Journée d’études, “Gouverner par la loi. Les comités de l’Assemblée nationale : du Législatif à l’Exécutif (1789-1795)”, 13 juin 2019, Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

Présentation :

De la Constituante à la Convention, l’Assemblée nationale s’est dotée de comités formés de députés. Initialement créés pour préparer le travail parlementaire, un grand nombre de ces comités constituent pourtant aussi, de fait, des « doublons » des ministères éponymes. L’hégémonie du pouvoir législatif et la méfiance à l’encontre de l’Exécutif entraînent une forte asymétrie dans la balance des pouvoirs et des empiètements systématiques du Législatif sur le terrain de l’Exécutif.

Si l’on refuse de réduire à un simple oxymore l’expression de « comité de gouvernement », comment définir cette forme d’action politique parallèle de l’action ministérielle et a priori anticonstitutionnelle ? Les fonctions exécutives reconnues, officiellement ou tacitement, aux comités dès la Constituante participent-elles d’une mutation ou d’une dérive de la pratique institutionnelle ? Cette journée d’étude propose de revisiter l’axiome de la « séparation des pouvoirs » à partir de l’analyse des fonctions exécutives exercées par les comités des Assemblées révolutionnaires.

Programme :

9 h 30 – 10 h 00 : Introduction par Virginie Martin, université Paris 1 – IHMC, Céline Parcé et CécileRobin, Archives nationales

Session 1

Présidée par Pierre Serna, université Paris 1 – IHMC/IHRF

10 h 00 – 10 h 30 : Rafe Blaufarb (Florida State University)
“The Military Lays Open the Civil, and the Civil Betrays the Military Anarchy.¨
“La tranquillité publique” and Separation of Powers, 1789-1790

10 h 30 – 11 h 00 : Olivier Aranda (université Paris 1 – IHMC/IHRF)
Les comités de Marine de la Législative et de la Convention au cœur des rapports entre pouvoir exécutif et législatif.

11 h 00 – 11 h 15 : Discussion

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

11 h 30 – 12 h 00 : Jean d’Andlau (université Lille 3 – IRHis)
Le comité de législation : d’un organe législatif à un « comité de gouvernement ».

12 h 00 – 12 h 30 : Malik Mellah (université Paris 1 – IHMC/IHRF)
Le travail des Comité(s) et Commission(s) d’agriculture : une approche par la politique de l’animal domestique.

12 h 30 – 13 h 00 : Discussion

13 h 00 – 14 h 00 : Pause

Session 2

Présidée par Dominique Margairaz, université Paris 1 – IDHE.S

14 h – 14 h 30 : Anne Conchon, université Paris 1 – IDHE.S
Les comités révolutionnaires et la politique des transports : logiques fonctionnelles et gestion administrative

14 h 30 – 15 h : Benoît Carré (université Lille 3 – IRHis)
Le comité des pensions de l’Assemblée nationale constituante : contrôler les dépenses, distribuer les récompenses, quand la souveraineté financière échappe à l’Exécutif.

15 h – 15 h 15 : Discussion

15 h 15 – 15 h 30 : Pause

15 h 30 – 16 h : Louis Pons (université Paris 1 – IDHE.S)
Comment remédier à la « disette de numéraire » sans « avilir » la monnaie ? Le comité des monnaies et le comité des assignats et monnaies face à la pénurie des petites espèces (1790 – 1792).

16 h – 16 h 30 : Francis Fitzsleiber (université Paris 1 – IDHE.S)
« Ni l’un ni l’autre de ces conseils ne peut créer en son sein aucun comité permanent » : le Corps législatif et la gestion des finances sous le Directoire.

16 h 30 – 17 h : Discussion

Nicolas Rieucau, “L’inventaire analytique et matériel de la correspondance de Condorcet”, 27 mai 2019, Maison des sciences économiques, Paris

Les Après-midi de Philosophie et Economie

Séminaire de PHARE (Philosophie, Histoire et Analyse des Représentations Economiques, Université Paris 1)

https://phare.univ-paris1.fr/seminaires/les-apres-midi-de-philosophie-et-economie/

Lundi 27 mai, 17h30-19h30

Maison des Sciences Economiques (salle S3)

Nicolas Rieucau

(LED, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)

présentera une communication intitulée :

L’inventaire analytique et 
matériel de la correspondance de Condorcet

Adresse : Maison des Sciences Economiques, 106-112 bd de l’Hôpital, 75013 Paris.

 

Call for FiloLab International Summer School 2019. Discursive injustice and social criticism : Epistemology and training for deliberation. 8-12, July 2019, Granada (Spain)

Call for FiloLab International Summer School 2019

Discursive Injustice and Social Criticism: Epistemology and Training for Deliberation

From Monday 8 to Friday 12, July 2019, in Granada (Spain)

From July 8th to 12th, 2019, in its second edition, the FiloLab-International Summer School (FL-ISS) will offer doctoral students and young doctors from different countries the opportunity to present their work in progress or recently finished research, get qualified comment, and be assessed on their postdoctoral projection.

