AAC, “Genres et normes dans l’Europe des Lumières”, Revue Dix-huitième siècle.

Revue Dix-huitième siècle, n°55, à paraître en 2023 :« Genres et normes dans l’Europe des Lumières »

Numéro dirigé par Stéphanie Genandet Stefania Ferrando, Florence Lotterie, Anne Verjus et Jean-Christophe Abramovici.

Appel à contributions
Les études de genre forment aujourd’hui un champ de recherches universitaires reconnues autant que débattues. Elles se caractérisent par le dialogue international qu’elles ont su construire, ainsi que par les approches pluridisciplinaires qu’elles favorisent en sciences humaines et sociales : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie en ont été, à partir d’un premier ancrage féministe, les véritables fers de lance, mais la philosophie, la littérature, la science politique, la géographie, pour ne citer qu’elles, ont elles aussi intégré ce paradigme qui, il y a un peu plus de quarante ans, a opéré une véritable révolution scientifique.Cette dernière s’inscrit évidemment dans une histoire longue dans laquelle le 18e siècle représente, pour plusieurs raisons, une étape décisive : un changement de paradigme s’y affirme d’abord, initié notamment par les médecins (Roussel 1775, Moreau 1803, radicalisant la tradition des Traités des maladies des femmes), qui naturalise et donc essentialise la différence des sexes, en assignant les êtres humains à deux classes genrées (Laqueur, 1992). Ce différencialisme, consacré par le Code civil de 1804, s’accompagne d’un double mouvement d’assignation et d’institutionnalisation qui constitue, pour une part, la signature problématique des Lumières sur la scène du genre : la philosophie s’y revendique certes comme l’exercice critique de la raison, mais les femmes, du fait de leur biologie et de leur psyché, voire d’une articulation spécifique d’une biologie à une psyché, se voient exclues du logos, avant que les législateurs révolutionnaires, nourris par l’œuvre de Rousseau, n’élisent l’universel comme échelle d’une émancipation dont là encore plusieurs figures minorées – les femmes, les enfants, les domestiques, les personnes de couleur libres, les esclaves… – sont écartées. On assiste ainsi à des transformations capitales des registres normatifs qui organisent l’accès au savoir et à la politique (Fraisse, 1995) : les formes d’exclusion et de « non inclusion » s’inscrivent paradoxalement dans un langage universaliste attribuant par principe à tout être humain une égale liberté et dignité (Verjus, 2002).Le long 18e siècle – envisagé depuis la parution De l’égalité des deux sexes de Poullain de la Barre (1673) jusqu’à la promulgation du Code civil – constitue dès lors un territoire privilégié pour tenter l’archéologie critique de la différence des sexes : soit de la manière dont elle se constitue philosophiquement, se représente esthétiquement, en littérature ou en histoire de l’art – le 18serait ici « le siècle du sexe » (Harvey, 2010) tant sont nombreuses les œuvres qui le placent au centre de l’intrigue, mais aussi celui du « sexe  bavard » (Foucault, 1976) – et s’institue politiquement, sous la Révolution et le Consulat. Les Lumières posent ainsi trois questions capitales aux études de genre : celle de leur socle philosophique – quels arguments, quelles raisons fondent la différence entre hommes et femmes ? –, celle de leurs fables esthétiques – quels mots, quels discours, quelles images racontent ou montrent cette différence ? – et celle de leurs normativités politiques : quelles lois, quels textes, quelles valeurs transforment cette différence de sexes en détention différenciée de l’autorité ?Ouvrir les recherches dix-huitiémistes et la revue Dix-huitième siècle aux études de genre n’est pourtant pas le seul objectif du présent numéro. Ces études de genre ont elles-mêmes connu une évolution constante qui les a notamment conduites à penser, outre la domination, les déclinaisons spécifiques et surtout pratiques de la domination et de sa logique hiérarchique : comment les hommes et les femmes s’en arrangent-ils, la contournent-ils, en jouent-ils ou au contraire s’en affranchissent-ils ? De nouveaux concepts ont ainsi récemment enrichi les études de genre : l’agency (Butler 2002 et 2010) ou puissance d’agir par-delà les déterminismes mais aussi, depuis les années 2000, l’intersectionnalité, qui analyse l’entrelacs des différentes inégalités qui pèsent sur la trajectoire du sujet, qu’elles concernent son sexe, sa race ou son appartenance sociale. Or ces outils se révèlent très stimulants pour la recherche dix-huitiémiste : s’ils se sont affirmés dans le cadre double d’une histoire des femmes et des conditions de la politisation des sexes en Révolution (Guilhaumou 2012, Verjus 2002 et  2010, Plumauzille 2016), l’ambition du présent dossier serait de mettre leur efficacité à l’épreuve d’un long 18e siècle, inséré dans des cultures d’Ancien Régime dont il faut mesurer les évolutions : comment de tels outils permettent-ils de rendre compte des questions de l’inégalité, de la différence et de la domination, sans se limiter à la sexualité, mais en envisageant cette dernière, au sens large, comme un espace en cours de définition « moderne » où peut, en quelque sorte, s’intensifier l’activité (concrète et imaginaire) de normalisation des identités sociales et des rapports de pouvoir ? Les études de genre, telles qu’elles ont elles-mêmes ouvert l’empan de leur réflexion, interrogent ainsi plus largement les dominations qui singularisent autant qu’elles problématisent les Lumières : celle du sexe, mais aussi celle de la race et des positions dans l’ordre social, à la fois produits et producteurs d’une normativité dont il faut évaluer les contraintes comme les possibilités de remise en cause. C’est dans ce cadre que nous avons choisi de privilégier l’articulation entre « genres » et « normes » dans l’Europe des Lumières. Par « normes », nous n’entendons pas un cadre fermé et intangible, mais un système au contraire mouvant, se redéfinissant au gré de contraintes institutionnelles (la loi, le marché…), de volontés collectives ou individuelles, ou d’ajustements plus ou moins désirés. Ces normes seront envisagées autant dans leur articulation aux constructions et évaluations (imaginaires et émotions inclus) des « différences » dans la stratification sociale et raciale, que dans celles des sexualités et de leurs corps (eux-mêmes « construits »). C’est notamment cette résonance « intersectionnelle » qui conduit à passer du singulier (le genre comme outil d’analyse) au pluriel (les genres comme mise en travail des identifications). Et ce sont alors des jeux multiples par rapport à la norme dont nous chercherons à proposer une cartographie active : un tableau mouvant et européen des rapports de genre au 18siècle, où s’esquissent des dynamiques et des pratiques en même temps que s’énoncent des discours et que s’exercent des pouvoirs.Les contributions susceptibles d’une approche interdisciplinaire et ouvertes sur des corpus transversaux et internationaux retiendront donc plus particulièrement l’attention.


Calendrier
Les propositions (titre et présentation d’une quinzaine de lignes) sont attendues pour le 15 novembre 2021. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : dixhuitiemesiecle55@gmail.com.Les articles retenus, d’une longueur maximale de 30.000 signes espaces inclus, seront à rendre le 30 mai 2022 à la même adresse.

