“Cartésianisme et droit. Comment les neveux de Descartes ont-ils rebâti son logis provisoire ?”, journée organisée par Delphine Antoine-Mahut et Benjamin Joly, 26-27 novembre 2021, ENS Lyon.

Vendredi 26 novembre 2021

Salle des Conseils – ENS de Lyon, site Monod

13h30-13h45 Accueil des participants
13h45-14h Introduction et présentation des journées d’études

Thème 1 : Neveux ou faux-frères ? Droit et héritage cartésien immédiat

14h-14h30 D. Antoine-Mahut (ENS de Lyon) et B. Joly (magistrat) : Définitions initiales : « cartésianisme »/« droit »

14h30-15h15 D. Gilles (Université de Sherbrooke) : « Jean Domat, foi et droit à l’aune du cartésianisme »

15h15-16h D. Antoine-Mahut (ENS de Lyon) : « L’esprit de la loi. Le retour de Descartes sur la balance de la justice chez Malebranche »

16h-16h45 Y. Le Guillou (Bibliothèque nationale de France) : « La culture par ses livres d’un juriste contemporain de Descartes : Julien Brodeau ».

16h45-17h Pause
17h-18h Table ronde
18h Clôture

Samedi 27 novembre 2021

Amphithéâtre Descartes – ENS de Lyon, site Descartes

Thème 2 : Le cas d’Aguesseau, pratiques et pensée du cartésianisme juridique

10h00-10h30 I. Brancourt (CNRS) : « Le chancelier d’Aguesseau. : le personnage et l’œuvre en leur contexte. Introduction modestement historique à un grand esprit ».

10h30-11h15 B. Joly (magistrat) : « D’Aguesseau, métaphysicien de la Justice et magistrat cartésien, l’héritier réservataire de la fortune juridique du cartésianisme ? »

11h15-11h30 Pause
11h30-12h30 Table ronde
12h30 Clôture

Thème 3 : Les gestes cartésiens des philosophes du droit

14h-14h45 B. Joly (magistrat) : « Voltaire et la raison du procès : l’affaire Calas, un
geste cartésien qui s’ignore ou une mise à mort opportuniste de l’ancien monde juridique agonisant ? »

14h45-15h30 C. Volpilhac-Auger (ENS de Lyon) « L’expérience du droit selon Montesquieu : « un pays où la raison voulait habiter sans la philosophie » ?

15h30-16h30 Pause
16h30-16h30 Table ronde
17h30 Conclusion


Dans ce passage du Discours de la Méthode, Descartes cantonne le droit au rôle philosophiquement subalterne, même si aux conséquences pratiques essentielles, de pilier d’une morale par provision quadripartite. Le droit est une des pièces principales de ce logis provisoire d’où Descartes va rebâtir la philosophie. C’est en effet la toute première maxime de cette morale que de respecter le droit établi (« obéir aux lois et coutumes de mon pays ») : elle lui assure ainsi une discrète et sûre tranquillité, indispensable à son entreprise philosophique. Mais force est de constater qu’il n’a jamais révisé le statut intellectuellement provisoire et asservi assigné par lui à ce champ du savoir, qu’il n’a jamais rénové la bâtisse de fortune qui l’accueillait. Car on sait que Descartes n’a quasiment rien dit de cette discipline, bien que fils d’un magistrat du parlement de Bretagne et formé à l’université de Poitiers, où il avait obtenu en 1616 sa licence en droit civil et canoniquet.
C’est donc à ses « neveux » que reviendra la tâche de réformer les quelques pièces du logis provisoire que constitue le droit en en modifiant éventuellement, more cartesiano, les fondements, la méthode ou le fond.

Rencontres de la SFPJ, 29-30 septembre 2022, Toulouse.

La Société française pour la philosophie et la théorie juridiques et politiques (SFPJ) organise les 29 et 30 septembre 2022 à l’Université Toulouse 1 Capitole ses deuxièmes Rencontres, dont le thème général est: “Frontières de la philosophie du droit”. L’objet de cette manifestation est de favoriser le dialogue et les échanges entre chercheurs en théorie/philosophie juridique et politique, quelle que soit leur institution de rattachement et quelle que soit leur approche de ces disciplines.

Toutes les informations relatives à ces Rencontres sont disponibles sur le site dédié : https://lasfpj.wixsite.com/rencontres2toulouse Les inscriptions seront ouvertes à compter du 31 janvier 2022.

Cette manifestation est structurée autour de conférences plénières ainsi que d’ateliers plus informels consacrés à un ou plusieurs thèmes déterminés.

– Pour participer à ces ateliers et y présenter une contribution, il convient de faire parvenir à la SFPJ une proposition de contribution qui ne devra pas excéder 2500 signes (espace compris). La SFPJ n’entend privilégier aucun thème, aucune méthode ni aucune école en particulier : peut être soumis tout travail s’inscrivant dans le vaste champ de la théorie et de la philosophie juridiques et politiques. Les contributions retenues seront regroupées dans des ateliers thématiques de la manière la plus cohérente possible.

– Par ailleurs, toute personne peut proposer d’organiser lors de ces Rencontres un atelier sur un thème donné. Pour ce faire, il convient de faire parvenir à la SFPJ une proposition contenant le programme scientifique de l’atelier projeté ainsi que la liste prévisionnelle des intervenants.

Le financement de cette manifestation ne nous permet malheureusement pas de prendre en charge les frais de déplacement et de logement des participants dont les contributions auront été sélectionnées ou qui organiseront des ateliers.

Les propositions de contribution ainsi que les propositions d’atelier doivent être envoyées à l’adresse suivante : bureau.sfpj@gmail.com avec en objet : « Proposition SFPJ 2022 ». Chaque proposition de contribution ou d’atelier sera accompagnée d’une courte note bio-bibliographique présentant son auteur. La date limite de soumission des propositions de contribution et d’atelier est fixée au 31 janvier 2022. Les personnes dont les propositions de contribution ou d’atelier ont été retenues en seront informés avant le 31 mars 2022.

NB. Les langues officielles de ces Rencontres sont le français et l’anglais. Peuvent être soumis et présentés des travaux dans l’une ou l’autre de ces langues.

Séminaire “Philosophie des migrations”, 19 novembre 2021, Campus Condorcet

La DEUXIèME SéANCE DU SéMINAIRE DE LECTURE « PHILOSOPHIE DES  
MIGRATIONS», organisé avec le soutien de l’ICMigrations, se tiendra le  
VENDREDI 19 NOVEMBRE, au Centre des Colloques du Campus Condorcet  
(Aubervilliers), de 10H30 à 12H30, en salle 3.06. Nous organiserons la  
séance sous format hybride afin de permettre aux personnes n’habitant  
pas la région parisienne d’assister aux discussions  
https://zoom.univ-paris1.fr/j/96091008696?pwd=eFlNQjNPNWcrdHZoYnF5bE1qUExrZz09
  
 Délibérer entre pairs: quelles frontières pour les principes de justice? 
 10h30-12h30, Centre des colloques Condorcet, salle 3.06
  
 Cette séance, animée par Pierre-Nicolas Baudot, s’organise autour  
d’une lecture de textes de NANCY FRASER ET DE RéJANE SéNAC, portant  
sur la définition des principes de justice. En partant des travaux de  
Nancy Fraser à ce sujet, nous proposons de réfléchir collectivement  
aux catégories définitionnelles en conflit dans le champ des  
migrations. Nous nous interrogeons notamment sur le concept de “PARITé  
DE PARTICIPATION” développée par Fraser et son application dans  
l’espace français par Réjane Sénac, à la fois en tant que proposition  
politique et en tant que “point de référence” permettant d’éclairer  
les processus de domination à l’oeuvre. 
  
