Républiques et idée républicaine au temps des monarchies

Colloque de l’Association des Historiens modernistes des universités françaises

Vendredi 26 janvier 2018

Sorbonne, amphi Milne-Edwards

 

9h Ouverture de la journée par le président de l’AHMUF, Lucien Bély

9h15 Jean-Louis Fournel, Université Paris 8 : « Une république en guerre : Florence de 1494 à 1530 »

9h45 Thomas Maissen, Institut historique allemand de Paris : « Républiques et républicanismes à l’époque moderne : traditions, modifications, bouleversements »

10h15  Discussion / Pause

10h45 Olivier Christin, Université de Neuchâtel, EPHE : « Le Républicanisme de la vertu en figures : Decius, Marcus Curtius, Scaevola et les dévoués romains »

11h15 Christopher Hamel, Université de Rouen : « Penser l’idée républicaine avant la République dans la France du XVIIIe siècle. Quelques considérations historiographiques »

11h45 Discussion

12h15 Déjeuner

14h Christophe Miqueu, ESPE Bordeaux : « Spinoza, la République hollandaise et l’idée républicaine au temps des monarchies »

14h30 Marion Brétéché, Université d’Orléans : « La presse politique francophone en contexte républicain (Provinces-Unies, XVIIe-XVIIIe siècle) »

15h Géraud Poumarède, Université Montaigne Bordeaux : « Venise, une république qui se voulait reine (XVIe-XVIIIe siècle) »

15h30 Discussion / Pause

16h Céline Borello, Université du Mans : « Protestants français et idée républicaine : entre mythe, calomnie et réalités au XVIIIe siècle »

16h30 Michel Vergé-Franceschi, Université de Tours : « Pascal Paoli un Corse des Lumières et l’idée de République de 1755 à 1807 »

17h Discussion

Crystal Cordell Paris, Pourquoi encore le féminisme ?, PUG, 2017.

Crystal Cordell Paris, Pourquoi encore le féminisme ?, PUG, 2017.

Techniques de procréation médicalement assistées, gestation pour autrui, intersexualité… Autant de problématiques de nos sociétés contemporaines qui soulèvent la question du libre choix, de la liberté individuelle, et du féminisme.
Peut-on tout se permettre au nom de la liberté individuelle ? En quoi consiste la liberté des individus ? Jusqu’où va-t-elle ? Et comment se négocie sa réalisation vis-à-vis d’autres valeurs ? Qu’en est-il en particulier des femmes, face à des questions qui abordent la maîtrise de leur propre corps ?

Dans un contexte secoué par les scandales fabriqués sur la théorie du genre et les prises de position moralisatrices, l’auteur s’attache à éclairer philosophiquement ces questions en s’appuyant sur de nombreux exemples. Elle fait voler en éclat le traditionnel débat entre conservatistes et progressistes, et ouvre une nouvelle voie en repositionnant le débat autour de la question du choix et de l’éthique du choix.
Pourquoi, encore, aujourd’hui, poser la question du féminisme ?

Etienne Tassin (1955-2018)

Le philosophe Etienne Tassin, professeur de philosophie politique à l’université Paris VII, est mort à Paris le 8 janvier 2018.

Parmi ses nombreuses publications, on peut noter :

-Philosophie, Phénoménologie, Politique : Jan Patocka (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Merleau-Ponty, Phénoménologie et expériences (éd. avec Marc Richir), Grenoble, Jérôme Millon, 1992.
Le Trésor perdu. Hannah Arendt, l’intelligence de l’action politique, Paris, Payot, (coll. « Critique de la politique »), 1999.
Un Monde commun. Pour une cosmo-politique des conflits, Paris, Le Seuil, (coll. « La couleur des idées »), 2003.
Critique de la politique. Autour de Miguel Abensour (éd. avec Anne Kupiec). Paris, Sens & Tonka, 2006.
Hannah Arendt. Crises de l’État-nation, pensées alternatives, (éd. avec Martine Leibovici, Anne Kupiec et Géraldine Muhlmann), Paris, Sens & Tonka, 2008.
Le maléfice de la vie à plusieurs. La politique est-elle vouée à l’échec ?, Paris, Bayard, septembre 2012.

Rencontre autour du livre de Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine, Collège international de philosophie, 13 janvier 2018

Le Collège international de philosophie organise le samedi 13 janvier une rencontre autour du livre de

Didier Fassin, Punir. Une passion contemporaine (Seuil).

Lieu : Bibliothèque Marguerite Audoux, 10 rue Portefoin, 75003 Paris
De 10 à 13h.
Organisateur : Christophe Béal (CIPh)
Intervenants : Didier Fassin (Princeton, EHESS), Raphaëlle Théry (EHESS), Luigi Delia (CIPH, Genève).