This is a sample of possible issues to be considered: Knowledge and opinion, Truth and justification, Disagreements, Argumentation, Epistemic and Discursive Injustice; Language, gender, and philosophy; Cognitive biases; Deliberation and political participation; Philosophy, education and democracy.

Guest professors: Saray Ayala (California State University), Asger Sørensen (University of Aarhus). Professors from FiloLab-UGR Excellence Unit will also participate.

Deadline: Extended to May 31st, 2019

Scolarships: There will be 3 scholarships for the registration exemption. To apply for them you must send, before May 17th, a text with the complete intervention that will be presented at the school. The text should have an extension of between 4,000 and 6,000 words. The organizing committee will select the three best texts, according to the thematic lines considered in this edition.

More information : website ;  e-mail: filolabATugr.es

Appel à communications, International Network for Theory of History, “Media, Mediations and Mediatiors : (Re) Mediating History in the 21st Century”, Puebla, Mexico, 6-8 mai 2020

INTH has just send out the call for papers for the 4th biannual
network conference that will take place in Puebla, Mexico on 6, 7 and 8 May, 2020 at Institute for Social Sciences and Humanities ‘Alfonso Vélez Pliego’, Autonomous University of Puebla (BUAP).

The central theme of the conference is ‘‘Media, Mediations and
Mediators: (Re) Mediating History in the 21st Century’. Yet, as in the past the conference is primarily meant to bring together colleagues from all of the world who are interesting theory and philosophy of history and we therefore welcome paper and panel proposals on a very wide scope of themes that relate to our field.

More info on the conference can be found via the conference page on the INTH website:

https://www.inth.ugent.be/content/media-mediations-and-mediators-re-mediating-history-21st-century

The deadline for submissions is *15 July 2019*. Abstracts for individual papers or panel proposals should be send to the conference inbox: Inthpuebla2020ATgmail.com

Séminaire de philosophie politique normative, Mathilde Unger, “La concurrence des normes saisie par les théories de la justice”, 14 mai 2019

La prochaine séance du Séminaire de philosophie politique normative se tiendra mardi 14 mai 2019 de 17h à 19h en salle 2 à l’EHESS (105 boulevard Raspail, Paris 6ème). 
 
Mathilde Unger (Université de Strasbourg) :

La concurrence des normes saisie par les théories de la justice

 

Organisation : Luc Foisneau (CNRS/EHESS), Charles Girard (Lyon 3 Jean Moulin), Bernard Manin (NYU/EHESS) et Philippe Urfalino (CNRS/EHESS)

Colloque “Introduire le droit”, 23-24 mai 2019, CTAD et SFPJ, Nanterre et ENS Paris

Présentation
 
Introduire le droit à l’Université soulève des défis singuliers.
Traditionnellement, la matière « Introduction générale au droit »– les intitulés varient – a vocation à initier les étudiants de première année à l’étude du droit. Les manuels d’Introduction générale au droit, qui en sont le support pédagogique semblent depuis quelques temps susciter un intérêt renouvelé de la doctrine. A partir du moment où l’introduction au droit n’est plus seulement envisagée comme une introduction au droit civil, ce sont des introductions au droit qui émergent. Chaque proposition d’introduction offre ainsi des perspectives théoriques et des choix pédagogiques qui lui sont propres. Il pourra s’agir de présenter certaines questions de théorie du droit (définition du droit, interprétation, variété des discours du droit etc.), ou d’initier aux méthodes spécifiques selon les branches du droit, ou aux grandes catégories juridiques, ou encore de maintenir la présentation classique de l’introduction au droit civil (avec la dichotomie droit objectif/ droits subjectifs). Ce colloque a pour ambition de présenter les grands enjeux théoriques et pratiques de l’introduction du droit. Sur un terrain concret, les expériences d’enseignement suscitent des discussions sur les grands choix de pédagogie au regard du public concerné. Les manières d’introduire le droit sont aussi l’expression des cultures juridiques. Celles-ci font apparaître certains traits institutionnels et historiques selon les clivages qui ont pu se nouer à différentes périodes de l’histoire (publicistes/ privatistes ; techniciens/ théoriciens etc.). Sur un terrain plus abstrait, diverses conceptions ou présentations du droit se dégagent des manuels d’introduction au droit et des expériences d’enseignement. Cette forte hétérogénéité théorique, au-delà des quelques thèmes souvent incontournables (sources du droit, hiérarchie des normes, interprétation), révèlent des choix importants des auteurs de manuels sur ce qu’est le droit et sur ce que doit être l’étude du droit. En somme, introduire le droit soulèvent des questions importantes d’ordres institutionnel (revendication d’une discipline), théorique (quelles conceptions du droit ?), pratique (quels enseignements du droit?) et critique (quelle distance idéologique ?). En associant la théorie du droit, la pratique ainsi que les diverses disciplines juridiques publiciste et privatiste, ce colloque invite à réfléchir à nos manières de transmettre le droit à l’université tout spécialement lorsqu’il s’agit de l’introduire.