 CETTE SéANCE SERA AINSI L’OCCASION DE DISCUTER DES DROITS à LA  
PARTICIPATION POLITIQUE DES NON-NATIONAUX. Le dossier de lecture, à 
lire en amont de la séance, se trouve dans le drive (où vous  
retrouverez également les chapitres et articles complets desquels nous  
avons tiré ces extraits), en suivant le  
lien:https://drive.google.com/drive/u/1/folders/1Wji2W48os5lO0_J9unBuRcbp_FHfzrhr
  
 /Pour retrouver ces informations (programme, accès, lien zoom, lien  
du drive, fonctionnement du séminaire, salle), vous pouvez visiter le  
site internet dédié au séminaire: https://philomigr.mystrikingly.com /

“Montaigne II : le droit comparé et le relativisme juridique”, Jérôme Chacornac et Juliette Morice, conférence, Paris 2, 18 novembre 2021

Le RDDPhi a le plaisir de vous signaler la conférence de philosophie du droit organisée le 18 novembre de 17 h à 19 h-20 h à Paris 2: « Montaigne II : le droit comparé et le relativisme juridique », quatrième conférence du cycle de cinq conférences dont la trame est « Raison et droit – La renaissance » et que Raphaëlle Théry, Jérôme Chacornac et Eric Martin-Hocquenghem organisent. 
Intervenants : 
– Jérôme Chacornac, maître de conférence à l’Université Panthéon-Assas
– Juliette Morice, agrégée de philosophie, docteur en philosophie, maîtresse de conférences à l’Université du Mans

Les textes de Montaigne servant de point de départ à la conférence peuvent être consultés en suivant ce lien, lequel conduit à l’agenda de l’Université Panthéon-Assas. 
La conférence pourra être suivie sur Zoom ; aucune inscription préalable n’est requise :
Participer à la réunion Zoom
https://u-paris2-fr.zoom.us/j/91315186618?pwd=UnVEckI4VmhaQ2Y4M0pNQVVmOG1Sdz09
ID de réunion : 913 1518 6618
Code secret : Protagoras

Séminaire “Spinoza à Paris 8”, Christophe Miqueu : “Spinoza, républicain moderne ?”, 18 novembre 2021

SÉMINAIRE “SPINOZA À PARIS 8”, 2021-2022
JEUDI 18 NOVEMBRE 2021, 18H-20H
Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, Maison de la Recherche, Salle
A2-201
Christophe MIQUEU : « Spinoza, républicain moderne ? »

Quand on étudie la philosophie politique de Spinoza, on a ordinairement
tendance à se focaliser prioritairement sur son rapport (et sa différence)
avec Hobbes. On satisfait ainsi à une histoire de la pensée politique très
articulée autour de la rupture qu’introduirait ce dernier dans la modernité
politique. On en oublie d’interroger d’autres grilles de lecture,
s’inscrivant dans un héritage plus long, et notamment la manière dont
Spinoza se positionne originalement par rapport à l’héritage républicain.
Dans le prolongement du livre Spinoza, Locke et l’idée de citoyenneté. Une
génération républicaine à l’aube des Lumières (Classiques Garnier, 2012),
nous reviendrons sur la manière dont Spinoza, dans un contexte républicain
lui-même singulier, comprend à nouveaux frais l’idée de citoyenneté
républicaine près d’un siècle avant Rousseau et contribue à en restaurer le
désir collectif. Nous nous attacherons ainsi à souligner la modernisation de
l’héritage républicain européen réalisée par sa philosophie politique, et
l’articulation nouvelle entre le principe individualiste hobbesien et les
schèmes classiques de la tradition républicaine qui apparaît comme le moteur
théorique d’un nouveau paradigme de la citoyenneté républicaine à l’aube des
Lumières. CM.

Christophe MIQUEU est Professeur des Universités en philosophie politique à
l’Université de Bordeaux (INSPE d’Aquitaine), membre du laboratoire SPH (EA
4574), et membre associé du CEVIPOF. Il travaille sur l’histoire et
l’actualité de la pensée républicaine et est notamment l’auteur de Spinoza,
Locke et l’idée de citoyenneté. Une génération républicaine à l’aube des
Lumières (Classiques Garnier, 2012)

Journée d’étude autour de Ian Maclean, 10 décembre 2021, Paris

Journée du 10 décembre 2021 : Lectures de…

Interprétation et signification à la Renaissance. Le cas du droit (trad. V. Hayaert, Genève, Droz, 2016 ; 1re éd. en anglais, Cambridge, CUP, 1992) de Ian Maclean

Matin : Site Panthéon, salle 214 (12 place du Panthéon 75005 Paris)

09h00 – Accueil des participants

09h15 – « Propos introductif » et présidence de la matinée, Xavier Prévost, professeur d’histoire du droit (université de Bordeaux), membre junior de l’Institut universitaire de France

09h30 – « Arbitratu : la naissance juridique des langues à la Renaissance », Marie-Luce Demonet, professeure émérite de littérature française (université de Tours)

10h00 – « Statut du sens littéral dans Interpretation and Meaning in the Renaissance », Stefan Goltzberg, chercheur qualifié FNRS en philosophie du droit (université libre de Bruxelles)

10h30 – Pause

11h00 – « Jean Calvin a-t-il lu le De interpretatione et significatione de Joannes Leanus ? Le juriste exégète de la Bible à la Renaissance : le cas Calvin », Max Engammare, historien, directeur de la Librairie Droz

11h30 – « Contre l’épistémologie de Michel Foucault et les paradigmes de Kuhn : l’enquête historicophilologique de Ian Maclean au plus près de l’herméneutique juridique de la Renaissance et de ses cadres de pensée », Valérie Hayaert, Research Fellow en histoire de la justice (université de Warwick)

Après-midi : Site Sorbonne, Galerie Dumas, salle D 632 (14 rue Cujas 75005 Paris)

Sous la présidence de Nader Hakim, professeur d’histoire du droit (université de Bordeaux), secrétaire général de la Société pour l’histoire des Facultés de droit

14h00 – « Des juristes et du droit. Interprétation et signification à la Renaissance », Géraldine Cazals, professeure d’histoire du droit (université de Bordeaux)

14h30 – « Interprétation du droit et figures du juriste savant à la Renaissance : la contribution de Ian Maclean », Quentin Epron, maître de conférences en droit public (université Paris II Panthéon-Assas)

15h00 – Pause

15h30 – « Lecture historienne de Ian Maclean », Jean-Marie Le Gall, professeur d’histoire moderne (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h00 – « Conclusions », Ian Maclean professeur émérite d’études de la Renaissance (université d’Oxford) et professeur d’histoire à titre honoraire (université de St Andrews) 

Séminaire “Construire, transmettre et déplacer les instruments de l’Etat dans la modernité politique”, EHESS/Paris 1, 2021-22

Construire, transmettre et déplacer les instruments de l’Etat dans la modernité politique

Pierre Bonin, professeur d’histoire du droit à l’Ecole de droit de la Sorbonne-Université Paris 1
Fanny Cosandey, directrice d’études à l’EHESS