Présentation:
Qu’est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? C’est autour de ces trois questions majeures que s’articule le dernier ouvrage de Didier Fassin qui renouvelle profondément la réflexion sur le système pénal en articulant une généalogie de la pénalité moderne et une approche ethnographique qui permet de comprendre les justifications et les interprétations de l’acte punitif ainsi que sa dimension sociale. L’auteur entend porter un diagnostic sur le « moment punitif » que traversent les sociétés occidentales et qui se caractérise par un décalage manifeste entre les principes rationnels sur lesquels s’est constituée la pénalité moderne et la réalité de la justice pénale. Les phénomènes étudiés par Didier Fassin au cours de ses enquêtes antérieures tendent à montrer que le sens de la peine n’est pas celui que les doctrines philosophiques ou juridiques lui attribuent communément. Le système pénal présente en effet une composante passionnelle et pulsionnelle qui échappe à la rationalité, une « part maudite » dont se nourrit la rhétorique populiste et qui est la source de nombreuses injustices.

Séminaire Fictions et économies

Séminaire Fictions et économies

mardi 23 janvier 2018

Paolo TORTONESE (PU, Paris 3)

La main visible : Balzac, l’intérêt et l’amour-propre

Répondant : Boris LYON-CAEN (MCF, Paris 4)

mardi 13 février 2018

Chantal JAQUET (PU, Paris 1)

Usages de la littérature dans la pensée des transclasses

Répondante : Marion CHOTTIN (CR, ENS Lyon)

mardi 27 mars 2018

Hélène PIGNOT (MCF, Paris 1)

Price and prejudice ? Enquête sur la réception des romans de Sarah Fielding en France (1745-1845)

Répondante : Marie-Laure MASSEI-CHAMAYOU (MCF, Paris 1)

mardi 15 mai 2018
Séverine DENIEUL (Doctorante, Paris 10, PRAG, IUT de Poitiers)

Casanova et l’économie des passions

Guillaume SIMIAND (Docteur, Paris 4, PRAG, Paris 1)

Casanova et Ange Goudar, deux économistes aventuriers

mardi 29 mai 2018

Julie FERRAND (MCF, IUT de Roanne, Université de Saint-Étienne)

La communauté des biens dans l’œuvre de Mably: utopie ou projet sociétal ?

Répondante : Claire PIGNOL (MCF, Paris 1)


mardi 5 juin 2018

Élise PAVY-GUILBERT (MCF, Bordeaux-Montaigne)

La langue comme monnaie

Répondants : Anne-Marie MERCIER-FAIVRE (PU, Lyon 1/IHRIM),

Gilles SIOUFFI (PU, Paris 4)

Ouvert à tous

Séances de 18H30 à 20H30

Salle Cavaillès, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

17 rue de la Sorbonne (escalier C, 1er étage)

Séminaire coordonné par :

Marion CHOTTIN (marion.chottin(at)ens-lyon.fr)

Claire PIGNOL (claire.pignol(at)univ-paris1.fr)

Élise SULTAN (amsoline(at)hotmail.com)

Déchiffrer l’Occident ? Regards croisés de Pic de la Mirandole et de Pierre Legendre. À propos des 900 conclusions et de la 901ème, Cécile Moiroud, Delphine Viellard, Pierre Legendre, 17 janvier 2018, Lycée Henri IV, Paris

Déchiffrer l’Occident ? Regards croisés de Pic de la Mirandole et de Pierre Legendre. À propos des 900 conclusions et de la 901ème
Dans cette conférence à deux voix, Cécile Moiroud (juriste et maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne) et Delphine Viellard (agrégée de lettres modernes, traductrice des 900 conclusions de Pic de La Mirandole aux éditions Belles Lettres, 2017) dresseront, en présence de Pierre Legendre, auteur de La 901e conclusion (Fayard, 1998), la pensée de l’homme occidental, « moaudederne », entre philosophie et droit.
Mercredi 17 janvier 2018, de 18h30 à 20h au lycée Henri-IV (salle des Médailles), Paris 5ème

Séminaire Transferts culturels, 12 janvier 2018, L’élaboration transnationale du système universitaire turc, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris

La prochaine séance du séminaire « Transferts culturels » aura lieu le
vendredi 12 janvier de 9h30 à 12h30 au 29 rue d’Ulm, 75005 PARIS,  salle
A.Djebar

L’ELABORATION TRANSNATIONALE DU SYSTEME UNIVERSITAIRE
TURC

Feza Günergun (Istanbul) :

Transferring knowledge for the building of
modern Turkey. A survey of students sent to French universities prior to
World War II

For many centuries, Turkey witnessed the transmission of scientific or
technical knowledge from Eastern and Western cultures. During the early
centuries (14th-17th c.) of the Ottoman rule, madrasa students eager to
improve their knowledge would travel to the Middle East and Central Asia and
study with renowned Islamic scholars. Travels made within areas of similar
cultural background were rather intense. As for the technical knowledge
(i.e.gun casting, shipbuilding) needed by the military, this was procured
from technicians and labour force recruited or hired mainly from European
countries where different cultures and creeds prevailed. Initially
non-MuslimOttoman subjects, supported by their families, left for Europe to
study sciences (mostly medicine) from 17th century on. The Ottoman
governmentwould send “students” who were graduates of Ottoman
educationalinstitutions to European universities and military institutions
after the 1830’s. Although these early trainees and those sent in the
following years contributed to teach modern sciences in Ottoman
institutions,their efforts would fall short due to various reasons.

