quelles parties, à quel contrat ?

Après-midi 14h-17h

Présidence : Marcos Nobre (U. Campinas)

Institutions (14h-15h15)

Olivier Beaud (U. Paris II Panthéon-Assas) : Pourquoi la liberté académique
n’a pas été pensée en France par les universitaires
Mélanie Plouviez (U. Côte d’Azur) : De l’idéalisme allemand à la sociologie
française : l’héritage en question au XIXe siècle »
Emmanuel Picavet (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les normes, les
institutions et l’effectivité paradoxale des principes rationnels

Pause

Philosophie du droit (15h30-16h45)

Denis Baranger (U. Paris II Panthéon-Assas) : L’évanescence de la norme.
Essai sur l’instabilité ontologique du phénomène normatif
Pierre-Yves Quiviger (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Une théorie
institutionnelle du sujet de droit
Mathieu Carpentier (U. Toulouse 1 Capitole) : De la vocation de notre temps
pour la philosophie du droit

Vendredi 22 janvier 2021

Matinée – 9h30-12h30

Présidence : Emmanuel Picavet (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Jean-François Kervégan (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) (9h30-10h45)

Pause

Hegel : héritage (11h-12h15)

Norbert Waszek (U. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) : De l’Encyclopédie de
Hegel à la création par les hégéliens de nouvelles disciplines scientifiques
Olivier Tinland (U. Paul Valéry Montpellier 3) : Nietzsche, Hegel et les
contradictions de « l’âme allemande »
Myriam Bienenstock (U. de Tours) : L’« esprit absolu » hégélien entre les
xixe et xxie siècles

Après-midi 14h-17h

Présidence : Denis Baranger (U. Paris II Panthéon-Assas)

Kant (14h-15h15)
Gilles Marmasse (U. de Poitiers) : Le débat sur la morale kantienne dans
Grâce et dignité de Schiller
Élodie Djordjevic (U. Paris II Panthéon-Assas) : Action et causalité.
Remarques sur la conception hégélienne de l’imputation
Ricardo Terra (U. de São Paulo) : Kant, Humboldt et l’université moderne

Pause

Hegel : actualité (15h30-16h45)

Bruno Haas (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Hegel théoricien du musée
Geminello Preterossi (U. de Salerne) : Entre Hegel et Schmitt
Marcos Nobre (U. Campinas) : La Phénoménologie de l’esprit en tant que
modèle philosophique

Colloque “Actualité du droit naturel. De la vitalité des doctrines à l’impensé du droit positif”

Actualité du droit naturel. De la vitalité des doctrines à l’impensé du droit positif

Il se déroulera en cinq séances, toutes en visioconférence. 
Les séances sont ouvertes sur inscription. Pour être ajouté à la liste de diffusion pour recevoir les liens de connexion, prière d’écrire aux deux organisateurs: Gregory Bligh (greg.blighATyahoo.fr) et Nicolas Sild (nicolassildAThotmail.com).

Jeudi 28 janvierSéance inaugurale. David Mongoin, Eric Desmons, Manon Altwegg-Boussac, Noé Wagener, Nicolas Sild
Jeudi 4 févrierEtre anti-positiviste aujourd’hui? Marie Cretin-Sombardier, Themis Raptopoulos, Marc Cottereau, Marc Piton, Thomas Acar, Gregory Bligh
Vendredi 5 févrierPremière journée. Jérémie Van Meerbeeck, François Chénedé, Denis Baranger, Mathieu Carpentier, Pierre-Yves Quiviger
Jeudi 11 févrierUn impensé jusnaturaliste dans le droit contemporain? Alexandre Viala, Laurie Marguet, Flora Vern, Laurent Trigeaud, Paul Chauvin-Madeira
Vendredi 12 févrierDeuxième journée. Alain Sériaux, Claudia Ghica-Lemarchand, Christophe Béal, Olivier de Frouville, Xavier Dijon, Jean-François Kervégan.

Colloque “Féminismes matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, réappropriations contemporaines”, Paris 1, 15-16 octobre 2020

« Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » 

Organisation : Audrey Benoit, Marie Garrau, Mona Gérardin-Laverge et Mickaëlle Provost 

Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13. 

Jeudi 15 octobre 

9h30 : Accueil et introduction des organisatrices 

10h-12h30. Session 1 : Travail et oppression 

(Présidence : Isabelle Aubert, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Aurore KOECHLIN (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Le concept de travail reproductif : enjeux théoriques et politiques » 

Alexis CUKIER (U. de Poitiers) : « Travail, capitalisme et patriarcat dans les féminismes matérialistes en France et en Italie » 

Marie GARRAU (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Travail de care ou travail reproductif ? » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h30. Session 2 : Le constructivisme matérialiste en question 

(Présidence : Magali Bessone, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Marlène JOUAN (U. Grenoble Alpes) : « Penser le travail de gestation pour autrui : un enjeu féministe de réconciliation des “ancien” et “nouveau” matérialismes ? » 

Claire GRINO (U. de Genève) : « Remue-ménage dans les théories féministes autour de la conception du corps : qu’en est-il de la perspective matérialiste aujourd’hui ? » 

Mickaëlle PROVOST (U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Tensions matérialistes à propos de l’expérience vécue de la domination » 

Vendredi 16 octobre 

9h30-12h. Session 3 : Peut-on encore parler de classe des femmes ? 

(Présidence : Audrey Benoit, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Mona Gérardin-Laverge, U. Paris Ouest Nanterre) 

Isabelle CLAIR (CNRS, IRIS) : « Le féminisme matérialiste face au 

féminisme poststructuraliste » 

Pauline CLOCHEC (U. Picardie Jules Verne) : « Classes de sexe et transsexualité » 

Elsa DORLIN (U. Paris 8) : « L’idéologie du genre » 

12h-14h : Pause déjeuner 

14h-16h. Session 4 : Perspectives d’articulations théoriques et politiques 

(Présidence : Alexandrine Guyard-Nédélec, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

Sophie NOYE (SciencesPo Paris) : « Penser le sujet féministe entre classe et multitudes » 

Vanina MOZZICONACCI (U. Paul Valéry-Montpellier) : « Des institutions utopiques. Articuler care et matérialisme à l’endroit de l’éducation féministe » 

Conclusion des organisatrices. 

Avec le soutien de 

L’Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (ISJPS, UMR8103) 

Et du Centre d’Histoire des Philosophies Modernes de la Sorbonne (EA1451)  

Colloque “Quelle république à l’âge des communs ?”, Université de Rouen Normandie, 13-15 novembre 2019

Ce colloque s’articule autour de trois axes de réflexion :

– La respublica et la conception fiduciaire de l’État et de la propriété.

– L’économie politique du commun/des communs.

– Droit à l’existence, droits sociaux et revenu universel.

Un commun désigne un dispositif politique constitué d’un bien commun matériel ou immatériel, adossé à des règles qui en organisent l’usage. Celles-ci sont définies par une communauté ou une assemblée qui l’administre. Un commun renvoie à l’idée d’une propriété partagée.

La notion de fidéicommission qui est ici centrale, interroge celle de représentation politique et celle de bien public aujourd’hui associées au processus de dépossession du souverain qui, depuis le XIXe siècle, s’est engagé au profit de ses représentants – pour la première –  et de l’État propriétaire – pour la seconde.

Venue du droit privé romain, la fidéicommission permet de transmettre un bien à une personne par le truchement d’un tiers (le fidéicommis ou « commis de confiance »). Elle repose sur un rapport asymétrique en faveur du commettant, celui-ci pouvant se séparer unilatéralement de son commis quand il le désire. Sur le plan de la théorie politique elle est mobilisée de façon notoire par John Locke, mais aussi par d’autres auteurs comme les Levellers ou John Milton, afin de définir le rapport entre le peuple souverain et l’autorité politique. Le peuple souverain – celui qui possède en droit le pouvoir politique, constituant l’association de citoyens libres et égaux en droits (la république) –  est le fidéicommettant ou commettant, l’autorité politique est  l’agent, le fidéicommissaire ou mandataire (trustee). C’est ce principe qui organise la république pendant la phase démocratique de la Révolution française, stoppée par le moment thermidorien.