1er, 3e, 5e jeudis du mois, de 17 à 19 h, du 19 novembre 2021 au 6 mai 2022

Salle A-4-47 (4e étage, salle 447), 54 bd Raspail 75006 Paris

Dans le prolongement de l’année précédente, le séminaire s’attachera à la construction, la transmission et le déplacement des savoirs dits d’Etat, qui accompagnent l’exercice du pouvoir monarchique. Nous nous interrogerons sur les lieux de production et les conditions de mise en œuvre de ce savoir, mais aussi sur les outils de l’administration, afin de mieux cerner l’instauration des cadres dans lesquels prend place une modernité politique qui ne s’émancipe jamais complètement des anciennes sources de légitimité. Le séminaire interrogera ainsi la tension entre la perspective finaliste héritée de la période médiévale et la postérité du moment Machiavel qui permet de penser pour elles-mêmes les techniques de gouvernement. Entre tradition et transformations des instruments de pouvoir, les cadres institutionnels contribuent à déplacer les structures, visibles et invisibles, d’appréhension du système social. Située donc principalement dans la période des XVIe-XVIIIe siècles, dans un dialogue constant entre historiens et juristes, la modernité interrogée supposera donc, au moins pour porter des interrogations en creux et tendre le miroir de comparaisons, d’ouvrir les questionnements à d’autres temps et d’autres champs de la recherche.

18 novembre : Fanny Cosandey, « Entre théorie et pratique politique : l’impensé du féminin ».

2 décembre :  Manuela Albertone, « Représentation et modernité dans la pensée physiocratique ».

16 décembre : Pierre Bonin, « Penser l’Etat dans le Dictionnaire de Trévoux ».

6 janvier :     Laurence Devillairs, « Modernité politique : détruire ou conserver ? Machiavel et Hobbes ».

20 janvier :   Timothy Collier, « Enseignement théorique, productions scientifiques et expériences pratiques dans la formation à l’Ecole coloniale ».

3 février :      Alain Guery, « Mettre de l’ordre dans les finances : moyens administratifs et idéologie monarchique sous l’Ancien Régime ».

17 février : Anne Dobigny-Reverso, « Fabrication et circulation des savoirs des notaires royaux : de l’ignorance à la documentation professionnelle ».

3 mars :        Paul Chauvin-Hameau, « L’adaptation des savoirs de l’État, l’exemple de la théorie de la guerre juste ».

17 mars :       Eric Viguier, « L’absolutisme au XVIIIe siècle : entre dogmatisme et reformulation ».

31 mars :       Annamaria Monti, « Les savoirs du juge, l’exemple du duché de Milan sous l’Ancien Régime ».

7 avril :         Wouter Drewé, « La responsabilité d’une universitas pour les délits de ses dirigeants ».

21 avril :        Pierre Bonin, « Nature et contre-nature : le modèle sadien, un anti-Etat ? ».

Poste de professeur(e) en philosophie politique, Université Laval (Québec)

La Faculté de philosophie de l’Université Laval ouvre un poste de professeur.e en philosophie politique contemporaine. Date limite de candidature: 20 décembre 2021. 


Pour plus d’informations: https://www.rh.ulaval.ca/emploi/HCM/4953/emplois-professeurs
 

Description du poste

La Faculté de philosophie de l’Université Laval souhaite combler un poste de professeure ou professeur régulier au rang d’adjoint en philosophie politique contemporaine.

Le ou la titulaire de ce poste à temps plein assumera des enseignements réguliers aux trois cycles de la formation universitaire à la Faculté de philosophie dans le champ décrit. Il ou elle devra contribuer par ses publications à la recherche en philosophie politique contemporaine et devra superviser des travaux de maîtrise et de doctorat des étudiants et étudiantes de philosophie dans ce domaine. Il ou elle devra de plus participer aux activités universitaires et administratives de l’unité de rattachement.Critères de sélection

Doctorat en philosophie ou l’équivalent au moment de l’embauche. Solides connaissances des principaux courants de la philosophie politique contemporaine.  Capacité d’entreprendre des recherches autonomes et originales dans le domaine, avec des perspectives de diffusion internationale. Expérience d’enseignement. Publications scientifiques pertinentes.Conditions

Salaire selon la convention collective en vigueur.
 

Candidature

Date limite du dépôt de candidatures: 20 décembre 2021
Date d’entrée en fonction: 1er juin 2022

Faire parvenir en version numérisée un curriculum vitae, accompagné d’une lettre de présentation, d’une copie des relevés de notes, d’une copie d’une publication et de trois lettres de recommandation à l’attention de monsieur Luc Langlois, Doyen, à decanatATfp.ulaval.ca.

Valorisant l’équité, la diversité et l’excellence, l’Université Laval s’engage fermement à offrir à l’ensemble de son personnel un milieu de travail et de vie empreint d’une culture inclusive. Pour l’Université Laval, la diversité est source de richesse et nous encourageons les personnes qualifiées de toute origine, tout sexe, orientation sexuelle, identité ou expression de genre ainsi que les personnes handicapées à présenter leur candidature. 

L’Université Laval souscrit également à un programme d’accès à l’égalité en emploi pour les femmes, les membres d’une minorité visible ou ethnique, les autochtones et les personnes handicapées. Veuillez noter que des mesures d’adaptation des outils de sélection peuvent être offertes aux personnes handicapées en fonction de leurs besoins, et ce, en toute confidentialité. Conformément aux exigences de l’immigration canadienne, la priorité sera accordée aux personnes qualifiées ayant le statut de citoyen canadien ou de résident permanent.

Journée d’études “Politiques de la culture. La première “nouvelle gauche” anglaise (1956-1962), contextes et héritages intellectuels”, Paris 1, 22 octobre 2021

Politiques de la culture. La première ‘nouvelle gauche’ anglaise (1956-1962), contextes et héritages intellectuels“, organisée par Ostiane Lazrak et Delphine Frasch, avec le soutien du laboratoire Triangle (UMR 5206) et de l’Ecole Doctorale de Philosophie de l’université Paris-I Panthéon Sorbonne (ED 280). 

Elle aura lieu en présentiel le vendredi 22 octobre 2021, de 9h à 18h, dans la salle A701 du centre Broca de l’Université Paris-I Panthéon Sorbonne (21 rue Broca, Paris 5e). 

L’inscription est obligatoire, au lien suivant : https://framaforms.org/inscription-a-la-journee-detudes-politiques-de-la-culture-la-premiere-nouvelle-gauche-anglaise-1
Le nombre de places est malheureusement limité à 45.
Il sera demandé aux personnes souhaitant participer à cette journée de respecter les gestes barrières (port du masque, distanciation physique, lavage de mains).