The foundation of the Turkish Republic in 1923 and the following
modernisation program initiated by Mustafa Kemal Atatürk was deeply
West-oriented. The modern educational institutions to be created or
reformed,the new industrial plants to be set throughout the country needed
large number of well- trained staff. Following Atatürk’s instructions,
thedecision of sending students to Europe was already decided in 1923 at the
Izmir Economy Congress and included in the Government’s Program pronounced
in the same year. Most of the students were sent to France and Germany to
study arts, sciences, and engineering. The high school graduates who would
pass the “The Examination for Europe” (Avrupa imtihanı) organised
acrossAnatolian towns, were awarded with scholarship and directly sent to
Europe where they would first learn the language of the country they were to
study. The first group left in 1925. A law instated in 1929 would build
foreign education on a solid ground and more students were sent in the
1930s.With the outbreak of WWII in 1939, all Turkish students were called
back and returned to Turkey. Some went back to Germany and studied under war
conditions, some preferred to leave for the United States where they were
mostly trained in Engineering. A number of them conducted PhD studies,
allowing for their initiation to scientific research. The latter would later
be instrumental in establishing the “research culture” in Turkey.

The present paper aims to give a survey of Turkish students who studied in
France between 1923-1950 in arts (painting, sculpture and music), social
sciences (history, philosophy, literature, geography, psychology, sociology,
art history), mathematical and natural sciences (mathematics, physics,
astronomy, chemistry, geology, zoology). A smaller number of students
studiedalso engineering (mining, telecommunication, forestry, agriculture,
aeronautics). A good number of them studied at Sorbonne in Paris, but many
others were scatted in provincial universities such as Lyon, Dijon, Nancy,
Montpellier, Strasbourg, Grenoble, Bordeaux, Caen, and Lille. During their
studies over 4 to 5 years, they also became acquainted with European way of
life. When back to Turkey, they were not only instrumental in translating
French textbooks into Turkish, teaching updated scientific knowledge,
introducing new techniques but also carried on to cherish the culture of
their student years.

Conférence au Centre Universitaire Méditerranéen, Laurent Jaffro, Cyberconfiance : les interactions sur Internet entre crédulité et sécularisation, 9 janvier 2018, 18h

Le CRHI est heureux de vous annoncer que le cycle de conférences de philosophie du Centre Universitaire Méditerranéen, « Réfléchir pour aujourd’hui », en partenariat avec la Société azuréenne de philosophie, accueille le mardi 9 janvier 2018  à 18h, Laurent JAFFRO (Professeur de philosophie morale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre senior de l’Institut universitaire de France), pour une conférence intitulée : « Cyberconfiance : les interactions sur internet entre crédulité et sécurisation ».

Rencontres philosophiques du CUM – Réfléchir pour aujourd’hui

Laurent JAFFRO

« Cyberconfiance : les interactions sur internet entre crédulité et sécurisation »

Mardi 9 janvier 2018 à 18h

Centre Universitaire Méditerranéen (CUM)
65 Promenade des Anglais 06000 Nice

Présentation de la conférence :

Qu’est-ce que la confiance ? Comment sait-on, en pratique, si elle est l’attitude appropriée ? Ces questions ont été posées depuis longtemps par les diverses disciplines qui s’intéressent aux interactions sociales en général. Depuis deux décennies, ces mêmes questions concernent les interactions dites «en ligne» et des usages divers de l’internet (commerce en ligne, réseaux sociaux, etc.), de l’informatique et des réseaux. La confiance n’est ni la crédulité ni la sécurisation. Qu’est-elle alors ?

AAC, Habiter la contradiction : usages et colportages de la pensée de Geneviève Fraisse, 29-30 mars 2018

Habiter la contradiction : usages et colportages de la pensée de Geneviève Fraisse

Deux journées d’étude à Paris – 29 et 30 mars 2018
Le Centre d’Etudes du Vivant, Université Paris Diderot et la Fondation Entreprise Ricard, Paris

En la présence et avec la participation de Geneviève Fraisse

Conçues par : le collectif Les Vagues (1)

Geneviève Fraisse, directrice de recherche émérite au CNRS, produit une œuvre philosophique à partir du matériau historique. Faisant apparaître de nouvelles généalogies du féminisme, elle ouvre la voie d’un dialogue avec des pensées isolées ou canoniques de Poullain de la Barre à Simone de Beauvoir en passant par Germaine de Staël. Elle postule que la Révolution française, issue de l’universalisme, est paradoxalement le point de départ de la théorisation de la place des femmes dans les affaires publiques et en même temps de leur exclusion de la sphère politique ce qu’elle appelle la « démocratie exclusive ». Depuis plusieurs années, la pensée de Geneviève Fraisse s’est aussi diffusée en dehors du monde académique. C’est le signe d’une nouvelle perspective francophone sur les études de genre alors que les vingt dernières années ont été marquées par l’apport des modèles états-uniens. Intellectuelle engagée, elle est une figure incontournable du Mouvement de Libération des Femmes. Elle a aussi été déléguée interministérielle aux droits des femmes (1997-1998) et députée au Parlement européen (1999-2004). Chercheure, femme et  militante, elle a développé une pensée libertaire réactivée par les questionnements politiques actuels. Ces journées d’étude Habiter la contradiction : usages et colportages de la pensée de Geneviève Fraisse seront l’occasion de revenir sur l’apport philosophique des études de genre développées en France, d’assumer la réappropriation des discours comme pratique émancipatrice à partir de la logique non dogmatique et de l’exigence de remise en question permanente des concepts.