Séminaire NoSoPhi, 2021-2022

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris1)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

Séminaire NoSoPhi

Automne 2021- Année civile 2022

Organisation : Isabelle Aubert, Magali Bessone, Pierre-Yves Quiviger

(ISJPS, CPCS, NoSoPhi)

Le séminaire se tiendra le jeudi de 14h à 16h en format hybride (pour les présents dans la salle de la BIS). L’inscription aux séances est obligatoire.

7 octobre 

Cyril Hédoin (Université de Reims, REGARDS et Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), « A Social Contract Without Persons? Revisionary Psychological Reductionism and Contractualism »

Répondant : Emmanuel Picavet

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-hdla9gdf

Pour s’inscrire en présentiel : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-1a7onbs2

21 octobre (séance zoom)

Amy Allen (Penn State University), « Dripping with Blood and Dirt from Head to Toe: Marx’s Genealogy of Capitalism in Capital, volume 1 »

Répondante : Isabelle Aubert (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-jwcx06db

25 novembre

Vida Panitch (Carleton University), « Decommodification as Exploitation »

Répondante : Cléo Salion-Girault (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-5cisaem8

Pour s’inscrire en présentiel : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-iln4avw9

9 décembre

Pierre-Yves Quiviger (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS), « Métajusnaturalisme »

Répondant: Nicolas Nayfeld (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Pour s’inscrire en zoom : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-zo…-7iy3voug

Pour s’inscrire en présentiel :  https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-nosophi-bi…-xfjoiejq

13 janvier (séance zoom)

William Scheuerman (Indiana University), « Politically Motivated Property Damage »

Répondant : Pedro Lippmann

17 mars

Mathilde Unger (Université de Strasbourg, CEIE), « Responsabilité et injustices sociales :  une mise en perspective historique des thèses d’I. M. Young »

Répondant : Simon Fouquet (Université Côte d’Azur, CRHI)

14 avril

Monika Betzler (Université de Münich), « Ending a Romantic Partnership: Towards an Ethics of Divorce »

Répondante : Marie Bastin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

19 mai

Thomas Berns (Université Libre de Bruxelles, Centre Perelman), « L’hypothèse du droit post-souverain » 

Répondante : Juliette Monvoisin (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, ISJPS)

Sébastien Carré, La théorie politique contemporaine : Courants, auteurs, débats, Armand Colin, 2021.

La Théorie politique contemporaine : Courants, auteurs, débats dans la collection U aux éditions Armand Colin.

Présentation par l’auteur :

Après une agonie longue de plus d’un siècle, la théorie politique a connu au début des années 1970 un renouveau majeur, lui permettant d’occuper une place centrale au sein de la science politique contemporaine.
Cet ouvrage a pour ambition de rendre compte de cette vitalité retrouvée, en dressant le premier panorama en langue française des théories politiques développées dans le monde occidental depuis cinquante ans. Après l’analyse des doctrines libérales et libertariennes, il examine successivement leurs critiques économiques (socialistes et libérales-égalitaristes), morales (conservatrices, communautariennes et multiculturalistes) et politiques (républicaines, démocratiques et anarchistes), puis envisage deux nouveaux fronts de la critique anti-libérale respectivement occupés par les théories écologistes et féministes.
En s’appuyant sur les grands auteurs qui ont théorisé ces différents courants, et en inscrivant leurs pensées dans les débats actuels, ce manuel offre un état des lieux raisonné des réflexions récentes sur les principes qui structurent la vie en commun et les fins qui orientent l’action publique.

Table des matières

I. Liberté, neutralité et propriété : les théories contemporaines du libéralisme
1.  Les théories libérales
2. Les théories libertariennes
II. Egalité et justice sociale : les critiques économiques du libéralisme
3. Les théories socialistes
4. Les théories libérales égalitaristes
III.Traditions, communautés et cultures : les critiques morales du libéralisme
5. Les théories conservatrices 
6. Les théories communautariennes
7. Les théories multiculturalistes
IV.  République, démocratie et pouvoir : les critiques politiques du libéralisme
8. Les théories républicaines
9. Les théories contemporaines de la démocratie
10. Les théories critiques du pouvoir
V.  Nature et genre : les nouveaux fronts de la critique anti-libérale
11. Les théories écologistes
12. Les théories féministes

Séminaire “Marx : Travaux en cours”, Nanterre et Paris 1

Séminaire sur Marx, coorganisé par l’université Paris Nanterre et l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Alix Bouffard- CRePhAC, Franck Fischbach – Hiphimo, Lena Ganz et Emmanuel Renault – Sophiapol). Le séminaire Marx : travaux en cours s’organise pour cette deuxième année autour d’un focus sur la question écologique. 

Le séminaire a lieu en présentiel et toutes les séances se déroulent les vendredis de 16h à 18h.

Pour toute autre information, vous pouvez consulter les carnets du séminaire, régulièrement mis à jour (https://marxupnp1.hypotheses.org/) et rejoindre la page facebook (https://www.facebook.com/seminairemarx.nanterreparis1). Vous pouvez également écrire à l’adresse suivante : seminairemarxnanterreparis1@gmail.com.

Semestre 1 | Université Paris Nanterre (salle M114, Bâtiment Ephémère 1, 1er étage droite)

24 Septembre, Frédéric Monferrand, L’organicisme de Marx *

12 novembre, Kolja Lindner, Comment Marx s’est débarrassé du Matérialisme Historique

19 novembre, Paul Guillibert, Marx et le travail du vivant *

17 décembre, Ariane Mintz, Préhistoire et progrès : Adorno lecteur de Marx

Semestre 2 | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (salle à déterminer)

28 janvier, Daria Saburova, De l’histoire humaine de la nature à l’histoire naturelle de l’homme. Marx, Engels et la théorie de l’évolution *

18 février, Louis Delcourt, Les dimensions politiques de l’idée de « science » chez Marx

25 mars, Cannelle Gignoux, Du concept de nature à l’écologie dans les Grundrisse *

15 avril, Jean Quétier, Marx théoricien du Parti

13 mai, Timothée Haug, Le naturalisme de Marx est-il écologique ? *

10 juin, Jean-François Albin, Théories de l’impérialisme : fondements dans l’oeuvre de Marx et développements au sein de la Deuxième Internationale

Séminaire “Race et culture : Questionnements philosophiques”

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne

Séminaire

« Race et Culture : Questionnements philosophiques »

 Programme

Automne 2021 – année civile 2022

Organisation : Magali Bessone (ISJPS), Sophie Guérard de Latour (Triangle), Jamila Mascat (Utrecht Univ.)

En 2021-2022, les séances se tiendront le vendredi de 16h à 18h pour l’essentiel en zoom.

Le séminaire est co-organisé avec l’ENS de Lyon et Utrecht University.

22 octobre : Delphine Abadie (Université Cheikh Anta Diop), L’Afrique du discernement : Achille Mbembe sur et avec Fanon

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-vod6p220

26 novembre : Norman Ajari (Villanova University), La Théorie Critique de la Race comme ennemie publique et le moment pessimiste de la pensée noire

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-i8z9g87m

17 décembre : Soumaya Mestiri (Université de Tunis), Y a-t-il une identité intersectionnelle ?

