Colloque « Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empire », Nanterre, 14-15 mai 2019

Le colloque international transdisciplinaire « Les rapports sociaux comme objet d’enquête : entre théorie et empirie » aura lieu les 14 et 15 mai 2019 à l’Université Paris Nanterre, bâtiment Max Weber, Salle des conférences. 
 

14 mai 2019

09h00–09h30. Accueil des participants

09h30-09h45 Introduction par les organisateurs

09h45–11h. Table ronde 1. L’analyse des rapports sociaux de domination, d’exploitation, et de dépossession – entre théorie et empirie

Christian Lazzeri (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Le concept de domination entre philosophie et sciences sociales : un débat interminable »

Béatrice Hibou (CNRS) : « De la théorisation conceptuelle à la mise au travail du concept : l’exemple d’une lecture wébérienne de la domination »

Présidence : Camilla Brenni (Université de Strasbourg, CREPHAC)

Pause café

11h15-12h30. Atelier 1, partie 1. Race et racisme : les concepts et les objets

Abdellali Hajjat (Université Paris Nanterre, Institut des sciences sociales du politique) : « L’implicite et l’explicite de la question raciale »

Nicolas Martin-Breteau (Université de Lille, CECILLE) : « Comment comprendre la race pour combattre le racisme ? »

Présidence : Zacharias Zoubir (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

12h30–13h30. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 1, partie 2. Enjeux et statut de la théorie dans les enquêtes sur le racisme

Kolja Lindner (Université Paris 8, Les mondes allemands) : « La laïcité française entre libéralisme ambigu, identité nationale et racisme anti-musulman »

Nasima Moujoud (Université Grenoble Alpes, LARHRA) : « L’anti-relativisme culturel ou le déni du racisme et du terrain postcolonial et transnational  »

Présidence : Adrien Soumarey (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15h –17h15. Atelier 2. Conceptualiser l’exploitation de la nature et la dépossession écologique

Franck Fischbach (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « Vers un programme d’écologie sociale en philosophie sociale : le concept de rapport social à la nature »

Timothée Haug (Université de Strasbourg, CREPHAC) : « L’élaboration du concept marxien de force naturelle à la croisée de l’exploitation du travail et de la domination de la nature »

Armel Campagne (Institut européen universitaire) : « Tensions entre théorie et empirie dans l’analyse éco-marxiste des rapports capitalistes. Le cas d’Andreas Malm, de Jason Moore et de Daniel Cunha »

Présidence : Paul Guillibert (Université Paris Nanterre, Sophiapol)

15 mai 2019

9h00–10h45. Table ronde 2. Théorie, enquête et critique

Christophe Dejours (CNAM, PCPP) : « Du terrain d’enquête à la théorie, entre demande et recherche scientifique »

Emmanuel Renault (Université Paris Nanterre, Sophiapol) : « Critique sociale, connaissance empirique et théorisation philosophique »

Christiane Vollaire (CNAM, EHESS-Inalco) : « Une politique de l’entretien : repositionner la question subalterne »

Présidence : Simon Ridley (Sophiapol)

Pause café

11h00–12h15. Atelier 3, partie 1. Quelle place pour quelle théorie critique dans les enquêtes sur les rapports sociaux de genre ?

Danièle Kergoat (CNRS-Cresppa-GTM) : « Sociologie, études de genre et ‘‘rapport social’’ : une relation paradoxale »

Christelle Avril (EHESS, Centre Maurice Halbwachs) : « Pour un usage critique et empirique des grilles d’analyse sur le genre : le cas des femmes de milieux populaires »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

12h15–13h45. Pause déjeuner

13h45–15h00. Atelier 3, partie 2. Enjeux épistémologiques et politiques de la critique féministe

Dominique Fougeyrollas-Schwebel (Université Paris-Dauphine, CNRS) : « Critique féministe des sciences. Des marges à l’institutionnalisation »

Présidence : Jules Falquet (Université Paris Diderot, LCSP)

Pause

15h15-17h30 Atelier 4. Théoriser et enquêter sur la domination et l’exploitation dans le monde du travail

Jean-Philippe Deranty (Macquarie University, CAVE) : « Comment une théorie critique du travail doit-elle se référer aux expériences du travail ? »

Alexis Cukier (Université de Poitiers, Sophiapol) : « La philosophie sociale, la psychologie et la sociologie contemporaines face à l’aliénation du travail »

Pause café

Danièle Linhart (CNRS, Cresppa-GTM) : « Accélération temporelle et temps de l’analyse »

Maud Simonet (CNRS, IDHES) : « L’exploitation des bénévoles ? Des questions de l’enquête à l’interpellation des catégories »

Présidence : Enrico Donaggio (Università degli Studi di Torino, IMÉRA)

17h30. Mot de conclusion par les organisateurs


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.