Nous proposons trois axes principaux pour orienter les contributions des participant·e·s :

  • Historicité : contretemps dans le féminisme

La pensée généalogique de Geneviève Fraisse, son travail sur les débats intellectuels concernant les femmes au XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles, montrent que repousser les femmes de l’activité intellectuelle et politique a été un assaut long, lent, soutenu et surtout acharné. Dans Muse de la raison, la philosophe souligne qu’il s’est agi dans ces combats d’idées de construire la femme comme un être fondamentalement anhistorique. Faire un travail d’historien·ne permet d’œuvrer contre l’idée de la femme comme catégorie anachronique.

Une attention particulière sera donc portée aux propositions mettant en avant des travaux à l’épreuve de l’Histoire.

  • Lignée : construction de généalogies, jeu d’appropriation et de réappropriation des concepts, des discours

Forte de ses appuis foucaldiens, Geneviève Fraisse pose la question de savoir ce qui, de l’archive, parvient jusqu’à nous. Son travail permet ainsi d’examiner des sujets d’actualité comme le voile, la prostitution, la parité, etc., au prisme d’une perspective historique. Avant de s’emparer de sujets de débat, l’intellectuelle examine la terminologie qui les traverse, éprouvant la pertinence historique et philosophique des mots qui circulent, avant de les considérer comme des concepts.

Nous souhaitons discuter en profondeur les concepts majeurs de la pensée de Fraisse : la sexuation, le consentement, l’émancipation, la jouissance etc., et leur application. Les communications à caractère dialectique et/ou généalogiques seront donc examinées avec beaucoup d’intérêt.

  • Émancipation :

Déconstruire les représentations et les systèmes aliénant, excluant et marginalisant est une étape importante de la transformation sociale, politique et culturelle. Mais la déconstruction ne permet pas d’agir ou de penser autrement, puisqu’elle prend le modèle dominant comme référent.

Au côté de Jacques Rancière dans la revue Les Révoltes Logiques, Geneviève Fraisse a initié une pensée alternative à l’histoire institutionnalisée du féminisme et des genres. Son féminisme refuse l’individualisme et le capitalisme. La généalogie fraissienne nous permet de sortir de l’isolat et nous oblige à vivre les contradictions qui animent  l’engagement et la vie collective. Genevière Fraisse se décrit elle-même comme une colporteuse : sa méthode de modestie philosophique consiste à apporter avec soi des problèmes et à les éprouver dans différentes situations, dans différents lieux.

Les communications sont ouvertes aux artistes, aux militant·e·s et aux chercheur·e·s de toutes disciplines, avec une attention particulière apportée à la philosophie, aux études féministes, à l’histoire de l’art et aux études visuelles.

Les propositions de communication de 3000 signes maximum doivent être envoyées en anglais ou en français à groupe.les.vagues(at)gmail.com avant le 15 janvier 2018.

Bibliographie sélective de Geneviève Fraisse :

Service ou servitude, essai sur les femmes toutes mains (1979), nouvelle édition augmentée, Le Bord de l’eau, Lormont, 2009.

Muse de la raison, démocratie et exclusion des femmes en France (1989), édition augmentée d’un avant-propos « Une histoire française ? » et d’une postface « Démocratie exclusive, république masculine », Folio/Histoire-Gallimard, Paris, 1995.

Du consentement (2007), édition augmentée d’une postface « Et le refus de consentir ? », Seuil, Paris, 2017.

L’Europe des idées, suivi de « Touriste en démocratie, chronique d’une élue au Parlement européen, 1999-2004 » avec la collaboration de Christine Guedj, France Culture/ L’Harmattan, Paris, 2008.

La Fabrique du féminisme, textes et entretiens, le Passager clandestin, Neuvy-en-Champagne, 2012.

Les Excès du genre, concept, image, nudité, éditions Lignes, Paris, 2014.

La Sexuation du monde, réflexions sur l’émancipation, Presses de Sciences Po, Paris, 2016.

Nous souhaitons aborder le travail de Geneviève Fraisse à partir des usages que nous en avons, dans les différents espaces que nous occupons : artistiques, militants, pédagogiques, intimes, domestiques, épistémologiques.
Nous nous inscrivons dans la continuité de cette approche dans les modalités d’organisation de ces journées d’études. Nous profitons d’une actualité éditoriale riche (réédition de Muse de la Raison (Folio Gallimard), Du Consentement (Le Seuil) et de La Fabrique du féminisme (Passager clandestin)) pour présenter avec elle ces deux journées d’études.