Le jeudi 23 mai 2019, Nanterre, salle des conférences du Bat Pierre Grappin (Bat B)
Le vendredi 24 mai 2019, salle 235C, ENS Paris
 
 
Jeudi 23 mai 2019

8H30 : Accueil des participants

9h – 13h Matinée

Ouverture – Éric Millard, Université Paris Nanterre
Présentation – Manon Altwegg-Boussac, Université Paris-Est Créteil

9h15 – 11h10 Enseigner une introduction au droit

Présidence : Jacqueline domenach, Université Paris Nanterre – Quelle «introduction» au droit pour des « commençants » ?

Défi théorique et pratique

Fr. Joseph Thomas Pini, Institut catholique de Toulouse
– Une introduction par matière ? L’exemple du droit international

Anne-Charlotte Martineau, CNRS
– Introduire aux institutions politiques à l’ère de BFMTV

Charlotte Girard, Université Paris Nanterre- Considérations rétrospectives

Antoine Jeammaud, Université Lumière Lyon 2Discussion / Pause 11h10-11h30

11h30 – 13h Table-ronde : Questions de pédagogie autour de la matière « Introduction au droit »

Présidence : Lionel Zevounou, Université Paris Nanterre

Samuel Benisty, Université Paris-Est Créteil ; Aurore Chaigneau, Université Paris Nan- terre ; Michael Koskas, Université Paris Nanterre ; Laurence Sinopoli, Université Paris Nanterre ; Franck Waserman, Université du Littoral Côte d’Opale

Discussion / Déjeuner : 13h-14h30

14h30-18h30 Après-midi
14h30-18h30 Les cultures juridiques de l’introduction au droit

Présidence : Isabelle Boucobza, Université Paris Nanterre
– Entre encyclopédie et philosophie du droit : introduire au droit au XIXe siècle

Guillaume Richard, Université Paris Descartes
– Regard sur la culture juridique française de l’introduction au droit

Robert Carvais, CNRS

– Introduire le droit en common law britannique

Céline Roynier, Université Cergy-Pontoise et Gregory Bligh,Université Paris-Est Créteil

-Entre technique et science de la société : introduire au droit en Allemagne

Antoine Basset, Université de Rouen

Discussion / Pause : 16h40-17h

– L’Espagne et la lutte pour introduire le droit

Josefa Ruiz Resa, Université de Grenade

– Un regard d’Italie: Encyclopédie juridique, Introduction à la Science Juridique, Théorie géné- rale du droit
Pierluigi Chiassoni, Université de Gênes

Discussion

Vendredi 24 mai

9H30 : Accueil des participants

10h – 13h Matinée
10h – 13h Table-ronde : Ecrire l’introduction au droit

Présidence : Véronique Champeil-Desplats, Université Paris Nanterre

François Brunet, Université de Tours ; Pascale Deumier, Université Jean Moulin Lyon 3 ;Rafael Encinas de Muñagorri, Université de Nantes ; Jean-Louis Halpérin, ENS ;Arlette Heymann-Doat, Université Paris Sud

Discussion / Déjeuner 13h-14h30

14h30 – 18h Après-Midi
14h30 – 18h Discussion critique

Présidence : Arnaud Le Pillouer, Université Paris Nanterre
– Cartographier l’autre monde [du droit] à partir des ouvrages d’introduction au droit

Albane Geslin, Sciences-po Aix
– Une introduction ou des introductions au droit ? Un singulier pluriel

Remy Libchaber, Université Panthéon-Sorbonne(En) finir avec l’introduction au droit ?

Florence Bellivier, Université Paris Nanterre

Discussion / Pause 16h15 – 16h35

– S’introduire dans le droit, pour y faire quoi ?

Jacques Caillosse, Université Paris Panthéon-Assas- Une introduction critique : mais de quelle critique ?

Michel Miaille, Université de Montpellier- … sans oublier les usages sociaux du droit.

Danièle Lochak, Université Paris NanterreDiscussion

Séverine Daniel, “Casanova et l’économie des passions”, Séminaire Fictions et économies, Sorbonne, 21 mai 2019

Pour la prochaine séance du séminaire “Fictions et économies” qui se déroulera mardi 21 mai 2019 de 18H30 à 20H15 en Sorbonne, Elise Sultan, Claire Pignol et Marion Chottin accueilleront Séverine DENIEUL (Docteure, Paris 10, PRAG, IUT de Poitiers) pour une intervention sur le sujet suivant :
 
Casanova et l’économie des passions
 
Répondant : Jean-Christophe IGALENS (MCF, Paris 4).
 
Lieu : Salle Cavaillès, 17 rue de la Sorbonne (escalier C, 1er étage)

Journée d’études “Beccaria. Le sens de l’abolition”, 10 mai 2019, Institut culturel italien, Paris

Beccaria. Le sens de l’abolition

Vendredi 10 mai 2019

Institut culturel italien (50 rue de Varenne – 75007 Paris)

14h30-18h

Présentation :

Dans Des délits et des peines, en 1764, Beccaria consacre un long chapitre à la peine de mort, qu’il condamne comme une peine injuste, inutile et nuisible. Mais quel est le sens de ce geste pionnier et précurseur ? Pour le comprendre, on part généralement des premiers chapitres de l’ouvrage, pour suivre le mouvement de déduction qui conduit Beccaria aux pages célèbres du chapitre 28. On peut cependant partir au contraire de ce chapitre, puis suivre le mouvement des analyses présentées dans les pages suivantes. Tel sera le projet de cette demi-journée. À partir d’une relecture du chapitre 28, cinq spécialistes de Beccaria nous inviteront à découvrir des chapitres moins connus des Délits et des peines. Car abolir la peine de mort ne suffit pas : à côté de la réduction de la violence des peines infligées en réponse aux infractions, il faut aussi redéfinir les infractions, en réduire le nombre, les prévenir plutôt que les punir. Abolir la sévérité pénale sur le plan des peines (comment punir), sur le plan des qualifications (que punir), sur le plan du rôle attribué au droit pénal (comment prévenir).