Pour s’inscrire : https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-cu…-ccrxbmu2

11 février 2022 : Matthieu Renault (Université Paris 8), Freud en Noirs et Blancs : Richard Wright et la naissance de la Black Psychoanalysis

11 mars : Frédéric Fruteau de Laclos (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Peaux noires, philosophies blanches

1er avril : Yala Kisukidi (Université Paris 8), Feux noirs. Une philosophie des indépendances

13 mai : Alain Policar (Sciences Po Paris), Comment peut-on être décolonialiste ?

24 juin : Mame Fatou Niang (Carnegie Mellon University), Pour un universalisme de notre temps

Présentiel à Utrecht

Séminaire “Histoire des idées politiques : nouveaux objets, nouvelles approches”

La première séance aura lieu le mercredi 29 septembre, 16h30-19h :

 Catherine König-Pralong (directrice d’étude à l’EHESS, CAK) pour son livre La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019. Son intervention sera discutée par Myriam Paris (CURAPP-ESS) et Ariane Revel (LIS).

Présentation des organisateurs :

Arnault Skornicki, Isabelle Gouarné et Mathieu Hauchecorne 

Histoire des idées politiques:

nouveaux objets, nouvelles approches

Le monde académique français a vu s’épanouir, ces dernières années, une série d’initiatives pour constituer un espace de discussion scientifique autour de « l’histoire sociale des idées politiques ». Ce nouveau séminaire de recherche s’inscrit dans la continuité de ces efforts collectifs et souhaite creuser trois sillons afin de prolonger le renouvellement des pratiques en histoire intellectuelle. 

ζ   Relancer le dialogue de l’histoire des idées avec les sciences sociales, mais aussi avec les études littéraires et la philosophie, dans leur diversité disciplinaire (histoire, sociologie, science politique, anthropologie…) et méthodologique (archives, entretiens, analyse de trajectoire, analyse du discours, prosopographie, lexicométrie, intertextualité…).

ζ   Consolider un collectif interdisciplinaire de chercheur·se·s en l’inscrivant dans la durée, afin de poursuivre la rénovation et l’institutionnalisation d’un domaine encore trop éclaté en France.

ζ   Développer l’importation et la discussion de courants internationaux (école de Cambridge, Begriffsgeschichtecultural studiessocial history of political theory…) qui ont d’ores et déjà amplement nourri la réviviscence de l’histoire des idées politiques en France.

 Ce séminaire est ouvert à toutes et tous. Les séances auront lieu tous les deux mois. Il est organisé par Isabelle Gouarné (CURAPP-ESS, CNRS/Université de Picardie Jules Verne), Mathieu Hauchecorne (CRESPPA-LabToP, CNRS/Université Paris 8, IUF) et Arnault Skornicki (ISP, CNRS/Université Paris Nanterre).

Lieu (sauf la séance 2) : au Campus Condorcet Bâtiment Nord, salle 2.001, 14 Cour des humanités, Aubervilliers, métro Front Populaire ou RER Stade de France

Contacts :

isabelle_gouarne@hotmail.com

mathieu.hauchecorne@univ-paris8.fr

askornicki@parisnanterre.fr

Programme 2021-2022

Séance 1

Mercredi 29 septembre, 16h30-19h

Catherine König-Pralong (CAK) pour son livre La colonie philosophique. Écrire l’histoire de la philosophie aux XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.

Discussion : Myriam Paris (CURAPP-ESS), Ariane Revel (LIS).

Séance 2 organisée avec le LIPHA à l’Université Gustave-Eiffel “Idéologies politiques des savoirs”

Vendredi 26 novembre, 14h30-17h, Université Gustave Eiffel, bâtiment Copernic, salle 0B120 http://www.u-pem.fr/universite/presentation/plans-dacces/copernic/

Sébastien Lemerle (CRESPPA) pour son livre Le cerveau reptilien. Sur la popularité d’une erreur scientifique, Paris, CNRS Éditions, 2021.

Discussion : Yves Palau (LIPHA), Arnault Skornicki (ISP), David Smadja (LIPHA).

Séance 3

Jeudi 24 février 16h-18h30

Michel Dobry, « Idées et crises politiques » (titre provisoire)

Discussion : Isabelle Gouarné (CURAPP-ESS) et Arnault Skornicki (ISP)

Séance 4

Mardi 12 avril, 10h-12h30

Rafaël Cos (CERAPS) pour son livreLes programmes du Parti socialiste. Sociologie politique d’une entreprise programmatique (1995-2012), Paris, Dalloz-Sirey, 2019

Karim Fertikh (SAGE) pour son livre L’invention de la social-démocratie allemande. Une histoire sociale du programme de Bad Godesberg, Paris, Éditions de la MSH, 2020.

Discussion : Frédéric Sawicki (CESSP)

Séance 5: Table ronde sur l’édition des textes politiques

Mardi 7 juin, 10h-12h30

Jérémie Barthas (IRHIS) pour son projet d’une nouvelle édition de Machiavel

Marie Scot (Science Po-Centre d’histoire) pour son travail d’édition des Œuvres complètes d’Élie Halévy, Paris, Les Belles Lettres, 2019-2021.

Colloque “Souveraineté et néolibéralisme”, Grenoble, 5 octobre 2021

homas Boccon-Gibod, Martine Kaluszynski, Odile Tourneux et Eric Fabri ont le plaisir d’annoncer la tenue les 4 et 5 octobre 2021 du colloque “Souveraineté et néolibéralisme” à Grenoble. 

Ce colloque interdisciplinaire est organisé par la MSH-Alpes, dans le cadre de son axe Langages & Politiques, en partenariat avec l’IPhiG, l’UMR PACTE, l’UMR Triangle et avec le soutien de Grenoble INP – UGA.

Il a pour objet d’étudier les modalités du débat autour de la souveraineté dans ses rapports avec le néolibéralisme, ainsi que de fournir une plateforme d’échanges aux chercheuses et chercheurs travaillant sur le sujet depuis différentes perspectives inscrites dans le champ des sciences sociales. 

En pratique :
Ce colloque est proposé en format hybride, il peut donc être suivi soit en présentiel (Domaine universitaire de Saint-Martin-d’Hères), soit à distance en visioconférence (Zoom).

Gratuit sur inscription obligatoire (ouverture des inscriptions du 7/09/2021 au 30/09/2021)
Présentation, programme et inscriptions : https://souverainete-21.sciencesconf.org/

Séminaire “Droit, migration et épistémologie : discussions critiques”, Sciences Po.

L’Ecole de droit de Sciences Po organise un séminaire qui aura lieu cet automne sur le thème “Droit, migration et épistémologie : discussions critiques“. Il s’agit d’ouvrir un regard interdisciplinaire sur les relations entre le droit et les migrations. On trouvera en suivant le lien ci-dessus le descriptif général du séminaire comprenant le programme (également ci-après) et en pièce jointe le descriptif de la première séance, “Nommer les migrations”, qui aura lieu le lundi 13 septembre de 18h à 19h30.