Dans cette perspective, la respublica peut être appréhendée comme un dispositif où le peuple souverain contrôle ce qui est aujourd’hui devenu « l’appareil d’État » et les propriétés dont il lui a délégué la gestion.

La première hypothèse de travail de ce colloque est que les communs constitueraient une des modalités de la reconstitution de la chose publique se distinguant de « l’appareil » et de la propriété d’État, celle-ci pouvant rester d’État mais son administration changer de forme. Dès lors, quelle serait la place de « l’État » et comment penser son articulation aux communs ?

De la même manière, il existe une conception fiduciaire de la propriété, c’est-à-dire conditionnelle et limitée sur laquelle ont été fondés les communs traditionnels (communaux, communauté de métiers) mais qui a également structuré l’économie politique républicaine sous le Gouvernement révolutionnaire. La propriété est alors  un objet social, contrôlé politiquement, comme le marché, ce qui était la norme avant que la propriété exclusive, privée ou d’État, ne devienne la règle. La deuxième hypothèse de ce colloque est que cette conception fiduciaire de la propriété s’inscrirait dans l’économie morale qui a été mise en évidence par Thompson et serait l’une des conditions de l’encastrement (l’embedment de Polanyi) de l’économie dans le politique. Sur cette base, comment concevoir une économie politique des communs adaptée aux sociétés démocratiques modernes ?

Historiquement, la raison d’être des communs traditionnels, comme celle des sociétés politiques, est de garantir le droit à l’existence de ses membres. Pendant la Révolution française, pour le mouvement populaire et ceux qui en sont les porte-parole, cette garantie est la condition d’une république. Le droit naturel à l’existence est au cœur de l’économie morale, il constitue une norme sociale, garantie par la communauté, à partir de laquelle les droits du propriétaire sont limités. La liberté du propriétaire et l’intérêt particulier ne sont pas régulés par le marché mais bornés par le respect du droit naturel à l’existence d’autrui. La troisième hypothèse de ce colloque est que le droit à l’existence matériel et politique implique la notion de fidéicommission. Comment mobiliser aujourd’hui le droit à l’existence, les droit sociaux, le principe de l’allocation universelle afin de constituer une république inclusive conçue comme un commun ?

Républicanisme et communs. Quelle république à l’âge des communs ?

13-15 novembre 2019

CEDRE (PSL), EnCommuns (AFD), ERIAC (Rouen), GREECS (Barcelone),

GRHis (Rouen), IRIHS (Rouen), UNINE (Neuchâtel)

coordonné par Yannick Bosc (GRHis) et Christopher Hamel (ERIAC)

Maison de l’Université – Salle divisible nord – 3 Place Emile Blondel, Mont-Saint-Aignan

Mercredi 13 novembre

15hAccueil – Introduction 
  État et respublica 
15h30Fabienne Orsi : État, communauté, respublicae : Naples et les usages civiques.
16hDavid Guerrero : Fiduciary structures as a tool of public policy: precedents in media law
16h30Débat et pause 
17hGaïd Andro : Déconstruire et reconstruire le commun. L’organisation administrative comme réalisation de la nation souveraine.
17h 30Florence Gauthier : État ou société politique ? Ré-privée des riches ou ré-publique par et pour le peuple ? 
18hDébat

Jeudi 14 novembre

  Bien commun et propriété 
9h30Sarah Vanuxem : Propriété, fidéicommission et semences paysannes.
10hEdgar Manjarín : Property wars, human rights and democratic agency.
 10h30 Débat et pause 
11hJean-Fabien Spitz : Letters of Sydney : une critique de l’inégalité de la propriété à la fin du XVIIIe siècle.
11h30Bru Laín Escandell : From Absolute Dominium to Fiduciary Property Right. The Republican Contribution to the Contemporary Property Rights. 
12h00 Débat
  Droit à l’existence et communs 
14h30Julie Ferrand : Communauté des biens ou propriété privée : quel système pour garantir le droit à l’existence selon Mably ?
15hBenjamin Coriat et Stéphanie Leyronas :  Droit à l’alimentation, bien commun et droit à l’existence.
 15h30 Débat et pause 
16hYannick Bosc : Grande et petite communautés : les biens communs, le droit à l’existence et la république.
16h30Pablo Scotto :  The right to work in pre-Marxist socialism. 
17h Débat

Vendredi 15 novembre

  Économie morale et république 
9h30Julio Martínez-Cava : 21st Century Popular Moral Economy: Myth or Reality.
10hDavid Casassas : Pour une économie politique républicaine aujourd’hui : allocation universelle et communs.
 10h30  Débat et pause
11hJordi Mundo : Fiduciary foundations of political freedom.
11h30Christopher Hamel : Républicanisme et communs : la pertinence de l’idéal de non-domination. 
12hDébat
14h30 Débat et  conclusions

Colloque “Jean-Pierre Chevènement”, CRESAT, Mulhouse-Belfort, 14-15 novembre 2019

14 novembre 2019 – Université de Haute-Alsace, Campus Fonderie, Mulhouse.

  • Discours de bienvenue Jean-Luc Bischoff, Vice-président Recherche et formation doctorale de l’Université de Haute-Alsace
  • Présentation scientifique du projet Renaud Meltz, directeur du CRESAT, Université de Haute-Alsace

Session 1 (9h15-12h45) : La République, la nation et la gauche (présidence Alain Chatriot – Sciences Po) 

  • « Une éducation. Que pèsent les années de formation dans la pensée et l’itinéraire de Jean-Pierre Chevènement ? », Renaud Quillet (Université de Picardie Jules Verne) 
  • « Jean-Pierre Chevènement, le CERES et le PS mitterrandien : l’exemple des questions internationales (1971-1981) », Judith Bonnin (Université Bordeaux Montaigne) 
  • « Jean-Pierre Chevènement et les gaullistes », Bernard Lachaise (Université Bordeaux Montaigne)
  • « La République contre la Rigueur ? Jean-Pierre Chevènement et la ligne du CERES autour de 1983 », Anthony Burlaud (Université Panthéon Sorbonne)
  • « Fonder la République Moderne (1986-1997) », Thibaud Tellier (Institut d’études politiques Rennes) 
  • « La présidentielle de 2002 », Gilles Richard (Université Rennes 2) 
  • Grand témoin : Christophe Prochasson (Historien, Président de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

Session 2 (14h30-17h00) : Relever l’école républicaine (présidence Christophe Prochasson – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

  • « Gouverner l’Education nationale (1984-1986) : un ministre rénovateur ? », Julien Cahon (Université Picardie Jules Verne) 
  • « Le discours de Jean-Pierre Chevènement sur l’École, ou l’invention d’un « républicanisme » de gauche… conservateur », Yann Forestier (Université Rennes 2)
  • « Jean-Pierre Chevènement ministre de l’éducation nationale : Réception syndicale d’une politique éducative d’apaisement (1984-1986) », Hervé Le Fiblec (Institut de recherche sur l’histoire du syndicalisme dans les enseignements du second degré)
  • « La mémoire chevènementiste au ministère de l’Éducation nationale », Bénédicte Girault (Université Cergy Pontoise) 
  • Grand témoin : Philippe Barret (Inspecteur général de l’Education nationale)

15 novembre 2019 – Université de technologie de Belfort-Montbéliard, Sevenans.