Session 1 (9h15-11h) – Contexte historique et portée intellectuelle
Kelvin Knight (London Metropolitan University) : “The First New Left. A History From Above and Beyond”
Madeleine J. Davis (Queen Mary University) : “Interpreting the early British New Left: encounters in history and directions in scholarship”

Session 2 (11h15-13h) – New Left et histoires par en bas
Dennis Dworkin (University of Nevada) : “Stuart Hall, E. P. Thompson and the Cultural Politics of the New Left.”
Sophie Scott Brown (University of East Anglia) : “The Poet and the Organiser: The Politics of the People’s Historian in the First British New Left”

Session 3 (14h15-16h) – Critiques morales du stalinisme et éthiques marxistes
Delphine Frasch (ENS de Lyon) : “Critique culturelle et humanisme socialiste”
Ostiane Lazrak (université Paris-I Panthéon Sorbonne) : “Vers une éthique marxiste. Alasdair MacIntyre dans la première New Left”

Session 4 (16h15-18h) – Marxismes culturels : le berceau des cultural studies
Zacharias Zoubir (université Paris 10 Nanterre) : “Culture, rapports de classe et moralités. Ce que Stuart Hall doit aux réflexions d’E. P. Thompson de la période 1958–1961”
Marie Lucas (ENS de Lyon) : “La catégorie de subalterne, de Gramsci à Hobsbawm aux Subaltern Studies”

AAP, “Le pouvoir discrétionnaire en pratiques(s)”, Toulouse, 31 mars-1er avril 2022

Le pouvoir discrétionnaire en pratique(s)

Rapports au droit, dilemmes moraux, et luttes juridiques

Toulouse, jeudi 31 mars et vendredi 1er avril 2022

Maison de la Recherche, Amphi F417 (4ème étage)

Présentation et argumentaire

Cette double journée d’étude se propose d’examiner les formes et les effets (politiques, sociaux, organisationnels…) de l’exercice du pouvoir discrétionnaire. Elle s’inscrit dans le prolongement du travail mené dans le cadre du projet ANR DisPow (https://dispow.hypotheses.org/).

D’un point de vue juridique, le pouvoir discrétionnaire relève d’une action entreprise à l’appréciation d’une administration et/ou d’un agent public, sans que sa conduite ou décision ne lui soit dictée clairement ou de manière univoque par le droit. En principe, ce pouvoir est donc exercé par les détenteur·rice·s d’une autorité publique (centrale ou décentralisée, de maintien de l’ordre ou administrative) et se manifeste par leur liberté d’action lorsque les décisions qu’iels ont à prendre ne sont pas encadrées de façon stricte par des règles de droit et/ou des procédures détaillées (Van der Woude et Van der Leun 2017). Cette « compétence discrétionnaire » est alors accordée par la loi aux agents de l’Etat, tels que les fonctionnaires administratif·ve·s (Laurens 2008, Miaz 2019). Elle permet, du moins en théorie, de distinguer « pouvoir discrétionnaire » et « mesures arbitraires », les dernières renvoyant à des pratiques abusives car prises manifestement en décalage par rapport aux textes juridiques, aux procédures, ou aux compétences attribuées aux agents concernés (Chauvet 2009). Néanmoins, les textes peuvent se prêter à des interprétations tellement différentes (ou rentrer en conflit entre eux) que la frontière entre discrétionnaire et arbitraire est parfois difficile à tracer (Fassin 2014, Campbell 1999).

Si l’existence d’un pouvoir discrétionnaire est consubstantielle à l’activité des agents de l’État (fonctionnaires préfectoraux, forces de l’ordre, magistrats etc.), l’actualité politique (des violences policières aux questionnements que soulève la gestion récente des crises sanitaires et sociales) encourage à approfondir la compréhension des logiques et pratiques relevant du pouvoir discrétionnaire via la comparaison entre plusieurs terrains d’enquête et plusieurs groupes d’acteur·rice·s  (dans le domaine de la santé, de la justice, de l’éducation, du travail, de la culture…).

Dans le cadre du projet DisPow, les enquêtes menées ont exploré les multiples facettes du pouvoir discrétionnaire en pratique(s) en se focalisant à la fois sur des territoires spécifiques, les frontières, et sur un champ juridique particulier, le droit des étrangers : en effet, ces deux focales permettaient de montrer à quel point l’imprécision des critères législatifs ou règlementaires laisse la possibilité – ou impose la responsabilité – aux acteurs publics mais aussi privés de choisir comment interpréter les règles ou consignes et donc comment agir face à une situation concrète, avec comme conséquences principales, d’une part, des pratiques très disparates selon le territoire, l’organisation du service, les enjeux réputationnels au sein du groupe, etc., et d’autre part, un accès des étrangers à leurs droits très aléatoire. Ainsi, nous avons commencé à explorer les formes et les effets d’un pouvoir discrétionnaire qui désigne la sphère d’autonomie à l’intérieur de laquelle les agents de l’administration (Spire 2008, Dubois 2009), mais aussi les « faiseurs de frontière » (transporteurs, contrôleurs, agents de sécurité etc.) (Guenebeaud 2019) et les accompagnant.e.s (juristes bénévoles, avocat.e.s, activistes) (Lendaro 2021) peuvent prendre différentes décisions au sujet des personnes en situation de migration, et ce, pas forcément en l’absence d’une règle mais plus souvent en présence d’une multiplicité d’injonctions ou de suggestions dont le degré de contrainte varie (Parrot 2019).

A la suite d’une première journée d’étude qui s’est tenue en ligne en décembre 2020, cette double journée d’études a vocation à faire dialoguer des travaux empiriques, épistémologiques et méthodologiques consacrés aux modalités concrètes de l’exercice du pouvoir discrétionnaire dans différents domaines, à sa conceptualisation, comme aux stratégies d’enquête et d’interprétation des données. 

Quelles sont les manifestations de ce pouvoir et que nous disent-elles de phénomènes sociaux plus globaux tels que l’évolution des inégalités entre groupes sociaux, l’effectivité des libertés publiques, la défiance envers les institutions, ou encore la place du droit dans les mouvements sociaux ? Comment les chercheur·e·s composent-iels en pratique avec les spécificités de ce pouvoir, afin de le soumettre à investigation ? 

Nous souhaitons organiser les échanges autour de trois ensembles de questionnements principaux, non  exclusifs d’autres interrogations :

1)     Les expériences du pouvoir discrétionnaire 

Quelles dynamiques (rapport de forces et/ou collaborations) traversent voire constituent l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire par les individ·e·s ou groupes concernés par son application concrète ? En quoi les formes et les effets du pouvoir discrétionnaire en pratique(s) nous renseignent-ils sur les rapports au droit et à la légalité des acteur·rice·s qui l’exercent (Ewick et Silbey 1998, Pélisse 2005) ? Quels apprentissages du politique (Soss 1999) apparaissent via la rencontre avec le droit et ses marges d’interprétation? Quels sont les policy feedbacks et les rapports ordinaires à l’Etat qui se développent suite à l’expérience du discrétionnaire (Spire 2016)? 

2) Les acteur·rice·s du pouvoir discrétionnaire et leurs dilemmes

Quels sont les dilemmes moraux auxquels sont confrontés les acteur·rice·s pouvant exercer un certain pouvoir discrétionnaire (dans la santé, à l’école, au sein d’une entreprise etc.) ? Quelles économies morales (Fassin et Eideliman, 2012) ces dilemmes contribuent-ils à renseigner ? Dans quels espaces sociaux (professionnels, militants, etc.) ? Quelles stratégies de résolution des dilemmes apparaissent à l’échelle individuelle et collective ? Quelle place est attribuée à l’informel, à la ruse, aux pratiques souterraines, à la désobéissance (Scott 2013) ? A l’inverse, de quelles manières et à quelles occasions  le respect du droit des textes est-il convoqué ou invoqué ? Dans une perspective plus micro-sociologique, quelles ruptures professionnelles ou biographiques précèdent, coexistent ou suivent l’exercice du pouvoir discrétionnaire ?