Le séminaire sera tenu en format hybride à Sciences Po et par Zoom. Les places en salle sont limitées et l’inscription (obligatoire sous les deux formats) se fait par séance.
Pour s’inscrire à la séance 1 : https://forms.gle/he5B2cfk25i3whuu8

Droit, migration et épistémologie : discussions critiques

Automne 2021

Ce séminaire vise à identifier et réfléchir aux défis épistémologiques que posent les études juridiques critiques sur les migrations. Ces défis s’articulent autour de deux aspects au moins. D’une part, dans le domaine des migrations, les approches critiques doivent s’efforcer de révéler les mécanismes d’inclusion et d’exclusion ou de violence vis-à-vis des personnes concernées. D’autre part, la façon dont les chercheur·es produisent du savoir et le savoir ainsi produit peuvent en soi constituer une forme de violence ou d’injustice épistémiques. À l’inverse, questionner nos approches épistémologiques doit permettre de résister à ces formes de violence ou de les corriger. Ce questionnement est primordial pour la construction d’approches critiques des relations entre le droit et les migrations. Le séminaire propose d’explorer ces deux aspects de l’épistémologie du droit des migrations en engageant la discussion avec des disciplines connexes telles que la sociologie, l’anthropologie et la philosophie. 

Bien que le séminaire se concentre sur l’étude des migrations, la mobilisation de connaissances juridiques détachées de cet objet d’étude est pertinente pour la discussion. Il n’est ainsi pas requis de posséder des connaissances approfondies sur le sujet pour y contribuer. De même, si nous focalisons le questionnement sur les relations entre le droit et les migrations, nous considérons que le point de vue de chercheur·es non-juristes pourra venir éclairer cette relation. Les échanges se tiendront en français et en anglais, mais la langue principale des présentations pourra varier en fonction des intervenant·es. Des précisions seront transmises pour chaque séance (lectures, langue, intervenant·es).

Le séminaire aura lieu en personne à Sciences Po. L’inscription est gratuite mais obligatoire et les places en salle sont limitées. Lors de l’inscription, l’option sera donnée de participer au séminaire par visioconférence. Nous vous remercions de vous engager à vous présenter si vous indiquez une participation en présentiel.

Calendrier prévisionnel :

Lundi 13 septembre 18h-19h30 1. Nommer les migrations : quels enjeux ?
Vendredi 22 octobre 14h-15h302. Migrations, discours et imaginaires juridiques
Vendredi 12 novembre 14h-15h303. Borders’ Margins: Feminist Epistemologies
Vendredi 10 décembre 14h-15h304. ‘Deathnography’: Tracing Migrating Subjects After Death

Appel à contributions, colloque “Hegel/Marx, hier et aujourd’hui”, 3 décembre 2021

Appel à contribution pour le colloque Hegel/Marx, hier et aujourd’hui qui se tiendra à l’Université de Poitiers le jeudi2 et/ou le vendredi 3 décembre 2021(en fonction du nombre de propositions retenues). 

Le colloque est co-organisé par le laboratoire Métaphysique allemande et philosophie pratique (Université de Poitiers) et le Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (Université de Strasbourg).

Les propositions de communication doivent être envoyées à l’adresse seminairehegelmarxATgmail.com avant le 6 septembre 2021. Elles devront comporter l’affiliation et le statut académiques, un titre et un argumentaire entre 3000 et 5000 signes. Les réponses seront envoyées le 27 septembre 2021. Concernant les frais de transport et d’hébergement, les participations des laboratoires de rattachement seront bienvenues, mais il sera possible de prendre en charge les frais de celles et ceux qui ne disposeront pas de financement institutionnel.

comité d’organisation : Victor Béguin, Alexis Bouffard, Camilla Brenni, Alexis Cukier, Franck Fischbach, Eric Puisais, Jean Quétier, Ernesto Ruiz-Eldredge.


APPEL A CONTRIBUTION :
Colloque Hegel/Marx, hier et aujourd’hui

Hegel et Marx continuent, ensemble et séparément, de fasciner et d’inspirer historiens comme étudiants, militants comme théoriciens. Si l’on parle parfois de “Hegel renaissance” dans les cercles universitaires hégéliens, il est difficile de définir où commencent et se terminent ces renaissances qui ne finissent jamais de recommencer tant les champs de recherches sur Hegel sont vastes et étendues d’une partie du monde à l’autre. Des États-Unis jusqu’à l’Allemagne en passant par l’Italie, par exemple, l’intérêt pour Hegel ne s’est jamais entièrement tari depuis la mort du philosophe il y a bientôt 200 ans. Quant à Marx, suite à une période de glaciation académique d’au moins deux décennies, on assiste depuis la crise de 2008 à une regain d’intérêt pour l’auteur et ses écrits aussi bien en France que dans d’autres parties du monde. Le bicentenaire de la naissance de Marx, en 2018, a permis de vérifier cet enthousiasme puisqu’il a vu se succéder colloques, rééditions et publications, mais aussi évènements cinématographiques et muséaux. Mais qu’en est-il de la relation complexe et tant commentée du philosophe révolutionnaire et de son grand prédécesseur idéaliste ? Comment comprendre l’histoire du rapport entre Hegel et Marx, du jeune Hegel au jeune Marx, ou des écrits plus tardifs de Hegel au Marx de la maturité ? Qu’est-ce qui chez Hegel annonce Marx ou comment celui-ci permet-il in fine de dépasser celui-là ? Et au-delà, comment ces rapports éclairent-ils la situation de la théorie et de la pratique révolutionnaires aujourd’hui ?

Ces questions ont été posé à des multiples reprises par une succession de générations de théoriciens, de militants et de commentateurs. Les thèses et les débats sont nombreux, parfois très connus, comme ceux qu’on trouve dans les écrits d’Adorno, de Lukács ou d’Althusser (et de leurs continuateurs et étudiants), parfois plus oubliés comme dans les textes de Raya Dunayevskaya et Georges Lichtheim. Ainsi, des marxistes hégéliens aux marxistes anti-hégéliens, les écarts et désaccords qui intéressent notre séminaire sont nombreux. Et en-deça des relectures et des commentaires, des positions et contre-positions théoriques et politiques qui traversent les discussions mondiales autour du « problème Hegel/Marx », la lecture précise des corpus marxien et hégélien permet de se demander quelles sont les influences et les ruptures, les points communs, les incompréhensions, les lieux de genèse ou de négation. Ainsi, mis à part les courants et les écoles plus ou moins hégéliens, plus ou moins marxistes, ce séminaire permettra de se pencher sur certains concepts communs mais aussi des questions aussi diverses que celles de la contradiction ou de la conscience, du processus ou du travail, de la fin de la philosophie à la fin de l’histoire, du concept de société civile ou plus généralement des lois et des tendances qui structurent la société moderne. Enfin, Hegel et Marx, auteurs prolifiques et encyclopédiques, ont constitué des influences majeures, y compris récemment, pour le renouveau de recherches à un niveau interdisciplinaire, voire post-disciplinaire. Dans le prolongement des travaux qui leur ont été consacrées ou qui se sont inspirés de leurs écrits tout au long du XXe siècle, l’étude de ces auteurs ne se cloisonne pas en philosophie mais permet encore aujourd’hui des rencontres et des croisements entre philosophie et économie politique, entre anthropologie et sociologie, ou dans les domaines de l’écologie politique ainsi que des études sur le genre et sur le colonialisme.

