Soutenance de thèse, Clotilde Nouët, L’hétéronomie du discours. Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, 11 décembre 2017, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103, CNRS-Paris 1)
Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne
Soutenance de thèse

Madame Clotilde Nouët soutiendra sa thèse de Doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne intitulée :

L’hétéronomie du discours.
Une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas

Le lundi 11 décembre 2017 à partir de 9h, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en salle Duroselle, devant un jury composé de :

Mme Catherine COLLIOT-THÉLÈNE, Professeure émérite à l’Université de Rennes 1

Mme Rahel JAEGGI, Professeure à l’Université Humboldt de Berlin, directrice

M. Jean-François KERVÉGAN, Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur

M. Emmanuel RENAULT, Professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre

M. Martin SAAR, Professeur à l’Université de Leipzig

Résumé

Nous proposons dans cette thèse une approche critique de la philosophie politique de Jürgen Habermas, qui vise à interroger la conception du discours sur laquelle elle se fonde. De ses premiers textes sur « l’espace public » à la théorie politique et du droit qu’élabore Droit et démocratie, Habermas approfondit l’intuition selon laquelle c’est à travers une certaine pratique du discours argumenté que se forment les espaces de communication, de délibération, et de décision, sans la vitalité desquels la démocratie ne saurait être « radicale ». Il convient dès lors de reconstruire cette théorie du discours qui sous-tend sa pensée politique, aux différents niveaux où elle est opératoire : la pratique du langage ordinaire qui est la nôtre lorsque nous communiquons dans la vie de tous les jours ; celle que nous mettons en œuvre en tant que sujets politiques lorsque nous revendiquons des droits dans l’espace public ; celle enfin qui nous permet d’argumenter selon un point de vue moral lorsqu’il s’agit de déterminer les principes de justice. Nous défendons la thèse selon laquelle les normes fondamentales du discours, qu’Habermas établit à un niveau quasi transcendantal, doivent être reconduites à une hétéronomie qui est celle des conditions matérielles du discours. La philosophie sociale d’inspiration matérialiste qu’Horkheimer s’emploie à construire dans les années 1930 ouvre la voie d’une telle analyse. Nous reconstituons à cet effet le débat interne à l’École de Francfort sur la question de savoir comment le matérialisme critique de Marx doit être interprété.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.