3) Réactions au pouvoir discrétionnaire : usages stratégiques et militants du droit

Quels usages stratégiques et/ou militants du droit sont-ils mis en œuvre en réaction à l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire considéré comme arbitraire et donc injuste ? Quelles luttes sont davantage investies par la judiciarisation (Commaille 2008) et pourquoi ? Dans quel cadre (procès, procédures de conciliation, recours administratif…) (Kawar 2011, Doherty et Hayes 2011) et à quelles conditions (médiatisation, pétition, soutien institutionnel, syndical, populaire…) le droit peut-il être considéré par les acteur·rice·s comme un outil de changement social (McCann 2006, Galanter 1974, Israël 2009) ?  

Nous encourageons les jeunes chercheur·e·s à proposer des communications sur l’un de ces sujets. Sont particulièrement bienvenus les travaux comparatifs et les réflexions méthodologiques qui s’intéressent par exemple à la manière de saisir les traces du discrétionnaire et/ou les réalités matérielles du droit (archives, notes grises, circulaires, notes internes…) (http://topolex.fr).

Modalités de soumission des propositions de communication

Les propositions de communications ne devront pas excéder 7 000 signes. Elles comporteront un titre, la question de recherche, les principaux arguments ou la thèse démontrée, les principaux résultats, les méthodes mobilisées, sources et terrains étudiés, le cadre théorique dans lequel elles s’inscrivent, ainsi qu’une bibliographie sommaire.

Les propositions de communication sont à envoyer avant le 18 décembre 2021 à l’adresse : projetDispow@gmail.com et à annalisa.lendaro@univ-tlse2.fr

Calendrier

18 décembre 2021 : réception des propositions de communication 

15 janvier 2022 : réponse du comité scientifique

07 mars 2022 : envoi du support de la communication

Jeudi 31 mars et vendredi 01 avril 2022 : journée d’étude.

Nous envisageons de valoriser les échanges qui auront lieu à l’occasion de cette double journée par une publication collective (ouvrage ou numéro spécial de revue). 

Bibliographie

Campbell, E. (1999) « Towards a sociological Theory of discretion », International Journal of the Sociology of Law 27, PP 79-101. 

Chauvet, C. (2009) « Arbitraire et discrétionnaire en droit administratif », Gilles J. Guglielmi éd., La faveur et le droit. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, p. 335-355.

Commaille, J. (2008). 13. La judiciarisation : nouveau régime de régulation politique. Dans : Olivier Giraud éd., Politiques publiques et démocratie (pp. 305-319). Paris: La Découverte.

Doherty B., Hayes G. (2015), « The Courts: Criminal Trials as Strategic Arenas », in Jan Willem Duyvendak, James M. Jasper (Ed.), Breaking Down the State: Protestors Engaged, p. 27-51.

Dubois, V. (2009), Le paradoxe du contrôleur. Incertitude et contrainte institutionnelle dans le contrôle des assistés sociaux, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 178, 28-49.

Ewick P., Silbey S. (1998) The Common Place of Law. Stories from Everyday Life, Chicago and London, The University of Chicago Press.

Fassin D. (2014) « Pouvoir discrétionnaire et politiques sécuritaires. Le chèque en gris de l’État à la police », Actes de la recherche en sciences sociales, 201-202(1) 72-86.

Fassin, D. & Eideliman, J. (2012). Economies morales contemporaines. Paris: La Découverte. 

Galanter, M. (1974). Why the ‘Haves’ Come out Ahead : Speculations on the Limits of Legal Change. Law and society review, 9(1), 95-160.

Guenebeaud, C. (2019), “Nous ne sommes pas des passeurs de migrants”: le rôle des transporteurs routiers et maritimes dans la mise en oeuvre des contrôles à la frontière franco-britannique. Lien social et Politiques, 83, 103‑122.

Israël, L. (2009). L’arme du droit. Presses de SciencesPo.

Kawar L. (2011), « Legal Mobilization on the Terrein of the State : Creating a field of Immigrant Rights Lawyering in France and the United States », Law and social Inquiry, 36 (2), 354-387.

Laurens S. (2008) « Les agents de l’État face à leur propre pouvoir. Éléments pour une micro-analyse des mots griffonnés en marge des décisions officielles », Genèses, 72(3) 26-41.

Lendaro, A. (2021). Défendre les « délinquant·e·s solidaires ». Quelles sont les limites de l’engagement des avocat·e·s de la cause des étranger·e·s ?. Droit et société, 107, 67-82.

McCann M. (Ed.) (2006), Law and Social Movements, Ashgate.

Miaz J. (2019). Le Droit et ses médiations : Pratiques d’instruction des demandes d’asile et encadrement institutionnel des décisions, Politique et Sociétés, 38 (1) 71-98.

Parrot, K. (2019). Carte blanche. L’Etat contre les étrangers, Paris, La Fabrique.

Pélisse, J. (2005). A-t-on conscience du droit ? Autour des Legal Consciousness Studies. Genèses, n° 59(2), 114-130.

Scott, J. C. (2013). Zomia ou l’Art de ne pas être gouverné, Seuil.

Soss, J. (1999), « Lessons of Welfare : Policy Design, Political Learning, and Political Action », American Political Science Review, 93 (2), p. 363-380.

Spire, A. (2008). Accueillir ou reconduire – Enquête sur les guichets de l’immigration, Éditeur Raisons d’agir.

Spire, A. (2016). État des lieux: Les policy feedbacks et le rapport ordinaire à l’État. Gouvernement et action publique, OL5, 141-156.

Van der Woude M., Van der Leun J. (2017), « Crimmigration Checks in the Internal Border Areas of the EU: Finding the Discretion that Matters », European Journal of Criminology, 14 (1), 27–45.

Comité scientifique

Annalisa Lendaro, coordinatrice DisPow, CR CNRS sociologie, Certop

Marie-Laure Basilien Guinche, PR droit, Université de Lyon 3

Hourya Bentouhami, MCF philosophie, Erraphis

Etienne Ciapin, Docteur en sociologie, chercheur associé, Certop

Camille Guenebeaud, MCF géographie, Ladyss

Karine Lamarche, CR CNRS sociologie, CENS

Soline Laplanche Servigne, MCF science politique, Université Côte d’Azur, ERMES

Mehdi Mezaguer, MCF droit, Université Côte d’Azur, ERMES

Bénédicte Michalon, DR CNRS géographie, Passages

Almodis Peyre, Doctorante droit, Université de Lyon 3

Oriana Philippe, Doctorante droit et géographie, Migrinter

Bastien Roland, Ingénieur d’études CNRS, Certop

Thomas Sommer-Houdeville, post-doc sociologie, Certop

Daniela Trucco, post-doc science politique, Ecole Française de Rome

Pour toute question ou proposition, merci de nous contacter à : projetDispow@gmail.comPour les infos pratiques, le programme et la liste des participant.e.s, rendez-vous sur le carnet Hypothèses de Dispow (https://dispow.hypotheses.org/)

AAP, “Histoires (matérialistes) du matérialisme”, 9-10 juin 2022, ENS Lyon

Appel à participation

Histoires (matérialistes) du matérialisme

Jeudi 9 et vendredi 10 juin 2022 – ENS de Lyon

La catégorie de matérialisme naît, historiquement, comme catégorie polémique. Au tournant des 17e et 18e siècle, elle sert avant tout à accuser les adversaires et à confondre les conséquences dangereuses de leurs doctrines. C’est en ce sens, par exemple, que Leibniz l’introduit dans la langue française, par souci de démarcation de sa pensée d’avec celles de Hobbes et d’Épicure. Il faut attendre 1748 et la parution de L’Homme Machine pour que La Mettrie, le premier, assume et revendique cette appellation. Il le fait alors, non pas en prétendant innover, mais au contraire en convoquant ce qu’il nomme le « système le plus ancien » de l’histoire de la philosophie. L’énoncé de thèses radicales s’accompagne de l’identification d’une tradition matérialiste dans laquelle s’inscrire.