Cet appel à contribution, en vue d’un colloque le jeudi 2 et/ou vendredi 3 décembre 2021, est destiné en priorité aux jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s et post-doctorant.e.s) en philosophie – mais il est ouvert aussi à des propositions de chercheur.e.s titulaires et d’autres disciplines. Il s’agit de proposer des communications relevant d’un des trois axes du séminaire : la reprise et la critique de Hegel par Marx ainsi que  les médiations jeunes hégéliennes qui marquent le XIXe siècle ;  la postérité du rapport entre Hegel et Marx au XXe siècle dans divers courants du marxisme et de l’hégélianisme ;  l’actualité du rapport Hegel/Marx, en privilégiant des recherches en cours au sujet de thématiques spécifiques et de concepts inspirés des corpus hégélien et marxien. 

Plus spécifiquement, nous appelons pour ce colloque à des contributions étudiant le rapport “Hegel/Marx” en lien avec ces quatre ensembles de questions : 

1. La dialectique, l’idéalisme et le matérialisme 

2. La nature, l’esprit et la société 

3. Le travail, l’aliénation et l’économie politique 

4. La politique, l’État et la société civile

Achille MBEMBE, “La communauté terrestre. Réflexions sur l’ultime utopie”, séminaire “Race et Culture”, 2 juillet 2021, en ligne.

La prochaine séance du séminaire « Race et Culture : Questionnements philosophiques » aura lieu le vendredi 2 juillet 2021, de 16h à 18h, en ligne.

Achille MBEMBÉ (Université du Witwatersrand) donnera une conférence intitulée : « La communauté terrestre. Réflexions sur l’ultime utopie ».

Claude Gautier (ENS-Lyon) sera son répondant.

Le séminaire est ouvert à tous, après inscription préalable à l’adresse suivante :

https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-race-et-culture-srhkh06d

Le programme annuel et l’argument du séminaire sont disponibles sur la page web du séminaire : https://nosophi.hypotheses.org/vie-scientifique/seminaire-race-et-culture-questionnements-philosophiques

AAP, “Comment peut-on être libéral ? Libéralisme et justice sociale”, Implications philosophiques, date limite d’envoi : 1er juillet 2021

 Comment peut-on être libéral? »

Libéralisme et justice sociale

Responsables du dossier

Stanislas Richard (Université de Tel Aviv)

Marc Goetzmann (Rédacteur en chef, Implications Philosophiques)

Date limite d’envoi des propositions: 01 Juillet 2021

Date limite d’envoi des articles: 15 Octobre 2021

Force est de constater que le libéralisme n’a pas bonne presse dans le monde francophone, que ce soit dans le débat universitaire ou public. 

Dans le débat universitaire, le libéralisme est essentiellement associé soit à la défense libertarienne du marché libre et de l’État minimal, soit au libéralisme égalitaire tel qu’il a été développé dans la philosophie américaine, courant dominé par la figure de John Rawls. Le premier courant n’est quasiment pas représenté dans le recherche philosophique française, et le second reste somme toute assez minoritaire au regard de son omniprésence dans la philosophie anglo-américaine.

Dans le débat public, ‘libéral’ ne signifie guère plus que la conception libertarienne, et est à la limite de l’insulte, rimant souvent avec la justification de la poursuite immodérée du profit, la défense des intérêts du grand capital et le mépris pour la justice sociale, un domaine qui, en France, est considéré comme étant le propre de l’État et non des acteurs privés. A ce titre et dans le monde francophone, ‘libéral’ est aussi devenu, à tort, un synonyme du néologisme ‘néolibéral’, un concept essentiellement critique, parfois vague dans ses usages quotidiens, qui désigne diverses politiques économiques privilégiant l’offre et critiques du keynésianisme et de l’État providence. Les néolibéraux sont tout particulièrement suspectés de n’être que les défenseurs des intérêts des élites économiques, en plus de bafouer les souverainetés démocratiques. 

Ce numéro spécial de la revue Implications Philosophiques s’attachera à aller à contre-courant de ces idées reçues. Nous chercherons, à notre échelle, à faire le procès philosophique du libéralisme, compris ici principalement dans sa version libertarienne,  et invitons à la barre ses avocats comme ses procureurs. Les contributions chercheront à savoir si la pensée libérale, comprise ici comme une pensée politique et économique prônant les vertus du marché organisant une concurrence libre et non faussée, et reposant sur un droit sacralisant la propriété privée et la liberté individuelle par l’institution de l’État minimal, peut proposer des réponses pertinentes et innovantes aux problématiques qui sont classiquement vue comme appartenant au socialisme ou à l’égalitarisme. 

En d’autres termes, nous voulons savoir si et comment on peut être libéral edéfendre une conception sincère et sans concession de la justice sociale. Peut-on même être libéral parce que l’on défend une telle conception? Le libéralisme a-t-il alors quelque chose à dire sur des sujets traditionnellement considérés comme les domaines réservés de ses « opposants » – comme l’exploitation, la domination, l’exclusion, ou la pauvreté? 

Les articles adressant les questions suivantes seraient les bienvenus, mais les coordonnateurs restent ouverts à tout autre sujet de contribution: 

  • Existe-t-il une conception libertarienne de la justice sociale? 
  • L’égalité a-t- elle une place dans la pensée du marché libre? Inversement, le marché libre accepte-t-il une justification égalitariste? 
  • Existe-t-il une pensée libérale de l’exploitation? 
  • Le libéralisme / libertarisme doit-il n’être que la caution philosophique du capitalisme? Ou bien un libéral / libertarien peut-il être anticapitaliste? 
  • Dans le conflit entre libéralisme économique et démocratie, est-ce la démocratie qui a nécessairement raison? 
  • Le féminisme doit-il être libéral?  

Si l’angle choisi privilégie des approches de philosophie contemporaine, nous demeurons ouverts aux articles d’histoire de la philosophie abordant la pertinence du libéralisme dit “classique” pour notre époque.

Informations pratiques

Responsables du dossier : 

Stanislas Richard (Université de Tel Aviv)

Marc Goetzmann (Rédacteur en chef, Implications Philosophiques)

Calendrier:

Date limite d’envoi des propositions: 01 Juillet 2021

Date limite d’envoi des articles: 15 Octobre 2021

L’appel à contributions fonctionne selon une double logique de sélection sur propositions et d’évaluation d’articles complets. 