  • Discours de bienvenue Ghislain Montavon, Directeur de l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard

Session 3 (8h45-12h00): L’Etat stratège et les territoires (présidence Jean-Paul Barrière, – Université de Franche-Comté)

  • « Jean-Pierre Chevènement et l’innovation biotechnologique : une stratégie pour la restructuration du secteur agro-industriel », Pierre Cornu, Odile Maegth-Bournay (Université Lyon 2) 
  • « L’échec d’un projet industrialiste ?  Le ministère de la Recherche et de l’Industrie (1982-1983) », Régis Boulat (Université de Haute Alsace) 
  • Grand témoin : Jacques Warin (ancien directeur des Affaires internationales au ministère de la Recherche et de la Technologie)
  • « L’élu local du territoire de Belfort », Pierre Lamard et Laurent Heyberger (Université de technologie de Belfort-Montbéliard) 
  • Table ronde réunissant Jean-Marie Bockel (sénateur du Haut-Rhin, ancien Ministre), Christian Proust(ancien Président du Conseil général du Territoire de Belfort) et Baptiste Petitjean (Directeur Fondation Res Publica) animée par Pierre Lamard (Université de technologie de Belfort-Montbéliard)

Session 4 (13h45-17h00) : La souveraineté nationale, l’Allemagne et l’Europe ( présidence Olivier Faron, Conservatoire National des Arts et Métiers) 

  • « Une conception gaullo-marxiste de l’armée française : Jean-Pierre Chevènement et la Défense dans les années 1970 », Maxime Launay (Université Paris Sorbonne) 
  • « Jean-Pierre Chevènement, le CERES et le conflit israélo-arabe (1967-1981) », Thomas Maineult (Centre d’Histoire de Sciences Po) 
  • « Jean-Pierre Chevènement et le nucléaire : la doctrine, l’aggiornamento et l’action », Renaud Meltz et Teva Meyer (Université de Haute Alsace) 
  • « De l’usage des références historiques dans le discours anti-européen : le cas du « souverainiste » Jean-Pierre Chevènement », Robert Belot (Université de Saint-Etienne) 
  • « Contre un “Saint-Empire de la finance” : Jean-Pierre Chevènement face au retour de la puissance allemande en Europe », Mathieu Dubois (Université de Nantes) 
  • « L’Autre par excellence ? L’Allemagne pour Jean-Pierre Chevènement », Klaus Peter Sick (Centre Marc Bloch) 
  • Grand témoin : Claude Martin (Ambassadeur de France)

Entretien avec Jean-Pierre Chevènement (17h00)

Colloque “Altérités et résistances à l’épreuve du genre en Méditerranée”, 7-8-9 novembre 2019, Aix-Marseille

JEUDI 7 Novembre          MMSH, AMU 

8h30-9h : Accueil, café

9H30-10h : Mots de bienvenue : AMU, Labex-Med, GenderMed, TELEMME, LAMES

10h-10h15 : Intermède surprise Carte blanche polyphonique Marc Calvini-Levebvre et Karine Lambert

10h15-11h : Les projets pour le colloque Altergemed

Constance De Gourcy et Karine Lambert 

11h-12h30 : Les enjeux du colloque : Table ronde et débats

Sylvette Denèfle, Jacques Guilhaumou,  Fatma Oussedik

12h30-13h30 : Pause déjeuner

13h30-14h : Présentation des posters et ouverture du concours 

14h-16h : SESSION 1 des ateliers

Crises et changements I – discutante : Fabienne Soldini

Martine Lapied, Jacques Guilhaumou Reconfiguration des normes de genre et résistances sociales en situation de crise : femmes et altérités dans les pratiques politiques pendant la Révolution française

Meriam Cheikh Altérités et dissidences sexuelles à l’épreuve du scandale au Maroc

Christine Orobitg Les femmes armées et guerrières dans les récits et l’imaginaire collectif (Espagne, XVI-XVIIe siècle)

Karine Lambert Le genre aux marges. Masculinités et féminités dans la criminalité de bande entre normes et innovation

 Résistance et stratégies I – discutante : Randi Deguilhem

Lisa Anteby-Yemini Des femmes-rabbins juives orthodoxes : transgressions et résistances

Nassim Hamdi Entre arrangement et résistance : L’homosexuel tunisien mis à l’épreuve

Faten Msakni Révolution sociale, révolution des mœurs, révolution sexuelle

Natacha Ordioni Les mourchidates marocaines, emblèmes de l’empowerment religieux des femmes ?

Dispositifs de politiques publiques et normes idéologiques I – discutante : Blandine Pont Chelini 

Renaud Cornand – Pauline Delage Porter le foulard musulman à Marseille. Une socialisation par les discriminations

Lisa Hamou Mamar Gender mainstreaming : Des politiques euro-méditerranéennes pour les femmes du Sud sans les femmes du Sud

Véronique Poutrain Les adolescents et la sexualité : conformisme ou transgression ?

Aziza Sakhraji La dynamique des femmes soulaiyates au Maroc : un comportement collectif de résistance aux règles coutumières stabilisées

16h-16h30 : Pause

16h30-18h30 : SESSION 2 des ateliers

Crises et changements II – discutante : Nathalie Chapon

Sylvie Bijaoui Love Conquers All: Gendering Intermarriage Among Celebs In The Israeli Media

Monia Lachheb Quand le jeu avec le genre rime avec la résistance. Le cas d’une personne non binaire en Tunisie

Herilalaina Rakoto-Raharimanana Adhérer ou résister aux normes de genre ? Les univers normatifs des lycéen.ne.s en question

Perrine Lachenal Suspectes masculinités. Enjeux sociaux et sexués des iconographies révolutionnaires en Égypte et en Tunisie

Résistances et stratégies II – discutante : Sandrine Musso

Nacira Abrous Langue, identités et altérité : la résistance multispaciale au féminin berbère

Samia Kichane Injures féminines et pratiques détournées : entre adhésion et résistance au patriarcat dans le contexte Kabyle

Boutheina Ben Hassine Aisha, veuve du prophète, transgression de genre et résistance lors de la première Discorde

Marta Luceno-Moreno Résister à la parole homophobe dans les médias tunisiens : les “stratégies punitives” en question

Dispositifs de politiques publiques et normes idéologiques II – discutante : Virginie Baby-Collin

Issam El Birch Women’s Role in Morocco’s Battle against Extremism

Eva Schmidt Feminisms within the Scope of a Hegemonic Women’s Rights Discourse in Tunisia

Ludovic Zahed Entre libération et radicalisation : nouvelles formes d’homonationalismes Méditerranéen

Carmen Garraton-Mateu « Ce n’est pas le moment » Les femmes algériennes dans les mobilisations contre le cinquième mandat

18h30 Cocktail dinatoire (cafétéria de la MMSH)

Exposition photographique commentée

Femmes en action 

En finir avec les stéréotypes dans la région euro-méditerranéenne 

Vendredi 8 Novembre         Camp des Milles 

8h30-9h : Accueil café       

9h-9h15 Mots de bienvenue : Cyprien Fonvielle, directeur Fondation du Camp des Milles

9h15-11h : SESSION 3 des ateliers

Créations, transgressions, altérités I – discutante : Sylvia Girel

Lamia Bennasr L’identification du non-identique dans l’oeuvre  « Corps étranger » de Mona Hatoum

Nicolas Berjoan Une ambition féminine. Henriette Dibon (1902-1989), écrivaine provençale, face à la contrainte

Randi Deguilhem Résistance et documentation d’expressions genrées de la révolution syrienne, 2011

Loric Mandrou Investir la marge comme possibilité de sublimer les rapports de genre – L’exemple du festival Raconte-Arts en Kabylie

Parcours migratoires et espaces de résistance I – discutante : Laurence Hérault

Constance De Gourcy Se souvenir de l’absence. Une pratique féminine de résistance ?