Ce colloque veut s’intéresser à la façon dont les auteur.ices revendiquant une position matérialiste envisagent et reconstruisent a posteriori des histoires du matérialisme pour s’y inscrire, en user et s’y situer. Le pluriel est alors capital, car le matérialisme est moins une école

1
philosophique qu’une tradition discontinue, selon le mot de G. Mensching . Il peut en effet faire

porter l’attention, dans la lignée d’auteurs comme Lucrèce, Diderot ou d’Holbach, sur la matérialité des phénomènes naturels ou, au contraire, dans la lignée marxiste, sur la détermination historique des phénomènes sociaux. Il peut tout aussi bien servir à construire une ontologie centrée sur le pouvoir propre des choses, dans le cadre des Nouveaux matérialismes, qu’à penser l’inscription des corps individuels à l’intersection des rapports de genre, de classe ou de race, dans le cadre, par exemple, d’un féminisme matérialiste.

Le pari est alors double : d’un côté, assumer que l’étiquette « matérialiste » n’est (la plupart du temps) pas purement nominale et qu’il existe un socle commun de thèses ou de gestes théoriques qui fondent sa revendication. Parmi ceux-ci, on mentionnera, entre autres, le fait de renoncer au pouvoir explicatif et à l’autorité des entités transcendantes, de refuser de penser l’individu en dehors des rapports réels qui le constituent—qu’ils soient naturels ou sociaux—et de considérer la pensée comme un phénomène dérivé non-autonome. De l’autre côté, il faut faire droit à la variété, voire à la conflictualité des traditions matérialistes, sans chercher à les réduire les unes aux autres. C’est par exemple en se distinguant nettement du matérialisme médical issu de Descartes que Marx précise son projet dans La Sainte famille.

Il s’agit ainsi de réfléchir à la façon dont celles et ceux qui se revendiquent matérialistes comprennent leur inscription dans la tradition philosophique et comment, ce faisant, iels construisent plusieurs courants et donnent à voir différentes figures possibles du matérialisme philosophique. Comment les matérialistes construisent-iels des histoires du matérialisme ?

On encouragera les participant.es à faire porter principalement (mais pas exclusivement) leurs propositions sur les thèmes suivants :

– Les sources, explicites ou implicites, sur lesquelles s’appuient les matérialistes.

– Les représentations de l’histoire de la philosophie qui permettent de situer les positions matérialistes.

– Les représentations de l’histoire du matérialisme qui permettent de différencier, voire d’opposer différents courants au sein de celle-ci.


– Conséquemment : la façon dont on peut user d’une référence afin d’opérer ces distinctions.

– Les études sur la pratique de l’histoire de la philosophie chez un.e philosophe assumant une position matérialiste.

– Les propositions peuvent porter sur un.e auteur.ice ou, au contraire, sur un corpus plus large.

Modalités

– Les propositions doivent se tenir dans la limite de 500 mots maximum. – Elles doivent être envoyées au format pdf.

– Les propositions doivent être anonymisées (aucune indication sur l’auteur.ice ne doit figurer sur document).

– Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante :

guillaume.coissardATens-lyon.fr

– Date limite d’envoi : le 15 décembre 2021. Réponse après le 15 janvier 2022.

– Le comité scientifique d’évaluation des propositions sera composé de six membres : Angela Ferraro, Pierre-François Moreau, Ann Thomson, Charles T. Wolfe, [en attente de confirmation].

AAC, “Racisme et colonialisme dans la philosophie de Hegel”

Racisme et colonialisme dans la philosophie de Hegel
APPEL À CONTRIBUTIONS
Éditeurs invités : Daniel James & Franz Knappik

La revue Hegel Bulletin publiera un numéro spécial dédié au « Racisme et colonialisme dans la philosophie de Hegel ». Nous invitons des contributions qui explorent les éléments racistes et pro-colonialistes dans la philosophie de Hegel et le contexte historique et systématique de ces éléments, aussi bien que la portée de ces sujets pour l’héritage philosophique de Hegel.

Les sujets qui peuvent être abordés dans le numéro spécial incluent le rôle de « race », ethnicité, colonialisme, esclavage colonial, eurocentrisme, ignorance blanche et universalisme dans la pensée hégélienne, ainsi que le contexte historique de ces aspects ; l’influence de Hegel tant sur la pensée raciste/pro-colonialiste que sur la pensée anti-raciste/anti-colonialiste ; et le rôle de ces sujets dans l’enseignement académique sur Hegel.

(Sur le thème de « race » dans le contexte spécifique du genre, de la famille et de la parenté, Hegel Bulletin publiera un numéro spécial ultérieur, édité par Susanne Lettow, avec un appel à contributions séparé. )

Contributeurs confirmés : Elvira Basevich, Michael Hardimon, Kimberly Ann Harris, Karen Ng 

Les auteurs potentiels sont priés de lire avec soin les informations ci-dessous sur le procès de soumission, ainsi que les informations sur la motivation du numéro spécial et sur des possibles pistes de recherche qui se trouvent ici:
https://www.cambridge.org/core/services/aop-file-manager/file/6107b6f07ccb9811a543cf97/SI-French.pdf.

Procès de soumission:
1. Soumission des résumés longs (environ 1000 mots), au plus tard le 31 octobre, 2021, par email à franz.knappik@uib.no et daniel.james@uni-duesseldorf.de, avec le titre «Abstract Special Issue Hegel Bulletin».
2. Notification des auteurs sélectionnés qui seront invités à poursuivre ses articles projetés, avant la fin de novembre 2021.
3. Soumission d’ébauches d’articles, au plus tard le 28 février 2022, par email à franz.knappik@uib.no et daniel.james@uni-duesseldorf.de, avec le titre «Draft Paper Special Issue Hegel Bulletin».
4. Conférence digitale avec lecture préalable des ébauches, avril 2022 (la date exacte sera annoncée plus tard)
5. Soumission des articles complets pour l’évaluation en « double aveugle » chez Hegel Bulletin, au plus tard le 30 juin 2022 (https://mc.manuscriptcentral.com/hegel, choisissez ‘special issue’).

Il est possible de soumettre les résumés, ébauches et articles complets en anglais, français, espagnol, portugais, italien et allemand. Des articles dans d’autres langues qu’anglais qui sont acceptés pour la publication, seront traduits par les éditeurs invités.

Prix de la jeune recherche, SFPJ

La SFPJ remet tous les deux ans un Prix de la jeune recherche afin de récompenser un article rédigé par un jeune chercheur en philosophie du droit. La Société n’entend privilégier aucun thème, aucune méthode ni aucune école en particulier : peut être soumis tout travail s’inscrivant dans le vaste champ de la théorie et de la philosophie du droit.

