Jesus R. Velasco, Quatre leçons, Séminaire « Formes de droit. Histoire et historicités de l’invention juridique », 13, 14, 28 et 29 mai 2019, EHESS

Dans le cadre du séminaire à l’EHESS, organisé par Pierre Thévenin et Emanuele Conte, Formes de droit. Histoire et historicités de l’invention juridique
 
Jesus R. Velasco, professeur à l’Université Columbia de New York, interviendra pour quatre leçons, les 13, 14, 28 et 29 mai, dont voici l’argumentaire et le programme.
 
« En contrepoint du séminaire Formes de droit, qui a porté sur la productivité des grands concepts avec lesquels le latin a colonisé la pensée et les pratiques de la science juridique moderne et contemporaine, mon attention se portera sur le vernaculaire. Par ce terme de « vernaculaire », je n’entends pas seulement désigner le monde de la langue vulgaire. Le vernaculaire — un concept qui ne figure pas dans les pages du Dictionnaire philosophique des intraduisibles de Barbara Cassin — nous renvoie, au delà de la langue, au domaine du domestique. Là, tout a été provincialisé et tout continue, jusqu’aujourd’hui, d’être provincialisé — au sens de la notion de provincialization proposée par Dipesh Chakrabarty. Cependant dans l’économie des études du champ “droit et culture” du Moyen Âge, il existe toute une constellation de traditions juridiques qui, bien que créées puis répandues à renfort de visions universelles, ont été fréquemment lues et interprétées comme marginales, subalternes, locales et sans grande influence sur les grands courants de ce que l’on nomme souvent le “droit savant.”

Précisément le droit savant se dit en latin, tandis que les autres droits, provincialisés, s’expriment soit dans des langues que l’Europe se refuse à considérer comme des langues légitimes, soit dans des langues vernaculaires, secondes par rapport au latin. Ainsi, le véritable ressort de la provincialization des traditions de pensée juridique est ce que l’on appelle le ius commune. Depuis longtemps théorisé comme le “droit commun” de l’Europe, ce ius commune est un grand agent d’exclusion — tout ce qui ne fait pas partie de ce droit commun à l’ensemble de l’Europe n’est jamais tenu que pour un accident, au sens philosophique comme peut-être au sens ordinaire du mot. Au contraire, « provincialiser » momentanément le droit savant nous permettra d’entrevoir la productivité des activités vernaculaires au sein d’une pensée juridique variée, multiforme, et multilingue.

Pour ce faire, ces quatre séances me seront l’occasion de proposer quatre idées :

Séance 1.
Perplexité, interpretation et production. Introduction à l’oeuvre d’Alphonse X le Sage, Siete Partidas.
Lundi 13 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle AS1_23

La première idée est celle de perplexité, entendue comme une façon de considérer la production du droit. Je pars d’une notion que Maïmonide articule dans le Guide des égarés (perplexité, ou ha’ira en arabe, la langue dans laquelle Maïmonide a écrit son traité) et qu’il définit comme ce qu’on ressent devant la loi lorsqu’on se rend compte qu’on ne peut pas ne pas philosopher, ce qui est perçu comme un problème de conscience. Nous allons examiner la généalogie de cette notion, pour explorer comment elle devient elle aussi productrice, et non seulement herméneutique, dans la tradition ibérique des Siete Partidas — dont nous considérerons l’histoire textuelle et éditoriale.

Lectures :
Averroes, Discours décisif, édition Geoffroy et Libera, Paris, Garnier-Flammarion, 1996.
Maimonide, Guide des égarés, introduction de Maimonide, Lagrasse, Verdier, 2012.
Shem Tov Falaquera, L’accord de la Torah et de la philosophie. Epître de la controverse, édition bilingue français-hébreu, traduction David Lemler, Hermann, Panim el Panim, 2014.
 
Séance 2.
L’amitié, un concept juridique ?
Mardi 14 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle AS1_08

La deuxième idée est la notion d’amitié, entendue comme une façon d’étendre la portée du juridique. Nous verrons comment, pour quoi, et par quels moyens il importa de conférer au concept d’amitié une forme législative, au moment précis de la création des Partidas. Nous étudierons également dans quelle mesure cette conception, cette régulation, un peu inattendue, de l’amitié, peut nous fournir aujourd’hui quelques idées pour comprendre la façon dont les conceptions de l’amitié sont réutilisées dans les réseaux sociaux.

Lectures
    Alfonse X, Cuarta Partida, titre 27.
    Marilena Chauí, « Amizade, recusa do servir », introduction à Etienne de La Boëtie, Discurso da servidão volontaria, Sao Paulo, Brasiliense, 1986.
    Martin Hägglund, This Life: Secular Faith and Spiritual Freedom, introduction, New York, Pantheon Books, 2019.
    Murad Idris, War for Peace. Genealogies of a Violent Ideal in Western and Islamic Thought, Oxford University Press, 2018, chapter 1.

Séance 3.
Science de l’âme, corps du droit. Sur les appropriations de la science de l’âme par la discipline du droit.
Mardi 28 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail, Salle AS1_24.

Troisièmement, je voudrais explorer une affinité entre la science du droit et la science de l’âme, ou plutôt les processus d’appropriation de la science de l’âme par la discipline juridique, à partir de la lecture de quelques chapitres des Siete Partidas, qui se fondent sur une loi qui définit le sujet juridique comme l’âme sensitive du royaume. Nous nous demanderons si cette definition et les lois qui l’accompagnent peuvent nous aider à comprendre quelques stratégies de construction du sujet juridique.

Lectures:
    Averroes, L’intelligence et la pensée. Grand commentaire sur le De anima (Livre III), édition et traduction d’Alain de Libera, Paris, Garnier-Flammarion,   1998.
    Ibn Bajja, Kitab al-nafs. Libro sobre el alma, traduction de Joaquín Lomba, Madrid, Trotta, 2007.
    Alfonso X, Segunda Partida, titres 9-13.

Séance 4
Extraction
Mercredi 29 mai 2019, 10h-13h, 105 boulevard Raspail : salle A07_51

Enfin, je voudrais proposer la notion d’extraction comme technique de séparation entre le droit et le non-droit, c’est à dire entre formes normatives ou régulatrices (même à caractère moral ou politique) et formes qui ne se présentent pas comme telles. Nous allons explorer ces techniques d’extraction à partir d’un chapitre d’histoire du livre et de la lecture, et en lisant des textes un peu marginaux et drôles, comme ceux de Poe et Flann O’Brien (entre autres).

    Lectures:
    Edgar Allan Poe, Marginalia du 1 novembre 1844, in Marginalia, University of Virginia Press, 1984.
    Flann O’Brien / Myles na gCopaleen, « Buchhandlung » in The Best of Myles, traduction française, Paris, Les Belles Lettres, 2011. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.