Laura Odasso Du matériel et du symbolique dans les représentations des intimités mixtes

Blanche Lacoste Les voix/voies de la migration féminine à travers le prisme du religieux – Le cas Romain

Ons Kamounet Monia Lachheb Parcours d’une lesbienne libyenne ou le cumul des formes de marginalité

11h-13h : SESSION 4 des ateliers

Créations, transgressions, altérités II – discutante : Susanne Bohmisch

Laila Benchahda De l’amour entre les femmes : transgression/résistance de l’hégémonie hétéronormative dans Amoureuses de Siham Benchekroun

Fatma Larouz L’expression de l’altérité dans les écrits de femmes marocaines d’expression néerlandaise

Mélissa Simard Intimité et visibilité. Discours corporel au féminin dans l’art performance d’Algérie, Maroc et Israël

Hafedh Djedidi La désacralisation de la parole religieuse par les femmes comme forme de résistance

Parcours migratoires et espaces de résistance II : discutante : Safaa Monqid

Elodie Serna Réassignations sexuelles en contexte post-colonial (Casablanca, 1956-1983)

Rim Yacoubi Être étrangère en Provence sous l’Ancien Régime

Gulçin Erdi Du droit à la ville des femmes. Les femmes dans les résistances des quartiers gecekondus en Turquie

Iris Kolman Cohabitation against the Grain: An ethnographic Account of Cohabiting Young Professionals in Tunis

13h-14h : Déjeuner

14h-14h30 Fin du vote pour le prix des posters

14h30- 16h : Grandes témoins, bilan et débats

Adelina Miranda et Maryline Crivello

16h -16h30 : Remise du prix du poster

16h-30- 18h : Visite du Camp des Milles

Samedi 9 novembre         MuCEM Marseille

Entrée gratuite mais inscription obligatoire à

 i2mp@mucem.org

10h-10h15 : Mots de bienvenue Yolande Padilla MuCEM

10h15-12h30 Mise en dialogue arts et sciences

Michèle Sylvander, Émilie Jouvet, Ons Kamoun, Duo Aartemis

12h30 Buffet

Visite libre du MuCEM 

Colloque “Humanités numériques”, Nice, 4-6 septembre

Programme des journées « Humanités numériques » – IDEX UCA JEDI – Académie d’excellence « Hommes, idées, milieux »

4, 5 et 6 septembre 2019

Centre Universitaire Méditerranéen, 65 Promenade des Anglais, Nice

Organisation : Pierre-Yves Quiviger (contact : pierre-yves.quivigerATuniv-cotedazur.fr )

Mercredi 4 septembre – 10h – 17h30

« Ce que nous pouvons scientifiquement attendre du numérique »

10h-10h15 Accueil des participants

10h15 – 10h45

Raja Chatila (Sorbonne Université, directeur de l’Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique) : « Intelligence artificielle et robotique : des fondements scientifiques aux questions éthiques »

11h-11h30

Arianna Fabbricatore (Sorbonne Université, co-coordinatrice du projet « Discours sur la danse » – labex OBVIL) : « Humanités digitales : horizons heuristiques et mirages épistémologiques »

12h-12h30

Claire Clivaz (SIB Institut Suisse de Bioinformatique, Digital Humanities+) : « Le multilinguisme, force et défi des Humanités digitalisées »

Après-midi

14h30-15h

Olivier Le Deuff (Université Bordeaux Montaigne) : « Humanités digitales : entre index et réticularité 

15h30-16h

Elena Pierazzo (Université de Grenoble) : « Pour une philologie numérique des brouillons »

16h30-17h

Silvia Marzagalli (Université Côte d’Azur) – De Navigocorpusà Portic : l’étude de la navigation et des circulations commerciales à l’ère du numérique

Jeudi 5 septembre – 9h-17h

« Humanités numériques et computationnelles et sciences humaines »

9h15-9h45

Jean-Baptiste Camps (Ecole des Chartes, responsable du master Humanités numériques) : « Philologie computationnelle »

10h15-10h45

Jean-Gabriel Ganascia (Sorbonne Université, IUF, président du comité d’éthique du CNRS, co-directeur du Labex OBVIL) : « Graphes et intertextualité »

11h15-11h45

Daniel Stökl Ben Ezra (EPHE, titulaire de la chaire Philologie et linguistique de l’hébreu et de l’araméen anciens, chargé de mission Humanités numériques) : « Intelligence artificielle et sciences citoyennes appliquées à des manuscrits (hébreux) médiévaux ».

Après-midi

14h-14h30

Jérôme David (Université de Genève, responsable du Bodmer Lab) – « Le raisonnement computationnel dans les études littéraires »

15h-15h30

Peter Stokes (EPHE, titulaire de la chaire Humanités numériques) : « Annotations « profondes » pour l’analyse de l’écriture »

16h-16h30

Paul Mathias (Inspecteur général de philosophie) : « Extimité et sousveillance : un mélodrame contemporain ? »

Vendredi 6 septembre – 9h30-17h

« Applications du numérique aux arts et au droit »

9h45-10h15

Pierre-Yves Quiviger (Université Côte d’Azur) : « Une approche computationnelle de l’épistémologie juridique »

10h45-11h15

Frédéric Pouillaude (Université d’Aix-Marseille) : « Archives, data et modèles au prisme de la scène : contre et avec l’inhumanité numérique, à partir de l’œuvre d’Arkadi Zaides »

11h45-12h15

Anthony Masure (HEAD Genève, auteur de Design et humanités numériques) : « Apprendre des abysses : les humanités numériques face aux machines du deep learning »

Après-midi

14h15-14h45

Jacques Lévy-Véhel (INRIA, directeur start-up Case Law Analytics) : « Intelligence artificielle et quantification de l’aléa judiciaire »

15h15-15h45

Grégory Lewkowicz (Université Libre de Bruxelles) : « Le droit subverti par les algorithmes : approche pragmatique des effets du tournant numérique »

16h15-17h

Table ronde conclusive avec Claude Lobry (Université Côte d’Azur), Damon Mayaffre (CNRS, Université Côte d’Azur), Serena Villata (INRIA, Université Côte d’Azur) et Arnaud Zucker (Université Côte d’Azur).

Colloque “La créativité : les apports de l’histoire des idées et des sciences sociales”, axe “Histoire des idées, des sciences et des pratiques”, MSHS-Sud-Est, 2-3 juillet 2019, Nice

La créativité : les apports de l’histoire des idées et des sciences sociales

Colloque organisé avec le soutien de l’Université Côte d’Azur et de la MSHS Sud-Est

Nice – 2 et 3 juillet 2019 (MSHS)

Mardi 2 Juillet (salle plate)

Accueil : 8:30-9:00
9:00-9:15- Présentation 
Richard Arena (Université Côte d’Azur- GREDEG)

9:15-10:00 Propos introductifs Jean-François Trubert (Université Côte d’Azur – EUR CREATES), Sylvain Lizon (Villa Arson) et Amel Nafti (ESAD Grenoble- Valence)

10:00-13:00 Créativité et sciences de gestion

10:00-11:00 – Pierre-Jean Benghozi (Ecole polytechnique): « Créativité : histoire des idées et histoire de la gestion : quelles leçons des industries culturelles ? »

11:00-12:00 Bérangère Szostak (Université de Lorraine, BETA) :“Entrepreneuriat dans les industries culturelles et créatives. Une perspective historique sur le cas du design en France”

12:00-13:00 Eve Saint-Germes – (GREDEG – UCA/CNRS)

« La créativité, une compétence centrale pour l’employabilité au XXIème siècle ? »

13:00-14:00 – Pause déjeuner

14:00-16 :00 La créativité dans les arts

14:00-15:00 – Carole Talon-Hugon (CRHI – UCA)

« Généalogie des idées de créativité et effets de leur importation dans le champ artistique »

15:00-16:00 – Jean-François Trubert (CTEL – UCA)

« Créativité dans l’interprétation musicale contemporaine : de l’analyse au design de la performance »

16 :00-16 :30 :00 Philippe Chantepie (Ministère de la culture et de la communication)

« Former à la créativité »

Pause café 16:30- 17 :00

17:00-19h00 Créativité et économie

17:00-18:00 – Jean-Luc Gaffard (GREDEG – UCA/CNRS et OFCE)
« Les activités créatives sont-elles porteuses de création de richesse ? »

18:00-19:00 – Véronique Dutraive (Université Lumière Lyon 2, TRIANGLE) « Créativité et analyses économiques : une tentative de balisage »
20:15 Dîner

Mercredi 3 juillet (salle plate)

10:00-12:00 – Créativité et organisations

10:00 – 11:00 – Thierry Burger-Helmchen (Université de Strasbourg, BETA)« Créativité, contrôle et décision dans les organisations »
11:00-12:00 – Alain Raybaut (GREDEG – CNRS)

« Interactions créatives, synchronisation et performances collectives : musique et organisations »