L’article récompensé sera publié en ligne dans la revue Droit&Philosophie (www.droitphilosophie.com), et son auteur sera invité à en exposer les grandes lignes lors des deuxièmes Rencontres de la SFPJ qui se tiendront en septembre 2022.

L’article sera rédigé en français et ne devra pas excéder 60 000 caractères (espaces compris). Il sera envoyé à l’adresse suivante : prixsfpj@gmail.com avec en objet : « Prix de la SFPJ ». La date limite de soumission des articles est fixée au 31 mars 2022.

Peuvent candidater les doctorants ainsi que les docteurs ayant soutenu leur thèse depuis moins de 5 ans. Toutes les informations utiles sont disponibles sur le site internet de la SFPJ.

AAC, “La “parenthèse Vichy” ? Trajectoires d’universitaires et reconfigurations disciplinaires sous l’Occupation et durant l’immédiat après-guerre”, Philosophia Scientiae

APPEL À CONTRIBUTIONS

Philosophia Scientiae lance un appel à contributions pour un numéro spécial sur le thème suivant :

La “parenthèse Vichy’’ ? Trajectoires d’universitaires et reconfigurations disciplinaires sous l’Occupation et durant l’immédiat après-guerre

Cahier thématique de Philosophia Scientiæ  27/1 (février 2023)

Editeurs invités : 

Nicolas Brisset, Christophe Eckes, Céline Fellag, Raphaël Fèvre

Date limite de soumission : 1er janvier 2022

Date de notification : 1er avril 2022

Version finale : 1er septembre 2022

Adresses de soumission

brissetni@gmail.com

christophe.eckes@univ-lorraine.fr;

 cfellag@bipm.org

raphael.fevre@gmail.com

Cette proposition de dossier thématique vise à rassembler des contributions de spécialistes en histoire du droit, des sciences sociales, de l’économie et des sciences exactes afin de compléter ou d’interroger l’historiographie dévolue aux disciplines académiques, aux universités ou aux institutions scientifiques durant l’Occupation et l’immédiat après-guerre. Dès les années 1990 et 2000, des études globales ont été consacrées aux universités sous Vichy [Gueslin 1996], ainsi qu’à l’épuration des universitaires [Singer 1997] et [Rouquet 2010]. Des monographies ont par ailleurs été spécialement dédiées à des universités ou des Grandes Écoles durant la Deuxième Guerre mondiale. Nous pouvons citer à ce propos les exemples de l’École polytechnique [Baruch et Guigueno, 2000], de l’École normale supérieure [Israël 2005], de la Reichsuniversität Strassburg et de l’Université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand [Crawford et Olff-Nathan 2005], [Baechler, Irgesheim et Racine 2005] ainsi que [Möller 2020]. L’historiographie sur les disciplines académiques face à la double contrainte du régime de Vichy et de la puissance occupante s’est en outre sensiblement enrichie ces dernières années, comme en attestent [Chandivert 2016], [Eckes 2018], [Gouarné 2019] ou encore [Brisset et Fèvre 2021]. 

Sur un plan méthodologique, les soumissions proposées adopteront ou combineront diverses échelles d’observation et d’analyse. Certaines d’entre elles pourront ainsi se focaliser davantage sur des trajectoires individuelles envisagées d’un point de vue tant académique que politique. Elles mettront alors en avant et tenteront de comprendre dans toute leur complexité les comportements adoptés par des savants et universitaires confrontés à des contextes de contraintes très évolutifs entre l’automne 1940 et l’été 1944. À cette échelle d’observation, les réflexions développées par des spécialistes de la période tels que Pierre Laborie, François Marcot ou encore Jacqueline Sainclivier sur les comportements individuels et collectifs sous l’Occupation pourront s’avérer très précieuses. D’autres contributions viseront à reconstituer des réseaux d’acteurs partageant un même programme scientifique ou participant à une entreprise commune façonnée par les pouvoirs économique et politique sous Vichy ou par les instances d’Occupation. D’autres enfin porteront plus globalement sur des institutions scientifiques ou des disciplines académiques dont il s’agira de cerner les reconfigurations durant l’Occupation et l’immédiat après-guerre. Les contributions ainsi rassemblées viseront également à faire ressortir les éléments de continuité et de rupture sur un plan tant institutionnel que disciplinaire ou scientifique, en adoptant une périodisation plus large – des années 1930 aux années 1950. Un intérêt marqué sera alors porté au processus complexe d’épuration des savants et universitaires, en essayant d’en mesurer les effets à court et à long terme sur les représentations collectives liées à la période de l’Occupation.

Les manuscrits doivent: 

Être originaux, et ne peuvent pas être en cours de soumission pour une autre publication,

Être écrits en anglais, en français.

Être préparés pour une évaluation anonyme.

Contenir un résumé en français et un résumé en anglais (200-300 mots).

La longueur des articles est limitée à 50 000 caractères/8 000 mots (espaces, résumés bibliographie et notes comprises)

De courts papiers peuvent être soumis également

Etre soumis en LaTeX, Word ou OpenOffice (https://philosophiascientiae.revues.org/449)

Format de l’article, voir les instructions aux auteurs http://philosophiascientiae.revues.org/452

Bibliographie

Christian Baechler, François Igersheim, et Pierre Racine (éditeurs), Les Reichsuniversitäten de Strasbourg et de Poznan et les résistances universitaires 1941-1944, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2005. 

Marc-Olivier Baruch et Vincent Guigeno (éditeurs), Le choix des X : L’École polytechnique et les polytechniciens 1939-1945, Paris, éditions Fayard, 2000. 

Nicolas Brisset et Raphaël Fèvre, « Les économistes face à l’État français. François Perroux et la reconfiguration de la discipline économique sous Vichy », à paraître dans Politix

Arnauld Chandivert, « Sciences sociales, Résistance et “mystique provinciale’’ à Toulouse sous le gouvernement de Vichy. Complexité et ambivalence des engagements (1930-1950) », Revue d’histoire des sciences humaines, 28, 2016, p. 225-252.  

Elisabeth Crawford et Josiane Olff-Nathan (éditeurs), La science sous influence : l’Université de Strasbourg, enjeu des conflits franco-allemands 1872-1945, Strasbourg, éditions La Nuée Bleue, 2005.

Christophe Eckes, « Organiser le recrutement de recenseurs français pour le Zentralblatt à l’automne 1940 : une étude sur les premiers liens entre Harald Geppert, Helmut Hasse et Gaston Julia sous l’Occupation, Revue d’histoire des mathématiques, 24 (2018), p. 259-329. 

Isabelle Gouarné, Les Sciences sociales face à Vichy. Le colloque « Travail et Techniques » de 1941, Paris, Classiques Garnier, 2019. 

Stéphane Israël, Les études et la guerre : les normaliens dans la tourmente, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, 2005. 

Pierre Laborie, Penser l’événement 1940-1945, Paris, éditions Gallimard, 2018.

Pierre Laborie et François Marcot (éditeurs), Les comportements collectifs en France et dans l’Europe allemande, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2015. 

François Marcot et Didier Musiedlak (éditeurs), Les résistances miroir des régimes d’oppression, Allemagne, France Italie, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006. 

Rainer Möhler, Die Reichsuniversität Strassburg 1940-1944 : Eine nationalsozialistische Musteruniversität zwischen Wissenschaft, Volkstumpolitik und Vebrechen, Stuttgart, Kohlhammer, 2020. 