Ainsi, nous accepterons des propositions de contributions jusqu’au 1er Juillet 2021

Les résultats de la sélection seront communiqués aux auteurs et autrices d’ici le 15 juillet 2021

Les propositions sélectionnées devront être envoyées avant le 15 octobre 2021. Un atelier sera éventuellement organisé, où les auteurs pourront les présenter avant cette date. 

Il sera néanmoins possible de nous transmettre des articles complets qui n’auraient pas été pré-sélectionnés sous forme de proposition à la même date du 15 octobre 2021. Les personnes ayant vu leur proposition refusée en juillet ne pourront pas présenter le même projet, mais pourront nous communiquer un article complet sur un sujet différent. 

La publication est prévue courant 2022, vraisemblablement au début du printemps.

Envoi des propositions et des articles

Nous invitons les auteurs à soumettre des propositions qui devront être de 750 mots maximum (format .doc) et seront accompagnées du nom de l’auteur, de son statut, de son affiliation institutionnelle, ainsi que d’une adresse mail.

Envoi simultané des propositions et des articles aux adresses: m.goetzmannATimplications-philosophiques.org

Richard_StanislasATphd.ceu.edu 

Tout article envoyé doit être conforme aux normes de format et de présentation de la revue: voir http://www.implications-philosophiques.org/soumettre-un-article/ . 

Pour plus d’information, veuillez contacter: 

Marc Goetzmann: marc.eric.goetzmannATgmail.com 

ou Stanislas Richard: Richard_StanislasATphd.ceu.edu 

Méta-jusnaturalisme. Essai de typologie

Méta-jusnaturalisme. Essai de typologie

Résumé. – S’attachant à construire les fondements d’une approche méta-jusnaturaliste, l’article distingue neuf types de jusnaturalismes : moral, théologique, cosmologique, biologique, humaniste, mythologique, rationaliste, ethnologique et essentialiste.

Je ne cherche pas dans cet article à établir une thèse relevant du droit naturel. Je ne cherche pas non plus à commenter une ou plusieurs œuvres relevant de la tradition jusnaturaliste ni à retracer l’histoire des différentes théories du droit naturel – ou des théories réfutant l’existence ou la possibilité d’un droit naturel. Il s’agit uniquement de proposer les linéaments d’une approche méta-jusnaturaliste sous la forme d’une typologie des différentes manières d’être jusnaturaliste. L’objectif est de rendre ainsi plus clairs certains débats en philosophie du droit qui, parfois, reposent sur des malentendus élémentaires autour de l’acception des termes « droit naturel », « droit positif », « jusnaturalisme », « positivisme juridique » – les parties se retrouvant volontiers à combattre des chimères qui elles-mêmes répondent à des fantômes. Cet essai de typologie méta-jusnaturaliste vise à cartographier des positions théoriques possibles et ne s’accompagne d’aucune ambition doxographique ou historiographique : on ne trouvera donc dans cet article ni périodisation ni noms propres ni références à des ouvrages ou articles célèbres ou méconnus.

Premier type : jusnaturalisme moral. Je désigne par « jusnaturalisme moral » les théories du droit naturel qui voient dans la morale, dans la reconnaissance de certaines valeurs (la dignité humaine, par exemple, ou encore la justice) une réalité qui devrait s’imposer au droit positif. Autrement dit : pour ces conceptions, le droit positif cesse d’être pleinement du droit dès lors qu’il est contraire aux valeurs morales considérées. Ce type de jusnaturalisme conteste la légitimité de la légalité si la légalité discutée contredit la morale. Ces théories peuvent conduire au souhait de reconnaître juridiquement (par une Déclaration des droits et/ou par une inscription dans la Constitution) les valeurs morales concernées afin de diminuer l’éventualité d’un conflit normatif entre droit naturel et droit positif.

Deuxième type : jusnaturalisme théologique. Ce type de jusnaturalisme considère que le contenu du droit naturel se rencontre dans les propositions religieuses, issues d’une révélation, d’une tradition ou d’une approche rationnelle. Il revient à inscrire le jusnaturalisme dans le champ des sciences religieuses et de la théologie. Le modèle à suivre pour le droit positif ou le type d’évaluation que l’on peut proposer du droit positif dépend ici d’un corpus ou d’une méthode que la théologie et les sciences religieuses permettent d’expliciter.

Troisième type : jusnaturalisme cosmologique. Ce type de jusnaturalisme engage une conception de la manière dont le monde physique dans sa globalité est ordonné. En souhaitant que le droit soit conforme au cosmos ou à l’univers (les deux termes ne sont évidemment pas synonymes et aboutissent à des contenus normatifs distincts pour les deux jusnaturalismes cosmologiques qui en découlent), les défenseurs d’un tel jusnaturalisme s’appuient sur l’état des connaissances positives en sciences physiques et sont tributaires de l’évolution de cette discipline de l’antiquité à ses développements les plus contemporains.

Quatrième type : jusnaturalisme biologique. J’appelle « jusnaturalisme biologique » la démarche qui repose sur une conception de la « nature » entendue comme réalité observable dans le monde sauvage, les espèces animales non-humaines ou l’éthologie et cherchant à valoriser des données propres à la physiologie, la génétique, la médecine. Ce type de jusnaturalisme, dont la forme naïve est plus répandue que la forme savante, se rencontre par exemple quand on voit contester une évolution législative – comme l’ouverture du mariage civil aux couples de même sexe – en s’appuyant sur le fait que l’homosexualité serait « contre nature » (parce qu’on ne la rencontrerait pas en dehors de l’espèce humaine – c’est du reste faux) ou condamné à la stérilité (ce qui est pourtant aussi le cas pour de nombreux couples hétérosexuels, du fait de leur âge par exemple).

Cinquième type : jusnaturalisme humaniste. Le « jusnaturalisme humaniste » s’appuie sur une définition de la nature humaine pour élaborer le contenu du droit naturel. Il peut s’appuyer sur différents « propres de l’homme » (liberté, rationalité, etc.) ou sur l’état des connaissances scientifiques en matière de fonctionnement de l’esprit humain (sciences cognitives) pour dessiner un modèle du droit qui permettrait de juger la conformité du droit positif à l’humanité et, partant, selon cette approche, au droit naturel.

Sixième type : jusnaturalisme mythologique. Ce type de jusnaturalisme élabore un récit des origines de la société et renvoie généralement à un « état de nature » dans lequel il découvre un socle anthropologique aux liens de droit. Le mythe ainsi construit permet de valoriser un droit antérieur aux systèmes de droit positif vus comme phénomènes culturels en leur opposant une nature virginale, vue comme authentique. Il s’agit alors, dans l’horizon de ce type de jusnaturalisme, de prendre conscience de la nécessité de réactiver ce mythe pour mesurer si les formes contemporaines du droit restent fidèles aux idéaux propres à ce récit.

Septième type : jusnaturalisme rationaliste. Je désigne par « jusnaturalisme rationaliste » les approches qui ont en commun d’évaluer le droit positif en le soumettant à des standards de rationalité pure ou abstraite comme la logique, les mathématiques ou des modèles d’équilibre. Ce type de jusnaturalisme conduit à affirmer que le droit positif doit respecter certaines contraintes formelles pour être pleinement du droit – par exemple, le principe de non-contradiction ou bien encore l’existence d’un débiteur si une créance est reconnue.