 

Programme

 Gianni Francioni (Università di Pavia), « Iuse potestas » (sul § XXVIII, « Della pena di morte »)

 Philippe Audegean (Université Côte d’Azur), « Aux sources de l’arithmétique criminelle : pitié et amour de soi » (sur le § XXX, « Procès et prescription »)

Dario Ippolito (Università Roma Tre), « Morale sexuelle et droit pénal » (sur le § XXXI, « Délits difficiles à prouver »)

Luigi Delia (Université de Genève/Collège international de philosophie), « Un délit qui ne semble pas pouvoir admettre de peine » (sur le § XXXII, « Suicide »)

 Giulia Maria Labriola (Università Suor Orsola Benincasa di Napoli), « Prévenir et punir » (sur le § XLI, « Comment on prévient les délits »)

Colloque “Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empire”, Nanterre, 14-15 mai 2019

Le colloque international transdisciplinaire “Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empirie” aura lieu les 14 et 15 mai 2019 à l’Université Paris Nanterre, bâtiment Max Weber, Salle des conférences. 
 

14 mai 2019

09h00–09h30. Accueil des participants

09h30-09h45 Introduction par les organisateurs

09h45–11h. Table ronde 1. L’analyse des rapports sociaux de domination, d’exploitation, et de dépossession – entre théorie et empirie

Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Le concept de domination entre philosophie et sciences sociales : un débat interminable »

Béatrice Hibou (CNRS) : « De la théorisation conceptuelle à la mise au travail du concept : l’exemple d’une lecture wébérienne de la domination »

Présidence : Camilla Brenni (Université de Strasbourg, CREPHAC)

Pause café

11h15-12h30. Atelier 1, partie 1. Race et racisme : les concepts et les objets

Abdellali Hajjat (Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique) : « L’implicite et l’explicite de la question raciale »

Nicolas Martin-Breteau (Université de Lille, CECILLE) : « Comment comprendre la race pour combattre le racisme ? »

Présidence : Zacharias Zoubir (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

12h30–13h30. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 1, partie 2. Enjeux et statut de la théorie dans les enquêtes sur le racisme

Kolja Lindner (Université Paris 8, Les mondes allemands) : « La laïcité française entre libéralisme ambigu, identité nationale et racisme anti-musulman »

Nasima Moujoud (Université Grenoble Alpes, LARHRA) : « L’anti-relativisme culturel ou le déni du racisme et du terrain postcolonial et transnational  »

Présidence : Adrien Soumarey (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15h –17h15. Atelier 2. Conceptualiser l’exploitation de la nature et la dépossession écologique

Franck Fischbach (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « Vers un programme d’écologie sociale en philosophie sociale : le concept de rapport social à la nature »

Timothée Haug (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « L’élaboration du concept marxien de force naturelle à la croisée de l’exploitation du travail et de la domination de la nature »

Armel Campagne (Institut européen universitaire) : « Tensions entre théorie et empirie dans l’analyse éco-marxiste des rapports capitalistes. Le cas d’Andreas Malm, de Jason Moore et de Daniel Cunha »

Présidence : Paul Guillibert (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15 mai 2019

9h00–10h45. Table ronde 2. Théorie, enquête et critique

Christophe Dejours (CNAM, PCPP) : « Du terrain d’enquête à la théorie, entre demande et recherche scientifique »

Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Critique sociale, connaissance empirique et théorisation philosophique »

Christiane Vollaire (CNAM, EHESS-Inalco) : « Une politique de l’entretien : repositionner la question subalterne »

Présidence : Simon Ridley (Sophiapol)

Pause café

11h00–12h15. Atelier 3, partie 1. Quelle place pour quelle théorie critique dans les enquêtes sur les rapports sociaux de genre ?