(1) Le groupe de travail Les Vagues est un collectif féministe. Composé de professionnelles des arts visuels, il se réunit pour penser et mettre en œuvre les articulations entre le monde de l’art, l’histoire de l’art, la culture politique et le militantisme d’un point de vue situé. Le collectif recense, donne de la visibilité aux outils du changement positifs et porte des pratiques professionnelles féministes égalitaires, soucieuses de la justice sociale. Pratiquer une épistémologie féministe intersectionnelle au sein du champ de l’art revient à mettre au travail les formats, les discours, les outils des sciences sociales (histoire de l’art, sciences politiques, philosophie, cultural studies) du milieu militant (décolonial, LGBTQI+, queer, afroféministe) avec et dans les écritures et les modalités de l’art.

 

Riccardo Saccenti, Debating Medieval Law: A Survey, University of Notre Dame Presse, 2016.

Riccardo Saccenti, Debating Medieval Law: A Survey, University of Notre Dame Presse, 2016.

Source : http://undpress.nd.edu

In Debating Medieval Natural Law: A Survey, Riccardo Saccenti examines and evaluates the major lines of interpretation of the medieval concepts of natural rights and natural law within the twentieth and early twenty-first centuries and explains how the major historiographical interpretations of ius naturale and lex naturalis have changed. His bibliographical survey analyzes not only the chronological evolution of various interpretations of natural law but also how they differ, in an effort to shed light on the historical debate and on the medieval roots of modern human rights theories.

Saccenti critically examines the historical analyses of the major historians of medieval political and legal thought while addressing how to further research on the subject. His perspective interlaces different disciplinary points of view: history of philosophy, as well as history of canon and civil law and history of theology. By focusing on a variety of disciplines, Saccenti creates an opportunity to evaluate each interpretation of medieval lex naturalis in terms of the area it enlightens and within specific cultural contexts. His survey is a basis for future studies concerning this topic and will be of interest to scholars of the history of law and, more generally, of the history of ideas in the twentieth century.

 

“With exemplary scholarship, Riccardo Saccenti provides a clear and unbiased presentation of the evolution of natural law theory, practice, and interpretation from the Middle Ages to the present. His welcome and original work expands our understanding of how medieval natural law, and in particular how the relationship between natural rights and both the church and society, has been viewed by original authors and scholars. This is a valuable resource in its thorough and even-handed treatment of primary sources as well as its inclusion of the vast secondary literature.” — Mark Clark, Catholic University of America

“Scholars from the early twentieth century to the present have disagreed on how to interpret the multiform traditions of natural law in medieval thought and their relations to modern natural law theories. In addition to providing a lucid and up-to-date survey of the historiography of this debate, placing its participants in their own disciplinary and methodological contexts, Riccardo Saccenti also argues persuasively for a more holistic approach to this subject. His valuable study should be required reading for scholars interested in medieval natural law theories, both in their own right and in their continuing relevance to philosophy, theology, law, and political theory.” — Marcia L. Colish, Yale University

“Thoroughly conversant with primary and secondary sources, Riccardo Saccenti offers a new approach to divergent interpretations of the idea of natural law in the Middle Ages. With a rare blend of philosophical competence and historical perceptivity, he succeeds in explaining the positions of acknowledged scholars, such as Finnis, Oakley, Tierney, Nederman, and Brett, both in their presuppositions and in their relevance for current discussions on natural rights. While previous contributions risk being one-sided or limited by their polemical attitude, Debating Medieval Natural Law gives for the first time a comprehensive and balanced survey of the many issues at stake. A long-awaited, reliable guide through the intriguing and sophisticated debates about the origins of a crucial and controversial idea of Western civilization.” — Roberto Lambertini, University of Macerata

Vincent BOURDEAU et Arnaud MACÉ (dir.), La nature du socialisme. Pensée sociale et conceptions de la nature au XIXe siècle, Presses de l’Université de Franche-Comté, AGON, Annales littéraires, 2017

Vincent BOURDEAU –Arnaud MACÉ (dir.), La Nature du socialisme. Pensée sociale et conceptions de la nature au XIXe siècle, Presses de l’Université de Franche-Comté, AGON, Annales littéraires, 2017

Résumé :

Le XIXe siècle passe pour le siècle de l’histoire, de sociétés modernes hantées par leurs productions tant matérielles que culturelles, s’arrachant par le travail, la technique et la science aux contraintes de la nature. Cet ouvrage propose de montrer, à l’inverse, que les pensées sociales de la période ont entretenu d’étroits rapports avec le concept, diversement élaboré, de nature. Le socialisme est un terrain fécond pour déployer une telle relecture tant il semble éclairer – dans ses nombreuses variantes – les modalités par lesquellesla nature est appréhendée comme un moyen de penser non seulement la consistance du social mais aussi les manières d’intervenir sur lui et de le transformer.

Renseignements sur l’ouvrage et morceaux choisis à télécharger ici : http://pufc.univ-fcomte.fr/la-nature-du-socialisme.html.

