Séminaire « Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui », EHESS

Une seconde grande transformation ? Karl Polanyi aujourd’hui

  – Pierre Charbonnier, chargé de
  recherche au CNRS ( IMM-LIER )
  – Ferhat Taylan, chercheur
  postdoctoral à l’Université de Liège ( Hors EHESS )

1er et 3e mercredis du mois de 15 h à 18 h (EHESS, salle 6, 105 bd
Raspail 75006 Paris), *du 16 janvier 2019 au 19 juin 2019

Les travaux de Karl Polanyi – notamment son ouvrage majeur *La Grande
Transformation *(1944) – présentent un cadre historique et critique d’une
grande actualité pour saisir les mutations des rapports entre la société,
ses institutions et les milieux naturels. D’une part, insérés dans le
marché autorégulateur, la terre et le travail sont soumis à une nouvelle
rationalité qui affecte leurs fonctions socialisatrices traditionnelles.
D’autre part, l’institutionnalisation de ce marché autorégulateur se fait
lui-même au nom des lois de la nature, tout en détachant les sociétés des
matérialités reléguées à l’ajustement spontané des prix. D’un tel
découplage de l’économie et la société, de cette « nouvelle intégration de
l’homme et de la nature tentée avec si peu de succès », découle une «
transformation du milieu humain en désert ».

Le séminaire a comme objectif de questionner l’actualité de ces
perspectives selon deux axes. Il s’agira d’abord d’un effort de compréhension
des thèses de Polanyi par un travail de mise en perspective des concepts
(l’amélioration, désencastrement, naturalisation et dépolitisation du
marché, marchandisation de la nature, protections de la société, etc.) et
des auteurs (Owen, Ricardo, Bentham, etc.) qu’il aborde. Ensuite, il
s’agira de prolonger les perspectives polanyiennes dans la période post
1945 : l’économicisation de la nature, l’avènement d’une écologie insérée
dans le marché autorégulateur, mais aussi d’un droit de l’environnement,
les contrastes entre sociétés industrialisées et « primitives » ainsi que
l’intégration des secondes dans le marché global, sont autant de domaines
dans lesquels les travaux de Polanyi s’avèrent pertinents.

En somme, il s’agira autant de saisir la grande transformation évoquée par
Polanyi du point de vue de l’écologie politique que de saisir la
transformation qu’il a provoqué dans les sciences sociales (économie,
anthropologie, sociologie ou droit). L’hypothèse de ce séminaire sera
qu’une *seconde* grande transformation est en cours, qui impose la terre
comme nouvel acteur politique bouleversant les relations entre l’économie,
le droit, l’État.

*Calendrier des séances*

16 janvier

*Pierre Charbonnier* (Philosophie, CNRS-EHESS), « D’une transformation à
l’autre. Terre, marché et société »

6 février

*Antonin Pottier* (Economie, EHESS), « Le désencastrement de l’économie :
comment Polanyi nous aide à penser la dégradation écologique »

20 février

*Sara Aguiton* (Histoire des sciences, CNRS-EHESS), « Mise en risque, mise
en finance : mutations de l’assurance et de la finance autour des risques
climatiques »

20 mars

*Julien Vincent* (Histoire, Paris I), « La terre comme facteur de
production : l’exemple de la Nouvelle Zélande »

3 avril

*Michele Spano* (Histoire, droit, EHESS), « L’institution de la terre.
Quelques réflexions de droit privé »

17 avril

*Edouard Delruelle* (Philosophie, Univ. Liège), « Nancy Fraser: une
critique post-polanyienne du capitalisme »

15 mai

*Dominique Pestre* (Histoire des sciences, EHESS), « Comment
l’environnement a été géré depuis 50 ans. Anatomie d’un échec»

5 juin

*Ferhat Taylan* (Philosophie, Univ. Liège), « Une typologie des
détachements modernes à l’égard de la terre »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.