Danièle Kergoat (CNRS-Cresppa-GTM) : « Sociologie, études de genre et ‘‘rapport social’’ : une relation paradoxale »

Christelle Avril (EHESS, Centre Maurice Halbwachs) : « Pour un usage critique et empirique des grilles d’analyse sur le genre : le cas des femmes de milieux populaires »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

12h15–13h45. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 3, partie 2. Enjeux épistémologiques et politiques de la critique féministe

Dominique Fougeyrollas-Schwebel (Université Paris-Dauphine, CNRS) : « Critique féministe des sciences. Des marges à l’institutionnalisation »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

Pause

15h15-17h30 Atelier 4. Théoriser et enquêter sur la domination et l’exploitation dans le monde du travail

Jean-Philippe Deranty (Macquarie University, CAVE) : « Comment une théorie critique du travail doit-elle se référer aux expériences du travail ? »

Alexis Cukier (Université de Poitiers, Sophiapol) : « La philosophie sociale, la psychologie et la sociologie contemporaines face à l’aliénation du travail »

Pause café

Danièle Linhart (CNRS, Cresppa-GTM) : « Accélération temporelle et temps de l’analyse »

Maud Simonet (CNRS, IDHES) : « L’exploitation des bénévoles ? Des questions de l’enquête à l’interpellation des catégories »

Présidence : Enrico Donaggio (Università degli Studi di Torino, IMÉRA)

17h30. Mot de conclusion par les organisateurs

Jesus R. Velasco, Quatre leçons, Séminaire “Formes de droit. Histoire et historicités de l’invention juridique”, 13, 14, 28 et 29 mai 2019, EHESS

Dans le cadre du séminaire à l’EHESS, organisé par Pierre Thévenin et Emanuele Conte, Formes de droit. Histoire et historicités de l’invention juridique
 
Jesus R. Velasco, professeur à l’Université Columbia de New York, interviendra pour quatre leçons, les 13, 14, 28 et 29 mai, dont voici l’argumentaire et le programme.
 
“En contrepoint du séminaire Formes de droit, qui a porté sur la productivité des grands concepts avec lesquels le latin a colonisé la pensée et les pratiques de la science juridique moderne et contemporaine, mon attention se portera sur le vernaculaire. Par ce terme de « vernaculaire », je n’entends pas seulement désigner le monde de la langue vulgaire. Le vernaculaire — un concept qui ne figure pas dans les pages du Dictionnaire philosophique des intraduisibles de Barbara Cassin — nous renvoie, au delà de la langue, au domaine du domestique. Là, tout a été provincialisé et tout continue, jusqu’aujourd’hui, d’être provincialisé — au sens de la notion de provincialization proposée par Dipesh Chakrabarty. Cependant dans l’économie des études du champ “droit et culture” du Moyen Âge, il existe toute une constellation de traditions juridiques qui, bien que créées puis répandues à renfort de visions universelles, ont été fréquemment lues et interprétées comme marginales, subalternes, locales et sans grande influence sur les grands courants de ce que l’on nomme souvent le “droit savant.”

Précisément le droit savant se dit en latin, tandis que les autres droits, provincialisés, s’expriment soit dans des langues que l’Europe se refuse à considérer comme des langues légitimes, soit dans des langues vernaculaires, secondes par rapport au latin. Ainsi, le véritable ressort de la provincialization des traditions de pensée juridique est ce que l’on appelle le ius commune. Depuis longtemps théorisé comme le “droit commun” de l’Europe, ce ius commune est un grand agent d’exclusion — tout ce qui ne fait pas partie de ce droit commun à l’ensemble de l’Europe n’est jamais tenu que pour un accident, au sens philosophique comme peut-être au sens ordinaire du mot. Au contraire, « provincialiser » momentanément le droit savant nous permettra d’entrevoir la productivité des activités vernaculaires au sein d’une pensée juridique variée, multiforme, et multilingue.

Pour ce faire, ces quatre séances me seront l’occasion de proposer quatre idées :

Séance 1.
Perplexité, interpretation et production. Introduction à l’oeuvre d’Alphonse X le Sage, Siete Partidas.
Lundi 13 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle AS1_23

La première idée est celle de perplexité, entendue comme une façon de considérer la production du droit. Je pars d’une notion que Maïmonide articule dans le Guide des égarés (perplexité, ou ha’ira en arabe, la langue dans laquelle Maïmonide a écrit son traité) et qu’il définit comme ce qu’on ressent devant la loi lorsqu’on se rend compte qu’on ne peut pas ne pas philosopher, ce qui est perçu comme un problème de conscience. Nous allons examiner la généalogie de cette notion, pour explorer comment elle devient elle aussi productrice, et non seulement herméneutique, dans la tradition ibérique des Siete Partidas — dont nous considérerons l’histoire textuelle et éditoriale.

Lectures :
Averroes, Discours décisif, édition Geoffroy et Libera, Paris, Garnier-Flammarion, 1996.
Maimonide, Guide des égarés, introduction de Maimonide, Lagrasse, Verdier, 2012.
Shem Tov Falaquera, L’accord de la Torah et de la philosophie. Epître de la controverse, édition bilingue français-hébreu, traduction David Lemler, Hermann, Panim el Panim, 2014.
 
Séance 2.
L’amitié, un concept juridique ?
Mardi 14 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle AS1_08

La deuxième idée est la notion d’amitié, entendue comme une façon d’étendre la portée du juridique. Nous verrons comment, pour quoi, et par quels moyens il importa de conférer au concept d’amitié une forme législative, au moment précis de la création des Partidas. Nous étudierons également dans quelle mesure cette conception, cette régulation, un peu inattendue, de l’amitié, peut nous fournir aujourd’hui quelques idées pour comprendre la façon dont les conceptions de l’amitié sont réutilisées dans les réseaux sociaux.