 

Conférence sur Les fondements de la démocratie et son avenir en Occident, avec Dominique Schnapper, Marcel Gauchet et Pierre Statius, 19 janvier 2018

Grande Conférence du GEMASS
Vendredi 19 janvier 2018 de 14h30 à 17h30
Sur le thème Les fondements de la démocratie et son avenir en Occident
avec
Dominique SCHNAPPER, sociologue : « De la démocratie en France 2017 »
Marcel GAUCHET, philosophe : « L’avènement de la démocratie IV 2017 »
Pierre STATIUS, philosophe : « Voyages en démocratie I 2017 »
Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006
Salle des conférences D35 au rez de chaussée
Inscriptions nécessaires avant le 15 janvier 2018 auprès de alexandra.frenod(at)cnrs.fr

Démocratie et écologie, Séminaire, Institut des sciences juridiques et philosophiques de la Sorbonne, Paris 1, janvier-juillet 2018

Séminaire Démocratie et écologie

organisé par Catherine Larrère et Lucile Schmid

dans le cadre de l’axe Environnement de l’Institut des Sciences Juridiques et Philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne)

L’importance de lier démocratie et écologie est reconnue : on ne change pas une société par décret, et les initiatives citoyennes en faveur de l’écologie se multiplient. Pourtant la tentation de de construire un conflit de légitimité entre démocratie et écologie est réelle, comme l’avait montré l’organisation d’un référendum sur la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Tout se passe comme si, alors qu’elle inspire de nombreuses initiatives citoyennes et de nombreuses luttes, l’écologie ne parvenait guère à s’incarner dans le champ politique des démocraties représentatives et faisait appel à d’autres formes de participation démocratique. Qu’est-ce qui rend difficile cette inscription, où sont les résistances ? Comment faire avancer ensemble démocratie et écologie ?

Les séances du séminaire seront chacune consacrées à un thème (Europe et national ; Les institutions ;  Les lanceurs d’alerte ; Les territoires ; L’expertise ; la science et l’expérience collective ; Initiatives citoyenne et démocratie participative ; Conflits et communs) et on y débattra  de questions pratiques.

La première séance aura lieu le samedi 20 janvier, de 10 à 13h à la Sorbonne, salle Nosophi (salle G 615 Bis, escalier K au fond de la Galerie Dumas, 2ème étage).

Elle sera animée par les organisatrices.

Le programme complet du séminaire est joint à ce mail et se trouve ci-dessous.

Catherine Larrère et Lucile Schmid

————————————

Dans le cadre de l’axe environnement de l’Institut des Sciences Juridiques et Philosophiques de la Sorbonne (UMR 8103, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), nous nous proposons d’animer un séminaire sur le thème suivant :

Démocratie et écologie

Le Grenelle de l’environnement c’était il y a déjà 10 ans, en 2007. À l’époque représentants de l’Etat, syndicalistes, entreprises, élus locaux et ONG environnementales avaient noué un dialogue inédit sur les manières de réaliser la transition écologique en y incluant des objectifs économiques et sociaux (emplois, lutte contre les inégalités, développement des territoires). Ce « moment Grenelle » est parfois évoqué avec nostalgie comme une sorte de parenthèse enchantée … dont les résultats se font encore attendre. Car si  l’importance de lier démocratie et écologie est reconnue – on  ne change pas une société par décret, et les initiatives citoyennes en faveur de l’écologie se multiplient-,  leurs relations ne sont pas pacifiées. En 2016, l’organisation d’un référendum sur  la construction de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes dont les conditions étaient pour le moins insatisfaisantes, a été l’occasion d’opposer choix démocratique et préservation de la biodiversité.

La tentation de construire un conflit de légitimité entre démocratie et écologie est bien réelle. Les positions de Donald Trump en sont l’exemple le plus évident. Lorsqu’un Président américain élu après l’accord de Paris remet en cause l’engagement des Etats-Unis dans la lutte contre le changement climatique est-il en droit de le faire ? Il n’y a pas de réponse simple. Des États américains, des entreprises, des ONG se mobilisent contre les positions de Trump, créant un mouvement inédit par son ampleur. Que celui-ci n’incarne pas à lui seul la position américaine est devenu clair.

Les enjeux écologiques illustrent combien  les fonctionnements démocratiques ne se résument pas au calendrier des élections. Aucune solution simple ne se dégage spontanément pour dépasser cette difficulté. Si les objectifs de réduction de l’empreinte écologique  conditionnent l’avenir des sociétés,  ne faudrait-il pas aboutir à une forme de sanctuarisation, exonérant l’écologie du processus électoral et de ses incertitudes?  Mais les politiques écologiques ne devraient-elles pas au contraire être soumises à un impératif démocratique, dès lors que leur mise en œuvre implique une rupture des habitudes de consommer, de produire, d’établir les priorités? Et comment expliquer que, si les questions écologiques sont vitales et largement partagées, elles ne  déclenchent  pas d’enthousiasme particulier chez les citoyens  lorsqu’il s’agit  d’élire leurs représentants ? Peut-on changer cet état de fait ? Les analyses  convergent pour montrer que les comportements humains doivent évoluer drastiquement dans les vingt années à venir pour contenir le réchauffement climatique autour de deux degrés,  et limiter les pertes de biodiversité. Que sans rupture, l’humanité vivra une explosion des inégalités, des migrations, des catastrophes. Et que ce sont d’abord les plus vulnérables qui seront touchés. Or, si tous les partis politiques se sont félicités des conclusions de la Cop 21, où sont les décisions décisives prises pour les appliquer ?