Huitième type : jusnaturalisme ethnologique. Ce type de jusnaturalisme se nourrit de la connaissance des rites, des coutumes, des pratiques codifiées propres à des sociétés, des peuples, des groupes qui n’ont pas développé un système juridique au sein d’une structure étatique et administrative. L’observation rigoureuse de ces régulations extra- ou pré-juridiques de la vie sociale ou communautaire, leur compilation et leur comparaison, permet l’élaboration de modèles critiques à opposer au droit positif.

Neuvième type : jusnaturalisme essentialiste. J’appelle « jusnaturalisme essentialiste » le type de théorie du droit naturel qui se structure autour d’une définition de la nature du droit, entendue comme un invariant, une essence de la juridicité. Ce type de jusnaturalisme cherche à découvrir l’essence du droit par une induction à partir du droit positif existant (ou ayant existé, via une histoire des formes de la juridicité). Cette induction aboutit à la construction d’une « nature du droit » qui, ensuite, est comparée au droit positif et permet d’évaluer celui-ci. Sur le plan ontologique, une telle démarche conduit à considérer que n’est pas véritablement du droit un élément du droit positif qui n’est pas conforme à la définition du droit dégagée par le jusnaturalisme essentialiste.

Trois remarques pour finir. Premièrement, on peut observer des formes mixtes de ces différents types. L’une des plus évidentes est celle qui conjugue les jusnaturalismes humaniste, moral et mythologique. Dans ce type mixte, la description de l’état de nature débouche sur une conception du droit comme devant être conforme à une humanité définie par le respect de certaines valeurs morales. Deuxièmement, la typologie aurait pu se construire autour d’une ligne de démarcation : celle de l’immanence ou de la transcendance du droit naturel par rapport au droit positif. Mais la répartition serait déséquilibrée autour de cette ligne : les jusnaturalismes de type immanent (le seul neuvième type) et les jusnaturalismes transcendants (les huit autres) se distribuant de manière inéquitable. Troisièmement, certains de ces types de jusnaturalisme sont, plus que les autres, susceptibles de faire vaciller la summa divisio entre positivisme juridique et jusnaturalisme parce qu’ils présentent des points communs avec certains types de positivismes juridiques – c’est le cas des trois derniers types.

Pierre-Yves Quiviger, ISJPS (UMR 8103), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Séminaire “Actualité de Deleuze et Guattari (V)”, “Histoire universelle et genèse du capitalisme”, Collège international de philosophie

Le séminaire du Collège International de Philosophie “Actualité de 
Deleuze et Guattari (V)” entre dans sa 
cinquième année et voit aborder la thématique : “Histoire 
universelle et genèse du capitalisme” 
(https://www.ciph.org/spip.php?page=activite-detail&idevt=1115).

La quatrième séance aura lieu jeudi 3 juin, de 18H30 à 20H30 sur Zoom à 
l’adresse suivante : https://us02web.zoom.us/j/83453250537 . Elle 
aura pour thème : “Théorie de l’État archaïque (Urstaat) : entre 
appareil de capture et mode de production asiatique”. Il sera question de la relation complexe des deux philosophes au structuralisme lévi-straussien, ainsi que des mécanismes internes aux 
sociétés primitives qui préparent leur “surcodage” par l’Etat despotique 
archaïque.

Pour rappel (concernant les séances passées et futures) :

-la première séance qui portait sur le concept d'”histoire universelle” 
chez Deleuze & Guattari  s’est déroulée le 6 mai dernier et a donné lieu 
à une discussion sur ce thème ainsi que sur le 
dépassement de la distinction nature/culture chez les deux philosophes.

-la deuxième séance a reçu Jean-Paul Demoule, 
professeur émérite de protohistoire européenne à l’université Paris-1 
Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de 
France, qui a délivré un exposé sur le thème  “La révolution 
néolithique : fallait-il inventer l’agriculture ?”. Elle s’est déroulée le 20 
mai dernier. Elle a, là encore, donné lieu à des échanges sur 
les origines (écologiques, sociales) de l’État (et de la ville), 
l’hypothèse d’un matriarcat préhistorique, et la question des inégalités 
(de richesses et de pouvoir) dans les sociétés du néolithique.

-la troisième séance a eu lieu le jeudi 27 mai de 18H30 à 20H30 et a porté 
sur l’hypothèse d’un “tournant spatial” entre _L’Anti-Œdipe _et _Mille 
Plateaux _(les deux tomes de _Capitalisme et schizophrénie_), hypothèse 
selon laquelle on passerait d’une histoire universelle (singulière, 
ironique et autocritique) organisée autour du schéma évolutionniste 
“Sauvages, Barbares, Civilisés” (qui donne son titre au chap. 3 du 
premier volume), à la “géophilosophie” des processus machiniques (pris 
dans leurs devenirs et modes de coexistence), telle qu’exposée dans le 
plateau 13 : “7000 av. J.C. Appareil de capture” (du second volume). 
Lors de cette séance, il aura également été question du rapport de la philosophie deleuzo-guattarienne à l’anthropologie anarchiste de Clastres, à la lumière des travaux récents 
de Viveiros de Castro.

-la cinquième séance aura lieu le jeudi 10 juin de 18H30 à 20H30 et 
portera sur “La monnaie en Grèce ancienne : un demi-siècle après 
Deleuze/Guattari et Foucault”, avec François de 
Callataÿ, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, 
chaire d’Histoire monétaire et financière du monde grec.

-la sixième séance aura lieu le jeudi 17 juin de 18H30 à 20H30 et 
portera sur “Le premier âge du capitalisme (1415-1763)”, avec Alain Bihr, professeur honoraire de sociologie à 
l’Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Ludivine Damay, Vincent Jacquet (dir.), Les transformations de la légitimité démocratique: idéaux, revendications et perceptions, Éditions Academia-Eme, 2021

Ludivine Damay, Vincent Jacquet (dir.), Les transformations de la légitimité démocratique: idéaux, revendications et perceptions, Éditions Academia-Eme, 2021.


Qui est le plus à même de prendre des décisions politiques ? Quel doit être le rôle des élus, des experts et du peuple en démocratie ? À quels acteurs, processus et niveaux de pouvoir les citoyens font-ils davantage confiance ? Au cœur de ces interrogations se niche le concept de légitimité qui mérite d’autant plus d’être questionné que nos démocraties sont sous tensions. Cet ouvrage collectif de sciences politiques et sociales ambitionne d’aider à comprendre l’actualité de nos démocraties.