Lectures
    Alfonse X, Cuarta Partida, titre 27.
    Marilena Chauí, « Amizade, recusa do servir », introduction à Etienne de La Boëtie, Discurso da servidão volontaria, Sao Paulo, Brasiliense, 1986.
    Martin Hägglund, This Life: Secular Faith and Spiritual Freedom, introduction, New York, Pantheon Books, 2019.
    Murad Idris, War for Peace. Genealogies of a Violent Ideal in Western and Islamic Thought, Oxford University Press, 2018, chapter 1.

Séance 3.
Science de l’âme, corps du droit. Sur les appropriations de la science de l’âme par la discipline du droit.
Mardi 28 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail, Salle AS1_24.

Troisièmement, je voudrais explorer une affinité entre la science du droit et la science de l’âme, ou plutôt les processus d’appropriation de la science de l’âme par la discipline juridique, à partir de la lecture de quelques chapitres des Siete Partidas, qui se fondent sur une loi qui définit le sujet juridique comme l’âme sensitive du royaume. Nous nous demanderons si cette definition et les lois qui l’accompagnent peuvent nous aider à comprendre quelques stratégies de construction du sujet juridique.

Lectures:
    Averroes, L’intelligence et la pensée. Grand commentaire sur le De anima (Livre III), édition et traduction d’Alain de Libera, Paris, Garnier-Flammarion,   1998.
    Ibn Bajja, Kitab al-nafs. Libro sobre el alma, traduction de Joaquín Lomba, Madrid, Trotta, 2007.
    Alfonso X, Segunda Partida, titres 9-13.

Séance 4
Extraction
Mercredi 29 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle A07_51

Enfin, je voudrais proposer la notion d’extraction comme technique de séparation entre le droit et le non-droit, c’est à dire entre formes normatives ou régulatrices (même à caractère moral ou politique) et formes qui ne se présentent pas comme telles. Nous allons explorer ces techniques d’extraction à partir d’un chapitre d’histoire du livre et de la lecture, et en lisant des textes un peu marginaux et drôles, comme ceux de Poe et Flann O’Brien (entre autres).

    Lectures:
    Edgar Allan Poe, Marginalia du 1 novembre 1844, in Marginalia, University of Virginia Press, 1984.
    Flann O’Brien / Myles na gCopaleen, « Buchhandlung » in The Best of Myles, traduction française, Paris, Les Belles Lettres, 2011.”

Rencontre autour du livre de Pierre-Yves Quiviger, Penser la pratique juridique, Genève, 13 mai 2019

Université de Genève, Département de langue et de littérature françaises

Le Groupe d’Etudes du XVIIIe siècle invite à une rencontre avec Pierre-Yves Quiviger à l’occasion de la sortie de son livre

Penser la pratique juridique : essais de philosophie du droit appliquée (PUAM, 2018)

Lundi 13 mai 2019, 20h, salle B214, Uni-Bastions

Sous la direction de Céline Jouin, La constitution matérielle de l’Europe, Pédone, 2019

“Après le « non » français et néerlandais aux référendums de 2005, l’échec du traité constitutionnel a laissé l’Union européenne sans constitution formelle. Mais le régime effectif de l’Europe excède largement son cadre formel. Il se caractérise par un ensemble de glissements institutionnels inscrits et non-inscrits dans les traités et par une division des pouvoirs, dont certains ont la propriété remarquable d’être en partie seulement visibles et institutionnellement légitimés.

Comment définir les rapports entre pouvoir de fait et pouvoir légitime au sein de l’Union Européenne ? Le concept de « constitution au sens matériel » forgé par le constitutionnaliste italien Costantino Mortati en 1940 est-il pertinent pour penser l’Europe ?

Les textes des juristes, des économistes et des philosophes réunis dans ce volume proposent une généalogie du concept de constitution matérielle, une réflexion sur ses usages ainsi qu’une enquête sur l’équilibre réel des pouvoirs en Europe et en particulier sur le rapport entre droit et économie.

Ont contribué à ce volume : Julien Barroche, Giacinto Bisogni, David Cayla, Catherine Colliot-Thélène, Marco Goldoni, Christian Joerges, Céline Jouin, Nicolas Levrat, Agustín José Menéndez, Xavier Francaire Renou, Marie Rota, Robert Salais, Mathilde Unger.”

Workshop “La réalité des normes / Die Wirklichkeit der Normativität”, 23-24 mai 2019, Paris

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

UMR 8103 ISJPS

LIA CRNR
 
23 et 24 mai 2019
Workshop « La réalité des normes / Die Wirklichkeit der Normativität » 
9, rue Malher

75004 Paris
Salle 106, 1er sous-sol

Jeudi 23 mai 2019
 
9h Sandra Laugier (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Un réalisme moral ordinaire
 
10h  Jens Rometsch (Bonn) :
Quelle norme pour la pensée ?
 
11h Ronan de Calan (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
La folie et les normes, retour sur un débat
 
14h Marie Gren (ISJPS, UMR 8103) :
Le changement de paradigme constitutionnel : le droit à l’épreuve de la réalité
 
15h Werner Gephart (Käte Hamburger Kolleg “Recht als Kultur”) :
Faut-il un « nouveau réalisme » des normes ?
 