12:00-13:00 Pause Déjeuner
13:00-15:00 La créativité dans l’histoire de la pensée économique
13:00-14:00 – Sandye Gloria (Université Côte d’Azur – GREDEG)

« Aux origines de la complexité économique : la place de la créativité dans la pensée économique Autrichienne »

14:00-15:00 – Agnès Festré (Université Côte d’Azur – GREDEG) « Creativity in Michael Polanyi’s economics »

Pause café 15:00-15 :30

15:30-17:30: Créativité, science et technologie

15:30 – 16 :30 Giuseppe Attanasi (Université Côte d’Azur – GREDEG et COCOLAB)

« Créativité, économie et expérimentation»
16:30-17:30 – Michèle Pezzoni (Université Côte d’Azur – GREDEG) « Creativity and Novelty in Technology»


17:30-18:15 Perspectives futures et projet de publication
18 :15 Fin du colloque

Colloque “Le droit contre l’Etat de droit”, Sciences Po Paris, 20 juin 2019

COLLOQUE LE DROIT CONTRE L’ETAT DE DROIT. ANTI-LIBERAL LEGAL CHANGES IN DEMOCRACIES

Le 20 juin 2019 à Sciences Po Paris

Salle A31, 27 rue St Guillaume, 75007 Paris (3e étage)

“Le droit contre l’état de droit. Anti-liberal Legal Changes in Democracies” est une série de conférences organisées par la SFPJ. Son objet est de proposer une veille critique sur les démocraties où ont actuellement lieu des transformations constitutionnelles et législatives, qu’il s’agisse de l’adoption d’une loi ou bien d’un tournant anti-libéral plus large, mettant en cause les droits fondamentaux. Dans quelles logiques politiques et institutionnelles ces transformations se produisent-elles ? Par quelles forces et quels acteurs sont-elles portées ? Quels types de droit et de discours juridiques anti-libéraux sont adoptés ? Comment les contre-pouvoirs sont-ils contournés ou détruits ? Comment analyser ces changements à des échelles plus larges, régionales et internationales ?

La première de ces conférences aura lieu le 20 juin 2019 dans le cadre de la Semaine Doctorale Intensive de l’École de droit de Sciences Po et se concentrera sur plusieurs cas (allant de l’adoption d’une loi — au Québec, en Israël ou en Pologne –, jusqu’à des changements juridiques majeurs, comme en Hongrie, au Brésil ou au Venezuela), tout en les inscrivant dans une réflexion plus large sur la façon de conceptualiser ces « démocraties illibérales ».

LAW AGAINST THE RULE OF LAW.ANTI-LIBERAL LEGAL CHANGES IN DEMOCRACIES

June 20th, 2019, Sciences Po Law School

Room A31, 27 rue Saint Guillaume, 75007 Paris (3rd floor)

“Law against the rule of law. Anti-liberal Legal Changes in Democracies” is a series of conferences organized by the French Society for Political and Legal Philosophy (SFPJ). Their aim is to focus on several democracies which recently adopted either a new legislation or

more broadly an anti-liberal turn, by which fundamental rights could be affected. The goal of the project is to set up monitoring of the current constitutional and legislative mutations in some of those countries in both the law and legal discourse. This monitoring program would allow us to evaluate this dynamic from a conceptual perspective, and to engage with it critically.

The conference will also question the political justifications for, and the legal and institutional logics of, these transformations. It will try to map the different forces and actors involved. In such cases, how are the existing counter-powers circumvented, overwhelmed, or removed? How should we understand these changes on a wider scale, regional or international?

The first of these conferences will take place on June 20th, 2019 as part of the Intensive Doctoral Week of at Sciences Po Law School. The cases of the adoption of new legislation — such as in Québec, Poland or Israel — or of major legal changes — such as in Hungary, Brazil or Venezuela — will be examined, in addition to more theoretical questions concerning the very meaning of the oxymoron “illiberal democracy”.

Le colloque sera suivi d’une assemblée générale de la SFPJ

INSCRIPTION OBLIGATOIRE POUR POUVOIR ACCÉDER AU BÂTIMENT DE SCIENCES PO (pour le colloque ET pour l’AG de la SFPJ) : https://bit.ly/2JRiiTn
N’oubliez pas de vous munir d’une pièce d’identité.

Please register here : https://bit.ly/2JRiiTn
Registration is mandatory for security reasons. Please do not forget to bring an ID.

Responsabilité scientifique : Eleonora BOTTINI (Université de Caen), Julie SAADA (Sciences Po) et Anna C. ZIELINSKA (Université de Lorraine)
Avec l’aide de François Lecoutre (U. Cergy) et Julien Naccache (Paris 2)

PROGRAMME

8:45 – Introduction : Julie SAADA (Sciences Po)

Présidence/discutante : Eleonora BOTTINI (Université de Caen Normandie)

9h00-9h20 – Olivier JOUANJAN (Paris II Panthéon Assas) – ”Démocratie illibérale: un oxymore du point de vue de la théorie constitutionnelle”
9h20-9h40 – Guillaume TUSSEAU (Sciences Po) – “Le droit contre l’État de droit au Venezuela.”

9h40-10h00 – Rubens CASARA (Magistrat, Rio de Janeiro) – “État post-démocratique et personnalité autoritaire : la “démocratie antilibérale” au Brésil”
10h00-10h20 – Carol PRONER (Universidade Federal do Rio de Janeiro) – ”Le lawfare comme outil du néofascisme”

10h20-11h00 – Discussion 11h00-11h20 – Pause

Présidence/discutante : Anna C. ZIELINSKA (Université de Lorraine)

11h20-11h40 – Roy KREITNER (Tel Aviv University) – ”Anti-liberal, in the Name of Democracy. The case of Israel”
11h40-12h00 – Annabel HERZOG (Haifa University) – “Populism and Anti-Liberalism” (A response to Roy Kreitner)”

12h00-12h20 – Daniel WEINSTOCK (McGill University) – “Pourquoi les démocrates illibéraux du Québec ont-ils adopté le langage de la laïcité ? Anatomie d’une étrange alliance”

12h20-13h00 – Discussion Pause déjeuner : 13:00-14:00

Présidence/discutante : Monique CANTO-SPERBER (République des Savoirs/CNRS, sous réserve)

14h00-14h20 – Joseph KRULIC (Magistrat à la Cour nationale du droit d’asile) – ”Droit européen de l’asile et politique(s) illibérale(s) en Europe centrale depuis 2011 / European Asylum Law and Illiberal policies in Central Europe since 2011”
14h20-14h40 – Marie GREN (Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – ”L’intervention du législateur polonais en matière d’histoire officielle. Retour sur la loi du 26 janvier 2018”

14h40-15h00 – Gabor Attila TOTH (Humboldt Universität) – ”Majoritarian democracy or autocracy? Understanding a new constitutional system in Hungary”

15h00-15h30 – Discussion

15h30 Pause au jardin

16h30 – Assemblée Générale de la Société Française pour la Philosophie et la théorie juridiques et politiques

Colloque international “Rousseau et Locke, continuités, convergences, distances, ruptures”, 14-15 juin 2019, Paris

Colloque international de Philosophie

Le « sage Locke » est une figure tutélaire des œuvres de Rousseau. Situant sa pensée dans le sillage de son illustre prédécesseur, le philosophe genevois marque également la distance qui l’en sépare. Au premier abord, Locke semble n’être qu’une source diffuse et lointaine de la pensée rousseauiste. Si tout le siècle des lumières fut imprégné de la philosophie lockienne, celle-ci pourrait n’avoir été pour Rousseau qu’une référence marginale. Il est cependant possible de dégager les preuves du lien essentiel qui unit Rousseau à Locke. S’agit-il d’un rapport ponctuel ? La philosophie lockienne n’a-t-elle pas joué un rôle déterminant dans la fondation des principes rousseauistes ? L’enjeu de ce colloque sera d’établir la nature et la profondeur du rapport de Rousseau à Locke. Loin de se consacrer exclusivement à une thématique, il s’agira d’évaluer l’ampleur de ce lien en associant et en confrontant tous les champs de leurs philosophies.