François Rouquet, « Mon cher Collègue et Ami », l’épuration des universitaires (1940-1953), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.   

laude Singer, L’Université libérée, l’Université épurée, Paris, Les Belles Lettres, 1997.

AAC, “Genres et normes dans l’Europe des Lumières”, Revue Dix-huitième siècle.

Revue Dix-huitième siècle, n°55, à paraître en 2023 :« Genres et normes dans l’Europe des Lumières »

Numéro dirigé par Stéphanie Genandet Stefania Ferrando, Florence Lotterie, Anne Verjus et Jean-Christophe Abramovici.

Appel à contributions
Les études de genre forment aujourd’hui un champ de recherches universitaires reconnues autant que débattues. Elles se caractérisent par le dialogue international qu’elles ont su construire, ainsi que par les approches pluridisciplinaires qu’elles favorisent en sciences humaines et sociales : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie en ont été, à partir d’un premier ancrage féministe, les véritables fers de lance, mais la philosophie, la littérature, la science politique, la géographie, pour ne citer qu’elles, ont elles aussi intégré ce paradigme qui, il y a un peu plus de quarante ans, a opéré une véritable révolution scientifique.Cette dernière s’inscrit évidemment dans une histoire longue dans laquelle le 18e siècle représente, pour plusieurs raisons, une étape décisive : un changement de paradigme s’y affirme d’abord, initié notamment par les médecins (Roussel 1775, Moreau 1803, radicalisant la tradition des Traités des maladies des femmes), qui naturalise et donc essentialise la différence des sexes, en assignant les êtres humains à deux classes genrées (Laqueur, 1992). Ce différencialisme, consacré par le Code civil de 1804, s’accompagne d’un double mouvement d’assignation et d’institutionnalisation qui constitue, pour une part, la signature problématique des Lumières sur la scène du genre : la philosophie s’y revendique certes comme l’exercice critique de la raison, mais les femmes, du fait de leur biologie et de leur psyché, voire d’une articulation spécifique d’une biologie à une psyché, se voient exclues du logos, avant que les législateurs révolutionnaires, nourris par l’œuvre de Rousseau, n’élisent l’universel comme échelle d’une émancipation dont là encore plusieurs figures minorées – les femmes, les enfants, les domestiques, les personnes de couleur libres, les esclaves… – sont écartées. On assiste ainsi à des transformations capitales des registres normatifs qui organisent l’accès au savoir et à la politique (Fraisse, 1995) : les formes d’exclusion et de « non inclusion » s’inscrivent paradoxalement dans un langage universaliste attribuant par principe à tout être humain une égale liberté et dignité (Verjus, 2002).Le long 18e siècle – envisagé depuis la parution De l’égalité des deux sexes de Poullain de la Barre (1673) jusqu’à la promulgation du Code civil – constitue dès lors un territoire privilégié pour tenter l’archéologie critique de la différence des sexes : soit de la manière dont elle se constitue philosophiquement, se représente esthétiquement, en littérature ou en histoire de l’art – le 18serait ici « le siècle du sexe » (Harvey, 2010) tant sont nombreuses les œuvres qui le placent au centre de l’intrigue, mais aussi celui du « sexe  bavard » (Foucault, 1976) – et s’institue politiquement, sous la Révolution et le Consulat. Les Lumières posent ainsi trois questions capitales aux études de genre : celle de leur socle philosophique – quels arguments, quelles raisons fondent la différence entre hommes et femmes ? –, celle de leurs fables esthétiques – quels mots, quels discours, quelles images racontent ou montrent cette différence ? – et celle de leurs normativités politiques : quelles lois, quels textes, quelles valeurs transforment cette différence de sexes en détention différenciée de l’autorité ?Ouvrir les recherches dix-huitiémistes et la revue Dix-huitième siècle aux études de genre n’est pourtant pas le seul objectif du présent numéro. Ces études de genre ont elles-mêmes connu une évolution constante qui les a notamment conduites à penser, outre la domination, les déclinaisons spécifiques et surtout pratiques de la domination et de sa logique hiérarchique : comment les hommes et les femmes s’en arrangent-ils, la contournent-ils, en jouent-ils ou au contraire s’en affranchissent-ils ? De nouveaux concepts ont ainsi récemment enrichi les études de genre : l’agency (Butler 2002 et 2010) ou puissance d’agir par-delà les déterminismes mais aussi, depuis les années 2000, l’intersectionnalité, qui analyse l’entrelacs des différentes inégalités qui pèsent sur la trajectoire du sujet, qu’elles concernent son sexe, sa race ou son appartenance sociale. Or ces outils se révèlent très stimulants pour la recherche dix-huitiémiste : s’ils se sont affirmés dans le cadre double d’une histoire des femmes et des conditions de la politisation des sexes en Révolution (Guilhaumou 2012, Verjus 2002 et  2010, Plumauzille 2016), l’ambition du présent dossier serait de mettre leur efficacité à l’épreuve d’un long 18e siècle, inséré dans des cultures d’Ancien Régime dont il faut mesurer les évolutions : comment de tels outils permettent-ils de rendre compte des questions de l’inégalité, de la différence et de la domination, sans se limiter à la sexualité, mais en envisageant cette dernière, au sens large, comme un espace en cours de définition « moderne » où peut, en quelque sorte, s’intensifier l’activité (concrète et imaginaire) de normalisation des identités sociales et des rapports de pouvoir ? Les études de genre, telles qu’elles ont elles-mêmes ouvert l’empan de leur réflexion, interrogent ainsi plus largement les dominations qui singularisent autant qu’elles problématisent les Lumières : celle du sexe, mais aussi celle de la race et des positions dans l’ordre social, à la fois produits et producteurs d’une normativité dont il faut évaluer les contraintes comme les possibilités de remise en cause. C’est dans ce cadre que nous avons choisi de privilégier l’articulation entre « genres » et « normes » dans l’Europe des Lumières. Par « normes », nous n’entendons pas un cadre fermé et intangible, mais un système au contraire mouvant, se redéfinissant au gré de contraintes institutionnelles (la loi, le marché…), de volontés collectives ou individuelles, ou d’ajustements plus ou moins désirés. Ces normes seront envisagées autant dans leur articulation aux constructions et évaluations (imaginaires et émotions inclus) des « différences » dans la stratification sociale et raciale, que dans celles des sexualités et de leurs corps (eux-mêmes « construits »). C’est notamment cette résonance « intersectionnelle » qui conduit à passer du singulier (le genre comme outil d’analyse) au pluriel (les genres comme mise en travail des identifications). Et ce sont alors des jeux multiples par rapport à la norme dont nous chercherons à proposer une cartographie active : un tableau mouvant et européen des rapports de genre au 18siècle, où s’esquissent des dynamiques et des pratiques en même temps que s’énoncent des discours et que s’exercent des pouvoirs.Les contributions susceptibles d’une approche interdisciplinaire et ouvertes sur des corpus transversaux et internationaux retiendront donc plus particulièrement l’attention.


Calendrier
Les propositions (titre et présentation d’une quinzaine de lignes) sont attendues pour le 15 novembre 2021. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : dixhuitiemesiecle55@gmail.com.Les articles retenus, d’une longueur maximale de 30.000 signes espaces inclus, seront à rendre le 30 mai 2022 à la même adresse.