16h Matteo Vagelli (UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Epistémologie historique et pensée des normes
 
17h Stephan Zimmermann (Bonn) :
Life Experience instead of Consciousness. On the Ontological Conceptualisation of the Social
 
Vendredi 24 mai 2019
 
9h Emmanuel Picavet (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-NoSoPhi) :
Autorité réelle et réalité de l’interprétation des normes
 
10h  Pauline Nadrigny (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO) :
Sound studies et constructivisme sensoriel
 
11h David Zapero (Bonn) :
Full-blooded Explanations
 
14h Isabelle Aubert (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-NoSoPhi) :
Les normes morales sont-elles construites ?
 
15h Pierre Fasula (UMR 8103 PhiCo-EXeCO)  :
Des raisons bien réelles
 
16h André Charrak (Paris 1, UMR 8103 PhiCo-EXeCO):
Les normes de la perception : sur les contrastes
 
17h Markus Gabriel (Bonn) :
La normativité du réel
 
Avec la participation de Wouter Goris et Alexandre Couture(Bonn)

Workshop avec Andrew Feenberg, Université Catholique de Lille, 20 juin 2019

Workshop avec Andrew Feenberg 

20 juin 2019, Université Catholique de Lille, 9h00 – 18h00

  

La chaire de recherche “Ethique, technologie et transhumanismes” de l’Université catholique de Lille (ETHICS EA-7446) organise le 20 juin 2019 une journée de workshop avec Andrew Feenberg (Simon Fraser University), philosophe américain de la technique, et ancien étudiant d’Herbert Marcuse. Après avoir enseigné aux États-Unis ainsi que dans de nombreuses universités dans le monde, il est aujourd’hui titulaire de la Canadian Research Chair in Philosophy of Technology à la Simon Fraser Universityde Vancouver. Il est également directeur de programme au Collège International de Philosophie à Paris.

Le workshop sera principalement axé sur le dernier livre de Feenberg, Technosystem : The Social Life of Reason (Harvard University Press 2017), mais il offrira aussi l’occasion d’instruire une réflexion plus large sur le constructivisme critique de Feenberg à l’égard de la technologie.

L’atelier s’adresse en particulier aux doctorants, chercheurs et professeurs intéressés par la philosophie et la critique sociale de la technique développées par Feenberg, mais aussi par la philosophie de la technique en général.

L’atelier sera structuré comme suit : chacun des intervenants sélectionné bénéficiera de 10-15 minutes de temps de parole pour commenter, problématiser et formuler une question au sujet d’une des thèses ou des thèmes traités par Feenberg dans Technosystem ou plus largement dans l’un de ses derniers travaux. Pour chaque question posée, Andrew Feenberg disposera de 5-10 minutes de temps de réponse, auquel succédera systématiquement 10 minutes de discussion collective.

Le nombre de places étant limité, soumettre quelques lignes décrivant brièvement l’intérêt de participer au workshop et le projet de question envisagée, avant le 15 mai 2019 à l’adresse suivante : alberto.romeleATuniv-catholille.fr. Un avis d’acceptation et une première ébauche du programme seront envoyés d’ici le 30 mai 2019.

Le workshop aura lieu dans les nouveaux locaux de la Maison des chercheurs de l’Université catholique de Lille, 14 boulevard Vauban. Les discussions se dérouleront de préférence en anglais (la participation sera internationale), mais le professeur Feenberg donnera une conférence publique en français entre 12 h 30 et 14 h. Le déjeuner et les pauses café seront offerts à tous les participants.

 

Colloque “Controverses sur les Lumières (1945-2019)”, Rouen, 23-25 avril 2019

Date : 23-25 avril 2019
Horaire : 09h00-19h00
Lieu : Maison de l’Université | Salle de conférences | Mont-Saint-Aignan

*PROGRAMME*

*Mardi 23 avril 2019*

*09h15 *— /Ouverture/

 * *Anne-Lise WORMS*, vice-présidente de l’université de Rouen Normandie
 * *Claire GHEERAERT-GRAFFEUILLE*, co-directrice de l’ERIAC
 * *Stéphanie ROZA *et*Franck SALAÜN*, IRCL

*09h30* — introduction *Stéphanie ROZA*

*09h40-10h20* — Keynote speaker : *Catherine LARRÈRE* (Université
Panthéon-Sorbonne)

*10h20-10h30* — /Questions/

*10h30-11h00* — *Et tout d’abord, quelques chiffres *

*Gregory BROWN* (University of Nevada / Voltaire Foundation),
Topic-modeling tendencies in Enlightenment scholarship, 1955-2015.

*11h00-11h10* — /Questions/

*11h10-11h30* — /Pause café/

*11h30-12h30* — *I. **Églises et Lumières*

*Alfred STEINHAUER* (Panteion University), L’église orthodoxe grecque
confronte les Lumières : commentaires sur un Colloque, tenu à Athènes en
2015.

*Grazia GRASSO* (Université de Genève), L’héritage des Lumières dans la
controverse sur le célibat et le mariage ecclésiastique. L’actualité
d’un débat.