Dans le champ politique d’abord, le contrat social rousseauiste peut être opposé au gouvernement civil de Locke. Pourtant, Rousseau n’a-t-il pas affirmé dans les Lettres écrites de la Montagne que, s’agissant des « questions de politique », « Locke en particulier les a traitées exactement dans les mêmes principes que [lui] » ? La difficulté est alors de comprendre le lien qui les unit et la distance qui les sépare, sans rétro-projeter sur leurs pensées les catégories politiques contemporaines du républicanisme et du libéralisme. Il faudra également déterminer la nature de la dette de Rousseau à l’égard de la conception lockienne de l’identité personnelle. Loin de s’en tenir à une confrontation réductrice, il s’agira d’élargir le champ du dialogue qui concerne tant la mémoire, l’appropriation de soi, que les ressorts de l’action et la conscience morale. En outre, les liens entre les deux auteurs en matière d’éducation peuvent se révéler féconds. Que ce soit du point de vue de la méthode pédagogique, de son sous-bassement passionnel ou de sa finalité, il convient d’évaluer ce qui unit et oppose Locke et Rousseau. Enfin, la nature de l’empirisme rousseauiste mérite également d’être interrogée. On évaluera notamment l’importance de la médiation de Condillac dans l’appropriation de l’Essai sur l’entendement humain. L’analyse des convergences et des divergences entre les deux philosophes permettra, nous l’espérons, de mieux comprendre la singularité de leurs œuvres.

Organisé par Céline Spector, professeure des Universités et Johanna Lenne-Cornuez, doctorante, Sorbonne Université, SND.

Vendredi 14 juin

9h15 Ouverture du colloque
9h30-12h30 PREMIÈRE SESSION : « LÉGITIMITÉS DU POUVOIR »

Présidence : Céline Spector

9h30 Ludmilla Lorrain

« Du consentement à la représentation, Rousseau critique de Locke ? »

10h30 Jean Terrel
« Suprématie (ou souveraineté), pouvoir instituant et résistance : Locke et Rousseau »

11h30 Anne Morvan
« De la famille naturelle à la famille sociale : de l’usage d’arguments naturalistes en philosophie politique chez Locke et Rousseau »

14h00-18h30 DEUXIÈME SESSION : « IDENTITÉ(S) »Présidence : Johanna Lenne-Cornuez

14h00 Stéphane Chauvier
« La mémoire autobiographique : dialectique de l’ipséité et de l’identité »

15h00 James Swenson
« « Conscience, conscience », ou du dictamen au sentiment du moi »

16h00 Pause

16h30 Christophe Litwin
« “The chief if not only spur to humane industry and action”: Rousseau et l’uneasiness de Locke »

17h30 Martin Rueff
« Locke, Rousseau et la propriété de soi »

Samedi 15 juin

9h15 Accueil
9h30-12h30 TROISIÈME SESSION : « ÉDUQUER »

Présidence : Jean Terrel

9h30 Christophe Martin

« Pédagogie, nature et socialisation chez Locke et Rousseau »

10h30 Johanna Lenne-Cornuez
« Moralité et reconnaissance de dette : Rousseau et la critique du gentleman lockien »

11h30 Gabrielle Radica
« Peine, punition, discipline : Locke et Rousseau »

14h30-17h30 QUATRIÈME SESSION : « L’EMPIRISME ET SES LIMITES »

Présidence : Gabrielle Radica

14h30 Claire Crignon
« La dé ance à l’égard de la médecine : un motif de rapprochement entre Locke et Rousseau ? »

15h30 Louis Guerpillon
« Les notions morales résistent-elles à l’analyse empiriste ? »

16h30 Philippe Hamou
« Locke et la métaphysique du vicaire savoyard »

17h30 Conclusion

Contact : johanna.lenneATparis-sorbonne.fr

Avec le soutien de :

 L’École Doctorale « Concepts et Langages » (ED 433)
 « Sciences, Normes et Démocratie » (UMR 8011),
 L’UFR de Philosophie (Sorbonne Université),
 Le Fonds d’Intervention pour la Recherche (FIR) de la Faculté de Lettres Sorbonne Université.

Maison de la Recherche – rue Serpente à Paris – Salle D035

Colloque “Infox, post-vérité, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?”, Paris, 5-7 juin 2019

Infox, post-vérité, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses?
Fake News, Post-truth and Rumors : Problems and Responses

Dates : 5 juin 2019 – 7 juin 2019
Lieu : École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris
Salle Dussane le 5 juin 2019
Salle Jean Jaurès les 6 et 7 juin 2019 (29, rue d’Ulm).


Url de référence : https ://www.psl.eu/agenda/infox-post-verite-rumeurs-quels-problemes-quelles-reponses
Entrée libre sur inscription obligatoire (plan vigipirate). Lien : https://forms.gle/cuZYWN59C95R8Uo67

Mercredi 5 juin 2019 : de la rumeur à l’infox
Matinée : Histoire de rumeurs
Présidence de séance : Mathias GIREL, UMS3610, USR3608, ENS
9h00-9h30 : Café d’accueil
9h30-9h45 : mot d’accueil par les organisateurs
9h45-10h35 : Francis LARRAN (ANHIMA, Lycée Martin Luther King de Bussy-Saint-Georges) : De la sotte naïveté des Athéniens face à la rumeur.
10h30-11h25 : Guillaume MAZEAU (CRH19, Université Paris 1) : Ce que fait la révolution à la rumeur, ce que la rumeur fait à la révolution : du rôle politique des bruits et fausses nouvelles pendant la Révolution française.
11h25-11h40 : Pause
11h40-12h30 : Marie  MATARD-BONUCCI  (IHTP, Université Paris 8) : « Vérités et mensonges des antisémythes » à l’époque contemporaine
Après-midi : Structure et genèse des rumeurs
Présidence de séance : Nathalie  JAS  (INRA-UMR IRISSO, Dauphine | PSL)
14h30-15h20 : Julien BONHOMME (LAS, ENS) : Jeux d’échelle. Rumeurs et sorcellerie en Afrique
15h20-16h10 : Magali REGHEZZA-ZIT (CERES, ENS) : Les rumeurs et les crises. Exemple de l’après ouragan Irma à Saint-Martin (2017)
16h10-16h30 : Pause
Table-ronde : de la rumeur à l’infox 16h30 – 18h00
Présidence de séance : Florent GUÉNARD, USR3608, ENS
Avec Sandra  LAUGIER  (ISJPS, Université Paris 1), Romain BADOUARD (CARISM, Université Paris 2), Manuel CERVERA-MARZAL (LabexMed, FNRS).

Jeudi 6 juin 2019 : Infox, manipulation de l’information : les réponses
Matinée :
Présidence de séance : Emmanuel  HENRY  (UMR IRISSO, Dauphine | PSL)
9h30-10h20 : David  CHAVALARIAS  (CAMS-EHESS / Institut des systèmes complexes),  Au-delà de l’infox : détection et atténuation de la manipulation étrangère en ligne de l’opinion
10h20-11h10 : Divina  FRAU-MEIGS  (CREW, Université Sorbonne Nouvelle, Membre du groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation de l’UE),  Un répertoire de solutions : auto-régulation, régulation et éducation
11h10-11h30 : Pause
11h30-12h10 : Sylvain DELOUVÉE (LP3C, Rennes II), Infox, transmission et adhésion : l’enjeu de l’éducation.
Après-midi :
14h30-15h20 : Dominique CARDON (Medialab SciencesPo), Les infox et les nouveaux circuits de l’information numérique.
Tables rondes : Quelles réponses à l’infox ? En collaboration avec l’Institut Pratique du Journalisme
15h30-15h40 : Introduction par Pascal  GUÉNÉE, Directeur d’IPJ Dauphine | PSL : Pourquoi les Infox sont une question pour les journalistes
Table Ronde 1 : Quelles initiatives sont portées par les écoles de journalisme ? 15h40-17h10
Éric NAHON, directeur adjoint d’IPJ Dauphine | PSL, modérateur.
Frederik MARAIN, université Antwerp (Anvers). Alice Antheaume, directrice exécutive de l’école de journalisme de Sciences Po.
Corinne VANMERIS, directrice des études de l’ESJ Lille
Jérémie  NICEY, Laboratoire PRIM (Pratiques et Ressources de l’Information et des Médiations – EA 7503), Université de Tours. Responsable scientifique du projet de recherche ANR VIJIE (Vérification de l’information dans le journalisme, sur internet et dans l’espace public)
Table Ronde 2 : Les réponses et initiatives des médias.17h20-18h50
Nicolas  JACOBS, Médiateur des antennes de France Télévision, modérateur.
Guillaume DAUDIN, AFP Factuel.
Anne KERLOC’H, 20 minutes : projet Fake Off.
Estelle COGNACQ, France Info.
Retours sur la session. Avec Sylvain BOURMEAU, AOC Média, grand témoin. 18h50.