Cette forme d’inertie institutionnelle contraste avec un foisonnement d’initiatives citoyennes locales qui sont autant d’exemples d’innovations écologiques. Intégrant les enjeux relatifs à la biodiversité ou au climat à des enjeux sociaux, elles illustrent concrètement qu’un changement est possible. Qu’elles concernent les façons de se déplacer, d’habiter, de préserver la nature, de produire sans polluer et de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, elles dérivent généralement de formes de démocratie participative, intègrent la volonté de lutter contre les inégalités sociales et soulèvent la question des communs. Elles constituent ainsi un potentiel de réflexion critique important concernant le mode de fonctionnement de notre société et initient des dynamiques de changement sur lesquelles pourraient s’appuyer les stratégies régionales et nationales. Mais le développement de ces projets alternatifs (parfois très aboutis) se heurte directement aux procédures administratives classiques, à la logique de certains corps d’Etat et à des intérêts économiques puissants. Tout se passe comme si, alors qu’elle inspire de nombreuses initiatives citoyennes et de nombreuses luttes, l’écologie ne parvenait guère à s’incarner dans le champ politique des démocraties représentatives – et en particulier de la nôtre : en témoignent les difficultés d’un parti comme E.E.L.V.

Que l’écologie échappe à un champ politique dont les citoyens s’éloignent (comme en témoigne l’augmentation constante des abstentions), peut être une bonne nouvelle. Ne peut-on considérer  l’écologie comme une question qui pourrait être fondamentale pour redonner un souffle aux institutions démocratiques ? Encore faudrait-il en imaginer les modalités. Comment traduire ces expériences dans le fonctionnement des institutions de notre démocratie représentative ? Cette question demeure ouverte et le séminaire a tout autant pour objectif de la traiter que d’examiner les raisons de la difficile intégration des objectifs d’une transition écologique dans la politique française, qui tiennent autant aux pesanteurs administratives qu’à la difficulté de transformer profondément les façons de consommer et de produire, ainsi qu’à une temporalité politique et économique qui ne fait aucune place au long terme, et aux habitudes de pensée qui en découlent.

Catherine Larrère et Lucile Schmid

Les séances du séminaire auront lieu un samedi par mois, de 10 à 13h, en salle Nosophi (G615, Sorbonne, escalier K, 14 rue Cujas). La séance inaugurale se tiendra le 20 janvier, les séances suivantes auront lieu chaque deuxième samedi du mois, à l’exception de la séance d’avril pour tenir compte des vacances. Une séance double sera organisée début juillet

·      Séance de présentation : samedi 20 janvier
Catherine Larrère, Lucile Schmid

·      Europe et national : samedi 10 février
Guillaume Sainteny
Daniele Réchard
Sandrine Bélier

·      Institutions : samedi 10 mars
Floran Augagneur
Yannick Jadot
Sandra Laugier

·      Lanceurs d’alerte : samedi 7 avril
Claire Nouvian
Brigitte Gauthière
Didier Torny

·      Territoires : samedi 19 mai
Michel Badré
Patrick Brauzec
Sandra Moatti

·      Expertise, science et intelligence collective : samedi 15 juin
Denis Couvet
Marie-Hélène Parizeau
Ali Ben Maklouf

·       Séance double : samedi 7 juillet

o   10-13h : Initiatives citoyennes, démocratie participative
Brigitte Allain
Jean Grésy
Laura Centemeri

o   14h30-17h30 : Conflits et communs
Pierre Charbonnier
Robert Spizzichinno
Daniel Breuiller
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR8103)
Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo)

Chloé Gaboriaux et Arnault Skornicki (dir.), Vers une histoire sociale des idées politiques, Presses du Septentrion, 2007

Chloé Gaboriaux & Arnault Skornicki (dir.), Vers une histoire sociale des idées politiques, Presses du Septentrion, 2017

Table des matières

Introduction – Chloé Gaboriaux & Arnault Skornicki

Première partie Héritages

L’histoire des idées politiques entre l’ère du soupçon et l’ère du sujet : les Annales en difficulté – Alain Guéry

Les sciences sociales, Vichy et l’idée de travail : un colloque en 1941 – Isabelle Gouarné

Plus qu’un miroir le long du chemin : réflexions sur la littérature,
en marge de l’histoire sociale des idées politiques – Sarah Al-Matary

Le « social » dans l’histoire des idées politiques :
quelques réflexions à partir du cas italien – Fausto Proietti

Deuxième partie Quels contextes ?