Table des matières

Introduction — Ludivine Damay, Vincent Jacquet
1.Juger la démocratie à ses résultats? — Juliette Roussin

2.Pluraliser les sources de légitimité ? Trois défis — Pierre-Étienne Vandamme

3.Qu’est-ce qu’une délibération impartiale ? Le cas de l’obstruction parlementaire — Mathias El Berhoumi, John Pitseys

4.Comment les gouvernants justifient leur légitimité — Vincent Jacquet, Nathalie Schiffino

5.Les partis populistes en quête de légitimité : Analyse des discours du Parti du Travail de Belgique et du Parti Populaire — Benjamin Biard, Jehan Bottin, François Debras

6.Du 15M à Podemos : des légitimités en tension autour de la représentation — Héloïse Nez

7.100 000 ans de déchets nucléaires : le défi de la légitimité démocratique à long terme — Céline Parotte

8.La légitimité et les préférences des citoyens dans un monde multiniveau — Claire Dupuy, Virginie Van Ingelgom

9.Comment étudier la légitimité des groupes d’intérêt ? — Samuel Defacqz

10.Convergences et incompatibilités dans les préférences des citoyens quant à l’organisation de la démocratie en France — Camille Bedock, Jean-Benoît Pilet

11.Les enjeux politiques des légitimités ordinaires — Helene Hatzfeld

12.Tirés au sort, mais non retenus : Une analyse de la légitimé du panel citoyen « Make your Brussels Mobility » par le prisme de ses (non)participants — Sophie Devillers, Julien Vrydagh, Didier Caluwaerts, Min Reuchamps

Conclusion: Démocratie et légitimité — Jérôme Jamin, Nathalie Schiffino

Appel à proposition, “Comment peut-on être libéral ?”, Revue Implications Philosophiques.

« Comment peut-on être libéral? »

Libéralisme et justice sociale

Responsables du dossier

Stanislas Richard (Université de Tel Aviv)

Marc Goetzmann (Rédacteur en chef, Implications Philosophiques)

Date limite d’envoi des propositions: 01 Juillet 2021

Date limite d’envoi des articles: 15 Octobre 2021

Force est de constater que le libéralisme n’a pas bonne presse dans le monde francophone, que ce soit dans le débat universitaire ou public. 

Dans le débat universitaire, le libéralisme est essentiellement associé soit à la défense libertarienne du marché libre et de l’État minimal, soit au libéralisme égalitaire tel qu’il a été développé dans la philosophie américaine, courant dominé par la figure de John Rawls. Le premier courant n’est quasiment pas représenté dans le recherche philosophique française, et le second reste somme toute assez minoritaire au regard de son omniprésence dans la philosophie anglo-américaine.

Dans le débat public, ‘libéral’ ne signifie guère plus que la conception libertarienne, et est à la limite de l’insulte, rimant souvent avec la justification de la poursuite immodérée du profit, la défense des intérêts du grand capital et le mépris pour la justice sociale, un domaine qui, en France, est considéré comme étant le propre de l’État et non des acteurs privés. A ce titre et dans le monde francophone, ‘libéral’ est aussi devenu, à tort, un synonyme du néologisme ‘néolibéral’, un concept essentiellement critique, parfois vague dans ses usages quotidiens, qui désigne diverses politiques économiques privilégiant l’offre et critiques du keynésianisme et de l’État providence. Les néolibéraux sont tout particulièrement suspectés de n’être que les défenseurs des intérêts des élites économiques, en plus de bafouer les souverainetés démocratiques. 

Ce numéro spécial de la revue Implications Philosophiques s’attachera à aller à contre-courant de ces idées reçues. Nous chercherons, à notre échelle, à faire le procès philosophique du libéralisme, compris ici principalement dans sa version libertarienne,  et invitons à la barre ses avocats comme ses procureurs. Les contributions chercheront à savoir si la pensée libérale, comprise ici comme une pensée politique et économique prônant les vertus du marché organisant une concurrence libre et non faussée, et reposant sur un droit sacralisant la propriété privée et la liberté individuelle par l’institution de l’État minimal, peut proposer des réponses pertinentes et innovantes aux problématiques qui sont classiquement vue comme appartenant au socialisme ou à l’égalitarisme. 

En d’autres termes, nous voulons savoir si et comment on peut être libéral edéfendre une conception sincère et sans concession de la justice sociale. Peut-on même être libéral parce que l’on défend une telle conception? Le libéralisme a-t-il alors quelque chose à dire sur des sujets traditionnellement considérés comme les domaines réservés de ses « opposants » – comme l’exploitation, la domination, l’exclusion, ou la pauvreté? 

Les articles adressant les questions suivantes seraient les bienvenus, mais les coordonnateurs restent ouverts à tout autre sujet de contribution: 

  • Existe-t-il une conception libertarienne de la justice sociale? 
  • L’égalité a-t- elle une place dans la pensée du marché libre? Inversement, le marché libre accepte-t-il une justification égalitariste? 
  • Existe-t-il une pensée libérale de l’exploitation? 
  • Le libéralisme / libertarisme doit-il n’être que la caution philosophique du capitalisme? Ou bien un libéral / libertarien peut-il être anticapitaliste? 
  • Dans le conflit entre libéralisme économique et démocratie, est-ce la démocratie qui a nécessairement raison? 
  • Le féminisme doit-il être libéral?  

Si l’angle choisi privilégie des approches de philosophie contemporaine, nous demeurons ouverts aux articles d’histoire de la philosophie abordant la pertinence du libéralisme dit “classique” pour notre époque.

Informations pratiques

Responsables du dossier : 

Stanislas Richard (Université de Tel Aviv)

Marc Goetzmann (Rédacteur en chef, Implications Philosophiques)

Calendrier:

Date limite d’envoi des propositions: 01 Juillet 2021

Date limite d’envoi des articles: 15 Octobre 2021

L’appel à contributions fonctionne selon une double logique de sélection sur propositions et d’évaluation d’articles complets. 

Ainsi, nous accepterons des propositions de contributions jusqu’au 1er Juillet 2021

Les résultats de la sélection seront communiqués aux auteurs et autrices d’ici le 15 juillet 2021

Les propositions sélectionnées devront être envoyées avant le 15 octobre 2021. Un atelier sera éventuellement organisé, où les auteurs pourront les présenter avant cette date. 

Il sera néanmoins possible de nous transmettre des articles complets qui n’auraient pas été pré-sélectionnés sous forme de proposition à la même date du 15 octobre 2021. Les personnes ayant vu leur proposition refusée en juillet ne pourront pas présenter le même projet, mais pourront nous communiquer un article complet sur un sujet différent. 

La publication est prévue courant 2022, vraisemblablement au début du printemps.

Envoi des propositions et des articles

Nous invitons les auteurs à soumettre des propositions qui devront être de 750 mots maximum (format .doc) et seront accompagnées du nom de l’auteur, de son statut, de son affiliation institutionnelle, ainsi que d’une adresse mail.

Envoi simultané des propositions et des articles aux adresses: m.goetzmannATimplications-philosophiques.org

Richard_StanislasATphd.ceu.edu 

Tout article envoyé doit être conforme aux normes de format et de présentation de la revue: voir http://www.implications-philosophiques.org/soumettre-un-article/ . 

Pour plus d’information, veuillez contacter: 

Marc Goetzmann: marc.eric.goetzmannATgmail.com 

ou Stanislas Richard: Richard_StanislasATphd.ceu.edu