Vendredi 7 juin 2019 : Post-truth and New Challenges to Knowledge
Matinée :
Présidence de séance : Daniel CEFAÌ (CEMS, EHESS)
9h30-10h20 : Maurizio  FERRARIS  (Université de Turin),  Communism Realized
10h20-11h10 : Sebastian DIEGUEZ (Laboratoire de sciences cognitives et neurologiques, Université de Fribourg), Bullshit Epistemologies
11h10-11h30 : Pause
11h30-12h10 : Giovanni  MADDALENA  (Université de Molise),  Who’s Afraid of Post Truth ?
Après-midi :
Présidence de séance : Peter BURGESS (Chaire de Géopolitique du risque, ENS)
14h30-15h20 : Juliette  ROUSSIN  (Université de Montréal),  Does Democracy require Epistemic Equality ?
15h20-16h10 : Gloria ORIGGI (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS), The Authority of Science in a Post-Truth World
16h10-16h25 Pause
Présidence de séance : Gloria  ORIGGI  (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)
16h25-17h15 Jacopo DOMENICUCCI (Phare, université Paris 1), A Trojan Horse in liberal counterspeech.
17h15-18h05 : Benjamin  ICARD  (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS), Evaluating Informational Strategies : standard and non-standard cases of deception.
18h05-18h30 : conclusions.
Fin du colloque : 18h30
Organisation
Contact : mathias.girelATens.fr . Colloque réalisé dans le cadre du projet exploratoire Propublics soutenu par l’IDEX PSL (ANR-10-IDEX-0001-02) dirigé par Mathias Girel (UMS3610/USR3608), Daniel Cefaï (CEMS, EHESS), Emmanuel Henry (UMR IRISSO, Dauphine | PSL), Nathalie Jas (INRA-UMR IRISSO, Dauphine | PSL)).

En collaboration :

— avec l’Institut Pratique du Journalisme Dauphine | PSL

— avec l’USR République des Savoirs, Équipes Centre Cavaillès et Mathesis (Florent Guénard), CNRS-Collège de France-ENS-PSL

Colloque “Le droit politique face à la Ve République”, 6-7 juin 2019, IMV, salle des conseils, Paris 2

JEUDI 6 JUIN 2019 Matinée

• de 9h15 à 13h •
Le droit politique, un concept fécond pour la compréhension du droit constitutionnel ?

Présidence : Denis Baranger (Université Panthéon-Assas)
Accueil et ouverture du colloque par Denis Baranger, Directeur de l’Institut Michel Villey et Co-directeur de Jus Politicum


Olivier Jouanjan (Université Panthéon-Assas)

La notion du politique, concept-clé de l’œuvre constitutionnelle d’Ernst-Wolfgang Böckenförde

Renaud Baumert (Université de Cergy-Pontoise)
En relisant Pierre Avril, « Penser le droit politique », juspoliticum.com, « Actualités », nov. et déc. 2018

Olivier Beaud (Université Panthéon-Assas)
Retour sur la thèse de Jean Rossetto, Recherche sur la notion de Constitution et l’évolution des régimes constitutionnels

Manon Altwegg-Boussac (Université Paris-Est Créteil)
Le droit politique dans le constitutionnalisme écrit : des concepts et des formes

Arnaud Le Pillouer (Université Paris Nanterre)Droit politique et réalisme nanterrois

Après-midi

• de 14h30 à 17h30 •
Le droit politique, révélateur du fonctionnement de la Ve République

Présidence : Jean-Marie Denquin (Université Paris Nanterre)Eric Buge (Administrateur à l’Assemblée nationale)

L’argent et la Ve République : du non-droit au droit ?

Elina Lemaire (Université de Bourgogne)
Naissance, consécration et disparition d’une convention de la Constitution : l’exemple de la réserve parlementaire

Jacky Hummel (Université de Rennes 1)
L’institution gouvernementale au sein d’une République administrative (une lecture haurioutiste de l’article 20)

Eleonora Bottini (Université de Caen Normandie)
Le droit politique : un dépassement de la sanction constitutionnelle ?

VENDREDI 7 JUIN 2019 Matinée

• de 9h30 à 13h •
Le droit politique, révélateur des équilibres de la Ve République

Présidence : Olivier Beaud (Université Panthéon-Assas)Pierre-Marie Raynal (Université Cergy-Pontoise)

Les enjeux institutionnels du savoir politique sous la Ve République

Jean-Marie Denquin (Université Paris Nanterre)Constitution politique et fait majoritaire

Cécile Guérin-Bargues (Université Paris Nanterre) et Céline Roynier (Université de Cergy-Pontoise)

L’exécutif sous tension : les enseignements de mai 1968

Thibault Guilluy (Université de Lorraine)
« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum ». Brèves remarques à la lumière de l’exemple britannique

Colloque “Introduire le droit”, 23-24 mai 2019, CTAD et SFPJ, Nanterre et ENS Paris

Présentation
 
Introduire le droit à l’Université soulève des défis singuliers.
Traditionnellement, la matière « Introduction générale au droit »– les intitulés varient – a vocation à initier les étudiants de première année à l’étude du droit. Les manuels d’Introduction générale au droit, qui en sont le support pédagogique semblent depuis quelques temps susciter un intérêt renouvelé de la doctrine. A partir du moment où l’introduction au droit n’est plus seulement envisagée comme une introduction au droit civil, ce sont des introductions au droit qui émergent. Chaque proposition d’introduction offre ainsi des perspectives théoriques et des choix pédagogiques qui lui sont propres. Il pourra s’agir de présenter certaines questions de théorie du droit (définition du droit, interprétation, variété des discours du droit etc.), ou d’initier aux méthodes spécifiques selon les branches du droit, ou aux grandes catégories juridiques, ou encore de maintenir la présentation classique de l’introduction au droit civil (avec la dichotomie droit objectif/ droits subjectifs). Ce colloque a pour ambition de présenter les grands enjeux théoriques et pratiques de l’introduction du droit. Sur un terrain concret, les expériences d’enseignement suscitent des discussions sur les grands choix de pédagogie au regard du public concerné. Les manières d’introduire le droit sont aussi l’expression des cultures juridiques. Celles-ci font apparaître certains traits institutionnels et historiques selon les clivages qui ont pu se nouer à différentes périodes de l’histoire (publicistes/ privatistes ; techniciens/ théoriciens etc.). Sur un terrain plus abstrait, diverses conceptions ou présentations du droit se dégagent des manuels d’introduction au droit et des expériences d’enseignement. Cette forte hétérogénéité théorique, au-delà des quelques thèmes souvent incontournables (sources du droit, hiérarchie des normes, interprétation), révèlent des choix importants des auteurs de manuels sur ce qu’est le droit et sur ce que doit être l’étude du droit. En somme, introduire le droit soulèvent des questions importantes d’ordres institutionnel (revendication d’une discipline), théorique (quelles conceptions du droit ?), pratique (quels enseignements du droit?) et critique (quelle distance idéologique ?). En associant la théorie du droit, la pratique ainsi que les diverses disciplines juridiques publiciste et privatiste, ce colloque invite à réfléchir à nos manières de transmettre le droit à l’université tout spécialement lorsqu’il s’agit de l’introduire.