*12h30-12h50* — Discussion animée par*Jean-Pierre CLÉRO* (Université
Rouen Normandie)

*12h50-14h30* — /Déjeuner/ (Maison de l’université)

*14h30-16h00* — *II. **Conservatismes *

*François THOMAS* (Université de Lille 3), Controverses autour d’une
figure majeure de la pensée allemande : Herder, origine des
« anti-Lumières » ou version « plus chaleureuse des Lumières » ?

*Bruno QUÉLENNEC* (EHESS), Quelle historicisation de la modernité ?
Reinhart Koselleck et les anti-Lumières.

*Eve GIANONCELLI* (Université Paris 8), Les éteindre et les rallumer :
l’héritage paradoxal des Lumières dans la pensée conservatrice
contemporaine en France.

*16h00-16h30* — Discussion, animée par *Emmanuel FAYE* (Université Rouen
Normandie) et *Nicolas RIALLAND* (Université Rouen Normandie)

*16h30-16h45* — /Pause/

*16h45-17h45* — *III. La **/French theory/**, héritière rebelle des
Lumières ?*

*Corinne KASZNER* (Universität zu Köln), Jacques Derrida – Heir to
Enlightenment?

*Olivier CHASSAING* (Université Paris-Nanterre), Punir sans passion.
Foucault et l’héritage des Lumières pénales.

*17h45-18h05* — Discussion, animée par *Arnault SKORNICKI* (Université
Paris-Nanterre)

*Mercredi 24 avril 2019*

*09h30-10h30* — *IV. Retour sur l’École de Francfort*

*Jean-Marc DURAND-GASSELIN* (Université Paris-Nanterre), L’École de
Francfort et la question de l’ambivalence des Lumières.

*Anne JEAN* (Université Bordeaux-Montaigne) Quelles sont les
potentialités critiques de l’Aufklärung chez Horkheimer et Adorno ? Le
cas de Hobbes dans La dialectique de la raison.

*10h30-10h50* — Discussion, animée par *Emmanuel FAYE* (Université Rouen
Normandie) et *Julia CHRIST* (EHESS)

*10h50-11h10* — /Pause/

*11h10-12h40* —*V. La faute à Rousseau, la faute à Voltaire*

*Pascale PELLERIN* (CNRS), Philippe Val et les Lumières : le
bannissement de Rousseau, outil d’une supercherie intellectuelle ?

*Sarra ABROUGUI* (Université de Strasbourg), La réception des Lumières
entre confusions et controverses. L’exemple de Voltaire.

*Tristan COIGNARD* (Université Bordeaux-Montaigne), Le débat sur
l’héritage des Lumières dans l’éducation à la citoyenneté à l’ère de la
mondialisation.

*12h40-13h10* — Discussion animée par *Luigi DELIA* (Université de Genève).

*13h10-15h00* — /Déjeuner/ (Maison de l’université)

*15h00-17h00* — *VI. **La question postcoloniale *

*Anne-Claire COLLIER* (CNAM), Les Lumières, un élément argumentatif dans
la controverse postcoloniale française ?

*Lissell QUIROZ-PEREZ* (Université de Rouen Normandie), /Hybris/,
colonialité et modernité : les Lumières au prisme de la théorie décoloniale.

*Céline SPECTOR* (Université Paris-Sorbonne), Que reste-il des
Lumières ? Les droits de l’homme à l’épreuve des études post-coloniales.

*Benjamin BOURCIER* (Université Catholique de Lille), Repenser le
Cosmopolitisme des Lumières : quels problèmes de philosophie et
d’histoire de la philosophie politique ?

*17h00-17h40* — Discussion, animée par *Antoine LILTI* (EHESS) et
*Franck SALAÜN* (IRCL/Montpellier)

*17h40-18h00* — /Pause/

*18h00-19h00* — Keynote speaker : *Johnson Kent WRIGHT* (Arizona Univ /
IEA Nantes)**

*Jeudi 25 avril 2019*

*9h30-10h30* — *VII. L’invention communiste d’une tradition des Lumières *

*Xingchi LIU* (Université Paul-Valéry), L’accueil de la pensée de
Rousseau par les intellectuels chinois (1949-2018).

*Agata WDOWIK* (Uniwersytet Warszawski), The Undone Lesson of
Enlightenment. Is the Communist Construct of History Still Alive?

*10h30-10h50* — Discussion, animée par *Jean-Numa DUCANGE* (Université
de Rouen Normandie)

*10h50- 11h10* — /Pause/

*11h10-12h10* — *VIII. **Promesses de la science *

*Flore d’AMBROSIO-BOUDET* (Université Paris-Nanterre), Le
transhumanisme, fils des Lumières ? Lectures de Condorcet et de Nick
Bostrom.

*Livia PROFETI* (Université de Rouen Normandie), L’identité humaine
entre nature et histoire : repenser l’égalité à partir de la critique
par Massimo Fagioli de la raison des Lumières.

*12h10-12h30* — Discussion, animée par *Pierre CRETOIS* (Université
Bordeaux-Montaigne)

*12h30 *— Fin du colloque