1. Autour de l’œuvre de Skinner

Idées, histoire et sciences sociales. Entretien avec Quentin Skinner – Jérémie Barthas & Arnault Skornicki

De Skinner à Weber. Contextualisme et sociologie – Arnault Skornicki

L’histoire sociale des idées politiques peut-elle s’en tenir aux intentions ? Une analyse comparée de l’histoire intellectuelle skinnérienne
et de la sociologie des idées bourdieusienne – Mathieu Hauchecorne

La mise en controverse des idées politiques :
vers une histoire sociale et pragmatique de la pensée politique ? – David Smadja

La mobilité intellectuelle comme problème herméneutique :
vers un modèle de la pensée politique en groupe – Dina Gusejnova

2. Articuler la pluralité des contextes

Des idées et leurs milieux. Quel contexte pour les idées politiques ? – Thibaut Rioufreyt

Au-delà de l’opposition entre analyse interne et externe :
les approches énonciatives – Loïse Bilat

La langue comme institution sociale : pour une grammaire discursive des concepts. Entretien avec Jacques Guilhaumou – Alexandre Escudier & Chloé Gaboriaux

Troisième partie Objets, temporalités, sources : le laboratoire démocratique

1. Impensés, rationalités, dispositifs

Historiciser les catégories d’analyse : le cas du genre à l’époque de la Révolution.
De l’histoire sociale comme histoire sociologique des idées – Anne Verjus

Étudier les idées en révolution. Questions de méthode – Samuel Hayat

Lire et dire la société : de l’histoire conceptuelle du politique
à l’histoire sociale des idées politiques – Chloé Gaboriaux

Itinéraire d’une socio-historienne : les sciences de gouvernement comme idées en action ? Entretien avec Martine Kaluszynski – Chloé Gaboriaux & Jérôme Tournadre

2. Vers une histoire populaire des idées politiques ?

La politique hétérogène du peuple – Déborah Cohen

À la recherche des sans-voix.
Sympathisant-e-s socialistes en Oklahoma rural, 1907-1917 – Marie Plassart

Appel à contributions, revue Droit & Philosophie, Marx et le droit

À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Karl Marx, la revue Droit & Philosophie (http://www.droitphilosophie.com/presentation-annuaire-institut-Michel-Villey) prépare la publication d’un volume intitulé « Marx et le droit », en vue duquel elle lance un appel à contributions.

Ce volume vise à présenter les rapports de Marx au droit et à réexaminer la conception marxienne du droit par-delà la seule évaluation critique des droits de l’homme et du « droit politique hégélien ». L’une des ambitions de ce volume est en ce sens d’éprouver l’idée selon laquelle il est possible de déceler, dans la pensée marxienne, un concept de droit qui n’en soit pas que la critique, une appréhension véritablement positive du droit chez Marx.

D’un point de vue plus historique, la réception mutuelle de Marx – ou de la pensée marxienne – et des juristes sera aussi examinée. Ainsi, d’une part, sera étudiée la manière dont Marx, ancien étudiant en droit, auditeur des cours de Savigny et de Gans, se rapporte aux juristes de son temps. D’autre part, il s’agira de dresser une histoire critique des réceptions différenciées par les juristes de la pensée marxienne.

Enfin, les contributions pourront porter sur les “usages” de la conception marxienne du droit dans la philosophie politique, sociale et juridique contemporaine. La pensée de Marx a été et est aujourd’hui encore présente et mobilisée aussi bien dans la philosophie dite continentale que dans les réflexions anglo-saxonnes : en Allemagne, de la fondation de l’École de Francfort aux derniers représentants de la théorie critique ; en France, d’Althusser et des auteurs de Lire le Capital jusqu’aux développements les plus récents de certains d’entre eux ; outre-Atlantique enfin, dans les Critical Legal Studies où se manifeste la pertinence de réflexions issues de Marx pour affronter les enjeux actuels de la philosophie du droit.

Les propositions de traduction en français d’éventuels textes non encore traduits de Marx ou Engels portant sur le droit sont également les bienvenues.

Selon ces différents axes – dont la liste, non exhaustive, est indicative –, l’ambition de ce volume est de croiser et de faire dialoguer les perspectives de juristes et de philosophes, ainsi que la culture juridique et la philosophie du droit, selon la ligne éditoriale propre à la revue Droit & Philosophie.

Les résumés de propositions de contribution, en français ou en anglais, devront être envoyés à l’adresse de la revue : droitphilosophie(at)gmail.com jusqu’au lundi 15 janvier 2018 (inclus). Leur taille ne devra pas excéder 6000 signes (espaces comprises). Ils seront accompagnés d’une bibliographie. En vue de leur anonymisation pour l’évaluation par deux rapporteurs selon le principe du double anonymat, les fichiers devront être envoyés dans un format modifiable (.doc, .docx, .odt).

 Calendrier

Les notifications d’acceptation ou de refus seront données d’ici le 1er mars 2018.

Les contributions complètes et définitives seront à remettre d’ici le lundi 4 juin 2018.

La publication numérique interviendra en novembre 2018 et la publication papier chez Dalloz est prévue en janvier 2019.