Le jeudi 23 mai 2019, Nanterre, salle des conférences du Bat Pierre Grappin (Bat B)
Le vendredi 24 mai 2019, salle 235C, ENS Paris
 
 
Jeudi 23 mai 2019

8H30 : Accueil des participants

9h – 13h Matinée

Ouverture – Éric Millard, Université Paris Nanterre
Présentation – Manon Altwegg-Boussac, Université Paris-Est Créteil

9h15 – 11h10 Enseigner une introduction au droit

Présidence : Jacqueline domenach, Université Paris Nanterre – Quelle «introduction» au droit pour des « commençants » ?

Défi théorique et pratique

Fr. Joseph Thomas Pini, Institut catholique de Toulouse
– Une introduction par matière ? L’exemple du droit international

Anne-Charlotte Martineau, CNRS
– Introduire aux institutions politiques à l’ère de BFMTV

Charlotte Girard, Université Paris Nanterre- Considérations rétrospectives

Antoine Jeammaud, Université Lumière Lyon 2Discussion / Pause 11h10-11h30

11h30 – 13h Table-ronde : Questions de pédagogie autour de la matière « Introduction au droit »

Présidence : Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre

Samuel Benisty, Université Paris-Est Créteil ; Aurore Chaigneau, Université Paris Nan- terre ; Michael Koskas, Université Paris Nanterre ; Laurence Sinopoli, Université Paris Nanterre ; Franck Waserman, Université du Littoral Côte d’Opale

Discussion / Déjeuner : 13h-14h30

14h30-18h30 Après-midi
14h30-18h30 Les cultures juridiques de l’introduction au droit

Présidence : Isabelle Boucobza, Université Paris Nanterre
– Entre encyclopédie et philosophie du droit : introduire au droit au XIXe siècle

Guillaume Richard, Université Paris Descartes
– Regard sur la culture juridique française de l’introduction au droit

Robert Carvais, CNRS

– Introduire le droit en common law britannique

Céline Roynier, Université Cergy-Pontoise et Gregory Bligh,Université Paris-Est Créteil

-Entre technique et science de la société : introduire au droit en Allemagne

Antoine Basset, Université de Rouen

Discussion / Pause : 16h40-17h

– L’Espagne et la lutte pour introduire le droit

Josefa Ruiz Resa, Université de Grenade

– Un regard d’Italie: Encyclopédie juridique, Introduction à la Science Juridique, Théorie géné- rale du droit
Pierluigi Chiassoni, Université de Gênes

Discussion

Vendredi 24 mai

9H30 : Accueil des participants

10h – 13h Matinée
10h – 13h Table-ronde : Ecrire l’introduction au droit

Présidence : Véronique Champeil-Desplats, Université Paris Nanterre

François Brunet, Université de Tours ; Pascale Deumier, Université Jean Moulin Lyon 3 ;Rafael Encinas de Muñagorri, Université de Nantes ; Jean-Louis Halpérin, ENS ;Arlette Heymann-Doat, Université Paris Sud

Discussion / Déjeuner 13h-14h30

14h30 – 18h Après-Midi
14h30 – 18h Discussion critique

Présidence : Arnaud Le Pillouer, Université Paris Nanterre
– Cartographier l’autre monde [du droit] à partir des ouvrages d’introduction au droit

Albane Geslin, Sciences-po Aix
– Une introduction ou des introductions au droit ? Un singulier pluriel

Remy Libchaber, Université Panthéon-Sorbonne(En) finir avec l’introduction au droit ?

Florence Bellivier, Université Paris Nanterre

Discussion / Pause 16h15 – 16h35

– S’introduire dans le droit, pour y faire quoi ?

Jacques Caillosse, Université Paris Panthéon-Assas- Une introduction critique : mais de quelle critique ?

Michel Miaille, Université de Montpellier- … sans oublier les usages sociaux du droit.

Danièle Lochak, Université Paris NanterreDiscussion

Colloque “Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empire”, Nanterre, 14-15 mai 2019

Le colloque international transdisciplinaire “Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empirie” aura lieu les 14 et 15 mai 2019 à l’Université Paris Nanterre, bâtiment Max Weber, Salle des conférences. 
 

14 mai 2019

09h00–09h30. Accueil des participants

09h30-09h45 Introduction par les organisateurs

09h45–11h. Table ronde 1. L’analyse des rapports sociaux de domination, d’exploitation, et de dépossession – entre théorie et empirie

Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Le concept de domination entre philosophie et sciences sociales : un débat interminable »

Béatrice Hibou (CNRS) : « De la théorisation conceptuelle à la mise au travail du concept : l’exemple d’une lecture wébérienne de la domination »

Présidence : Camilla Brenni (Université de Strasbourg, CREPHAC)

Pause café

11h15-12h30. Atelier 1, partie 1. Race et racisme : les concepts et les objets

Abdellali Hajjat (Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique) : « L’implicite et l’explicite de la question raciale »

Nicolas Martin-Breteau (Université de Lille, CECILLE) : « Comment comprendre la race pour combattre le racisme ? »

Présidence : Zacharias Zoubir (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

12h30–13h30. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 1, partie 2. Enjeux et statut de la théorie dans les enquêtes sur le racisme

Kolja Lindner (Université Paris 8, Les mondes allemands) : « La laïcité française entre libéralisme ambigu, identité nationale et racisme anti-musulman »

Nasima Moujoud (Université Grenoble Alpes, LARHRA) : « L’anti-relativisme culturel ou le déni du racisme et du terrain postcolonial et transnational  »

Présidence : Adrien Soumarey (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15h –17h15. Atelier 2. Conceptualiser l’exploitation de la nature et la dépossession écologique

Franck Fischbach (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « Vers un programme d’écologie sociale en philosophie sociale : le concept de rapport social à la nature »

Timothée Haug (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « L’élaboration du concept marxien de force naturelle à la croisée de l’exploitation du travail et de la domination de la nature »

Armel Campagne (Institut européen universitaire) : « Tensions entre théorie et empirie dans l’analyse éco-marxiste des rapports capitalistes. Le cas d’Andreas Malm, de Jason Moore et de Daniel Cunha »

Présidence : Paul Guillibert (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15 mai 2019

9h00–10h45. Table ronde 2. Théorie, enquête et critique

Christophe Dejours (CNAM, PCPP) : « Du terrain d’enquête à la théorie, entre demande et recherche scientifique »

Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Critique sociale, connaissance empirique et théorisation philosophique »

Christiane Vollaire (CNAM, EHESS-Inalco) : « Une politique de l’entretien : repositionner la question subalterne »

Présidence : Simon Ridley (Sophiapol)

Pause café

11h00–12h15. Atelier 3, partie 1. Quelle place pour quelle théorie critique dans les enquêtes sur les rapports sociaux de genre ?

Danièle Kergoat (CNRS-Cresppa-GTM) : « Sociologie, études de genre et ‘‘rapport social’’ : une relation paradoxale »

Christelle Avril (EHESS, Centre Maurice Halbwachs) : « Pour un usage critique et empirique des grilles d’analyse sur le genre : le cas des femmes de milieux populaires »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

12h15–13h45. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 3, partie 2. Enjeux épistémologiques et politiques de la critique féministe

Dominique Fougeyrollas-Schwebel (Université Paris-Dauphine, CNRS) : « Critique féministe des sciences. Des marges à l’institutionnalisation »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

Pause

15h15-17h30 Atelier 4. Théoriser et enquêter sur la domination et l’exploitation dans le monde du travail

Jean-Philippe Deranty (Macquarie University, CAVE) : « Comment une théorie critique du travail doit-elle se référer aux expériences du travail ? »

Alexis Cukier (Université de Poitiers, Sophiapol) : « La philosophie sociale, la psychologie et la sociologie contemporaines face à l’aliénation du travail »

Pause café

Danièle Linhart (CNRS, Cresppa-GTM) : « Accélération temporelle et temps de l’analyse »

Maud Simonet (CNRS, IDHES) : « L’exploitation des bénévoles ? Des questions de l’enquête à l’interpellation des catégories »

Présidence : Enrico Donaggio (Università degli Studi di Torino, IMÉRA)

17h30. Mot de conclusion par les organisateurs